PZLS ◭ summertime sadness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:19


pollux-zadig ludwig scherrer w/ cole mohr
the characterthe person
→ habite à londres.
→ âgé(e) de vingt-cinq ans.
→ né(e) le douze juin à londres.
→ est étudiant en économie.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? bicurious.
→ est actuellement marié.
→ pseudo : marie/birds.
→ âge : dix-sept ans.
→ comment avez-vous connu le forum ? par alix (a).
→ code : da vinci.
→ crédits : liloo_59.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? les petits pois sont rouges .


it's my life, it's now or never
Je la regarde. Depuis qu'elle est ici, je n'ai fait que ça. La regarder. Je ne m'en lasse pas. C'est comme si je n'avais rien d'autre à faire. Comme si ça passait avant tout; avant respirer, avant boire, manger. Comme si Dahlia prenait le pas sur tout. Comme si elle devait vitale; ou substitut du reste. Tant qu'elle est là, endormie, je n'ai besoin de rien. Elle est tout. Elle remplace déjà mon univers tout entier. Assis en tailleur, les coudes appuyés sur le rebord du lit, la clope entre les lèvres, je la contemple, lumineuse. A côté d'elle, tout me parait dégueulasse. Ma vie, mes amis, mon appart', moitié miteux, moitié modeste. Je me maudis, je me haïs, de suivre mes principes à la con. Bosse, gagne ton fric et sois en fier. Refuse l'argent facile. Sors toi le cul des ronces tout seul, tu vas voir, tu vas prendre ton pied à être indépendant. Mon cul. J'aimerais lui offrir autre chose. Quelque chose de mieux. J'sais pas ce qu'elle a eu, là-bas, en Australie. Mais tout ce qui lui reste, c'est son accent, son regard perdu, ses cheveux décolorés, son joli sourire de suicidée. Peut-être un vieux chagrin d'amour, douloureux, qui l'empêcherait d'être heureuse. Qui la condamnerait aux coups d'un soir, lui interdisant l'amour, le vrai, le beau, l'unique; l'orgasmique. Je soupire, jette au plafond une volute grise. J'ai pas le droit d'être ici. C'est écrit dans notre contrat de mariage, le non-officiel. Celui qu'on avait rédigé ensemble, partagés entre rire et sérieux. Je lui avais filé ma chambre, décrétant que le canapé me conviendrait. Et quand j'en aurais assez, on déménagera. Je lui avais juré de ne jamais entrer dans cette pièce si elle y était. Par devant, j'avançai un respect de son intimité. Par derrière, une peur de la trouver avec un autre, si tant est qu'elle ai le courage de ramener un amant ici. Je chiale sur ma propre lâcheté, qui m'empêche de lui dire à quel point je brûle. Je suis terrifié à l'idée qu'elle me rejette. Je n'aurai qu'à rédiger mon testament, léguant toutes mes possessions à mon épouse. Puis me jeter dans la Tamise. Une fin à la Roméo & Juliet, dans laquelle j'espérais qu'elle réaliserait -trop tard- son amour pour moi, qu'elle se consumerait de remords et de regrets. Je passe une main dans mes cheveux emmêlés, lâche un soupir désespéré. Que suis-je ? Que fais-je ? Rien qu'un brouillon d'homme, pas tout à fait commencé, pas tout à fait achevé. Ni fait ni à faire. Des idées, jetées sur le papier, au hasard. Et elle, qui est-elle ? Un corps, jeune; mais pas pour l'éternité. Un visage, qui un jour se ridera. Qui se fanera. Une beauté éphémère, insultante, qui se dresse face au monde. Je la regarde, je la contemple. Mes yeux s'arrêtent sur ses cheveux blonds; cascade sauvage, libérée. Combien de fois ai-je eu cette envie, ce besoin, de les toucher, faire courir mes doigts entre eux, comme on passerait la main dans un champ de blé. Combien de fois ai-je eu envie de l'enlacer, la serrer contre moi, semer une foison de baiser sur son corps. Tenir entre mes bras sa maigreur, la protéger contre tout. Peut-être même, l'enfermer dans une tour dont seul j'aurai l'accès. La garder éloignée du reste du monde, la garder pour moi et moi seul. Désir égoïste. Je ne vaux rien, je suis trop impur pour elle. Lumineuse. Radieuse. Lavée des saloperies de l'humanité. Femme dans toute sa splendeur, sa superbe, elle est la perfection incarnée, ou du moins elle s'en approche. Je suis sale, en comparaison d'elle. Comment ai-je pu croire à un petit fond d'amour de sa part, cette nuit-là ? Comment ai-je pu oser la toucher, l'aimer ? Je ne mérite pas les alliances à nos doigts, je ne mérite pas les efforts qu'elle a fait pour le mariage, les efforts qu'elle fait maintenant, pour me faciliter la vie. Je ne mérite même pas d'avoir une telle fille sous mon toit. Elle mérite tellement mieux qu'un type un peu paumé, qui milite avec les écolo', mais qui étudie les rouages du monde économique. Tentative dérisoire de se transformer en kamikaze écologiste, comme un épi de blé géant qui se ferait exploser dans Wall Street. Je ne vaux rien, face à elle. Nouveau soupir. Et je me prends les premiers rayons du Soleil dans la gueule. Alors, j'ai vraiment passé la nuit à la regarder dormir... Un léger sourire aux lèvres, je me relève, grimaçant lorsque mon genou craque. Et mon regard accroche le petit diamant qui orne l'alliance de Dahlia. A nouveau, je me penche, effleure du doigt sa masse de cheveux blonds, dans une caresse à peine suggérée, évanescente. Souriant d'un air que je sais bête, idiot, accentuant encore mon allure de débile, de gamin attardé, je sors à reculons de la chambre qui fut la mienne. Doucement, je referme la porte derrière moi, embrassant du regard mon épouse. Je retourne finir ma nuit sur mon canapé.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Je vais certainement lui expliquer par A+B à quel point les films à gros budgets -en l'occurence ceux qu'il produit certainement- ne sont rien d'autres qu'une machine à fric monumentale, fric qui pourrait être utilisé autrement, genre pour des associations humanitaires, au lieu de servir à payer les chirurgiens qui gonfleront à bloc la poitrine des stars de cinéma.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je me joins à elle. Pas que j'apprécie particulièrement Céline Dion, bien au contraire, mais j'estime qu'on a toujours besoin de quelqu'un avec qui partager quelque chose, que ce soit une chanson pourrie, un cornet de glace à la vanille -en plus j'adore la vanille, ça tombe bien- ou des larmes.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Je la repousse gentiment, je suis complètement anti-violence. C'est vrai, à quoi ça sert de jouer des poings quand on peut s'assoir calmement et discuter ? Bref. Je la repousse et lui explique qu'elle ne m'aime pas vraiment, que c'est juste une illusion créée par l'alcool, rien de sérieux. Mais toujours calmement, hein.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Sans doute une sortie au théâtre de Londres, mais sans grande conviction. En fait, ça dépendra du programme. Mais le meilleur, ça reste quand même chez moi, sous la couette, à dormir. Pas très original ni très excitant, je vous l'accorde.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Que je n'ai aucun secret, que je pars du principe que même si chacun doit savoir garder un petit coin où ranger ses secrets, on ne doit rien garder au fond de soi. Même écrire sur un bout de papier son plus gros secret et le brûler ensuite, c'est se décharger du fardeau que ce secret représentait.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Si ça pouvait anéantir ma famille, ça m'arrangerait. Si on pouvait redistribuer tout le fric qui constitue l'incroyable fortune de ma mère, je serais sûrement le plus enthousiasmé. Quant à la bague de fiançailles Cartier d'un ami... Mes amis n'ont pas de bague Cartier, ça serait plutôt une bague tressée avec des roseaux, ou quelque chose du genre. Rien de grande valeur. En gros, les menaces du père Patrick n'auront pas raison de moi.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Je sais que j'ai déjà la fille de mes rêves, même si j'ai toujours peur qu'elle m'échappe, me glisse entre les mains. Surtout qu'elle ignore à quel point je l'aime, à quel point je la désire et veut la garder pour moi seul. En fait, je n'ai eu besoin d'aucune stratégie lorsque j'ai 'volée' Dahlia à mon frère.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Pour mon avenir, non, je ne compte pas, qu'est-ce qu'une personne, au milieu de sept milliards d'autre ?

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Vérité, toujours.

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Ahah, elle est bien bonne celle-là ! Ton papa, il fait quoi dans la vie ? Médecin ? Avocat ? Sûrement un de ses métiers où tu gagnes ton fric pour toi, juste pour toi, parce que t'es égoïste. Et ça, être égoïste, c'est aussi à l'université qu'on l'apprends, quand on est étudiant fauché, qu'on se bat presque entre occupants des cités u' pour pouvoir bouffer trois pâtes à la fin du mois. Ouais, sûr qu'à l'université, on apprends à pas partager, à devenir avare, à rien donner si on a rien en échange. Au mieux, ma chérie, tu peux devenir reine des égoïstes, à Oxford ou à Camdridge, c'est partout pareil. Mais ça serait dommage.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » Le quoi ? Franchement, si tu accordes de l'importance à ça, alors t'es déjà perdue pour l'humanité, ma pauvre. Mais en gros, c'est un groupe de... De dingues qui te suivent à la trace, cherchent à savoir tout sur toi, même les pires choses. C'est pas le plus important à la fac, en fait. Mais ils peuvent te pourrir tes années !

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Eux ? J'dirais presque que c'est pire, mais je sais pas grand chose sur eux. Je sais qu'ils ont crever les pneus d'un pote, une fois, juste parce que sa caisse était pourrie, ou quelque chose du genre. Si tu vas à Oxford, fais attention à toi...

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Aucune idée. Ça m'est jamais venu à l'esprit. J'imagine que c'est possible, mais franchement, une fac en vaut une autre, c'est juste l'en-tête sur le bulletin de notes à la fin du semestre qui change.

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par P.-Zadig L. Scherrer le Ven 14 Sep - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:23

Bienvenue parmi nous & bon courage pour le reste de ta fiche
Si tu as des questions, le staff est là pour y répondre heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:23

aller, tu vas y arriver cette fois Arrow

bienvenue ma chérie, bonne chance
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:25

JANUARY merci beaucoup
THIBALD jamais deux sans trois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:31

Bienvenuuuue sur ttr ! Bon couraaage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:35

Beinvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 13:45

Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 21:55

merci à toutes les trois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 22:06

Bienvenuuuue ! VIVE LONDOOOOOON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Ven 14 Sep - 22:08

Anne-Marie (mon vrai prénom c'est marie-anne, j'me sens trop liée à cette fille ) Et ta signature, Noir Déz' et carrément, vive londres
Merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 11:55

Le pseudo
Bienvenue sur ttr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 11:57

ton avatar
merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:11

Oh Marie, si tu savais
T'as repris le Zadig, c'est trop cool ! Ici Aspho, bienvenue , et euh... j'ai le droit de te demander un lien dis, dis ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:13

PUTAIN ASPHO
C'était évident que j'allais reprendre Zadig Et bien sûr qu'on aura un lien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:18

Bah et tous les autres, poubelle ? Bien contente de te revoir là mine de rien
Kwel, je reviendrai te harceler en temps voulu niark niark !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:20

c'juste que sans la liste des dc sous les yeux, j'me perds Arrow
viens donc me harceler !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:37

Bienvenue parmi nous
Très jolie fiche que je valide donc immédiatement
Juste une précision, le transfert d'un étudiant entre Camb & Ox est impossible Mais VIVE LONDRES
Et je vais te présenter Lucas parce qu'il te ressemble et qu'il a besoin d'amis
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:39

J'trouvais pas l'info à propos du transfert d'étudiant, du coup j'ai brodé -->
Merci beaucoup en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   Sam 15 Sep - 12:41

T'en fais pas, c'est pas dramatique, on le reprécise volontiers ça évite surtout les grosses erreurs d'histoire et les exagérations pas trop fidèles mais en l’occurrence, ça n'a pas franchement d'importance !
Have fun
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: PZLS ◭ summertime sadness   

Revenir en haut Aller en bas
 
PZLS ◭ summertime sadness
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» summertime sadness, le 01/JUILLET à 05h20
» lydia w. stark + summertime sadness.
» Oliver - Summertime Sadness
» I got that summertime sadness ☼ TERMINEE
» you can get addicted to a certain kind of sadness, like resignation to the end, 07.04 - 02:30.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: