EDORY ► You know you made my eyes burn. [FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: EDORY ► You know you made my eyes burn. [FIN]   Lun 17 Sep - 0:33



Ce n'était pas l'habitude d'Eden de sortir de la ville de Londres. Pourtant ce soir, il avait été entraîné par une cliente en dehors de son territoire. Cette dernière voulant à tout prix le sortir de ses habitudes. Elle était riche et pouvait se le permettre en plus c'était une de ses habituées à vrai dire. Elle l'emmena alors dans un bar assez répandu dans le quartier Willingham. Un bar assez sympa car il donnait devant une rivière. On pourrait croire qu'une riche comme elle ne devrait pas s'aventurer dans ce genre de quartier mais en même temps elle traînait à Soho donc bon, ça ne lui dérangeait pas plus que ça. Elle ne montrait juste pas qu'elle avait du fric. Ce soir était un soir spéciale d'ailleurs. Un petit concert avec plusieurs chanteurs différents allait animer la soirée. Des artistes qui jouaient avec plusieurs instruments dont le piano, certainement. C'était l'occasion pour elle de lui faire écouter cet instrument qu'il adorait tant, elle le savait. Il était vingt et une heure et le petit concert n'allait pas tarder à commencer avec les premiers artistes. Juste le temps de sortir des toilettes des dames, toujours main dans la main, et s'installer à leur table. Les lumières se tamisèrent et les artistes se mirent en place. Patricia, elle, continuait à aguicher Eden qui était réceptif. Il le fallait de toute façon. Pourtant la première note du piano fit tourner légèrement le regard d'Eden. D'un coup il fut obnubilé par les mains du pianiste et lorsqu'il vit que c'était Ivory, il était encore moins intéressé par les attentions de sa chère cliente. Patricia vit très vite qu'Eden n'avait plus du tout envie de jouer à un quelconque jeu, vu comment il fixait Ivory des yeux. Elle sourit et entremêla sa main avec la sienne. Approchant ses lèvres aux creux de son oreille, elle murmura doucement « Enfin tu montres qu'il y a quelque chose qui t'anime. » Il ne répondit pas à sa remarque, préférant observer Ivory qui joue du piano à merveille. Soudain il croisa le regard d'Ivory qui fut chamboulée par cette vision qu'elle avait de lui. Lui, il avait entendu son raté grâce à son oreille musical. D'ailleurs il sentit un certain gêne -qu'il ne montra pas, évidemment- vis à vis de Patricia. Il se disait qu'encore une fois, il lui faisait du mal parce qu'il avait bien vu le regard qu'Iv avait jeté sur eux. Cependant son regard restait fixé à elle alors que sa cliente déversait toute sa tendresse sur lui. Le dernier couplet fut magique encore, comme les deux autres chansons d'ailleurs. Les applaudissements du public montraient bien le succès que le duo avait fait preuve. Eden sentit la main de Patricia se poser sur son visage puis le tourner vers elle tandis qu'Iv sortait de la scène, alors que le chanteur suivant s'installa. « J'ai toute ton attention maintenant. » Elle approcha son visage vers Eden puis l'embrassa passionnément. Pourtant le regard de Patricia se tourna vers Iv qui apparut dans le public. Elle avait bien deviné qu'Eden était particulièrement attiré vers elle durant toute leur prestation. Patricia vit le regard d'Iv se poser sur le sien. Elle voyait qu'elle n'était pas du tout à l'aise de la voir dans les bras d'Eden. Ce qui satisfaisait amplement Pat' à dire vrai. Oui, la dame était une garce. Eden répondit à son baiser, cependant il se détacha assez rapidement de son étreinte. ❝ Je vais au toilette. Prend moi à boire. ❞ Il pouvait se permettre une telle demande. Patricia et lui avaient une relation assez simpliste -même si elle adorait mettre du piment lorsqu'ils se voyaient- et c'était ce qu'elle voulait après tout. Elle ne voulait pas d'un toutou mais d'un Homme qui savait dire non parfois. « Ne traînes pas trop. » Il n'attendait pas plus d'une minute et se dirigea vers les WC. Pourtant ses pas le guidèrent vers une toute autre direction. Après tout, il n'avait pas tellement envie d'aller pisser. Non, ce qu'il voulait c'était la voir. Il tomba devant sa porte où il y avait écrit le nom du son duo. S'apprêtant à toquer, il fut arrêté par les voix qu'il entendait à l'intérieur. « ... pas te réjouir de notre prestation! Le public nous a acclamé, personne n'a remarqué le petit incident! » « Il l'a remarqué! » Le regard d'Eden se baissa ainsi que son bras. Ce n'était peut-être pas une bonne idée d'aller la voir tout compte fait. Il savait ce qu'il lui avait dit lorsqu'ils étaient à Soho, cependant, Eden était composé de paradoxe. Iv avait ce don de lui faire perdre tout ses moyens en plus d'avoir cette personnalité tumultueuse qu'il portait. Alors oui, c'était difficile pour lui parfois de se poser les bonnes questions et de faire les bonnes choses. Toujours rempli de contradiction. Il était peut-être préférable de rebrousser chemin maintenant.

« Oui? Vous voulez quelque chose?! » La voix de l'homme vint soudainement le sortir de ses pensées. Eden releva le regard vers lui et allait repartir de l'autre côté sans lui répondre lorsqu'Ivory lui prit la main pour l'entraîner à l'intérieur de sa loge. « Va boire un coup Douglas! Reviens plus tard! » Eden n'avait pas eu le choix et lorsque Doug vint lui demander si tout allait bien, la jeune fille le congédia gentiment tout en adressant sa phrase pour Eden aussi. Elle ferma la porte et mit un temps à se mettre en face de lui. Eden lui, ne disait rien. Restant toujours silencieux. En faite, il ne savait plus comment réagir. C'était ça son problème. Il était allé devant sa loge pour aller la voir, parce qu'il avait envie de la voir mais maintenant qu'elle était en face d'elle, plus rien ne sortait de sa bouche. De toute façon elle ne lui laissait pas le temps de parler. « J'accepte le fait que tu viennes dans MON bar, j'accepte le fait que tu me vois jouer sur scène, j'accepte le fait que tu sois venue avec cette pimbèche botoxée. Mais je n'accepte pas le fait que tu viennes me voir dans ma loge. » Ses mots lui coupèrent le sifflet en plus de l'intonation qu'elle y mit. Eden la fixa encore un moment puis baissa son regard. ❝ Alors il vaut mieux que je m'en aille. ❞ Toujours la fuite. Cependant, malgré le fait qu'il veuille à tout prix partir, il se retrouvait toujours auprès d'elle. « Oh encore?! À croire que tu aimes tellement fuir ou me faire fuir! Tu aimes me faire du mal et te faire du mal! » cracha-t-elle soudainement après avoir émis un rire forcé. Qu'est-ce qu'il foutait là encore ? Elle le poussa. « Mais va-t-en! Fuis comme tu sais si bien faire! » Il la regarda baisser la tête. Elle se retenait d'éclater de rage. Il le voyait bien. « J'en ai marre de me battre pour toi, pour nous, pour tout ça... Je t'ai dit que je ne vais pas t'abandonner, nous abandonner, et c'est le cas. Mais j'ai besoin de temps pour remettre mes idées au clair, et tu ne m'aides pas à venir me voir sur scène puis dans ma loge pour fuir à nouveau. » Il ouvrit ses lèvres et s'avança vers elle, voulant prendre dans ses bras mais se résigna. Il passa à côté d'elle, se dirigeant vers la porte et s'arrêta avant d'empoigner l'ouvrir. ❝ Je t'ai trouvé incroyable ce soir. ❞ dit-il doucement et ouvrit la porte pour partir. Il n'avait pas de réponse à lui apporter alors qu'il voulait lui dire aussi qu'elle lui importait. Qu'il ne voulait pas abandonner ce "nous". Mais rien ne sortait. Il savait pertinemment que c'était la meilleure chose à faire.

Il rejoignit Patricia sans vraiment le vouloir au fond, croisant le chanteur qui accompagnait Ivory en chemin. La musique du groupe du moment envahissait la salle, des personnes commençaient même à danser sur la piste. Il s'assit auprès de Patricia qui n'hésita pas à le câliner, à peine arriver. « Tu as été long dis donc ! Je ne t'ai pas attendu pour faire la fête, il faut que tu me rattrapes mon chou. » Elle lui tint un verre de shooter dans les mains et Eden devait bien sûr les avaler même s'il n'était pas du tout dans l'optique de faire la fête. Bon, en même temps, il avait peut-être bien besoin de boire vu l'émotion qu'il éprouvait en ce moment. Il but cul sec le verre et Patricia n'attendit pas pour lui prendre la main et l'entraîner sur la piste de danse. L'aguichant en ondulant son corps contre lui. Eden la laissa se coller à lui sans pour autant l'assister à aller plus loin dans l'attention qu'elle lui portait. Non, il n'avait plus vraiment la tête à être concentré sur elle. Son esprit était bien trop troublé par les mots d'Iv. Trop préoccupé par cette relation qu'ils entretenaient. Il n'avait plus de goût à rester avec Patricia qui semblait vraiment être ailleurs maintenant. Bien trop alcoolisée pour se rendre compte qu'Eden n'était plus du tout dans le même trop qu'elle. « ROBYN! » Son regard se détourna de Pat' pour aller se poser sur Iv qui restait là, totalement stoïque face à cette vue qu'il lui offrait en compagnie de sa cliente. Il voyait très bien dans son regard le mal que ça lui faisait, c'était pour ça d'ailleurs qu'elle s'en alla vivement, réussissant à s'extirper du contact visuel avec lui. Eden quant à lui glissa quelques mots aux creux de l'oreille de Pat' lui disant qu'il devait régler une affaire importante et qu'il reviendrait peu de temps après. La jeune femme acquiesça sans soucis puis se trouva très vite un nouvel partenaire de danse. Il ne fallait pas s'en faire pour ça, Eden la connaissait. Il prit la direction de la sortie et regarda à droite, personne, puis à gauche. Iv s'éloignait de l'établissement et lui, la suivait derrière. ❝ Je suis désolé ! ❞ hurla-t-il simplement, en s'arrêtant enfin de la suivre à la trace. C'était bien la première fois qu'il lui disait cette phrase là. Il était arrivé à un point où il ne pouvait pas retenir ces trois mots. Ses yeux la regardaient s'arrêter un instant puis tourna la tête légèrement en sa direction. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui réserve un traitement de faveur. Après tout ce qu'il lui avait fait enduré, c'était normal qu'elle lui en veuille. « Laisse moi! » C'était à son tour de fuir on dirait. Cette relation était bien compliquée. ❝ Tu sais je suis comme ça pour toi, pour te protéger. C'est tout. ❞ ajouta-t-il plus calmement, sans hausser le ton. Assez pour qu'elle puisse entendre en tout cas. ❝ Parce que je tiens toujours à toi. ❞ souffla-t-il, inaudible cette fois. Il la regarda s'éloigner, ne s'attendant plus à ce qu'elle revienne vers lui de nouveau. Cependant, il pensa trop vite car la jeune femme se stoppa encore. « Arrête de me protéger ! Je ne suis plus cette fille de dix-neuf ans! Je sais me protéger toute seule! Et si c'est pour me dire que tu veux me protéger de toi, je sais le faire! » C'était vrai, elle n'était plus cette fille qu'il avait rencontré des années plus tôt. Bien sûr, à ses yeux, elle paraissait toujours aussi forte et courageuse. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de la protéger. Il était comme ça avec les personnes à qui il tenait fermement. Mais Ivory avait toujours été plus forte que lui malgré le fait qu'il montre une apparence de dur à cuir. Eden était un être fragile et brisé depuis sa plus tendre enfance. Ses pas s'avancèrent lentement vers lui, jusqu'à être proche d'elle qui restait encore de dos. Il se planta derrière elle, se contenant de poser ses mains sur son corps. Cette attraction qu'ils avaient pour l'un et l'autre était juste indéniable et impossible à ignorer. ❝ Je sais tout ça. ❞ il posa son front contre l'arrière de sa tête et ferma les yeux. ❝ Iv... je ne peux pas te promettre d'être le garçon qu'il te faut car ce n'est pas ce que je pense. ❞ murmura-t-il doucement. Il prit une pause un instant puis reprit. ❝ J'ai juste... mal de te voir me regarder comme tu l'as fait tout à l'heure... Tu ne peux pas savoir comme tu me fais mal... ❞ Du Eden tout craché. Il arrivait toujours à exprimer l'amour qu'il éprouvait dans le négatif. Ne sachant pas du tout comment exprimer ses sentiments. En même temps vu ce qu'il avait vécu, c'était tout à fait normal qu'il ne sache pas réellement comment ça marche.

Elle se retourna enfin vers lui et le fixa de ses yeux vert noisettes. Son regard accrocha toujours Eden, il ne pouvait décemment pas le fuir, surtout pas maintenant qu'elle était si proche de lui. « Tu devrais la rejoindre... elle doit s'impatienter de te retrouver ! » Et bien, Patricia lui était restée dans la tête. Ça pouvait se comprendre vu comment ils étaient. Lui, il aurait été pareil avec elle. Sauf qu'il n'aurait pas réagi. Enfin, il essayerait du moins. Sa main droite vint se lever doucement et se posa sur sa joue, la caressant tendrement, le bout de ses doigts glissant légèrement sur sa chevelure. ❝ Tu dois savoir que Patricia s'amuse très bien sans moi. ❞ Oui, la connaissant, elle était en train de boire des shooter avec le mec avec qui elle avait dansé, se souciant très peu de ce que faisait Eden. Bon bien sûr, au moment de partir, il était évident qu'elle allait se poser des questions mais pour l'instant, l'heure n'était pas encore de partir. Elle détourna le regard du sien, lui montrant qu'elle n'était pas du tout prête à céder à ce qu'il était en faire. Cependant, Eden resta tout de même collé à elle. « Patricia » susurra-t-elle. « Cette femme t'attends quand même... Tu devrais me laisser! » il fronça les sourcils puis posa ses mains sur son visage, la forçant à le regarder dans les yeux. ❝ Bon sang Iv, tu ne comprends donc pas ?! Pourquoi tu me dis tout ça alors que je viens de te dire qu'elle n'avait pas besoin de moi en ce moment même ! ❞ Il posa son front contre le sien et ferma les yeux. ❝ Pourquoi tu me rends la tâche encore plus difficile qu'elle ne l'est ?! ❞ Alors là, c'était le toupet. C'était lui qui rendait les choses impossibles entre eux et il avait le culot de lui rejeter la faute dessus. Juste parce qu'il ne savait pas comment exprimer ses émotions. « Pourquoi? Pour éviter que tu me voles un baiser et prétendre que rien ne s'est passé pour fuir à nouveau?! Non Non, trop peu pour moi! Tu ne m'auras pas comme ça, pas après t'avoir vu avec cette femme ! » Mais ce n'est pas vrai ! Ça le tuait en faite qu'elle agisse de la sorte à cause d'une cliente... Certes, elle ne savait pas ce qu'il faisait dans la vie. Il ne pouvait pas lui dire que c'était son job d'être comme ça avec Pat'. De l'accompagner, de lui faire plaisir. C'était ça ce qu'il faisait. Bien sûr, pour lui ça ne signifiait à rien tout ça. C'était juste qu'il était réduit à faire ce qu'il faisait parce qu'il n'y avait plus d'espoir pour lui. Il avait envie de lui avouer ce côté là de sa vie, peut-être qu'elle comprendrait enfin pourquoi il agissait comme ça avec elle. Mais la peur de voir le jugement dans ses yeux, et donc la blesser au fond, tiraillait ses entrailles. ❝ ELLE N'EST RIEN POUR MOI !! ❞ cracha-t-il soudainement. Peut-être un peu trop fort d'ailleurs. Mon dieu, pourquoi est-ce autant difficile de lui parler ? Iv avait tendance à le mettre dans tout ces états malgré le fait qu'il ait l'air impassible. Ce soir, il semblerait qu'il perdait pied face à elle.

Cependant elle soutint son regard tout en le repoussant légèrement. « Mais merde Eden !! Laisse-moi! » Eden la regardait. Son air triste le détruisait de l'intérieur et il s'en voulait encore de la maltraiter ainsi. Parce que c'était ça en faite. Il la faisait souffrir sans le vouloir mais on dirait que c'était toujours automatique. Comment la rendre heureuse alors qu'il lui faisait du mal ? Arf, que c'était dur d'aimer tout compte fait. Il la relâcha, laissant tomber ses bras le long de son corps et rompit le contact visuel en baissant aussi ses yeux bleus. Il ne savait pas quoi dire de plus. De toute façon quoi qu'il faisait, il la faisait pleurer... Elle emboîta le pas alors que lui restait encore là. Pourquoi il ne pouvait pas rendre les choses plus facile ? Même lui ne savait pas. Il aimerait pourtant. Cependant, il avait la fâcheuse manie de rendre les choses compliquées. Soudain, elle revint sur ses pas et lui offrit un baiser sur la joue avant de partir définitivement sans qu'il n'ait eu le temps de réagir face à ce baiser. Il connaissait la signification de ce geste. Ça le rassurait mais en même temps, ça n'arrangeait rien parce qu'il savait très bien qu'Ivory n'allait jamais abandonner. Il rebroussa chemin à son tour, rejoignant Patricia dans le bar. Ses pensées occupées par l'image de cet amour difficile à oublier.

FIN


Dernière édition par Eden Bowman le Dim 16 Déc - 2:26, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EDORY ► You know you made my eyes burn. [FIN]   Mar 18 Sep - 17:49


✖ EDEN BOWMAN & IVORY LEVY ✖
« CAMBRIDGE # Willingham # Riverside Café & Bar »
Je serre la tasse au creux de mes mains, même si la chaleur du thé s’est dissipée depuis longtemps. J’ai les muscles raidis par mon anxiété. Je suis dans les loges du Riverside où j'attends avec impatience et stress le moment de monter sur scène. Je regarde Douglas du coin de l'oeil, il est étonnamment serein, alors qu'il va donner de la voix dans très peu de temps. Je suis sa partenaire, un duo de choc depuis deux ans; il est mon chanteur, je suis sa musicienne! À chaque concert que nous donnons au Riverside, je sens toujours le stress et l'anxiété monter en moi au fil des heures. L'heure "fatidique" arrive et le patron du bar annonce notre arrivée, « Acceuillons à présent Douglas & Robyn! ». Je souris lorsque j'entends mon prénom, du moins mon second prénom qui d'ailleurs est mon nom de scène afin de bien séparer ma vie privée de ma vie professionnelle. Nous entrons sur scène et saluons d'abord le public. Je me place calmement au piano à queue, sentant le stress retomber en glissant mes doigts sur mon instrument de prédilection. L'acoustique est notre marque de fabrique que ce soit piano-voix ou guitare-voix. Mes yeux se ferment un instant alors que la foule se calme pour laisser place au son de notre duo. Mes doigts commencent à parcourir les touches du piano, débutant alors notre première chanson. Après mon intro, Douglas attrape le micro en main et entame les paroles de Something des Beatles. Mes yeux restent concentrés sur le piano, je ne veux pas détourner mon regard pour voir le public. Nous entamons notre troisième et dernière chanson qui est l'une de mes compositions, musique et paroles. Ce n'est que la deuxième fois que nous performons cette chanson devant un public et j'espère de tout coeur qu'il n'y aura aucun incident.
Douglas est réellement en forme ce soir, et je suis fière de sa prestation. Je me décide à poser le regard sur le public pour voir si Red est venue me voir performer. Je doute, il n'est pas du genre à sortir tout seul pour venir me voir jouer. Mon regard se pose sur un couple à table; la femme a l'air très tactile avec son partenaire. C'est alors que je reconnais Eden au côté de cette femme. Mes doigts se figent un instant, et je me rend compte que je me suis arrêté de jouer. Douglas me regarde l'air insistant; je secoue la tête, et je reprends la dernière partie de notre chanson. Il semble que personne n'est trop remarqué notre problème. Je me concentre à nouveau dans le dernier couplet, évitant de penser à Eden qui me regarde dans la salle alors qu'il est avec une femme en train de le toucher. Je ne comprends plus rien... Un coup il est avec cet homme, et maintenant il est avec cette femme un peu plus âgée que lui. Nous n'avons pas parlé depuis notre dernière rencontre à Soho, et je n'avais pas envie de le voir pour le moment. J'avais et j'ai besoin d'encaisser les choses qu'il m'a dites. Je parviens à jouer le dernier couplet sans accident, même si mes pensées sont ailleurs. Douglas vient me chercher au piano et m'emmène sur le centre de la scène où nous saluons tout le public qui nous applaudit. J'essaye de ne plus poser le regard sur Eden et sa compagne, c'est assez douloureux à voir, et je ne me suis pas assez remise de la dernière fois où je l'ai vue. Alors que nous nous apprêtions à partir dans les loges, je vois Eden et cette femme s'embrasser passionnément. Je me mordille l'intérieur de la joue jusqu'à ne plus sentir la douleur. Je ne veux pas que l'on voie sur mon visage que je ressens de la peine en le voyant avec elle, je dois au contraire savourer mon moment.
En fin de compte, il avait sûrement raison, ce n'est pas un homme pour moi, et il ne m'aime plus. Ma gorge se serre à nouveau en pensant à cela. Douglas me tire le bras doucement, me faisant signe de partir de la scène; merci... je ne peux pas rester une minute de plus à la regarder. J'arrive dans les loges où Douglas me regarde avec un air plutôt énervé. « Merde qu'est-ce qu'il s'est passé sur le dernier couplet? » Je baisse la tête, déçue de cette dernière prestation, et surtout déçue de moi-même d'être si atteinte par Eden. « Je suis désolée Douglas, cela ne se reproduira plus ! » Il me regarde et s'approche de moi en attrapant ma main. « Tout va bien?! Tu ne sembles pas te réjouir de notre prestation! Le public nous a acclamé, personne n'a remarqué le petit incident! » Je hausse les épaules et je pose le regard sur lui. « Il l'a remarqué! » Il fronce les sourcils et me prends dans ses bras sentant que je peux défaillir à n'importe quel moment. Il ne semble pas tout comprendre, mais ne me demande rien. C'est ce que j'apprécie chez Doug, il me rassure mais ne me demande pas ce qu'il se passe. Je m'accroche à lui comme pour sentir quelqu'un contre moi qui me réconforte. Douglas s'écarte de notre étreinte avec un léger sourire pendu aux lèvres comme pour me rassurer. Il avance vers la porte de notre loge et la ouvre. Il tombe nez à nez avec Eden, mais moi assise, je ne le vois pas. « Oui? Vous voulez quelque chose?! » Je fronce les sourcils et je me retourne en voyant Douglas face à Eden. Mais pourquoi ose-t-il se rendre ici?! Venir me voir? S'excuser? Je le comprends vraiment pas? Je me lève brusquement et je pousse doucement Douglas vers la sortie, et j'attrape le bras d'Eden pour le tirer à l'intérieur de ma loge. « Va boire un coup Douglas! Reviens plus tard! » Il me demande si tout va bien et je lui souris légèrement, « Je te dirai ça plus tard si je vais bien! » Bien sûr c'était aussi adressé à Eden. Je ferme la porte au nez de Douglas qui ne semble rien comprendre à la situation. Je reste dos à Eden quelques instants comme pour prendre mon courage de lui faire face. Je lâche la poignée de la porte et je me retourne vers lui. « J'accepte le fait que tu viennes dans MON bar, j'accepte le fait que tu me vois jouer sur scène, j'accepte le fait que tu sois venue avec cette pimbèche botoxée. » J'approche de lui doucement, « Mais je n'accepte pas le fait que tu viennes me voir dans ma loge. » Ma voix s'élève au fil de mes paroles, je ne parviens pas à contenir ma colère mais aussi ma frustration.
J'ai ce besoin irrépressible de lui balancer au visage toutes ces choses... Cela m'est égal de lui faire du mal, le revers de la médaille depuis notre dernière rencontre à Londres. D'ailleurs, après mon monologue interminable, Eden baisse le regard et décide de répliquer. « Alors il vaut mieux que je m'en aille. » J'émis un rire... un rire qui se veut réellement forcé. Je m'avance vers lui, avec le regard piquant, toujours aussi remonté par Eden. Encore et toujours la fuite; soit il me fait fuir soit c'est lui qui fuit. « Oh encore?! À croire que tu aimes tellement fuir ou me faire fuir! Tu aimes me faire du mal et te faire du mal! » Je pose ma main sur son torse, avec ce léger sourire narquois qui en dit long, puis je le pousse. « Mais va-t-en! Fuis comme tu sais si bien faire! » Je baisse la tête, refoulant des larmes qui s'empressent de perler aux coins de mes yeux. Je me recule de son pouvoir attractif qu'il a sur moi. Je ne peux m'empêcher d'aller vers lui à chaque fois, alors qu'il me fait du mal. Je serre le poing pour maintenir la colère en moi et qu'elle n'éclate pas à nouveau aux yeux d'Eden. « J'en ai marre de me battre pour toi, pour nous, pour tout ça... Je t'ai dit que je ne vais pas t'abandonner, nous abandonner, et c'est le cas. Mais j'ai besoin de temps pour remettre mes idées au clair, et tu ne m'aides pas à venir me voir sur scène puis dans ma loge pour fuir à nouveau. » Je ne parviens pas à évacuer la pression comme je sais faire d'habitude, j'ai un blocage... Je ne veux pas m'effondrer ou éclater devant, cela donnerait trop d'importance à mes sentiments pour lui à l'heure actuelle. Je sens sa présence s'approcher de moi, puis je vois ses pieds me dépasser en direction de la porte de ma loge ! Bien sûr qu'il va prendre la chance de fuir, je lui ai donné l'opportunité de le faire... Pourquoi choisirait-il de rester à mes côtés alors qu'une pimbêche sublime l'attend dans la salle. Je me sens minable, et il me vient à jalouser cette femme. Je ne suis qu'une femme de vingt-quatre ans, aux traits encore adolescents, dans un corps peint de tatouages. À quoi pensais-je? Je tourne délicatement la tête, en le regardant marcher vers la porte. J'ai l'impression que ce moment dure de longues secondes, et même si je veux stopper le temps pour l'arrêter, mon corps reste statique, ma voix reste muette. « Je t'ai trouvé incroyable ce soir. » dit-il d'un calme olympien. Je reste impassible, essayant de ne pas prêter attention à sa remarque... Seulement, je me sens bien rien qu'en écoutant son compliment. Je ferme les yeux un instant pour balayer ses paroles de mon esprit, afin de ne pas m'embrouiller. J'ouvre à nouveau les yeux, et je le vois qui se dérobe par la porte de ma loge.
J'expire calmement, afin d'essayer de faire retomber cette pression accumulé en si peu de temps. Je m'approche du canapé, et je me laisse tomber dessus, me sentant molle et sans force. « Connard! » me murmurai-je. Je ne sais que faire à présent... Rester caché dans la loge? Affronter son regard et celui de sa partenaire dans la salle? Aller au bar et boire autant d'alcool que je peux ingurgiter? Et pourquoi aller sur scène et me mettre à chanter?! Au point où j'en suis... rien ne pourrait être plus pire que ce moment ! J'attrape un coussin près de moi, puis je me cache le visage avec. Impulsivement, je me mets à crier le plus fort possible pour relâcher la pression. Le coussin permet de masquer le bruit, heureusement. « IVY?! Tout va bien? » J'arrête de crier, et je relève la tête. Douglas est de retour avec deux shots de Téquila à la main. Je me mords les lèvres comme gêné de la situation, puis je me lève pour aller vers lui. « Comme un soleil sans rayon! À merveille! » J'attrape le verre qu'il me tend, puis je le bois cul sec avant de le lui redonner. Je regarde l'autre verre, puis je l'attrape pour lui aussi le boire cul sec. Je grimace légèrement, ce n'est pas dans mon habitude de boire aussi vite... Douglas me sonde d'un regard surpris, mais ne me pose aucune question sur ce comportement. Il est toujours aussi délicat avec moi, et ne me froisse jamais. Il pourrait être l'homme parfait à marier comme dirait ma mère, comme d'autres de mes amis à l'image de Red; mais c'est plus qu'une relation que je cherche, c'est une connexion. Une connexion comme j'ai avec Eden, et personne ne pourra me contredire, pas même lui. Il y a cette alchimie entre nous, depuis les premiers instants où nos regards se sont croisés dans la capitale française. Malgré les années, un contexte et une situation différente, il y a toujours cette connexion entre nous, même si elle n'est pas toujours harmonieuse. L'adage bien connu "Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis" nous correspond plutôt bien. Je pose les yeux sur Douglas, et j'esquisse un sourire qui se veut un peu forcé. « Merci pour ce soir! Excuse moi encore pour mon problème sur scène, cela n'arrivera pas ! Je rentre à l'appartement, je ne veux pas réveiller Red en rentrant trop tard. » Bien sûr, Red n'était qu'une fausse excuse; il pourrait dormir sans sourciller même s'il y avait une fête à côté. J'ai juste besoin de me retrouver seule, à marcher, à réfléchir, à suivre mes pas sans savoir où aller. Je dépose un baiser sur sa joue; j'attrape mon sac et je sors de la loge. Avant d'entrer dans la salle qui se veut de plus en plus bruyante, je prends une grande inspiration afin de me donner assez de force pour ne pas croiser son regard. Avec tous ses clients dans le bar, il y a des chances de ne pas le croiser! Même si la pression est retombée, tout comme ma colère, je ne me sens pas le courage de défier à nouveau le regard d'Eden. Je sais que je ne vais pas pouvoir le supporter. Je remonte le col de mon manteau afin de dissimuler mon visage, sait-on jamais.
J'emboîte le pas, et j'avance bien décidé à sortir de cet endroit. Seulement, le patron m'arrête en cours de route en criant mon nom de scène, « ROBYN! » Je m'arrête brusquement, rassuré de ne pas avoir entendu mon prénom. Je me tourne vers lui, alors qu'il est en plein milieu de la salle, et je marche vers lui. Puis, mon regard se pose sur eux, main dans la main, en train de danser lascivement l'un contre l'autre. Je sens la colère monter en moi, mon poing se ferme pour contenir à nouveau cette rage en moi. Je regarde le patron qui me félicite de la prestation de ce soir, et a hâte de me voir la semaine prochaine avec Douglas. J'entends ces mots, mais je ne les assimile pas, c'est comme si je comprenais des sons aigus et graves sans queue ni tête. Mes yeux ne peuvent se détourner de lui et de cette femme dansant collés serrés. Le patron s'écarte de moi pour retourner à son bar; et moi je reste planté là, silencieuse. Je me mets à mordiller l'intérieur de la joue, jusqu'au sang, sale habitude ! Finalement, alors que je décide de partir, le regard d'Eden se pose sur moi. Je reste pétrifiée... Je secoue la tête, et hâtivement, je me mets à me faufiler à travers de la foule, cherchant par tous les moyens à trouver la sortie. Je ne veux pas qu'il me suive, je ne le veux pas! Je souhaite être seule, l'âme en peine c'est vrai, mais j'ai besoin de me retrouver. Cette rage et cette colère, ce n'est pas moi, je ne me reconnais pas dans cela. Je suis parvenue à sortir du bar; un coup d'oeil derrière moi, il n'y avait personne. Il a enfin eu la sagesse de ne pas me suivre! J'ébouriffe légèrement mes cheveux, et je commence à avancer dans la rue sans but précis où me rendre. a enfin eu la sagesse de ne pas me suivre! J'ébouriffe légèrement mes cheveux, et je commence à avancer dans la rue sans but précis où me rendre.
« Je suis désolé ! » Je fronce les sourcils... Ces mots venaient d'être crié par la seule personne qui arrive encore à faire stopper mon coeur par ces paroles. Lui d'un calme olympien en règle générale, lui qui ne mâche pas ces mots, lui qui ne crie jamais... Il vient de le faire en s'excusant. Je m'arrête à l'entente de ces mots qui font un effet dévastateur sur moi. C'est la première fois que je l'entends dire ces trois mots. Je tourne légèrement la tête vers lui. Pourquoi s'entête-t-il toujours à revenir vers moi? Il ne voit pas qu'il me fait du mal, et, que j'ai besoin de temps pour me reprendre ?! « Laisse moi ! » disais-je assez fort pour qu'il puisse m'entendre. Je tourne à nouveau la tête face à moi, et je reprends ma marche en direction de l'inconnu. Je suis parvenue à éviter son regard, son visage et surtout sa présence. « Tu sais je suis comme ça pour toi, pour te protéger. C'est tout. » Je grimace, agacée par ces mots. Comment puis-je rester de marbre? Je ne suis pas ce coeur de pierre, je ne suis pas lui; et même si je n'exprime pas mes sentiments si facilement, j'ai besoin de connaître ceux de l'autre, même à demi-mot. Je ne parviens pas à entendre parfaitement sa dernière remarque, j'ai cru comprendre qu'il tient à moi, mais c'est peut-être ce que mon esprit souhaite vouloir entendre, alors je ne relève pas ses dernières paroles. Je ne me retourne pas, toujours à éviter son regard et sa présence, mais je m'arrête tout de même, comme ne pas m'éloigner trop de lui. « Arrête de me protéger ! Je ne suis plus cette fille de dix-neuf ans! Je sais me protéger toute seule! Et si c'est pour me dire que tu veux me protéger de toi, je sais le faire! » Ou pas... Même si je ne suis pas convaincue, mes mots et mon le semblent. Je reste figée sur place, attendant qu'il me réponde, et même si j'ai du mal à l'admettre, j'attends qu'il vienne vers moi et me prendre dans ses bras. Je ne dois pas divaguer ou même penser à ce genre de chose, je me l'interdis! Je détourne à nouveau la tête, pour regarder la rue en face de moi... Pourquoi je ne parviens pas à marcher et à avancer afin de m'éloigner de lui. Même si je ne le regarde pas, sa présence et notre connexion m'empêchent de me séparer de lui. Plus nous nous battons et plus nous nous rapprochons!
Je veux avancer mais je sais qu'au fond de moi, je n'en ai pas envie, et c'est ce qui m'empêche d'avancer. Je n'ai pas entendu Eden arriver vers moi... et je sursaute légèrement en sentant ses mains se poser sur moi. Mes yeux se ferment instantanément à son contact; je parviens pas à m'extraire de cette attraction que j'ai pour lui. J'aimerais lui dire stop mais je n'y parviens pas. « Je sais tout ça. » Ma mâchoire se contracte lorsque je le sens se rapprocher de moi en posant sa tête contre la mienne. Je peux sentir son souffle se poser contre mon cou. « Iv... je ne peux pas te promettre d'être le garçon qu'il te faut car ce n'est pas ce que je pense. » A-t-il toujours besoin de parler de lui et de nous dans le négatif? Qui peut savoir si les uns et les autres sont fait pour être ensemble, de mériter ou non l'un et l'autre. Même moi je ne le sais pas. Je ne peux pas non plus promettre d'être la personne faite pour lui, rien est écrit! « J'ai juste... mal de te voir me regarder comme tu l'as fait tout à l'heure... Tu ne peux pas savoir comme tu me fais mal... » Je n'arrive pas à parler, je préfère installer un silence entre nous, surtout après ce qu'il vient de me dire. Lui faire du mal? Je roule des yeux rien qu'à y repenser! Même si je n'aime pas me mettre au centre des choses, c'est lui, qui venait de danser lascivement avec une femme aux sublimes courbes. Je ne dois pas aller vers lui, pas maintenant! Il est vrai que j'ai dit que je n'allais pas l'abandonner, mais là, c'est trop dur. Il y a toujours cette femme qui l'attend dans le bar, comment oublier cela? Ma tête est tellement vide que je n'arrive plus à réfléchir. Je ressers à nouveau le poing comme pour essayer de me maîtriser, puis je me retourne afin de lui faire face. Mon regard se plante dans le sien, et je m'approche doucement en lui murmurant... « Tu devrais la rejoindre... elle doit s'impatienter de te retrouver ! » Je n'ai aucun remords à faire allusion à cette femme, je dois lui montrer qu'il a blessé mes sentiments en arrivant chez moi accompagné de cette femme. Je résiste par tous les moyens de ne pas faillir à son regard et son toucher... Seulement, je ne veux pas montrer ma faiblesse en détournant le regard, je veux lui montrer que je suis une femme forte! « Tu dois savoir que Patricia s'amuse très bien sans moi. » Je soupire légèrement, « Patricia » murmurai-je après avoir entendu son prénom pour la première fois; mais elle restera la pimbêche sexy pour moi! Je ne peux pas concevoir que cette femme puisse arriver à s'amuser sans Eden. Même s'il est quelqu'un d'assez austère et sans réelle fantaisie, je sais qu'Eden est quelqu'un qui sait s'amuser et profiter des choses que nous offre la vie.
« Cette femme t'attends quand même... Tu devrais me laisser! » Je n'en démords pas, je dois lui faire comprendre qu'il n'est pas seul, et qu'il ne peut pas jongler entre cette femme et moi; je ne peux pas l'accepter. Je ne peux m'échapper de son étreinte, plus maintenant. Il tient mon visage entre ses mains, comme pour me forcer à le regarder dans les yeux. Si c'est ce qu'il souhaite! Je plante mon regard dans le sien, le soutenant. Je ne vais pas détourner les yeux, je suis assez forte pour le regarder sans faillir ! « Bon sang Iv, tu ne comprends donc pas ?! Pourquoi tu me dis tout ça alors que je viens de te dire qu'elle n'avait pas besoin de moi en ce moment même ! » Je le laisse poser son front contre le mien, après tout, ce n'est pas comme si j'avais le choix à l'heure actuelle! Seulement, je garde les yeux grands ouverts alors qu'il vient de les fermer! Elle n'a peut-être pas besoin de lui pour le moment, mais il est venu dans mon bar avec elle, et doit donc repartir avec ! « Pourquoi tu me rends la tâche encore plus difficile qu'elle ne l'est ?! » Je m'empêche de rire ironiquement... Il ose me lancer des reproches après cette soirée? Je ne vais certainement pas laisser passer cela. « Pourquoi? Pour éviter que tu me voles un baiser et prétendre que rien ne s'est passé pour fuir à nouveau?! Non Non, trop peu pour moi! Tu ne m'auras pas comme ça, pas après t'avoir vu avec cette femme ! » Je ne veux pas en démordre, je ne veux pas lui rendre la tâche si facile. J'ai été bien trop stupide par le passé de laisser son caractère prendre le dessus, et de me laisser avoir par ses mots et ses réactions. À son regard, je sens qu'il a du mal à accepter mes paroles, je ne comprends pas pourquoi. J'aimerais qu'il comprenne ce que j'ai pu ressentir à le voir au bras de cette femme. Je ne peux l'accepter... Je sais que nous ne sommes pas en couple, ni dans une relation bien définie, mais c'est Éden! Je ne peux expliquer notre relation, mais personne ne peut me contredire sur cette connexion qu'il y a entre nous. Je ne vais pas lui interdire de voir des femmes, ou des hommes vu que j'ai appris par mégarde son attirance pour les hommes. « ELLE N'EST RIEN POUR MOI !! » me lâcha-t-il brusquement, ce qui me fit légèrement sursauter. Il est rare que je le voie dans cet état-là. Je ne sais pas comment réagir à ces dernières paroles... J'imagine que ces mots voulaient dire qu'il tient à moi et non à cette femme. Que dois-je lui dire?! Je me sens à nouveau faible face à lui et face à ses paroles... Je ne détourne pas le regard, je le soutiens au contraire, seulement, je le pousse légèrement. « Mais merde Eden !! » Je sens mes yeux se remplir d'eau, je ne parviens pas à m'arrêter, et je n'arrive pas à m'échapper de son étreinte. « Laisse-moi! » murmurai-je.
Je ne sais pas ce qui m'arrive... J'ai cette envie de partir loin de là mais je veux aller vers lui et le prendre dans mes bras. Il me lâche et rompt notre contact visuel, tant mieux, je n'allais pas réussi à le tenir plus longtemps sans me mettre à pleurer en pensant à lui. Je lève la main sur mon visage pour chasser une larme qui se met à couler, et je mets une mèche de cheveux derrière mon oreille. Je ne peux plus rester, cela en est presque insoutenable d'être à ses côtés sans pouvoir l'avoir à moi complètement. Je me tourne vers la lui, ne lui faisant plus face et je commence à emboîter le pas. Puis je ferme un instant les yeux, je ne peux pas le laisser comme ça, c'est impossible. Je me retourne à nouveau vers lui, et j'avance d'un pas décidé vers lui. Je pose une main sur sa joue et je relève sa tête vers moi. Sur la pointe des pieds, je me hisse vers lui en le fixant, et je pose un léger baiser sur sa joue. Ce baiser est comme pour lui montrer qu'il est dans mon coeur, que je ne l'oublie pas et surtout que j'ai besoin de lui... seulement pas ce soir, pas après tout ce qu'il vient de se passer ! Je m'échappe vivement avant qu'il n'est le temps de faire quoi que ce soit; puis je me mets à courir en direction de mon appartement sans tourner la tête vers lui.

✖ FIN ✖
Revenir en haut Aller en bas
 
EDORY ► You know you made my eyes burn. [FIN]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JEAN ϟ blue jeans, white shirt, walked into the room you know you made my eyes burn.
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: