i was enchanted to meet you w/ Jaymon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: i was enchanted to meet you w/ Jaymon   Mar 23 Oct - 1:36

Encore environ douze minutes et je serai resté suffisamment longtemps pour rentrer chez moi et expliquer à Granny que c’était intéressant mais intimidant et que non, je n’ai rencontré personne car tout le monde était vraiment en train de faire la fête, et que oui, je préfère donc passer de 2011 à 2012 avec elle dans notre nouvelle maison.
Je suis installé sur la banquette d’une boite de nuit qui visiblement rencontre un franc succès dans les milieux Oxfordiens en temps normal et qui ce soir est envahie d’un monde qu’il est difficile de qualifier. Les gens vaquent aux diverses occupations que l’on peut trouver en boite de nuit autour de moi tandis que je tiens d’une main ferme mon téléphone dans ma main droite, me laissant hypnotiser par l’envoutant Doodle Jump qui escalade ses plateaux à coups de sauts bien placés pour oublier que je ne suis absolument pas dans mon élément. Non parce qu’entendons-nous bien, j’ai déjà essayé d’être une personne douée pour les rapports humains de groupe, les manifestations évidentes de joie incontrôlée pour les divers évènements majeurs de nos vies. Mais je n’y arrive pas. Je ne comprends pas l’intérêt de danser pendant six heures, d’avoir chaud, de boire de l’alcool, de faire n’importe quoi sur la banquette d’une boîte de nuit. Peut être que pour les autres, c’est le paradis, peut être que les gens apprécient réellement de danser dans des costumes ou sur des talons de dix centimètres. Mais moi, je préfère juste entamer une nouvelle année en faisant ce que j’aime, et ce que j’aime n’a rien à voir avec ce qui est en train de se passer ici, en ce moment.

La situation se veut nuancée par le fait que je suis déjà à 112 000, ce qui n’est finalement pas grand-chose si on s’arrête un moment sur mon record à battre qui s’élève à plus de 190 000, mais étant donné les chances que j’ai de me mettre à passer soudainement une excellente soirée digne d’une attention hors-pair, je crois que battre le score n’est pas si improbable que ça. Je manie le téléphone avec l’expérience de l’habitué quand soudainement, tout s’arrête. Musique, lumière, fumée artificielle, danseurs sur la piste, tout cesse de concert, ironiquement à l’unisson. Je lève les yeux un moment et perds bien évidemment ma partie. Je grimace en voyant Doodle tomber de tous ses étages. Heureusement, nous ne sommes pas en 2012 pour l’instant, l’espoir de battre ce fichu record n’est donc pas totalement perdu. Je soupire un peu, cherche le flash de mon téléphone en entrant dans l’application appareil photo – ce qui m’apprendra à ne pas télécharger les bonnes applications – qui fait cependant de la résistance en refusant de s’allumer. Je soupire un peu et tourne l’objet pour regarder ce qui refuse de marcher au seul moment où j’en ai vraiment besoin. Et puis la lumière revient, plus vive, mais mes yeux habitués à la pénombre de la boite puis à l’obscurité totale ont du mal à se faire à l’idée. Surpris par le choc, j’ouvre ma main pour la placer devant mes yeux, oubliant l’espace d’un court instant déjà trop long qu’elle tenait le précieux téléphone. Heureusement, une voix féminine me le rappelle – mais comme je n’avais pas de réflexes décuplés fournis à la naissance comme Superman, je ne peux qu’écouter le bruit sourd du téléphone s’écrasant par terre. Je retiens une protestation aigüe histoire de ne pas avoir l’air complètement taré et relève les yeux vers… un flash toujours aussi violent, qui finit par s’abaisser pour laisser place à une semi-obscurité un peu plus supportable. « I’m so sooooo sorry. » Je secoue la tête et me baisse un peu pour chercher dans le noir mon portable qui évidemment, s’est verrouillé en tombant et ne diffuse donc plus la moindre dose de luminosité. « It’s okay don’t worry, it had been through a lot worse ». Ce qui n’est pas tellement faux. Je finis par me lever pour me mettre à hauteur du sol et laisse errer mes mains pour retrouver ce que je cherche. Je finis par soupirer légèrement, c’est tout à fait ma chance. « Okay, I’m sorry I have to ask but can you just… hm, flash me here ? » Je montre le sol du doigt, ce qui est tout à fait intelligent compte tenu du fait que nous sommes dans le noir et que son téléphone n’est plus pointé sur moi pour des raisons évidentes, mais je suppose qu’elle comprendra l’idée. « Yeah of course, I was just about to do that. So, yeah, here you go. I would help but I'm wearing a kind of short dress. It's cute but not appropriate for situations like these. So yeah, I'll just... » Elle s’approche pour éclaire mon coin et la partie sans aucun doute la plus intelligente de moi décide qu’il serait bon d’apprécier ladite robe, non pas par un quelconque esprit déplacé mais bien pour constater qu’effectivement, chercher un téléphone à quatre pattes ne doit pas être évident dans un tel accoutrement, aussi noir fasse-t-il. Mais j’avais effectivement oublié qu’il faisait noir et que la rencontre entre son flash et mes yeux n’était pas nécessairement un évènement à reproduire trop vite. Ces derniers continuent donc d’épier dans la direction du flash et je croise un étrange reflet, poussant un soupir de soulagement en même temps qu’elle lance « Now that's a relief. » J’acquiesce en admettant qu’elle soit capable et me redresse en grimaçant légèrement. « Losing it wasn’t an option. Believe it or not, it’s a superphone. It kinda saved my night cause I really don’t like it all. And you know, I wouldn’t have been able to wish it a Happy New Year and that’s a real shame. A. Real. Shame. » Okaaay il est peut être temps de s’arrêter là mais je ne peux pas m’empêcher de songer au visage émerveillé de Granny quand je lui dirai que j’ai réussi à faire trois secondes de conversation continue avec une fille qui ne soit pas Rebecca ou un membre de ma famille. « Sorry, I’m Jayden by the way. And that’s Hi, my phone, and the flash is not even working and I don’t know why cause everything just works so perfectly. » « Hiiiiii Hi phone and nice to meet you, Jayden. My name is Lemon and it's not even a joke. And I too have a very special relationship with my phone. But I didn't give it a name yet. » « Oh that’s a real pretty name actually, I never met a Lemon before in my life. » Je souris un peu en même temps que j’entreprends de refaire un tour dans l’application de l’appareil photo et fronce un peu le nez. « What the hell is happening in Oxford tonight ? » « Well, Oxford I don't know. But it seems like we're having a power cut here. » Je remue l’appareil en soupirant, enclin à abandonner tout essai supplémentaire quand soudain, il décide de fonctionner. « Thank God. » Je remue un peu la lumière autour de nous, tout le monde s’active avec son propre téléphone et les voix s’élèvent de tous les côtés. « Now that's nice. You're a good phone Hi phone! » Je ris un peu en approchant mon téléphone et commente avec un sérieux retrouvé et pas du tout forcé. « I think it already likes you actually, you know no one ever wants to talk to it and I can’t even understand why ». Peut être parce que c’est la chose la plus bizarre qu’on puisse faire, quoi que pas tellement quand on regarde les différentes versions des téléphones récents que l’on peut contrôler avec la voix. « Except for my friend Jeff, our phones talk to each other. » Je souris un peu plus en abordant mon meilleur ami laissé dans des contrées éloignées et secoue la tête parce qu’il est très inconvenant de devenir nostalgique sans une seule bulle de champagne dans le sang et en plus de ça, avant minuit. Heureusement, toute catastrophe supplémentaire est évitée par le regarde de Lemon qui scrute la salle, visiblement à la recherche d’un indice sur la situation présente. Je penche légèrement la tête et la fixe sans même le faire exprès et tandis que la semie-obscurité dans laquelle nous sommes plongés me le permet. Je fronce un peu le nez, c’est une beauté particulière, pas comme toutes ces filles qui dansent ici ou se dandinent en sautillant avec un air un peu ridicule. Plus pure, plus brute, je ne saurais même pas le dire. Je cligne des yeux et secoue la tête pour me reprendre en même temps que quelqu’un se met à hurler, dans un coin de la salle. « HEY GUYS, HEAR US. IT SEEMS LIKE IT'S A BLACKOUT IN THE WHOLE NEIGHBOURHOOD ! POWER. OUT. » Je ricane légèrement et me tourne vers mon interlocutrice. « I told you, it’s Oxford getting crazy. » Je secoue la tête, c’est peut être très légèrement idiot de faire ce genre de réflexion avec un léger accent irlandais qui parfois décide de se manifester entre deux mots. J’espèce que l’aspect patriotique de Lemon a le sens de l’humour. « Duuuuuuude, I heard that accent ! You're so totally Irish ! How long have you been around here ? I mean, you must be at the university with all of us since you made it to this party. » Apparemment, oui. Je soupire légèrement de soulagement, assez pour que ça ne s’entende pas ouvertement. « Oh yes, Irish, totally me. Irish me. From Ireland. » Okaay crazy me from crazyland maybe. Je souris un peu plus histoire de ne pas passer pour un sociopathe taré. « I arrived a few days ago, just before Christmas Eve ». J’hausse une épaule et hoche la tête pour appuyer mes propos. « I’ll attend computer science as soon as the holidays are over. » Informatique, autant placer les choses tout de suite rien ne sert de prétendre que je me destine à un brillant future d’avocat et de magnat du droit. « Then from English me from England to Irish you from Ireland, welcome to Oxford. » J’éclate de rire cette fois-ci, mon Dieu, pour une fois qu’on ne me prend pas pour un parfait extra-terrestre, cette fille vient sans doute d’une autre planète. Rares sont les gens qui saisissent mon humour qui je veux bien le concéder est parfois un peu lourd, voire incompréhensible. Mais tout de même, pour une première sortie dans Oxford, trouver quelqu’un qui ne soit pas complètement sceptique face à ma conversation. Si j’avais su, je serai venu plus tôt. Ou peut être pas. Mais peut-être, si. Mais peut être qu’il faudrait décaler cet intense débat avec moi-même à un moment ou personne n’attendra une réaction de ma part. Oui, sans doute. « Oh well, thanks to English you from England from Irish me from Ireland. What makes a lot of from. Oh my god I’m not even sure I’m still speaking English. Am I ? »

Les gens autour de nous s’agitent pour savoir ce que tout ça signifie exactement, sans parvenir à comprendre ce qu’il est en train de se passer. Mon portable diffuse toujours tranquillement son flash et je me demande si Lemon est ici seule ou si elle est accompagnée, n’osant formuler la question à voix haute de peur qu’elle se méprenne sur mes intentions. Un type finit par calmer les foules en avançant là où tout le monde peut le voir. Il est petit, et possède une impressionnante moustache. J’hausse un sourcil, pas franchement habitué aux grandes villes et aux habitudes étranges que cela engendre. « It's a general power outage. The whole city is completely out. It appears that the snow is what caused it though we don't have many details yet. I would recommend everybody to stay calm and to not leave as it is snowing and dark out there. We are bringing some candles and we'll keep you posted. Thank you. » Je grimace un peu et coupe instinctivement le flash pour trouver la fonction téléphone. Evidemment, la ligne ne sonne pas. Mon rythme cardiaque augmente un peu. « It’s true, the phone lines are off. » Je grimace, partagé entre l’angoisse légère que l’information vient de faire naitre en moi et l’irrésistible envie de faire remarquer que… « Gosh I just talked like an actor. We’re totally in a movie right now, it’s so fun. » « Totallyyyy. Let's hope it's a great movie though. But it seems like a pretty cool one so far. I would watch it. » Je passe une main dans mes cheveux, et acquiesce en riant un peu. « Yes, but in fact I’d watch anything tonight not to be here cause I don’t really know the rules of those kind of parties. But yeah, let’s hope it’ll end right and now as a horror movie… » Okay, si j’avais éventuellement voulu passer pour un être capable de socialisation, je crois que c’est foutu. Mais en fait, je n’ai jamais prétendu, cette compétence n’entrant pas vraiment dans ma composition, non, je suis plutôt le genre take me as I am. Pas forcément un grand nombre d’amis ou un cercle régulier, mais des gens sur lesquels je peux compter à n’importe quel moment de ma vie. Je secoue la tête en revenant un peu sur terre, rangeant mon téléphone dans ma poche en attendant les bougies promises. Je me rassois sur la banquette, un peu soucieux, la situation est anormale. Elle ne m’aurait sans doute pas inquiété en Irlande mais ici… « My Grand-mother, she’s actually alone at home and I don’t even know… » Je secoue la tête, ces inquiétudes là sont ridicules. « You do really think it’s impossible to leave ? » Je parle à moitié tout seul, à moitié à son adresse si elle a envie de me répondre, un peu hésitant. « Weeeeeeell... », démarre-t-elle en s’installant à côté de moi sur la banquette que j’occupais un instant plus tôt tout seul. Je la fixe avec un peu d’insistance sous mes lunettes quand elle prend la parole ; « It's not that it's impossible to get out of here. It's just that it's dangerous. You heard what the man said, it's snowing and it's dark outside. I don't think it would be a good idea to just leave. I'm sure even your grandma would agree. ». Je baisse les yeux pour ne pas devenir inconvenant, et hoche la tête. La raison l’emporte sans doute sur le reste, Granny me demanderait très probablement de ne pas bouger de là où je suis et de patienter sagement que tout soit rétabli. Nous avons toujours privilégié la sécurité tous les deux et je lui ai fais la promesse de faire toujours ce qui nous semblait le plus sûr. Le plus sûr, à l’heure actuelle, c’est de rester sagement ici en attendant les bougies, et le moment où on nous annoncera à tous que tout va bien et qu’il est temps de rentrer chez nous parce que tout remarche. Je respire un peu et acquiesce de nouveau. « Yes, you’re right. It sounds as you know Granny a bit. » Je ris doucement et observe les gens autour de nous qui s’agitent, les bougies qui éclairent les premières mains servies. « She’d probably tell me to stay here and you know, see the bright side of things ». Ca ressemble tout à fait à Granny, en effet. Voir les choses du bon côté, profiter de ce qu’il se passe même si la situation ne semble pas être à priori favorable. C’est comme ça qu’elle m’a appris à vivre la vie, comme elle vient, en refusant de se laisser abattre par les moments moins roses ou les choses stupides. « So I guess we’ll have to wait. » Je reporte mon regard sur elle en souriant un peu. « You didn’t tell me what you were studying by the way ?. » Je fronce un peu le nez, peut être suis-je un peu intrusif ? Parler des études me semble être le sujet de conversation le plus innocent qu’il soit mais après tout, je ne suis pas non plus un as des premiers contacts. « Oh and, I kinda speak too much so don’t hesitate to tell me if you have to go and join friends of yours or do something ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i was enchanted to meet you w/ Jaymon   Mar 23 Oct - 3:06


Le DJ enchaîne avec un titre qui semble faire l'unanimité. La foule se fait plus dense sur la piste de danse et je profite justement de ce moment pour la quitter. Besoin de respirer, de me poser et d'aller faire un tour sur mon forum. Peut-être Terence a-t-il répondu ? Ou tout autre membre a-t-il peut être posté quelque chose ? J'en sais rien moi, n'importe quoi. J'ai beau bien m'amuser ici, je préférerais passer la soirée chez moi avec mon cousin et mes amis les plus proches. Il y aurait de la musique aussi, à manger, à boire. Des trucs qu’on aime. On jouerait à la wii si l'envie nous en prenait. Ou une partie de Fifa où je ferais mordre la poussière à Chandler. Je pourrais même écrire un rp ou faire un truc inutile sur Photoshop si je voulais. Je n'aurais pas à constamment surveiller ce que je fais ni ce que je dis. Je n'aurais pas à faire attention à ce que ma robe ne monte pas un peu trop puisque je porterais un truc plus casual. Aucun rire ni sourire à feindre, ils seraient tous naturels. Hélas, la vie en a décidé autrement. Je me laisse donc tomber sur la première banquette que je croise et sors mon téléphone de mon sac à main à la hâte. Safari. La page déjà ouverte est sur Ticket To Ride. Et alors que j'effleure l'écran pour actualiser la page, tout s'est arrêté d’un coup : la musique, les lumières. Des exclamations éclatent aussitôt. Je ne dois pas à être la seule à me demander ce qui se passe. Il y a eu une coupure d'électricité, ça c'est sûr. Mais comment est-ce arrivé au juste ? Et pourquoi ce soir ? Tristan et moi avons choisi cet endroit pour sa renommée et voilà qu'ils ont une panne générale. Not cool. Not cool at all. Sans même réfléchir, je quitte Safari et cherche l'application qu'il me faut. En quelques secondes à peine, le flash de mon téléphone est activé. Voilà qui est mieuuuux. Je relève ma tête juste à temps pour voir que oh, « The phone, the phooooooone ! » Je me lève instinctivement mais le téléphone est déjà par terre. J'espère au moins que c'est pas un Iphone, une telle chute ne peut que laisser des traces. Et oh my god, si le téléphone est foutu ce sera de ma faute. Ce n'est pas une coïncidence s'il est tombé tout juste après que j'aie allumé le flash. Omg, omg, omggggggg. « I’m so sooooo sorry. » « It’s okay don’t worry, it had been through a lot worse » Je me mords la lèvre, fautive, alors que le jeune homme se lève, puis plonge à la recherche de son portable. J'hésite entre l'aider à le retrouver ou rester où je suis, puis me rappelle que je porte une robe assez courte. Voilà donc qui met fin à mon hésitation. Il ne le trouve visiblement pas, ce qui est normal vu qu'il n'y a pas assez de lumière pour le faire. Mais j'ai de la lumière ! Pourquoi je ne lui ai pas éclairé l'endroit plus tôt ? A croire que le personnage que je joue commence à sérieusement déteindre sur moi. « Okay, I’m sorry I have to ask but can you just… hm, flash me here ? » I'm. So. Stupid. « Yeah of course, I was just about to do that. So, yeah, here you go. I would help but I'm wearing a kind of short dress. It's cute but not appropriate for situations like these. So yeah, I'll just... » Je pointe mon téléphone dans la direction qu'il faut. Un reflet de lumière. C'est le téléphooooone ! Un iphone et il a l'air entier. « Now that's a relief. » Il se relève et je fais en sorte que mon portable nous éclaire juste assez pour que l'on puisse se voir sans pour autant être aveuglés ni l'un ni l'autre. « Losing it wasn’t an option. Believe it or not, it’s a superphone. It kinda saved my night cause I really don’t like it all. And you know, I wouldn’t have been able to wish it a Happy New Year and that would have been a real shame. A. Real. Shame. » Je l'écoute tout en le détaillant du regard, un sourire aux lèvres. He's one funny guy. « Sorry, I’m Jayden by the way. And that’s Hi, my phone, and the flash is not even working and I don’t know why cause everything just works so perfectly. » « Hiiiiii Hi phone » dis-je m'adressant au téléphone puis reprends à l'adresse de son propriétaire « and nice to meet you, Jayden. My name is Lemon and it's not even a joke. And I too have a very special relationship with my phone. But I didn't give it a name yet. » « Oh that’s a real pretty name actually, I never met a Lemon before in my life. » Sa phrase me décroche un sourire. « Thanks. Well I never met a Jayden either so that makes two of us. » Il reporte son attention sur son téléphone et je me demande s'il essaie de faire marcher son flash via l'appareil photo ou s'il a décidé d'aller tout simplement chercher l'application qu'il faut dans l'app store. « What the hell is happening in Oxford tonight ? » Je regarde autour de nous et des lumières de différentes intensités éclairent à présent la salle. Chacun a sorti son téléphone ou son briquet. S'il y avait de la musique, on se croirait dans un concert. « Well, Oxford I don't know. But it seems like we're having a power cut here. » Il se bat encore quelques instants avec son téléphone quand le flash finit par marcher. « Thank God. » « Now that's nice. You're a good phone, Hi phone! » « I think it already likes you actually, you know no one ever wants to talk to it and I can’t even understand why » « Ugh, people! Don't they know that such a behaviour is totally discriminatory? » dis-je d'un ton aussi sérieux que le sien tout en remuant la tête en signe de profonde désapprobation. « Except for my friend Jeff, our phones talk to each other. » « Phone socializing, I like it. Can my phone join in sometime? I'm sure it would love spending time with your phones. Because you see, it has no fellow phone friends. » Lemon tais-toi. Maintenant. Tu ne connais pas cette personne. And you're being really weird. Tais. Toi. Bien, je me tais. Je jette encore un regard tout autour, à la recherche de quelqu'un qui pourrait m'éclairer sur la situation. Mais l'état de confusion a l'air d'être général. Tout le monde semble vouloir savoir ce qui se passe. Je vois quelques uns filer vers la sortie et me dis qu'à ce rythme-ci et si tout n'est pas arrangé rapidement, la soirée va être un échec mémorable. Biensûr, ça me ferait plaisir de passer la fin de la soirée chez moi. Mais pas de cette façon. Mais... les voilà qui reviennent ! L'un d'eux dit quelque chose mais le brouhaha qui règne m'empêche de comprendre un mot. Sa voix n'attire l'attention que de peu de monde. L'un de ses amis décide alors de prendre la parole et sa voix à lui, on ne peut vraiment pas l'ignorer. « HEY GUYS, HEAR US. IT SEEMS LIKE IT'S A BLACKOUT IN THE WHOLE NEIGHBOURHOOD! POWER. OUT. » YAAAY, SOIREE FINIE SANS QUE CA SOIT UN DESASTRE. C'est tout de même pas ma faute s'il y a une coupure de courant dans le quartier ! C'est clair, la prochaine fois que j'ai envie d'échapper à un truc, je provoque une coupure de courant dans le quartier d'où ça se passe. Ou pas. « I told you, it’s Oxford getting crazy. » Je me retourne vers ma nouvelle connaissance un grand sourire aux lèvres. « Duuuuuuude, I heard that accent! You're so totally Irish! How long have you been around here? I mean, you must be at the university with all of us since you made it to this party. » Voilà qui explique qu'il ne me connaisse pas du tout. Et que je ne l'aie pas remarqué plus tôt. Maintenant que je le regarde de plus près, il est vraiment très agréable à regarder et a tout l'air d'un adorable geek. Addiction à l'iphone auquel il a donné un nom, un curieux sens d'humour que j'apprécie déjà et évidemment les lunettes. « Oh yes, Irish, totally me. Irish me. From Ireland. » Je ne peux m'empêcher d'éclater de rire face à une telle réplique alors qu'il me sourit tout simplement. « I arrived a few days ago, just before Christmas Eve » Il regarde à droite puis à gauche sans que je comprenne pour quelle raison puis me rappelle que nous sommes tout de même entourés d'un assez grand nombre d'étudiants dont la plupart ne tient pas en place. « I’ll attend computer science as soon as the holidays are over. » Informatique, j'aurais bien aimé faire ça. Je le regarde quelques instants puis souris. « Then from English me from England to Irish you from Ireland, welcome to Oxford. » Il rigole à son tour et je joins mon rire au sien. « ]Oh well, thanks to English you from England from Irish me from Ireland. That makes a lot of from. Oh my god I’m not even sure I’m still speaking English. Am I ? » J'acquiesce et lui réponds, tout en riant « Yes you are and that actually made a lot of sense! ». Le rire finit en sourire qui accompagne les mots qui suivent « And you're welcome. » Un homme à moustaches fait bientôt son apparition et une envie irrepressible de pizza me prend. (si vous comprenez le lien, bravo) Après quelques efforts pour se faire entendre, littéralement, il nous a tout expliqué. « It's a general power outage. The whole city is completely out. It appears that the snow is what caused it though we don't have many details yet. I would recommend everybody to stay calm and to not leave as it is snowing and dark out there. We are bringing some candles and we'll keep you posted. Thank you. » Oh. My. God. Vraiment ? Mais genre, VRAIMENT ? Je pense à ma mère enceinte puis me rappelle que mon père est avec elle à la maison. Dieu merci. Mais Pancakes, omg !!!!! My poor baby qui lui a tout à fait peur du noir. Il ne doit pas aller bien du tout et il va sûrement rendre mes parents fous avec ses aboiements. Personne ne sait s'y prendre avec lui comme je le fais. Personne d'autre que moi ne peut le calmer dans une pareille situation. J'aurais dû l'amener avec moi. Mais où mettre un chien dans une boîte de nuit ? Et je ne pense pas qu'ils laissent entrer les animaux ici... C'est alors que Jayden met fin à ma discussion interne. « It’s true, the phone lines are off. » Il marque une pause. « Gosh I just talked like an actor. We’re totally in a movie right now, it’s so fun. » « Totallyyyy. Let's hope it's a great movie though. But it seems like a pretty cool one so far, I'd watch it. » « Yes, but in fact I’d watch anything tonight not to be here cause I don’t really know the rules of those kinds of parties. » Je me fends d'un sourire face à la spontanéité de ses propos mais ne commente pas. « But yeah, let’s hope it’ll end right and not as a horror movie… » Je hoche la tête, franchement d'accord. D'horribles scénarios me viennent en tête mais je décide de les chasser. Ce n'est qu'un blackout, ni plus ni moins. Mes parents sont en sécurité. Pancakes n'en mourra pas. Et nous sommes également tous en sécurité ici. Je cherche mon cousin des yeux et le retrouve rapidement, sa grande taille me facilitant la tâche. J'ai un peu de mal à voir Rose mais l'aperçois rapidement. Je vois Freija aussi. Les Faure. Léandre. Andrea. Camille. Zach. Tout va bien. L'homme à moustaches a dit qu'ils allaient apporter des bougies. On a de l'air, à boire, à manger. Tout va bien. « My Grand-mother, she’s actually alone at home and I don’t even know… » Je me retourne et retrouve un Jayden inquiet, assis au même endroit qu'il occupait quelques minutes auparavant. « You do really think it’s impossible to leave ? » Je l'observe pendant quelques secondes, réfléchissant à la question. « Weeeeeeell... » dis-je en m'installant à côté de lui, mon téléphone au flash activé toujours en main. « It's not that it's impossible to get out of here. It's just that it's dangerous. You heard what the man said, it's snowing and it's dark outside. I don't think it would be a good idea to just leave. I'm sure even your grandma would agree. » Je me rends compte que je le fixe en parlant mais je n'arrive honnêtement pas à décrocher mes yeux des siens. Je veux mieux les voir. Si seulement il enlevait ses lunettes juste une minute que je voie de quelle couleur ils sont exactement, à quoi ils ressemblent de plus près. Il baisse les yeux. Soit c'est un réflexe, soit je l'ai mis mal à l'aise. On a qu'à dire que c'est un réflexe ou un truc comme ça. « Yes, you’re right. It sounds like you know Granny already, it's fun. » Je souris en réponse tandis qu'il rit un peu avant de reprendre « She’d probably tell me to stay here and you know, see the bright side of things » J'approuve d'un signe de tête. « So I guess we’ll have to wait. » Son regard qui, quelques instants auparavant, faisait le tour de la salle est à présent posé sur moi. Il me sourit un peu et je ne peux m'empêcher de sourire également. « You didn’t tell me what you were studying by the way ? » J'hésite. Mentir ou dire la vérité. Dire la vérité ou mentir. Tough choice. Je ne peux pas lui mentir. Je le connais à peine, mais je ne veux vraiment pas lui mentir. Et puis, c'est un geek. It's safe. Mais justement, je le connais à peine. Il a l'air d'un geek mais qui sait... Je n'ai pas l'air d'une menteuse et je mène bien une double vie. Mon instinct me dit que je peux absolument lui faire confiance, he seems to be like such a lovely person. Mais ma raison me dit que l'instinct peut se tromper. « Oh and, I kinda speak too much so don’t hesitate to tell me if you have to go and join friends of yours or do something » Je ris et réponds aussitôt, tout en souriant « No it's fine, and you know what? Let's not talk about studying, classes and these kinda stuff tonight, okay? It's New Year's Eeeeve! There's no electricity anymore, but it's still a celebration. Let's make the best out of it. »


Revenir en haut Aller en bas
 
i was enchanted to meet you w/ Jaymon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: