KZH & MAB ✖ Losing All Control

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: KZH & MAB ✖ Losing All Control   Dim 14 Oct - 17:17


✖ MARGOT BRENNAN & KAEL HELGELAND ✖
« OXFORD # Redbrigde # University of Oxford »
♪ Losing all Control ♪
Assis sur l'un des bancs à l'extérieur d'Oxford, j'essaye de tuer le temps en regardant les étudiants aller et venir à travers les allées. Certains se mettant à courir pour rejoindre leur prochain cours, certains sont en train de flâner en attendant leurs camarades. J'aime regarder le monde qui m'entoure sans ne rien faire d'autre... J'arrive à un tournant de ma vie où je dois faire des choix, et je ne parviens pas encore à choisir. Assumer cet enfant que porte ma meilleure amie? Abandonner ma dernière année d'études pour trouver un job qui puisse subvenir à nos besoins? Devoir arrêter mon job alimentaire qu'est d'être mannequin pour l'une des plus grandes agences de mannequins de Londres? Je sais que j'ai encore du temps devant moi avant de faire des choix mûrement réfléchi... Entre-temps, je préfère profiter des derniers mois de liberté, et de faire ces choix finaux quand ce sera le moment. Je regarde quelques instants dans mon portable, en fouillant mon répertoire à la recherche d'une personne avec qui je pourrais passer mon après-midi. Je tombe sur le prénom de "Margot" où est associé "l'étudiante qui ne connaît pas le laisser aller". Il m'arrive souvent d'ajouter des commentaires sur mes contacts afin de me souvenir des personnes, ma mémoire est.. disons, assez défaillante! Cela pourrait être assez intéressant de commencer à lui apprendre à lâcher prise, et de commencer à profiter des bons moments de la vie. Rapidement, je lui envoie un sms pour savoir où elle se trouve... je reçois dans la minute sa réponse, dans le bâtiment B de droit où elle vient de terminer son cours.
Impulsivement, je la rejoins où je la trouve accompagné de ses amies dans l'un des couloirs. Margot me voit arriver avec un regard assez surpris, et je lui souris. « Bonjour mesdemoiselles. Excusez-moi de vous déranger. » Je pose les yeux sur Margot, et je lui attrape délicatement la main. « Suis-moi! Peu importe si tu as encore cours ou non, tu viens avec moi! » Elle ne comprend pas réellement où je veux en venir. Ses amies, quant à elle, semblent assez surprises de voir qu'un étudiant âgé comme moi vienne vers elle. J'ai une idée bien précise en tête pour amorcer son apprentissage du laisser aller. Margot doit me faire confiance, assez pour savoir où je veux en venir. Je sais que ce n'est pas évident de faire confiance à quelqu'un que l'on ne connaît pas réellement ! Je la regarde alors qu'elle me fait non de la tête, je m'en amuse. Je n'accepte pas un non, surtout lorsqu'il n'est pas dit bien distinctement. Je la tire doucement vers moi pour l'extraire de son groupe de fille. J'avance dans les couloirs, tout en tenant la main de Margot, en ayant un but précis que je garde bien pour moi. Je ne veux pas l'effrayer ou bien qu'elle refuse ma proposition, je souhaite la mettre au pied du mur, et qu'elle ne puisse pas reculer. Je sens sa main légèrement tremblante à mon contact, ce qui me fait sourire; puis je me tourne vers elle, qui semble si déboussolé, ne comprenant pas où je veux en venir. Je ralentis le pas, pour qu'on puisse avoir une courte conversation le temps d'arriver à l'endroit qui va lui permettre de lâcher prise quelques instants. « Je sais que tu t'en fiches mais j'ai cours, et je ne dois absolument pas sécher si je veux réussir mon année... » Je lâche un léger rire, amusé par sa remarque, puis elle enchaîne à nouveau. « Où m'emmènes-tu de toute façon ? » Margot est si curieuse, mais je peux la comprendre. Néanmoins, je suis ravi de voir qu'elle me fait confiance au point de me suivre quelque part sans avoir conscience de la destination. Je lui serre un peu plus la main comme pour essayer de la rassurer, et je tourne le visage vers elle. « Tu le sauras quand tu y seras! » Je m'amuse à lui faire tourner la tête, et je vois que cela fonctionne. « Crois-moi, tu ne vas pas rater ton année si tu sèches un cours. Il y a un temps pour chaque chose, et là, c'est de réussir à faire tomber la pression! » Je lui fais un clin d'oeil avant de tourner à nouveau la tête devant moi pour avancer vers notre destination.
Je suis convaincu par ce que je viens de lui dire, car lors de ma première année j'étais comme elle. Un étudiant fonceur et bosseur, qui n'hésite pas à mettre de côté sa vie sociale au profit de mes études. Puis au fil du temps, en créant un réseau d'amis à Oxford, j'ai appris à lâcher prise et à comprendre qu'il faut prendre du temps pour soi-même afin de réussir ses études. Si notre vie ne tourne qu'autour de notre travail, il y a des chances de finir en dépression ou bien d'abandonner ses études. « Du moment que l'activité prévue n'inclut pas le fait de se déshabiller, je pense que j'ai hâte de savoir ce que tu as concocté. » J'émis un léger rire à sa remarque; puis je tourne le visage vers elle, « Ce n'est pas inclus, mais rien ne t'arrête de le faire, ce n'est pas moi qui t'en empêchera! » Je remarque qu'elle commence à perdre patience, se demandant sûrement où je vais l'emmener. « On est bientôt arrivés ? » J'esquisse un léger sourire en sachant que nous arrivés, mais j'essaye de noyer le poisson pour qu'elle ne sache pas où l'on va se rendre. Je m'arrête et je me tourne vers elle. « Nous y sommes bientôt. Mais avant d'y arriver, je dois te couvrir les yeux avec mes mains, afin que tu es pleinement la surprise! Tu es d'accord? » Je ne veux pas la forcer, et je souhaite le lui montrer en espérant qu'elle accepte. « Je suis d'accord. » J'esquisse à nouveau un léger sourire, ravi de savoir qu'elle me fait autant confiance. J'ai peut-être sous-estimé son envie de se lâcher et de se libérer. Je passe derrière elle, en lui demandant de fermer les yeux, puis je pose mes mains afin de les lui couvrir. J'avance doucement pour qu'elle ne se doute pas de notre futur halte, même si je soupçonne le fait qu'elle ne sait pas que l'on se trouve près de l'entrée du toit. J'ouvre la porte qui nous permet d'y accéder. Je murmure légèrement à son oreille, « On va prendre des escaliers, quelques marches. Fais attention, prends ton temps ! » Je la fais avancer doucement, pour qu'elle ne trébuche pas dans les escaliers. Ce n'est pas mon intention de lui faire du mal. Après avoir mis un certain temps à monter les escaliers; j'ouvre la dernière porte, la dernière barrière entre nous et le lâ cher prise. « J'ouvre cette porte, et nous y sommes. Ne t'inquiète pas, il va faire plus froid, comme nous allons être dehors. Continues de me faire confiance. »
Seulement, elle ne se doute pas que nous nous trouvons sur le toit de son bâtiment de droit. J'ouvre la porte, et on s'engouffre sur le toit, où la légère brise vient nous caresser le visage. J'avance avec elle, en lui cachant toujours les yeux, avec une certaine prudence. Un accident est vite arrivé, et ce n'est pas ce que je souhaite. Je la dirige près de la corniche, où une barrière vient nous stopper. Je lui fais poser les mains sur la barrière et je me mets à ses côtés. « Ouvre tes yeux quand tu te sens prête. » Je pose mes mains à mon tour sur la barrière, et je tourne le regard vers elle afin de voir toutes ses réactions. Je vois qu'elle prend son temps avant d'ouvrir les yeux et de voir où je l'ai emmené. Je me doute qu'elle va être surprise, ne s'attendant pas à se retrouver sur les toits de l'université. Il est rare que j'emmène des personnes sur ces toits, c'est l'endroit où je me retrouve quand j'ai besoin de prendre du temps pour moi et surtout pour réfléchir. D'ailleurs, j'y suis souvent depuis quelque temps... depuis l'annonce de la grossesse de Thaïs. Ce moment au côté de Margot me permet de penser à autre chose et de me concentrer seulement sur elle, ce qui est loin de me déplaire. Je la regarde ouvrir les yeux, et lâche un cri de surprise. Seulement, je ne m'attendais pas à ce qu'elle recule par réflexe. Je découvre son côté maladroit, puisqu'elle s'est déséquilibré et est tombé au sol. Je n'ai pas eu le temps de la rattraper, mais je m'approche rapidement d'elle afin de l'aider à se relever. Et je la vois se mettre à rire de sa chute, au lieu de s'en plaindre. J'aime cet état d'esprit! Je l'aide à se relever, et elle se rapproche de la barrière pour admirer la vue que les toits de l'université nous offrent. « Ouah. » Je suis content qu'elle apprécie la vue, même si elle ne se doute pas de la suite des évènements que j'ai prévu pour elle. « C'est magnifique ! » J'esquisse un léger sourire, satisfait qu'elle en profite autant. « On a le droit d'être ici ? » Je hausse les épaules en gardant mon sourire. Elle n'a pas perdu l'esprit avec sa chute. Je me tourne vers la vue afin d'en profiter à mon tour. « Ne te poses pas ce genre de question, cela t'encombre l'esprit et cela t'empêche d'en profiter au maximum. » Je tourne à nouveau la tête vers Margot. « Mais je ne t'ai pas emmené sur les toits juste pour profiter de la vue. J'ai envie de te voir lâcher prise, et de baisser ta garde ! » Elle semble confuse, essayant de comprendre où je veux en venir.

U.C.


Dernière édition par Kael Helgeland le Sam 3 Nov - 0:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: KZH & MAB ✖ Losing All Control   Dim 14 Oct - 19:26

J'adore les cours. Oui, j'ai toujours adoré les cours. L'ambiance d'un auditorium, la passion d'un professeur, les notes excellentes rendues .. Mais là, je trouve ça vraiment .. Comment dire cela .. Barbant ? Encore un cours de droit, ce qui est plutôt normal vu ma filière, et j'ai l'impression de ne plus pouvoir m'en sortir. Ma tête est lourde, mes yeux se ferment petit à petit et la fille assise à côté de moi me donne régulièrement des coups de coude pour me remettre dans le droit chemin. Il faut que je suive le cours, que je prenne des notes, pour ne pas être perdue plus tard. Je le sais. Mais la fatigue commence à arriver, alors que ma nuit dernière fut pleine et calme. Alors que je suis en train de littéralement baver sur mes feuilles, le professeur annonce la fin du cours. Un léger sourire prend place sur mon visage alors que je me lève et suis quelques filles pour me rendre au prochain cours. Ma journée est loin d'être finie. Nous restons quelques moments dans les couloirs à discuter de tout et de rien. Je ne peux pas vraiment les appeler des « amies », mais plutôt des « connaissances qui partagent le même cours que moi ». Elles ne savent rien de moi, je ne sais rien d'elles, mais elles sont gentilles alors je préfère rester en groupe qu'être toute seule. C'est un de mes grands défauts. Je ne parle pas beaucoup mais au moins, je me sens entourée. Alors que je suis en train d'écouter la plus grande discuter de vernis à ongles, je reçois un SMS de Kael. Il me demande où je suis, et je lui réponds simplement que je suis dans le bâtiment B. Je me demande pourquoi il me demande ça, et le vois arriver quelques petites minutes plus tard. Je regarde autour de moi, comme pour me persuader que ce n'est pas moi qu'il vient chercher, mais lorsqu'il s'adresse au groupe de filles autour de moi, je me sens défaillir.

« Bonjour mesdemoiselles. Excusez-moi de vous déranger. » Elles ne semblent pas s'en formaliser. Je sursaute lorsque je le sens attraper ma main. Non, non ! Il va m'emmener quelque part, je ne sais pas où et je n'ai pas spécialement envie de savoir ! « Suis-moi! Peu importe si tu as encore cours ou non, tu viens avec moi! » Je fais non de la tête mais déjà je le sens qui part sans prêter attention à ce que j'ai à dire. Alors, je le suis. Je ne sais pas quoi dire ou quoi faire à part marcher. Le contact sur ma main me gêne : je n'ai pas l'habitude d'être touchée par des garçons. « Je sais que tu t'en fiches mais j'ai cours, et je ne dois absolument pas sécher si je veux réussir mon année .. » Je fronce les sourcils. « Où m'emmènes-tu de toute façon ? » Je suis curieuse. J'ai envie de savoir ce qu'il a préparé pour moi et je dois avouer que je sens une pointe de joie monter dans mon ventre. Quelqu'un s'intéresse à moi, et à moi seule. C'est un sentiment grisant. Alors, je le suis, sans vraiment savoir où nous allons. « Tu le sauras quand tu y seras! » Oui en effet, c'est plutôt logique. Je le laisse me tirer, sentant sa main se resserrer sur la mienne. « Crois-moi, tu ne vas pas rater ton année si tu sèches un cours. Il y a un temps pour chaque chose, et là, c'est de réussir à faire tomber la pression! » J'ai du mal à me dire ça, à me faire comprendre que tout n'est pas assiduité et sérieux. Qu'il faut savoir se lâcher un peu. Dans ma quête de la perfection au niveau scolaire, j'ai oublié ce côté là. « Du moment que l'activité prévue n'inclut pas le fait de se déshabiller, je pense que j'ai hâte de savoir ce que tu as concocté. » Je continue à le suivre. J'ai l'impression de tourner en rond. « On est bientôt arrivés ? »

Il s'arrête enfin. Sommes-nous arrivés ? Je ne sais pas exactement où nous sommes mais le lieu n'a rien d'exceptionnel. D'ailleurs, nous sommes encore à l'université il me semble .. Je suis un peu déçue. « Nous y sommes bientôt. Mais avant d'y arriver, je dois te couvrir les yeux avec mes mains, afin que tu es pleinement la surprise! Tu es d'accord? » Ah ! Donc nous n'y sommes pas encore. Cela me rassure un peu, et le fait de me faire couvrir les yeux .. Eh bien, pourquoi pas. Cela me fait un peu peur mais je décide de ne pas prêter attention à cette petite voix prudente dans ma tête et me jeter dans le plat. « Je suis d'accord. » J'attends qu'il pose ses mains sur mes yeux. Il passe derrière moi et, après m'avoir demandé de fermer les yeux, pose ses mains sur ceux-ci. Mon cœur bat à toute allure, excité à cause de cet inconnu qui règne dans le futur proche. Au bout d'un petit moment, il reprend la parole. « On va prendre des escaliers, quelques marches. Fais attention, prends ton temps ! » En effet, il fait bien de me dire de prendre mon temps car je suis très maladroite. Il me faut beaucoup de temps pour arriver à monter ces fameux escaliers sans ma vue. Je me demande où nous nous rendons : en tout cas, ce n'est pas au rez de chaussée. « J'ouvre cette porte, et nous y sommes. Ne t'inquiète pas, il va faire plus froid, comme nous allons être dehors. Continues de me faire confiance. » Dehors ? Dehors en haut ? Je ne comprends pas. Je ne me doute pas un seul instant que nous sommes sur le toît de l'établissement. Au contraire, je ne cesse de me questionner et tremblote à cause de l'air qui est relativement plus froid, tout d'un coup. Il garde ses mains sur mes yeux en me faisant avancer, et j'ai peur. J'ai très peur. Mais je lui fais confiance, bizarrement, puisque je ne le connais pas plus que ça. Sûrement sa gentillesse qui me semble sincère. Il pose mes mains sur une barrière et enfin, enlève ses mains. « Ouvre tes yeux quand tu te sens prête. » Je prends de grandes inspirations et essaie de ralentir mon rythme cardiaque qui va à toute allure. La barrière est froide, une légère brise fait voler quelques mèches de mes cheveux. Je compte dans ma tête. Un. Deux. Trois. Et j'ouvre les yeux. Un petit cri sort de ma bouche et j'ai le réflexe de me reculer. Trébuchant sur mes propres pieds, je tombe à terre en arrière, mais je ne me fais aucun mal. Au lieu de pleurer à cause de ma chute, je ris. Je ris pendant un temps indéfini, je ne sais pas du tout si cela dure plusieurs minutes. Et après, je me relève et me rapproche de la barrière pour m'y accrocher. « Ouah. » Mes yeux pleurent légèrement, à cause du froid et de mon rire, et je les essuie rapidement. Un grand sourire est plaqué sur mon visage, alors que je profite de la vue. « C'est magnifique ! » Je ne suis jamais venue ici, à vrai dire, je me demande même si nous avons le droit de nous trouver là. Les sourcils froncés, je me tourne vers Kael. « On a le droit d'être ici ? » Oui, je suis vite revenue sur terre. Les règles, que je ne brise jamais ..

« Ne te poses pas ce genre de question, cela t'encombre l'esprit et cela t'empêche d'en profiter au maximum. » Il a raison. J'essaie de suivre son conseil et de ne pas trop réfléchir, comme à mon habitude. C'est dur. A chaque fois que je me sens détendue, une question vient dans mon esprit et me fait m'inquiéter. « Mais je ne t'ai pas emmené sur les toits juste pour profiter de la vue. J'ai envie de te voir lâcher prise, et de baisser ta garde ! » Je me tourne vers lui légèrement en fronçant les sourcils. Que veut-il dire par là ? « Ne me dis pas que tu as préparé les harnais et que tu veux faire du saut à l'élastique .. » J'écarquille les yeux. Mais en jetant un rapide coup d’œil autour de nous, je ne remarque aucun matériel. « Ou alors on va faire un remake de titanic ? »

UUUUCCCCC
Revenir en haut Aller en bas
 
KZH & MAB ✖ Losing All Control
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» 01. Losing your mind
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Feryal && Simba ◮ i'm losing control
» HAWTHORNE ✝ LOSING ALL HOPE WAS FREEDOM.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: