Space McFlurry [LOTR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Space McFlurry [LOTR]   Mer 13 Fév - 21:38

« Space McFlurry »


« Un McFlurry, merci. » J’attrape ma glace et vais m’asseoir dans un coin en maugréant que c’est Dieu pas possible de ne pas faire un McFlurry sans space cake et que j’en ai besoin pour corriger les abominables copies et partitions de mes élèves. Je dramaqueenise à fond, je sais, mais c’est surtout pour cacher ma satisfaction de pouvoir à nouveau vivre normalement. Je jette un coup d’oeil à une mère qui essaye tant bien que mal de sortir son gamin des jeux et je me mordille la lèvre inférieure. Je crois que je demeurerais sans enfant. Non seulement je me vois mal accorder ma confiance à un homme autre que mes jumeaux préférés (et hors de question de procréer avec eux, je ne tiens pas à mettre au monde l’Antéchrist merci), mais les enfants me font paniquer. Je mange tranquillement ma glace en entortillant une mèche blonde autour de mon index. Demain j’aurais les cheveux roses peut être. Les clients vont et viennent, je les observe, je n’y fais pas attention, je savoure le fait d’être là, à engloutir de la malbouffe, à ne plus être parfaite, la parfaite épouse d’un parfait salaud. Je savoure le fait d’être libre et tout ce que je n’ai jamais osé être. Et pourtant il y a toujours cette tension sous-jacente, qu’on me reconnaisse, qu’il me reconnaisse, qu’il soit sorti de prison, qu’il m’ai retrouvée, qu’il essaye de me récupérer ou de me cogner, encore et encore. A cette pensée je me fige, le regard posé sur le toboggan rouge et jaune. Je rendrais chacun des coups s’il venait à me retrouver. Je ne l’aime plus. Je ne pourrais plus l’aimer. Forte de cette pensée, j’attaque plus sérieusement ma glace en essayant de me concentrer sur autre chose. Comme cet étudiant qui vient de se renverser un verre de soda dessus sous les rires de ses amis. Faaaaaiiiiil ! J’ai l’impression de nous voir, Caïn, Dante et moi, des années en arrière… et maintenant. Sauf que là, tout tourne autour de mes fantastiques space-cakes, et de bon vin que nous descendons joyeusement pour accompagner une pizza dont les parts restantes finiront invariablement collées à nos joues quand nous nous réveillerons le lendemain matin. Enfin surtout sur les leurs, parce que moi j’ai le droit de dormir dans le lit alors qu’ils finissent par terre ou sur le canapé. C’est mignon n’est ce pas ? Moins quand Caïn se retrouve avec un anchois dans les cheveux et Dante des olives dans les oreilles. « Alice !  » Mon coeur s’arrête. Il… m’a retrouvée ? Affolée, je lève les yeux et le fixe, le coeur au bord des lèvres. Je le connais ? Il m’est vaguement familier, comme le vendeur de journaux m’est vaguement familier, autant dire que cela me semble être une fausse impression mais j’ai peur. J’ai tellement peur que réfléchir m’est impossible. Il me connaît. Il connaît Alice, il connaît l’ancien moi et… Je le vois changer d’expression, passer de la panique au soulagement alors qu’une petite fille se présente devant lui avec un sourire innocent. Mon coeur repart. Alice, évidemment, personne ici à part Dante et Caïn ne savent que j’étais Alice. Je suis Harper. Alice est morte et enterrée, je ne veux plus en entendre parler, je veux l’oublier. J’inspire profondément et entreprends de calmer les battements désordonnés de mon coeur mais quelque chose m’en empêche. « Mademoiselle? Vous allez bien? Vous semblez... effrayée par quelque chose. » Je lève les yeux vers cet homme et rougis, un peu malgré moi, quoi que je sache que ceci me fasse passer pour une charmante petite chose fragile. Et je suis flattée qu’on me donne encore du Mademoiselle alors que j’ai trente-cinq ans. Je baisse rapidement les yeux en esquissant un sourire gêné et enroule une mèche de cheveux autour de mon index. « Tout va bien. J’ai juste été surprise par votre cri, j’étais un peu trop perdue dans mes pensées. » Je relève la tête et lui offre un sourire éblouissant. Le persuader que tout va bien et il me laissera tranquille, c’est ainsi que ça marche.

« C'est qui la madame papa? Tu la connais? Elle est jolie! » Je souris à la gamine, un peu gênée. Elle est mignonne comme tout, mais je n’ai qu’une hâte c’est qu’ils s’en aillent pour que je puisse finir ma glace en paix. Et puis les enfants me mettent mal à l’aise. D’un côté j’ai envie de les câliner jusqu’à ce que mort s’ensuive, de l’autre j’ai envie de m’enfuir loin d’eux parce qu’ils me font gravement flipper. « Non, je ne la connais p... » Je m’apprête à soupirer de soulagement. Enfin tranqu…« Mais si bien sûr! Alice Lewis, n'est-ce pas? Vous êtes sortie avec mon ami Jake il y a... Oh... Une bonne quinzaine d'années, non? Je suis Liam, je ne sais pas si vous vous souvenez de moi? » Mon visage perd instantanément ses couleurs et je le fixe d’un air complètement terrifié avant de vite regarder ailleurs. Non, impossible ! Il ne se souvient pas de moi ! J’ai teint mes cheveux, c’était il y a plus de dix ans ! « Vous faîtes erreur, je m’appelle Harper. Harper Black. Je ne connais pas cette… Alice Lewis c’est ça ? » Je souris, un peu nerveuse. Ne craque pas, ne craque pas. Il fronce les sourcils. Souris Ali… Harper ! Souris Harper ! Il ne se souvient pas de toi ! En plus tu es blonde maintenant ! MAIS QUELLE CONNE POURQUOI JE SUIS REVENUE ICI ! J’AURAIS DÛ CHOISIR LE TROU DU CUL DU MONDE POUR M’Y CACHER ! « Je... Excusez-moi... Vous lui ressemblez énormément... Mais j'imagine que j'ai dû me tromper, je vous prie de me pardonner mon erreur. » J’agite la main d’un air nonchalant alors qu’en réalité je suis morte de peur et que j’ai très très très envie d’aller aux toilettes. Note pour moi-même : jamais trois cafés d’affilée. « Ce n’est rien, à vrai dire on m’a même arrêtée dans la rue parce que soit disant je ressemble à une actrice quelconque » je fais d’un ton rieur. « Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de mal. » En fait si, il y a du mal. Il a failli me coller une crise cardiaque. Et il n’a pas franchement l’air de me croire. Je suis une si mauvaise actrice ? Merde alors ma carrière dans le cinéma est foutue avant même d’avoir commencé, quelle tristesse ! Avec un sourire gêné je sors un tas de copies que je pose sur la table et commence à les corriger sans plus un regard pour Liam, espérant que mon air occupé le fera fuir. Je me souviens vaguement de lui, mais bien davantage de Jake et de ses merveilleuses fesses. Hum. Mauvaise idée d’y repenser. J’espère que je ne croiserais pas Jake, lui me reconnaîtra sûrement (sinon je serais certainement soulagée mais très vexée). Armée de mon terrible stylo rouge, je corrige, impitoyable bras armé de la justice professorale de Cambridge. Bon d’accord dessiner un petit vampire dans la marge pour un de mes élèves qui a écrit une partition sur un des thèmes de la semaine dernière, « capes et dentiers », n’est pas des plus impressionnants. Mais mes élèves m’adorent ! Ceux qui vont diront le contraire seront pendus !

« Papa papa ! Regarde, c'est des notes de musiques ! » Je lève la tête de mes copies et fixe la gamine d’un air incertain. J’hésite entre la trouver trop mignonne, trop adorable et lui conseiller de se mêler de ses affaires. Ou lui enfoncer mon stylo rouge dans le nez. « Chut Alice, laisse Mademoiselle Black tranquille, elle est occupée, tu le vois bien. » J’offre un sourire rayonnant au papa. Oui emmène donc ton abominable petit monstre manger des frites bien grasses et s’en mettre de partout et laisse moi retourner à ma tranquille existence d’anonyme, tu seras mignon Liam ! « Pardonnez-moi. » J’agite la main d’un air nonchalant. « Ce n’est rien, les enfants sont les enfants n’est ce pas ? C’est tout naturel d’être curieux à cet âge là. » Son regard glisse sur les partitions que je corrige et je fronce les sourcils. « Vous êtes professeur ? A Cambridge ? C'est bizarre, je ne vous y ai jamais vu ! » Je souris, d’un air crispé. « Je suis là depuis peu. Je suis la nouvelle prof de musicologie. » détends-toi Harper. Détends-toi. Il ne te connait plus. Tu n’as rien à craindre. « Je ne vous ai jamais vu là-bas non plus » je réplique en battant des cils. « Vous êtes professeur, Monsieur ? » Bon d’accord je sais comment il s’appelle, mais lui ne sait pas que je sais. Je ne me souvenais certes pas que Liam était aussi séduisant. Jake l’était à l’époque, mais Liam… un peu mais pas à ce point. Il paraît que c’est l’aura des pères. Célibataire peut être ? Allons bon, Harper ça suffit ! Ne commence pas avec ça, de toutes façons tu n’as pas le temps pour la bagatelle ! Ni l’envie n’est ce pas ? Tu ne vas pas remettre le couvert avec une vieille connaissance que tu fais semblant de ne pas connaître, père d’une gamine qui porte le nom de ton ancien moi, et qui est sûrement marié ! Ça suffit ! « Vous voulez peut être manger ? Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, j’ai tellement de copies à corriger ! » je fais en riant tout en essayant de cacher les dessins que j’ai fait sur les pires copies. Je suis horriblement gênée. Je crois que je vais m’enfermer dans les toilettes.

UC



Dernière édition par N. Harper L. Black le Sam 16 Mar - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Space McFlurry [LOTR]   Jeu 14 Fév - 18:14

« Papa papa papa papaaaaaaaa !! » ma fille répète incessamment alors que je tends ma carte bleue à la caissière, me tirant la manche pour attirer mon attention. Avec un soupire, je me tourne vers elle. « Qu’est-ce qu’il y a, ma chérie ? » je lui demande tout en faisant un sourire d’excuse à la jeune femme, qui se contente de regarder ma petite fille avec amusement et tendresse. « J’ai faim » répond-t-elle avec une moue boudeuse, et son estomac gargouille, comme pour appuyer son affirmation. Je lui frotte le haut de la tête affectueusement, avant d’attraper le sac que me tend la caissière et de ranger ma carte bleue dans mon portefeuille. Puis, j'attrape la main de ma fille, et me dirige vers la sortie de la librairie. « Où est-ce que tu veux manger ? » Autant la laisser choisir, ça lui fera plaisir. « Macdo ! » s'écrie-t-elle en sautillant. Je réfléchis un instant, hésitant, alors qu'elle m'entraine sans attendre de réponse vers le fast-food. « Mais c'est très gras, ma puce, le macdonald. Très mauvais pour la santé. Je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée. » Elle s'arrête brusquement et vient se placer devant moi, un air suppliant sur le visage. « Papa, s'il te plaiiiiiiiiiiit » Je me mords la lèvre, mais mon regard croise le sien, et je sens très vite ma détermination à ne pas la laisser manger n'importe quoi s'éloigner. Je soupire, avant de hocher la tête en direction du restaurant, maintenant à quelques pas seulement de nous. « J'imagine qu'une fois de temps en temps... » Je ne finis pas ma phrase. Elle bondit sur place, avant de se précipiter vers le fast-food et de pénétrer à l'intérieur. Paniqué à l'idée de la laisser seule, ne serait-ce que pour une seconde, je me hâte à sa suite. Une fois à l'intérieur, ma panique ne fait que doubler. Je ne la vois nul part. « Alice ! » je m'écrie, au bord de la crise de nerf. Alors que ma petite fille surgit devant moi, souriante, une jeune femme, blonde, la trentaine, relève la tête, et me lance un regard effrayé – terrorisé, même. Fronçant les sourcils, inquiet, je m'approche doucement d'elle, la main de ma fille dans la mienne. « Mademoiselle? Vous allez bien? Vous semblez... effrayée par quelque chose. » Je la fixe du regard, à la fois soucieux et curieux. Elle me semble étrangement familière. Elle rougit – peut-être n'aurais-je pas dû l'appeler mademoiselle, elle semble en âge d'être mariée, après tout – et je cherche à me souvenir où j'ai déjà vu ce visage. Parce que je l'ai vu, j'en suis convaincu. Je n'oublie jamais un visage. Il me faut parfois un peu de temps pour me rappeler à qui il appartient, mais je ne l'oublie jamais. Quand j'ai déjà rencontré quelqu'un, et que je lui ai déjà parlé, je m'en souviens. Toujours. « Tout va bien. J’ai juste été surprise par votre cri, j’étais un peu trop perdue dans mes pensées. » Elle me fait un sourire éblouissant, mais bizarrement, il me semble faux. Probablement a-t-elle dit la première chose qui lui venait à l'esprit pour se débarrasser de moi. Je ne vais pas la déranger plus longtemps. Alice a faim, de toute façon. « C'est qui la madame papa? Tu la connais? Elle est jolie! » Je pause mon regard sur ma fille, un sourire sur les lèvres. « Non, je ne la connais p... » Puis, ça me frappe, et je relève la tête, souriant à la jeune femme. « Mais si bien sûr! Alice Lewis, n'est-ce pas? Vous êtes sortie avec mon ami Jake il y a... Oh... Une bonne quinzaine d'années, non? Je suis Liam, je ne sais pas si vous vous souvenez de moi? » Comme je l'ai dit, je n'oublie jamais un visage, et maintenant que j'ai remis un nom sur le sien, je suis sûr de moi. Sa réaction, pourtant, n'est pas du tout celle d'une vieille connaissance qui reconnaît le meilleur ami d'une ancienne relation, mais plutôt celui d'une proie apeurée, ce que je ne m'explique pas. « Vous faîtes erreur, je m’appelle Harper. Harper Black. Je ne connais pas cette… Alice Lewis c’est ça ? » Je fronce les sourcils. Quelque chose ne colle pas. J'ai l'impression qu'elle n'est pas totalement honnête. Mais je ne peux pas lui dire ça, n'est-ce pas ? Ce serait extrêmement mal poli. « Je... Excusez-moi... Vous lui ressemblez énormément... Mais j'imagine que j'ai dû me tromper, je vous prie de me pardonner mon erreur. » Pourtant, j'étais vraiment certain que c'était elle. Et normalement, je suis bon avec les visages. Sans compter qu'elle semble assez inconfortable. Mais bon, il me semble évident que je me suis trompé. « Ce n’est rien, à vrai dire on m’a même arrêtée dans la rue parce que soit disant je ressemble à une actrice quelconque Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de mal. » Je lui souris, et m'apprête à partir, afin de la laisser tranquille. Malheureusement, il semblerait que ma petite fille est loin d'être d'accord avec ce plan. « Papa papa ! Regarde, c'est des notes de musiques ! » s'écrie t-elle en se penchant sur les feuilles éparpillés sur la table. Je lance un regard désapprobateur à ma fille. « Chut Alice, laisse Mademoiselle Black tranquille, elle est occupée, tu le vois bien. » Je me tourne vers la jeune femme. Cette situation est extrêmement embarrassante. « Pardonnez-moi. » Puis mon regard s'arrête sur ses papiers. « Vous êtes professeur ? A Cambridge ? C'est bizarre, je ne vous y ai jamais vu ! » je m'exclame, surpris. « Je suis là depuis peu. Je suis la nouvelle prof de musicologie. » Je penche la tête d'un air intéressé. J'aime beaucoup la musique, bien que toutes mes tentatives pour apprendre un instrument se soient révélées catastrophiques. « Je ne vous ai jamais vu là-bas non plus. Vous êtes professeur, Monsieur ? » Je hoche affirmativement la tête. « J'enseigne la littérature » je réponds assez rapidement, voulant terminer cette conversation au plus vite. Ma fille et moi ne nous sommes déjà que trop imposés, et ce n'est vraiment pas une façon de se comporter avec des inconnues. « Vous voulez peut être manger ? Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, j’ai tellement de copies à corriger ! » J'attrape la main de ma fillette, qui n'a cessé de gigoter pour tenter d'apercevoir les copies de la jeune femme, signe que je lui demande de se tenir calme. « Oui, je crois bien qu'Alice va mourir de faim si elle attend plus longtemps » j'affirme, et je vois du coin de l’œil ma fille approuver d'un signe de tête, ce qui me fait sourire. « Nous ne vous dérangerons pas plus longtemps... De toute façon, nous nous recroiserons probablement à l'université. En attendant, bonne chance avec ces copies ! » je m'exclame avant de me diriger vers la queue, ma fille s'écriant déjà qu'elle veut le jouet des garçons qui vient avec le menu, pas celui des filles (« il est nul et j'aime pas le rose », je cite).



uc
Revenir en haut Aller en bas
 
Space McFlurry [LOTR]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» Space wolves VS tyranides
» Space Marines à vendre (pleins d'affaires)
» Chaos Space Marine Roster - Legion of the Damned
» Space Hulk et eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: