INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1175
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Ven 15 Fév - 1:09


INTRIGUE DE FEVRIER
mortelle st valentin


La Saint Valentin, ses coeurs, les visites en amoureux dans le quartier historique d'oxford, ses propositions de mariage sous le London Eye et ses balades romantiques dans les canaux de Cambridge... Oui et bien cette année, cette énième fête qui fait exploser l'industrie du chocolat et du vin prend une autre tournure. La famille Hastings-Bass, qui n'a jamais été du genre à suivre la tendance a décidé d'orchestrer une soirée de St Valentin d'un genre nouveau. Tout à chacun à travers le pays est cordialement invité à une mortelle St Valentin. Dans la lignée d'un Cluedo ou d'un film noir des années 50, le casino de Bart se voit investi de jolies robes longues et d'une ambiance des plus sulfureuses. Pour l'occasion, un petit jeu a été organisé et les invités se voient distribués un carton d'invitation à l'entrée. L'un de vous est la victime, un autre le tueur et ceux qui restent des témoins ou des policiers. Certains d'entres vous ont des cartes d'indices, qui vous aideront à élucider ce faux crime. Alors achetez-vous un nouveau porte-cigarette et surprenez votre amant avec une St Valentin qu'il n'est pas prêt d'oublier...
Les personnes déjà inscrites n'ont pas besoin de se réinscrire.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

♪ I think I'm gonna be sad, I think it's today, yeah. The girl that's driving me mad is going away. She's got a ticket to riiiide, she's got a ticket to riiiiiide, she's got a ticket to ride, but she don't care. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 17:34

Quoi qu'en disent bon nombre d'idiots notoires, je suis quand même un type formidable. La Saint-Valentin, la célébration de l'amour, de la joie, des petits oiseaux qui chantent et des cœurs dans les yeux. Foutaises. De ma vie d'homme soumis aux caprices égocentriques de demande d'affection et de preuves d'amour de sa femme, je n'ai tiré qu'un seul enseignement : il y a bien plus à tirer de la Saint-Valentin que la simple fête commerciale qu'elle est et restera de toute évidence tant que les chocolatiers et les fleuristes en tireront profit. C'est la raison qui me pousse à organiser cette soirée. Avec l'aide de Blair et d'une bonne douzaine de personnes qui ne demandaient qu'à obéir à mes ordres, j'ai réussi à transformer le Casino en un sanctuaire sombre des années 50, ambiances cigarettes et alcool cher, tables de jeux vieillies et ombres tamisées. Au programme ce soir, un meurtre, du jeu, de l'argent, et beaucoup de glamour. C'est l'objectif de la soirée. Les invités ont été triés sur le volet et tout le monde n'est pas admis à entrer ici, mais ceux qui sont présents en face de moi ce soir se souviendront de ce cluedo géant pour un long bout de temps à n'en pas douter. Le déroulement sera simple ; à leur entrée dans le Casino, les invités ont reçu une carte portant mention du rôle qu'ils doivent endosser ce soir. Je suis le maître du jeu, et quelqu'un a tiré le rôle de la victime. Sur un papier plié en 4, une écriture fine et maladroite porte mention d'une certaine Morgana Castelli, la sœur de la copine de Gregory Faure. Je souris un peu, impatient de pouvoir jouer les troubles fêtes en expliquant à mes invités le concept surprenant de la soirée qui les attend.

Je laisse les gens arriver, les costumes s'entasser, et les verres se remplir, et finalement, monte sur une petite estrade installée là pour que je puisse faire mon discours en surplombant la salle. « Bonsoir à tous, et bienvenue au Casino Hastings-Bass ». Je leur laisse le temps d'applaudir et hoche la tête. « Calmons nous les enfants, calmons-nous », je lance d'une voix amusée. « Je vous souhaite une très joyeuse Saint-Valentin à tous mais sachez que ce soir, peu importe l'amour que vous portez à votre prochain, ce n'est pas au restaurant que vous êtes conviés pour célébrer, mais à une petite sauterie d'un tout autre genre... » Quelques secondes de suspens, et je reprends finalement : « Je vous invite à un petit meurtre. Comme vous avez pu le constater, chacun d'entre vous a eu le droit de piocher une carte de jeu à son entrée ici. Un rôle que vous devrez tenir pour la soirée. » Je sors la liste de la poche intérieure de ma veste. « Mesdames et Messieurs, ce soir, Morgana Castelli a été assassinée, et c'est à vous que revient la lourde tâche de trouver qui est l'auteur de cet odieux crime. Parmi vous sont présents plusieurs enquêteurs ; Jasmine Lindley, une célèbre journaliste, Wynter Wilde, policier quoi que peu intègre, Timothy Scott, un détective privé, Chelsea Weiss, chef de la police, et Bianca Diane Field, espionne pour le MI6 ». Je souris un peu, j'adore ce jeu. « Ne pensez pas cependant que vous autres n'avez aucun rôle à jouer dans l'histoire. Tout au long de la soirée, des indices seront délivrés à certains d'entre vous. A vous de voir si vous voulez aider les autorités ou si vous préférez mener l'enquête de votre côté... » Je ris un peu, magistral, et sors une nouvelle enveloppe de la poche intérieure de ma veste. « J'ai ici le premier indice, que je vais subtilement remettre à l'un d'entre vous. N'oubliez pas que le bar est à votre disposition, ainsi que les tables de jeux et, pour ceux qui seraient des résistants de la Saint-Valentin, nos suites sont toujours disponibles ». Je quitte l'estrade et me promène parmi les invités, glissant l'enveloppe contenant l'indice dans les mains d'une jeune femme, la fille de Daniel Logan que je connais de vue, Lia. Puis je ferme ma veste et vais m'installer au meilleur point d'observation : le bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 18:20

« Poussin ? Tu es prêt ? » Un grognement de la part de Dante m’indique que oui il est prêt et que oui, il déteste ce surnom. Je lui offre un sourire rayonnant et arrange mes cheveux, admirant mes mèches dorées et ma robe parfaitement ajustée. Je jette sur mes épaules un châle et attrape mon cavalier par l’oreille. « Bouge-toi et arrête de bouder. On y va ! » Il pousse un cri déchirant et je lui cours après dans l’appartement pour qu’il enfile autre chose que cette chemise qui n’est pas blanche ainsi qu’un noeud papillon mais rien à faire, quand Dante a décidé de quelque chose hein… Finalement nous atterrissons dans la voiture après un compromis qui ne me satisfait qu’à moitié. Je sais qu’il n’est pas ravi de cette sortie, mais peu importe il n’a pas le choix et j’y serais allée seule s’il n’avait pas insisté pour m’accompagner. Caïn n’est pas là ce soir, dommage, je suis sûre que lui au moins, ne ferait pas une tête d’enterrement. « Mais tu vas arrêter avec cette tronche ! Je SAIS que cette Blair te manque, je SAIS que son père te fait flipper, pourquoi ça je n’en sais rien, mais ARRÊTE TOUT DE SUITE DANTE ! » Il me regarde à peine et continue à conduire, le visage toujours fermé. Je soupire et regarde par la fenêtre. J’espère que je pourrais boire un peu de champagne. Il m’agace, OH CE QU’IL M’AGACE ! Fort heureusement nous arrivons enfin et je descends de la voiture en prenant garde à ne pas m’étaler par terre. Pas tout de suite. Pas alors que je suis sobre. Avec un sourire rayonnant, je traîne Dante à ma suite, enfonçant mes ongles dans son poignet pour éviter qu’il ne résiste trop. Finalement il me suit, j’ignore pourquoi il ne voulait pas me laisser venir seule. Mais c’est mignon. Nous tendons nos cartons d’invitation à l’entrée et on nous invite à piocher une carte. Je regarde la mienne avec incrédulité avant d’éclater franchement de rire. « Ecologiste hystérique ! J’adore ! Et toi alors ? T’as eu quoi ? » Je regarde mon compagnon se déhancher et se passer la main dans les cheveux avec un air de mannequin dans une pub pour laque. « Coiffeur bitchy. » répond-t-il avec un haussement de sourcil et un sourire insolent. Je le regarde sans rien dire et repars bien vite dans un fou-rire difficilement contrôlable. Dante m’attrape par le bras et m’entraîne à sa suite tandis que j’essaye de réfréner mes hennissements hystériques. « Du calme poussinette, nous sommes les premiers, nous ne voudrions pas faire mauvaise impression. Viens m’aider à critiquer les gens ! Sois aussi bitchy que moi si tu l’ose ! » Je le regarde et recommence à rire avant de l’embrasser sur la joue. « Personne ne peut être aussi bitchy que toi ! »

Nous nous installons dans un coin de la salle et trinquons joyeusement. Les gens arrivent et Dante se fait un plaisir de critiquer toutes les tenues, toutes les coiffures, bref, il fait son coiffeur bitchy. Pour ma part j’essaye de ne pas virer à l’hystérie la plus totale en apercevant une femme avec un manteau de fourrure. Je prends mon rôle très au sérieux. Mais voilà que le propriétaire du casino arrive et nous fait son petit discours. Avec un sourire entendu je me penche vers Dante. « Non seulement tu ne fais pas partie des enquêteurs, mais en plus je trouve Mr Hastings-Bass très séduisant. C’est pour ça que tu ne voulais pas que je vienne ? » Sa main broie la mienne et je ne peux m’empêcher de grimacer. Ouh ce qu’il a l’air tendu ! Je lui tords violemment l’oreille jusqu’à ce qu’il me lâche et m’écarte de lui en boudant, m’installant au bar pour écouter la fin du discours. Pour la peine qu’il ne compte pas sur moi pour lui filer mes indices ! Bartholomew s’installe près de moi et je l’observe du coin de l’oeil en buvant un whisky à petites gorgées. Franchement, je ne comprends pas Dante. Sa fille est bien une amie à lui non ? Et ce n’est qu’un propriétaire d’un casino ma foi plutôt bien aménagé. Pas le diable en personne !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 18:59

« Poussin ? Tu es prêt ? » Je grogne. Je ne comprends pas comment j'en suis arrivé là. A accompagner Harper à la soirée de la Saint-Valentin au casino Hastings-Bass. Je ne comprends vraiment pas. Elle me sourit, rayonnante, et arrange sa tenue. Je ne veux pas y aller. Je ne veux VRAIMENT PAS y aller ! « Bouge-toi et arrête de bouder. On y va ! » Elle attrape mon oreille, je gémis et la suis en geignant avant de me dégager et de fuir dans l'appartement. Mais où est Caïn quand j'ai besoin de lui ! Ah il a bien choisi sa soirée pour me laisser seul avec cette furie ! Non seulement elle fait de moi ce qu'elle veut mais en plus elle me maltraite ! Je ne suis définitivement pas masochiste, j'en ai la preuve. Elle me hurle de me changer et je me recroqueville, ayant l'impression de faire une vingtaine de centimètres qu'elle alors que je la dépasse d'au moins une tête. Finalement j'enfile une chemise pas trop froissée, un pantalon bien coupé et une veste de costume en ronchonnant et nous filons jusqu'à la voiture. Je ne veux pas y aller. Je n'ai aucune envie de voir Bartholomew Hastings-Bass, ni de penser à ce qu'il se passe dans son antre, oh que non, je me refuse d'y penser ! « Mais tu vas arrêter avec cette tronche ! Je SAIS que cette Blair te manque, je SAIS que son père te fait flipper, pourquoi ça je n’en sais rien, mais ARRÊTE TOUT DE SUITE DANTE ! » Je reste fixé sur la route, serrant les dents. Parce que Bart est un putain de mafieux, voilà pourquoi je m'inquiète, voilà pourquoi je n'ai pas envie d'y aller ! Mais impossible de mettre Alice… Harper dans la confidence, je ne veux pas l'inquiéter. Elle a besoin de se détendre, de se changer les idées, d'oublier ce qu'il s'est passé ces dernières années. Et je compte bien l'y aider et la protéger. Nous arrivons et je la suis en levant les yeux au ciel alors que ses ongles s'enfoncent dans mon bras. La peste ! J'essaye de sourire, de montrer un visage amical histoire de ne pas davantage me faire molester par ce démon fait femme ! Nos déposons nos vêtements au vestiaire et tirons une carte (pour quoi faire ?). Je regarde la mienne. Coiffeur Bitchy. Je suis tellement surpris que ma mauvaise humeur s'envole complètement et je sens un début de fou-rire arriver quand Harper éclate de rire en me montrant sa carte. « Ecologiste hystérique ! J’adore ! Et toi alors ? T’as eu quoi ? » Je hausse un sourcil, passe la main dans mes cheveux et me cambre de manière totalement exagérée. « Coiffeur bitchy. » je fais avec un sourire ravi. Elle éclate à nouveau de rire et je l'attrape par le bras pour l'entraîner vers le fond de la salle. « Du calme poussinette, nous sommes les premiers, nous ne voudrions pas faire mauvaise impression. Viens m’aider à critiquer les gens ! Sois aussi bitchy que moi si tu l’ose ! » Elle sourit et m'embrasse sur la joue. « Personne ne peut être aussi bitchy que toi ! » Fort heureusement elle a l'air de ne plus m'en vouloir ! Je soupire de soulagement et je commence à prendre la pleine mesure du rôle que l'on m'a attribué. Je critique à voix basse chaque personne entrant dans la salle à l'intention de ma compagne qui hennit de rire à mes côtés. Si je me souviens bien à la fac, elle militait pour les droits des animaux et elle a toujours été quelqu'un d'assez… extrême dans ses réactions quoi qu'étant une gentille fille. Ce rôle lui va comme un gant. Cependant ma belle humeur s'envole quand arrive Bart. J'écoute son discours en buvant sagement mon champagne alors que le mot « mafieux » tourne en boucle dans ma tête. « Non seulement tu ne fais pas partie des enquêteurs, mais en plus je trouve Mr Hastings-Bass très séduisant. C’est pour ça que tu ne voulais pas que je vienne ? » Je me tourne vers Harper et la fusille du regard en lui serrant la main. Oui c’était exactement pour ça ! Parce qu’il est dangereux, que c’est un homme à femme et qu’elle est bien trop naïve pour son propre bien ! Elle me tire l’oreille et je la lâche, la regardant s’éloigner. Et voilà elle boude ! MAIS QU’ELLE EST CHIANTE ! Je l’observe pourtant du coin de l’oeil, attentif… et décide de la laisser agir à sa guise tout en veillant sur elle. De toutes manières mon oreille est en miettes. Un seul geste déplacé cependant et je la sors du casino immédiatement. Tant pis si elle me massacre une fois à la maison, mais Caïn me tuerait si je lui faisais prendre un seul risque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 19:38

Je fronce le nez en observant ma garde-robe, puis jette un oeil à la pile de vêtements que j'ai déjà jeté sur mon lit. Il faut vraiment que je choisisse. Il faut que je partes. Je sais bien qu'arriver en retard à une soirée dans un Casino est presque un prérequis mais si je ne me décide pas rapidement, je ne partirai pas du tout. Jordan m'attend en plus. Finalement, la solution se présente à moi alors que je passe une énième fois ma main parmi les robes dans la penderie. Une petite robe noire, c'est toujours la solution. Celle ci est à bustier, ce qui n'entre peut-être pas pleinement dans l'ambiance film noir. Mais qu'importe, je veux la porter. Et surtout, je n'ai pas le temps de penser à autre chose. J'ôte donc mon soutien-gorge et enfile la robe rapidement. Je n'ai pas le temps de faire grand chose de mes cheveux et je me contente donc de les brosser avec soin et de me faire quelques boucles, d'asperger le résultat final de laque en priant pour que ça tienne. Mon maquillage actuel fera l'affaire, des boucles d'oreilles et une paire de Louboutin et me voilà en train de courir jusqu'à la limousine que j'ai louée, mon colocataire sous le bras, ma veste à la main et ma pochette sur l'épaule.

J'envoie quelques messages à mon père, lui recommandant de passer une bonne soirée et d'être sage et il me renvoie la pareille. Fair enough. Après tout, c'est moi qui me rend à une soirée ayant pour thème Mortelle St Valentin. Jordan est un peu mal à l'aise avec la limousine, mais nous discutons joyeusement et vidons gaiement le mini-bar. Nous arrivons finalement à la soirée, évidemment il y a déjà du monde et je me crois affreusement en retard et tente de me dépêcher mais on me remet une carte à l'entrée, me donnant mon personnage. J'éclate de rire bruyamment et m'attire quelques regards, mais je montre la carte à mon ami puis la glisse dans mon décolleté - ce qui me semble approprié - et monsieur Hastings Bass fait un petit speech, expliquant les règles de son jeu. Il me fait ensuite signe et j'avance vers lui pour qu'il me remette un indice, que je déplie avec une joie enfantine, non sans lui demander qui est ce fameux Henry, sensé jouer mon mari paranoïaque. Il m'indique un homme, légèrement plus âgé mais fort charmant et je hoche la tête avec un sourire taquin.

Je vide mon verre de vin et m'avance vers la jolie blonde qui a été désignée comme chef de la police. Je passe une main dans mes cheveux, lui touche doucement le bras et dit « Madame, je pense que vous devriez savoir que j'ai vu quelqu'un partir par là et qu'il y a un verre cassé par terre, vers le guéridon là bas. J'espère vous avoir aidé, n'hésitez pas à... revenir me voir. » Je lui fais un clin d'oeil tout à fait hors de propos, considérant qu'il y a eu un faux meurtre. Je me dirige finalement vers mon mari d'un soir et sans faire plus de simagrées, lui fait un baiser délicat sur la joue. « Bonsoir, Lia Logan, votre femme nymphomane, comment allez-vous? » Je lui adresse un large sourire, espérant passer une soirée amusante.


Dernière édition par Lia C. Logan le Lun 18 Fév - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 19:40

Henry Howard, est ce qu’on appelle un psy un peu perché. Vie tragique, mais optimisme démesuré, il se laisse bien souvent entraîner dans des plans assez foireux par sa sœur Amy, la rousse alcoolique près dur bar avec un penchant pour le scotch et un habileté rare à hurler à pleine puissance lorsque contrariée. Ce soir là ne fit pas exception, et après avoir lutté pendant près d’une demi heure pour décommander la soirée de St Valentin à laquelle il avait dit qu’il irait pour la faire taire, il accepta par pure faiblesse. A dire vrai lutter contre Amy avait tout de comparable avec l’idée de se battre contre une armée de rhinocéros à six cornes, et en pratique on ne peut pas dire que le psychiatre ait jamais été en mesure de lui refuser quoi que ce soit, si ce n’est de s’envoyer en l’air avec la première venue et draguer en boite. Toujours scotché à ses bouquins et résolument solitaire, sa sœur déplorait une fois de plus son incapacité à aller de l’avant assez ironique pour sa profession. Dix ans après le décès de Daisy, Henry Howard avait très certainement oublié comment aimer, et c’était à se demander si son cœur lui était encore d’utilité. Pourtant, c’était un homme charmant, et on ne pouvait pas le lui retirer, pas plus que ces habitudes étranges qu’il avait en coutume, comme celle de servir le thé à ses patients avant de leur faire profiter de thérapie comportementales assez farfelues qui semblaient pourtant faire leurs effets. Henry avait appris avec le temps à accepter sa destinée, mais son acceptation ne lui permettait que de vivre, sans jamais rien espérer de la vie elle même en fin de compte. Amy luttait et luttait pour lui et il en était touché car elle ne l’avait jamais laissé tomber, mais il semblait persuadé d’avoir besoin de temps, toujours plus de temps, alors même que ses patients s’en sortaient sous ses yeux. Bien entendu, l’amour des autres semble toujours moins violent que celui qu’on éprouve soi même et Henry arguait souvent qu’il avait aimé et qu’il pouvait au moins se vanter de l’avoir été en retour pendant de longues années. Son romantisme exacerbé suscitait l’admiration secrète de sa sœur, qui avait pourtant toujours préféré s’en moquer gentiment pour le faire réagir. Le voir ainsi la dépitait sans doute simplement.

Traîné de force, Henry accepta alors de se prêter au jeu sans rechigner d’avantage, ce soir là, il allait escorter sa sœur et faire en sorte de ne pas lui apporter un doliprane le lendemain matin, ce qu’il aurait presque pris l’habitude de faire ces derniers temps. « Et pas d’allusions sexuelles s’il te plait Amy... » Il continua plus bas, pour ne pas s’enterrer davantage. « Appelons ça une trêve de Saint Valentin, même si je comprendrais que tu trouves ça parfaitement dans le thème, just don’t. » Henry était un type plein d’espoir et ça lui coûtait souvent très cher en déconvenues de tout genre confondus. Il consulta attribuée à l’entrée et fronça les sourcils. Mari paranoïaque de Lia Logan. Il releva la tête et interrogea quelques personnes afin de trouver celle qui avait le rôle de sa femme. En bon mari paranoïaque, il se devait de commencer par la trouver. Il s’empara alors d’une coupe de champagne à offrir à sa dulcinée d’un soir lorsque la dite Lia s’avança justement vers lui munie d’une réplique assez drôle. « Henry, le pauvre homme dont vous allez briser le cœur après l’avoir rendu vraisemblablement paranoïaque. » Le psychiatre se perdit alors rapidement dans ses divagations professionnelles. « Hyperesthésie relationnelle entraînant une grande vulnérabilité dans les contacts sociaux, et une tendance à l'autocritique, à l'intériorisation douloureuse des échecs et à la susceptibilité, c’est tout à fait moi. Soit. » Il lui adressa alors un sourire enthousiaste et lui tendit la coupe qu’il avait pris pour elle. « Cheers. »

hj - on remercie wikipedia pour son aide précieuse et sa concision lorsqu'il faut se donner un air scientifique en rp qu'on a pas en vrai.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 21:00

La Saint-Valentin est une fête pour célébrer l'amour... oui l'amour au sein de ceux qui n'ont rien compris dans la vie! L'amour n'est qu'une foutaise que l'on nous apprend durant notre tendre enfance pour nous donner de l'espoir et des semblant de perspectives pour notre futur. L'amour n'est qu'une désillusion pour les demeurés qui ont peur de finir leur vie sans personne. Je fais partie de ceux et de celles qui se plaît à être un esprit libre, de n'avoir aucune attache, et surtout, zéro relation de "couple" qui me freinerait dans ma carrière et dans mon épanouissement personnel! Je ne me sens pas pour autant seule, je suis très entourés par des personnes qui comptent pour moi, et qui sont là pour moi dans les mauvais comme les bons moments! C'est de ça que la vie doit être : insouciante, sans aucune chaîne qui nous empêche d'avancer, sans corde au cou qui nous donne envie d'en finir vite. Pendant des années, les tabloïds se sont relayés d'écrire sur moi comme la célibataire invétérée, ou bien la croqueuse d'hommes à une certaine période de ma vie. Mais ils se sont rapidement rendu compte que la vie, je la prenais et prends comme elle est! Je me plais à être dans une relation libre, sans homme qui me coule vers le bas ou qui m'empêche de faire quoi que ce soit. Je suis la femme moderne de quarante ans qui assume à merveille d'être seule par choix! Alors à chaque Saint-Valentin, je ne suis pas ce genre de femme qui reste seule dans son loft londonien avec un verre de pinot noir à se morfondre car elle passe à nouveau la fête de l'amour 'commercial' seule. Je préfère célébrer ma façon de vivre ou plutôt mon "célibat" comme on dit. Cette année, j'ai reçu une invitation de Bart Hastings-Bass, propriétaire du Casino d'Oxford, et par ailleurs, l'un de mes clients de Lindley's Undies. "Mortelle Saint-Valentin"! J'aime l'idée du déroulement de la soirée, bien à l'image de cet homme! Jouer un personnage dans un jeu géant à l'esprit du Cluedo me séduit rapidement!
Accompagnée de mon amie journaliste Prudence Smith, nous nous rendons à Oxford pour ladite soirée au sein même du Casino. Ambiance des années 50 au rendez-vous; bien entendu je me suis habillé pour l'occasion. Tout le monde connaît mon attirance et ma passion pour la mode du passé, j'en ai fais ma marque de vente ! Chignon sur le côté, robe noire à dentelle, porte-cigarette avec son étui à cigarette en argent bien rangé dans ma pochette que je tiens à la main, je m'avance au côté de Prudence dans la salle où nous attend le maître des lieux. En pénétrant dans la grande salle, un homme nous demande de piocher une carte, qui semble être notre rôle pour la soirée. Délicatement, j'ouvre le contenu pour voir mon rôle : Journaliste mythomane. Je pouffe un léger rire, serait-ce un pléonasme? Bien sûr, je ne l'admettrais pas à mon amie, journaliste en réalité, mais j'ai souvent eu affaire à des journalistes menteurs. Nous nous mêlons aux invités, triés sur le volet. J'en reconnais quelqu'uns, surtout des clientes. Les portes de la grande salle se ferment, et Bart Hastings-Bass se présente à nous avec son discours pour expliquer les termes du jeu. Je suis tellement excitée par ce jeu et cette ambiance. J'essaye de me mettre dans la peau de mon personnage pendant le discours de Bart. Avant que le jeu commence, je discute brièvement avec Prudence pour connaître son rôle. « Cougar dépressive? Oh mon dieu, tu as tiré la bonne carte Prudence là! » J'étouffe un léger rire, la pauvre, ce rôle est horrible, mais je suis convaincu de son succès comme cougar! À la fin du discours de Bart, je le suis du regard, après tout, je suis journaliste, je dois suivre les faits et gestes de chacun, d'autant plus ceux du maître du jeu! D'où je suis, je peux le voir remettre discrètement un papier à Lia Logan, une des amies d'enfance de ma fille, et surtout la fille de Daniel Logan, un ami de longue date avec qui j'ai collaboré, il y a de nombreuses années. Comment Bart peut connaître Lia? Par le biais de Daniel? Je dois inspecter cela de plus près! « Je vais me mêler à la foule, et serrer quelques mains... et peut-être trouver des informations! On se retrouve plus tard! » dis-je à Prudence. Rapidement, je me fraye un chemin à travers les invités pour rejoindre Lia, afin d'en savoir un peu plus sur ce que Bart vient de lui donner. À la hauteur de Lia, je la vois discuter avec un homme d'une quarantaine d'années, accompagné d'une rousse vraisemblablement du même âge. J'attrape une coupe de champagne et j'essaye d'écouter sa conversation sans qu'elle ne me remarque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 21:36

« Tu n’iras pas seule ! » Je fixe Dexter d’un air que je veux méchant, sournois et effrayant. Chose que j’arrive très peu à faire je dois le reconnaître. « Dexter. Je suis majeure. J’ai vingt-deux ans et Dieu soit loué encore une vie sexuelle malgré ton stalkage intensif ! » « Je… » « Tu te tais et tu reste là avec Coffee, Moka et Fluffy. Tu n’es pas invité alors fais-moi le plaisir de rester ici et en cas de besoin je t’appelle et tu pourras venir me sauver ! » Sans en rajouter je lui balance les rongeurs dessus et sors de la voiture sans prêter attention à ses cris de rage. M’est avis que Coffee et son rejeton doivent lui bouffer les cheveux. Je ressers mon manteau autour de moi et entre dans le casino avec un sourire ravi. Enfin débarrassée de cette brute épaisse ! A moi la liberté ! Je dépose ma cape de laine au vestiaire tout en exhibant fièrement ma robe Vivienne Westwood et mes merveilleux escarpins assortis à cette pièce pour le moins… dangereuse. Je ne pense pas qu’on essayera de me peloter la poitrine ce soir étant donné que le haut de ladite robe est recouvert de piquants, certes pas si pointus que ça mais… ça peut faire mal je pense. Je hausse un sourcil lorsqu’on me demande de piocher un carton. J’obtempère et manque de tomber par terre tellement je ris en voyant l’intitulé.

« Fille de joie espiègle ». Si Granny voyait ça elle serait outrée ! Et Dexter alors ! Si je n’avais pas peur qu’il vienne me récupérer par la peau des f… du derrière, je l’appellerais bien pour lui dire quel rôle je vais jouer. Glissant le carton dans ma pochette je m’installe dans un coin et vérifie mon maquillage à l’aide d’un petit miroir de poche… très pratique pour espionner les autres en faisant mine de me repoudrer le nez. Mr Hastings-Bass débarque et nous fait son discours. Je me retiens de sautiller joyeusement et me contente de lever mon verre d’eau minérale avec une rondelle de citron à sa santé. Je ne suis pas complètement stupide, si je bois de l’alcool je vais encore faire du hair guitar avec… Ah voilà Lia ! Elle est avec un type que je ne connais pas et je vais la rejoindre avec un sourire ravi, réussissant à saisir les dernières paroles de sa conversation avec cet illustre inconnu. « Nymphomane hein ? Alors j’ai toute mes chances avec toi ce soir ? » je fais dans un petit rire avant de l’embrasser au coin des lèvres. « Moon Carter, fille de joie espiègle pour la soirée » j’ajoute en me tournant vers son compagnon avec un grand sourire. « Je crois que je ne vais pas arranger cette paranoïa, Henry c’est ça ? » Je lui tapote gentiment l’épaule avec un sourire compatissant. « Promis je ferais de mon mieux pour ne pas vous rendre complètement dingue. » Je me tourne vers Lia avec un clin d’oeil. « Pas de tête connue en vue ? J’ai dû laisser Coffee, Moka et Fluffy occuper Dexter dans la voiture, il refusait de me laisser venir seule. Et il n’avait pas encore vu ma robe ! » je fais en riant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Sam 16 Fév - 22:25

Ludwig Allen Jenzell ne raterait une soirée de St Valentin pour rien au monde, surtout quand le thème est aussi peu banal que celui là. Je dois dire que j’ai d’abord hésité à venir principalement parce que j’ai failli rotir dans cet endroit, le même jour que celui là il y a de ça trois ans, mais comme on dit il faut aller de l’avant et comme dit précédemment également, Ludwig Allen Jenzell ne saurait amputer à Oxford le droit de bénéficier de sa majestueuse présence lors d’une fête comme celle-ci. Tout d’abord, je me dois donc de trouver le costume idéal, et ayant fait gaga et spears récemment, il me faut bien entendu quelque chose de tout aussi original mais classieux. Dracula me semble alors tout a fait pertinent et je m’habille, soignant mon look pour faire la fierté d’Addams ma colocataire dont j’ai eu l’autorisation d’investir dans ce joli costume. Une fois sur place, on m’attribue alors une carte de rôle à jouer, et je découvre que je suis le paparazzi de la soirée. Par chance je possède un appareil photo samsung tout a fait raisonnable, sans quoi j’aurais du passer la soirée à faire du mime ce qui m’aurait fait au préalable passer pour un dangereux psychopathe habillé en vampire. D’excellente humeur, je navigue donc entre les convives, me saisissant parfois d’une verre de champagne. Chose d’ailleurs assez comique avec le champagne, c’est que je suis pompette dès le premier verre en ayant pourtant une sacré descente la plupart du temps. Certains choses sont encore plus complexe que la vie sur Mars, je vous l’assure. Je m’avance vers une jeune femme accompagné d’un mec particulièrement sexy et m’exclame. « Y aurait il une star de cinéma internationale par ici ? Parce que je suis l’intrépide paparazzi. Ne faites pas attention à la perruque, dans la vie de tous les jours je me déguise, ce qui fait que j’ai vraisemblablement trois identités différentes ce soir. Ludwig Allen Jenzell, la vraie, Dracula, la vraie fausse, et le paparazzi la fausse vraie. Un petit souriiiiiiire ? » Je prends un cliché des tourtereaux rayonnant. Je pourrais faire un book à la fin de la soirée, vendre ça à Monsieur Hastings-Bass ce sera brillant, je me fais confiance. Un paparazzi sans célébrité, c’est quand même pas très bien pensé, par contre, et ça c’est assez cool, y’a des petits fouuuuurs, j’adore les petits fours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 0:01

« Tu es… » Je cherche mes mots et ne les trouve plus. De toutes manières depuis ce matin j’ai un peu de mal. Pour commencer les croissants au réveil. J’ai failli me mettre à pleurer tant c’est adorable. Ensuite la balade sur la Tamise, d’un romantisme achevé mais qui fait son effet (et avouons-le, une pauvre loque fleur-bleue sommeille en moi). Puis ce petit restaurant absolument adorable que je ne connaissais pas du tout. Mais je crois que ma partie favorite a été l’après-midi. Certes je suis un peu fatiguée mais je serais prête à remettre le couvert tout de suite. Au lieu de ça je me contente de me blottir contre Andrew et de l’embrasser presque timidement, vraiment touchée par toute ses attentions. Passer l’après-midi sous la couette avec lui est une assez bonne définition de mon paradis personnel. A croire que la vie essaye de compenser l’année assez dure que j’ai passée en m’offrant un véritable saint. Ou pas. Non parce que vu où ses mains se sont retrouvées… hum. Andrew est loin d’être un saint. Ce qui ne l’empêche pas d’être aux petits soins pour moi et de m’offrir une stabilité vraiment rassurante. Croyez-moi, les relations où l’ont ne peut même pas se promener ensemble main dans la main ou même s’embrasser dans un parc, ce n’est pas reposant du tout. C’est même pesant.

Je me perds un instant dans son regard chaleureux et me surprends à sourire bêtement. Je rougis (stupidement) et détourne le regard alors qu’il dépose de légers baisers sur mon épaule. Je souris encore, malgré moi et me décide à le repousser gentiment avant de déposer un baiser sur son nez. « Habille-toi on va être en retard » je fais en sortant du lit à regrets. « C’est à mon tour de te faire des surprises. » j’ajoute avec un clin d’oeil avant de filer dans la salle de bain. J’en ressors une fois habillée (histoire d’éviter toute tentation de sauter sur Andrew, de lui arracher sa chemise et de faire tomber à l’eau tous mes plans pour la soirée), maquillée et coiffée. Néanmoins lorsque je vois Andrew l’envie de lui arracher sa chemise, son pantalon, le moindre de ses vêtements se fait durement ressentir. Néanmoins je me contente de mettre à mon poignet le bracelet d’or blanc qu’il m’a offert et de l’entraîner à ma suite jusqu’à la voiture qui nous attend. « C’est pas possible d’être aussi sexy, tu le fais exprès ou quoi ? » je fais en riant alors que le chauffeur nous emmène à ma surprise tout en me félicitant de ne lui avoir rien laissé voir de ma robe, bien cachée sous mon manteau. L’emballage compte autant que le cadeau ! Nous arrivons enfin au casino Hastings-Bass. Mortelle Saint-Valentin, c’est le thème de la soirée. Je me débarrasse de mon manteau en savourant mon petit effet. Qui eut cru qu’une « simple » robe noire ferait tant d’effet ? Bon d’accord une robe bustier indécemment fendue sur le côté. J’ai peut être tendance à minimiser le potentiel de ce vêtement. Pour ma défense il me fallait quelque chose à la hauteur de cette soirée. J’attrape un carton et lis l’intitulé à haute voix. « Ce soir je suis une femme de chambre insolente. Que puis-je pour vous monsieur ? » je fais d’un ton amusé à mon compagnon avant de l’entraîner avec moi pour écouter le discours de Bartholomew. « Voilà qui semble intéressant. Si tu es le coupable je t’arrêterais moi-même Andrew » je fais en buvant tranquillement mon champagne alors que je me m’empêche de rire tout en m’imaginant lui faire une prise de catch en plein milieu de la salle. Avec une tenue pareille ça risque d’être difficile de faire une chose aussi risquée tout en restant décente. J’aperçois Lia et Moon et leur fait signe avec un sourire ravi. Oh j’ai hâte de trouver des indices, cependant Andrew ne risque pas de me faciliter la tâche. J’ai un peu de mal à me concentrer dès que je le regarde alors si en plus je dois l’interroger !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 0:56

Ce bon vieux Bart Hastings-Bass sort le grand jeu ce soir, soirée de Saint Valentin mortelle ? Le thème me plait, cela change de toutes ces minauderies rose bonbon qu’on peut voir fleurir un peu partout depuis quelques jours. Voilà qui s’accorde donc parfaitement à mon humeur, et qui vaut enfin le détour pour Oxford, la ville ennemie, bien que ce ne soit pas pour ainsi dire la seule raison de mon déplacement. Je dois avouer que saluer Steele est une idée qui me taraude. Sa chorale est au plus bas, mon moral également, et elle semble être la seule en mesure de le remonter aussi facilement, si j’exclue le passé conjugal de mon acolyte chorégraphe. J’attache mes cheveux et dépose un grand chapeau sur ma tête avant de prendre la route pour Oxford accompagné de Logan. Lorsque nous arrivons on nous distribue deux cartes avec un sourire qui me déplait fortement. Serait-ce une moquerie déguisé ? A en croire le contenu de ces cartes, il semblerait que oui. « Couple de vieux pervers? » Je hausse un sourcil et affiche une mine faussement outrée. « Voilà qui n’est absolument pas notre genre. Cela dit... » Je fixe un étudiant au loin. « Celui là n’est vraiment pas mal...» Le regard de mon « mari » se porte alors sur une jeune adolescente et je hausse un sourcil lorsqu’il ajoute. « J'adore ce thème, il va me falloir de grands talents d'acteur pour prétendre être à la fois un pervers et ton mari, mais on devrait s'en sortir » Je ricane un peu. « Le plus dur du rôle pour ma part se trouve dans le mariage, quelle drôle d’institution, avec toi en plus, le cauchemar de toute personne censée. Par contre désolée de te décevoir sunshine mais...pour le pervers tu t’en sors plutôt bien, cette gamine n’a pas dix huit ans pour sûr. » Il secoue la tête incrédule et rétorque alors. « N'importe quoi, elle a au moins 22 ans, et de toute façon je réclame toujours les âges avant de te tromper, Chérie, une erreur de débutant. » Je grimace un peu tandis qu’il nous dirige vers le bar. L’alcool, lui et moi on sait faire. « Il faut quand même reconnaître que le hasard fait bien les choses, tu aurais pu être mariée à ce vieux laideron, là » Je tourne discrètement la tête, et joue avec mes ongles sur le bar. « Quelle façon mesquine de t’envoyer des fleurs Logan. Mais je comprends, ton ex femme a du poser un sérieux problème d’égo. Allez bois chéri. » Il commande deux verres, et je soupire satisfaite avachie sur le bar, les yeux rivés sur le jean du barman. Une petite trentaine, habituellement pas mon genre mais je dois dire que...« Quelle horrible façon de me remettre dans le droit chemin, tu aurais pu choisir autre chose, quand même ». Je ne cille pas, mais répond ailleurs. « Voyons Logan, je ne t’empêche pas de m’attaquer sur la chimio et les cheveux qui tombent non plus. Une blague facile reste une bonne blague... » Je réalise en le disant qu’on a jamais eu cette conversation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 1:00

Le doyen Hastings-Bass reçoit ce soir dans son gigantesque casino oxfordien. Oxford, terre ennemie, mais rien que le nom de l'hôte de la soirée justifie le déplacement quand on connait la qualité du vin qu'il vend et la folie extravagante dont il fait délicieusement preuve. Fuir la Saint-Valentin est une très bonne idée, se réfugier dans une soirée cluedo m'enchante tout bonnement. Certes, la fête est commerciale etc. mais je me souviens encore des soirs où je rentrais, bouquet de roses à la main, retrouver ma chère femme et notre petite fille. Petite fille plus si petite d'ailleurs, qui sera elle aussi de la partie et que je compte bien embarrasser à l'occasion d'une bonne accolade paternelle – ces enfants s'imaginent pouvoir quitter le nid et prendre leur indépendance totale, mais ils se mettent le doigt dans l'oeil. Je passe finalement beaucoup de soirées avec ma fille ces derniers temps, et l'idée est loin de me déplaire. Cependant, c'est bien évidemment Trinity qui est à mon bras ce soir et lorsque nous pénétrons le Casino, un jeune ignorant nous tend des cartes avec un sourire mauvais. « Couple de vieux pervers? » Je roule des yeux, c'est franchement facile mais certes, ce bon vieux Bart a l'imaginaire bien placé. « Voilà qui n’est absolument pas notre genre. Cela dit... » Ma partenaire de jeu – et de chasse, sans doute – jette un œil insistant à un jeune étudiant perdu plus loin. « Celui là n’est vraiment pas mal...’ » Je grimace un peu et effleure plutôt la gente féminine des yeux, déjà plus convaincu. « J'adore ce thème, il va me falloir de grands talents d'acteur pour prétendre être à la fois un pervers et ton mari, mais on devrait s'en sortir », je lance, moqueur et franchement amusé, une fois n'est pas coutume ces derniers temps. « Le plus dur du rôle pour ma part se trouve dans le mariage, quelle drôle d’institution, avec toi en plus, le cauchemar de toute personne censée. Par contre désolée de te décevoir sunshine mais...pour le pervers tu t’en sors plutôt bien, cette gamine n’a pas dix huit ans pour sûr. » J'écarquille un peu les yeux et secoue la tête. « N'importe quoi, elle a au moins 22 ans, et de toute façon je réclame toujours les âges avant de te tromper, Chérie, une erreur de débutant. »

Je soupire un peu et l’entraîne vers le bar pour commander à boire, je n'ai pas absolument envie de chercher un meurtrier pour l'instant. « Il faut quand même reconnaître que le hasard fait bien les choses, tu aurais pu être mariée à ce vieux laideron, là ». J'indique un vieux gros d'un coup de tête, sceptique. Elle pianote des ongles sur le bar et déclare : « Quelle façon mesquine de t’envoyer des fleurs Logan. Mais je comprends, ton ex femme a du poser un sérieux problème d’égo. Allez bois chéri. » Je grimace et commande deux verres, roulant des yeux et lui faisant plus ouvertement face. « Quelle horrible façon de me remettre dans le droit chemin, tu aurais pu choisir autre chose, quand même ». Je secoue la tête et toise la salle à la recherche d'une proie, évidemment, à chaque mal son remède. Elle semble absorbée dans la contemplation du barman, ou d'une certaine partie du barman en tout cas, et je roule un peu des yeux. « Voyons Logan, je ne t’empêche pas de m’attaquer sur la chimio et les cheveux qui tombent non plus. Une blague facile reste une bonne blague... » Je me braque un peu, puis me tourne vers elle et grimace, avalant machinalement une gorgée de mon verre. J'ai bien peur de comprendre de quoi elle parle et l'idée n'est pas parmi les plus réjouissantes. « Depuis quand ? », je demande simplement, luttant contre l'étrange sensation qui s'empare de mon cerveau au fur et à mesure que la réalisation s'opère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 1:04

CHEZ LEÏLA ET MARWAN.
« Tu es très élégante ce soir. » Je sursaute légèrement lorsque j’entends sa voix. J’ignorai qu’il était de retour. « Tu sors? » me demande-t-il en se glissant derrière moi. « Oui. Heather m’accompagne à la soirée donnée à l’occasion de la saint-valentin au casino Hastings-Bass » je réplique avec détachement en appliquant un peu de rouge sur mes lèvres. Ses mains glissent le long de mes bras et il pose sa tête sur mon épaule. « Tu m’as manqué. » J’ai un mouvement de recul. Un soupir m’échappe. Je n’ai ni l’envie, ni le temps de me quereller avec lui. Un coup d’œil à ma montre me fait remarquer que je n’ai plus qu’une petite demi-heure devant moi. « Je n’ai pas de temps à perdre avec tes petits jeux Marwan. Je dois y aller. Qui plus est, on en a déjà parlé, je ne veux pas de ça! » Ces mamours, ces petites attentions quotidiennes et tout ce qui pourrait faire de nous un couple lambda, je ne veux pas entendre parler de ces choses-là. Il n’y a strictement rien entre nous. Un arrangement, une supercherie, un alibi -voilà à quoi se résume notre relation. Parfois, elle est ponctuée d’une ou deux folies passagères qui nous amènent à partager la même couche, mais ce n’est ni plus ni moins qu’une histoire de fesses. « Pousses-toi ! » Son sourire se fane et il se laisse tomber sur le lit. A le voir comme ça, il me ferait presque de la peine. « Je vais rentrer tard. A dire vrai, je ne sais même pas si je vais rentrer dormir » j’ajoute en attrapant une parure de bijoux qui appartenait à ma grand-mère. « Tu veux bien m’aider avec ça? » Je souris timidement, amusée par ma mauvaise foi. « C’est fou comme tu peux être douce quand tu as besoin de moi » ronchonne-t-il en attachant mon collier. Ses doigts s’attardent un peu trop longuement sur ma peau et de peur de commettre l’irréparable, j’esquive son baiser et attrape mon sac. « J’y vais. Ne m’attends pas. Il y a des restes dans le frigo et… tu peux toujours appeler l’une de ces petites écervelées dont tu raffoles. Tu as quartier libre ce soir, profite-en!  » je conclus avec malice en sortant précipitamment de notre appartement.

AU CASINO HASTINGS-BASS.
Je réajuste ma robe et me précipite vers ma bonne amie Heather et accessoirement mon valentin. Toutes deux plus ou moins célibataires, nous avons décidé de passer cette soirée entre filles et nous sommes vraiment ravies de pouvoir participer à ce petit jeu. Intriguées par le thème de la soirée, nous nous précipitons à l’intérieur où on nous sommes de piocher une carte de jeu. Aventureuse dans l’âme, je m’exécute sans sourciller et esquisse un sourire satisfait lorsque j’en lis l’intitulé. « Héritière en mal de sensations fortes » je lance à l’intention d’Heather qui me glisse avoir hérité du rôle de « Starlette à l’égo démesuré ». Voilà qui promet d’être intéressant, je songe en la précédant dans le casino, où le maître de cérémonie est déjà en train de donner son discours. « Saviez vous très chère, que père et mère me croient au bras de mon promis, occupée à faire des courbettes à ces bonnes gens qu’ils pensent être leurs amis? Si seulement, ils savaient où je me trouve » j’ajoute en lâchant un rire exagéré. « Ils s’arracheraient probablement les cheveux. Et ma robe, avez-vous vu ma robe? Tellement indigne d'une jeune fille de mon rang. Tu as l'air d'une fille de joie Leïla! Je t'interdis de sortir dans cet accoutrement! Bon, je vous épargne les détails, mais ils seraient outrés. Quoi qu’il en soit, je suis ravie d’être ici. Je sens que je vais bien m’amuser » je conclus, excitée comme une gamine à la veille de noël. Ce petit jeu m’amuse beaucoup et je ne peux m’empêcher de laisser échapper un petit rire, une fois mon monologue terminé. Je ne sais pas ce qu’Heather pense de son rôle, mais en ce qui me concerne, je suis comblée. Prétendre être quelqu’un d’autre pour satisfaire ses parents c’est un peu monnaie courante chez moi, autant dire que le rôle me va comme un gant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 2:47

Une journée de Saint Valentin ordinaire en solitaire. Rien de foncièrement déprimant quand on s’appelle Alan Wagner, la seule chose à éviter étant d’aller dîner chez ma mère ou de lire un des précieux livres de ma mère, soit en résumé simple et concis, éviter ma mère, ce que mon dernier TD programmé de dix huit heures à vingt heures à Oxford m’a partiellement aidé à faire. J’ai cependant eu vent par Blair d’une soirée organisée par le casino Hastings-Bass, une soirée à thème qui devrait me permettre de ne pas trop m’ennuyer ce soir. C’est donc dans cette optique que je suis rendu dans la fabuleux casino qui je dois l’admettre s’illustre parfaitement dans l’art d’organiser des événements comme celui-ci. Y ayant déjà passé le nouvel an, je ne peu qu’être admiratif de la déco très années vingt dont nous profitons ce soir. Je félicite Bart en arrivant et attrape une coupe de champagne avant de finalement découvrir la carte qui m’a été attribué pour le jeu. Par chance je ne suis pas tombé sur l’avocat pansexuel, ce qui aurait été redondant et pas vraiment amusant à jouer. Cela dit dresseur de fauves pansexuel, il fallait tout de même y penser. J’avale une gorgée de champagne et reprend mon tour de foule lorsque j’aperçois la jeune femme qui a foutu en l’air ma chemise lors de la soirée du nouvel an. Je m’approche un sourire espiègle collé aux lèvres et feins dans un théâtre volontairement mauvais de la percuter, versant le contenu ma coupe dans son décolleté scandaleusement plongeant.

« Mademoiselle, je suis confus, je suis un dresseur de fauve pansexuel très maladroit, d’ailleurs si mes capacités à manier le fouet n’avaient pas été aussi bonnes, je me serai très certainement dirigé vers une carrière juridique. » Je souris rayonnant avant de me rappeler que je n’ai pas pioché la carte du dentiste, rôle dans lequel j’aurais sans doute été flamboyant, ni même celle de Christian Grey. « Mais cela dit...le côté sauvage... de ces animaux ne me fait pas regretter mon choix. » Je lui adresse un clin d’œil assez significatif avant de sortir de ma poche un paquet de mouchoirs blancs. J’en sors un dans un geste théâtral à souhait lui aussi, et éponge doucement son décolleté. « Incident réparé. Et si je vous invitais à boire un verre pour vous dédommager ? » Voilà une idée tout à fait plaisante en tout cas, après tout, ce n’est que la deuxième fois qu’on se croise ici, c’est très certainement un signe évident. « Nous pourrions enquêter ensemble sur cette sombre histoire. » Je ris un peu, amusé de mon propre jeu, et des sous entendus que je laisse traîner salement avec la profession de mon personnage, puis jette un coup d’oeil à la salle à la recherche de Blair que je trouve finalement près de son père. Je lève mon verre vide après avoir accroché son regard et lui avoir administré un sourire désignant Dante un peu plus loin dans la salle probablement à deux doigts d’aller l’aborder une nouvelle fois avec ses plans drague assez exotiques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 14:18

Je suis une grande romantique – je crois toujours au prince charmant et au grand amour, le seul, le vrai, après tout – et pourtant, je hais la Saint Valentin. Pourquoi, je ne sais pas trop, même si ça a probablement beaucoup à voir avec le fait qu'en vingt-et-un ans – God, depuis presque un mois déjà, je ne m'y suis toujours pas fait, malgré le week-end de fête que j'ai passé à New York pour célébrer ma majorité avec ma famille et mes anciens amis – je n'ai jamais eu l'occasion de la passer avec l'homme que j'aime. Cette année, c'est encore pire. Tout ce à quoi je peux penser, c'est à James, entrain de diner dans un restaurant très chic avec sa Sally, Saddy, Tally ou whatever, et ça me rend malade. Dans une vaine tentative de me changer les idées, j'ai décidé de me rendre à la soirée organisée par les Hastings-Bass, intitulée « Mortelle St Valentin » avec Lee. Pour l'occasion, je me suis accordée quelques heures de shopping, histoire de me trouver quelque chose à porter, et suis rentrée à la maison avec, au bras, une toute nouvelle robe d'un blanc immaculé, très années cinquante. Les accessoires sont très simples. Une ceinture noire pour mettre en valeur ma taille fine, et des escarpins tout aussi sombre. Un peu de rouge sur mes lèvres, de noir autour de mes yeux, et me voilà fin prête. Je laisse mes cheveux lâchés d'un côté, une barrette les retenant de l'autre. Une fois prête, je quitte l'appartement qui ne seras bientôt plus le mien, étant donné que je déménage à Londres pour vivre avec Kin dans quelques temps, et me rends à la gare. Quelques heures plus tard, je retrouve Leïla, qui m'attends sur le quai. Très excitées à l'idée de ce qui nous attend, nous nous dépêchons de nous rendre au casino des Hastings-Bass, avant de nous précipiter à l'intérieur. Lee et moi tirons une carte de jeu, et un sourire étire mes lèvres quand je lis le nom de mon personnage. Ça va être fun, je pense, avant de me tourner vers mon amie, qui me dit être pour ce soir une héritière en mal de sensation forte. Je ne peux m'empêcher de rire – ça lui correspond plutôt bien – avant de lui avouer être une starlette à l'égo démesuré, autrement dit une petite peste richissime qui pense gagner un Oscar avec ses films pour pré-ados façon Disney Channel. Immédiatement, je redresse mon port de tête, de façon à donner l'impression à tout le monde que je les regarde de haut, et écoute d'un air faussement ennuyé le discours de ma voisine. « Saviez vous très chère, que père et mère me croient au bras de mon promis, occupée à faire des courbettes à ces bonnes gens qu’ils pensent être leurs amis? Si seulement, ils savaient où je me trouve. Ils s’arracheraient probablement les cheveux. Et ma robe, avez-vous vu ma robe? Tellement indigne d'une jeune fille de mon rang. Tu as l'air d'une fille de joie Leïla! Je t'interdis de sortir dans cet accoutrement! Bon, je vous épargne les détails, mais ils seraient outrés. Quoi qu’il en soit, je suis ravie d’être ici. Je sens que je vais bien m’amuser » Je lui sourit d'un air qui se veut condescendant, mais mes yeux pétillent de malice. Heureusement que je fais du théâtre, je serais incapable de jouer la comédie, sinon. « J'étais ravie d'être aussi mais... cette histoire de meurtre... Elle prend toute la place. Tout le monde ne parle que de cette... comment s'appelle-t-elle, déjà? Morgana, c'est ça? De cette Morgana, et personne ne s'arrête une seconde pour me demander un autographe, ou une photo. A moi! Vous vous rendez compte? Ils ont l'occasion d'avoir devant eux Heather Winchester, la plus grande actrice américaine depuis Marilyn Monroe, et tout ce qui les intéresse, c'est cette histoire de meurtre. Je vous jure, ces anglais ne savent pas ce qui est vraiment important » Je lève les yeux au ciel pour appuyer ma déclaration, puis me penche légèrement vers elle, comme pour lui faire une confidence. « Qui l'a tué, à votre avis? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 15:32

« Donc, Ivy, tu ne viens pas à la fête au casino Hastings-Bass? » je lui demande pour la je-ne-sais-combientième fois. Il faut me le pardonner, hein. J'ai pas vraiment envie d'y aller seul, et je n'ai aucune idée de qui va y être. Je ne sais pas s'il y aura des personnes que je connaitrais ou pas, et ça m'angoisse. Je ne suis pas la personne la plus douée pour aborder les gens. « Pour la centième fois, Redmund (je grince des dents à l'utilisation de mon prénom en entier), non. J'ai des plans. » Lesquels? J'en ai pas la moindre idée. Mais j'ai appris à ne pas pauser de questions à ma colocataire et meilleure amie. Quand elle veut me dire les trucs, elle me les dit. Sinon, autant laisser tomber. « Okay okay » je m'incline, haussant les épaules avec un sourire. « Je vais me préparer » Elle hoche la tête, et je m'enferme dans ma chambre histoire de choisir un costume. J'opte finalement pour un costard trois-pièce gris offert par ma mère pour mes vingt-et-un ans (« On ne sait jamais, tu pourrais être invité à une réception », qu'elle m'avait dit), et l'enfile rapidement par-dessus une chemise blanche. Une fois prêt, je fourre mes clés dans ma poche et sort de chez moi. Le trajet en train jusqu'à Oxford est assez long, et me laisse le temps de finir le livre que j'ai commencé hier, A Farewell to Arms de Ernest Hemingway, qui tient dans mes poches tout aussi bien que mes clés – comment, je n'en ai pas la moindre idée. Une fois le train arrivé en gare, je prends un taxi jusqu'au casino. Quand j'y pénètre, je me vois obligé de piocher une carte afin de déterminer mon personnage pour la soirée. Un marin en permission au cœur plein d'espoir. Je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel. Le « cœur plein d'espoir », hein? Sounds like a bad joke. En plus, je suis un peu trop bien habillé pour un marin.

J'attrape un verre de champagne et me tourne vers l'estrade, où l'homme que j'imagine être Bartholomew Hastings-Bass commence à parler, nous expliquant les règles du jeu. J'écoute avec attention, retenant le nom de la victime et de la plupart des enquêteurs, avant de scanner la pièce du regard. Un reflet blond attache mon regard, et je sens mon cœur s'arrêter de battre et mes genoux se transformer en gelée. Brune. Je ne savais pas qu'elle venait... Mais en même temps, on a pas vraiment abordé le sujet de la Saint Valentin. Pour être honnête, je n'avais pas du tout envie de savoir si elle avait des plans de prévus ou pas. Je me doute bien que si elle avait rencontré quelqu'un, elle me l'aurait dit, mais ça n'empêche que j'ai préféré évité ce sujet. Elle m'aurait probablement pausé des questions, en plus, questions auxquelles je sais que je n'aurais pas eu envie de répondre. En tout cas, elle est magnifique. Splendide. A tomber, même. Ça ne change pas de d'habitude, évidemment, mais c'est la première fois que je la vois en robe de soirée, et... enfin bref. Sans hésiter, je me dirige droit vers elle. Elle me sourit quand elle m'aperçoit, et mon cœur s'accélère. J'inspire un grand coup, pour reprendre possession de mes moyens, et m'incline devant elle, avant de lui faire un salue militaire. « Ma'am » je lui dit le plus sérieusement du monde, entrant dans la peau de mon personnage, avant de de lui sourire, redevenant Red, l'étudiant en socio. « Tu vas bien? Je ne savais pas que tu venais! Qui es-tu ce soir? » je lui demande, curieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 20:35

Le discours de Bartholomew Hastings-Bass me fait sourire de délectation. La victime, ce rôle me va à merveille, et vue la petite entrevue que j'ai eu le plaisir profond d'avoir avec ma soeur juste avant de venir, je ne vais avoir absolument aucun mal à me mettre dans le rôle. Je n'ai finalement pas grand chose à faire, à part prétendre être morte. Je m'installe au bar et offre des sourires comblées aux gens qui croisent mon regard et ma route. Je me sens un peu comme la star de la soirée, le centre des attentions et des regards. Tous ces hommes brûlant de désir qui m'entourent me font me sentir reine, puissante, grande. Je glisse une main sur ma nuque et pince les lèvres, commandant un verre au barman. Les gens s'agitent un peu mais ne semblent pas trop pressés, c'est tant mieux. Ce soir, je récolte mon plus beau rôle. Je suis un peu déçue qu'Andrea Leroy-Duchesne ne soit pas là, ce genre de soirée aurait été l'idéal pour nos échanges discrets de regards entendus et la complicité évidente qui existe entre nous deux depuis toujours. Je me souviens encore, la première fois que j'ai posé les yeux sur lui, dans ma classe... Penser à Andrea me rappelle que je dois encore patienter et m'irrite un peu. Je commande un autre verre au barman et pose ma tête sur ma main en croisant les jambes, forçant ma robe à remonter un peu sur mes cuisses. L'espace d'un instant, j'attire, je le sais, les yeux dudit barman qui repose un verre devant moi. Mais le pauvre chéri ne doit pas être autorisé à draguer pendant le service. Je m'apprête à lui murmurer quelque chose mais il s'éloigne, sans doute pressé par une obligation professionnelle de toute urgence.

Je soupire et glisse une touilette dans mon verre pour remuer les glaçons. De nos jours, les hommes sont devenus timides. Ca ne m'étonne pas qu'on me laisse seule comme ça, étant donné que tout le monde est coincé. Pourtant, je sais remarquer les hommes qui fantasment, loin dans leur coin, les yeux emplis de désir. J'ai envie de les forcer à venir me parler, mais ça n'est pas possible. Je tente d'adresser la parole à mon voisin de droite, avant de me rendre compte qu'une femme lui tient compagnie. Elle a l'air de l'ennuyer profondément, mais que puis-je bien y faire ? Toutes les initiatives ne peuvent pas venir de moi et je ne peux pas sauver tout le monde dans l'histoire. Je termine mon verre et quitte mon siège, attrapant ma pochette pour errer entre les gens, comme une âme en peine, jusqu'à ce que j'ai une révélation que, je le sais, j'aurais ce soir. Repérant finalement un homme qui me parait charmant, je m'approche de lui, armée d'un sourire éclatant. « Bonsoir, Monsieur… » Je me mords un peu la lèvre et joue des cheveux. « J’ai vu que vous m’observiez… Je m’appelle Morgana, enchantée ».


Dernière édition par Morgana V. Castelli le Mer 20 Fév - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Dim 17 Fév - 21:48

« Y aurait il une star de cinéma internationale par ici ? Parce que je suis l’intrépide paparazzi. Ne faites pas attention à la perruque, dans la vie de tous les jours je me déguise, ce qui fait que j’ai vraisemblablement trois identités différentes ce soir. Ludwig Allen Jenzell, la vraie, Dracula, la vraie fausse, et le paparazzi la fausse vraie. Un petit souriiiiiiire ? » Je hausse un sourcil, foutrement impressionné par le débit de parole du gamin. et par sa cape. Non sérieusement, il se prend pour Dracula lui aussi ? Il doit certainement connaître l'autre dingue que Caïn m'a demandé de filer la dernière fois. J'ai bien fait de me faire vacciner contre la rage moi. Je le regarde de haut en bas d'un air réprobateur. « Tssssss ! Ça ne va pas du tout ! Cette cape c’est tellement out ! Et cette coupe de cheveux c’est une horreur ! On devrait la mettre en définition de mauvais goût dans le dictionnaire ! » J’attrape le jeune homme par les épaules et lui décoche un sourire éblouissant, quoi qu’un peu inquiétant (quand Caïn le fait en règle générale, je flippe toujours un peu en me demandant ce qu’il prépare). « Paparazzi ou non, vous êtes un crime contre la mode. Mais ça peut s’arranger. Je peux… » J’aperçois soudain Blair et perds légèrement mon sourire. Non, je dois me reprendre, je suis un coiffeur bitchy oui ou non ? SOIS TRISTAN SI T’ES UN HOMME !

« Je peux vous offrir une coupe de cheveux gratuite. » je fais avec un sourire. « Après tout ce soir, je suis un coiffeur bitchy. Appelez-moi Ludwig, si cela vous intéresse. Demandez Dante Jericho Black. A plus ! » Un clin d’oeil plus tard et je relâche ma proie (nonDantenesautepassurcecharmantpetitencas) avant de me diriger vers le bar pour commander un whisky. J’en profite pour déposer un baiser sur la tête de Harper qui m’adresse une grimace faussement contrariée. Je tire doucement sur sa joue jusqu’à obtenir un sourire puis repars, mon verre à la main. Soudain je me fige. Georgia. J’ignorais totalement qu’elle venait ce soir. Je me retourne et pars dans la direction opposée à elle. Bon Dieu ! Je ne suis même plus capable de la regarder en face. Pas depuis que j’ai pété les plombs en sa présence. Je n’aurais jamais dû… maintenant elle doit vraiment avoir peur de moi. Cette seule pensée me rend dingue et incroyablement triste. Je vide mon verre d’un trait et vais m’installer dans un coin de la salle, terriblement malheureux en cet instant et n’étant pas franchement capable de le cacher derrière un sourire comme je peux le faire d’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 1:04

La Saint-Valentin, je n’aime pas ça. Typique, me direz-vous. C’est facile de dire cela quand on est célibataires, blablabla. Le fait est que je ne la trouve pas assez originale... Des fleurs pour Madame, des chocolats pour Monsieur et le tour est joué. Je préférerais un peu plus d’inattendu pour cette journée, voilà tout. Il va sans dire que quand j’ai reçu l’invitation à cette soirée j’ai tout de suite bondi sur l’occasion.
Il m’a tout d’abord fallu trouver des habits pour l’occasion... Et j’ai pu dénicher une robe digne de Marilyn Monroe, décolletée sur l’avant, rouge sang. J’adore cette couleur. Et puis elle est tout à fait en accord avec le thème ! Mortelle Saint-Valentin... Voilà un 14 février qui risque de marquer le coup, pour une fois. J’ai hâte de voir ce qu’il va se passer ! Moi qui ai toujours été fascinée par les romans policiers, je sens que je vais en avoir pour mon compte.

Pour aller à Oxford, je n’ai pas le choix : je prends le train, puis le taxi. J’ai pris de la musique, alors cela aurait pu être pire. Enfin arrivée sur les lieux du crime, je dépose mon long manteau noir au vestiaire et récupère la carte que l’on me tend à l’entrée. Auteure à succès en manque d’inspiration. Je souris : ça me va. Et puis... Rien de tel qu’un bon petit crime pour faire revenir l’inspiration d’un écrivain ! Je prends la coupe de champagne que me tend l’un des serveurs et m’approche de l’estrade, afin d’entendre ce que le maître des lieux a à nous dire. Pour le moment, je n’ai encore vu aucun visage familier, mais cela peut tout aussi bien être dû à tout ce glamour auquel je ne suis vraiment pas habituée. Le maître du jeu ayant enfin terminé sa tirade, je m’empresse de noter les quelques détails en ma possession sur le petit calepin que j’ai eu l’intelligence de ramener dans ma pochette. J’observe ce que je peux, mais cela ne m’aide pas vraiment. Autour de moi couples ou groupes commencent à se former... je prends donc mon courage à deux mains (aidée par une gorgée de champagne, une très mauvaise manie si vous voulez mon avis) et je m’approche de quelques personnes que je n’ai encore jamais vues.

« Alors, selon vous, qui a pu commettre quelque chose de si terrible ? Une rivale voulant s’assurer son avenir professionnel ? Ou bien serait-ce plutôt un crime passionnel ? Si vous voulez mon avis, les crimes passionnels sont les plus intéressants. Ils sont plus difficiles à cacher, certes... Parce qu’ils ne se font jamais de sang froid voyez-vous ? Mais le public les préfère je crois... Moi aussi, d’ailleurs. » Mon esprit s’évade quelques instants, et je note comme une forcenée les quelques mots que je viens de débiter sur mon calepin. Eh bien quoi, cela pourrait m’inspirer pour mon futur roman ! Mes yeux se posent de nouveau sur les victimes à qui j’ai décidé de présenter mon tout nouveau personnage, et je souris, avec fausse modestie. « Mais où sont passées mes manières ? Je suis April. Vous ne me reconnaissez donc pas ? » – je prends un air faussement outré et m’impatiente – « Mais je suis A-R Stewart... Vous savez, la célèbre auteure de « Meurtres à coup de couteau » ! C’est un bestseller mondial voyons ! Ce roman policier – l’un des meilleurs de notre époque si l’on en croit le Times – est paru il y a deux ans... Les victimes se faisaient tuer mystérieusement chez elles ? Non, toujours pas ? Enfin bref, passons, je ne voudrais pas vous gâcher la lecture du roman. En ce moment je fais une pause, à durée indéterminée. Suite à une œuvre si parfaite que la mienne, j’ai de la peine à redémarrer ; à retrouver mon inspiration... C’est dur, d’être écrivain. » – Je bois une gorgée puis reprends – « Et vous, qui êtes vous ce soir ? » Mes yeux pétillent : je m'amuse comme une folle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 17:04

Fort bien. Après plus de quinze jours d'intense préparation, il semble que tout soit finalement en place et que nous puissions profiter de cette journée autrefois particulièrement détestable en se délectant d'un verre de trop. Avec un peu de chance, je regagnerai ma suite accompagnée, qui sait ? Je croise les jambes, assise au bar avec Edward, l'ami de Papa, qui me commente la moindre de ses phrases en prenant un malin plaisir à imiter diverses voix tirées tout droit de son imaginaire. J'aime beaucoup Edward, à un moment donné j'ai même fini par croire qu'il deviendrait mon deuxième Papa, mais c'est sans compter sur le vrai qui refuse toujours de se laisser aller dans les bras d'un homme. Je me mords la lèvre, retenant un rire amusé pour écouter plutôt ce qu'il raconte sur son estrade, visiblement très content de lui. Les gens applaudissent de bon coeur, et il finit par descendre, glissant le premier indice à une jeune femme dans la foule. Je souris un peu et m'étire, tandis que lui nous rejoint, commandant un whisky sec qu'il ferait mieux de ne pas boire s'il ne veut pas finir bourré et mort, pour le coup. Je soupire, reprend un martini, je suis jeune grands dieux. Je croise les jambes et observe un instant les gens qui s'éparpillent pour commencer à réfléchir, ceux qui se regroupent pour discuter. Je lève mon verre à Alan qui se balade au loin avec la fille de l'indice, puis mes yeux se portent vers la copine de Dante qui s'est installée à côté de Papa. Je ris un peu, de nouveau, à croire que cet alcool vraiment très bon et vraiment très cher me monte vraiment très vite à la tête.

« Tu as dit à Théo de surveiller les ascenseurs ? » Damn, je soupire fortement et me tourne vers mon alcoolique de père avec un sourire insolent. « Tu ne veux pas me laisser célébrer les amoureux en paix ? » Je roule des yeux et soupire, volontairement trop fort pour qu'il comprenne mon énervement. « Oui, je lui ai dit, détends-toi maintenant, cette soirée est une réussite et tout va merveilleusement bien se passer, tu verras » Je souris, hoche la tête, encourageante, et avale mon verre cul-sec. « Tu m'excuses, je vais aller profiter moi même de cette soirée pour trouver quelqu'un qui me fera finir la nuit ailleurs que devant les vieilles rediffusion des films à l'eau de rose » Je saute de mon tabouret et attrape ma pochette, la glissant sous mon bras, puis l'embrasse sur la joue, pressant la main d'Edward au passage. « Bonne soirée les amoureux », je glisse, amusée, avant de gagner une des tables de poker à laquelle je m'installe sans m'annoncer, déposant des jetons devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 19:08

Garance termine de se préparer dans la salle de bain pendant que je sors la bouteille de champagne du frigo. Même si nous ne passons pas le reste de la soirée ensemble, nous nous accordons un moment romantique pendant que les enfants passent la nuit à Londres chez mes parents. Radieuse, ma femme me rejoint dans la cuisine et passe ses bras autour de mon coup pour m'embrasser du bout des lèvres. Je souris et demande en chuchotant à son oreille : « Je peux avoir mon cadeau maintenant ? » Elle explose de rire et tourne sur elle-même pour sortir de la pièce sur la pointe des pieds. « Sers donc le champagne chéri ! » Je m'exécute et pose le cadeau que j'ai pour elle à côté de sa coupe. Elle revient souriante et me tend un paquet. « Joyeuse Saint Valentin ! » Nous trinquons et je découvre la magnifique écharpe que nous avions tous deux vu lors d'une ballade dans les rues d'Oxford. Je la remercie et la presse vivement d'ouvrir à son tour son cadeau. Garance ne se fait pas prier et ouvre l'écrin contenant un collier Baccarat à la fois discret et distingué, tout ce qu'elle aime. Mais aucune joie n'est visible sur son visage et un rictus amusé se dessine sur ses lèvres. Elle lève les yeux vers moi avec un joli sourire quelque peu gène et dit : « Merci chéri d'avoir fait participer Ben et Louise à ce cadeau ! » Je reste impassible un moment. Comment mes enfants de sept mois ont-ils pu participer au cadeau à 200£ de leur mère ? Je jette un coup d'oeil et l'étui et découvre un bijou grossier en pâte Fimo. Je m'étouffe avec le champagne et tente d'articuler une phrase cohérente. « Mais... Comment est-ce possible ? Chérie je te jure que ce n'était pas ça qui était prévu ! »

[...]


Après avoir déposé Garance à la soirée organisée par son entreprise, je me rends au casino Hastings Bass. Après la catastrophe du cadeau, je regrette un peu de ne pas avoir accompagné ma femme à sa soirée mais sur ses insistances à elle, nous nous sommes séparés. « Tu sais très bien que tu t'amuseras plus au casino qu'à ma fête de travail ! » a-t-elle dit en descendant de voiture. Je me suis donc très vite laissé convaincre malgré un sentiment de culpabilité de passer la Saint Valentin loin de ma femme. Mais nous ne sommes plus aux premiers jours de nos amours et je meurs d'envie de voir ce que ce cher Bart nous a concocté ce soir.

En arrivant je comprends vite l’idée du jeu de rôle et je déplie le papier que l’on m’a donné à l’entrée : « danseur de tango dragueur ». Cette soirée est décidément pleine de surprise entre le collier remplacé et le personnage que je dois interpréter ce soir ! J’ai à peine le temps de me remettre de mes émotions que Bart monte déjà sur une estrade et commence son discours de bienvenue. Lorsqu’il termine je vais le rejoindre au bar pour le saluer. « Dites-moi, ces rôles ont été distribués au hasard ou vous vouliez vraiment me faire nier mon mariage le soir de la Saint Valentin ? » Je souris et prends une coupe de champagne. « Belle organisation en tout cas, si vous êtes également de corvée de musique laissez-moi boire un peu avant de lancer un tango ! » Verre et carte en main, je décide de commencer à jouer un peu mon rôle. J’aperçois une jeune femme blonde seule au milieu de la pièce et décide de l’aborder avec un accent approximativement espagnol pour tenter d’être convaincant. « Vous avez l’air bien soucieuse señora ce soir ! » Elle se retourne vers moi et j’arrive à lire sur sa carte « femme au foyer trompée ». « Oh magnífico, vous savez, el tango est un bon moyen d’oublier tous ses malheurs ; plus qu’une danse, c’est une philosophie de vie ! Oh et appelez-moi Marco. »

EDIT: Oui Marina c'est pour toiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 19:36

« Non Bonnie tu ne me forceras pas à sortir ! » En culotte et en sweat shirt je regarde ma colocataire qui, de l'autre côté de la table, tient fermement une de mes robes de soirée dans la main. Cela fait bien cinq minutes que nous jouons au chat et à la souris dans l'appartement. « Arrêtes de faire l'enfant Gem, tu mets cette robe, tu te coiffes, tu te maquilles et tu files au Casino ! » Je réponds du tac au tac avant même qu'elle ait pu terminer sa phrase « NON ! Je veux manger du nutella à la petite cuillère devant Pulp Fiction et oublier ce maudit jour romantique à vomir qu'est la Saint Valentin ! » Bonnie fronce les sourcils mais je soutiens son regard, elle ne me fera pas bouger de ce canapé ce soir.

[…]


Bonnie Hopkins je te déteste. Fais gaffe à tes fesses la prochaine fois qu’Elias sera dans les parrages. Je prends le papier qu’on me donne à l’entrée du Casino et espère secrètement que cette soirée me changera vraiment les idées comme me l’a inlassablement répété Bonnie. « Chanteuse déchue » indique le papier. Je ne peux m’empêcher de sourire. Bart Hastings Bass est un génie, je ne peux que le remarquer lors de son discours expliquant le contexte de la soirée. Ce personnage est improbable vue mes capacités vocales inexistantes mais je compte bien jouer les starlettes ce soir. Chanteuse déchue… Je dois trouver de faux journalistes pour parler de ma gloire passée ! Je me ballade un peu dans la salle parfaitement décorée et observe les invités tout en sirotant un verre de champagne. « Y aurait-il une star de cinéma internationale par ici ? Parce que je suis l’intrépide paparazzi. Ne faites pas attention à la perruque, dans la vie de tous les jours je me déguise, ce qui fait que j’ai vraisemblablement trois identités différentes ce soir. Ludwig Allen Jenzell, la vraie, Dracula, la vraie fausse, et le paparazzi la fausse vraie. Un petit souriiiiiiire ? » Une voix attire mon attention et je me retourne vers un jeune homme blond qui peut sans doute m’aider à faire démarrer mon rôle de chanteuse déchue. Mais avant même que j’ai pu l’aborder un homme me devance et s’approche du faux journaliste. Je m’approche tout de même pour écouter la conversation et attends sagement mon tour. « Tssssss ! Ça ne va pas du tout ! Cette cape c’est tellement out ! Et cette coupe de cheveux c’est une horreur ! On devrait la mettre en définition de mauvais goût dans le dictionnaire Paparazzi ou non, vous êtes un crime contre la mode. Mais ça peut s’arranger. Je peux… Je peux vous offrir une coupe de cheveux gratuite. Après tout ce soir, je suis un coiffeur bitchy. Appelez-moi Ludwig, si cela vous intéresse. Demandez Dante Jericho Black. A plus ! » Le coiffeur bitchy s’enfuit presque à la fin de sa phrase et je saute sur le prénommé Ludwig. « Quel bougre celui-là ! » Je balance mes cheveux du côté droit de mon visage, me déhanche légèrement et cligne plusieurs fois des yeux d’un air charmeur. « Je ne suis pas une star de cinéma mais quelque chose me dit que nous pourrions bien nous entendre vous et moi. Gemma Thompson, enchantée de vous rencontrer ! Mon nom doit forcément vous dire quelque chose… Ou alors vous connaissez plus les paroles de mes chansons que ma petite personne ! » J’explose d’un rire faux en m’écoutant parler comme une diva insupportable. « Ma carrière a été mise entre parenthèse il y a peu pour des raisons indépendantes de ma volonté mais je compte bien revenir sous peu sur le devant de la scène. Puis je compter sur vous pour répandre convenablement cette nouvelle ? »


Dernière édition par Gemma H. Thompson le Mar 19 Fév - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 20:04

« Bonsoir. Merci » saluai-je poliment l'employé à l'entrée en lui tendant mon carton d'invitation. Il m'indique les vestiaires où je dépose mon manteau, ne gardant que sur moi qu'une pochette contenant tout mon nécessaire. En recevant l'invitation, je m'étais d'abord formalisée en lisant "Saint Valentin", je me figurais déjà une soiree pour amoureux, chandelles et bouquets de roses. Autant dire un endroit où je n'avais pas du tout ma place. Puis lintrigante thématique avait finalement attisée ma curiosité. C'était donc avec une certaine impatience que j'avais attendu le jour J. J'ai à peine le temps de détailler les invités présents et la décoration raffinée des fifties dont le casino s'est paré, qu'on m'invite aussitôt à piocher une carte. Curieuse de savoir quel rôle j'allais endosser, je m'empresse de la lire. Femme fatale coincée. J'esquisse un sourire, enchantée par l'originalité de mon personnage. J'ignore si c'est le fruit du hasard ou le destin, mais ma tenue s'y prête parfaitement. J'avais revêtu pour l'occasion, une sculpturale robe longue bleue nuit, qui épousait harmonieusement mes formes et avantageait ma silhouette. Assez simple, la seule originalité résidant dans un décolleté rectangulaire s'arrêtant au milieu du dos. Un fin tissu légèrement opaque, recouvre ma peau nue ne permettant seulement que de deviner le tracé de la colonne vertébrale. Accessoirisée d'un unique bracelet de perles ivoires à mon poignet, j'avais fait un léger effort sur la coiffure, en ramenant mes boucles d'un seul coté de ma nuque. J'étais incapable de me regarder dans le miroir et me trouver sublime à se rouler par terre, mais j'étais relativement présentable, suffissament pour sembler à l'aise dans ce milieu inhabituel pour moi.

J'attrape une flûte de champagne et me mêle aux autres convives. Juste à temps pour écouter le discours de celui dont je présume être le propriétaire de l'établissement. Je prends attentivement note des détails qu'il fournit sur le déroulement de la soirée. Je suis emballée par toute cette histoire d'enquête et de meurtre. Silencieusement je me répéte le nom des protagonistes qui ont été énumérés, c'est alors que j'aperçois Red, élégant à souhait et méconnaissable dans ce costume qui semble être taillé pour lui. J'ignorais qu'il serait de la partie, et j'étais ravie, comme toujours, de le voir. Il s'incline devant moi, tel un parfait gentleman, et son salut militaire m'achève. « Ma'am » J'émets un léger rire, plus par étonnement que par moquerie. Je retrouve mon sérieux et réplique sur le même ton « Sir Redmund. » Rares sont les fois où je l'appelle par son prénom. Mais je sais qu'il ne m'en tiendra pas rigueur. «Tu vas bien? Je ne savais pas que tu venais! Qui es-tu ce soir? » Il lit dans mes pensées et me devance. « Très bien même. Et toi alors ? Moi non plus ! J'ai bien cru que tu avais un rencard et que tu avais "oublié" de m'en parler. Crois moi, tu m'aurais entendue ! Enfin bon, tu es là, je suis là, le reste on s'en tape.  » Je marque une pause, me rappelant de mon rôle, tellement paradoxal « Tu vas rire. Je suis une femme fatale coincée. Charmant n'est ce pas ? Et toi alors ? J'hésite entre étudiant en socio qui a mis son plus beau costume et qui va assurement rendre jaloux de moi tous les occupants de la salle, ou...je n'en sais rien. Ah et pendant que j'y pense. Toi et moi on fait équipe. C'est comme ça. T'as pas le choix mon grand, Brune la femme fatale a ses exigences.  » ajoutai-en en lui offrant une œillade qui se voulait séduisante. Mais qui résultait plutôt entre quelqu'un sortant tout juste d'un épisode d'œil irrité par une poussière, ou d'une conjonctivite, au choix. Red avec moi, cette soirée ne peut prendre qu'une tournure des plus prometteuses.


Dernière édition par Brune D. Bloomwood le Mar 19 Fév - 13:23, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 20:05

Je termine rapidement ma petite bouteille de vin fruité et remets un peu de poudre, pour dissimuler la rougeur de mes joues. Je retouche délicatement le maquillage autour de mes yeux, espérant qu'il ne coule pas, ajoute quelques pinces dans ma chevelure et inspire profondément. Je m'en veux un peu de m'être disputée avec ma soeur aujourd'hui, un jour d'amour, un jour où tout le monde fait des efforts pour les gens qui leur sont chers. Je parviens à me détendre un peu et fait appeler le service de taxis de l'hôtel. J'enfile mes escarpins Chanel et jette sur mes épaules une étole de fausse fourrure, regardant mon reflet dans le miroir, forçant un sourire et priant pour pouvoir passer une bonne soirée néanmoins. J'envoie un petit message à Grégory, puis range mon Blackberry dans une charmante pochette Dior et monte à bord de la luxueuse voiture.

Les lieux sont parfaitement agencés et la décoration du casino est tout simplement parfaite. Monsieur Hastings-Bass a une excellente réputation en ce qui concerne ce genre d'évènements et je dois dire qu'une Mortelle St Valentin s'annonce comme une soirée prometteuse. Je n'aurais jamais envisagé quelque chose d'aussi sombre, mais l'ironie de la situation est intéressante. Et cette idée de jeu est tout à fait amusante. Je pioche donc une carte à l'entrée, amusée et laisse échapper un rire léger en lisant Escort girl devenue femme d'affaires. Voilà un rôle intéressant. Le discours de Bart annonçant la victime et certains personnages brise quelque peu ma bonne humeur qui s'installe et je cherche Morgana du regard. Installée au bar, sa robe indécemment retroussée sur ses cuisses, elle n'a pas l'air de s'offenser de la situation. Je soupire en secouant légèrement la tête, décidément je ne la comprendrais jamais. Je m'empare d'une coupe de champagne, souris de loin à quelques connaissances, tout en guettant plus ou moins discrètement l'entrée, jusqu'à ce que finalement, Greg fasse son apparition. Je m'avance vers lui d'un pas léger et lui embrasse doucement la joue. « Bonsoir, tu as fais bon voyage? » Je souris, embrasse cette fois ces lèvres avec tendresse et ajoute « Joyeuse St Valentin Grégory. » Je lui prends le bras et nous trouvons une petite table libre et j'en profite pour lui tendre ma carte de jeu avec un sourire amusé « Je suis apparemment une jeune personne fort débrouillarde qui a reconnu un virement de carrière des plus réussis. J'espère que tu pardonneras ce sombre passé. » Je ris un peu, rendue d'humeur plus légère par les bulles du champagne et la présence de mon cher et tendre. Je fais de mon mieux pour ne pas repenser à mon altercation avec ma soeur et décide de profiter de la compagnie de Greg avant d'évoquer le sujet. Si je l'évoque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    Lun 18 Fév - 20:55

Je crois pouvoir affirmer que j'ai plutôt bien géré cette première St Valentin. J'ai un peu hésité avant de mettre en place de un tel programme, de crainte de paraître lamentable à la prochaine grande occasion, mais je ne suis pas du genre à contraindre mes efforts. J'ai fait mon petit effet avec les croissants ce matin et si le temps n'était pas franchement idéal pour une promenade sur la Tamise, je pense que ça a tout de même eu son petit effet. Mon coup de maître était sans doute ce petit restaurant, près de là où je vivais avec mes parents plus jeune. Je savais qu'elle ne connaîtrait pas un endroit pareil, mais il est convivial, chaleureux, la nourriture est délicieuse et je pense qu'il lui a plu. C'est là que j'allai fêter mes anniversaires petit. Je suis heureux de lui avoir montré cet endroit qui m'est cher et tout aussi heureux de la délicieuse après-midi que nous venons de passer.

Je souris en la voyant étendue dans son lit, plus superbe que jamais. C'est sans doute la plus femme que je connaisse et Dieu sait - qu'il me pardonne - que j'en ai connu. Personne n'était réellement parvenu à me faire sentir un tel mélange de désir, d'admiration et de... bonheur. Je dépose quelques baisers sur sa nuque et son épaule et elle se tire du lit, me sommant de m'habiller. Je fronce les sourcils, un peu surpris, mais obéis. Après l'avoir regardé quitter la pièce, avec moins de gêne que la décence le réclame. Je m'habille néanmoins bien vite, optant pour un pantalon droit et une chemise sombre, ne sachant guère où elle m'emmène, cette tenue me semble assez élégante et passe partout. Je termine de boutonner ma chemise et elle entre, déjà tout à fait prête. J'enfile donc rapidement ma veste de costume, laissant mon col ouvert et file à sa suite et lui ouvre la porte de la voiture qu'elle a apprêté. « C’est pas possible d’être aussi sexy, tu le fais exprès ou quoi ? » Je ris un peu et lui réponds doucement « Il faut bien que je sois à la hauteur de si charmante compagnie. »

Nous entrons au casino Hastings-Bass, décoré dans une ambiance un peu film noir et empli de gens plus ou moins habillés pour l'occasion. On nous distribue des cartes et la mienne porte la mention Homme de main de la mafieux. Je souris, tente de rouler un peu des muscles pour emplir le rôle, alors que Kin m'annonce « Ce soir je suis une femme de chambre insolente. Que puis-je pour vous monsieur ? » Une petite partie de mon cerveau me suggère des idées que je ne peux gère formuler à voix haute et je me contente de répondre, à voix basse dans son oreille « Je vais y réfléchir jeune fille. » Mr Hastings-Bass interrompt toute discussion avec un petit discours explicatif et je trouve l'idée amusante. « Voilà qui semble intéressant. Si tu es le coupable je t’arrêterais moi-même Andrew » Je lui montre ma carte de personnage pour toute réponse et pose un doigt sur sa bouche pour l'empêcher de commenter, supposant que ce n'est pas le genre de profession dont on se vante. Je lui glisse un clin d'oeil et lui vole un baiser avant de répondre « Je jure de mon innocence ma chère. » Je la serre un peu plus contre moi et ajoute « Mais peut-on en dire autant de vous? » Ma main descend en bas de son dos et un sourire en coin apparaît sur mes lèvres et je me sens pris dans l'ambiance feutré et assez sexy de la soirée. Une belle conclusion pour une belle journée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN    

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE : MORTELLE SAINT-VALENTIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un message d'amour pour la Saint Valentin...
» Bonne saint valentin
» Bonne Saint-Valentin à tous
» Hagiographie de Saint Valentin
» [FANFIC] Harry Potter et le Groupe de Saint-Valentin 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: