why don't you come over ? w/ Ernest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: why don't you come over ? w/ Ernest    Sam 22 Sep - 16:39

J’ai mal à la tête, et la fatigue irradie dans le moindre de mes membres. Je veux dormir, mais il n’est que vingt-trois heures et la soirée démarre à peine. Terrée dans mon bureau comme une grande malade, je traque les alertes qu’on pourrait m’envoyer. Ce soir, je ne m’occupe que des gros clients, ce qui signifie que je suis plus ou moins tranquille, à moins d’un problème de taille qui se poserait – une balle dans le bras de mon père étant un bon exemple de ce qui pourrait troubler une soirée de contrôle à priori sans encombre. Je lis vaguement un bouquin mais jette des regards réguliers aux écrans qui surveillent les grosses tables. Je n’ai pas fait d’effort particulièrement cinglant ce soir, j’ai juste enfilé une veste sur une robe cintrée et courte et mis une paire de ballerines. Le rythme de la semaine est presque difficile à tenir, il va falloir que je songe à réclamer un ou deux jours de repos, histoire de ne pas m’user – surtout au lit, pensée qui m’effleure l’esprit assez régulièrement vue la période d’abstinence dans laquelle je suis plongée. Ce qui n’est pas vraiment le sujet. Mon téléphone vibre et j’hausse un sourcil en accusant réception du message de Théodore qui m’indique qu’un type est là de ma part. Je me redresse et attrape ma pochette, retire mes ballerines d’un coup de pied pour les remplacer par des talons. Je glisse mes doigts dans mes cheveux pour leur redonner un semblant de forme et râle un peu, être hôte ici et fille du patron est réellement un boulot à plein temps.

Je foule les allées en moquette rouge d’un pas rapide, jusqu’à me retrouve à l’accueil où je reconnais mon interlocuteur instantanément – l’avantage d’avoir une grande mémoire et peu d’amis. Je m’approche et le salue d’un sourire. « Bonsoir Ernest ». Je lui fais la bise et prends son bras pour l’entrainer loin de l’accueil où des clients lambda et ignorants patientent, frétillant d’impatience en guettant le moment où ils auront droit d’entrer. « Que nous vaut le plaisir ? » Je ne doute pas une seule seconde de la raison de sa venue, mais faisons donc durer le suspens, peut être qu’il est là pour jouer. Nous nous isolons et sa réponse ne tarde pas, ne passant pas vraiment par quatre chemins. « J'aimerais te dire que c'est juste pour tes beaux yeux que je suis là mais en vérité je suis ici pour tout autre chose ». Je souris un peu et inspire. Des tonnes de clients viennent ici chercher leurs marchandises mais parfois, certains d’entre eux me font de la peine. Il est médecin, probablement talentueux, mais finira peut être défoncé au sens propre comme au sens figuré par la drogue et ses méfaits. J’acquiesce lentement avec le silence professionnel qui s’impose et croise les bras. « Très bien, suis-moi ». Je reprends son bras et l’emmène dans une autre partie du casino, là où les joueurs ne vont pas. J’ouvre la porte qui mène aux couloirs de service, au bout duquel se trouvent les coffres forts. J’appelle l’ascenseur qui s’y trouve et m’appuie contre un mur. « Ravie de voir que tu as décidé de venir te ruiner la santé chez moi », je lance joyeusement en entrant dans l’hâbitacle qui vient d’arriver. Je n’émets aucun jugement, ne m’autoriserai jamais à en porter un quelconque sur la façon d’agir des gens qui viennent ici acheter des drogues. Ca n’est pas mon problème, en réalité. L’ascenseur descend deux étages et j’en sors en inspirant. « Qu’est-ce que tu veux exactement ? » Je ne viens que très rarement ici, d’habitude mon père s’en occupe lui-même. Il regarde autour de lui et hésite un peu, prend son temps. « Eh bien il faudrait quelque chose pour supprimer les effets indésirables… Mais pas trop fort non plus, pour que je reste assez conscient… Alors, est-ce que tu as ce genre d'héroïne? » Je fronce le nez, je ne suis pas franchement une professionnelle du genre mais j’ai rapidement compris ce qu’il fallait donner et à qui. C’est un métier que l’on prend vite, il faut croire. J’acquiesce lentement et disparais quelques instants dans une pièce, revenant rapidement avec une enveloppe kraft dans les mains, le front plissé. « Ca devrait faire l’affaire ». Je croise les bras et me mords la lèvre, il est triste de constater toujours un peu plus le désespoir des gens. « [color=#4682B4Je pense que ça ira, tu n'as pas l'habitude de me décevoir… C'est pour ça que je reviens toujours.[/color]» Je souris un peu et secoue la tête, vaguement amusée.

Je pose finalement l'enveloppe sur la table, ne doutant pas trop de son paiement. « Tu veux en parler ? » J'hausse les sourcils, il va sans doute répondre non mais tant pis, au moins j'aurais fait ma b.a.



uc


Dernière édition par Blair V. Hastings-Bass le Lun 15 Oct - 18:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: why don't you come over ? w/ Ernest    Sam 22 Sep - 22:46



You think you can save me?
Blair & Ernest


S'il y avait bien une chose qu'Ernest n'avait pas prévu en se levant ce matin là c'était de venir à Oxford. Le médecin était bien loin de la capitale et trop loin de chez lui. "Où est-ce que tu vas?" lui avait demandé sa soeur, il s'était contenté d'hausser les épaules et de marmonner une excuse quelconque. Un ami, un amant voir même une amante, est-ce que cela avait vraiment de l'importance dans le fond? Sophia comprenait quand il n'avait pas envie d'en parler et vraiment, le brun n'avait pas envie de s'épancher sur sa vie merdique et ce putain de vide qu'il ressentait, cette même chose qui le poussait à se droguer. Ou bien c'était des années d'habitude. Ernest ne savait même plus et très vite, trop vite, il s'était finalement retrouvé à acheter un billet de train pour Oxford. Simple trajet d'une trentaine de minutes qui pouvait s'avérer être une bonne ou une mauvaise décision. Mais marre de se sentir faible physiquement et mentalement, marre des petits dealers de Soho qui s'amusait à couper leur marchandise… Bref, c'était pour ça que moins d'une heure plus tard il était à Oxford, direction le casino pour voir… Eh bien c'était difficile à définir, car Ernest avait toujours ce débat intérieur avec lui même pour savoir s'il devait ranger Blair dans la catégorie amis ou simplement ne penser qu'à elle et son univers quand il était en manque. On lui jeta un drôle de coup d'oeil à l'acceuil mais Ernest ne préféra pas relever, se passant une main dans les cheveux. Était-ce si évident que cela qu'il était un client qui venait ici juste ici pour sa dose? Pourtant Ernest était présentable, il portait sa veste en denin qui ressemblait à une veste d'un véritable costume, un pantalon noir et des boots.

Toutes ses inquiétudes s'envolèrent enfin quand Blair apparut, aussi grande qu'Ernest avec ses talons. Mais il la voyait toujours en talons. « Bonsoir Ernest ». Elle lui fit rapidement la bise et le docteur eut un léger sourire, la suivant à l'abris des regards et des oreilles indiscrètes. « Que nous vaut le plaisir ? » Il eut un léger rire, espérant pouvoir lui donner une réponse complètement superficielle, sauf qu'Ernest n'était pas d'humeur à jouer ce soir. "J'aimerais te dire que c'est juste pour tes beaux yeux que je suis là mais en vérité je suis ici pour tout autre chose." répondit Ernest, espérant que ce simple sous entendu soit suffisant. Ernest n'était vraiment pas dû genre à en rajouter des tonnes ou à être mélodramatique au possible en ce qui concernait son addiction, dans le fond, ils savaient tous les deux pourquoi le médecin était là, pas la peine de tergiverser. « Très bien, suis-moi ». Une fois de plus, il se laissa entraîner par Blair dans l'arrière boutique si on pouvait dire… Est-ce que le client lambda avait la moindre idée de tout ce petit traffic, bien loin des salles de jeu? Probablement que non ou alors les gens préféraient tourner la tête.« Ravie de voir que tu as décidé de venir te ruiner la santé chez moi » Ernest fronça les sourcils voyant la façon très professionnelle, quasiment clinique que Blair possédait pour aborder tout ceci, rien à voir avec les dealers de Soho. Ils descendirent de l'ascenseur dans lequel Ernest ne se souvenait pas vraiment avoir mis les pieds à l'intérieur, décidément, il avait la tête ailleurs ce soir... « Qu’est-ce que tu veux exactement ? »

Le médecin rangea ses mains dans ses poches, regardant autour de lui, il n'avait plus vraiment le luxe de lui sortir quelque chose du genre: donne moi ce que tu as de mieux, son corps ne le supporterait vraiment pas. "Eh bien il faudrait quelque chose pour supprimer les effets indésirables…" commença lentement Ernest. Il disait cela en repensant à cette matinée où sa soeur l'avait trouvé sur le canapé, incapable de se déplacer, pas quelque chose de facile à expliquer. "Mais pas trop fort non plus, pour que je reste assez conscient… Alors, est-ce que tu as ce genre d'héroïne?" finit-il, conscient d'en demander beaucoup. Mais le pire dans tout ça, ce fut sans doute la réaction de Blair. Que pouvait-elle dire dans le fond qui rende cette scène un peu moins tragique? Ernest était un client et elle le fournisseur, c'était une équation des plus simples et les mots n'avaient pas vraiment leur place. Si Blair connaissait un autre substitut, quelque chose de moins sale et de moins violent, autre chose pour remplacer le bonheur… Ernest en achèterait-il… Probablement. « Ca devrait faire l’affaire ». Ernest tendit la main pour s'emparer de l'enveloppe, peut être qu'il sortirait et s'injecterait tout ça dans les veines à deux rues d'ici… Qui le savait vraiment? "Je pense que ça ira, tu n'as pas l'habitude de me décevoir… C'est pour ça que je reviens toujours."

UC
Revenir en haut Aller en bas
 
why don't you come over ? w/ Ernest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Ernest Pierre : « La situation est pire qu'en 2004»
» Fouille de la tombe d'Ernest Chausson.
» « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. » - Ernest Renan
» Bergeron, Ernest
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: