i wanna dance w/ Sophia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: i wanna dance w/ Sophia   Lun 17 Sep - 10:33

« Merci à tous, on se retrouve demain ; pour l’occasion, n’hésitez surtout pas à laisser votre médiocrité chez vous ». Je tape dans mes mains et offre un sourire carnassier aux élèves qui se pavanent en pensant que leurs premiers cours sont déjà théâtre d’une réussite exceptionnelle qu’ils ne se doivent qu’à eux. Foutaises. Ils sont presque tous nuls. Je m’essuie le front et coupe la musique en retenant les remarques qui fusent et que j’aimerai lancer à tout le monde. Rester soft, je dois rester soft. Ils sont en cours pour apprendre, on ne leur demande presque pas d’être déjà excellents. Je note dans un coin de mon esprit de discuter pédagogie avec Trinity et enfile un sweat pour éviter le brutal changement de température. J’ai beaucoup de chose à faire, mais il y a quelque chose que je dois faire avant le reste. J’interromps les élèves qui quittent la salle en toussant un peu. « Au fait… » Je ricane déjà intérieurement de l’annonce que je m’apprête à faire. « La semaine prochaine sera placée sous le signe de la danse en couple, en plus particulièrement du tango ». Je croise les bras et remue les épaules pour me détendre, à toutes fins utiles. « Je veux que vous arriviez tous avec un partenaire, nous ne perdrons pas une demi-heure à vous trouver des binômes. Sachez d’ores et déjà que tout élève qui viendra seul sera remercié ». Je range mes affaires et inspire. « Vous pouvez disposer, sauf vous Mademoiselle Worell, il faut qu’on parle ».

Ah, le tango. J’espère avoir fait sensation avec cette annonce, parce qu’ils ont tous plutôt intérêt à se préparer psychologiquement au pire. Danser le tango n’est pas vraiment aisé et je compte bien les faire souffrir jusqu'à ce qu’ils sachent effectuer une chorégraphie sur deux minutes trente de musique. Mais là n’est pas le seul objectif ; il faut aussi qu’ils soient capables d’improviser. En gros, une bien peu mince affaire, sachant que la plupart des élèves ici ont deux pieds gauches. J’espère bien qu’en les alliant par deux, leur sens de la compétition va être un peu titillé, mais je n’y crois pas trop. Certains sont encore capables d’arriver en chouinant sans partenaire. Je suis sorti de mes pensées par la sonnerie de mon téléphone qui retentit. « Attendez moi ici », je lance à la jeune fille qui se prépare à me faire face dans un sourire carnassier. « Daniel Logan ? » je réponds finalement en décrochant le téléphone. Une femme baragouine au téléphone un charabia insupportable sur les auditions que je compte organiser très prochainement pour la comédie musicale Grease. « Je m’en fiche, j’ai de relativement bons éléments à Cambridge je tiens à ce que les auditions aient lieu dans les deux villes. Et vous savez quoi, faites moi payer ce que vous voulez, je m’en contrefous, du moment que les charmantes têtes d’artistes surdoués se pointent dans les deux villes. Et votre humour est aussi délicieux que vous Madame, mais ne vous fatiguez pas, je vais éviter Oxford pour l’instant ». Je lui raccroche au nez en soupirant et range mon téléphone dans ma poche. « A nous deux », je lance à Miss Worell dont je ne me souviens malencontreusement pas du prénom, ce qui en réalité n’a pas la moindre importance et est loin d’être le sujet qui nous occupe présentement.

« Est-ce que vous comptez pallier vos difficultés en danse avant l’année prochaine ? » Je suis cash, vais droit au but. Les places ici sont chères et il n’est pas question que nous nous entichions de mauvais éléments. L’élite, voilà ce que je veux, seulement l’élite. « On est pas dans un, dos, tres ici, il est très important que vous compreniez les enjeux et les valeurs que véhicule cette école. Certains élèves très doués en chant ont été refusé à cause de leur faible niveau en danse, et mon but n’est ni plus ni moins l’excellence de mes classes. Je ne m’encombrerai pas d’élèves récalcitrants et je ne suis pas Dieu, chez moi la notion de seconde chance n’existe pas ». Je croise les bras et souris. « Est-ce que vous comprenez bien ce que je vous dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   Lun 17 Sep - 18:16

Aoutch…
Là, Sophia n’avait pas d’autres mots en tête pour décrire le désastre qu’était ce premier cours de danse. La grâce n’avait jamais été son fort et son physique n’était pas celui d’une danseuse étoile, cela allait sans dire. Elle savait que le niveau serait dur, et n’osait imaginer ses courbatures pour le lendemain malgré les précautions prises avec les exercices de respiration. Néanmoins le cours était fini, aussi la brune espérait pouvoir décompresser un minimum. L’annonce du tango la fit grimacer : ils n’avaient pas le niveau. Surtout elle, en fait, et trouver un partenaire n’avait jamais été son fort pour ce type d’exercice. Voilà de quoi la faire stresser de longue heures avant le prochain cours…
Furtive –oui là elle savait être discrète- la jeune femme tâcha de s’avancer vers la porte…avant d’être aussitôt rappelé par le dragon. Voilà qui s’annonçait mal. Les autres élèves partirent sans mot dire, certaines filles eurent cependant un ricanement. Elle les ignora, soupira et se retourna pour faire face à son destin. Logan lui indiqua de patienter le temps d’un appel téléphonique. Ainsi il n’imposait pas seulement sa dictature à ses élèves mais également au monde qui l’entourait, au vu de sa réponse à une interlocutrice invisible. Quel charmant monsieur…

Ca y est, c’était l’heure de la remontrance. Sophia la subit sans mot dire, prenant attention cependant à bien regarder son professeur dans les yeux. Elle avait essayé, aujourd’hui, elle avait fait de son mieux, mais là où ses camarades pratiquaient la danse depuis leur prime enfance, Sophia n’avait commencé qu’à partir de l’adolescence. Il manquait à son corps bien des mécanismes pour appréhender correctement une chorégraphie, cependant elle essayait, faisait de son mieux et tâchait de ne pas abandonner. La brune n’était pas dans cette école pour se faire chouchouter et se reposer sur ses lauriers, cependant si elle acceptait sans –trop- grincer des dents, l’idée de travailler plus dur, elle ne comptait pas pour autant se laisser parler sur ce ton. Elle n’était pas un défouloir pour ce prof en mal de sadisme et n’hésiterait pas à le lui faire comprendre.
Face au sourire de Logan, elle exhiba elle aussi ses dents –deux chiens qui s’aboyaient dessus, ils devaient avoir l’air fins-, jouant l’ingénue. « Je ne m’encombrerai pas d’élèves récalcitrants et je ne suis pas Dieu, chez moi la notion de seconde chance n’existe pas » .
« Sir, vous allez trop vite en besogne : avant de décider de donner ou non une seconde chance, il faut déjà en accorder une première, ce que vous ne faites pas. Je ne suis pas venue ici pour exhiber une perfection totale dans tous les domaines, mais pour apprendre de la part de gens comme vous. Professeur, éducation, ça remue une cloche ? Je crois que c’est pour cela que vous êtes payé. »

Elle essayait de continuer de sourire, consciente cependant de passer les limites. Cependant Sophia était épuisée, autant physiquement que moralement. Elle ne se sentait pas la force d’être polie, aimable, de faire des efforts quand l’autre n’en faisait pas.
« Si vous avez des exercices d’assouplissement à me donner ou quoique ce soit qui puisse m’aider, faites-le et je m’y tiendrais. Et pour votre gouverne, sir, oui je vais progresser et pas qu’un peu. Je suis là pour ça, alors vous enlevez le sourire arrogant quand vous me regardez et vous vous trouvez un autre bouc émissaire. Est-ce que vous comprenez bien ce que je dis ? »
Bon ça y est, Sophia allait se faire virer à coup de pieds au derrière, c’était certain. Ouaiiis, bravooo… elle venait juste de faire une énorme connerie en lui parlant sur ce ton. La jeune femme soupira, découragée. Elle eut un mouvement de bras, souhaitant juste envoyer tout ça au diable. Cela faisait une paire de nuit qu’elle dormait peu ou prou, veillant son frère malade et incapable de s’organiser pour trouver comment se reposer.

Ok j’aurai pas du vous parler comme ça, là vous avez le droit de m’engueuler voir plus si vous voulez.

Bon dieu, tout ceci était tellement idiot… Sophia avait juste besoin d’être guidée un peu plus longtemps que les autres avant de se lancer. Elle n’avait pas le niveau pour ici ? Oui peut-être bien, elle était juste une Cosette des campagnes après tout. Elle semblait pas avoir le niveau pour quoi que ce soit, en fait, incapable de trouver une once de confiance en elle. Malgré ses belles paroles, Sophia s’était persuadée d’échouer à la danse et partait déjà vaincu. Il n’y avait pas de place pour ça, pas ici.

Bon, j’vous présente mes excuses, j’vais me tuer à la tâche pour rattraper le niveau. Je peu y aller maintenant s’il vous plait ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   Mer 19 Sep - 15:16

Je l’écoute déballer son insupportable blabla pendant quelques minutes sans la couper. Est-ce qu’elle pense sincèrement que les remarques et réflexions déplacées d’une gamine étudiante en mal de reconnaissance vont m’atteindre de quelque manière que ce soit ? Je ricane un peu de temps à autre, secoue la tête de désapprobation. Moi aussi, j’ai connu la galère et les insupportables professeurs trop exigeants. Moi aussi j’ai souffert d’heures et d’heures d’entrainement à ne plus pouvoir marcher pour rentrer chez moi. J’ai toujours fait ce qu’on attendait de moi sans hausser le ton ; et si vous voulez mon avis, l’obéissance est une valeur qui se perd. Les jeunes n’ont plus de respect pour rien désormais. « Je vous demande pardon ? » lance-je, pour la forme et la théâtralité du moment. « Je vous arrête tout de suite Mademoiselle Worrel, je me fiche de vos excuses comme de la dernière pluie. Peu m’importe que vous soyez épuisée, perdue, pas au niveau et que vous soyez bordée de bonnes intentions. Vous avez été acceptée pour votre talent dans une école privée dont le seul objectif est de former des professionnels qui seront plus tard capable de tenir une scène, que ce soit en théâtre, en danse ou en chant. Tenir une scène, Mademoiselle, c’est difficile, et il n’existe pas un spectacle au monde que vous pourriez interrompre pour pleurer sur l’injustice de la vie, votre niveau de fatigue ou bien encore la méchanceté du metteur en scène ». Je marque une pause et m’autorise un ricanement désabusé. « Si, au bout d’une semaine de cours, vous trouvez déjà votre professeur tyrannique et insupportable et le rythme de vie trop compliqué, je vous conseille vivement d’aller étudier la frite dans les classes réputées du McDo ». Je tousse, inspire, et m’amuse presque de l’insolence dont peuvent faire preuve certaines personnes en désespoir de cause.

« Par ailleurs, et pour votre gouverne, oui, je suis le méchant professeur de l’histoire. Mais sachez que vos frais d’inscription ne suffisent pas à me payer suffisamment pour que j’accepte de supporter une élève mal élevée dans mes classes, et qu’effectivement, je donne une première chance. Vous êtes ici, c’est ça, votre chance. Vous êtes dans un jour béni parce que je ne vais pas signer tout de suite votre expulsion ; ça c’est la deuxième chance. Il n’y en aura pas trois. Vous êtes une adulte mais je suis professeur, je connais mon métier et celui et que je vous enseigne, je connais la vie et ses difficultés, alors que ça vous plaise ou non, passées ces portes… C’est moi qui ai la parole absolue. Si ça vous déplait ou que vous comptez me répondre sur ce ton à chacune de nos entrevues, alors je vous conseille de quitter ces murs ». Je lui assène un clin d’œil insolent et croise les bras. « Sachez enfin qu’aucun écart de la sorte ne sera toléré dans cet établissement, jamais, et qu’il me sera particulièrement agréable de vous voir nettoyer les réfectoires avec les dames de service tous les soirs après 20h pour les deux semaines à venir. Cela si, bien entendu, vous projeter de maitriser votre manque cuisant d’éducation pour rester élève ici en adoptant une conduite dès lors irréprochable ». Je soupire un peu, je suis encore gentil par rapport à la forte prise de tête que j’endure pour remettre cette gamine dans le droit chemin. « Quant à savoir si vous allez progresser, alors oui, vous allez le faire. Si vous suivez mes cours et donnez le meilleur de vous-même vous deviendrez la meilleure, parce que c’est ce que je suis ; le meilleur. Ca n’est pas discutable ». J’enfile le zip de mon pull et le remonte jusqu’à en dessous de mon cou. J’espère lui avoir passé l’envie de me répondre comme ça une nouvelle fois, sans quoi mes états d’âme ne seront pas nombreux, et ce peu important les remarques que pourrait me faire Trinity. Cette fille est ici, c’est qu’elle mérite sa place, mais s’il s’avère qu’un jour ce n’est plus le cas, je n’aurais aucun remord à la congédier pour laisser la place à un autre talent potentiel. Je suis dur et difficile, tout le monde le sait. Mais les élèves que je suis depuis longtemps sont déjà proches de l’excellence et rien ne vient sans raison ; si je forme des professionnels, c’est que je suis doué et que ma méthode paye.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   Mer 19 Sep - 19:50

Il n’y avait pas que des claques, qui se perdaient, mais des « fuck you » aussi. Celui qu’elle avait au bord des lèvres, Sophia ne le laissa pas s’échapper, attendant patiemment la fin des mots gonflés d’ego de son professeur. Des fast food, des cafés, des bars…oh elle connaissait, elle y avait travaillé et le ferait encore certainement sous peu pour aider un minimum aux factures. Ce futur là, elle aurait pu l’avoir : ne pas se prendre la tête, terminer tout simplement à essuyer des tables graisseuses et prendre des commandes parce que le monde n’avait juste pas assez à lui offrir pour lui donner envie de se battre.
Tenir une scène était difficile, épuisant, Logan avait raison et sur ce point Sophia n’allait pas le contredire. Se livrer au public c’était risquer d’être dévoré corps et âme, quelque chose de pas très enviable.
En attendant, son destin semblait d’être de se faire bouffer par son professeur et ses remarques cyniques. Elle resta calme devant le ricanement, le clin d’œil, se fichant finalement bien de tout ce qu’il lui reprochait.
Au fond, il était pas idiot ce prof : si un artiste n’avait pas à se plaindre de quoi que ce soit, un prof, un metteur en scène, un chorégraphe, marionnettiste lui, le pouvait. Et de toute évidence lui ne s’en privait pas. Il n’avait pas du très bien comprendre lorsque Sophia lui avait signifié de se trouver un autre bouc émissaire. Elle n’avait besoin de personne pour lui demander de faire des progrès et de bosser. Elle n’avait besoin de personne pour la rabrouer et l’humilier, une grande fille comme elle savait le faire toute seule.
Et blah bla blah… Ce type adorait s’écouter parler. Perfection, tout ça, le meilleur… Brusquement Sophia eut envie de lui casser les dents avec simplement le zip de sa fermeture éclair. Tant d’estime de soi, ça devrait pas être permis !
Il espérait lui avoir cloué le bec ? Qu’il fasse son satisfait s’il le souhaite, en attendant il ne lui avait rien appris de nouveau et la jeune fille avait tout simplement décidé de fermer ses esgourdes pour tout ce qui ne relèverait pas des cours en eux même.

Elle ne saurait jamais réellement si elle aurait du rester dans sa ville balnéaire à attendre une vie qui ne viendrait pas, mais Sophia était à Londres et n’avait pour le moment aucune raison de bouger. Ellle respira un bon coup et sourit à nouveau. La menace était contraignante, et Sophia aurait adoré voir plutôt une de ses camarades dans une telle situation avec les dames de service, malheureusement elle restait la seule en ligne de mire. « Je vous laisse discuter avec vous-même du fait que vous soyez ou non le meilleur puisque je me fiche de la réponse »
Un professeur pouvait être le meilleur dans sa matière, et pourtant le pire des pédagogues après tout. Etait-ce le cas de ce type ? Encore trop tôt pour juger, et s’il parvenait à apprendre des choses aux blondes peroxydées de son cours, pourquoi pas à elle ?
Avec une grimace, la jeune fille tâcha de nouer un peu plus correctement le foulard atour de son cou. Elle ne pensait plus à Logan, mais au tango de la semaine prochaine. Le fait qu’elle ait été retenue par le prof pour une remontrance ne jouerait pas en sa faveur et il était possible qu’on l’envoie sur les roses en matière de partenaire. Hors de question e danser avec un canard boiteux dans le cours du « Meilleur », sinon meilleur, hé bien on ne l’était pas.
Shit…
Bon hé bien l’année commençait bien, il allait lui falloir du courage pour la terminer.
En attendant, si jamais, un jour serveuse, elle croisait ce prof comme client, nul doute qu’elle cracherait dans son café sans le moindre état d’âme. Il ne fallait pas charrier non plus.
Bon dieu ce tango allait la tuer elle n’y arriverait jamais. Rien que trouver quelqu’un serait mission impossible…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   Jeu 20 Sep - 23:16

Comprenons-nous bien ; j’ai conscience d’être un professeur atroce. Si j’avais été un élève au sein de ma classe, je me serai sans doute porté une haine sans précédent dans l’histoire de mes relations diverses. Si j’avais été élève de ma classe, j’aurais fait n’importe quoi pour que mon affreux professeur se taise une fois pour tous et cesse de me foutre la pression devant tout le monde.
Mais pour ce faire, je n’aurais vu qu’un seul moyen : m’améliorer. Devenir bon, excellent, le meilleur. De la classe, d’abord, puis meilleur que mon prof lui-même, ce crétin prétentieux impossible à faire taire.
C’est à ça que j’essaye de former mes élèves. Je suis narcissique, égocentrique, exigeant, incompréhensif, dégradant. Je ne m’attache à presque aucune des têtes que je forme. Je préfère les voir souffrir et suer que les écouter se plaindre de leurs vies merdiques. Je suis exactement l’archétype d’un gros con. Mais mon but est, finalement, louable. Je veux qu’ils deviennent meilleurs que moi. Ils abandonnent tout, études, projets, rébellion, vie sociale et amour propre, lorsqu’ils entrent dans cette salle. Ils abandonnent tout et ils subissent mes sautes d’humeur parce que la vie est ainsi faite, je suis né avant, j’ai été formé avant, je suis plus doué et plus professionnel. Mais un jour, s’ils m’écoutent, obéissent, travaillent, lutte, et font finalement tout ce qu’il faut pour être les meilleurs, un jour alors ils reviendront me voir et leur haine, leur détresse aura disparu, parce qu’ils seront meilleurs que moi. Et croyez-moi, une fois qu’on est meilleur que Daniel Logan, on peut tout faire.
Vivre d’une passion, et en tirer pleine satisfaction, c’est ce que Trinity & moi nous voulons leur offrir, même si on ne l’avouera jamais comme ça. Pourtant, et même si nos bonnes intentions ne sont pas inscrites sur la brochure, ils ont tous décidé d’être ici. Les plus motivés ont été retenus, les autres, renvoyés chez eux. En l’honneur de ceux qui n’ont pas été pris parce qu’on les croyait incapable de tenir le rythme, je ne peux décemment pas laisser des élèves sans mérite fréquenter le sol et les classes de mon école. Comme je le ferai pour n’importe lequel d’entre eux, sans aucune forme d’hésitation. Ma fille pourrait me faire face en ce moment et faire preuve d’une désinvolture sans précédent, je lui réserverai le même traitement. Fort heureusement, Lia n’est pas ici, et je l’ai au moins un peu bien élevée.

J’écoute la demoiselle déballer sa dernière phrase en adoptant un air désespéré, agrémentant sa désinvolture d’une ou deux secousses de la tête que je veux sceptiques et atterrées. Je croise les bras et roule un peu des yeux. « A ce que je vois, vous apprenez vite ». Mon ton est fortement ironique. « Vous taire aurait été une bien meilleure solution ». J’hoche la tête pour appuyer mes propos, on ne s’adresse pas à un professeur de cette façon, encore moins quand il paye et dirige l’école que l’on fréquente. Ou bien il faut être stupide, complètement inconscient. « Quoi qu’il en soit, inutile de vous présenter ici de nouveau, vous n’êtes plus la bienvenue ». Je lui montre la porte avec un sourire ironiquement insolent. « Ni dans mes classes, ni même dans cette école ». Je me tourne sans lui adresser un regard et ramasse mon sac, et mes affaires qui trainent. « Vous fermerez derrière vous, et n’oubliez pas de vider votre casier, il servira à l’élève sur liste d’attente qui recevra très bientôt la nouvelle qu’il a finalement été pris ». Je quitte la salle en la plantant là, ou peut être qu’elle sort également, je m’en fiche. Qu’elle fasse ce qu’elle veut. J’ai gardé mon calme, et ça, c’est plutôt brillant. Je passe mon sac autour de mon épaule et foule les couloirs en adressant quelques signes de tête à quelques élèves affairés. Je gagne le premier étage, jette un œil au bureau vide de Trinity et entre finalement dans le mien que je referme à clé derrière moi, histoire d’avoir un peu la paix. J’ai rendez vous à Londres avec un loueur de salles de spectacles dans une demie heure et je dois ensuite aller dispenser un cours à Cambridge. Sans oublier le fait qu’il faut préparer les cours de tango qui nous occuperons jusqu’à ce projet un peu spécial qui m’occupe l’esprit. Bref, pas le temps de s’apitoyer, seulement le temps d’être efficace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   Ven 21 Sep - 15:42

Ok, tout cela devenait absurde… Sophia leva un sourcil, se demandant où donc l’homme avait vu une insulte alors qu’elle déclarait seulement le laisser seul juge de sa perfection ou non. Ainsi donc le pire arrivait, elle était virée ? Etrange, elle n’avait même pas envie de pleurer et se sentait même plutôt calme. Puisque le pire était déjà arrivé, elle n’avait plus rien à craindre, non ? Une chose était sûre : elle ne supplierait pas Daniel Logan de la reprendre et ne lui présenterait aucunement ses excuses. La jeune fille était la lésée dans l’affaire, c’est sans doute ce qui arrive lorsqu’on aboie trop et que l’on manque de croc ? Elle haussa les épaules, mais même ce geste lui parut soudain vide de sens. Peut-être que les larmes viendraient après, lorsqu’elle serait seule… Et Logan lui apparut alors comme un être extrêmement faillible. Au fond, n’était-ce pas mieux ainsi ? L’égalité des chances n’existait pas, même lorsqu’on bossait dur. Quand bien même elle aurait eu une once de talent, cela aurait juste fait d’elle un clone plus ou moins raté du danseur qu’était Logan, quant à ses méthodes.
Le meilleur, hein ? Peut-être voulait-il le rester, refusant de léguer son titre à ses élèves ? La tyrannie donnait une excuse aux échecs sûrement nombreux. Le petit nombre y réussissant méritait tout le respect du monde, malheureusement la réussite ne pouvait être écrite dans les gênes de chacun.
« Vous fermerez derrière vous, et n’oubliez pas de vider votre casier, il servira à l’élève sur liste d’attente qui recevra très bientôt la nouvelle qu’il a finalement été pris »
Heureusement son casier était peu rempli, elle n’avait pas grand-chose à récupérer et porter. Qu’allait-elle faire à présent, se trouver un petit conservatoire de province ou tout simplement abandonner et retourner à une vie de serveuse et de bonniche qu’elle n’aurait jamais du quitter ?
« Hé bien bonne continuation ». Encore un haussement d’épaule, Sophia ne s’était jamais sentie aussi calme. Ce fut à peine si l’idée qu’un cactus fasse subir les derniers outrages à son –désormais- ex professeur, ne la fasse réagir. Au fond, elle s’en fichait bien e tout cela. Apparemment il ne pouvait y avoir qu’un seul chemin vers la réussite et celui-ci lui était fermé.
De toute évidence, c’était pas son jour, elle choisissait donc le dédain pour s’en protéger. Au moins elle allait faire le bonheur de la personne prenant sa place, Sophia espérait bien que ce serait une carne absolument infréquentable, surtout dans les cours de Mr Perfection.

Non, elle allait juste prendre ses affaires, rentrer et réfléchir calmement à tête reposé loin de l’espèce de dragon humain se voulant autant professeur que chorégraphe. La jeune fille ne pu empêcher un autre sourire néanoins : « J’ai vraiment hâte que quelqu’un révolutionne le monde de la danse et vous fasse tomber de votre piédestal. Quelqu’un n’ayant jamais suivi ni vous cours, ni vos méthodes … ».
Et la manière dont elle lui tourna le dos alors, dont elle bougea pour s’éloigner de lui, était soudain radicalement différente des mouvements que Sophia avait déjà pu avoir. Elle-même ne s’en rendait pas compte, mais à présent qu’il n’y avait plus la menace d’un professeur, que Logan ne redevenait rien d’autre qu’un inconnu abruti pour elle, son corps se détendait subtilement, lui redonnant un semblant de grâce naturelle qui avait semblé lui manquer juste alors.
Elle ne serait jamais un cygne gracieux et élancé, juste un vilain petit canard mais parfois…parfois le canard se faisait rapace tout simplement.
Peut-être était-elle victime d’une injustice, en ce cas cela confirmait que Sophia n’était juste pas faite pour réussir quelque chose.
Le chant lui manquerait, cela était sûre, elle n’avait pas d’autres passions mais ayant déjà commencé à s’éteindre depuis sa ville côtière, sans père, sans affection et sans repère, elle n’avait plus assez d’ambition pour se battre pour sa flamme et ses passions. Il y en avait d’autres, des jeunes comme elle, cela faisait partie des petites tragédies de la vie. Mais de larmes, non elle n’en avait toujours pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i wanna dance w/ Sophia   

Revenir en haut Aller en bas
 
i wanna dance w/ Sophia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sophia Evans
» Sophia E. de Roumanie - Colombe le jour et Vipère la nuit.
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: