Beauty & the Beast w/ Dante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Beauty & the Beast w/ Dante   Sam 8 Sep - 0:02

J’enfile une robe noire comme prévu. Peu de clients demandent une tenue spécifique mais quand c’est le cas, je m’applique à venir avec celle qu’ils ont demandée. J’applique une dernière couche de mascara et souris à mon reflet. J’essaie de donner du courage pour la soirée. Ca ne fait pas longtemps que j’ai repris les affaires et je tremble toujours autant en arrivant sur le lieu du rdv. Mais maintenant, je suis parée contre ce genre d’attaque. Je vérifie dans ma pochette si ma bombe lacrymo et mon couteau suisse sont là. Je rajoute mon téléphone, mes clés et mon portefeuille. Je tente de me rassurer comme je peux. Ca m’étonnerait que Lucas apprécie un autre appel de détresse, sans poser de questions. Ou même un simple appel de détresse. J’attrape un trench et claque la porte en sortant de l’appartement. Je resserre les pans de mon manteau et je hèle un taxi. Celui-ci me dépose devant un immeuble que je ne connais pas. Je fronce les sourcils en descendant de la voiture et vérifie bien l’adresse qu’on m’a donnée. Je relève les yeux, légèrement paniquée. Je ne connais pas l’endroit et je m’attendais à un restaurant ou un hôtel mais pas un immeuble commun, qui peut abriter tout et n’importe quoi. Surtout que je ne fais jamais de visite à domicile. Je frissonne et pénètre dans le bâtiment. Je monte les escaliers doucement, prête à dégainer mes armes, si quelqu'un m'attaque. Je trouve finalement une porte, qui semble être la bonne. J'arrange mes cheveux et je sonne, un sourire timide aux lèvres. La porte s’ouvre et j’ai la surprise de découvrir Dante Black, torse-nu. Je fais un pas en arrière, hésitant sur la marche à suivre. Dois-je entrer ou plutôt fuir ? Son sourire gêné fait pencher la balance pour la première idée. Puis s’il tente quoi que ce soit, je suis armée et il sait comment je fonctionne. "Désolé pour la tenue. Entre je t'en prie. Sherlock !" Il m’abandonne et je fais quelques pas dans cet espèce d’appartement. Je referme la porte derrière moi et je l’observe récupérer son tee-shirt, auprès d’un chaton trop mignon. Je m’empêche d’aller le ramasser de le caresser. Dante se retourne vers moi et sans un mot, il me fait signe de le suivre. J’acquiesce et me concentre sur l’homme qui se trouve devant moi. Je dois avouer que je ne sais pas ce qui m’attend ce soir et je ne suis pas très rassurée. On arrive dans son bureau et le chaton se frotte contre moi. Je me baisse pour le caresser, un sourire aux lèvres. "Ravi que tu ai pu venir. Tu es absolument parfaite." Je relève la tête et vais m’asseoir en face de lui. « Merci. En arrivant, j’ai cru que je m’étais trompée d’adresse. Je ne suis pas habituée à venir à domicile. Je préfère les endroits publics. » Le chaton s’installe sur mes genoux et machinalement, je me mets à le caresser, sans quitter des yeux Dante. "On ne peut pas faire tout ce qu'on veut dans des endroits publics. Et puis Sherlock avait volé mon teeshirt, je ne pouvais pas sortir comme ça." J’acquiesce doucement. Sherlock miaule et je souris encore une fois, le regard sur son petit museau attendrissant. Je ne sais pas trop ce que je fais là et ça me fait un peu peur. "Pourquoi est-ce que tu fais ça Georgia ?" Je relève la tête, tandis qu’il s’approche de moi. "Jouer les belles de nuit alors que de toute évidence tu n'es pas faîte pour ça ?" Ma main s’arrête en l’air. Je fronce les sourcils. Il attrape mon poignet et ma bouche s’ouvre dans un cri de surprise. Il s’empare de mon sac, regarde le contenu et le jette dans un coin de la pièce, hilare. "Tu pense vraiment que tu peux te défendre avec ça ?" « Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’en servir. » Je me penche vers lui, le cœur battant trop vite, effrayée par la situation qui vient de changer en un instant. « Je vous préviens, si vous me faites quoi que ce soit, je porte plainte. » Mes paroles n’auront aucun effet sur lui, je le sais, mais je ne me laisserai pas avoir comme la dernière fois.

En effet, il éclate de rire. Je fronce les sourcils encore une fois. Qu’ai-je dit d’aussi drôle ? « Chérie, mon frère est flic et ce serait ma parole contre la tienne. D’autant plus que si je voulais faire disparaître ton corps une fois mon forfait accompli, ça ne devrait pas me poser trop de problème. » Mes yeux s’écarquillent sous la surprise et je ne sais pas trop quoi penser de ses paroles. Je n’aime pas ce qu’il raconte. Il commence à me faire peur. Cependant, il me lâche et retourne s’asseoir derrière son bureau. Je soupire, croise mes jambes et me redresse. « Est-ce que tu comprends qu’un jour tu tomberas sur un type comme moi mais qui n’essayera pas seulement de te faire peur ? Tu n’es pas faîte pour ce boulot Georgia, tu ressemble à un petit oiseau tombé du nid. Je veux que tu arrêtes de jouer les escorts-girls. » J’éclate de rire, presque soulagée de voir qu’il se soucie de moi finalement. « Parce que vous croyez que ça m’amuse ? Que je rêve depuis longtemps de faire ce métier ? Bien sur que je ne suis pas faite pour ce boulot, bien sur que je veux arrêter mais comment vais-je faire pour payer mon loyer ? Mes études ? Et ne me dites pas que travailler à Starbucks est la solution pour mes problèmes d’argent. » Le chaton quitte mes genoux pour retrouver son maitre. La scène qui se joue devant moi est inédite, presque incroyable. « Bosse pour moi Georgia. » Je sursaute légèrement. Ai-je bien entendu ? Je relève les yeux. « B-bosser pour vous ? Pour faire quoi ? » C’est vrai, qu’est-ce qu’un détective privé voudrait faire avec moi ? Je ne suis qu’une pauvre étudiante en sciences politiques et une escort-girl. Je ne vois pas en quoi ça pourrait lui servir. Je réfléchis une seconde avant de commencer à m’énerver. « Non. Je ne servirai pas d’espion pour vous, vos clients ou qui que ce soit. Je ne suis pas Mata Hari ! » Je me lève et récupère ma pochette et son contenu. « Assieds-toi. » Je sursaute et lui lance un regard mauvais. « Je n’ai aucune intention de te mêler à mes affaires de manière directe et si je veux que tu abandonne le métier d’escort-girl ce n’est pas pour t’envoyer jouer les Mata Hari comme tu dis. » Je soupire en levant les yeux au ciel. Il n’est pas vraiment le genre d’homme à se préoccuper des autres. « J’ai désespérément besoin d’une secrétaire. L’ancienne est partie pour travailler avec son père et je suis incapable de garder cet endroit en ordre. Je sais qu’il y a plus excitant comme boulot mais ce n’est pas aussi dangereux que ce que tu fais actuellement. Et je ne couche pas avec mes employés. » Etonnée, je croise les bras et fronce les sourcils, à la recherche de ce qu’il me cache. Une proposition de job aussi simple ne lui ressemble pas. Je retourne à mon siège et m’avance légèrement. « Vous êtes sérieux ? » Je souris malgré moi. J’ai l’impression que tout ça n’est qu’une grosse blague. « Vous voulez vraiment que je sois votre secrétaire ? Je n’ai aucunes qualifications ! » « La précédente n'était pas vraiment qualifiée mais elle était efficace. Les seules qualifications que je demande sont le sens de l'organisation et s'entendre avec Sherlock. Le reste tu l'apprendras petit à petit. » Il sourit à son tour et je ne sais toujours pas quoi penser de cette proposition. « Ne m'oblige pas à te supplier, je suis incapable de m'occuper des papiers et ce foutu chat me rend dingue ! » Il gémit et je me mords la joue pour ne pas exploser de rire. On dirait un petit garçon. Je suis tout à coup tentée par accepter mais avant je voudrais savoir quelque chose. Je reprends un air sérieux. « Pourquoi moi ? C’est vrai, on se connait à peine, vous auriez pu embaucher n’importe quelle secrétaire qui s’y connait vraiment alors pourquoi m’avoir choisie ? »

UC


Dernière édition par Georgia N. Bowmann le Mar 11 Sep - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Beauty & the Beast w/ Dante   Sam 8 Sep - 18:38

"Bordel de merde Sherlock ! Rends-moi ça tout de suite !" Cette petite bête vicieuse me fixe avec ses grands yeux débordants d'amour et de malice et file dans le couloir en traînant mon teeshirt par terre. Je lâche un chapelet de jurons et file à sa poursuite, courant de mon bureau à la salle d'attente puis j'atterris dans la cuisine, passe par la salle de bain et retourne dans le couloir en me faisant craquer les doigts. Je hais ce chaton. Non content de me faire tourner en bourrique, il est trop mignon pour que je puisse cogner dessus. j'ai bien des défauts mais la cruauté envers les animaux n'en fait pas partie. Je ne comprends pas pourquoi j'ai laissé Caïn me persuader de l'emmener avec moi au boulot. Certes mon bureau à Soho est en réalité un appartement où la place ne manque pas et où cette vicieuse créature peut jouer tranquillement... et me rendre dingue. On sonne et je me mords la lèvre inférieure pour étouffer un juron particulièrement impoli. Déjà là ? Pourtant cela parvient à me rendre de meilleure humeur. Georgia. Cette petite est tout simplement merveilleuse. Une beauté innocente qui joue à l'élève studieuse le jour et à l'escort-girl la nuit. Une petite à qui il est arrivé des choses peu enviables et qui éveille en moi de curieux instincts, mélange entre mes pulsions un peu trop animales et psychopathes et d'autre sentiments plus louables. Reste à savoir lesquels prendront le dessus. Je vais ouvrir la porte et offre un sourire faussement gêné à la jeune fille. "Désolé pour la tenue. Entre je t'en prie. Sherlock !" J'abandonne un instant mon invitée pour sauter sur le chaton et enfin récupérer mon teeshirt que j'enfile avec une grimace en voyant que mon petit compagnon y a fait ses griffes. Enfin je me tourne vers Georgia et lui fait signe de me suivre dans mon bureau. Bien évidemment Sherlock lui tourne joyeusement autour, parade et se frotte contre ses jambes. Comme à chaque fois qu'il voit une fille. Je vais m'étaler sur mon siège et souris. "Ravi que tu ai pu venir. Tu es absolument parfaite." « Merci. En arrivant, j’ai cru que je m’étais trompée d’adresse. Je ne suis pas habituée à venir à domicile. Je préfère les endroits publics. » Je souris et regarde Sherlock prendre ses aises en s'installant sur les genoux de mon invitée. "On ne peut pas faire tout ce qu'on veut dans des endroits publics." je fais avec un sourire qui doit être tout sauf rassurant. "Et puis Sherlock avait volé mon teeshirt, je ne pouvais pas sortir comme ça." Sherlock me regarde et miaule joyeusement, n'ayant apparemment rien compris à ce que je viens de dire. Ou si. Et là je me demande si les chats ne devraient pas dominer le monde. "Pourquoi est-ce que tu fais ça Georgia ?" je demande soudain en contournant mon bureau pour m'approchant d'elle. "Jouer les belles de nuit alors que de toute évidence tu n'es pas faîte pour ça ?" Je saisis son poignet et attrape son sac avant de regarder dedans sans la moindre gêne. Ouh, elle est armée la petite, c'est déjà ça. Pourtant j'éclate de rire et jette la pochette et son contenu dans un coin. "Tu pense vraiment que tu peux te défendre avec ça ?"

« Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’en servir. » Je hausse un sourcil dubitatif. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne tombe sur un psychopathe comme moi qui ne lui voudra pas que du bien. « Je vous préviens, si vous me faites quoi que ce soit, je porte plainte. » Là, j’éclate franchement de rire. « Chérie, mon frère est flic et ce serait ma parole contre la tienne. D’autant plus que si je voulais faire disparaître ton corps une fois mon forfait accompli, ça ne devrait pas me poser trop de problème. » Je lâche son poignet et retourne m’asseoir à ma place, la fixant d’un air cette fois sérieux. « Est-ce que tu comprends qu’un jour tu tomberas sur un type comme moi mais qui n’essayera pas seulement de te faire peur ? Tu n’es pas faîte pour ce boulot Georgia, tu ressemble à un petit oiseau tombé du nid. Je veux que tu arrête de jouer les escorts-girls. » Sherlock saute sur le bureau et trottine jusqu’à moi, se met sur le dos et m’ordonne d’un miaulement de lui gratter le ventre. Je soupire, je lutte, je cède, je frotte son petit ventre, lui arrachant des ronronnements de satisfaction. Je souris d’un air attendri, malgré moi. Je suis faible face à cette petite chose si mignonne. Je parle du chaton, pas de Georgia. Encore que. Si, en effet. J’ai mené ma petite enquête sur elle, et comme d’habitude j’ai honteusement cédé à mon instinct de protecteur psychopathe. Et depuis que Blair est partie et que Rose file plus ou moins le parfait amour avec son crétin de nykais, je me sens… « Bosse pour moi Georgia. »

« Parce que vous croyez que ça m’amuse ? Que je rêve depuis longtemps de faire ce métier ? Bien sur que je ne suis pas faite pour ce boulot, bien sur que je veux arrêter mais comment vais-je faire pour payer mon loyer ? Mes études ? Et ne me dites pas que travailler à Starbucks est la solution pour mes problèmes d’argent. » Je la fixe sans rien dire. Evidemment que de vendre du café n’est pas la solution. Trouver un boulot et s’assumer sans que les parents soient derrière relève presque du miracle à Londres si l’on veut avoir un appartement décent et aller à l’université. Cependant Georgia a ce je ne sais quoi qui m’attire, ce je ne sais quoi que j’ai pu retrouver chez Rose ou Blair, qui m’ont lâchement abandonné pour suivre d’autres hommes, un crétin de new-yorkais ou un père aux activités pour le moins étranges.

« B-bosser pour vous ? Pour faire quoi ? Non. Je ne servirai pas d’espion pour vous, vos clients ou qui que ce soit. Je ne suis pas Mata Hari ! » Je la regarde se lever, s’énerver et je plisse les yeux d’un air sévère. « Assieds-toi. » je fais d’un ton sec tandis que Sherlock retourne vers Georgia en miaulant joyeusement. « Je n’ai aucune intention de te mêler à mes affaires de manière directe et si je veux que tu abandonne le métier d’escort-girl ce n’est pas pour t’envoyer jouer les Mata Hari comme tu dis. » Je désigne les piles de papiers qui envahissent mon bureau avec un air dépité. « J’ai désespérément besoin d’une secrétaire. L’ancienne est partie pour travailler avec son père et je suis incapable de garder cet endroit en ordre. Je sais qu’il y a plus excitant comme boulot mais ce n’est pas aussi dangereux que ce que tu fais actuellement. Et je ne couche pas avec mes employés. » j’ajoute en la fixant dans les yeux. Et c’est vrai. Je n’ai pas couché avec Blair et même si j’ai à son égard de curieuses pulsions protectrices, je suppose que ça restera comme ça. Je sais comment elle fonctionne et je tiens à rester dans sa vie, alors si c’est juste en tant qu’ami et ex-patron, qu’il en soit ainsi.

« Vous êtes sérieux ? Vous voulez vraiment que je sois votre secrétaire ? Je n’ai aucunes qualifications ! » Je souris à mon tour, d'un air quelque peu désespéré à vrai dire. « La précédente n'était pas vraiment qualifiée mais elle était efficace. Les seules qualifications que je demande sont le sens de l'organisation et s'entendre avec Sherlock. Le reste tu l'apprendras petit à petit. » Je jette un coup d'oeil désabusé à ce foutu chaton qui miaule joyeusement en s'étalant aux pieds de Georgia. « Ne m'oblige pas à te supplier, je suis incapable de m'occuper des papiers et ce foutu chat me rend dingue ! » je gémis en voyant une pile de dossier s'écrouler sur le sol.


U.C
Revenir en haut Aller en bas
 
Beauty & the Beast w/ Dante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Beauty & the Beast
» [CLOS] [Robyn/Marsh] Beauty & the Beast
» Beauty and The Beast ▬ BeaSius (terminé)
» Beauty & the Beast ft. Amalthea Bluesteel
» III.04 - Beauty and the Beast [Feat. Bobby]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: