INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1175
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 1 Sep - 2:11


INTRIGUE D'OXFORD,
mon manège à moi c'est toi


Barbes à papa, pommes d'amour et manèges à sensations sont de retour à Oxford pour votre plus grand plaisir ! En effet comme chaque année le parc de Dunstan accueille une petite fête foraine ou pourrez sans doute croiser Matthew Von Brezen en pleine course d'auto-tamponneuses fonçant droit sur Lemon Mitchell. Non loin de là vous pourrez aussi apercevoir Laureline & Léandre échangeant des regards amoureux autour d'une sucrerie, mais par dessus tout vous pourrez vous offrir une petite soirée de folie avec votre bande d'amis avant la rentrée. D'ailleurs, nous n'avions pas vu l'heure, il est déjà 21h et nous avons prévu d'y faire un saut, pour votre plus grand plaisir.

Les Troublemakers.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Jeu 6 Sep - 23:33

Je me regarde une dernière fois dans le miroir et passe une main dans mes cheveux. Je suis parfaite pour une fête à nœuds nœuds. Je ne sais pas même qui je vais retrouver là-bas, je pars un peu en solitaire en me disant qu’au pire je retrouve des gens que je connais et qu’au mieux je me fais de nouveaux « amis » qui me permettront d’entrer dans des sphères branchées de la population oxfordienne. De la population étudiante oxfordienne, ce serait encore mieux. J’attrape un sac en cuir bandoulière dans lequel je fourre un paquet de clopes, du fric, des clés et un pull et sors de ma chambre. Mon père n’est pas là. Mon père n’est jamais là en fait. Mon père ne doit même pas savoir que nous sommes en septembre et que dans deux mois et demi c’est Noël, il va rentrer dans trois semaines et me dire qu’il part en Chine, puis en Corée du Sud puis au Brésil pendant quatre mois. Je soupire. Ce n’est pas comme si je ne m’y attendais pas. Vraiment pas. J’attrape une bouteille d’eau dans la cuisine que je place dans mon sac avec trois kit kats, au cas où j’aurais faim, le but étant de résister aux vendeurs de sucreries. Je sais bien que ça ne marchera pas mais qui ne tente rien n’a rien. Je ferme les placards et sors de la maison en verrouillant toutes les portes derrière moi.

Comme toute fille de bonne famille qui se respecte, je hèle le premier taxi qui passe. Il est absolument hors de question que je marche jusqu’à la fête foraine et de toutes les façons mes talons de dix me font beaucoup trop mal aux pieds pour cela. Faut souffrir pour être belle parait il. Heureusement, le chauffeur de taxi n’est pas d’humeur bavarde et je peux passer les dix minutes de trajet à songer tranquillement à mon mariage avec Louis Tomlinson sans que personne ne m’embête. Lorsque nous arrivons, je paie rapidement le chauffeur en question et entre dans la fête. Des tonnes de personnes y sont amassées. Leur style vestimentaire me donne des hauts le cœur. Je peux comprendre qu’on ne s’habille pas chic tous les jours et qu’on n’ait pas le style dans la peau comme moi mais il y a quand même des limites à ne pas dépasser. Les joggings en dehors d’une maison ou d’un cours de sport par exemple. Je jette des regards méprisants à toutes les personnes habillées de cette façon et elle me le rende bien. Apparemment la jupe accompagnée de talons n’est pas une tenue qu’elles trouvent correcte pour une fête foraine. Je soupire. Parfois j’aimerais faire partie de cette masse de gens qui ne comprennent même pas leur propre ridicule.

Je suis à deux doigts de pleurer lorsque j’aperçois un vendeur de pommes d’amour. J’allume une cigarette pour m’empêcher d’aller en acheter une. Je suis au régime je ne peux pas me permettre de déconner de la sorte. Une petite voix en moi essaie cependant de me convaincre que puisque dans le mot « pomme d’amour » il y a « pomme » ça ne peut pas être foncièrement mauvais pour ma ligne. Je secoue la tête, éteins ma clope et m’approche du marchand. Je n’ai aucune volonté, je l’ai démontré plus d’une fois en essayant de ne pas créer un personnage de rp de plus ou d’arrêter la clope, alors à quoi bon résister. Le vendeur me tend ma pomme d’amour et une fois de plus, je suis tentée de la jeter. Une femme un peu enrobée passe. Je regarde ses jambes, puis les miennes, je hausse les épaules et je prends une grosse bouchée. Cette pomme a un goût bizarre que j’essaie d’ignorer. Je reprends un morceau et sens mes jambes se dérober sous moi. Je crie et me sens tomber sur le sol, très très dur le sol. Je perçois l’agitation de certaines personnes autour de moi et perds connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Ven 7 Sep - 22:19

Un rapport ultra chiant à lire. Encore une fois. La façon dont les gens avec qui je travaille écrivent reste quelque chose que je ne comprendrai jamais. Je veux dire, je veux bien que les relations anglo-autrichiennes soient importantes et complexes mais il y a quand même des limites. Je pose mes lunettes sur mon bureau et ferme ce rapport. Je trouverai bien un stagiaire pour me faire un résumé de tout ça. La petite Georgia par exemple. Super idée. J’ouvre mon ordinateur et lui envoie un mail lui demandant de lire ces cinquante pages et de me les résumer en moins de deux pages, lisibles si possible. Je sais bien que je viens de gacher son week end, mais en même temps je viens de gagner le mien. Je m’apprête à descendre pour proposer à Astrée de faire quelque chose quand je la vois arriver dans mon bureau. « Dis-moi tu savais qu’il y avait une fête foraine à Oxford ? » Je hausse les épaules. « Nooon, y en a uuuune ? On y va ? » Je souris et la prends dans mes bras. « On va battre tous ces jeunots aux auto-tamponneuses ? » « Ça fait une éternité que je n’ai pas fait d’auto-tamponneuses mais allons-y ! » Je souris, tout content. J’adore les fêtes foraines. « Tu as terminé ? Ah oui, je te préviens, je veux une barbe à papa ! » « Nan, j’ai pas terminé mais les stagiaires ça sert à ça ! Tu auraaaaas ta barbe à papa mon amour, file te préparer ! » J’attrape mon portable, mes clés et de quoi offrir une barbe à papa à mon épouse et file au rez-de-chaussée. « ASTREE QU’EST-CE QUE TU FAIS ? POURQUOI EST-CE QUE C’EST TOUJOURS MOI QUI ATTEND ? » J’éclate de rire, très content de moi. Pour une fois que ce n’est pas elle qui attend trois quart d’heure. « Parce que tu m’aimes. Allez viens, les jeunots ne nous attendront pas ! » « Ah oui, c’est vrai ! » Je la suis vers notre véhicule de prestige (ma voiture, qui mérite à peine le terme de voiture tant c’est une poubelle). La fête foraine n’est pas très loin de la maison et le trajet passe plutôt rapidement. A peine sommes nous arrivés qu’Astrée se rue vers le stand de barbes à papas. « Tu partages avec moi ou tu veux la tienne ? » Je regarde mon ventre un peu bedonnant et hausse les épaules. J’irai faire un jogging dimanche. « J’en prends une aussi ! » Je me tourne vers la vendeuse. « Bonjour, deux barbes à papas s’il vous plait et des roses hein, parce que j’ai entendu parler de barbes à papas d’autres couleurs et je trouve ça assez peu rassurant… » « Ca existe vraiment des barbes à papa d’une autre couleur ? » Je hausse les épaules. « Il parait oui… » Nous prenons nos barbes à papas et nous dirigeons vers les autos tamponneuses à la recherche d’adversaires de notre connaissance. Mettre la patée à des gens qu’on connaît c’est toujours plus drôle. A quoi bon gagner si c’est pour ne pas pouvoir le rappeler au perdant ensuite ?


Dernière édition par Matthew J. Von Brezen le Ven 7 Sep - 23:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Ven 7 Sep - 23:30

Raccourcir une jupe, ajouter des perles, enlever une manche, reprendre les mesures de la poitrine de notre danseuse principale, je note tout dans mon carnet, déjà plein. J’ai tellement de choses à faire et j’ai l’impression de ne pas avoir assez de temps pour les réaliser. Je soupire et pose ma tasse de café sur la table basse. Je déplie mes jambes et ferme mon carnet. J’ai assez travaillé pour aujourd’hui. Je remarque une feuille colorée, enfouie sous le courrier. Je l’attrape et la survole des yeux. Je souris et me précipite dans les escaliers. « Maaaaaaaatthew ! T’es où ? » Je monte les dernières marches qui me séparent de mon mari. J’avance rapidement dans le couloir et me poste sur le pas de la porte de son bureau. « Dis-moi tu savais qu’il y avait une fête foraine à Oxford ? » Je regarde le papier une nouvelle fois et relève les yeux. « Nooon, y en a uuuune ? On y va ? » Il me prend dans ses bras et j’éclate de rire. « On va battre tous ces jeunots aux auto-tamponneuses ? » « Ça fait une éternité que je n’ai pas fait d’auto-tamponneuses mais allons-y ! » Je jette un coup d’œil aux papiers qui trainent sur son bureau. « Tu as terminé ? Ah oui, je te préviens, je veux une barbe à papa ! » lui dis-je ne me dirigeant vers la chambre, pour ma changer. « Nan, j’ai pas terminé mais les stagiaires ça sert à ça ! Tu auraaaaas ta barbe à papa mon amour, file te préparer ! » Je troque ma robe et mes talons aiguilles pour un jean, une chemise et des compensés. J’attrape un vieux sac qui ne craint rien et descends dans le salon pour y transférer le nécessaire. « ASTREE QU’EST-CE QUE TU FAIS ? POURQUOI EST-CE QUE C’EST TOUJOURS MOI QUI ATTEND ? » Je lève les yeux au ciel et je le retrouve dans l’entrée. « Parce que tu m’aimes. Allez viens, les jeunots ne nous attendront pas ! » On monte dans la voiture et le trajet se déroule rapidement. On arrive aux abords de la fête foraine et j’ai l’impression d’avoir de nouveau 20 ans. J’attrape la main de Matthew et nous nous dirigeons d’abord vers le stand de barbe à papa. « Tu partages avec moi ou tu veux la tienne ? » « J’en prends une aussi ! Bonjour, deux barbes à papas s’il vous plait et des roses hein, parce que j’ai entendu parler de barbes à papas d’autres couleurs et je trouve ça assez peu rassurant… » « Ça existe vraiment des barbes à papa d’une autre couleur ? » J’observe les alentours, à la recherche de connaissances et de futurs adversaires. « Il parait oui… » La vendeuse me tend ma gourmandise de la soirée et j’en attrape un morceau que je fourre dans ma bouche. Ça fait une éternité que je n’en ai pas mangé. On se dirige vers les auto-tamponneuses et je souris en entendant les cris des gens qui se rentrent dedans. Bientôt ce sera notre tour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 8 Sep - 1:13

Une des dernières journées d’été. Qui a eu l’idée d’aller dans cette fête foraine ? Je n’en ai pas la moindre idée mais force est de constater que c’était malin. Il fait beau, tous les oxfordiens sont de sortie. Rose Foster incluse, malheureusement. Je me donne du mal pour ignorer ses commentaires sarcastiques, lui répondant simplement de mon regard j-ai-de-la-peine-pour-toi-mais-t-inquiète-pas-un-jour-ça-ira-mieux accompagné d’un petit sourire hypocrite. Ce qui est sympa, par contre, c’est d’être avec Andrestan, Léandre et Lemon, qui eux sont vraiment géniaux. A se demander comment ils peuvent être amis avec la Foster. Nous avons aujourd’hui échappé à Carolyn, ce n’est déjà pas si mal. Je n’ai pas tout perdu. « Léandre tes parents sont encore plus fous que les miens c'est rassurant... » Je tourne la tête vers le stand des auto-tamponneuses. Monsieur et Madame Von Brezen que j’ai croisé une ou deux fois dans Oxford s’y amusent comme des gosses de cinq ans. Ils sont adorables. Je tape dans mes mains et me retourne dans le but de proposer une gigantesque partie d’auto-tamponneuses à tout le monde mais Tristan me devance. « Tu veux que j'te paye un ticket to ride with them Lucy ? » Je souris. «Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, et on monte dans la même et on fait la peau aux Von Brezen seniors ok? » « Euh... ? D'accord mais tu conduis. » Je saute sur place. « Youpiiiiiiiiiii ! Et bien sur que je conduis, je suis une professionnelle des auto-tamponneuses, ajoute ça à mes nombreux talents ! Je ne vais pas te laisser nous faire perdre tekate ! » Je le traine par la main jusqu’au stand en dansant. Globalement les fêtes foraines me ramènent dix ans en arrière. Les autos tamponneuses quinze ans. Faites le calcul ça fait plus beaucoup d’âge mental. Je laisse Tristan, très gentleman, m’offrir le jeton et me rue vers le monsieur qui nous place dans la première auto qui passe. « Nan, nan, nan. Ça va pas du tout. Je veux la numéro neuf. Je me fous d’attendre douze tours, mais je veux la neuf » Je regarde un peu autour de moi. « Surtout qu’elle est libre ! » Je reprends la main de Tristan et monte dans mon auto tamponneuse. « Faut pas déconner non plus ! » Mon ami met le petit jeton dans le petit trou et je sens l’auto-tamponneuse démarrer. « Let's go bitch. Tu vas pas laisser papi gagner n'est ce pas ? » Je souris et secoue la tête. « Je te promets que non ! » Je prends mon volant, me dégage des autres autos en foutant clairement le bordel et fonce sur le couple Von Brezen en hurlant. « CHAAAAAAAAAAAAUD DEVAAAAAAAAANT » Notre auto heurte la leur avec un gros bruit et je fais demi tour tout de suite. « Tekate Faure, je suis une pro. » « Je vois ça, on devrait te prendre en James Bond girl. » Je souris tout en visant des inconnus. « Tu trouves toi aussi ? » Un choc nous secoue m’indiquant que quelqu’un m’a attaqué sur l’aile droite. Je grogne. « Toi, tu vas regretter d’avoir fait ça ». Je lache ma cible et fonce à la poursuite du malotru qui a osé me rentrer dedans. « SI JE TE CHOPE T’ES MOOOOOOOORT ! » Les personnes dans les autos voisines me jettent un regard à la fois énervé et apeuré. Comme si j’étais bizarre. N’importe quoi.Notre partie se finit avant que je n’ai réussi à choper le petit mec d’en face. « Tiens prends mes jetons, t'as qu'à convaincre Andy de jouer avec toi, moi jai très envie d'acheter du nougat. » Je le remercie d’un sourire. « T’es un amour mais je sais qu’il va pas vouloir, j’ai la flemme. Par contre, je vais me farcir celui là… » Je montre l’auto tamponneuse dans laquelle était ma cible trente secondes plus tôt. « Il est parti… Abusé… LAAAAAAAAAAAAAACHE JE TE DETESTE ! » Je secoue la tête et sors de l’auto tamponneuse à la recherche d’un nouveau partenaire.


Dernière édition par Lucy J. Thompson le Sam 8 Sep - 2:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 8 Sep - 1:29

Ils m'ont traîné à une fête foraine. Et en plus il y a la rouquine. God, the things I do for you. Je lance un regard mauvais à Tristan, c'est lui qui m'a forcée à venir. Ugh. Heureusement que Lemon et lui sont là, sinon jamais au grand jamais je n'aurais foutu un pied ici. Mais le pauvre chéri, il est en pleine crise conjugale. Pour ne pas changer. Toute à mon ronchonnement mental, je suis platement la joyeuse troupe, qui s'arrête d'un bloc devant les auto-tamponneuses. Are you even for real? « Léandre tes parents sont encore plus fous que les miens c'est rassurant... » Les Von Brezen, grands dieux. Ce serait presque drôle. Mais Thompson s'emballe et Tris, bon prince lui fait une offre qu'elle ne peut refuser « Tu veux que j'te paye un ticket to ride with them Lucy ? » Elle hurle avec sa voix de crécelle « Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, et on monte dans la même et on fait la peau aux Von Brezen seniors ok? » Bitch please. « Euh... ? » Il hésite, fait des mamours à Andrea. « D'accord mais tu conduis. » Ben ça promet. « Youpiiiiiiiiiii ! Et bien sur que je conduis, je suis une professionnelle des auto-tamponneuses, ajoute ça à mes nombreux talents ! Je ne vais pas te laisser nous faire perdre tekate ! » Je grimace en entendant ses hurlements et fait de mon mieux pour ne pas les laisser pénétrer mes tympans et abîmer mon corps cérébral. Lemon s'éclipse un instant acheter des sucreries, qui seront sans doute indispensables à ma survie et je me retrouve donc en tête à tête avec mon grand ami Andrea Leroy-Duchesne. Awkward.

Car je ne suis pas sans savoir les différents qui agitent son couple, comme toujours quand il cherche un avis rationnel et relativement objectif, Tristan s'est confié à moi. Et sur ce coup je dois bien admettre que les points vont au frisé. Faure a beau être mon meilleur ami, il est franchement hypocrite de sa part de reprocher à sa tendre moitié d'aller poursuivre ses rêves de chansonnette alors que lui-même est plongé corps et âme dans sa série. Soyons logiques deux minutes. Mais bon évidemment, lui ne sait pas que je sais et donc ce silence est des plus bizarres. Parce que je ne peux pas franchement déballer le sujet entre le stand de barbe à papas et le grand huit hein; Puis surtout je n'en ai pas envie, j'ai appris à mes dépends que me mêler de trop près à Andrestan n'apporte que des ennuis. Pas pour rien que c'est pas moi qui ai fait office de témoin à la cérémonie. Bref. Je tente un sourire, par pure politesse et grogne finalement entre mes dents « Je jure que si cette pimbêche crie dans mes oreilles encore une fois, je ne réponds plus de moi. » Il ne déteste pas Lucy autant que moi, assez loin de là d'ailleurs, mais bon il fallait absolument que j'exprime l'agacement profond qui m'agite. La journée s'annonce absolument g-é-n-i-a-l-e. « Pas de meurtre, s’il te plait, j’aimerai bien m’éviter les visites en prison avec des oranges pour accompagner mon mari qui viendra te voir » J'esquisse un sourire, il est presque drôle des fois. « Promis. Mais je ne peux pas garantir que je saurais garder mon calme indéfiniment. Je risque de lui foutre une barbe à papa dans les cheveux. Ou une main dans la figure. » Je ne suis pas si violente d'ordinaire et me voit obligée d'expliquer. « Je fais une réaction allergique violente à cette fille. »

« La barbe à papa serait un moindre mal. Non pas que je t’y encourage, mais ça me parait plus raisonnable que les autres options » Je souris, très honnêtement je préférerai lui retourner la paire de claques de sa vie, mais je vais éviter de le dire à voix haute. « T’aurais du mettre cette rage à profit pour la battre aux auto-tamponneuses… » Haha. Funny boy. « Très peu pour moi. Et puis je ne voudrais pas lui faire mal. » J'esquisse un éclat de sourire mauvais, avant de reprendre une expression neutre et de regarder ce tas d'andouilles se rentrer dedans avec des mini-voitures. Quel monde étrange. « Sage décision. Je pense que les hostilités entre vous pourraient aller très loin. » Ca ne fait aucun doute. Mais contrairement à cet animal sauvage de Thompson, j'ai un minimum de savoir vivre. « T'as pas idée. Mais heureusement, une de nous deux sait se tenir. Aussi bizarre que ça puisse paraître, je possède un sang froid extraordinaire. » Et une certaine capacité d'abnégation, sans aucun doute. « Franchement, je suis loin de trouver ça bizarre » Ah? Oui, je suppose que malgré mes airs de petite bourrue je suis relativement civilisée. La double vie, ça vous apprendre à bien se tenir et à savoir se taire. Comme maintenant par exemple. Je fouille dans mon sac pour en sortir le paquet de Schtroumpfs que j'ai pris en venant et pioche dedans, avant de le tendre à Andrea avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 8 Sep - 2:16

Fête foraine, dernier vrai week end avec la bande à momo avant le départ d'Andrea et ma semaine d'adaptation post traumatique. Nous aurions pu rester enfermés mais j'ai insisté pour sortir, et surtout oublier un peu nos problèmes pour un soir et ce n'est sûrement pas la bonne humeur de Lucy qui va me faire regretter ma décision. Je souris un peu, caressant discrètement le bras d'Andrea que j'ai peiné sans le vouloir à plusieurs reprises ces derniers temps. Je hausse un sourcil en apercevant les parents de Léandre dans une auto tamponneuse. « Léandre tes parents sont encore plus fous que les miens c'est rassurant... » Je ris un peu en voyant Lucy s'agiter comme une puce. « Tu veux que j'te paye un ticket to ride with them Lucy ?' » La blonde rousse, j'ai du mal avec sa couleur de cheveux s'écrie alors, très motivée par l'idée. «Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, et on monte dans la même et on fait la peau aux Von Brezen seniors ok? » Je comptais juste payer le ticket mais bon, foncer dans son ex futur beau papa avec une auto tamponneuse et Lucy au volant, ça ne se reproduira pas souvent j'imagine. « Euh... ? » Moment d'hésitation, j'embrasse la joue d'Andrea. « D'accord mais tu conduis. » Je jette un regard amusé à mes amis et nous nous dirigeons vers le stand pour acheter des jetons. Le premier qui met ça sur facebook aura à faire à moi. « Youpiiiiiiiiiii ! Et bien sur que je conduis, je suis une professionnelle des auto-tamponneuses, ajoute ça à mes nombreux talents ! Je ne vais pas te laisser nous faire perdre tekate ! » Elle m'entraine plus près du stand et je prends quelques jetons. Matthew von Brezen semble lui très concentré. « Nan, nan, nan. Ça va pas du tout. Je veux la numéro neuf. Je me fous d’attendre douze tours, mais je veux la neuf » Le type la regarde un peu abasourdi, je crois qu'on peut le comprendre. « Surtout qu’elle est libre ! »

Nous nous dirigeons vers l'auto et nous y installons, moi jambes repliées, j'ai toujours été trop grand pour ces machins là. « Faut pas déconner non plus ! » Je ris et enfile le jeton dans le trou prévu à cet effet. « Let's go bitch. » Je me prend au jeu et fais un signe de tête pour désigner Mastrée un peu plus loin. « Tu vas pas laisser papi gagner n'est ce pas ? » Je plains d'avance les Von Brezen et leurs potentielles hernies discales. « Je te promets que non ! » Lucy se saisit du volant et vole presque sur la piste, je ferme les yeux avec un petit air snob mais elle s'écrie« CHAAAAAAAAAAAAUD DEVAAAAAAAAANT » Mouvement de volant, j'ai l'impression qu'on a fait trois tours sur nous même en l'espace d'un quart de seconde. « Tekate Faure, je suis une pro. » Je hoche la tête, sain et sauf. « Je vois ça, on devrais te prendre en Jamres Bond girl. » « Tu trouves toi aussi ? » Je n'ai pas le temps de répliquer que déjà une voiture nous attaque de côté. Un mec de la fac, celui là doit pas trop nous aimer parce qu'on est trop populaires et trop inaccessibles, c'est souvent un motif de haine chez les jeunes pousses. « Toi, tu vas regretter d’avoir fait ça ». Ca c'est sûr « SI JE TE CHOPE T’ES MOOOOOOOORT ! » Ca c'était brillant Lucy, tout le monde nous regarde. La partie finit par se terminer et je descends de l'auto. « Tiens prends mes jetons, t'as qu'à convaincre Andy de jouer avec toi, moi jai très envie d'acheter du nougat. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 8 Sep - 15:10

Une fête foraine, c’est le plan, pour ce qui est une de mes dernières soirées à Oxford avant je ne sais trop quand. Nous avons quitté l’appartement et rejoint les autres dans une ambiance particulière que j’ai cessé de vouloir expliquer. Tris me caresse distraitement le bras et je suis absorbé dans mes pensées, peinant à me concentrer sur les conversations qui vont pourtant bon train. Léandre est avec nous et regarde ses parents qui s’amusent comme deux gosses dans les autos tamponneuses, ce qui m’arrache un sourire presque attendri. « Tu veux que j'te paye un ticket to ride with them Lucy ? » Tristan propose à Lucy de lui offrir les auto tamponeuses et elle ne tarde pas à répondre avec un entrain certain : [color=darkred« Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, et on monte dans la même et on fait la peau aux Von Brezen seniors ok? »[/color] Tris hésite visiblement et fixe Lucy : « Euh... ? » Il embrasse ma joue distraitement avant de céder à l’appel du jeu. « D'accord mais tu conduis. » Je regarde Lemon qui s’éloigne, puis Rose. Je me vois mal lui proposer de se joindre à la petite sauterie sur la piste, je suppose qu’il faudra donc se contenter de faire les spectateurs. « [color=ddarkreYoupiiiiiiiiiii ! Et bien sur que je conduis, je suis une professionnelle des auto-tamponneuses, ajoute ça à mes nombreux talents ! Je ne vais pas te laisser nous faire perdre tekate ! [/color]» Je souris un peu, Rose a l’air nettement moins emballé.

Les deux s’éloignent donc pour prendre possession de leur véhicule en nous abandonnant sur le bord de la piste. Je tousse un peu en faisant mine de regarder ce qu’il se passe, et c’est Rose, qui supporte difficilement Lucy, qui lance la conversation. « Je jure que si cette pimbêche crie dans mes oreilles encore une fois, je ne réponds plus de moi. » Je me tourne vers elle en haussant un sourcil. « Pas de meurtre, s’il te plait, j’aimerai bien m’éviter les visites en prison avec des oranges pour accompagner mon mari qui viendra te voir ». Je souris légèrement et fourre mes mains dans mes poches. Elle esquisse un sourire et je m’étire un peu. « Promis. Mais je ne peux pas garantir que je saurais garder mon calme indéfiniment. Je risque de lui foutre une barbe à papa dans les cheveux. Ou une main dans la figure. Je fais une réaction allergique violente à cette fille. » Chose que j’ai cru comprendre rapidement. Je ne demande pas pourquoi, ça ne me regarde pas vraiment. « La barbe à papa serait un moindre mal. Non pas que je t’y encourage, mais ça me parait plus raisonnable que les autres options ». Je regarde Lucy et comprend finalement pourquoi Rose et elles sont incompatibles. « T’aurais du mettre cette rage à profit pour la battre aux auto-tamponneuses… » J’hausse un sourcil, j’ai un peu de mal à imaginer Rose en situation. « Très peu pour moi. Et puis je ne voudrais pas lui faire mal. » No offense, mais Rose fait peur parfois, et c’est un de ces moments là. Pourtant c’est moi le mec aux humeurs incontrôlables de l’histoire. « Sage décision ». Je regarde Lucy qui elle ne se prive pas et penche un peu la tête. « Je pense que les hostilités entre vous pourraient aller très loin ». Du genre dans un hôpital. « T'as pas idée. Mais heureusement, une de nous deux sait se tenir. Aussi bizarre que ça puisse paraître, je possède un sang froid extraordinaire » Je ris un peu, bizarre ? « Franchement, je suis loin de trouver ça bizarre ». Rose n’a pas franchement le profil de la fille qui se laisse aller suffisamment pour que tout aille bien, plutôt de celle qui prend sur elle à longueur de temps. Certains de ses traits de caractère rejoignent les miens, ce qui explique sans doute qu’elle soit aussi compatible avec Tristan. Elle prend un bonbon dans son sachet et me le tends en souriant un peu. Je me sers et lui rends son sourire en attendant de récupérer mon mari.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Dim 9 Sep - 15:08

L’idée d’aller à une fête foraine est assez bizarre, je vous l’accorde. Surtout pour une personnalité comme moi. Qui irait penser que Camille Jules Martin passe du temps au milieu des habitants lambdas d’Oxford ? Pas moi en tous les cas. Et pourtant. Je ne suis passé à Oxford que quelques jours. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire l’an prochain. Rentrer en Suède, rester à Cambridge pour y étudier, retourner à Oxford ou trouver un boulot dans une nouvelle comédie musicale. J’ai justement passé un entretien pour une pièce de théâtre. Un mélange assez intéressant de plusieurs pièces de Shakespeare accompagné de musique arrivée tout droit de Broadway. Et une chanson de One Direction. Bref. Le script est absolument nase. Mais c’est toujours un boulot et je suis absolument certain d’être pris. Je suis excellent par rapport aux autres. En même temps qui irait se foutre dans une pièce comme ça à part des ratés. Je secoue la tête et me dirige vers le stand de sucreries. J’enjambe le corps d’une fille qui s’est apparemment évanouie sans même lui accorder un regard. « Bonjour, je voudrais une crêpe beurre sucre s’il vous plait ! » Rien de tel pour se remettre d’aplomb. En attendant ma commande je regarde quelques personnes se presser autour de la jeune fille. Je secoue la tête. L’altruisme n’est réellement pas ma première qualité. Mais en même temps, quel intérêt à se presser auprès d’une totale inconnue pour savoir comment elle va. Tant qu’elle est pas morte… On s’en fout, non ? Peut être pas. Je hausse les épaules. « Monsieur ? Votre crêpe ! » Je la remercie d’un sourire et attrape ma commande. Je fais le tour de la jeune fille ce coup-ci et trouve un banc en face du magasin. A peine assis, je vois Rose et Lemon arriver. Je m’apprête à aller les rejoindre lorsque j’aperçois Andrea, Tristan et Lucy avec eux. Je n’ai aucune envie de les voir. Vraiment aucune. Je me lève discrètement et passe derrière la grande roue à un endroit où on ne peut pas me voir. Je suis tellement occupé à chercher Caro des yeux que je ne m’aperçois même pas que je suis dans une queue. « Bonjour, vous avez un jeton ? » Je hausse un sourcil. « Pardon ? » « Ben, un jeton ou cinq livres, c’est comme vous voulez mais ces attractions sont pas gratuites… » Je finis ma crêpe en trois bouchées et donne cinq livres au petit monsieur en question. Je m’assois sur un siège très inconfortable et l’on vient attacher une sécurité assez costaude. Je fais un sourire à la jeune femme assise à côté de moi. « Dites, c’est quoi comme attraction au fait ? » Elle sourit et me montre un panneau en face de moi. La tour de la terreur. Je me sens monter et je commence à hurler. « HAAAAAAAAAAAAAAA FAITES MOI DESCENDRE AU SECOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUURS HAAAAA JE SUIS TROP JEUNE POUR MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR » Tout le monde autour de moi se fout ouvertement de ma gueule mais je les ignore. Je suis bien trop jeune ou bien trop vieux (suivant la façon dont on voit les choses) pour faire ce genre de choses. Mais c’est apparemment trop tard. Une fois arrivée tout en haut de la tour, les voitures me semblent être des shetlands. Je fais une courte prière et me sens tomber d’un seul coup. Je crie aussi fort que je le peux, refusant de mourir en silence. Puis tout s’arrête. La sécurité s’ouvre d’elle-même. Je n’en reviens pas d’avoir eu autant de chance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Dim 9 Sep - 16:08

Me voilà à la fête foraine. D’un rapide coup d’œil j’identifie les visages familiers. Personne ne doit me voir, par chance j’ai toujours su me rendre invisible. Je me glisse dans la foule, bien décidé à entretenir la réputation des troublemakers. Je vois au loin des amis, pourvu que ceux-ci ne me remarquent pas. Un d’eux tourne la tête vers moi, zut, je me glisse dans le chapiteau à côté de moi. Je regarde à travers l’ouverture, la personne ne m’a pas vu, un soupir de soulagement plus tard, je me retrouve face à la diseuse de bonne aventure. Celle-ci de sa voix mystérieuse m’invite à m’asseoir, sourire contrit. Me voilà coincé. Je lui explique d’une voix douce que hélas je dois m’en aller, et sort par l’autre côté. Le pas vif, j’avance jusqu’à la tour de la terreur. Je vois une bande d’ado ravi de monter, griser par l’adrénaline. Si ceux-ci savaient qu’ils vont regretter leur choix. Je passe par l’entrée arrière, je croise un gars de la maintenance, celui-ci s’arrête en me voyant arriver, je passe à côté de lui en le saluant comme si je venais travailler ici tous les jours, et ça marche. Je m’étonne moi-même. Me voilà devant la salle des machines, je pousse la porte, le gars qui est dedans se retourne, je sens que s’en ait finit de moi, mais celui-ci m’accorde un grand sourire et me parle d’une voix bourru : « Ah te voilà le nouveau, je ne t’attendais plus. Je peux enfin aller manger, je te laisse gérer la suite. Un groupe de jeunes vient de monter, je viens de voir qu’il y a un gars qui crie déjà, mets lui un bon coup d’adrénaline. » J’acquiesce. Celui-ci sort. Je ferme la porte derrière lui. Je regarde l’écran de contrôle. Hum je reconnais quelques têtes d’Oxford. Un sourire sur les lèvres, je débranche le câble. Le noir, ils sont désormais plongés dans le noir, coincés en haut de la tour, persuadés qu’à tout moment ils vont plonger dans l’inconnu. Je ressors, en prenant soin de fermer la porte de la salle, tout en jetant la clé dans la poubelle du couloir. Léger rictus. Bon courage les fous d’adrénaline, vous voilà coincés pour un petit moment. Je sais déjà que je dois rejoindre un autre troublemaker, je connais seulement la description et l’endroit du rendez-vous. Je me presse. La foule devant la tour est dense. La queue s’est épaissie, tout le monde commence à râler pour l’attente. Je passe inaperçu. Je me faufile et rejoins le lieu de rendez-vous. Je vois la personne que je dois rejoindre, je m’approche naturellement, comme si je la connaissais depuis toujours. Elle semble me reconnaitre au premier coup d’œil, en un regard on se comprend. Nous voilà désormais complice contre tout Oxford.

edit de tristan : ceux qui ont pas encore posté vous pouvez dire que vous êtes dans le manège, car sinon c'est pas très drole, pour l'adorable troublemaker qui a passé du temps à écrire cette réponse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Lun 10 Sep - 22:08

Les cris de joie –ou de frayeur-, les rires et les exclamations, le parfum de pop-corn et la musique forment une cacophonie de sons et d’odeurs qui me sont familières, et lorsque j’arrive devant mon attraction préférée, je prends le temps de contempler ceux qui, bientôt, regretteront d’être venus à la fête foraine. Il ne me faut pas longtemps pour contourner l’immense baraque en bois et trouver l’entrée des employés, par laquelle je me glisse prestement. Le poids de mon sac sur le dos et le bruit des bocaux qui s’entrechoquent me procure un sentiment d’excitation que je ne contiens qu’en me concentrant sur ma mission. Le couloir exigu dont se servent les forains me conduit directement vers le point stratégique de ce qui sera la seconde partie du plan de ce soir. Je n’ai qu’à me faufiler, et je vois que les seaux qui devaient être placés à l’endroit prévu sont là, en équilibre précaire et prêt à tomber, à peine retenus par une mince corde. Le contenu de mon sac est rapidement vidé, et je peux rebrousser chemin. Je n’ai pas le temps d’assister au spectacle, mais je sais déjà ce qui va se passer, et cette pensée me fait sourire malgré moi. Gare à ceux qui pousseront la porte de la maison hantée un peu trop fort. Vous avez déjà vu Carrie ? La scène du bal ? Le seau plein de sang de porc ? Perchés sur le cadre du mince panneau de bois qu’est la sortie de cette attraction, plusieurs seaux remplis d’hémoglobine n’attendent que d’arroser les malchanceux qui passeront dessous. J’espère que quelqu’un filmera la scène, que je puisse voir le résultat.

Mais pour l’heure, la dernière partie du plan attend ma présence, et lorsque j’arrive devant le stand de pommes d’amour, je suis toute seule. Mon complice ne devrait pas tarder, et effectivement, je le vois s’arrêter à ma hauteur, l’innocence même, et une lueur dans les yeux. Mignon, le complice. Très mignon même. A l’arrière du stand, une remorque, et à l’intérieur, des gros bidons de colorants rouges. D’un coup d’œil, je m’assure que mon complice est prêt, et d’un même mouvement, nous versons les somnifères, de quoi endormir un éléphant. Pauvres étudiants d’Oxford. La prochaine pomme d’amour risque d’avoir un tout autre effet que les doigts qui collent et les lèvres pleines de sucre, façon remake de Blanche-Neige.
En quittant le stand, j’attrape une pomme d’amour non empoisonnée, et d’un coup d’œil suggestif vers mon partenaire, je lèche le sucre et mords dans le fruit à pleine dent, avant de lui tendre. Je suis peut-être trop gourmande, mais j’espère que ma prochaine mission se fera également avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mar 11 Sep - 15:06

« Que faites-vous quand vous avez du temps libre ? » J’éclate de rire et jette un coup d’œil à Rupert. Sérieusement ? Il fait un mouvement avec sa tête pour me dire de répondre et je soupire. « Je reste avec ma femme, quand elle ne travaille pas, et ma fille, Angie. » La journaliste acquiesce et note ma réponse dans son calepin. « Donc vous restez en famille. Et que faites-vous ? Vous sortez ? Vous restez à la maison ? » J’hausse un sourcil. C’est quoi ces questions ? Le regard de Rupert m’incite à répondre rapidement. « Tout dépend de ce qu’on a prévu. On peut très bien rester à la maison, ou sortir. Par exemple, ce soir, Prudence, ma femme, et Angie vont à Oxford à une fête foraine. J’aurai pu être avec elles mais j’avais d’autres engagements. » Un beau sourire hypocrite apparait sur mon visage. La journaliste me rend mon sourire. « Je suis vraiment désolée de vous faire subir ça. » Elle regarde ses notes. « Je pense qu’on a tout. Merci beaucoup Paul et à bientôt j’espère ! » Elle ramasse ses affaires et sort de la pièce. Je m’étire tandis que Rupert prend sa place. « Tu aurais pu être plus aimable. » « J’étais aimable. Et tu sais que je n’aime pas trop les journalistes. » Il acquiesce. « Je peux y aller ? Si je fais vite, je peux rejoindre les filles avant qu’elles ne fassent toutes les attractions sans moi. » « Allez dégage ! Je t’ai assez vu aujourd’hui. » J’éclate de rire et le quitte. Je monte dans ma voiture, garée au parking et prends la route d’Oxford. Normalement, elles doivent bientôt partir. Si tout se passe bien, on devrait arriver en même temps. Un sourire aux lèvres, j’accélère. Je suis content que Rupert m’ait laissé partir plus tôt et que la journaliste ait compris où je voulais en venir avec cette histoire de fête foraine. J’ouvre la fenêtre pour avoir un peu d’air et j’augmente le son de la radio. Je commence à chanter à tue-tête Queen, puis les Beatles. Je roule assez vite et je reçois un message de Prudence qui m’annonce qu’elles sont bien arrivées et qu’elles vont commencer par le stand de crêpes. Je lui réponds rapidement en lui souhaitant une bonne soirée. Je cherche une place de parking et en trouve une au bout de dix minutes. J’attrape ma veste et suis la foule qui m’emmène à la fête foraine. Je fais un petit tour avant de les repérer. Je m’approche discrètement et pose les mains sur les yeux de ma femme. « Vous formez une belle famille. Par hasard, n’y aurait-il pas de la place pour moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mar 11 Sep - 22:11


We are young by fun. on Grooveshark
Cette soirée était très attendue par Thaïs. Toute la journée elle avait fait les courses pour s'acheter la plus belle tenue afin de plaire encore plus Kael même si elle savait que c'était déjà couru d'avance. Lorsqu'elle rentra chez elle, elle mit tout ses sacs de vêtement sur son lit et essaya toutes les robes qu'elle avait acheté devant son miroir. Il ne fallait pas qu'elle néglige sa tenue, c'était la première réelle soirée où elle sortait avec Kael depuis cette nuit là le jour de son anniversaire. Cette nuit où ils avaient consommé leur amour. Elle n'oubliera jamais ses doux toucher, de ses baisers et de sa tendresse parfaitement mesurée lorsqu'elle s'était donnée toute entière. Oui, il fallait qu'elle soit belle à ses yeux. La première vraie soirée en amoureux. Voilà ce que c'était. Pendant qu'elle enfila une petite robe noire d'été, celle où elle avait jeté finalement son dévolu, elle reçu un sms de son bien aimé lui disant à quelle heure il allait venir la chercher. Il n'allait pas tarder donc elle lui répondit, envoyant des coeurs à la fin puis termina vite de se préparer. Vingt minutes plus tard elle attendit devant l'immeuble et Kael arriva. Elle monta à l'intérieur de la voiture avant de lui donner un baiser sur ces lèvres vivement. Kael démarra et partit en direction de la fête foraine.

Thaïs regarda les manèges ainsi que les stands, ne sachant pas du tout où elle voulait commencer. Gardant la main dans celles de Kael, elle s'arrêta un instant devant un mime. On dirait vraiment une petite fille lorsqu'elle agissait de la sorte. À dire vrai, cela faisait longtemps qu'elle n'était pas allée à la foire. Elle adorait tout ses jeux et ses manèges à n'en plus finir. Elle tourna son visage vers Kael puis passa sa main sur sa joue. ❝ Je suis heureuse ❞ dit-elle tout en souriant. Encore une fois elle approcha son visage et l'embrassa. Puis son regard fut attiré par THE manège qu'il ne fallait absolument pas rater ! L'attraction qui pouvait faire crier le plus dur des durs à cuire. Étant amatrice de sensation forte, elle tira Kael dans cette direction et s'installa alors dans un wagon. Elle était excitée de voir tout ses monstres mais aussi elle avait hâte de se retrouver dans les bras de Kael. Le wagon commença à démarrer tandis que des fantômes et des monstres commençaient à apparaître. Thaïs en profita d'ailleurs pour se précipiter contre Kael. Soudain les wagons s'arrêtèrent en haut de la tour et le noir vint compléter la terreur qui guettait toutes les personnes qui étaient dans le manège. Thaïs commença elle aussi à légèrement s'inquiéter. ❝ Kael qu'est-ce qui se passe ?!? ❞ Elle se serra encore contre lui, ne se sentant pas du tout rassurée par ce qui se passait dans l'attraction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mer 12 Sep - 0:16

Oxford accueille une nouvelle fois pour quelques jours une petite fête foraine au coeur du parc Dunstan; barbes à papa, pommes d'amour et manèges à sensations sont présents. Je ne suis pas réellement friand de ce genre de rendez-vous... Effusion de joie, cris d'enfants, et sucrerie à gogo. Seulement, depuis cette soirée avec Thaïs, nos rapports ont vraiment évolués. Je n'ai pas réellement cherché à ce que la soirée se déroule ainsi, comme on dit, ce fut dans le feu de l'action. Je ne regrette pas la nuit passée à ses côtés, même si je n'avais pas prévu ce qui allait se passer. À présent, je ne me considère pas en couple avec Thaïs, elle reste ma meilleure amie, même si nous avons passé une nuit ensemble. Pour cette soirée à la fête foraine, je lui avais proposé de passer la soirée ensemble. Sms envoyé pour la prévenir que je l'attends au pied de son immeuble. Je suis légèrement anxieux de la revoir; nous nous sommes croisés brièvement depuis cette nuit-là, mais nous n'avons pas passé plus de temps pour discuter de ce qu'il s'était passé entre nous deux. Je reçois un sms de sa part, comportant de nombreux coeurs à la fin du message; je grimace légèrement... C'est ce genre réponse qui m'inquiète. Je sais que Thaïs est une personne qui ne cache pas ce qu'elle pense, mais qui s'attache trop vite aussi. Et j'ai peur qu'elle éprouve de nouveaux sentiments à mon égard. Je l'attends dans la voiture, puis je la vois arriver dans sa robe noire qui lui va à ravir. Comment ne pas tomber sous le charme de cette femme? Je le suis, je ne vais pas me mentir, mais je ne ressens pas des sentiments amoureux à son égard. J'aime Thaïs comme une soeur, j'ai ce besoin constant de la protéger, de l'avoir près de moi. C'est une des femmes de ma vie et elle le sait très bien. Elle entre dans la voiture, et dépose furtivement un baiser sur mes lèvres. Depuis toujours, nous sommes très tactiles, et ce baiser n'en est qu'un parmi tant d'autres.
Nous sommes arrivés à la fête foraine, où l'odeur de la barbe à papa remonte jusqu'à mes narines. C'est d'ailleurs bien la seule chose qui me plaît dans ce genre d'endroit. Quoique, l'idée de rassurer une jeune femme effrayée dans le train fantôme m'enchante beaucoup! Thaïs ne lâche pas ma main, pas une seule fois. Pourtant, elle sait que je n'aime pas vraiment me montrer en public; même si je me contrefou de la réaction des autres. J'apprécie de passer du temps avec Thaïs, j'aime voir ses yeux s'illuminer lorsqu'elle voit un mime, alors que je suis effrayé par ces personnes -même si je ne le montre pas-. Thaïs se met face à moi, en posant sa main sur ma joue, « Je suis heureuse » me dit-elle, avec son large sourire. Je ne suis pas surpris par ce genre de réaction de sa part, ce n'est pas propre à notre nuit passé ensemble, elle a toujours été comme cela avec moi. Mais c'est son second baiser qui commence à m'alerter... J'ai l'impression qu'elle se fait de fausses idées sur nous, et je suis inquiet. Je ne veux pas lui faire croire qu'elle et moi, nous commençons une histoire, une vraie histoire au-delà de notre amitié. Alors que je souhaite lui répondre, elle me tire le bras dans la direction d'un manège à sensation. Je ne suis pas excité par ce type d'attraction, mais je le fais pour lui faire plaisir. Dans le wagon qui avance doucement, des fantômes et des monstres commencent à apparaître, et Thaïs se blottit contre moi comme pour se rassurer. Je passe mon bras autour d'elle pour la rapprocher de moi afin de la sécuriser, même si, il n'y a vraiment rien à craindre dans ces manèges! Peut-être ai-je pensé trop vite. « Kael qu'est-ce qui se passe ?!? » Tous les manèges se stoppent et le noir se mit à remplir l'attraction. Je commence à entendre quelques cris de jeunes femmes et d'enfants inquiets de cette situation. J'attrape la main de Thaïs pour la tranquilliser. « Tout va bien Thaïs. Cela doit être une ruse pour nous faire peur. » Je me racle la gorge, je ne pense pas que ce soit cela. « À moins que cette foutue attraction soit en panne. Mais dans tous les cas, je suis là! » Je serre sa main afin de lui montrer que je suis là, et qu'elle n'a rien à craindre. Je ne suis pas quelqu'un d'anxieux et de peureux dans la vie, mais je dois avouer que l'idée de rester bloqué dans ce wagon à cette hauteur ne présage rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mer 12 Sep - 1:05


The Nobodies by Marilyn Manson on Grooveshark
Il attrapa sa main tout en essayant de la rassurer le plus possible. « Tout va bien Thaïs. Cela doit être une ruse pour nous faire peur. » Oui faite en sorte que c'était juste pour leur faire peur. Cependant le temps commençait à se faire long et plus les cris des passagers s'intensifiaient plus Thaïs ressentait une angoisse monter en elle. D'ailleurs en ce moment elle angoissait et réagissait plus vite que d'habitude. Déjà que sa maladie la faisait tourner en bourrique, il fallait que ses hormones fassent des siennes. « À moins que cette foutue attraction soit en panne. Mais dans tous les cas, je suis là! » Malgré le fait que Kael fasse de son mieux pour la sécuriser et la calmer, la phrase avec la panne n'était pas du tout tombée dans l'oreille d'un sourd. On entendait maintenant des « Oh noooon, on va tous mourir ici !! On est en paaaanne personne ne nous sauveraaaaaaa !! » Bien sûr que ça la rassurait. C'était évident ! ❝ Mais comment on va faire ?!? Et si d'un coup les wagons tombent sans qu'on s'en aperçoive parce que justement les machines ne fonctionnent plus !!! ❞ Elle serrait de plus en plus la main de Kael, l'écrasant presque sans le vouloir. ❝ COMMENT ON VA FAIRE ?!? ❞ Là elle n'était pas du tout calme et lorsqu'elle était dans ce genre d'état, il était difficile pour elle de retrouver toute sa lucidité. Elle pouvait très bien péter un plomb d'un coup et envisager de sortir du wagon pour faire quelque chose. Bref, c'était une cocotte minute et plus elle bouillonnait à l'intérieur, plus l'explosion allait être imminente. C'était peut-être pour ça qu'elle s'accrochait fermement à Kael, son point de repère avant de péter un câble. Pourtant les hurlements des personnes qui les entouraient ne l'aidaient pas franchement à aller mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mer 12 Sep - 22:28

Je fixe l’heure sur ma montre encore une fois et soupire. Les clips commencent à devenir chiants et voir des filles à poil dans chaque clip de rap, ça commence à m’exaspérer. J’attrape mon téléphone et compose le numéro de ma rousse préférée. « Candiiiice tu fais quoi ? Ça fait 10 min que je t’attends ! » Je m’affale sur le canapé et attrape la télécommande pour zapper. « Thomas vient aussi ? » Cette annonce me fait sourire et je lâche la télécommande pour me concentrer sur la conversation. « Passes le prendre à la gare, on se retrouve là-bas directement. » Je raccroche et éteins la télé. J’écris un mot rapide sur un papier pour Gemma, en lui disant de m’appeler si elle veut qu’on se retrouve à la fête foraine. J’attrape mon sac et claque la porte en sortant. Je pars à la recherche d’un taxi et fait finalement le chemin à pied. Je suis la foule jusqu’au parc où la fête foraine s’est installée pour un moment. J’envois un texto rapide à Candice, pour lui dire que je suis arrivée et passe par le stand des crêpes pour commencer la soirée. Je remarque un attroupement autour d’une jeune fille, allongée par terre et observe la scène quelques minutes. J’espère qu’elle va bien. Quelqu’un semble s’occuper d’elle et on a déjà fait le nécessaire pour que les secours arrivent. J’abandonne le groupe et finalement, je prends un barbe à papa. Je retourne à l’entrée du parc et remarque mes amis, qui arrivent. Je leur fais de grands signes avec ma barbe à papa et ils accourent vers moi. « Thomas, c’est trop cool que tu sois là ! » Je les enlace et tends le bâton que j’ai entre les mains. « Barbe à papa ? » Ils en prennent chacun un morceau et on avance vers les attractions. « Bon on commence par quoi ? Oh je sais ! La maison hantée ! On est obligés de passer par la maison hantée. Ensuite, les auto-tamponneuses. » Je ne sais pas pourquoi je suis aussi excitée ce soir. J’ai l’impression d’être une gamine. J’attrape la main de Candice et offre ma barbe à papa à Thomas. On prend la direction de la maison hantée. On croise Rose et Andrea qui attendent au bord des auto-tamponneuses. Je leur souris et leur fais un signe mais je ne sais pas s’ils m’ont vu. On arrive devant la maison hantée et après avoir payé, on s’installe rapidement dans le wagon. Le manège démarre doucement et je ne m’attends pas à grand-chose de l’attraction. Je sursaute une ou deux fois mais rien de bien effrayant. Sauf la main de Thomas qui apparait tout à coup et qui me fait hurler. « Tu m’as fait peur ! » J’éclate de rire et le wagon s’arrête. On sort en criant que la maison est vraiment hantée et qu’on a eu la peur de notre vie pour effrayer les petits qui font la queue. J’ouvre la porte pour sortir et hurle encore une fois quand un seau rempli d’un liquide non identifié s’écrase sur nous. Je ferme les yeux un instant et secoue les bras. Je le rouvre et tente de m’essuyer le visage. « Par pitié, dites-moi que c’est de la peinture ou du faux sang. » Je frissonne en envisageant toutes les possibilités. Je renifle et retiens un haut-le-cœur.


Dernière édition par Bonnie C. Hopkins le Ven 14 Sep - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Jeu 13 Sep - 19:18

« CHAND ???? » Je hurle en appuyant mon téléphone contre mon oreille et en me bouchant l’autre avec ma main. « Chand je n’entends rien, il y a trop de bruit ! » Je m’impatiente. « Chandler, ça capte mal, je ne comprends pas ce que tu me dis… » « Gem ma batterie va lacher et… » BIP BIP BIP. Un petit bruit insupportable informe gentiment mon oreille que nous avons été coupés. Chouette, très chouette. Il me semble que Chandler essayait de me dire de rentrer dans la fête foraine et de le rejoindre quelque part. Mais où ? La question reste entière. Je piétine sur place quelques instants et décide de passer le portique de sécurité. D’après le mot que Bonnie a laissé sur la table de la cuisine, elle se trouve également ici en compagnie de Candice et Thomas. Si Chandler les croise, il les aura forcément rejoints. J’enlève l’écharpe fine que je me suis mise en hâte autour du cou en sortant précipitamment de l’appartement une demi-heure auparavant. Réfléchissons… Soit Chandler a croisé la joyeuse bande de Bonnie et compagnie soit il m’attend seul à un lieu stratégique pour que je puisse le retrouver. Je soupire. Les jeux de pistes ça n’a jamais été mon truc… Je marche sans buts précis et lance un joli sourire aux quelques connaissances que je croise. En arrivant près des auto-tamponneuses je reconnais une voix familière. « Il est parti… Abusé… LAAAAAAAAAAAAAACHE JE TE DETESTE ! » Je m’approche de la rambarde de sécurités qui sépare les spectateurs et la zone de tamponnage. Lucy sort d’une voiture, apparemment très énervée. Je souris, on dirait vraiment un caprice d’une petite fille de cinq ans. « Hey Lulu !!! » dis-je pour attirer son attention. « Tu n’as pu vu Chandler par hasard ? » Ma demi-sœur se retourne et mime une grimace que je connais bien, le même rictus que toutes les fois où Chandler est mentionné dans une conversation. Je soupire en rigolant. « Il est quelque part ici mais je n’arrive pas à le joindre, son portable n’a plus de batterie et… Je ne le trouve pas. » Lucy hausse les épaules et me répond tout en montant dans une nouvelle voiture : « Je te passe un coup de file si je le croise Gem, en attendant pas de bêtises hein ! » Je souris et m’éloigne de Lucy qui semble s’amuser comme une folle pour repartir à la recherche de Chand. En passant près de la maison hantée, je rigole intérieurement à la vue de trois personnes toute peinturlurées de rouge sang. Je regarde ma belle robe achetée à New York pendant les vacances qui a eu la chance de ne pas encore trop souffrir. J’ai soudain une révélation, je reconnais ces trois visages couvert de rouge ! Je m’approche en rigolant de Bonnie : « Ils se vous ont pas ratés… » Je m’arrête tout à coup à cause d’une odeur désagréable que je viens de sentir… « Ne me dit pas que c’est ce faux sang qui pue comme ça ! » Je vois à son air effaré que j’ai bien raison. Je cherche dans mon sac un paquet de Kleenex pour les aider à se débarbouiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Sam 15 Sep - 22:56

Petite fête foraine sympa, rien de tel pour passer un bon moment avec des amis un peu indésirables ici je dois l'admettre, mais je tâcherai de disperser la bonne humeur et mon côté peace and love évident pour que tout le monde passe un bon moment. Oxford c'est cool et puis il faut bien profiter avant le début de l'année, ensuite il y a fort à parier que nous seront tous sujets aux lancés de tomates et aux guerres universitaires qui font le folklore de nos deux prestigieuses universités. Je vais donc chercher mes amis à la gare assez tôt dans la soirée, et nous nous dirigeons chez moi ou Conchita leur a déjà préparé une chambre à chacun. Non sans avoir fait visiter mon immense et incroyable dressing à Tara, nous finissions gaiement par nous rendre au parc de Dunstan ou une animation réelle me laisse penser qu'Oxford est de sortie ce soir. Rien d'anormal en somme puisqu'il s'agit de la première soirée de cette petite fête. J'ai d'ailleurs toujours aimé ce genre d'endroit et surtout en soirée, peut être parce que cela me rappelle les rares moments qu'on a pu tous passer en famille, moi m'émerveillant déjà devant un arc en ciel de couleurs lumineuses qui font d’ailleurs partie intégrante de mon célèbre dressing désormais. En réalité, Ludwig Allen Jenzell n'a pas tellement changé, ni même évolué et c'est vêtu d'un costume de superman particulièrement pimpant qu'il déambule avec tout le gratin de Cambridge. Les stands attirent mon regard, comme ils le feraient avec celui d'un enfant. « Je parie que je vous bats tous au tir à la carabine, Nancy tu veux que je te gagne une peluche ? Ah non attends, la barbe à papa, je te l'ai promis, je dois m'en occuper tout de suite ! Je revieeeeens. » J'embrasse sa joue et gambade jusqu'au stand de sucreries ou je passe rapidement commande. Mais alors qu'on me sert une jeune fille s'effondre comme une masse sur le sol. Le costume ne pouvant dissimuler plus longtemps ma véritable identité, j'accours auprès de la petite pour vérifier qu'elle n'a pas fait un arrêt cardiaque ou un truc du genre, mais en bon superman mais très mauvais médecin, je préfère prendre mon iphone pour appeler les secours assez rapidement.

Je raccroche et range mon téléphone dans une poche de ma combi, avant de reporter mon attention sur la petite brunette sur le sol. « Tu vas t'en sortir, ce costume est un signe du destin. » Après dix petites minutes seulement les secours prennent en charge la demoiselle très vite évacuée et je l'espère, saine et sauve. Je prends la barbe à papa de Nancy comme je me saisirai d’Excalibur et pars à la recherche du groupe que j'ai laissé précédemment. La foule de gens m'empêche cependant de les apercevoir et je prends soin de plutôt envoyer un texto pour leur indiquer ma position, de toute évidence je suis le mec le plus repérable de cette soirée. Il n'y a qu'un seul Superman et c'est Ludwig Allen Jenzell ! J'ai sauvé une gosse d'une mort certaine aujourd'hui, si si je vous jure !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Dim 16 Sep - 0:08

Je dois rejoindre Laureline et son petit ami pour cette fête, mais il s'avère que Ronald mon chauffeur personnel m'a conduit un peu trop en avance au lieu de rendez vous. Assez seule je dois l'admettre, je suppose que je dois me fondre dans la masse et ne pas avoir l'air d'une laissée pour compte, raison pour laquelle je me dirige vers un stand de confiseries pour acheter un sucre d'orge et ainsi fouler les allées de ce parc parée pour attendre le couple que je dois rencontrer d'ici une demi heure. Après de nombreux regards échangés à la foi avec mon téléphones et ceux qui trouvent ma robe d'un peu trop mauvais goût, je finis par soupirer relevant la tête pour apercevoir au loin Tara et sa bande. Je porte ma main jusqu'à ma bouche et me tourne brusquement, elle ne doit surtout pas m'apercevoir et griller mon semblant de bonne réputation à Oxford. Ici on m'apprécie et il est hors de question que je me fasse humilier par Dayris devant Laureline et Léandre qui doivent s'attendre à ce qu'une fille comme moi brille en société à Cambridge. Ce qui devrait évidemment être le cas, mais qui ne l'est pas. J'aperçois alors un garçon qui sort d'une attraction à sensation. Je me rue sur lui affolée. « Je t'en supplie suis moi, je dois éviter quelqu'un. Tu es seul, je suis seule, cela fait de nous deux de très bons amis, qui vont simplement prendre part à une activité populaire. » Je le traîne avec moi et présente ma carte gold au forain. « Deux tickets s'il vous plait. » Il me regarde avec une expression de profond dédain que j’interprète sûrement justement pour de la jalousie. Mes manières aristocrates ne sont pas du goût des braves gens j'ai l'impression. « Nous ne prenons que les espèces. » Ah très bien. Je ne vais pas faire un chèque pour si peu de toute façon. Je sors un billet et lui tend. Il me rend la monnaie et je la récupère, il ne mérite de toute façon pas un pourboire pour ses piètres qualités commerciales. Je m'assure que le garçon est toujours là bien que je lui tienne le bras et le dirige de gré ou de force vers l'attraction ou nous nous installons, plutôt de force d'ailleurs. « Je m'appelle Arabelle Rosebury, et je suis navrée de t'infliger ça. » Je vois qu'il est blême et commence à m’inquiéter tandis que l'attraction démarre.

« Cette attraction n'est pas si terrible si ? » Je jette un regard apeuré à mon harnais et n'ai pas le temps d'attendre une quelconque réponse que le rythme s'accélère me déclenchant un cri strident. « AAAAAAAAAAAAH. » L'ensemble est horrible et je me saisis de la main de mon compagnon d'infortune comme si nous allions simplement mourir là. Je continue de hurler en me débattant le moins possible de peur d'exercer une trop grande pression sur ce qui me maintient en vie. Mais très vite la lumière s'éteint, déclenchant un hurlement plus haut perché que les autres suivi de près par d'autres cris qui viennent justifier le mien, pour que finalement l'attraction s'arrête à une hauteur vertigineuse. « Oh Seigneur...Oh seigneur... » Je ne dois pas fondre en larmes, ni même broyer la main de ma nouvelle connaissance. Je vais mourir ici à Oxford, et fiche en l'air ma nécrologie à venir. Je me tourne vers mon voisin. « Je suis consciente que je viens de détruire à tes yeux toutes perspective d'amitié sincère entre nous, mais.... » Formuler un discours cohérent a une telle altitude me semble impossible. Je crie. « AIDEZ NOUS !!! FAITES NOUS DESCENDRE ON EST COINCES. JE VOUS EN SUPPLIE SEIGNEUR AIDEZ NOUS. » Je voudrais également crier le nom de mon père, mais seul Dieu peut m'entendre désormais, en dehors de ceux à qui je rabas les oreilles bien entendu. Je ferme les yeux, pense une dernière fois au sourire d'Andrea que je ne reverrais sans doute plus jamais. Je vais mourir, dans une attraction d'une fête foraine, à Oxford.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Dim 16 Sep - 22:53

Une chose est sûre, je vais me plaindre à la direction pour cet incident technique... en espérant que ce soit bien un incident technique. Nous sommes à Oxford, tout le monde connaît nos chers détracteurs publics qui sont les Troublemakers! Connaissant brièvement leurs actions, je me doute qu'ils ont quelque chose à faire dans cette histoire de manège bloqué. Leurs actions sont plus de salir la réputation des élèves d'Oxford et non de mettre leurs vies en péril. Je n'aurais pas dû parler de la panne, maintenant, de multiples réactions se firent sentir dans le manège où tout le monde commence à paniquer l'un après l'autre. « Oh noooon, on va tous mourir ici !! On est en paaaanne personne ne nous sauveraaaaaaa !! » Et une raison de plusn pour que je pense à fermer ma gueule à l'avenir. Mes oreilles vont se mettre à saigner tellement les jeunes femmes effrayées se mettent à crier dans les coins du manège. Je sens Thaïs me serrer de plus en plus la main, plus la pression qui était sur elle augmentée. Je ferme les yeux comme pour tenter de trouver une parade pour la calmer, vainement! « Mais comment on va faire ?!? Et si d'un coup les wagons tombent sans qu'on s'en aperçoive parce que justement les machines ne fonctionnent plus !!! » Je me refuse de lui dire que ce n'était pas grave si les wagons tombent, on aura des tours de manèges gratuits pour le coup. Mais ce n'est sûrement pas judicieux de commencer à plaisanter avec la situation présente. « COMMENT ON VA FAIRE ?!? » La panique est audible au son de voix de Thaïs. « Calme toi Thaïs, tout va bien se passer, fais moi confiance! » J'essaye de lui montrer que tout va bien sur mon visage, pour qu'elle ne panique pas plus. Je pose mon autre main sur sa joue, et je tourne son visage vers le mien. J'ancre mon regard dans le sien, « Regarde-moi, ne regarde que moi! Calme toi ma belle! Je suis là! » Je tente le coup de la tendresse avec elle pour la calmer en espérant que ce petit stratagème puisse marcher. Je la connais, et je sais que lorsque je suis doux avec elle, Thaïs parvient à se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Dim 16 Sep - 23:18

La soirée ne fait que commencer lorsque j'arrive à la fête foraine du coin, la caméra embarquée vissée à ma main telle une extension électronique de mon bras. Je n'ai pas encore passé les guichets de réservation que je peux déjà entendre les cris d'horreur des idiots qui s'essaient aux attractions à sensation forte et humer l'odeur quelque peu écoeurante des friandises vendues aux stands bordant les manèges. Je jette un regard circulaire aux alentours puis mes yeux embrassent les cieux. La nuit est déjà tombée: un ciel d'encre s'étire aux dessus de nos têtes, parsemé de faibles étoiles. Je soupire, relevant le col de mon blouson, un léger frisson me parcourant l'échine. Et dire que l'ennui, piètre ennemi, m'a tirée de mon appartement pour m'amener ici. Mais je ne suis pas venue seule. L'oeil vif de ma caméra enregistrera à ma place chaque évènement fortuit de cette soirée. Venir ici est presque une mission suicide mais c'est toujours mieux qu'une morne nuit éclairée par l'écran de son ordinateur. Les sens en alerte, je me dois de faire attention aux TroubleMakers qui n'hésiteront certainement pas à pointer leur nez dégueulasse pour transformer cette fête en cauchemar éveillé. Profs, étudiants, touristes, citoyens: tout le monde aura son quart d'heure de terreur. Sans plus de commentaire à l'attention du caissier à moitié endormi, je paye mon ticket et passe le tourniquet, me jetant alors dans la gueule béante du loup.

Je n'ai pas à attendre longtemps avant que les premiers signes avant-coureur d'une mini-apocalypse ne se fassent sentir, ou plutôt entendre. Des hurlements, de réels hurlements de terreur crèvent l'atmosphère bon-enfant et un sourire amusé s'étire sur mes lèvres. La première pièce du puzzle est en place, à moi de profiter du spectacle. D'un pas prudent, je me fraie un passage à travers la foule, atteignant non sans difficultés l'attraction concernée. Une voix surpasse toutes les autres: une hystérique religieuse ne trouve rien de mieux à faire que de supplier d'une voix stridente "le seigneur" de les "aider". Je ne voyais pas dieu en mécanicien mais soit. Ce chaos en bouteille est bien trop commun pour que la rétine de mon appareil n'en filme quoi que ce soit et je passe bien vite mon chemin. Qu'est-ce que je peux bien faire là, hein ? Si au moins j'avais un visage familier avec qui traîner, cela rendrait les choses légèrement plus agréables. Si les TroublesMakers sont dans le coin, manèges et confiseries sont à prohiber. Je suis ici en humble observatrice, la méfiance est ma meilleure arme et amie. Pas un détail n'est à laisser de côté. C'est à se sentir Sherlock Holmes, des fois. Je dois être bonne à ce jeu puisque jusque-là, aucun piège de cette organisation attardée n'est parvenu à se refermer sur moi. Et si les choses venaient à virer au vinaigre, autant ranger mon artillerie devenue inutile: à savoir ma caméra. Tant pis chérie, ça sera pour la prochaine fois.

What am I doing here again ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mar 18 Sep - 11:18

La complice se tient là, j’avoue que si je ne savais pas que c’était une tms je ne l’aurai jamais imaginé. Parfaitement innocente. Elle me regarde, d’un regard nous nous comprenons, je sens mon cœur rater un battement. L’adrénaline que me procure cette mission est bien trop forte par rapport à ce que doivent vivre les personnes que j’ai bloqué en haut de la tour. Des secours sont d’ailleurs en train d’arriver bousculant la file pour atteindre la tour d’où s’écoulent des cris terrorisés. La vie universitaire ça a du bon. Quelques heures plus tôt j’étais un étudiant normal dont personne ne se souciait et je suis désormais avec cette complice qui m’a l’air parfaitement taillée pour la mission. Nous nous faufilons sans un mot vers l’arrière du stand de pommes d’amour. J’ouvre mon sac et sort les boites de médicaments. Bonne nuit oxfordiens, faites de beaux rêves. Je le verse avec un clin d’œil vers ma complice qui fait de même. Nous nous faufilons vers l’avant, je la regarde attraper la pomme d’amour. Elle la lèche suggestivement. Malheureusement je ne peux m’empêcher de penser à comment je réagirais si l’élue de mon cœur faisait une telle chose devant mes yeux. Je suppose que je me jetterais dessus bien que ce ne soit pas dans ma nature. Elle mange la pomme d’amour et me la tend, j’avoue je déteste le trop sucré, j’aime l’amer, comme le chocolat noir. Je lui fais un signe non et me justifie : « Le sucré n’est pas pour moi, je préfère le frisson, à bientôt j’espère. » Sur ces mots je m’insère dans un groupe de jeunes qui vont vers la sortie, non sans avoir laisser un regard à ma partenaire comme pour lui signifier qu’une fois redevenu moi, je serais enclin à la revoir de suite, puisque bien entendu je la trouve jolie et surtout je sens en elle un potentiel, un potentiel pour rendre jalouse la fille qui fait battre mon cœur mais aussi un potentiel d’amie avec qui je pourrais parler de tout et surtout, faire des tas d’autres missions qui rendront chèvre les pauvres étudiants innocents. Je me retourne vers le stand, je vois une fille s’effondrer. Mission réussie, la mienne est de repartir sans me faire repérer et redevenir moi… Quand je passe l’entrée je sais que désormais, je suis un vrai tm et que désormais plus rien ne m’arrêtera. Méfait accompli.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mar 18 Sep - 19:00


Headlines by Drake on Grooveshark
Elle sentit les mains de Kael se poser sur son visage et le tourne vers lui pour qu'elle puisse le fixer lui. Rien que lui. « Calmes toi Thaïs, tout va bien se passer, fais moi confiance! » C'était facile à dire de se calmer pour Thaïs, elle devait vraiment se faire violence pour se concentrer que sur Kael et pas sur le vide qui les entourait. Cela ne voulait pas dire qu'elle avait le vertige, non, sauf que toute personne se retrouvant dans ce genre de situation, vertige ou pas, on pouvait facilement paniquer à hurler jusqu'à la mort ! En plus de cela les cris des passagers n'aidaient vraiment pas à ce que Thaïs soit zen. « AIDEZ NOUS !!! FAITES NOUS DESCENDRE ON EST COINCES. JE VOUS EN SUPPLIE SEIGNEUR AIDEZ NOUS. » Thaïs loucha sur la personne qui venait encore de crier et rien qu'en ayant entendu son cris strident -en plus elle se trouvait juste devant eux- l'angoisse reprenait de plus belle. Pourtant, Kael insista de nouveau. « Regardes-moi, ne regarde que moi! Calme toi ma belle! Je suis là! » Elle finit par ne le regarder que lui et elle commença à respirer doucement. ❝ J'ai tellement peur Kael... ❞ S'approchant de lui pour se blottir dans ses bras, elle continua à parler. ❝ J'ai vraiment peur que les wagons nous lâchent et que nous tombons... Sans pouvoir rien faire.... J'ai tellement peur... ❞ Elle n'était plus hystérique, certes, mais la peur la guettait toujours. Et s'ils ne s'en sortaient pas ? Maintenant qu'ils étaient enfin ensemble, cet événement vint tout gâcher. C'était vraiment trop injuste. Thaïs avait tellement attendu ce moment où enfin Kael et elle soit en couple, maintenant ils étaient coincés ici et peut-être que ça allait être leur dernier moment à eux. Super !! Tant de pensées noires venaient à elle jusqu'au point de la rendre légèrement dépressive. Encore un aspect de sa maladie qui apparaît. Cependant, l'alarme des secouristes vint balayer les cris de frayeurs. Laissant place à des râles de soulagement qui envahissaient chaque individu coincé dans l'attraction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mer 19 Sep - 14:36

Pour une fois, j’arrive à trouver une place de parking juste devant notre immeuble. Fou de joie, je monte les deux étages quatre à quatre et dit en ouvrant joyeusement la porte d’entrée : « Chérie ! Si on allait à la fête foraine ! » Garance est assise dans le canapé, une tassé de thé à la main et un magazine féminin français dans l’autre. Sans enlever mon manteau et mes chaussure, je viens m’asseoir à ses coté et lui caresse amoureusement la jambe. « Il fait beau ce soir, ce sera agréable pour Louise et Ben. » Je l’embrasse sur la joue et la regarde droit dans les yeux avec une petite tête suppliante. Je dois ressembler au garçon que j’étais il y a quinze ans quand nous nous sommes rencontrés. Je la sens hésiter mais je sais qu’au fond d’elle, l’idée l’enchante ! J’allume une cigarette en attendant sa réponse et je suis une claque un peu violente sur mon épaule. « Ah non Mark ! Tu te souviens de ce qu’on avait dit ? A la naissance des enfants, plus de cigarette dans le salon. Cuisine ou balcon, tu choisis ! » Je souffle a fumée dans la direction opposée à son visage et je me penche sur elle pour lui murmurer à l’oreille : « Je choisis l’option fête foraine ! » Elle soupire gentiment et me pousse pour pouvoir se lever. « Laisse moi juste prendre une douche rapide et on y va. » Je souris comme un enfant et lui répond tandis qu’elle tourne les talons en direction de la salle de bain : « J’étais sûr que tu mourrais d’envie d’y aller aussi ! Je m’occupe des deux monstres… » Je file dans la chambre de nos enfants et les habille pour cette sortie en famille. Cela ne fait pas très longtemps que je suis papa mais quelques gestes sont maintenant devenus une routine, je ne suis plus l’homme tremblant de peur que j’étais la première fois que j’ai vu ces deux trésors. Juste avant de partir, je décide de changer de tenu et de troquer ma chemise et mes chaussures de costumes contre des baskets et un T-shirt avec le logo de Joy Division. Nous sortons tous les quatre, direction la voiture, pour nous rendre à la fête foraine. Je peine un peu à trouver une place de parking, il y a un monde fou. Comme si cet évènement avait réuni tout Oxford. Nous prenons nos billets et commençons notre ballade du soir dans la foule joyeuse qui nous entoure. Je reconnais de loin certains de mes élèves qui me regardent en souriant, surpris peut-être de me voir en compagnie de ma famille. Tout à coup, une alarme retenti et nous sommes obligé de tous nous décaler sur le côté de l’allée pour laisser place à une camionnette. Au milieu du brouhaha j’entends quelques rumeurs qui pourraient justifier l’arrivée des secours : un manège a été bloqué, tout le monde commence à paniquer. Garance me murmure à l’oreille « Tu imagines si Ben et Louise était bloqué dans une attraction ? Comme j’aurais peur… » Je lâche la poussette d’une main pour lui tenir amoureusement le bras. Nous continuons à avancer et j’explose de rire en reconnaissant une de mes élèves couverte de ce que j’imagine être du faux sang. « Que vous êtes charmant ce soir Mlle Hopkins !»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   Mer 19 Sep - 15:49

Ce n’est pas possible. J’essaie tant bien que mal de garder la bouche fermée, pour éviter d’avaler ce liquide. Je frissonne encore une fois et enlève mon pull, devenu tout rouge. Je soulève mon tee-shirt afin d’essuyer mon visage. Très élégant tout ça. Je soupire et regarde Candice et Thomas, qui sont dans le même état que moi. Ils ne nous ont pas ratés. Je maudis la personne qui a eu cette idée et celle qui l’a exécutée. Les TMs avaient prévus d’agir mais je ne m’attendais pas à ça. Et surtout, je ne pensais pas que ça m’arriverait. Comme quoi, il faut toujours être sur ses gardes avec eux. « Ils ne vous ont pas ratés… » Je relève la tête pour faire face à Gemma, qui semble bien amusée par cette situation. « Ne me dit pas que c’est ce faux sang qui pue comme ça ! » Je renifle une nouvelle fois et grimace. « Je crois bien que si. Si je trouve celui ou celle qui a fait ça, je te jure que je le lui fais avaler. » Elle me tend un kleenex. Je la remercie avec un sourire et si je n’étais pas aussi sale, je lui ferai un câlin. J’éponge mes cheveux et je finis par les attacher en une queue de cheval. Je m’essuie le cou et les mains. Je tiens mon pull avec un seul doigt et hésite à l’abandonner dans une poubelle. Je ne me vois pas me balader avec toute la soirée, quoique je ne vais peut-être pas rester. « Que vous êtes charmante ce soir Mlle Hopkins !» Je tourne la tête en entendant mon nom. Garance et Mark se trouvent un peu plus loin, avec leurs magnifiques jumeaux. « Merci beaucoup Mr Buckley, c’est la nouvelle mode en ce moment ! » Sourire hypocrite sur le visage, je tourne sur moi-même pour leur montrer l’ampleur des dégâts. Je m’approche mais garde une certaine distance à cause des enfants. Je me baisse à leur hauteur pour leur faire coucou. « Dites, vous nous avez fait les plus beaux bébés du monde. Je vous préviens, quand ils seront plus grands, j’épouserai Benjamin. » leur dis-je en rigolant. Je leur fais un clin d’œil. Quand on pense que je ne veux pas m’engager dans une relation, je suis en train de prévoir un mariage qui n’aura pas lieu avant 18 ans. Je frissonne et prie pour ne pas en arriver là. Je leur offre mon plus beau sourire. « Je vais vous laisser, je ne suis pas présentable et l’odeur plus que douteuse de ce faux sang me donne des hauts le cœur. Je ne voudrai pas que les jumeaux tombent malade. » Je les abandonne pour retrouver mes amis. Candice et Thomas ont plus ou moins réussi à se débarbouiller mais l’odeur et la couleur est persistante. Je me tourne vers Gemma, en fronçant les sourcils. « T’es pas avec Chandler ? » J’essore mon pull et l’enfile, en soupirant. Ca aurait pu être pire. Je relève les yeux vers la tour de la terreur. Normalement, on devrait entendre les gens hurler et surtout voir les gens se précipiter dans le vide. Mais on entend que des hurlements. Je me mets sur la pointe des pieds et remarque un attroupement autour de l’attraction et une camionnette. Je ne sais pas si je préfère rester coincée là-haut ou si je préfère être recouverte de faux sang, qui a une horrible odeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi   

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE, mon manège à moi c'est toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: