Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Lun 17 Sep - 22:18

Hier, Ikea avait dit : « entre 9h et 12h, c’est bon… vos meubles seront livrés. » Il était près de 16h et les meubles n’étaient toujours pas arrivés. Vie de merde.

On toqua à la porte du 22, Fitzwilliam street, appartement 1 à 16h30. Autant dire que la journée avait été complètement gâchée par cette attente, surtout qu’il faisait un temps horrible dehors. Devoir s’asseoir sur des cartons pour manger et trainer était certes un tableau fort charmant et pittoresque, mais même pour les puritains et les adeptes de la simplicité volontaire, un petit coussin ou un futon n’était pas de refus.

L’appartement était spacieux avec trois chambres à coucher. Jordan avait choisi celle orientée sud-sud-est, parce qu’il n’y avait rien de mieux que la lumière du soleil dès le matin pour commencer la journée du bon pied, car l’avenir appartenait à ceux qui se levaient tôt, pardi! Bon… il ne savait peut-être pas exactement de quel avenir il s’agissait, mais au moins, il se l’imaginait aussi lumineux qu’un lever de soleil.

Il commença par monter la bibliothèque, et après avoir compris que la vis C était en fait la vis E qui entrait dans le trou 5a, il réussit à faire quelque chose d’à peu près solide et qui ressemblait (presque) à ce qu’il avait vu en display chez Ikea. Restait à déterminer si les tablettes supporteraient le poids de la connaissance et des arts.


« Oi! Lia! Tu me donnes un coup de main avec mes bouquins? »

Ils ne seraient pas trop de deux pour vider ces cartons, dont l’un menaçait dangereusement de rendre l’âme s’ils s’amusaient à le soulever. Et Merlin seul savait combien une pile de livres pouvait faire mal à des orteils. (Oui, Merlin. Car Jo ne s’identifiait pas à une divinité en particulier, et parce que ça faisait classieux de faire ainsi discrètement référence à la série qui avait bercé son enfance et son adolescence, Harry Potter…)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Sam 22 Sep - 13:57

J'ai une banquette à la fenêtre de ma chambre. Je peux m'asseoir là et regarder la pluie tomber comme dans une série américaine à deux balles. J'ai toujours rêvé de pouvoir faire ça. Je pensais que ce genre de trucs n'existaient que dans les décors hollywoodiens, comme les balancelles sous le porche devant les maisons. Mais non, j'en ai une aussi maintenant. Ca doit bien faire deux heures que je suis là à relire Bilbo le Hobbit avec ma tasse de thé vert. Mais j'estime avoir ce droit, étant donné que Jordan et moi avons passé la matinée à ranger et nettoyer la cuisine, vidant des cartons de vaisselle et débattant de l'intérêt de posséder trois bouilloires. Welcome to England. Désormais, nous avons chacun une bouilloire dans notre chambre, ce qui d'un point de vue pratique est loin d'être une mauvaise idée.

J'aurais bien aimé pouvoir continuer avec le salon, mais nous n'avons pas encore reçu tout nos meubles. Ikea était loin d'être mon choix premier, j'aurais préférer chiner les brocantes ou aller chez des artisans, mais il a fallu parer au plus pressé. Et à vrai dire je suis assez enthousiaste à l'idée de monter mon premier meuble en kit, après tout même si mon travail consiste à dessiner les bâtiments que d'autres construiront, j'ai d'assez bonnes notions d'agencement de l'espace. La voix de Jordan me tire de ma rêverie et je pose mon bouquin sur la banquette en lançant « J'arriiiiiive ! »

Je trottine jusqu'au salon, où une bibliothèque est déjà monté « Han tu as commencé sans moi, je voulais essayer moi aussi. Bon tu me laisseras les étagères et on fera le buffet ensemble hein ! » Tout sourire, je me penche alors vers les cartons de bouquins qui envahissent le parquet. Les siens et les miens ont sans doute été mélangé, j'aperçois les deux grands bouquins sur l'urbanisme que Papa m'a offert, dépassant d'un carton. Je prends donc une pile au hasard et commence à les disposer sur les étagères du bas, avant de m'arrêter brusquement « Eeeeeeww ! Beurk ! » Je lâche le livre au sol avec dédain et plisse le nez, avant de lancer un regard mauvais à mon colocataire « Mon sens moral m'empêche de te piquer ce bouquin pour alimenter un feu de joie, mais sois un ange et garde tout ce qui a été écrit par Descartes dans ta chambre. Je ne veux pas de ça en plein milieu du salon. » Cet auteur demeure un profond traumatisme de mes deux années de philosophie et je déteste cordialement ce bonhomme et son esprit cartésien. Hors de question de croiser ça tous les jours dans ma propre maison, no way.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Dim 23 Sep - 5:50

Lia répondit aussitôt à son appel, lui reprochant de ne pas l’avoir attendue. La bouche de Jordan forma un O de surprise.

« Désolée, je ne pensais pas que tu aurais voulu me donner un coup de main. »

*Non… Dis plutôt que tu voulais montrer ta virilité si mâle en montant cette bibliothèque tout seul…* Mouais… Peut-être aussi. Alors quand elle lui dit qu’elle s’occuperait des étagères, Jordan ne put qu’acquiescer, puis, fronçant les sourcils, préféra ajouter :

« Il faudra s’assurer qu’on a un niveau, avant de poser les étagères… »

Parce qu’il n’y avait rien de plus dangereux ou inutile qu’une tablette qui n’était pas au niveau, car rien ne tenait et tout ce qu’on y déposait glissait et manquait de s’écraser lamentablement sur le sol... ou sur des orteils malchanceux. Ils choisirent chacun une boîte. Celle sur laquelle tomba Jordan contenait des titres français : des romans, des guides de voyage, des traités de sociologie, de psychologie ou d’anthropologie, n’importe quoi qui l’avait nourri intellectuellement pendant son périple autour du monde et les longues heures d’attente à l’aéroport. Il était en train de se demander s’il devait classer les titres par sujet, par auteur ou par titre, lorsqu’une exclamation de dégoût s’éleva. Et ça ne pouvait être que Lia. Alarmé, il se retourna vivement vers elle.

« Quoi?! »

Puis il avisa Le discours de la méthode que la jeune femme venait de lâcher comme s’il s’était agi d’une immondice pestilentielle.

« Oh… je vois… » Il se pencha et ramassa avec prudence l’ouvrage de philosophie tout en écoutant les remontrances de Lia. Il devait se retenir de ne pas esquisser un sourire. « Roh… t’exagères… ‘Je pense donc je suis’ ça ne te parle donc pas? » Mais Lia avait semblé si campée sur ses positions que Jordan avait préféré capituler. « C’est bon… je rigole. J’y vais de ce pas. »

Il se rendit sur le pas de la porte de sa chambre et lança le livre sur son lit, juste à côté d’un chaton blanc comme neige. Un petit mâle qui passait ses journées à dormir et ses nuits à faire du bruit et à jouer avec des bouchons de bière. Mais le petit chenapan n’avait pas encore de nom.

[HJ : Bon… je sais que ça ne ressemble pas à ce qu’on avait dit dans ta fiche de liens, mais logiquement, il me semble que Jordan n’a pas encore entendu parler du JCC, puisque c’est davantage quand les cours auront repris qu’il connaîtra réellement ce groupe.
Et en passant, Lia peut également tomber sur les photos d’Ivory en voyage. ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Mar 9 Oct - 20:52

[je te prie de pardonner mon incommensurable retard et le fouillis possible dans cette réponse]

Jordan mentionne un niveau quand je parle des étagères et je souris doucement, manquant de lever les yeux au ciel et de lancer un « bitch please » Je suis doctorante en architecture, je peux monter des meubles en kit suédois. Enfin, il y a plutôt intérêt, sinon je peux mettre du gloss et trouver un job de vendeuse chez Primark. Je pense vite à autre chose et heureusement le goût douteux en matière de lecture de mon colocataire m'offre une occasion en or de détourner la conversation. Descartes vraiment, quel manque cruel d'originalité. Et peut-être qu'il avait sorti quelques phrases qu'il était bon de citer en société pour se donner un air pseudo intelligent, mais ce n'était que de l'étalage de culture gratuit, à mes yeux du moins. « Lui et moi avons de profondes divergences d'opinion. » sera toutefois ma seule réponse. Je ne peux décemment pas dire que je prends un des plus grands penseurs du siècle des Lumières pour de la lecture de hipster faussement intellectuel et que j'estime que le mode de pensée dichotomique inhérent à la pensée occidentale qui empreint ses travaux est ce qui a entraîné certaines des pires régressions intellectuelles du XX° siècle, en particulier au niveau de la place des femmes. Mais bon, peut-être que je suis passée à côté de cet auteur et que j'ai sur interprété mon cours optionnel de gender studies en deuxième année.

Heureusement, j'interromps rapidement mes délires intellectuels solitaires - ceci n'est pas un euphémisme - qui auraient finalement fini par me provoquer un mal de tête inutile. Jordan ne fait pas plus de cas de mon inhabituelle aversion et accepte d'entreposer ailleurs une partie de ses livres. Je continue à disposer soigneusement les autres, évitant la disposition trop classique qui consiste à aligner bêtement les ouvrages. Je fais des piles par couleurs, pose un de mes bouquins d'archi de façon à montrer la superbe couverture et tends la main vers une boîte à chaussure pour continuer ma tâche, quand une boule de poils surgit de la porte entre-ouverte de ma chambre et vient la percuter de plein fouet et envoyer valser toutes les photos qu'elle comprenait. « Terriiiiiiiiiiiine ! » dis-je en bondissant pour courir après mon adorable lapine, qui n'a de mignon que l'adorable bouille et le nom ironique. Quand je vais dire à Papa que mon lapin est sans doute hyperactif lui aussi, je suis quasiment certaine qu'il prendra ça comme un juste retour des choses. Ce n'est tout de même pas ma faute si je tourne pas rond dans ma tête. Et c'est pas celle de Terrine non plus. J'attrape la bête par la peau du cou et l'envoie au coin, à savoir dans sa cage en lançant « Vilain lapin ! Si t'es pas sage, casserole hein, méchante Terrine ! »

Après m'être occupée de l'animal, je retourne vers Jordan pour m'excuser et ramasser ses photos, quand je vois une silhouette connue sur les clichés « Hey mais c'est Ivy ! Oh God, tu la connais? Oui forcément, t'es en photo avec elle dans je ne sais quel pays, c'est dingue ça ! » Je sais qu'Ivory a beaucoup voyagé, c'est ce qui nous rapproche d'ailleurs étant donné que nous sommes relativement incapables de tomber d'accord sur quoique ce soit d'autre. Et je me doute qu'elle n'a pas fait tout ça en solo, mais il est dingue que mon colocataire fraîchement débarqué soit un de ses compagnons de voyage. Je croyais que ce genre de coïncidence n'arrivait que dans les films romantiques ou quand les scénaristes de série télé manquait d'idées pour lier des personnages. Mais la vie est tout aussi dingue, voire plus. Parce que dans les films, les gens n'appellent pas leur lapin Terrine, ne détestent pas Descartes, ne font pas un doctorat par défaut et n'emménagent pas avec de quasi inconnus. Mais c'est peut-être juste moi et pas la vie en générale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Mar 23 Oct - 4:58

Le sourire de Lia fit comprendre à Jordan qu’il avait peut-être dit une connerie. Ah. Oui. Sa colocataire étudiait en architecture. C’était comme s’il avait expliqué comment faire cuire des pâtes à un cuisinier. Un peu inutile, vous en conviendrez. Bah! En même temps, il fallait attribuer des circonstances atténuantes : Lia et Jordan ne se connaissaient que depuis peu.

Après avoir mis ses livres tendancieux (de l’avis de Lia) dans sa chambre, Jordan s’agenouilla pour vider une boîte de livres contenant des romans en français et en anglais, car, autant que possible, il préférait lire dans la langue originale. Dans ses pérégrinations à travers le monde, un livre en français avait souvent été son seul contact avec sa langue maternelle. Ça, son blogue, ses proches. Et Ivoire. Jusqu’à l’année dernière. Les deux colocataires placèrent les livres en silence jusqu’à ce qu’ils soient interrompus par boule de poil numéro 2 qui, elle, avait un nom tout à fait charmant : Terrine. Et Jordan espérait secrètement que le nom n’était pas prémonitoire du destin de la lapine. Quoique… terrine de lapin, ce n’était pas mauvais. Accompagné d’un bon petit Bordeaux en plus. Son ventre gargouilla. Le bol de céréales était loin. Il pourrait peut-être se servir dans la boîte de cookies (est-ce que c’était la sienne ou celle de Lia? Ils devraient penser à identifier ce qui appartenait à l’un et l’autre). À moins qu’il ne lui reste de la réglisse dans sa chambre. Ouais de la réglisse, avec du jus d’oran... Ah mais zuuut! Terrine avait renversé sa boîte de photos. Jordan poussa un soupir et commença à ramasser les clichés, tachant du même coup de remettre un peu d’ordre. D’abord par pays, puis par ordre chronologique. Zut. C’était la Nouvelle-Zélande ou l’Australie en premier…?

Après avoir déposé son lapin dans sa chambre, Lia revint pour l’aider à ranger. C’est alors qu’elle s’exclama la chose la plus inusitée qui soit. Jordan leva vivement la tête vers la jeune fille, stupéfait.


« Tu connais Iv… » Il fit une pause d’une micro-seconde, histoire de se reprendre pour dire le vrai nom de la jolie demoiselle. «…ory? La vache! Le monde est petit! » Il ignorait si « la vache » était une expression politiquement correcte en anglais. Il avait juste traduit mot à mot une expression bien de chez lui. Eh bah dis donc! Quelle coïncidence! En arrivant à Cambridge, Jordan avait cru que ça lui prendrait une éternité pour retrouver la trace d’Ivoire. Mais avec Lia comme colocataire… qui connaissait la jeune fille… Les choses n’étaient que simplifiées. Il y avait peut-être une force supérieure pour guider sa destinée, finalement. Ou alors c’était un retour de karma. À force de faire des bonnes actions par l’entremise de voyages humanitaires, ça avait fini par payer, sans doute.

Il prit la photo des mains de Lia et son sourire se fit rêveur.


« Ah ha! Celle-là, c’est ma préférée…, » dit-il avec douceur. Ivoire était assise au bord d’une falaise, et fixait le photographe avec sa main en visière, car elle avait le soleil dans les yeux. Elle portait un t-shirt trop grand pour elle. Elle était tombée à l’eau, et Jordan lui avait prêté son chandail en attendant que ses choses ne sèchent à l’air marin. C’était au Mexique sûrement. Il avait fait bon et chaud, c’était la saison des touristes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Lun 5 Nov - 3:53

[encore une fois, navrée, tu as le droit de me flageller mentalement Arrow En plus ma réponse est pourrie mais je t'aime quand même ]

Je grimace un peu en le voyant soupire et réitère mes excuses, au nom de ma lapine un peu trop agitée. On dit souvent que les chiens ressemblent à leur maître - ou peut-être ai-je simplement était particulièrement marquée par cette scène fameuse dans les 101 Dalmatiens, je suis sûre que vous voyez celle que je veux dire - et il semble que cette loi de la physique s'étende aux autres animaux de compagnie. Car même si je n'ai pas un pelage aussi blanc et soyeux que Terrine, elle et moi avons visiblement pas mal en commun. Ca tourne pas très rond là haut quoi, c'est pour ça qu'on s'aime.

Fort heureusement, la découverte des photos de voyages et du charmant minois d'Ivory Levy dessus nous permet de changer de sujet sans avoir l'air d'y toucher. Il a l'air abasourdi que je reconnaisse son amie, enfin notre amie commune, sur le cliché et je peux le comprendre. Je suis moi-même sur les fesses suite à cette révélation. Franchement, quelle est la probabilité que ça arrive? Vraiment, statistiquement parlant? En plus, je ne veux pas me la jouer midinette ou parodie de Lie To Mie, mais ils ont l'air plutôt proches sur ces photos qui s'étalent sur le beau parquet pas ciré de notre salon. Proches... proches, quoi. Evidemment, je ne fais pas de commentaire mal placés, même si l'envie me démange et que si je connaissais un peu mieux Jordan je ne m'en serais pas privée. Mais laissons le découvrir l'étendue de mon humour douteux et mon absence quasi totale de contrôle sur les mots qui sortent de ma bouche par l'entremise de mes connexions nerveuses un peu trop rapides. Excuse bidon. J'y travaille.

Le cliché d'Ivory retourne entre les mains de son propriétaire, qui non sans une certaine nostalgie sur le visage m'indique qu'il s'agit de sa préférée. Je dois dire qu'elle est réussi, le paysage est époustouflant et la jolie blonde a l'air radieuse et, malgré le contre jour, la lumière est particulièrement belle qui plus est, ce qui ne gâche rien. Je souris en feuilletant rapidement à travers le reste des images avant de les remettre gentiment dans la boîte et demande joyeusement « C'était où? Là où tu l'as rencontrée? » J'enchaîne assez vite, histoire de ne pas avoir l'air de lui faire passer un interrogatoire, même si c'est un petit peu le cas quand même, vu que je suis curieuse « Tu sais, j'ai pas mal vadrouillé aussi, c'est comme ça qu'Ivy et moi on a commencé à discuter. Parce que pour être franches, on a souvent du mal à se mettre d'accord, sauf quand on parle voyages. Enfin bref, les photos sont superbes et ça me fait plaisir de voir que toi et moi on pourra échanger de longues heures durant sur les merveilles du monde ! Et j'exagère à peine, comme tu le vois, parler vient assez naturellement chez moi et encore, tu ne m'as jamais vue m'emballer ! »

Je ris légèrement, prie très fort de ne pas l'avoir l'effrayer et pousser à déménager avant d'ajouter avec un clin d'oeil et dans la langue de Molière « Et puis, je dois travailler mon français, parce que cela fait trop longtemps que je n'ai pas pratiqué. » Son petit trouble avec l'expression holy cow ne m'a pas empêché et pour être honnête, son petit accent adorable se repère à des kilomètres à la ronde et j'ai bien crû que la voisine d'en face ne cesserai jamais de lui souhaiter la bienvenue. Je ne crois pas qu'il ai remarqué son petit effet, ce qui bien sûr me fait doublement rire. Intérieurement. « Bref, un thé? » La boisson nationale m'aura sauver la mise bien des fois. Longues nuits d'hiver, moral à plat, matinée difficile. Et awkward moments dans la conversation. Comme quand je parle pendant une minute à haut débit et terrorise sans doute mon tout nouveau colocataire, qui ne sait pas dans quoi il s'embarque le pauvre garçon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Mar 11 Déc - 1:17

[Et c’est à moi de m’excuser de mon retard XD Chacune son tour j’imagine!]

Jordan se perdit un instant dans ses souvenirs, pouvant presque sentir le vent frisquet du large sur sa peau, l’odeur salin de la mer, entendre le bruit du ressac et les cris des mouettes. Mais surtout, les chauds rayons du soleil, cet astre qui lui manquait cruellement depuis son arrivé sur le sol anglais. Il se rappela également la petite Anglaise avec son sac sur le dos qui s’était si naturellement greffée à son groupe d’amis (après tout, il n’était pas prudent qu’une jeune femme voyage seule de nos jours).

« C’ét… » Mais déjà, la verbomotrice Lia se lançait dans une tirade où elle s’exprimait sur les photos, sur ses voyages… et sur sa tendance à parler trop. Elle rit, il rit avec elle, et précisa en français qu’elle devait pratiquer cette langue. Jordan écarquilla les yeux, sa bouche formant un O de surprise.

« S’il y a bien une chose que j’ai apprise lors de mes voyages, c’est que l’immersion est la meilleure professeure de langues. Alors à partir de maintenant, plus un seul mot d’anglais. » Et tout naturellement, il abandonna Shakespeare pour Molière.

« Et, pour répondre à ta question, j’ai rencontré Ivory en Afrique… On s’apprêtait à grimper le Kilimandjaro. Elle était toute seule, et le garde chasse refusait qu’elle s’aventure seule. On voulait être un nombre pair, alors mes amis et moi, on lui a proposé de se joindre à nous. Elle s’est si bien intégrée à notre groupe qu’elle a poursuivi son voyage avec nous. »

Lia proposa alors du thé, que Jordan accepta volontiers. Son ventre gargouilla à nouveau. Putain il avait vachement faim. Tiens d'ailleurs, quand est-ce qu'on allait leur livrer la cuisinière, déjà? En attendant, il devait se contenter de pizza ou de sandwichs.

« J’vais commander une pizza, t’en veux? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   Dim 6 Jan - 16:26

J'aurais mieux fait de me taire. Cette phrase ne s'applique jamais aussi bien qu'à moi. Vraiment. Pourquoi me suis-je sentie obligée de dire que je parlais français et que je devais travailler mes capacités dans la langue de Molière. En bon voyageur, pédagogue, bobo, Jordan a sauté sur l'occasion pour décréter que nous ne communiquerions plus qu'en français. Et il ne me laisse même pas le temps de revoir les conjugaisons barbares pratiquées outre-manche et enchaîne directement en débitant à vive allure ses aventures de voyage. Après un petit moment de flottement, j'arrive à reprendre le fil de la conversation, suffisamment vite pour comprendre qu'il avait escaladé le Kilimandjaro avec Ivy. Je souris et hoche la tête, imaginant mentalement la trace que laisse ce genre de rencontres fortes, la façon dont leur route se sont nécessairement séparées, leurs futures retrouvailles. Ca sera beau. Mais l'heure n'est pas à tenter d'écrire un film de Richard Curtis teinté de Eat, Pray, Love.

L'heure est au thé, comme toujours. Je file faire chauffer la bouilloire, jette un sachet dans la théière en porcelaine que m'a mère m'a offerte pour mon emménagement et dépose quelques biscuits sur une assiette, plus par habitude que par nécessité. Et en entendant Jordan demander si elle voulait commander une pizza, ils ne seraient sûrement pas de trop. « Oui je veux bien ! Ou si tu veux autre chose, genre un chinois, y a des menus dans la boîte à chaussure dans l'entrée. » Des menus de take-away, nécessaire à la survie de tous en milieu urbain. Disons surtout que Daddy n'avait pas particulièrement le temps ou l'envie de cuisiner et que la bonne volonté de sa mère ne compensait pas vraiment sa tendance à faire brûler les casseroles. Elle, elle se débrouillait mais bon sans cuisinière ou four, c'est tout de suite périlleux.

Je viens déposer les tasse de thé au salon, après m'être inquiétée de la façon donc ce continental prends son thé. Nous discutons de tout et de rien - en français, ce qui s'avère un peu compliqué pour moi, surtout que je me fais engueulée quand je glisse des mots en anglais pour remplacer ceux que je connais pas - jusqu'à ce qu'enfin la nourriture bénie arrive. Je me permets de déboucher une petite bouteille de blanc, histoire de célébrer dignement notre premier repas en commun dans la colocation et la soirée se déroule dans la bonne humeur. A priori, je n'ai pas traumatisé ce gentil garçon et nous devrions pouvoir cohabiter sans problèmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bref. J'ai monté un meuble. [Lia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIP] garde royal du rohan monté
» Déjeuner avec Sylvie à Montélimar
» Bref. J'ai fait ma présentation.
» Bref, c'est ATV
» Cliquet mal monté et à présent bloqué... Des idées?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: