Mission impossible l- Gem'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Mission impossible l- Gem'    Dim 29 Juil - 19:17

    Connaissez-vous l’insupportable sensation qu’il vous manque quelque chose ? Vous êtes tourmentés, la question de savoir ce que vous avez oublié revient sans cesse dans votre tête, vous vous retournez la tête pour savoir quel est l’infime objet qu’il peut bien vous manquer ? Vous fouillez votre sac, vos poches, vous faites un résumé de ce dont vous avez besoin. Impossible de se souvenir jusqu’à un certain moment ou paniqué vous allez vous maudire pour votre tête de linotte. C’était la sensation qui m’obsédait depuis quelques heures déjà. Je savais qu’il me manquait un objet. Lequel ? Aucune idée. Ou était ce dernier ? Encore aucune idée. Mon dieu Elias, remets ta tête sur tes épaules, tes idées en place et souviens toi de ce qui te manque ! Je fais les cents pas dans mon appartement. Je vide ma besace sur mon lit. Rien ne vient. Décidé à passer à autre chose je sors prendre un café au starbuck. Tout d’un coup, alors que je marche tranquillement sur Hollywell Street, un éclair de génie me traverse. Mon petit carnet noir manque à l’appel. Celui ou je note des bribes, des idées pour mon bouquin, mais surtout, je me souviens clairement avoir inscrit plusieurs pages sur Bonnie, des détails sur elle, les choses qui me passe par la tête, mes sentiments pour elle quand je la vois, je voulais m’en inspirer pour créer une romance dans le bouquin, sauf que là ça risque de se compliquer. Ce petit carnet noir est chez Bonnie. Raaaaaaaaaaaaah Gemma je vais vraiment te tuer, si tu ne m’avais pas appelé pour me dire de passer car soit disant tu avais une urgence alors que tu voulais juste que je me retrouve face à Bonnie, penaud je ne serais pas dans cette situation. Je me souviens elle m’avait invitée à entrer et je me suis assis sur le canapé. Je suis à peu près sûr qu’il a dû tomber de ma poche pour se cacher dans les rainures des coussins du canapé. Avec un peu de chances les deux comparses ne l’auront pas retrouvé, ni lu. Je jette mon café et part en courant jusque chez les deux filles. Il ne faut pas qu’elle ne trouve mon carnet, ni l’une ni l’autre. Il faut que je rentre et que je le récupère, ni vu ni connu. Allez Elias deviens James Bond le temps de quelques instants. Une fois devant leur porte, j’attends quelques instants, reprenant ma respiration. Priant pour que ce soit Gemma qui ouvre et qu’elle ne remarque pas mon obsession de me rapprocher du canapé. Une fois mon souffle normal, je sonne, croisant les doigts.

    La porte s’ouvre à la volée et c’est une Gemma totalement hystérique qui me saute dessus, quelque chose me dit que je vais avoir du mal à la jouer fine. « Mais c’est le plus beau jour de ma viiiiiiiiiiiie ! Je devais presque te forcer à venir ici et maintenant tu passes sans même être invité !!!!! Tant de travail enfin récompensé, tu ne te rends pas compte du pas en avant qui est en train d’être fait dans votre relation. » Totalement incrédule je la regarde sans vraiment comprendre son bonheur de me voir. A cet instant même si je suis ravi de la voir, je ne pense qu’à une chose mon carnet. Elle rigole, j’avoue rire à la fin de sa phrase, Gemma est adorable a tout vouloir arranger mais je crois qu’elle complique tout. « Bon, seulement pas de chance, Bonnie est sortie, je ne sais pas du tout quand elle va rentrer… Tu veux boire quelque chose ? » Bonne nouvelle, je n’en aurais qu’une à gérer. Enfin en cet instant je me dis qu’avec Bonnie ça aurait été plus simple, puisqu’il semble que Gemma n’est pas prête de me lâcher pour me laisser retrouver mon carnet. Je lui réponds : « Ah et bien écoute ce n’est pas grave. Oui je veux… » Apparemment peut importe de ma soif, il semble qu’elle ait mieux à faire, amusé je souris. Nous sommes dans le salon, ma tête se tourne vers le canapé mais non, avant que j’aie pu essayer d'identifier l'endroit ou pourrait se cacher ce dernier, elle m’empoigne par la manche et m’entraine dans sa chambre. Raté. « Tu pourrais juste m’aider à fermer ma valise s’il te plait ? Et je vanterai ta force et ta musculature légendaire à Bonnie, promis ! » Je ne sais pas comment Bonnie le prendrait, et à cette idée je souris. Quel phénomène. Enfin bon, si je veux pouvoir accéder au salon il faut bien que je l’aide, alors je lui demande : « Monte sur ta valise je vais t’aider. Tu pars ou d’ailleurs ? » J’enchaine avant qu’elle ne me coupe : « D’ailleurs tu n’auras pas besoin de vanter ma force, ta reconnaissance me suffit. » Il va me falloir du temps et si j’en ai deux à gérer je sais pertinemment que je n’y arriverais pas. « Si tu arrives à dompter ce monstre tu auras ma reconnaissance éternelle. L’appartement sera entièrement redécorer à ton effigie (en message subliminal pour notre chère amie Hopkins) et je te donnerai un double des clefs ! » Je rigole en m’imaginant la tête de Bonnie en rentrant et voyant mon visage à chaque coin de son appartement, en se réveillant chaque matin avec ma tête sur une affiche. Pas sûr qu’elle apprécie. « Gemma, je ne suis pas sur qu’elle soit d’accord mais je me contenterai de ta reconnaissance éternelle. » Je souris et fais marcher mes muscles, après de multiples efforts, j’arrive à bout de la valise avec la coopération de Gemma. Plutôt fier je souffle un bon coup tout en regardant Gemma qui ne semble pas vouloir s’arrêter. « Je pars deux semaines à NY avec Chandler et je te demande une seule chose Elias, UNE SEULE, ne fais pas de bêtises pendant que j’ai le dos tourné ! Si à mon retour j’apprends que Bonnie ou toi avez détruit tout mon travail de rapprochement, ma sentence sera si terrible que tu seras obligé de quitter définitivement Oxford et même l’Angleterre en emmenant Bonnie avec toi ! » Alors là quel phénomène, enfin c’est clair, j’ai intérêt à faire attention, je suis sûr qu’elle en serait capable, elle est bien du genre tortionnaire, à nous pourchasser pour avoir brisé les rêves qu’elle avait pour nous. Si seulement la volonté de Gemma pouvait faire en sorte que Bonnie change de regard. Ne rêvons pas trop… Elle est loin d’être du genre à changer d’avis, elle est obstinée et pour la faire changer d’avis, non en fait vous ne pouvez pas la faire changer d’avis. « Mais mon dieu, que veux-tu que je fasse, tu crois vraiment que je peux bousiller quelque chose ? Il n’y a plus rien entre Bonnie et moi depuis longtemps. Qui plus est tu n’oserais pas la bannir, c’est ta colocataire et ton amie. »

    underco


Dernière édition par Elias N. Johansen le Sam 8 Sep - 22:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Mission impossible l- Gem'    Lun 30 Juil - 13:15

Assises sur mon lit, je me mets délicatement du vernis sur les pieds tandis que la voix de Chandler raisonne dans le haut-parleur de mon portable posé à côté de moi. Je l'entends énumérer tout ce que nos valises doivent contenir (par ordre alphabétique s'il vous plait) et je ponctue sa liste par des « Hum » « oui oui, bien sûr, ne t'inquiète pas » « Evidemment » « Oh je n'y avais pas pensé » et « Tu es sûr qu'on aura besoin de ça chaton ? ». Je le sens un peu stressé par notre départ imminent (dans 72 heures, mais imminent quand même) pour sa ville natale, New York. C'est notre premier voyage en amoureux, sans personne d'autre et surtout ma première confrontation avec le côté américain de sa famille. Si personnellement ça ne me fait ni chaud ni froid, je sais que c'est une autre histoire pour Chandler qui veut que tout soit absolument parfait, voir plus que parfait si c'était seulement possible. En rebouchant le flacon de vernis, j'admire ma pédicure faite maison presque parfaite et murmure au téléphone : « Je crois que j'ai compris comment faire une valise Chand ! Je m'y mets tout de suite et je t'appelle si j'ai une question, une hésitation, mais a priori je ne vais pas prendre ma combinaison de ski, je te le promets ! » Je raccroche, sors de sous mon lit mon sac de voyage, ouvre grand la porte de mon placard et soupire, le tri ne va pas être simple. Au bout d'une demie heure, le sac est bien remplit avec le strict nécessaire et le moins nécessaire aussi dans la limite du raisonnable. La mission suivant n'est autre que réussir à fermer la fermeture éclair qui a l'air bien partie pour résister... Et Bonnie n'est même pas à l'appartement pour m'aider ! Bien, très bien, je vais y arriver toute seule si c'est comme ça. Inutile de préciser que 10 minutes plus tard je suis encore assise sur ma valise toujours grande ouverte. Je m’apprête tout juste à abandonner et à reprendre cette pénible tâche plus tard avec l’aide de quelqu’un quand la sonnette de l’appartement retenti soudain. Je me dirige vers la porte d’entrée et jette un coup d’œil par le judas. Qui vois-je donc ??? J’ouvre violemment la porte et lance mon plus beau sourire à un Elias un peu surpris. « Mais c’est le plus beau jour de ma viiiiiiiiiiiie ! Je devais presque te forcer à venir ici et maintenant tu passes sans même être invité !!!!! Tant de travail enfin récompensé, tu ne te rends pas compte du pas en avant qui est en train d’être fait dans votre relation. » J’explose de rire et fait rentrer Elias. « Bon, seulement pas de chance, Bonnie est sortie, je ne sais pas du tout quand elle va rentrer… Tu veux boire quelque chose ? » J’emmène Elias dans le salon mais avant même d’avoir pu écouter sa réponse je le prends par la manche et l’entraine jusqu’à ma chambre. « Tu pourrais juste m’aider à fermer ma valise s’il te plait ? Et je vanterai ta force et ta musculature légendaire à Bonnie, promis ! » J’ai à peine le temps de faire les yeux doux à Elias qu’il prend déjà les choses en main et me demande : « Monte sur ta valise je vais t’aider. Tu pars ou d’ailleurs ? » Quel homme, elle en a de la chance la Bonnie ! Enfin non, elle en profite si peu que ça en devient lassant… Je m’exécute et monte à califourchon sur mon énorme sac. « D’ailleurs tu n’auras pas besoin de vanter ma force, ta reconnaissance me suffit. » me dit Elias juste avant d’entreprendre la performance de l’année. J’explose de rire et pose une main sur son épaule d’un air solennel en désignant ma valise : « Si tu arrives à dompter ce monstre tu auras ma reconnaissance éternelle. L’appartement sera entièrement redécoré à ton effigie (en message subliminal pour notre chère amie Hopkins) et je te donnerai un double des clefs ! » Malheureusement pour Elias et Bonnie je suis la fangirl number one de leur futur couple. Et je dois dire que le travail qu’ils me donnent est absolument colossal et tous mes nombreux efforts méritent largement d’être récompensés. Quitter notre belle et douce Angleterre pour deux semaines pouvait être absolument catastrophique. Nos deux chatons méritent une surveillance maximale, à savoir 24h/24 et 7jours/7. Et oui, quand ils sortiront enfin officiellement ensemble je leur réclamerai un salaire. « Je pars deux semaines à NY avec Chandler et je te demande une seule chose Elias, UNE SEULE, ne fais pas de bêtises pendant que j’ai le dos tourné ! Si à mon retour j’apprends que Bonnie ou toi avez détruit tout mon travail de rapprochement, ma sentence sera si terrible que tu seras obligé de quitter définitivement Oxford et même l’Angleterre en emmenant Bonnie avec toi ! » Je souris lorsque Elias arrive enfin à fermer ma valise. Je m’assois par terre et souffle un bon coup tandis qu’il me répond : « Mais mon dieu, que veux-tu que je fasse, tu crois vraiment que je peux bousiller quelque chose ? Il n’y a plus rien entre Bonnie et moi depuis longtemps. Qui plus est tu n’oserais pas la bannir, c’est ta colocataire et ton amie. » Elias est tellement chou en disant ces mots que j’ai une folle envie de lui faire un câlin ! Mais pourquoi Bonnie ne tombe-t-elle pas dans ses bras… Je ne comprends pas. « Non je ne la bannirai pas, je ferais pire, je déménagerai et vous obligerai à vivre ensemble ! » J’explose de rire et tente de retrouver un peu de sérieux. Elias doit commencer à me trouver gonflante avec mes menaces en l’air. « Tu veux manger quelque chose ? Il nous reste quelques cookies d’hier. » Je sors de ma chambre et traverse le couloir pour atteindre la cuisine. « Tu veux du coca ? Un jus d’orange, kiwi, raison blanc et fruit rouge ? Il faudra vraiment que Bonnie m’explique pourquoi elle a choisi cette bouteille… » Je fais une pause, une main sur la porte du frigo ouverte. « Ce que je veux dire c’est que tout n’est pas perdu dans votre relation. On peut encore en tirer quelque chose. Je ne m’occupe pas des cas désespéré Elias, et je t’affirme que le votre n’en est pas un ! »

UC
Revenir en haut Aller en bas
 
Mission impossible l- Gem'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Personnalités utilisées
» CIBLE INACCESSIBLE ! MISSION IMPOSSIBLE ? [Yumi ESUKI, Kame no Kiri]
» Mission : Impossible... version Chapelier fou ! • Mad Swan
» Mission impossible ou pas [Kalyani]
» MISSION IMPOSSIBLE !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: