EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 15:43


Eryn Jules Hemsworth w/ lily collins.
the characterthe person
→ habite à cambridge.
→ âgée de vingt-et-un ans.
→ née le premier septembre mille neuf cent quatre-vingt-onze à londres.
→ est étudiante en informatique.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? bicurious - bisexuelle.
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : wild hunger - jilly.
→ âge : dix-huit ans (OUI OUI JE LES AI)
→ comment avez-vous connu le forum ? bouche à oreille principalement.
→ code : okay par Lux
→ crédits : tumblr for the win.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? je vais vérifier et je vous le dis.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Euhm. Je ne pense pas que cette situation soit réellement possible avec quelqu'un comme moi. Me repérer, dans la rue ? Tout ce que je sais faire, c'est être un danger public et faire peur au pigeons. Quel talent. Dans tous les cas, je crois que je lui ferais un immense sourire avant de lui demander s'il ne pourrait pas plutôt me trouver un rôle dans une série. Genre devenir la nouvelle Amy Pond. Quelque chose comme ça.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Si cela m'arrive un jour, je crois que je passerais à côté de ladite fille en lui tapotant l'épaule et en lui chuchotant quelque chose comme « Eh, tu sais, rentre chez toi et regarde les Feux de l'Amour. Tu verras que ta situation est peut-être pas si horrible que ça. » Prendre la fuite fait également parti de mon plan, parce que je n'ai pas spécialement envie de me prendre de la glace à la vanille dessus, si vous voyez ce que je veux dire.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Ce n'est tout simplement pas possible. Ce n'est absolument pas le genre de Janet. Disons que si cela arrivait, je lui rirais au nez en lui disant qu'elle a certainement un peu trop forcer sur la vodka. Dans tous les cas, je ne la prendrais pas au sérieux. Peut-être je lui donnerais une douche froide pour la réveiller... Hum. A méditer.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? La dernière proposition, sans hésiter. Enfin, surtout si on remplace les jeux vidéos par des tonnes et des tonnes de DVD. Au lycée, je sortais énormément, mais j'ai fini par me dire que les pizzas étaient quand même nettement meilleures quand elles étaient commandées chez soi plutôt que décongelés ailleurs. A bon entendeur.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je lui avouerais que c'est moi qui me suit introduit dans le système de l'école pendant l'année de terminale pour changer la sonnerie de fin de classe par la chanson Tik Tok de Ke$ha. Eeh oui. C'était moi. Pari stupide. Mais au moins, c'était fun.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Qu'il balance la vérité, de toute manière, cela fait trois ans que je ne suis plus au lycée. Je suis presque sûre que tous les professeurs ont oublié cet incident. Et puis, je n'étais pas la première, ni même la dernière...

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Je me dis que True Love Waits. J'attends. Je me change les idées en m'avalant plein, plein, plein d'épisodes de Heroes en me disant que de toute manière l'amour 1) ça craint 2) c'est pour les mortels 3) je vaux mieux que cela. En théorie, ça marche. En pratique, je peux finir comme la fille avec le cornet de glace à la vanille en train de chanter comme une perdue...

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Sincèrement, je ne sais pas. Je ne suis pas du genre à planifier ma vie, à me dire que telle chose m'arrivera à tel moment. Je prends les évènements tels qu'ils me viennent. Disons que mon seul projet est de m'en sortir. C'est déjà pas mal.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) DARE ! C'est beaucoup mieux. Et beaucoup plus drôle.

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Il vaut mieux être reine de Cambridge, vraiment. Oxford c'est pour les fausses princesses. A Cambridge, l'enseignement est meilleur, l'ambiance aussi. Et puis, il n'y a que la crème des crèmes là-bas. Si tu veux être la Reine, il faut y aller sweetie !

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Club Cambridge ? » C'est l'élite de Cambridge, si tu veux savoir. Je n'en fais pas partie, mais ils sont un peu à la tête de l'université. C'est un peu eux qui décident de ce que tu vas devenir, quoi, si tu mérites d'avoir une bonne réputation ou si tu dois être lynché... Bon, certes, ils ne choisissent pas non plus ce que tu vas déjeuner par exemple, mais c'est tout comme.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Non, ce n'est pas du tout la même chose, ma chérie. Ils ne sont pas à la recherche de l'excellence ou quoi, ils sont juste là pour te... Pourrir la vie. Mais eux, ils sont à Oxford. C'est pour ça qu'il faut aller à Cambridge.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Euuhm. Ce n'est même pas envisageable, honey. Quand tu es une Cambridge, tu restes une Cambridge. Et puis, on ne peut tout simplement pas quitter cette université là. C'est la meilleure ! Tu t'y plairas tellement que tu voudras même pas t'en aller une fois que tu auras terminé ton cursus, tu t'accrocheras aux sièges comme si ta vie en dépendait. Crois moi !

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par Eryn J. Hemsworth le Ven 14 Sep - 19:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 15:43

it's my life, it's now or never

ERYN JULES HEMSWORTH
LIFE IS A BITCH AND THEN YOU DIE.
WELL, I CAN DEAL WITH IT.

Vous savez, il y a trois choses qu’il faut savoir à propos de moi, le reste est presque inutile ou simplement anecdotique.
La première est que mes parents m’ont adopté à l’âge de dix-huit mois, et que, contrairement à la plupart des adolescents dans le même cas que moi dans les séries télévisées, je ne veux pas savoir qui sont mes parents biologiques. Ca m’importe peu. A vrai dire, je n’ai aucune envie de découvrir si ma mère m’a eu à l’âge de seize ans et qu’elle a été incapable de m’assumer avec mon père, ou bien s’ils ont tous deux été tués dans un accident quelconque. Peut-être suis-je la fille illégitime d’un homme politique influent ? Ou bien, mes parents ont été contraints de m’abandonner dans l’unique but de me protéger parce qu’ils baignaient dans des affaires mafieuses. Les possibilités sont infinies. Moi ? J’en n’ai strictement rien à faire.
La seconde est qu’on m’a toujours trouvé marginale, pas comme les autres. Vous savez, il y a toujours cette fille ou ce gars un peu étrange, vivant dans son monde, imprévisible et qui est soit très chiant, soit adorable. Eh bien, je suis comme ça. Visiblement, les personnes de mon entourage ne pensent pas que je puisse vivre sur la même planète qu’eux. Ce qui en soi n’est pas scientifiquement possible. Mais passons.
La dernière est que j’adore les cerises. Oui, c’est très important. C’est même carrément vital.
Autrement, l’histoire de ma vie n’est pas si intéressante. Rien de spécial. Hormis si savoir agiter des pompoms, suivre plus de dix-huit séries différentes en même temps et réussir à craquer un ordinateur fait de moi quelqu’un d’exceptionnel. Ce dont je doute fort.

Sinon, après, on peut entrer dans le vif du sujet un peu plus sérieusement.

***
« Mademoiselle Hemsworth ? »
« Je suis vraiment obligée de voir un psy ? » lançai-je aux murs, sans réellement porter mon attention sur la personne qui se trouvait en face de moi.
Je n’en revenais pas que mes parents m’aient amené ici pour que je puisse parler de ma vie à une personne qui m’était inconnue. Je fronçai le nez quand j’entendis le psychologue soupirer, puis je rencontrai enfin son regard.
C’était un vieux, en plus. Pédophile. Je préférais encore parler de mes petites histoires à mon coach plutôt que devoir me confier à lui.
« Un suivi psychologique est fortement conseillé pour les adolescents qui ont été adoptés. » dit-il d’une voix tout à fait professionnelle.
Je ne répondis rien, me contentant de jouer avec les bords de ma jupe d’uniforme.
« Vous savez, mademoiselle Hemsworth, plus vite vous me parlerez de vous et plus vite nous aurons terminé. »
Je pesai le pour et le contre dans ma tête. Que voulait-il que je lui dise ? Je me sentais parfaitement bien dans ma peau, dans ma vie, dans ma famille. Les psychologues étaient là pour ceux qui allaient mal, pas pour les personnes comme moi qui visiblement ne rencontraient aucun malheur, hormis des caprices non satisfaits de temps à autre. Je ne voyais pas réellement ce qu’il attendait de moi. Je n’étais ni dépressive, ni suicidaire, encore moins enfant battue. Encore heureux.
Je me creusai la tête, organisant mes idées peu à peu.
« J’ai été adoptée à un an et demi. J’ai eu une enfance normale dans les beaux quartiers de la banlieue de Londres. Ma mère était au foyer, mon père s’occupait de ses affaires. J’ai passé mon temps à me faire chouchouter par toutes les autres amies femmes au foyer de ma mère, participé à diverses activités, diverses soirées caritatives. C’est tout. Je n’ai rien d’autre à vous dire. »
Je l’observai noter deux-trois phrases sur une feuille, puis reporter son attention sur moi. Il n’était pas entièrement satisfait. Je roulai des yeux puis poussai un soupir agacé, avant de me redresser dans le fauteuil.
Peut-être étaient-ce mes professeurs qui avaient demandé à mes parents de m'envoyer ici. Peut-être croyaient-ils que je n'étais pas tout à fait saine d'esprit. Après tout, j'étais plutôt une fille étrange dans mon genre. Imprévisible. Exubérante. Extravertie. Dans son monde. Légèrement à côté de la plaque et sans grand sens des responsabilités.
« Ils me l’ont dit tout de suite, qu’ils n’étaient pas mes parents biologiques. Mais ils sont mes vrais parents. C’est ceux qui ont toujours été là pour moi, donc je ne vois pas pourquoi ceux qui m’ont donné la vie pourraient être considérés comme véritables parents. » lançai-je.
Je marquai une pause, fronçai les sourcils, faisant une petite grimace en me parlant à moi-même :
« Ce que je viens de dire n’a strictement aucun sens. »
« Je vous ai compris. »
Tant mieux.
Je n’ajoutai rien. Je ne pouvais rien lui dire de plus. Lui raconter mes souvenirs d’enfance ? Je n’en avais presque pas. Du haut de mes treize ans, j’avais fait l’impasse sur toute mon enfance, comme la plupart des personnes de mon âge. Je savais juste que j’avais été chouchoutée. Que j’avais été aimée. Et pour moi, c’était amplement suffisant.

***
« Eryn, tu nous écoutes ? »
« Huuummmm ? »
Je sortis lentement de ma rêverie, puis posai mes yeux sur Lana. Je mis quelques instants à 1) me souvenir qui j’étais 2) ce que je faisais là et 3) pourquoi Lana semblait être si agacée, puis jetai un regard autour de moi. L’équipe de Cheerleader semblait attendre une réaction de ma part. Je levai un doigt, presque triomphale.
« Je vote pour la soirée mousse ! »
Certaines filles autour de moi pouffèrent. J’eus envie de leur planter mon stylo bille dans la gorge, mais je me retins.
Fort heureusement, d’ailleurs. Je n’étais pas pleinement convaincue que mon père apprécie d’être convoqué dans le bureau du principal pour un tel accident.
« On ne parle plus du thème de la prochaine soirée, Eryn. On discutait des futurs uniformes des cheerleaders. Tu préfères mon idée ou celle de Karen ? »
Je restai figée pendant un instant, une moue sur le visage, mes yeux fixant ceux de Lana. Bien entendu. La capitaine était suffisamment furieuse après moi pour essayer de me coincer par tous les moyens. C’était d’un classique… Surtout que Lana, au fond, n’avait jamais réussi à me supporter. Si j’étais entrée et encore dans l’équipe, c’était uniquement parce que j’avais été mieux que les autres qui s’étaient présentées. Point. Et puis, j’aimais bien embêter mon monde à rester là.
Mais ça, il n’y avait que moi pour le savoir. Mes amis appartenaient au club privé des populaires. J’avais deux vies distinctes ; celle ici et celle chez moi. Je m’emmerdais comme pas deux à être parmi les têtes du lycée, et je m’éclatais à démonter des ordinateurs chez moi. Et oui.
« L’idée de Karen. Définitivement. » lâchai-je, faisant mine d’avoir énormément réfléchi à la question.
Je ne savais même pas ce que Karen avait proposé. Celle-ci frappa dans ses mains avec un grand sourire, puis murmura un remerciement à mon intention.
« Très bien. » chuchota Lana d’une voix sèche.
Eryn 1 – 0 Lana. Bizarrement, la journée n’allait peut-être pas être si terrible que cela.

***

« Bon, sérieusement Hemsworth, je peux faire cet exposé tout seul et écrire ton nom sur la feuille ça me dérange pas. T’auras même pas à m’adresser la parole en public ou te montrer avec moi à la bibliothèque. »
Je fronçai les sourcils, tout en fourrant mes livres de mathématiques dans mon sac. Qu’est ce qu’il était en train de me raconter ? Ne pas s’afficher avec moi dans l’unique but de sauver ma réputation ? En quoi cela m’avancerait-il ? Que je sache, il était actuellement en train de me parler devant cinquante autres élèves trainant dans le couloir pour récupérer leurs affaires de cours et s’en aller. Il disait peut-être avoir des intentions chevaleresques pour la fille populaire que j'étais, mais elles étaient sapées par ce qu’il était en train de faire.
En soi, je m’en foutais bien qu’il me parle devant tout le monde. Il s’agissait seulement d’un exposé de chimie. Il n'y avait pas de quoi en faire un drame.
« J’ai une tête à accepter ce genre de marché ? » demandai-je en articulant chaque mot.
Il poussa un petit soupir, avant de s’appuyer contre les casiers situés à la droite du mien.
« T’es une cheerleader. »
Quel argument de choc. J'en étais presque toute retournée.Je levai les yeux au ciel avant de m'emparer de mon cahier d'anglais dans un bien triste état.
« Observateur, en plus. Et sinon ? »
« T’es censé éviter les marginaux comme moi, tu vois, leur rendre la vie impossible, les écraser avec tes adorables petits souliers comme si nous n'étions que de vulgaires insectes. Ton but est plus de m’envoyer des boulettes de papier en cours plutôt que d’imposer à ta petite personne un exposé à faire avec moi. Tu vois le tableau ? »
Je levai les yeux au ciel une nouvelle fois avant de fermer la porte de mon casier et tourner les talons. Mon coéquipier me suivit à la trace, attendant certainement une réponse de ma part, alors que je remontai le couloir avec de grandes enjambées. J’avais senti que cet exposé n’allait pas être simple. Mais je ne m’étais jamais attendue à ce que je rencontre ce genre de problème.
« J’adore l’image que t’as de moi. » commentai-je d'une voix joyeuse et pleine d'entrain.
Je finis par me retrouver dehors. Le soleil donna une couleur rougeoyante à mon uniforme de pompom girl, et je me dirigeai d’un pas décidé vers l’arrêt de bus.
« Je compte sauver ma moyenne de sciences, aussi. »
« Tu penses que je suis une incapable ? »
Il poussa de nouveau un soupir.
« T’es une cheerleader. » répondit-il.
Il tourna alors les talons, me laissant là toute seule. La première chose qui me vint à l’esprit était qu’il n’avait strictement rien compris à propos de moi. Et qu'il était également très loin de savoir qui j'étais.

***
« REVIENS ICI ABRUTIIIIIII ! »
J’étais en train de m’exploser la voix à crier après lui, cependant, je n’en avais strictement rien à faire.
« Allez s’te plait, rends-moi mes DVD de la saison trois de Doctor Who, tu vas les abimer… »
Cet imbécile revint vers moi, le coffret entre deux doigts, me le secouant sous le nez. Je tentai de l’attraper, en vain, et celui-ci repartit de plus belle en ricanant comme pas possible. Je levai les yeux au ciel, posai mes mains sur les hanches et attendis qu’il revienne avec mes précieux DVD.
Dans moins d’une minute, j’allais lui sauter à la gorge pour le vider de son sang.
« Allez, Hemsworth, fais pas la gueule… »
« T’es horrible de kidnapper comme ça des pauvres DVD qui n’ont rien demandé. » lâchai-je d’une voix plaintive.
« Je les sauve juste de tes griffes. »
Je levai les yeux au ciel.
« N’importe quoi ! »
Celui-ci finit par revenir vers moi. Lentement, il me glissa le coffret DVD entre les mains, puis fit trois pas en arrière pour observer, toujours furibonde. Son sourire lui mangeait la moitié du visage. Je ne tins pas plus de trente secondes avant de sourire à mon tour.
Finalement, notre exposé avait fini par nous rapprocher. Uniquement en dehors du lycée, cependant. Il refusait toujours de trainer avec moi lorsque j’avais mon uniforme de cheerleader sur le dos. Selon lui, en cours, j’avais l’air d’une bécasse retardée qui avait des bonnes notes uniquement par chance, tandis qu’en dehors, j’étais la plus belle rencontre qu’il n’avait jamais faite. En même temps, en geek qu’il était, il m’avait bien trouvé ; complètement accro aux films et séries en tout genre, adorant l’informatique, légèrement décalée avec la réalité.
Il avait raison, à propos de moi. Je le savais.
« Dis, Eryn, si je te demandais de partir avec moi faire le tour du monde, tu viendrais ? »
Je tournai la tête vers lui dans un mouvement d’automate, et lui donnai un coup dans le bras.
« Je te rappelle qu’on a encore une année de lycée à faire. »
Il poussa un petit soupir.
« Je parlais d’après ça. Tu te vois aller tout de suite à l’université, toi ? On a encore tellement de choses à faire. Voir le monde, tout ça. Un road trip à deux, ça te dit rien ? »
« T’es tombé sur la tête récemment ? »
Il n’ajouta rien. Je ne prenais cela qu’à la légère. Tout le monde avait eu un jour ou l’autre envie de s’enfuir, aller ailleurs. Personnellement, j’aspirais à une vie normale. Juste normale.

***
« J’en reviens pas, ce petit était vraiment adorable… »
« Qu’est ce que la police a prévu de faire ? »
« Oh, ils vont mener une enquête bien entendu, mais ça risque de prendre des mois et il sera peut-être trop tard… »
« … Maman ? »
« Ma pauvre petite Eryn, ça doit être dur pour toi… »
« Papa ! »
« C’était un garçon vraiment charmant… »
« Ses pauvres parents aussi… »
« Mais écoutez-moi ! »
« Qu’est ce qu’il y a ma chérie ? »
Je déglutis.
« Il n’a pas été enlevé, ni rien. Il est juste parti. »
C’était la vérité. Nous étions le lendemain de la remise des diplômes. Au départ, je ne l’avais pas cru pour son histoire de tour du monde. J’aurais dû. Maintenant, il m’avait abandonné. J’avais perdu comme un frère.
Et autant dire que je n’avais absolument pas envie d’en parler avec mes parents. La seule personne à qui j’avais envie de me confier était ma cousine, Janet.
Je me sentais seule. Incroyablement seule. Il était parti. J’avais fini le lycée. Je n’avais même plus l’uniforme de cheerleader pour me cacher derrière. Tout était parti d’un coup. La seule chose qui me réconfortait était que Cambridge avait accepté mon dossier, en informatique. Après tout, j’avais réussi à faire mes preuves.

***
Globalement, c’est l’histoire de ma vie. Rien d’important. Je suis une personne marginale coincée dans une vie normale, une fille hors norme qui aimerait bien être comme les autres parfois. J’ai eu une enfance heureuse grâce à mes parents adoptifs. Mon adolescence a été rythmée par le collège et le lycée, le cheerleading, cet abruti de Peter que j’adorais malgré tout. J’étais tout le monde et personne à la fois, je réussissais à avoir dix personnalités à la fois sans jamais faillir une seule fois à un rôle. J’ai très vite adoré les ordinateurs, l’informatique, tout ce qui touchait à ce domaine. Ma vie a très vite été rythmée par des séries en tout genre, des films, des références. Mon esprit tombe dans les extrêmes régulièrement, je suis une caricature à moi toute seule.
Cependant, je le vis bien. Je me sens bien.
Maintenant, je suis à Cambridge, en troisième année d’informatique. Ca marche plutôt bien. Je m’attire certes quelques ennuis à force de craquer un peu tout et n’importe quoi, mais je m’en tire toujours. Je voix ma famille régulièrement, mes parents tous les week end , ma cousine beaucoup plus régulièrement. Je participe à divers clubs à l’université, j’ai mon cercle d’amis. Je n’ai pas refait la même erreur en m’insérant dans le groupe des populaires, non. Je suis juste comme je suis. Et autant dire que c’est amplement suffisant.
Quand je vous disais que je n’avais pas une vie si intéressante que cela. Enfin, si une vie normale peut être qualifiée d’inintéressante, bien entendu.


Dernière édition par Eryn J. Hemsworth le Ven 14 Sep - 19:30, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 15:48

REBIENVENUUUUE
Elle est trop mignonne
Une petite question tu as une idée de personnage déja ou pas encore ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 15:59

Merci beaucoup. oui, holland est super cute.
Oui j'ai déjà une idée de personnage pourquoi ? heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 16:02

Parce qu'on recherche un certain type de perso à Camb avec le nouveau contexte, donc je voulais savoir si tu étais intéréssée ou si t'avais tout dans ta tête
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 18:36

Aaah okay. Baah, on peut toujours en parler par mp, peut-être que ce que j'ai en tête colle avec ce dont vous avez besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 18:54

Reeeeee heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 18:56

Nan mais c'est rien d'important, c'est juste que comme on a beaucoup de rebelles anti-jcc sur le fo et que normalement le jcc est censé avoir vraiment beaucoup d'influence sur le campus, on aimerait plus des gens qui les aiment. Après c'est sur que ca donne des persos plus bitchy donc c'est à voir avec ce que tu veux jour
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 19:25

Biancaaaa. heart

Okay, je vois. Personnellement j'avais plus en tête de faire une fille qui avait été cheerleader au lycée, mais très loin des stéréotypes qu'il peut y avoir. Une fille qui aurait plus été étrange et fofolle que bitch en puissance. Je ne la vois pas détester le JCC, mais en même temps, je ne pense pas qu'elle aurait pu faire partie des leurs. '-'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 19:38

Oui c'est parfait mais sans faire partie des leurs, juste on voulait des gens qui les apprécient un peu sur le campus c'est tout
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 20:52

reeeeeeeee Je suis conteeeente que tu restes sur ttr ! Bon couraaage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 21:20

Nyaaaaah Holland (L) (L)
Bienvenue parmi nous

Tristan W. Faure a écrit:
Oui c'est parfait mais sans faire partie des leurs, juste on voulait des gens qui les apprécient un peu sur le campus c'est tout
T'inquiète Ivy aime bien le JCC !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 22:45

OMG HOLLAND
Faut que je te mpotte pour un lien avec Janet parce qu'Holland et Crystal
bref reeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Dim 9 Sep - 23:56

Tristan ; Bon, bah parfait alors.

Bonnie ; Aooon t'es cute merciiiii. heart heart Je demanderais un lien à un de tes comptes quand je serais validée. T'as pas le choix.

Ivory ; Merci beaucoup.

Camille ; Donc pour le lien Janet/Eryn, on voit déjà par mp. Merciiiiii.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Lun 10 Sep - 0:27

C'est donc un reeeee ! Bon courage pour ce qu'il te reste à écrire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Mar 11 Sep - 23:33

Merci beaucoup sweetie.

Et voilà, fiche terminée ! J'ai jamais rien écris d'aussi nul, j'ai honte. Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Mer 12 Sep - 11:38

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Ven 14 Sep - 20:29

Je valide, rebienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   Ven 14 Sep - 21:05

Thanks Luke.

Et merci beaucoup Blair.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.   

Revenir en haut Aller en bas
 
EJH ∞ This is the worst idea ever. Let's do it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» « but these stories don't mean anything when you've got no one to tell them to. » ♔ NOLAN ♡.
» ZEGER → The worst betrayal is from your faith in humans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: