MAB ∟ summertime sadness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:16


margot apple brennan w/ melissa benoist
the characterthe person
→ habite à cambridge, oxford ou londres.
→ âgé(e) de 18 ans.
→ né(e) le 10/10/1993 à Londres.
→ est étudiante en première année de droit.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? hétérosexuelle
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : mocking.berry
→ âge : 19 ans
→ comment avez-vous connu le forum ? par le top site obsession
→ code : code bon, Andyyy y'a pas de piège ? j'ai trouvé que celui là et pourtant j'ai tout luuuu je trouve ça louche Sad
→ crédits : uc
→ de quelle couleur sont les petits pois ? euuuuh roses ?


Dernière édition par Margot A. Brennan le Dim 7 Oct - 20:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:16

it's my life, it's now or never
Je ne savais pas d'où cela venait. Mais lorsque j'ouvrais la bouche, et que je poussais un petit peu, des notes se faisaient entendre. Je pouvais chanter. Et depuis que j'avais découvert ce fantastique don, je le montrai à qui voulait. Ma famille, principalement. Je me baladais dans les couloirs de notre grande maison en chantonnant ou en beltant des notes incroyablement hautes sans difficulté. J'avais ce qu'on appelait quelque chose d'inné. Ce jour là, j'étais tranquillement assise près de la table à manger, par terre, sur le marbre froid. Je dessinais sur une feuille de papier un joli dessin d'enfant : une maison, un soleil, un chien, et notre famille. Nous n'avions pas de chien. Pratiquement tout le monde était allergique, sauf moi. Ce chien, je le voulais terriblement. Mais comment raisonner avec des parents comme les miens ? Ils étaient absolument catégoriques sur cette question : pas d'animaux dans cette maison. Je dessinais quelques notes de musique à côté et tendais la feuille de papier à ma maman qui était en train de travailler. Elle m'ignora. Je me levais finalement pour lui mettre devant les yeux, et elle y accorda un regard. Un seul. Rempli de mépris. Les larmes trouvèrent bien vite mes yeux, et je me mis à pleurer. « Mamaaaaan pourquoi tu n'aimes pas mon dessin ? » Elle ne me répondit pas. Têtue comme une mule, je me plantais à côté d'elle et commençais à chanter un extrait de la comédie musicale « Cabaret », une que j'affectionnais tout particulièrement. J'avais une quantité impressionnante de cassettes vidéo de vieilles comédies musicales que je connaissais pratiquement par cœur. Ma mère tourna finalement la tête et me regarda d'un air noir et rempli de haine. M'aimait-elle seulement ? Je me le demandais beaucoup. Ils étaient si stricts, mes deux parents, et ne me câlinaient jamais. Ils ne me racontaient pas d'histoire pour que je m'endorme. Ils étaient froids, dépourvus de tous sentiments, et il semblait que j'étais le vilain petit canard. Je pleurais, je riais, j'étais très émotionnelle et je n'avais pas de grands projets d'avenirs. J'étais jeune, d'accord, mais mes frères eux avaient trouvé leur voie dès le primaire. « Arrête ça tout de suite, Margot. » Je m'arrêtais en fronçant les sourcils. Je voulais une réaction, n'importe quelle réaction mais quelque chose ! Quelque chose qui puisse me prouver que je n'étais pas dans une famille de robots ! « Pourquoi je devrais arrêter, maman ? Dis moi juste pourquoi ? » « Car tu ne seras jamais une chanteuse, ou une dessinatrice. D'ailleurs, tes talents sont piètres. Tu seras avocate ou médecin. Quelque chose qui te permettra d'avoir un avenir. De l'argent. » Mes yeux se remplirent de larmes à nouveau. Je n'avais aucune envie d'être une bête sans âme. Je voulais chanter mes émotions, je voulais montrer aux gens ma passion ! « Je serai chanteuse, maman. Je serai en haut des affiches à la West End » « Il faut que tu arrêtes de te nourrir d'illusions Margot. » Les dents serrées, je rebroussais le pas pour aller dans ma chambre. M’entraîner. Chanter à tue tête. Et lui prouver qu'elle avait tort.

[...]

J'étais assise sur mon grand lit. Comme à mon habitude, ma guitare traînait à terre, et je la regardais silencieusement. Il n'y avait personne à la maison. La tentation était si grande ! Cela faisait au moins une semaine que je n'avais pas touché ces cordes et il me tardait de pouvoir chantonner à nouveau sur le doux son de mon instrument .. Celui que je m'étais payé moi même, avec mes économies. Malgré la richesse familiale, jamais personne dans mon foyer ne m'aurait acheté quelque chose de si « futile ». Mes journées étaient toujours les mêmes : lycée, devoirs, manger, dodo. Je m'en lassais. Mes notes étaient de moins en moins bonnes car je me désintéressais des cours .. Pas assez pourtant pour perdre ma place de première de la classe. Les examens de fin d'année approchaient à grand pas et je n'avais que très peu révisé. J'étais intelligente, et plus que tout, j'avais une mémoire impressionnante. Il me suffisait de lire une fois pour pratiquement tout enregistrer ce qui m'était très pratique dans la théorie. Dans la pratique, j'avais tellement d'informations stockées dans mon crâne que tout ressortait à des moments assez saugrenus et qui me faisaient passer pour une dérangée. Cette image que les gens avaient de moi au lycée, me faisait beaucoup de mal. Je passais des nuits à tremper mon oreiller. Et le lendemain, je me rendais tout sourire à l'endroit de torture qu'était l'école. Finalement, je me baissais rapidement pour attraper ma guitare et commençais à caresser les douces cordes. Un son, deux sons .. Et des accords, bientôt. Je commençais à chanter quelque chose que j'avais entendu sur internet, dont je ne connaissais ni le nom ni l'artiste. Alors que je fermais les yeux et me laissais aller dans le plaisir, j'entendis ma porte s'ouvrir en grand. Je tournais la tête et lâchais ma guitare qui tomba mollement sur mon lit. C'était mon père. Mes yeux s'écarquillèrent. Je tentais de cacher l'instrument avec des coussins mais ce fut peine perdue. Il s'avança dans la pièce et prit mon bonheur entre ses mains avant de l'emporter. J'attendis plusieurs minutes avant de me lever et d'aller voir dans le couloir. Il était parti. Je soupirais de soulagement, m'attendant à une plus grande sanction, lorsqu'il revint un papier à la main. « Tu sais ce que c'est, ma petite Margot ? » dit-il d'une voix qui se voulait doucement sarcastique. « Non ? » dis-je naïvement. Il s'approcha de moi, ses sourcils se fronçant, sa moustache frémissant. « Ton relevé de notes. Et jeune fille, ta mère et moi sommes loin d'être contents. » Mon regard se baissa, mes mains se crispèrent. Je sentis ma gorge se serrer. « Et ne pleure pas pour t'en sortir ! Tu es privée de sortie jusqu'à nouvel ordre ! Privée de ça, aussi ! » fit-il en empoignant mon ordinateur portable. Ma seule source d'inspiration, ma seule échappatoire, là où je pouvais écouter ma musique durant des heures sans me préoccuper du reste. « Je te rappelle que tu vises Oxford, ma petite. Ne l'oublie jamais. Le droit, ce sera tout ce que tu feras. » Il me laissa en pleurs, tremblante, sur mon lit. Incapable de bouger, fixée, persuadée que je devais faire tout ce qu'il fallait pour sortir de cette maison. Pour ne pas aller à Oxford. Pour aller dans la London School of Art.

[...]

« Allez, vas y ! Tu vas assurer ! » Je faisais non de la tête, bien décidée à ne pas monter sur cette scène. Même si je savais ne pas trop mal me débrouiller en chant, je n'étais pas assez confiante pour me produire devant tout le monde comme ça .. Pour une fille qui voulait devenir chanteuse c'était assez problématique mais je n'y pensais pas. Ma meilleure amie se dirigea vers la scène pour nous faire une petite représentation de « I kissed a girl » avec toutes les notes fausses imaginables et j'applaudissais en rythme avec la chanson, heureuse d'être dans cette position. Elle revint vers moi après une salve d'applaudissements malgré sa performance, et cela me donna chaud au cœur. « Tu étais super !! » lui dis-je honnêtement. Son énergie et sa manière d'être étaient plus intéressantes que sa technique vocale, ce qui rendaient son show très agréable à regarder et vachement amusant. Je lui adressais un grand sourire alors qu'elle s'asseyait à mes côtés. « Je leur ai demandé de mettre une chanson pour toi .. » Je me retournais vers elle avec de gros yeux. « Non ! Non non non je t'en supplie .. » Mais elle me força à me lever, et la machine de karaoké m'attendait. Lentement, je fis ma petite avancée vers la scène. Je pris le petit escalier et me trouvais sous les projecteurs. Bizarrement, cette chaleur sur ma peau me fit prendre confiance en moi. Je me sentais bien. Comme si j'avais trouvé .. ma place. La chanson commença et je pris le micro pour un morceau d'Adele que je connaissais par cœur et que je chantais continuellement chez moi. Juste moi, la bande son, le micro, et je déversais mes sentiments les plus intimes sur cette foule inconnue. Les inflexions dans ma voix se sentaient lorsque l'émotion devenait trop grande. A la fin de ma chanson, un silence. Avais-je mal fait ? Et quelques secondes plus tard, des applaudissements. Des sifflements même, qui montraient combien ma performance avait été appréciée. Un grand sourire prit place sur mon visage alors que je me baissais quelque peu pour saluer le public. Je descendis bien vite de la scène pour rejoindre mon amie. « Mon dieu, tu as été incroyable !! Je ne te reconnaissais plus ! » Je rigolais un peu avec elle, pendant une dizaine de minutes lorsque quelqu'un vint à ma rencontre. Une grande dame que je reconnus immédiatement : la directrice de l'école où je voulais me rendre. Ma bouche fut grand ouverte, assez pour faire passer les mouches, jusqu'à ce que ma meilleure amie me tape dans le dos pour que je reprenne ma constance. « Venez dans mon école, vous y aurez votre place. » je passais la soirée à faire la fête avec mon amie. Il me restait encore à passer les auditions mais je considérais l'affaire comme gagnée.

[...]

J'avais réussi l'audition de chant. C'était sûr : je l'avais compris à l'expression des juges à la fin de ma performance. Mais venait alors l'épreuve la plus difficile : celle de danse. Comprenez vous, je dansais comme un faon qui apprenait à marcher. Mes pieds n'étaient pas coordonnés, mes bras restaient systématiquement près de mon corps. Pourtant, cela me tenait tellement à cœur ! J'avais travaillé et travaillé pour m'améliorer, pendant des heures. J'étais très déterminée lorsqu'il s'agissait du travail, même si je me décourageais très vite. Finalement, je m'étais rendu à l'école pour y passer l'audition. J'avais bataillé avec mes parents pour qu'ils m'autorisent à rentrer dans cette école et j'avais obtenu gain de cause : ce n'était pas pour tout gâcher avec cette épreuve. Tout le monde était déçu de moi, sauf mes amis bien entendu. Ils m'avaient tous soutenu et je croyais que sans eux, je n'y serais jamais arrivé. J'avais tendance à penser que tout était perdu d'avance et ils m'avaient donné une lueur d'espoir. Je me rendis dans les vestiaires et me changeais en justaucorps et petite jupe, coiffant mes cheveux en chignon pour ne pas les avoir dans les yeux durant la chorégraphie. Je ne savais pas exactement comment tout cela allait se passer. J'entrais finalement dans la salle où se trouvaient beaucoup d'autres femmes et hommes qui souhaitaient passer l'audition également. On nous demanda de nous mettre en ligne et de regarder une chorégraphie que nous devions reproduire par la suite. Tout allait si vite. Je n'arrivais pas à suivre ! Soudain, je me mis à paniquer. Ma gorge se serra, ma poitrine s'abaissa, mes yeux s'humidifièrent. Je ne pouvais pas pleurer à un moment comme celui-ci, alors je me retins. Mais je n'arrivais plus à réfléchir, tout était bloqué. Lorsque ce fit à mon groupe d'effectuer la chorégraphie, je fis de mon mieux pour les suivre mais au final, je m'avachis par terre lors d'un saut. Personne ne m'aida à me relever. A la fin de mon tour, je partis dans les vestiaires pour me changer, les larmes coulant sur mes joues. J'avais tout raté. Totalement raté. Mais je me souvenais toujours de ce que disait la directrice : j'avais une place là bas. Tout n'était pas joué. Je me rendis dans la salle d'attente en essayant de contrôler la rougeur de mes joues, lorsque mon nom fut appelé. Je fis face à Daniel Logan, qui m'annonça que je n'étais pas prise. Que mon niveau de danse était pour ainsi dire pitoyable. A la fin de ce qu'il avait à dire, je restais comme deux ronds de flan. Et je couru à l'extérieur. Rentrais chez moi. M'affalais dans mon lit. Pleurais en écoutant les morceaux les plus tristes que je connaissais. Ma vie était finie. J'étais un peu dramatique comme ça. Je devais aller en droit, j'irai en droit, et j'oublierai tout du chant, de la danse, du théâtre. Ma mère avait raison, mon père avait raison, mes frères et sœurs avaient choisi le bon chemin.


truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Je ne le crois pas. Je regarde derrière moi, pour savoir si il ne m'a pas confondu avec quelqu'un d'autre. Puis je lui dis timidement de me montrer sa carte et que je le rappellerai à un autre moment. Et je le ferai, après m'être informée sur sa boite de production, etc .. Et je demanderai à passer une audition pour son film. Après tout, si cela peut me permettre de chanter après ..

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je vais vers elle avec un grand sourire et je l'enlace. Puis, après l'avoir un peu réconfortée, je lui demande ce qui ne va pas. J'aime aider les gens, et même si je suis un peu gauche, je ne laisse jamais quelqu'un de triste pleurer tout seul.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? J'écarquille les yeux et je le repousse immédiatement. Puis, je m'en vais en courant. Quelle horreur ! Déjà, je ne croirais absolument pas qu'il puisse être attiré par moi. Deuxièmement, il n'obtiendrait jamais rien car il est mon cousin, bien entendu. Et après y avoir réfléchi, je lui dirai que nous serions mieux en tant qu'amis.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Une sortie au théâtre de Londres pour voir une fantastique comédie musicale.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je n'ai rien de particulièrement honteux à confesser. Je suis une fille assez ennuyeuse quand on y pense.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Le secret, bien entendu. Je ne pourrais jamais voler, même pour protéger quelque chose qui pourrait faire du mal .. Enfin, comme je ne suis pas dans cette situation c'est à peu près facile de choisir.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Je me résigne. Je ne suis pas une briseuse de couples et ce mec de mes rêves ne doit sûrement pas savoir que j'existe.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Je souhaiterai devenir chanteuse de comédie musicale. Pas grande avocate comme on souhaiterait que je le sois. Ou alors, être auteur compositeur interprète me tenterait bien, mais je ne fais pas un texte qui puisse me satisfaire ??

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Truth

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Je ne sais absolument pas. A vrai dire, ce n'est pas vraiment quelque chose que j'ai pris en compte lors de ma propre inscription à l'université. On m'a dit tu vas à Oxford, je suis allé à Oxford .. L'excellence est au rendez vous dans les deux universités. Alors ma petite choupette, je te conseille d'aller où ton coeur veut que tu ailles.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » Je ne suis pas à Cambridge donc je ne sais pas exactement, mais il me semble que ce sont des élèves qui sont là pour maintenir un certain niveau et créer une forme d'élite dans le corps étudiant. Ils essayent de maintenir le bon goût et d'inculquer les manières anglaises .. à leur manière.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Ah non pas du tout ! Eux ce sont un peu .. Comme leur nom l'indique, des trouble-fêtes. Ils essayent de ruiner la vie de tout le monde, à mon avis.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Peut-être, mais je pense qu'il est mieux de se tenir à son premier choix.

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par Margot A. Brennan le Dim 7 Oct - 21:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:29


Je suis trop contente que ce rôle soit pris, merci donc de l'avoir fait

Bienvenue parmi nous évidemment, si tu as la moindre question, ma boîte à mp t'es ultra-ouverte GENRE EN MEGA GRAND pour n'importe quoi, l'histoire, le fo, la météo de demain tout ça Arrow

Bon courage pour ta fiche en tout cas, j'ai hâte de te lire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:34

Merci beaucoup pour tout Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:51

Bienvneuuuuuuuuue sur ttr ! Bon couraaage pour ta fiche ! Excellent choix de péva
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:53

Bienvenue sur TTR, belle demoiselle ! (a)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 12:54

Merci à vous deux
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 14:11

nyaah très bon choix de pevario,
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 15:55

OH MARGOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT
J'adore ce pévario je suis contente que tu l'ai priseeee
a ton service pour un lien de l'aide pour l'inté tout ce que tu veeeux
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 16:37

Bienvenue parmi nous! ^^ Amuse-toi bien! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 18:13

Merciiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 18:25

ton histoire est juste apdlslfnflfn
J'ai trop trop hâte de rp avec toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   Dim 7 Oct - 21:26

Je valide sans la moindre hésitation
Ta fiche est trop trop parfaite heart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: MAB ∟ summertime sadness   

Revenir en haut Aller en bas
 
MAB ∟ summertime sadness
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» summertime sadness, le 01/JUILLET à 05h20
» lydia w. stark + summertime sadness.
» Oliver - Summertime Sadness
» I got that summertime sadness ☼ TERMINEE
» you can get addicted to a certain kind of sadness, like resignation to the end, 07.04 - 02:30.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: