he's gone and now... w/ Henridrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: he's gone and now... w/ Henridrea    Mar 23 Oct - 20:17

« Maman est là ? » Il secoue la tête et plisse le front, refermant la porte derrière moi. Je suis trempé par la pluie qui tombe à grosses goutes et un peu découragé, mais je suis arrivé à Londres, au moins. « Elle est au théâtre avec une de ses amies rencontrées je ne sais plus où ». J’acquiesce et garde mon manteau, restant statique dans l’entrée, incapable d’esquisser un geste pour me sortir de ma torpeur. « Est-ce que tout va bien ? » Je secoue la tête mais n’ouvre pas la bouche pour autant. « Andrea ? » Je le fixe et l’interroge du regard. « Gregory a un fils ». Je plisse le front, dit comme ça, l’évidence ne semble jamais que trouver une répétition inutile. « Un autre fils ». Il écarquille les yeux et s’approche de quelques pas, maladroit. « Je ne veux pas que tu le dises à Maman pour l’instant ». J’inspire et lui m’arrête d’un signe de la main. « Laisse moi évaluer ce que ta mère peut entendre ou non. Ecoute Andrea toi et moi on a jamais été spécialement doués pour annoncer les choses, mais là il va falloir que tu reprennes l’histoire du début parce que je ne suis pas sûre de te suivre ». Il me prend par l’épaule et m’entraine dans le salon. Je retire ma veste et m’installe sur un canapé, encore sonné. Je ne sais pas trop ce que je suis censé faire, et demain je travaille chez Alan à 8h du matin. « Je suis en stage dans un cabinet d’avocats, Alan Wagner… » Il acquiesce, connaît sans doute. « Un de ses collaborateurs s’appelle Nicolas Faure, et je… » Je me prends la tête dans les mains et soupire. « Je n’ai jamais fait le lien. C’est le fils de Gregory. Le fils illégitime ». Il croise les bras et semble un peu sous le choc lui aussi, ce qui me rassure presque. « Gregory a un troisième enfant ? » J’acquiesce, lui n’ajoute rien, qu’ajouter de toute façon ? Que ça n’est pas très étonnant ? Je sais qu’il le pense mais qu’il se gardera de le dire, et de toute façon, je ne suis pas là pour faire le procès de mon père mais bien délibérément pour confirmer un modèle paternel que j’ai cru avoir perdu. J’ai mal, tellement mal au cœur que je ne sais même pas ce que je suis censé faire, ou dire. « Je l’avais sous le nez et… ça ne m’a même pas traversé l’esprit. Et maintenant Tristan a disparu, ne répond à aucun de mes messages et… ».

J’inspire, laisse tomber ma tête entre mes mains et siffle. « Ca n’est pas de ta faute si Gregory a un fils ». Je sursaute un peu et plisse le front, relevant les yeux vers lui pour l’interroger du regard. « Ca n’est pas à cause de toi qu’il a un fils. Tu n’as pas remarqué, c’est difficile à supporter pour Tristan mais tu n’es pas fautif dans cette histoire ». Je le fixe, comprends bien les mots qui sortent de sa bouche, difficilement le ton de sa voix qui vise à… me rassurer ? Je frissonne un peu, lui secoue la tête. « Ecoute Andrea, tu as l’habitude d’être fautif ces dernières années, et je sais que c’est en partie ma faute. Je sais aussi ce que c’est, d’être un mauvais père, de rater quelque chose, de se tromper de voie. Et pour finir, même si les conditions sont évidemment différentes, je sais aussi ce que c’est d’être un mari. J’ai échoué plusieurs fois mon rôle d’époux et crois moi, tu n’as pas échoué. Tu avais des choses à mettre en place et ton inattention ne te coûtera pas l’échafaud. Tristan vient d’apprendre que son père avait faire des erreurs, laisse lui le temps de rétablir l’ordre dans sa tête. Vous êtes mariés, ça ne signifie pas que vous devez vous collez l’un à l’autre pour combattre le reste du monde ». Je suis tellement interloqué que j’en oublierai presque de respirer – presque. Ces mots sont les mots d’un père rassurant son fils mais je n’aurais jamais soupçonné qu’il soit capable un jour de telles largesses. Je plisse le front et acquiesce lentement, évitant de faire remarquer qu’il est mauvais juge de l’amour que je porte à Tristan. Je peux lui laisser de l’espace, le manque de nouvelle en revanche, me fait mourir d’angoisse. Une boule s’est formée au creux de mon ventre qui refuse de partir, j’ai l’impression d’étouffer dans l’incertitude ; incertitude aussi égoïste que générale cela dit. Est-ce qu’il m’en veut ? Je connais l’importance de la famille, du modèle qu’il s’est entêté à vouloir ériger tant bien que mal. Je connais le rôle du mariage et de l’établissement dans sa tête, et avoir manqué un point aussi importance de sa vie me porte finalement à croire qu’accorder son pardon ne sera pas si simple. Et puis, je connais aussi l’impulsif, l’artiste de l’âme qu’il peut être parfois. Je me souviens encore de son corps allongé dans un lit d’hôpital que je refusais de visiter quand nous étions plus jeunes, et des crises de folie si souvent effectuées. S’il décidait de s’arracher à moi sans me prévenir, me laisser une chance de le convaincre ? Je l’aime tellement, je ne survivrai jamais à ça.

uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: he's gone and now... w/ Henridrea    Mar 23 Oct - 20:21

Mon fils est sur le pas de la porte, trempé de pluie, et les paroles inquiètes que me ressasse Charlotte régulièrement me reviennent à l’esprit. Tel qu’il est là, planté sur mon palier avec l’air fatigué d’un garçon qui n’a pas dormi depuis deux jours, il me semble réellement aller mal et fonder les angoisses de Charlotte. « Maman est là ? » Je secoue la tête et fronce un peu le front, ouvrant la porte en grand pour qu’il entre. Je referme derrière lui et poursuis : « Elle est au théâtre avec une de ses amies rencontrées je ne sais plus où ». Il hoche la tête mais reste planté dans l’entrée, sans bouger du tout. Je laisse filer quelques secondes mais ne supporte pas le silence latent qui s’installe sans que ne me soient communiquées toutes les informations. « Est-ce que tout va bien ? » Je secoue la tête mais n’ouvre pas la bouche pour autant. J’essaye de le rappeler un peu à l’ordre en me demandant ce qu’il peut bien se passer : « Andrea ? » Il garde le silence et semble me questionner du regard, puis lâche finalement : « Gregory a un fils ». Je fronce le nez et l’interroge sérieusement du regard, l’information qu’il vient de me communiquer n’est pas tellement une nouveauté. Mais en mettant mon léger apriori sur les Faure de côté, je pense quand même comprendre quoi il veut parler et j’écarquille un peu les yeux quand il ajoute, presque en détresse : « Un autre fils ». Maintenant que c’est dit, tout s’enchaine plutôt rapidement. Je m’approche un peu et hésite à lui montrer un quelconque potentiel signe de réconfort, mais force est de constater que mes années de passif en tant que père lacunaire – au moins au niveau tendresse et relations sociales – ne jouent pas en ma faveur dans ce type de situations. « Je ne veux pas que tu le dises à Maman pour l’instant ».

Je secoue la tête et l’arrête d’un signe de main, malgré l’amour que je porte à mon fils et la considération que j’ai dans ses choix et la manière qu’il a eu de protéger sa mère tout au long de sa vie, et parfois de moi le premier, je suis à mon avis le plus à même de décider ce que Charlotte doit entendre ou non. Et de toute façon, elle aime son frère plus que tout et ne se laissera pas désensibiliser à une petite annonce de plus. Leurs fils se sont mariés ensemble, qu’est-ce qu’un fils illégitime à côté de cette vérité là ? « Laisse moi évaluer ce que ta mère peut entendre ou non. Ecoute Andrea toi et moi on a jamais été spécialement doués pour annoncer les choses, mais là il va falloir que tu reprennes l’histoire du début parce que je ne suis pas sûre de te suivre ». Je le prends par l’épaule, l’entraine vers le salon où nous serons de toute évidence bien plus à l’aise. Il retire sa veste et se laisse tomber dans un canapé. « Je suis en stage dans un cabinet d’avocats, Alan Wagner… » Je connais ce type, en tout cas par le biais du bouche à oreille, aucun doute là dessus. « Un de ses collaborateurs s’appelle Nicolas Faure, et je… » Oh. « Je n’ai jamais fait le lien. C’est le fils de Gregory. Le fils illégitime ». Je croise les bras et le fixe un peu pour m’assurer que ce que je viens d’entendre est vrai. Je connais malgré toutes les apparences Gregory depuis un certain temps et ‘apprendre qu’il a un fils plus vieux que nos aînés - le sien en tout cas, étant donné que je n'ai pas d'autres enfants même illégitimes - me fait presque bizarre. « Gregory a un troisième enfant ? » Il hoche la tête doucement et je grimace un peu, ne sachant trop que dire.

Revenir en haut Aller en bas
 
he's gone and now... w/ Henridrea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: