sv ; l'humour est enfant de nos haines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 14:06


Sean Ruairi Vickers w/ Eddie Redmayne
the characterthe person
→ habite à Londres la plupart du temps, mais il travaille souvent à Oxford et Cambridge.
→ âgé(e) de 26 ans.
→ né(e) le 28 Février à Belfast.
→ est ancien champion international d'escrime, reconverti en professeur d'escrime et escrime artistique. Il aimerait aussi reprendre les cours et peut-être commencer un doctorat d'histoire.
→ un t-shirt likes girls autrement dit, l'orientation sexuelle de votre personnage.
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : Amélie
→ âge : 18 ans.
→ comment avez-vous connu le forum ? Grâce à mon ami PRD.
→ code : Sérieusement, c'est juste [code bon Jordan]? Ca fait deux fois que je relis le règlement et ses annexes pour être sûre
→ crédits : indiquez ici la source des créations graphiques utilisées dans votre fiche.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? Nez.


Dernière édition par Sean Vickers le Sam 3 Nov - 15:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 14:08

it's my life, it's now or never
« Bonjour, que puis-je faire pour vous ? Vous venez pour le club d’escrime ? Ah non, c’est du petit Sean que vous voulez que je vous parle ? Je comprends mieux alors, mais j’espère que c’est pas pour un torchon, hein ? Bon, alors suivez-moi.

Sean Vickers, je l’ai connu alors qu’il était haut comme trois pommes. Ses parents étaient de grands sportifs eux aussi : son père était le président de la fédération de judo en Irlande, et sa mère une marathonienne qui avait décroché plusieurs titres avant de prendre sa retraite pour élever son fiston. Le gamin, dès qu’il a su marcher et prendre une décision tout seul, a immédiatement voulu faire de l’escrime. Je crois qu’il avait six ans lorsqu’il a franchi les portes de mon club pour la première fois ; et depuis je ne l’ai plus jamais vu sans l’épée à la main. Je pense que c’est une lubie qui lui est venue de sa tante : c’était une historienne qui vivait dans l’appartement au-dessus de chez eux, passionnée par l’époque de Louis XIII, les mousquetaires, tout ça. Sean aussi a toujours aimé les histoires et l’histoire en général, alors je pense bien que son intérêt pour les armes et les combats d’épée viennent de là.

A l’école il a toujours été un peu dissipé d’après ce que j’ai compris, mais il était loin d’être bête ! L’histoire, le sport et la littérature étaient ses matières préférées, et les seules pour lesquelles il daignait faire un effort. Pour le reste, les profs le réprimandaient souvent sur son manque d’assiduité… Plein d’énergie et toujours en grande forme, il n’attendait qu’une chose : les récréations pour jouer au football avec les copains, et les cours d’escrime avec moi après l’école. C’était drôle de voir cette petite tête rousse comme le feu débarquer comme un feu follet, sauter dans sa tenue et se mettre en garde en moins de cinq minutes. Et ce qui aurait pu n’être qu’une passion d’enfance n’a fait que se développer en grandissant. L’escrime, c’était sa vocation.
Avec le temps, il a appris à maîtriser aussi bien l’épée que le sabre et le fleuret. A l’âge de seize ans –il avait déjà dix ans d’expérience derrière lui !- il battait déjà les adultes de son cours, donnait des conseils aux uns et aux autres, et me servait pratiquement d’assistant. Il allait à toutes les compétitions, en remportait un bon nombre, et voulait faire toujours plus, toujours mieux. C’était drôle de le voir à l’entraînement : il n’était complètement heureux qu’avec une arme à la main, et derrière son masque, on l’entendait déclamer des répliques de Cyrano ou des Trois Mousquetaires à chaque botte réussie. Il était incroyablement vivant, et à l’escrime, il était plus que doué ; il était brillant. Je n’avais jamais vu de gosse doté d’autant de facilités. J’ai alors suggéré à ses parents de le transférer dans un lycée sportif à Paris, où il pourrait développer encore sa technique à ses niveaux inespérés. Ils m’ont écouté, il a accepté la proposition, et à dix-sept ans, il était à Paris en internat et pratiquait l’escrime quatre heures par jour. J’ai eu de ses nouvelles régulièrement, et je crois que ces deux années en internat restent son meilleur souvenir.

Le destin a frappé à sa porte alors qu’il avait dix-neuf ans et s’apprêtait à quitter le lycée. Un recruteur professionnel de chez nous l’avait repéré en visitant le lycée et lui proposa de rejoindre l’équipe de sabre nationale d’Irlande. Evidemment, il a sauté sur l’occasion. Je ne suis pas sûr qu’il ait eu une vraie vie sociale au lycée à part ses potes sportifs –je sais juste que sa première copine était championne de natation junior au niveau européen- et lorsqu’il a rejoint l’équipe, il n’a plus vécu que pour l’escrime. Il est allé à la fac en parallèle, à Cambridge grâce à une bourse, plus pour faire plaisir à ses parents qu’autre chose je pense, mais il a pris ses études au sérieux. Il y a fait une licence d’histoire et philosophie, puis a enchainé avec un master en histoire de la renaissance je crois. Dans le même temps, il devenait encore un peu plus le petit prodige de l’escrime irlandaise, puis de Grande-Bretagne. Il a été champion d’Europe, et a aussi concouru aux championnats du monde, mais le décès brutal de son père –mort d’un AVC- l’a forcé à déclarer forfait.

Et puis il y a eu les jeux Olympiques cet été. Il mourait d’envie de rattraper ce forfait aux mondiaux, alors il a tout fait pour être sélectionné pour les JO. Et il a réussi, le bougre : inscrit aux épreuves individuelles de sabre et dans l’équipe de fleuret. Ce serait mentir que de dire qu’il n’était pas la coqueluche du public : un irlandais pure souche représentant la Grande-Bretagne, un petit prodige alors que le pays n’a jamais eu de champion particulier en escrime face à la Chine, la France et l’Italie, évidemment que ça a attiré l’attention ! Tout le monde fondait de grands espoirs en lui, et on disait qu’il avait de grandes chances d’arriver sur le podium. Voire peut-être de rafler la médaille, qui sait ? L’espoir fait vivre ! Mais il n’a hélas pas eu la chance d’aller jusqu’en finale : au beau milieu d’un match, Sean a été pris de crampes terribles aux jambes qui l’ont même empêché de tenir debout. Immédiatement conduit aux urgences, les médecins après plusieurs tests ont diagnostiqué chez lui la maladie de McArdle, une saleté de maladie génétique qui devait provoquer chez lui crampes douloureuses et hypertonie pendant un effort, sans aucun moyen de prévoir quand le phénomène arriverait. Les douleurs disparaissent toujours au bout de quelques minutes ou heures ; mais pour un champion sportif, c’est hélas déjà trop… La mort dans l’âme, Sean a été obligé de prendre sa retraite, à vingt-six ans, en plein milieu des Jeux Olympiques.

Le premier mois suivant cette affreuse nouvelle a été terrible. Heureusement, sa mère et sa tante l’ont bien entouré, de même que ses quelques amis, mais il a tout de même rompu avec sa copine de l’époque et a été obligé de suivre un traitement psychologique pour s’assurer qu’il n’y aurait pas de séquelles. Finalement en septembre, il a décidé de reprendre l’escrime, mais en tant que professeur. Il ne pouvait décemment pas vivre sans sa passion ; et puis c’était un moyen comme un autre de remonter la pente, non ? Aujourd’hui, il donne des cours particuliers, ou dans des clubs universitaires, et une spécialisation en escrime artistique lui permet même de bosser sur des tournages de film ou des pièces de théâtre. Une jolie reconversion, si vous voulez mon avis ! Il n’est pas dépressif Dieu merci ; ce gamin est trop optimiste et battant pour se laisser mettre à terre par une maladie. Mais ce qui est sûr, c’est que cette mésaventure l’a fait grandir brutalement, et qu’il regrettera éternellement de n’avoir pas été au bout de ces JO. Mais je le connais, allez ; encore un peu de temps et il sera de nouveau l’éternel boute-en-train qu’il a toujours été. Après tout, il n’a jamais perdu son humour ni son intelligence ; il repartira du bon pied, allez !


truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Sean lui répondrait certainement que ce n'est pas pour lui. Malgré son côté enthousiaste et boute-en-train, c'est un timide qui n'aime guère être sous les feux des projecteurs. D'ailleurs à son heure de gloire sportive, il fuyait les journalistes autant que possible, ainsi que les plateaux télé. Alors jouer dans un film... Merci bien, mais apparaître à l'écran rouge comme une pivoine et bafouillant pendant une heure et demie, très peu pour lui !

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Il vous répondrait que.... Ca dépendrait du contexte. S'il est pressé ou a un cours à donner, il n'y prêterait probablement pas plus d'attention que ça. S'il avait du temps devant lui, il irait sûrement demander à cette pauvre jeune fille ce qui lui arrive et l'inviterait à boire un chocolat chaud -parce que le chocolat chaud, y a rien de mieux quand on déprime, selon lui. Et s'il est lui aussi en train de passer par une phase "MY LIFE SUUUCKS"... Il la rejoindrait probablement dans son karaoké improvisé.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? ARGH, pitié non ! Enfin ça dépendrait de la cousine, il en a trois : l'une est une peste patentée, il l'enverrait sûrement balader sans attendre une seconde. La deuxième est jolie, sympa, ils s'entendent bien mais... NON NON NON, à quoi vous le faites penser là ? C'est sa cousine, quand même ! Quand à la troisième, elle n'a que trois ans. Hors de question d'y penser, donc.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Mine de rien... Sean a un petit côté ado attardé quand il le veut. Il opterait donc pour la soirée geek avec les potes ; parfois les choses plus simples sont les meilleures !

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Bof, un secret... La seule chose qu'il n'a vraiment pas envie de voir étalée partout, c'est qu'il est atteint de cette fichue maladie qui l'empêche de reprendre la compétition. Maintenant que les journalistes l'ont oublié, il espère bien que cette histoire ne ressortira pas de sitôt.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Le matérialisme, c'est mal... Autant voler la bague de fiançailles ; ça se rachète, et en plus c'était sûrement du toc !

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Stratégique, Sean ? Voilà qui est mal le connaître : honnête comme pas deux, doté de ce qu'il appelle le sens de l'honneur directement inspiré par ses lectures d'enfance et très chevaleresque, aucun risque de le voir essayer de piquer la copine d'un autre. Pas non plus du genre éploré, ce n'est pas très honorable non plus. Il se la jouerait donc plutôt résigné, et certainement grognon.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Il aimerait bien, mais pour l'instant, il est déjà content de pouvoir arrondir les fins de mois, et donner ses cours d'escrime ! Il songe à reprendre ses études, mais à part ça... C'est le flou total.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Plutôt dare. Les vérités n'ont jamais été son fort, et il n'aime pas vraiment parler de lui : trop timide pour ça !

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Ahem... Ca dépend, tu veux devenir quel genre de reine ? Si tu veux apprendre plein de choses tout en faisant la fête et en te prenant le chou avec les Trouble Makers, va à Oxford -au moins tu apprendras à régner sur des sujets rebelles. Si tu préfères tester le faste et l'hypocrisie d'une cour royale, je suis sûr que Cambridge et son Judging Club truc là, sera ravie de t'accueillir ! Personnellement, j'irais plutôt à Oxford, les gens qui jugent les autres me mettent mal à l'aise.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » Si j'ai bien compris ce que m'ont expliqué les élèves... C'est une espèce de club hyper sélect qui donne son avis sur tout et tout le monde et adoooore ruiner la vie des gens qui ne sont pas comme eux et ne répondent pas à leurs codes. Une belle brochette de tyrans, si tu veux mon avis.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Pas vraiment, les Trouble Makers aiment aussi ruiner la vie des gens, mais plus par envie de s'amuser, et ils ne font pas de discrimination dans leurs victimes : que tu sois marginal ou élève modèle, possible qu'ils te tombent dessus ! Et eux, contrairement aux Judging Club, on ne connaît pas vraiment leur identité... M'est avis que ça peut aller loin, leurs histoires.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Excellente question. Je suppose que oui, mais si j'étais toi que je ferais très attention aux représailles... C'est qu'ils ont la rancune tenace, ces Anglishs !

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par Sean Vickers le Sam 3 Nov - 15:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 14:20

EDDIIIIIIE
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 14:53

o
m
g


EDDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE
Un lieeeeeeen réserve moi un lien
Bienvenue sur le forum en tout cas
Si tu as la moindre question, le staff est à ta disposition Bon courage pour la fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 14:58

Huhuhuuuuuuuuu, merci à tous les deux ! Je suis contente qu'Eddie plaise, ça faisait longtemps que j'avais envie de le prendre en vava 8D

Blair - Owiiii un lien, un lien No souci, je te réserve ça dans un coin de ma tête, je suis sûre qu'on va trouver facilement :face:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:00

Eddiiiiiiiiiiiiie Bienvenuuue sur ttr ! bon couraaage pour la fin de ta fiiiiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:11

EDDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE heart flower heart flower heart flower


Dernière édition par F. Carolyn Stowe le Dim 4 Nov - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:17

Bienvenue parmi nouuus heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:36

Merci pour cet accueil plus que chaleureux les copains, ça fait plaisir Carolyn, quel enthousiasme, Sean va prendre peur

Sur ce, je vais signaler que j'ai fini ma fiche, j'ai trop hâte de commencer à comploter et rp avec vous tous :face:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:45

Quelle efficacité Tout est parfait, la seule précision que j'apporterai tient au fait qu'il est impossible de passer d'Oxford à Cambridge (administrativement parlant, s'entend). Mais c'est touuut, j'aime beaucoup ton histoire sinon

Je valide donc, avec plaisir, have fuuun
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 15:51

La vache, ça c'est de la rapidité Merci beaucoup pour cette validation express, et contente que l'histoire t'ait plu ! 8D Rp, à nous deuuuux !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 16:49

BIENVENUE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   Sam 3 Nov - 17:09

idufgreifbriongrg EDDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE

BIENVENUUUUUUUUUUUE

J'arrive après la bataille mais Sean à l'air trop trop coolsme et je ne vais pas resister à aller faire un tour sur ta fiche de lien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: sv ; l'humour est enfant de nos haines   

Revenir en haut Aller en bas
 
sv ; l'humour est enfant de nos haines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» enfant battu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: