Mais je te jure que je suis gay! w/ Lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Mais je te jure que je suis gay! w/ Lauren   Dim 30 Déc - 19:35

J'ai décidé de passer le week-end chez un de mes amis à Londres, pour changer un peu de Cambridge, ce qui aurait été une excellente idée si le-dit ami n'avait pas la mauvaise habitude de me trainer dans des boites/bars/endroits-où-on-peut-boire-et-faire-la-fête systématiquement. Pas que je n'aime pas ça, bien sûr que si, j'adore même, mais disons que j'ai tendance à me retrouver assez facilement seul au bar, mes amis étant du genre à draguer à tout va sur le dancefloor, et que je ne sais jamais comment m'y prendre quand une femme – où un homme, ce qui arrive bien trop souvent à mon goût si vous voulez mon avis – me drague. « Ça m'apprendra à pas savoir dire non » je grommelle dans ma barbe. Au même moment, je sens quelqu'un s'assoir à côté de moi, et instinctivement, me tourne pour voir à quoi il ou elle ressemble. Quand je reconnais la jeune femme qui se tient devant moi, je palis. « Lau... Lauren! Je... heu... ne m'attendais pas à te voir ici! » je m'exclame, extrêmement mal à l'aise. Manquait plus que ça. « Tu sais, je viens souvent ici...J'y fais toujours des rencontres très...prometteuses. » Je déglutis. Pourquoi ce genre de truc m'arrive toujours à moi, hein? Tout ce que je voulais, à la base, c'était impressionner la femme de mes rêves, pas devoir prétendre être gay et me faire à moitié agresser par une starlette nymphomane ou je sais pas quoi! « Bon, tu bois quoi ? Ce n'est pas l'usage, mais je t'offre un verre. Par contre, il va falloir que tu trouves un moyen de me récompenser pour ce geste de grande bonté...» Je reste un moment interdit, avant de secouer la tête. « Tu, heu... ne te sens surtout pas obligée, hein. Vraiment. » je bafouille, priant pour qu'elle s'en aille. Évidemment, elle ne bouge pas, malgré mes messages psychiques très bruyants ('va draguer quelqu'un d'autre va draguer quelqu'un d'autre JE T'EN SUPPLIE VA DRAGUER QUELQU'UN D'AUTRE'). Enfin, ils le sont dans mon cerveau, mais apparemment, elle ne les capte pas, elle. Elle me fixe, en plus. Ça me met incroyablement mal à l'aise. Bon, okay, encore plus mal à l'aise que je ne le suis déjà autour d'elle. « Nous prendrons deux...sex on the beach, s'il vous plaît. » Je rougis comme une tomate. Oh God why. Pourquoi moi pourquoi moi pourquoi moi. Je veux dire, ne vous méprenez pas, Lauren est splendide. Mais je ne suis pas ce genre de mec. Et j'aime Brune. « Ecoute Lauren... Je... Je suis... gay, okay? Ça sert à rien. » On pourrait croire que cette excuse me servirait dans des cas comme celui-là. Ça pourrait, sauf que Lauren n'y croit pas une seule seconde. « Si tu étais totalement désintéressé par la gente féminine, tu ne rougirais pas comme ça quand je te fais des propositions aussi alléchantes. » Je rougis encore plus. Cette femme n'est pas croyable. « Il va me falloir une meilleure excuse pour que j'arrête de m'intéresser à toi. » Je soupire et secoue la tête. Je n'ai rien contre elle, vraiment, mais j'aimerai vraiment qu'elle arrête de me draguer aussi outrageusement. « Qu'est-ce que tu dis de ça : je ne suis pas intéressé, Lauren. Je suis sûr que n'importe quel autre homme dans ce bar sera ravi de passer la nuit avec toi. Tu perds ton temps avec moi. » Avec un peu de chance, ça va marcher. Sauf que bon, hein, depuis quand je suis chanceux quand on en arrive aux femmes ? Non seulement je suis une catastrophe ambulante quand il s'agit de séduire, mais en plus, je suis maudit. Ou un truc du genre. Enfin, je ne vois que ça pour expliquer l'état de ma vie amoureuse actuelle. « Mais...mais...tu ne me connais même pas ! Comment tu peux dire ça ! » Je ferme les yeux un instant, me disant que si je prie pour qu'elle disparaisse, ça va peut-être arriver. Évidemment, non, mais ça ne coûte rien d'essayer, pas vrai ? « Tu n'es qu'un...goujat ! » Elle s'est levée, et maintenant, tout le monde nous dévisage. Je rougis comme une tomate, pire qu’embarrassé, et la force à se rasseoir à mes côtés. « Ça va pas la tête ?! Qu'est-ce qu'il te prend, bon de Dieu ?! » je chuchote sur un ton mi-agacé, mi-nerveux.

Uc


Dernière édition par Redmund P. Geileis le Ven 26 Avr - 19:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Mais je te jure que je suis gay! w/ Lauren   Jeu 3 Jan - 21:58

La nuit s'est couchée sur Londres, et j'ai décidé de ne pas rester avachie dans mon canapé hors de prix. Il faut que je sorte, que j'aille prendre l'air, et que je profite de cette soirée. Je me balade dans Soho, habillée comme toujours de façon totalement provocatrice. J'aime me faire remarquer. Des paparrazzi s'agitent autour de moi. Demain, je serai dans tous les tabloids, probablement avec la légende « Lauren Griffin ressort ivre morte d'un bar...Mais que lui arrive-t-il ?» Je me dirige au 12 Bar club. C'est un endroit pas vraiment digne de ma condition de superstar, mais en général, les gens sont trop bourrés pour me reconnaître, ce qui s'avère bien pratique. J'entre dans le bar, je m'installe immédiatement. Par le plus grand des hasards, me voilà à côté du charmant Red. J'ai cru comprendre, lors de mon passage à Cambridge, qu'il était suspecté d'être homo. Je n'en crois pas un mot. Mon intuition féminine ne me trompe pas. Et je suis bien décidée à lui faire des propositions peu catholiques. Quand il me reconnaît, il n'a pas l'air enchanté de me voir. Ses paroles en témoignent. « Lau... Lauren! Je... heu... ne m'attendais pas à te voir ici ! » Je lui fais un sourire des plus ravageurs et lui dis : « Tu sais, je viens souvent ici...J'y fais toujours des rencontres très...prometteuses. » Evidemment, c'est à lui que je fais référence. J'ajoute : « Bon, tu bois quoi ? Ce n'est pas l'usage, mais je t'offre un verre. Par contre, il va falloir que tu trouves un moyen de me récompenser pour ce geste de grande bonté...» Je suis ironique, en apparence. Mais mes petits sous entendus sont bien là pour le titiller un peu. Visiblement, ma venue semble perturber ce cher Red. C'est vrai que quand vous avez Lauren Griffin devant vous, il y a de quoi être chamboulé, je ne vous le fais pas dire. Je l'entends, un peu maladroit, bafouiller quelques mots : « Tu, heu... ne te sens surtout pas obligée, hein. Vraiment. » Les types peu sûrs d'eux me font craquer. Cela me rappelle mes jeunes années, au collège et au lycée, quand j'étais moi aussi du genre timide et coincée. Maintenant, cela a bien changé. Mais je ne vais pas vous raconter ma vie sexuelle maintenant, aussi palpitante soit-elle. Je fixe Red de mon regard de braise, puis dis au serveur, sans détourner mon regard de mon nouveau compagnon de soirée : « Nous prendrons deux...sex on the beach, s'il vous plaît. » Je n'ai pas choisi ce cocktail par hasard, évidemment. Bien décidée à ce que mes intentions soient tout à fait claires avec Red, je lui fais un petit clin d'oeil, amusé. Je sais bien que j'en fais des tonnes, mais le voir aussi gêné me ravit. Oui, je suis un peu sadique. Après ma proposition teintée de perversion, je fixe Red et vois à quel point il rougit. C'est mignon. J'adore les types timides. C'est plus fort que moi. Il ne doit pas le savoir, mais plus il se la jouera maladroit, plus je le draguerai. On nous apporte à boire. Je trinque avec lui et bois une gorgée de mon cocktail quand il recommence à me parler. « Ecoute Lauren... Je... Je suis... gay, okay? Ça sert à rien. » Je manque de m'étouffer. Je repose mon verre et laisse échapper un petit rire. Je lui dis, mon regard toujours plongé dans le sien : « Si tu étais totalement désintéressé par la gente féminine, tu ne rougirais pas comme ça quand je te fais des propositions aussi alléchantes. » Je ne suis pas dupe. J'ajoute : « Il va me falloir une meilleure excuse pour que j'arrête de m'intéresser à toi. » Alala, ce petit Red est bien charmant. Dommage qu'il ne me considère pas à ma juste valeur, c'est à dire comme la déesse que je suis. « Qu'est-ce que tu dis de ça : je ne suis pas intéressé, Lauren. Je suis sûr que n'importe quel autre homme dans ce bar sera ravi de passer la nuit avec toi. Tu perds ton temps avec moi. » Je lui sors mon regard de chat potté, en battant des cils.
« Mais...mais...tu ne me connais même pas ! Comment tu peux dire ça ! » Jouant la comédie, comme toujours, je me lève brusquement et lui dis, très fort pour bien lui faire honte : « Tu n'es qu'un...goujat ! » Il va regretter de m'avoir rejeté avec aussi peu de tact. Voilà, je l'ai mis franchement mal à l'aise. Tout le monde nous écoute et nous regarde dans le bar. Il est rouge comme une tomate, visiblement très gêné par ce que je viens de lui dire. « Ça va pas la tête ?! Qu'est-ce qu'il te prend, bon de Dieu ?! » Je suis profondément vexée qu'il m'ait rejetée comme ça. D'où ma réaction un peu excessive. Je lui dis donc, voulant une dernière explication avant de m'en aller : « C'est juste que...je ne te comprends pas. Qu'est ce qui se passe ? Qu'est ce qui te déplaît tant chez moi ? » Allez, il n'est pas gay, je le sens. Je veux qu'il crache enfin le morceau.

UC heart
Revenir en haut Aller en bas
 
Mais je te jure que je suis gay! w/ Lauren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On me confond souvent avec Alfred, mais, je le jure, je... je suis Matthew ! [En cours]
» Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» LOU ♣ Je suis pessimiste quand je regarde le monde, mais mon système nerveux est optimiste.
» je suis seul,mais pas pour longtemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: