ALIYAH&ENZO ♢ It belongs to you...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: ALIYAH&ENZO ♢ It belongs to you...   Sam 5 Jan - 23:39



✖ ALIYAH &ENZO ✖
« it belongs to you»

Je suis avachi dans mon canapé, une bière à la main et je contemple le petit carton disposé sur la table basse. Ça doit faire quoi? Trois? Quatre? Cinq mois qu’il est là? Lorsque le département a proposé à Aliyah de récupérer les affaires personnelles de Tom, elle a d’abord refusé. J’imagine que la douleur était encore trop cuisante dans son esprit ou bien qu’elle n’était pas encore prête à affronter la réalité. En tant que coéquipier et meilleur ami, je me suis senti obligé d’emballer ses affaires et de les conserver jusqu’à ce que sa femme se sente prête à les récupérer. Et ce jour a fini par arriver. Aliyah m’a téléphoné ce matin même en me demandant si j’avais toujours les affaires de Tom et si je pouvais les lui emmener. J’ai promis de passer dans l’après-midi. D’ailleurs, je ferais mieux de prendre la route. J’ai fais si souvent l’aller-retour entre Londres et Oxford que ce trajet n’a plus aucun secret pour moi, je crois même que je pourrais le faire les yeux fermés. Lorsque j’ai promis à mon meilleur ami de veiller sur sa femme, je ne pensais pas que les choses iraient si loin, je ne pensais pas qu’il ferait durer cette affaire plus que de raison, je ne pensais pas m’attacher à elle. Aujourd’hui? Aujourd’hui, j’en arrive même à souhaiter qu’il ne revienne pas. Lorsque je lui téléphone et que je tombe sur sa boîte vocale, lorsqu’on m’annonce que son numéro n’est plus attribué ou qu’il est injoignable; il m’arrive d’espérer qu’il ait disparu - pour de bon cette fois. J’ai honte de moi. Je me débecte. En toute franchise, c’est à peine si j’arrive à me regarder en face. « Allô, Aliyah? Non, non, tout va bien. Je voulais juste te prévenir que je pars. A tout à l’heure ma belle ». Je ne fais pas durer notre communication et rassemble les quelques affaires que j’ai pu éparpiller ici et là avant d’attraper la petite boîte. Mon regard se perd sur leur photo de mariage et je ne peux m’empêcher de soupirer « Bordel Tom, mais qu’est-ce que t’as foutu… »

Un peu plus tard dans la journée.
Les minutes qui me séparent de chez elle sont interminables et paradoxalement si fugaces. Je ne suis définitivement pas prêt pour ça. Vraiment pas. Je monte les quelques marches qui me séparent de la porte d’entrée et ma main va se poser sur la boiserie de celle-ci. Je prends une grande inspiration et me décide à frapper. J'espère que son frère jumeau ne sera pas dans les parages. Je n'ai rien contre Noah, mais il a l'air suspicieux à mon sujet et je dois bien avouer que je ne suis pas très à l'aise avec ça. Et puis, j'en ai assez de ce petit jeu. Tom est injoignable, je ne sais pas ce qu'il en est, c'est devenu invivable... « Salut toi » dit-elle en s’assurant que j’ai bien apporté la boîte. Qu’elle se rassure, je n’ai pas spécialement envie de la garder - elle est bourrée de photos d’elle et Tom et je suis loin d’être à l’aise avec ça. « Je t’en prie, entres. » Je lui adresse un sourire contrit et fait un pas vers elle dans le but de la saluer. Aliyah en profite pour refermer la porte derrière moi avant d’ajouter « Noah n’est pas là aujourd’hui, il est parti travailler. » Je cache si mal mes émotions? Comment a-t-elle pu deviner que la présence de son jumeau me dérangeait? Je ne lui en ai pourtant jamais parlé… A moins que ça ne soit ce cher Mister Coolidge qui ne passe pas très bien avec les gens? Allez savoir… « Je n’y ai pas touché » je bafouille en la posant sur la table du salon. « Bien sûr, je sais approximativement ce qu’elle contient étant donné que c’est à moi qu’ils avaient confié la tâche de ranger ses affaires, mais tout est resté intacte » je conclus en me raclant la gorge. « Comment ça va, sinon? L’enregistrement avance? » je demande, impatient à l’idée de changer de sujet. C’est fou comme ça peut-être délicat d’évoquer Tom désormais… « L'enregistrement se passe bien. A vrai dire, je suis vraiment heureuse que ce soit Noah qui se charge de me lancer. » Je lui souris à défaut de pouvoir dire autre chose. Même si son frère jumeau est étrange, je me dois de reconnaître qu’il a un talent certain pour dénicher les artistes. « Écoutes, je suis désolée que tu aies dû te charger de tout ça. De récupérer ses affaires. Mais aujourd'hui, je crois que j'ai besoin de tourner la page, de passer à autre chose. Je ne pourrais pas l'oublier, c'est impossible mais il faut que j'avance. Et je crois que ça passe par cette boîte qui résume sa vie. Notre vie. Mais merci d'avoir été là pour moi. » Je me laisse tomber sur le canapé et la fixe sans rien dire. Sacré retournement de situation. « Passer à autre chose?» je répète bêtement. « Tu… tu es sûre d’être prête à faire ça? Je veux dire… il ne faut surtout pas te précipiter. Certaines personnes ont besoin de plus de temps pour faire leur deuil et… tu as rencontré quelqu’un? » je demande en écarquillant les yeux. Non, parce que ce serait embarrassant. Pour Tom, comme pour moi. C’est déjà suffisamment compliqué de lutter contre le fantôme de mon meilleur ami, mais si un autre homme entrait dans sa vie - comment ferais-je pour la conquérir? Enfin… si toutefois, je venais à considérer la chose un jour, bien sûr. « On pourrait dire ça comme ça. » Génial… « Il faut vraiment que j’avance Enzo. Je veux dire, j’ai retrouvé mon frère, ma carrière décolle alors la seule chose qui me retienne en arrière c’est cette boîte et… et Tom. Il n’est plus là et il ne reviendra pas. Je ne peux pas le ramener et toi non plus » Je baisse la tête et lâche un long soupir. Il fut un temps où j’aurais pu le raisonner, le convaincre de rentrer -mais ça fait plusieurs mois que je n’ai pas eu de ses nouvelles et les chances pour qu’il se soit fait démasquer ou pire encore sont énormes. Parfois, j’essaie de relativiser les choses en imaginant qu’il a rencontré quelqu’un et tout bêtement décidé de refaire sa vie, mais au fond, je sais que ce n’est pas possible. Tom est trop attaché à Aliyah pour aller voir ailleurs, trop intègre pour ça. D’ailleurs, je ferais mieux de suivre son exemple au lieu d’essayer de lui ‘voler’ sa femme. « Je comprends ce que tu ressens et tu as probablement raison. Il faut que t’avances et que tu penses un peu à toi. C’est juste que… » Bon sang Enzo, tais toi! « Fais attention, d’accord? Je veux dire, avec ce… Je sais bien que ça ne me regarde pas, mais Tom était mon meilleur ami et tu comptes énormément pour moi alors, j’ai pas envie que tu souffres c’est tout » je conclus en posant ma main sur la sienne. Gêné par cette soudaine proximité je m’écarte légèrement et détourne le regard. Je ne suis pas d’un naturel timide et je n’ai pas peur des femmes seulement, je n’ai encore jamais ressenti ça pour personne et j’ai l’impression de faire quelque chose de mal. Le simple fait de la désirer est condamnable. C’est la femme de mon meilleur ami, je devrais avoir honte de moi. « Je le serais, ne t'inquiètes pas. Je tiens à toi également et puis tu sais, je suis bien entourée entre mon frère et toi, je ne risque rien. Quant à ma vie sentimentale, enfin c'est compliqué je suppose. » Elle jette un dernier coup d’œil à sa photo de mariage et la glisse dans la petite boîte qu’elle s’empresse de refermer. Alors, ça y est? La page est tournée? Si seulement c’était aussi simple pour moi. Si seulement je pouvais oublier le meurtrier de mon père et mettre un terme à cette mission suicide… Si seulement j’étais aussi raisonnable qu’Aliyah. « Je serais toujours là pour toi… Tu le sais, n'est-ce pas? » Elle acquiesce d'un signe de la tête et je lui souris, avant d'ajouter « Tu es une femme formidable. Brillante et belle comme un cœur... Je ne m'inquiètes pas pour toi, tu finiras par retrouver quelqu'un, j'en suis persuadé. D'ailleurs, l'heureux élu est un sacré petit veinard ! J'espère qu'il se rend compte de la chance qu'il a... » j’ajoute en me levant brusquement. Je n’ai pas spécialement envie que l’on poursuive cette conversation. Même si je suis content pour elle, je ne peux m’empêcher de jalouser cet autre type. Décidément, il y aura toujours quelqu’un pour se mettre entre nous. « Il faut que j'y aille... » Mêlant le geste à la parole, je me dirige vers la porte d’entrée et m’apprête à sortir - comme ça, sans même prendre la peine de la saluer. Mais ça vaut probablement mieux, je me suis déjà suffisamment ridiculisé. Pourtant et tandis que je pose la main sur la poignée, une pression s’exerce sur mon bras. « Enzo, il faut que je te dise quelque chose ... » Je m’arrête et lui fait volte face. Elle a l’air franchement embarrassé, ce qui ne fait que m’inquiéter davantage. « Écoutes, je t'apprécie énormément et ... » Elle soupire et mon rythme cardiaque accélère subitement. Je suis pendu à ses lèvres, impatient d‘entendre la suite. « Ce que j'essaie de te dire c'est que le petit veinard, c'est ... c'est toi. » Je n’en crois pas mes oreilles. Est-ce qu’elle vient vraiment de dire qu’elle ressentait quelque chose pour moi ou suis-je encore en train de fantasmer? Je me mords discrètement la langue pour m’assurer que tout ça est bien réel et la douleur me fait prendre conscience que je suis réveillé. Incapable de dire quoi que ce soit, je pose mes mains sur son visage et lui dérobe un baiser. Ses lèvres sont encore plus douces que ce que j’ai pu imaginer. « J’ai tellement rêvé de cet instant, si tu savais… » je lâche en lui souriant tendrement. « Ça fait un petit moment que j’y pense, mais je ne savais pas comment m’y prendre. »

Elle caresse ma joue et je frissonne au contact de sa main. « Moi aussi mais je crois que quelque part, on s'imposait des limites, des barrières qui n'ont pas lieu d'être » ajoute-t-elle avant de me rendre mon baiser. J’ai l’impression de vivre un rêvé éveillé. Alors, oui je suis heureux, mais quelque part, je ne peux m’empêcher de penser à Tom et au fait que je sois en train de séduire sa femme. Je ne suis pourtant pas ce genre d’homme, mais les sentiments ne se contrôlent pas. Habités par la passion de cette relation naissante, nous décidons de passer le reste de la journée tous les deux. Blottis l’un contre l’autre, nous profitons de l’instant sans trop nous poser de questions, tout en sachant pertinemment que les remords nous gagneront bien assez tôt.

Il est 21 h 30 quand je regagne l’habitacle de mon véhicule. Sans vraiment y réfléchir, j’attrape mon téléphone portable et compose le numéro de Tom. Je suis surpris de constater qu’il n’a pas encore changé de numéro. En même temps il m’aurait prévenu, mais je trouve tout de même ça étrange qu’il l’ait gardé. « Tom… C’est moi, Enzo. Il faut que je te parle. C’est à propos d’Aliyah. Rassure-toi, elle va bien, mais… je… je crois que j’ai des sentiments pour elle » Je raccroche et appuie ma tête sur le volant, anxieux rien qu’à l’idée que mon meilleur ami puisse croire que je l’ai trahi. Or, quand il aura écouté ce message, il me détestera.

FIN DU SUJET WHAT A FACE !

code by shiya & gifs by spirit.



Dernière édition par Enzo L. Applegate le Jeu 7 Fév - 22:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ALIYAH&ENZO ♢ It belongs to you...   Dim 6 Jan - 3:49



✖ Enzo & Aliyah ✖
« it belongs to you »

Aliyah regardait par la fenêtre. Pour la nouvelle année, le temps avait décidé de se montrer clément. La jeune femme s'était récemment installer chez son frère, enfin, il avait accepté de l'héberger pour un temps dirons-nous. Elle n'avait pas réussi à trouver de logement - dans ses moyens- et Noah n'avait pu consentir à la laisser dans cette galère. Bien entendu, c'était provisoire. Aliyah ne souhaitait en aucun cas s'imposer. La jeune femme rejoignit le salon et y trouva un mot de son jumeau, lui indiquant qu'il était parti travailler. Elle sourit. Toujours aussi prévenant ce cher Noah. Hormis la décision d'emménager chez son frère, la jeune femme avait également décidé de reprendre ce qui lui appartenait. Elle avait téléphoné à Enzo, l'ancien coéquipier et meilleur ami de son défunt époux. Lorsque Tom était décédé, elle avait refusé de récupérer ses affaires mais aujourd'hui, elle voulait tourner la page et pour faire son deuil, elle avait besoin de ça. Et si elle souhaitait tourner la page, ce n'était pas uniquement pour ça. Le soucis c'est Enzo justement, si l'on pouvait appeler ça un soucis. Le fait de l'avoir près d'elle avait rendu les choses à la fois simples et compliqués. Sans vraiment s'en rendre compte, elle s'était attachée à lui. Il lui avait beaucoup apporté. Alors qu'elle était plongée dans ses pensées, son portable sonna. C'était Enzo . « Allô, Aliyah ? Non, non, tout va bien. Je voulais juste te prévenir que je pars. A tout à l’heure ma belle » La conversation fut courte. Cependant, elle avait encore du temps devant elle.

Ce n'est que plus tard dans la journée qu'Enzo arriva. Il frappa à la porte et la jeune se pressa pour lui ouvrir. « Salut toi. » Son regard se posa automatiquement sur la boîte qu'il tenait. « Je t'en prie, entres » Elle s'écarta pour le laisser passer et referma la porte derrière lui. « Noah n'est pas là aujourd'hui, il est parti travailler. » Aliyah était assez anxieuse à l'idée d'ouvrir cette boite.« Je n’y ai pas touché » Enzo la posa sur la table. « Bien sûr, je sais approximativement ce qu’elle contient étant donné que c’est à moi qu’ils avaient confié la tâche de ranger ses affaires, mais tout est resté intacte. Comment ça va, sinon ? L’enregistrement avance ? » La jeune femme hocha la tête. Elle savait qu'il connaissait son contenu et cela ne la dérangeait pas énormément. « L'enregistrement se passe bien. A vrai dire, je suis vraiment heureuse que ce soit Noah qui se charge de me lancer » Elle marqua une pause. Elle ne pouvait éviter le sujet plus longtemps « Écoutes, je suis désolée que tu aies dû te charger de tout ça. De récupérer ses affaires. Mais aujourd'hui, je crois que j'ai besoin de tourner la page, de passer à autre chose. Je ne pourrais pas l'oublier, c'est impossible mais il faut que j'avance. Et je crois que ça passe par cette boîte qui résume sa vie. Notre vie. Mais merci d'avoir été là pour moi. » « « Passer à autre chose?» Apparemment, Enzo ne s'attendait pas à se genre de réponse. « Tu… tu es sûre d’être prête à faire ça? Je veux dire… il ne faut surtout pas te précipiter. Certaines personnes ont besoin de plus de temps pour faire leur deuil et… tu as rencontré quelqu’un? » Aliyah prit place à côté de lui sur le canapé et posa la boîte sur la table devant elle. Rencontrer quelqu'un ? Était-ce réellement une rencontre lorsque l'on connait la personne en question depuis longtemps déjà ? « On pourrait dire ça comme ça » Elle préférait rester évasive. « Il faut vraiment que j'avance Enzo. Je veux dire, j'ai retrouvé mon frère, ma carrière décolle alors la seule chose qui me retienne en arrière c'est cette boite et ... et Tom. Il n'est plus là et il ne reviendra pas. Je ne peux pas le ramener et toi non plus. » Aliyah ouvrit la boite. Elle y trouva une photo de leur mariage. Oui elle se souvenait le lui avoir donner pour qu'il pense toujours à elle au bureau. Et puis d'un geste aussi impulsif que libérateur, elle retira son alliance qu'elle avait toujours gardé . Elle s'était refusée à l'enlever mais ce temps était révolu à présent. « Je comprends ce que tu ressens et tu as probablement raison. Il faut que t’avances et que tu penses un peu à toi. C’est juste que… » Aliyah l'écoutait attentivement. « Fais attention, d’accord? Je veux dire, avec ce… Je sais bien que ça ne me regarde pas, mais Tom était mon meilleur ami et tu comptes énormément pour moi alors, j’ai pas envie que tu souffres c’est tout » Pour ponctuer ses dires, il posa sa main sur la sienne. Ce geste aussi anodin soit-il lui fit plaisir. Venant d'un autre homme que son frère, on pouvait y voir une signification différente. Mais il se ravisa et détourna le regard. Enzo était un homme complexe, Aliyah le savait mais elle se posait des questions. Il envoyait des signaux contradictoires. Une minute, il cherchait à être proche d'elle et la seconde d'après, il s'éloignait. Comme si une petite voix dans sa tête le rappelait à l'ordre. C'était déroutant. A moins qu'Enzo ne soit marié ... Non c'était idiot, elle l'aurait su. Elle ignorait comment agir avec lui. Alors pour mettre fin à ce silence pesant, elle remit la photo de son mariage dans la boite et ferma cette dernière tout en s'adressant à Enzo « Je le serais, ne t'inquiètes pas. Je tiens à toi également et puis tu sais, je suis bien entourée entre moi frère et toi, je ne risque rien . Quant à ma vie sentimentale, enfin c'est compliqué je suppose. » D'ordinaire très directe, et Noah en savait quelque chose ... Aliyah prenait des pincettes avec lui. Il avait cette capacité à la déstabiliser, à la faire réfléchir sur la manière dont elle devait aborder un sujet. Et il fallait être honnête, ce sujet en particulier était plus que délicat.

«Je serais toujours là pour toi… Tu le sais, n'est-ce pas? » La jeune lui sourit et hocha la tête. Elle n'en avait jamais douté. « Tu es une femme formidable. Brillante et belle comme un cœur... Je ne m'inquiètes pas pour toi, tu finiras par retrouver quelqu'un, j'en suis persuadé. D'ailleurs, l'heureux élu est un sacré petit veinard ! J'espère qu'il se rend compte de la chance qu'il a... » Aliyah l'écoutait attentivement, à la fois heureuse et gênée par son discours. Décidément, elle était complètement perdue. Enzo se leva, ajoutant un « Il faut que j'y aille... » bref et court. Un sacré petit veinard ? était-il si aveugle que cela ? Ou alors était-elle très douée pour masquer ses sentiments ? Il se dirigeait vers la porte et la jeune femme réalisa que c'était sa dernière chance. Elle n'aurait peut-être plus le courage de lui avouer que c'était lui « le petit veinard » . Elle s'élança à sa suite et attrapa son bras pour se retrouver face à lui « Enzo, il faut que je te dise quelque chose ... » Elle était franche mais lorsqu'il s'agissait de ses sentiments, surtout avec la personne qui se tenait en face d'elle, Aliyah était incapable d'aligner deux mots. Son discours était tout à fait incohérent « Ecoutes, je t'apprécie énormément et ... » Elle soupira, se trouvant parfaitement exaspérante « Ce que j'essaie de te dire c'est que le petit veinard, c'est ... c'est toi. » Aliyah ignorait comment il allait réagir et elle était à la fois inquiète et impatiente. Mais il était clair qu'elle ne s'attendait pas cela. Il s'approcha d'elle, posa ses mains sur son visage et l'embrassa. Un baiser doux, tendre et chaste. « J’ai tellement rêvé de cet instant, si tu savais… » Est-ce qu'elle était en train de rêver ? « Ça fait un petit moment que j’y pense, mais je ne savais pas comment m’y prendre. » Elle leva les yeux vers lui et elle y trouva un réconfort. Elle s'était toujours sentie en sécurité auprès d'Enzo et d'autant plus aujourd'hui. Elle caressa sa joue, un sourire timide aux lèvres « Moi aussi mais je crois que quelque part, on s'imposait des limites, des barrières qui n'ont pas lieu d'être. » Aliyah se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur ses lèvres, peut-être comme une manière de se rassurer ou tout simplement parce qu'elle en avait envie.

D'un commun accord, ils passèrent le reste de la journée ensembles, à discuter de tout et de rien. Juste à profiter l'un de l'autre. Ce n'est que plus tard que Noah rentra du travail et qu'ils se séparèrent, certainement mal à l'aise de s'être fait surprendre, un peu comme deux adolescents. Aliyah sourit au regard curieux de son jumeau et lui promit de tout lui raconter.


FIN DU SUJET

code by shiya & gifs by spirit.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALIYAH&ENZO ♢ It belongs to you...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Entretien avec Enzo Blackney
» Répartition : Enzo Leone [manque avatar]
» Heads Will Roll ▬ Jamie & Enzo
» Je t'aime mais j'ai mal {Enzo
» Enzo - croisé bichon et caniche - 10 ans (94)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: