jenaipasdidéesdetitre w/ Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: jenaipasdidéesdetitre w/ Léandre   Dim 21 Oct - 15:44

Je jette un coup d'œil à l'heure sur mon portable. Pour une fois dans ma vie, je suis en avance, et quand je pénètre dans le starbuck, le jeune homme que je dois rencontrer – Léandre Von Brezen, un jeune créateur qui a déjà sa propre marque de fringues, son propre atelier, et qui est vraiment très très talentueux – n'est pas encore arrivé. Je me décide néanmoins à nous chercher une place – bien qu'il n'y ait pas encore trop de monde, on ne sait jamais – et commande rapidement un chocolat chaud avant de m'assoir à une table pour deux, pas trop trop loin de l'entrée parce que je ne veux pas le rater, on sait jamais, je ne l'ai jamais rencontré en vrai et j'ai beau savoir à quoi il ressemble parce que j'ai vu des photos de lui dans quelques magazines, je serais capable de rater son arrivée parce que je suis un boulet. Heureusement, je fais attention, et quand quelques minutes plus tard, un grand blond que je reconnais en quelques secondes pénètre dans le café, je lui fais immédiatement un signe de la main pour attirer son attention. Il m'adresse un sourire avant d'aller se commander rapidement un café. Quand il arrive à ma hauteur, il me salue et me tend la main. « Vous savez que vous êtes celle qu’il me faut ? » Sur le moment, je reste sans voix, surprise, mais je me reprends très vite et éclate de rire, ce qui n'est pas très professionnel, vous en conviendrez, mais ce n'est pas sous prétexte qu'il me veut comme mannequin que je vais commencer à faire la gueule 24 heures sur 24. « Eh bien, Léandre, on ne peut pas dire que vous êtes du genre à tourner autour du pot! » je m'exclame, avant de sourire. « Et qu'est-ce qui vous fait dire ça, exactement? » C'est vrai quoi, je n'ai rien de plus que les autres. « Votre simplicité, c'est ce que je veux représenter avec L.VB. Les mannequins de métier sont douées, vous savez, très douées. Mais il manque quelque chose à leur sensibilité que je pense vous êtes en mesure d'apporter à la marque, et c'est ça que je recherche » Mon sourire se fait pensif, et j'avale une gorgée de ma boisson. « Vous êtes bien sûr de vouloir de moi? Je ne suis pas facile, vous savez. Je n'ai pas l'intention de me faire vomir, de ne manger qu'un repas par jour et de ne plus jamais entrer dans un seul McDo pendant la durée de ma « carrière ». » je lui réponds en mimant des crochets avec mes doigts. « Je n'ai pas l'intention de rentrer dans du 34. Mon tour de taille me conviens comme ça. » Bon, je ne suis pas bien grosse, mais quand même. « Les filles qui vomissent et que font du 32 ne m'intéressent pas, c'est bien loin de ce que je veux représenter. Je vous offre un McDo pour le déjeuner s'il faut, peu m'importe ce que vous mangez, faites comme sport ou quoi que ce soit d'autre. Je veux que ma collection porte la véracité des gens de tous les jours, pas l'illusion d'une perfection peu appréciable... » Je l'étudie du regard un moment, avant de décider qu'il est sincère et qu'il ne semble pas vouloir me balader par le bout du nez. Enfin, en tout cas, pas à ce qu'il me semble. Il a l'air d'être quelqu'un de très sympathique, à vrai dire, et je l'aime bien. « Je vous crois. » je lui réponds en souriant, avant de me mordre la lèvre. « Mais en quoi pouvez-vous me garantir que c'est une bonne idée? Je veux dire, j'adore la mode, et j'ai probablement voulu être mannequin entre la période où je voulais être une princesse et celle où je voulais être actrice, mais... » Je prends une grande inspiration. « Je ne peux pas abandonner mes études comme ça, c'est trop risqué. Qu'auriez-vous fait, à ma place? Et répondez sincèrement, s'il vous plait. » Je plonge mon regard dans le sien, extrêmement sérieuse. C'est mon avenir qui est en jeu, ma vie, et je ne peux pas prendre ça à la légère. « Quel est le risque, d'après vous ? Je vous garantis que tant que vous travaillez pour moi, le problème du risque ne se posera pas. Pas parce que je suis prétentieux, mais parce qu'un jour, j'ai décidé de tourner le dos aux longues études brillantes d'avocat ou de médecin pour devenir styliste, et que ce jour là je me suis promis que je serai capable de faire quelque chose de bien qui tienne la route. Pour l'instant, c'est le cas. Si vous venez travailler dans le monde de la mode, vous serez mannequin, mais ce métier là ne dure pas toute une vie. Un jour ça sera terminé, et ce jour là, vous aurez le choix. Soit vous voulez rester dans le domaine et vous évoluez, soit vous reprenez vos études. Dans les deux cas, vous aurez vécu de ce que vous aimez faire pendant au moins quelques années, ce que vous aimez vraiment faire, et ça, ça n'a pas de prix. » Je souris. On dirait presque que je l'ai mis en colère, c'est impressionnant. « C'est vrai que vous êtes la preuve vivante que le travail, ça paye. » Je finis mon café d'une traite, avant de reprendre. « Ça vous dérange de me laisser un peu de temps pour y réfléchir? Si ce n'est pas trop demander, bien sûr. » Il hoche la tête affirmativement, et je sens une vague de soulagement me traverser. Je ne voudrais pas abuser de sa bonté. Ça serait dommage qu'il en ait marre de moi avant même qu'on ait commencé à travailler ensemble. « Prenez le temps qu'il vous faut, je ne suis pas pressé » Je lui fait un grand sourire, soudainement très heureuse. « Génial! » je m'exclame, avant de rougir. « Heu... Je veux dire, très bien, merci beaucoup. » je me reprends en prenant un ton moins proche de celui d'une gamine de douze ans surexcitée. Je jette un coup d'œil à l'heure. Il faut que je rentre à Cambridge. « Encore merci pour votre temps. Je n'en abuserais pas plus, je dois prendre le train pour Cambridge. » Je lui tend la main. « Bonne soirée, Léandre! Je vous recontacterais au plus vite » Il acquiesce. « Prenez le temps qu'il vous faut, je ne suis pas pressé » Je souris, rassurée, avant de lui dire au revoir et de quitter le café pour me rendre à la gare.

FIN


Dernière édition par Heather E. Winchester le Dim 17 Fév - 2:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: jenaipasdidéesdetitre w/ Léandre   Dim 21 Oct - 21:13

Il y a des gens comme ça dont il est presque inévitable de vous entourer. Heather Winchester en fait partie. Je ne suis pas d'un naturel prétentieux ou empressé, je ne suis pas du genre à vouloir dévier les gens de leurs parcours, et j'ai déjà quelques mannequins qui travaillent pour moi, et même une tête de campagne. Mais tout ça ne va pas. J'ai créé L.VB pour faire une marque de luxe avec de la simplicité. En parcourant quelques anciennes photos de pub pour trouver des idées, des présentations inspirants, je suis tombé sur une photo faite pour une vieille marque il y a quelques années, et l'évidence était presque transparente : le naturel et la simplicité étaient exactement incarnés par Heather comme je me les figurais. A partir de là, l'idée fut simple, il fallait la contacter et la débaucher pour lui proposer de devenir la représentante des habits. Ce qui sera par ailleurs difficile étant donné que mes mannequins se disputent déjà le bout de viande - il faut croire que mon avenir promet. Mais je vais le faire, parce que comme d'habitude, mon instinct me dicte que c'est la bonne chose à faire.

J'entre donc dans le Starbuck bien décidé à aller droit au but. Elle me fait de grand signe et je la repère tout de suite, lui adressant un sourire presque rassuré. Elle n'a pas changé, ses traits sont toujours parfaitement ce qu'il me faut. Je lui fais signe que je passe au comptoir, me prends rapidement un café et la rejoins à table en lui tendant ma main. « Bonjour Heather, Léandre, enchanté ». Je ne fais pas trop dans les conventions parce que je ne suis pas du genre prétentieux. « Vous savez que vous êtes celle qu’il me faut ? » Elle sourit un peu avant de répliquer : « Eh bien, Léandre, on ne peut pas dire que vous êtes du genre à tourner autour du pot! » Je secoue la tête en m'installant, je ne tourne pas autour du pot non mais la vérité est frappante et mon inspiration aussi. « Et qu'est-ce qui vous fait dire ça, exactement? » J'inspire, déboutonne ma veste et avale une gorgée de café avant toute chose. « Votre simplicité, c'est ce que je veux représenter avec L.VB. Les mannequins de métier sont douées, vous savez, très douées. Mais il manque quelque chose à leur sensibilité que je pense vous êtes en mesure d'apporter à la marque, et c'est ça que je recherche » Je souris et hoche la tête. Elle sourit également, soulevant son café pour en boire un peu, pensive. « Vous êtes bien sûr de vouloir de moi? Je ne suis pas facile, vous savez. Je n'ai pas l'intention de me faire vomir, de ne manger qu'un repas par jour et de ne plus jamais entrer dans un seul McDo pendant la durée de ma « carrière ». » Je ris légèrement et roule des yeux, ça n'est pas franchement mon genre d'encourager ce genre de comportements, elle le comprendra d'elle même bien rapidement. « Je n'ai pas l'intention de rentrer dans du 34. Mon tour de taille me conviens comme ça. » Je ris, termine déjà mon café et pose mes mains sur la table. « Les filles qui vomissent et que font du 32 ne m'intéressent pas, c'est bien loin de ce que je veux représenter. Je vous offre un McDo pour le déjeuner s'il faut, peu m'importe ce que vous mangez, faites comme sport ou quoi que ce soit d'autre. Je veux que ma collection porte la véracité des gens de tous les jours, pas l'illusion d'une perfection peu appréciable... » Elle me fixe un instant, semble pensive. Je comprends l'appréhension, je ne suis pas là pour la débaucher ou lui imposer un changement radical de vie. « Je vous crois. Mais en quoi pouvez-vous me garantir que c'est une bonne idée? Je veux dire, j'adore la mode, et j'ai probablement voulu être mannequin entre la période où je voulais être une princesse et celle où je voulais être actrice, mais... » Je fronce un peu les sourcils et hausse une épaule, elle inspire pour continuer : « Je ne peux pas abandonner mes études comme ça, c'est trop risqué. Qu'auriez-vous fait, à ma place? Et répondez sincèrement, s'il vous plait. » Je réfléchis un instant avant de parler. « Quel est le risque, d'après vous ? Je vous garantis que tant que vous travaillez pour moi, le problème du risque ne se posera pas. Pas parce que je suis prétentieux, mais parce qu'un jour, j'ai décidé de tourner le dos aux longues études brillantes d'avocat ou de médecin pour devenir styliste, et que ce jour là je me suis promis que je serai capable de faire quelque chose de bien qui tienne la route. Pour l'instant, c'est le cas. Si vous venez travailler dans le monde de la mode, vous serez mannequin, mais ce métier là ne dure pas toute une vie. Un jour ça sera terminé, et ce jour là, vous aurez le choix. Soit vous voulez rester dans le domaine et vous évoluez, soit vous reprenez vos études. Dans les deux cas, vous aurez vécu de ce que vous aimez faire pendant au moins quelques années, ce que vous aimez vraiment faire, et ça, ça n'a pas de prix. » J'hausse une épaule et termine mon café d'un geste un peu théâtral - peu être que je m'emballe. « C'est vrai que vous êtes la preuve vivante que le travail, ça paye. » Elle termine son café, s'interrompt puis reprend, hésitante : « Ça vous dérange de me laisser un peu de temps pour y réfléchir? Si ce n'est pas trop demander, bien sûr. » J'acquiesce, bien entendu. « Prenez le temps qu'il vous faut, je ne suis pas pressé ».
Revenir en haut Aller en bas
 
jenaipasdidéesdetitre w/ Léandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» souper andre fraikin
» souper sphaghetti andre fraikin
» Léandre d'Erac [Validé]
» Un geste d'humanité {Léandre de Vallombreuse & Benoît de Courtenvaux}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: