AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:10


Alex-Jonah Théo Da Volpedo m/ Dylan O'brien
the characterthe person
→ habite à oxford
→ âgé(e) de 20 ans.
→ né(e) le 01 Janvierà rome.
→ est étudiant en idiotie art
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? Nan... Plutôt un chapeau like bitches !
→ est actuellement célibataire en attente
→ pseudo : White.Sky / FANNY
→ âge : 15 noisettes
→ comment avez-vous connu le forum ? Ma ninine
→ code : Code bon et pas un truc du genre !!!!!
→ crédits : Tumblr
→ de quelle couleur sont les petits pois ? De mon côté, ils sont violets et chez toi ?


Dernière édition par A-J. Théo Da Volpedo le Sam 3 Nov - 21:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:11

it's my life, it's now or never


Comment commencer ? Par le début de cette vie, ou par le début du drame ?

Il n'est pas nécessaire d'énoncer ce bout de vie que j'eu à parcourir dans le plus grand bonheur en compagnie de ma grand-mère. Ma mère, cette femme dont j'eu point le droit de sucer le lait qu'elle avait déjà abandonné sa vie pour me permettre de vivre la mienne. C'était ma vie, ou la sienne et elle a choisie de mourir pour me mettre au monde. Cette histoire ne m'a été raconté qu'une seule fois, par ma grand-mère qui trouvait que mes treize ans m'était suffisant pour comprendre la chance que j'avais eue. Et soudain, grand-mère mourut. Soudain n'est pas le bon mot, sa mort était programmée et tout le monde savait. Ce soir-là, elle avait préparé un diner digne de l'immense et majestueuse famille Da Volpedo. Tout le monde, du moins tous les habitants de l'incroyable « château moderne » de Londres. Le fidèle major d'homme (ou garde de corps musclé) de la maison, Paolo, moi Théo, mon grand-frère de deux ans, Matisse, une dinde digne de Thanksgiving et une grande photo du défunt grand-père que je n'ai pas connue, accrochée au mur qui nous regardait. Je bavardais avec mon frère, Paolo parlait à la jeune Nastassia, une orpheline recueillit il n'y a pas longtemps. « Taisez-vous. Je veux mourir proprement, je sais que c’est fini. Dites à la femme de chambre qu’elle prenne une paire de draps brodés sur le quatrième rayon de la grande armoire, dans l’antichambre. Quand mon lit sera refait, vous ferez entrer mes petits-enfants. » Ses ordres furent exécutés. Devant nous, grand-mère se tînt assise, le dos calé entre deux oreillers. Elle ne paraissait pas souffrir, alors que, je l’ai su depuis, cette fin est l’une des plus douloureuses. Aucun hoquet. Pas un gémissement. On ne donne pas ce spectacle à des enfants qui doivent emporter de vous dans la vie le souvenir d’une agonie en forme d’image d’Epinal. « Que Dieu vous garde mes enfants. » Et ainsi, grand-mère mourut, papa parut, ou plutôt la belle-mère parut. Et ce récit devint un drame.

Et nous étions là à attendre Mme Da Volpedo et son époux, Mr mon père. Je ne sais pas pourquoi, mais on attendait. J'aurais aimé ne jamais connaître mon père si cela aurait pu m'éviter de croiser le chemin d'une telle mégère. Je sursautai légèrement en voyant le gardien ouvrir le grand portail avec beaucoup d'agitation. La Peugeot 307 rouge et brillante faisait son entrée dans la maison. Et s'arrêta dans les mètres carrés à franchir avant d'arriver aux marches qui menaient au salon. Et je le vis, je vis ce père qui jamais n'avait songé à connaître ses enfants, jusqu'à ce que sa digne mère ne meurt. Puis elle, cette femme dont j'avais entendu parler. Un talon, l'autre talon, puis tout son corps dressé devant la portière ouverte de la voiture. Mon frère et moi nous nous regardâmes systématiquement. Elle était belle, pâle, au regard cruel et aux lèvres décorées de rouges. Elle se tourna vers Nastassia « Qu'attendez-vous pour me prendre mes bagages ! » Et ce pourquoi j'admirais tellement cette fille se produisit. « Je ne suis pas la femme de chambre madame. » Puis elle se retourna et s'en alla. La nouvelle maman resta arrêtée sans rien dire pendant quelques secondes, scandalisée. « Comment ose-t-elle me parler comme ça ? ! Votre salle grand-mère ne vous a pas éduqué comme il le faut ! Je vais vous redresser, vous allez voir ! » Elle se tourna vers nous et souris de toutes ses dents. Enthousiasmés, nous nous précipitâmes dans ses jambes à la portière. « Espèce d'idiots ! Vous allez me faire tomber ! » Nous écarter d'elle, à ce moment, nous eût semblé sacrilège et pour couper court à toutes effusions, lança rapidement. « Prenez plutôt les bagages ! » Je soupirais « Chaque être humain possède un stade gravité qui lui permet de tenir debout, si vous avez faillis tomber madame, c'est sûrement que votre poids se situe au-dessus de la moyenne. » Elle lança maintenant sa main gantés dans ma direction, je reculais, j'avais failli recevoir une bonne droite. « Bienvenue madame, chez moi. » Chez moi, c'est moi qui dicte les règles, c'est moi qui décide, ordonne, exige. « C'est désormais chez moi, après à te tenir correctement mon enfant. » Je souriais ironiquement « Je ne suis pas votre enfant. » Vouvoiement obligé. Je tournais les yeux vers mon père, dégoûtée par la créature qu'il avait épousée. « Bonjour. » Et je m'en allai, suivi de mon frère qui n'osa rien dire, beaucoup trop craintif et naïf.


Et même si je n'arrive pas à le croire, les années ont passé avec cette famille et je suis toujours vivant. Cette femme était venue avec son fils, dont je n'avais pas vue la bouille, étant partie avant qu'il ne descende. Il avait le même âge que moi et c'était bien un Da Volpedo. C'était le plus difficile à croire. Pendant que cette maman que je n'ai pas pu connaître mourrait en me mettant au monde, une autre femme mettait au monde un enfant Da Volpedo, de notre père. En gros, il trompait ma mère. « C'est vous mes frères ? » Je me tournais, il était devant la porte de ma chambre alors que nous critiquions sa mère avec Matisse. J'haussais un sourcil « Ah non, moi c'est le Pape Jean Paule II » Matisse sourit légèrement « Demi-frère, rien de plus, toi et moi, on n'a pas la même ADN » Il fronça les sourcils de son visage joufflu. « Hein ? » Je me mis à parler lentement « Toi... Moi...Pas pareil... ADN... Différent. » Il secoua la tête « Nan mais ça j'ai compris hein... » Mat' soupira « Ah bah on ne dirait pas. » Il avança d'un pas « Qu'est-ce qui te fait dire ça ? » Je lui répondis à la place de mon frère « Seulement qu'en ce moment tu es en train de franchir l'espace des gens normaux. » Il recula « Et pourtant quand je vous regarde je ne vois rien de normal. » Je fronçais les sourcils « Dégage. » Il ne bougea pas, Matisse intervint « Tu es plus affectif aux coups de pieds dans l'cul ? » Il desserra sa mine « ça ira » et s'en alla. Je ne sais pas ce qu'il alla rapporté à sa mégère de mère, mais c'est là que tout commença. Cette discussion fût la discussion que j'eu le plus regretté de toute ma vie. Le matin, quand la mégère se réveilla. « Plus de frites pour ces enfants. Du mois, une seule fois par semaine, ils sont beaucoup trop gras. Par contre, Ethan lui est beaucoup trop maigre, donc on lui en donne autant il en veut. » Ethan, ton prénom détestable, sale hypocrite.


Et tout le bout de vie qui en suivi était mon combat contre cette femme qui avait décidé de devenir reine du château, de ce château qui m'appartenait. C'était mon combat, mon frère et moi contre cette femme et son enfant. Et encore ce père trop naïf pour se rendre compte que ses enfants souffrent, cet époux impuissant devant les ordres de sa femme. Aujourd'hui à table, c'était des frites. Cette sorte de sanction avait été levée après que j'en tienne deux mots à monsieur mon père. Et je n'avais plus faim, j'avais pris cette habitude de jouer dans la nourriture, tourner et retourner ma fourchette dans les frites en chantant « La petite Emilie m'avait hier promis, trois poils de son cul pour faire un tapis, le poil est tombé, le tapis est foutu, la petite Emilie n'a plus de poil au cul. » Dans mon anglais que je manipulais tellement mieux qu'elle, qu'elle avait ordonné qu'on parle français à table. Elle leva les yeux et je la pistolais du regard. C'était devenu mon meilleur moyen de lui parler, de l'affronter et je lui parlais et elle entendait bien. « Espèce de pauvre salle fille égoïste et hypocrite, je ne suis pas ton enfant, tu es beaucoup trop mal foutue pour appartenir à l'immense et respectable famille Da Volpedo, dis-toi bien que si tu es ici, c'est grâce à ton imbécile de fils. » Et je la fixai et elle me regardait, jusqu'à ce qu'elles n'en peuvent plus et qu'elle détourne le regard, cherchant en vain de quoi s'occuper, plus troublée que jamais. « Théo ! Arrête de jouer avec la nourriture ! » Je déposai ma fourchette, me levai et m'en allai. J'avais gagné ce combat, mais d'autre suivirent et ça n'en arrêtais pas. Elle nous avait premièrement accusée moi et mon frère, de l'avoir empoisonnée. En effet, elle tomba malade un certain moment, abus de morphine selon le médecin. La raison est qu'elle se piquait toute seule, chaque nuit. L'autre fois, toute la famille Da Volpedo était invitée dans notre demeure Londonienne. Puis, elle nous avait privés de sortie pendant deux semaines, sous prétexte que nous ne faisions pas nos devoirs correctement. À mes dix sept ans, Matisse était déjà allé pour l'université, me laissant seul avec cet imbécile d'Ethanaël et d'autres accusations fautives suivirent. J'avais voué toute ma vie à ruiner la sienne. Jusqu'à ce jour où je la vis pleurer. Elle avait glissé son portefeuille dans ma chambre, dans l'intention de m'accuser de l'avoir volé, je le lui avais rendue en finissant par « Tu me veux donc tant de mal...» Et elle avait pleuré, voilant ses larmes. Et depuis, elle me voyait différemment, c'était devenu moi le favoris, à moi les frites et tous les cadeaux inutiles qui ne servent qu'à frustrer l'entourage. Ethan me détestait, je le détestais. Jusqu'à ce que l'université vienne nous trouver, nous emporter. Et j'avais choisi d'aller étudier à Oxford. De me laisser vivre là-bas, faire péter ma bonne humeur, mon rire constant, cette femme avait réussi à me transformer. Elle était tellement mauvaise que j'avais décidé d'être tout le contraire d'elle. Et maintenant, je suis ce type qui fait rire tout le monde, qui participe aux coups les plus farfelus. Bref, je ne suis pas à Oxford pour me faire des ennemis, tout au contraire.


truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? "Bonjour Monsieur ! Certes moi j'ai toujours su que j'étais doté d'un grand talent, qu'une perle d'artiste brillait dans mes yeux telle une étoile dans le ciel. Mais non. Pas avec vous, vous êtes totalement désespéré tellement que personne ne veut passer dans vos films télévisés minables dirigés aux gens des bas-quartiers. Vous faites pitié, vous croisez quelqu'un dans la rue, en sortant du Starbuck du coin espérant que le café pourra vos mettre de bonne humeur -en vain-, et vous arrêtez des jeunes innocents. Sur ce, bonne journée."

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? " Yo p'tite ! Crois-moi, tu gaspilles le temps, tu gaspilles ta vie. La fin du monde c'est pour bientôt, donc tu ferrais mieux d'aller faire les mêmes con'ries que les filles de ton âge au lieu de tordre une chanson et de laisser fondre une si belle glace. Oh et j'oubliais, si tu retourne tous les regards sur ton passage, tu risques te croiser de très vilains messieurs qui vont te faire de très vilaine choses."

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Réaction à chaud bien sûr, vous savez, l'inceste c'est un truc qui m'a toujours tenté, en vrai. Mais bon, j'ai beaucoup trop d'amour propre pour rentrer dans ce genre de jeu, donc je m'amuserais sûrement avec son joli petit corps pendant la soirée, et le reste, BASTA !

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Une soirée arrosée au Carling à Oxford, bien sûr... Et pourquoi pas même allumer des pétards et courir en slip dans la rue... ? Quoi ? C'est interdit ?

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? " Bon, je ne suis pas du genre à révéler mes secrets, mais on va faire une exception hein ? En y réfléchissant bien, j'ai fais beaucoup, beaucoup, beaucoup de gaffe exprès. Mais celle dont je me souviens encore comme ci c'était hier, c'est d'avoir tenté de noyer ma belle mère dans la piscine de la maison Londonienne.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Je lui achète une bague Cartier, tout simplement. (a)

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Au début, je tournerais autour d'elle, normalement, pour faire ci, ou pour récupérer ça, et quand elle me remarquera, me regardera de haut en bas, j'arrêterais. Moi j'vous dis qu'elle viendra vers moi... Mais c'est peu probable que la meuf de ma vie existe sur cette terre.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Je souhaite ouvrir une grande galerie d'art, des tableaux qui raconteront ô combien cette garce de belle mère m'a fait souffrir, des tableaux qui vont illustrer tout les conneries que j'aurais faites.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Truth bien sûr, faut être franc dans la vie (a) et osé défier pourquoi pas ?

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » " S'il faut t'expliquer tout mon raisonnement, j'espère que tu as le temps, en fait, tu as le temps. T'es au courant que j'étudie à Oxford ? Oui ? Moi j'vais te dire une chose, Oxford, c'est les meilleurs, mais là-bas, une reine à poney rose est la dernière nécessité, là-bas, la dictature n'a pas sa place. Et à Cambridge, je crois qu'ils seront ravis d'avoir une reine telle qu'une beauté comme toi -miss cucu la praline - ils obéiront à tous tes ordres comme des soldats !" Réponse ici.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » " Ce sont des gens, à Cambridge. En fait, ces types là ils ont la classe, le prestige, les bonnes notes. Sa mission ? Préserver l'esprit de l'université, il n'hésite pas à critiquer les mal fagotés du coin. Même que chaque semaine, ils établissent une liste des plus populaires aux moins populaires. "

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» " Ah non non pas du tout ! Les TroubleMakers sont souvent pris pour des Gossips girls, mais c'est tout sauf ça aussi. Ces types là font pleins de trucs de malade, genre mettre du vinaigre dans la vodka d'un parfait inconnue, mieux vaut ne pas les croiser sur ta route. Ils aiment les ragots comme toi et moi, mais très rares d'entre eux les colporte. "

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » "ça je ne sais pas, je cherche des informations, je les trouve pas. Mais logiquement non, tu ferais mieux de ne pas tenter ça."

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par A-J. Théo Da Volpedo le Mer 7 Nov - 15:26, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:27

Bienvenue sur ttr ! Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:31

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:33

OMFGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG
Dylan O'Brien ♥-♥ Sweexy boy

Welcome
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:34

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:35

Dylan
Bienvenue parmi nous !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:37

Marchi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 20:49

DYLAN DYLAN DYLAN DYLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN Arrow

Anyway Dylaaaaaaaaaan bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuue

EDIT : viens à Cambridge et je t'offrirais mon corps des bonbooooooooooons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 22:01

Bienvenue sur ttr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 23:36

Merci
Han oui je veux ton cooooorps ET LES BONBONS AUSSI
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 23:50

Je plussoiiie il faut venir à Cambrige ils sont pas beaucoup du coup ils ont du mal à gagner les concours
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Jeu 1 Nov - 23:52

J'y réfléchirais
J'aurais droit à un temple en chocolat ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 0:03

BIENVENUE sois mon prétendaaaaant
*margot pas du tout désespérée*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 0:04

Un temple en chocolat et même en nutella! *O*

Bienvenue parmi nous!^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 0:09

MARCHI
MARGOT - On verra ça
JORDAN - Nutella
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 0:10

Bienvenue parmi nouuus heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 0:11

Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 8:11

DYYYYYLANNNN !
Bienvenue parmi nous ! (aa)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 11:10

Merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 11:59

DYLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
BIENVENUUUUUUE
ET VIENS A OXFORD C'EST LA QUE TOUT LE CAST DE TEEN WOLF EST JE DIS CA JE DIS RIEN Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 13:15

Bienvenueee parmi nouuuus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Ven 2 Nov - 13:16

Merci beaucoup
Han tout TW à Oxford
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Sam 3 Nov - 11:35

Bienvenuuuue sur ttr ! Bon couraaaaage pour ta fiche ! Cambriiiiidge
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   Sam 3 Nov - 12:04

Merci
Nan Oxford affraid Tout ça sa joue sur le caractère de mon perso donc je peux pas Cambrige :/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.   

Revenir en haut Aller en bas
 
AJNDP || C'est un pingouin qui respirait par son cul, un jour il s'est assis et il est mort.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ALYS ✿ c'est l'histoire d'un pingouin qui respirait par les fesses, il s'est assis... (a)
» JESSICA ≈ c'est l'histoire d'un pingouin qui respirait pas le cul, il s'est assis...
» Pingouin !
» Le pingouin sauve la banquise
» Pingouin (team)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: