ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 19:53


Zelia Roxanne-Lullaby Curtis w/ Nina Dobrev
the characterthe person
→ habite à Cambridge.
→ âgé(e) de 20 ans.
→ né(e) le 22 juin 1992 à Londres.
→ est étudiante en art dramatique et audiovisuel, serveuse dans un des bars du campus.
→ un t-shirt likes boys
→ est actuellement célibataire depuis peu.
→ pseudo : Sur le net, j'apparais comme Smiling_Sun.
→ âge : J'ai seize bougies soufflées à mon actif.
→ comment avez-vous connu le forum ? Google est mon ami.
→ code : Da Vinci.
→ crédits : Tumblr est le nom de mon meilleur ami.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? Violets.


Dernière édition par Z. Roxanne-Lullaby Curtis le Dim 29 Juil - 16:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 19:54

it's my life, it's now or never
Un rendez-vous chez le psychologue. C'était désespéré et pathétique mais Roxanne ne voyait plus que cette solution pour essayer de trouver un moyen de combattre la partie d'elle dont elle avait tellement honte, la partie hors de contrôle. Elle se demandait parfois – d'accord, tout le temps – si ses pulsions... sexuelles n'étaient pas la part d'animalité qui sommeille en chaque être humain et qui se manifeste plus ou moins souvent et d'une manière différente chez chaque personne. Il était clair que le désir de la jeune femme avait quelque chose de bestial, d'incontrôlable et d'impatient, comme une bête sauvage. Et elle devait trouver un moyen de la dompter. Elle respira à fond une fois arrivée sur le seuil du cabinet du Docteur Jane Livingstone, psychologue spécialiste du comportement, et ouvrit la porte. Elle s'assit dans la salle d'attente blanche, déprimante, sur les sièges qui sont la définition même du mot « inconfortable », et croisa les jambes. Contre toute attente, elle était nerveuse.Parler de sa vie, de son trouble du comportement, à une inconnue lui faisait peur. Elle était en train de tapoter du bout des ongles un magazine, créant un rythme répétitif somnolant qui permettait de penser, lorsque le sosie de Meryl Streep avec des lunettes se pointa par la porte du bureau désormais entrouverte. « Roxanne Curtis ? » Elle avait un beau sourire qui paraissait sincère. Rox sourit aussi, se leva, rajusta sa robe et suivit le docteur dans un cabinet aux couleurs chaudes qui la mettait à l'aise. Elle s'assit dans le canapé qu'on lui désignait pour poser son sac avant de s'y allonger, les jambes sur un accoudoir. Ne sachant comment commencer, elle fut soulagée lorsque la psy lui posa la première question. « Pourquoi venez-vous me voir ? » Elle prit une grande respiration et se mordit la lèvre. Elle avait beau le savoir, L'UNIVERSITÉ entière avait beau être au courant, l'admettre à voix haute était autre chose. « Parce que... Parce que je... Parce que je suis nymphomane. » Voilà, la bombe était lâchée. Elle reporta ses yeux sur la quadragénaire pour observer sa réaction. Toujours ce sourire. « Et je veux m'en débarrasser, ça me pourrit la vie. » Parler lui enlevait déjà un sacré poids de la poitrine. Son interlocutrice hocha la tête. « Il est de coutume, lors de la première séance, que le patient me résume un peu sa vie. Dans votre cas, ce sera l'occasion de savoir quand et comment cette... particularité a commencé. Si vous en avez vraiment envie, nous trouverons une solution, je vous le promets. » Nouveau sourire. Ça y est, Roxanne était en confiance. Elle hocha la tête et se lança.

« Ma vie n'est pas intéressante. Je suis née un jour d'une chaleur étouffante, le vingt-deux juin mille neuf cent quatre-vingt neuf dans une clinique du centre ville. Les conditions climatiques, géographiques et moi avons fait vivre à ma mère un Enfer, d'autant plus que je suis née en plein après-midi. Je suis la fille de Benjamin Curtis, trader à la City, et de Virginie Duchemin, française venue faire carrière en tant que styliste dans la capitale anglaise. Il paraitrait qu'ils se sont connus dans un avion pour Paris. Mon nom entier est Zelia Roxanne-Lullaby Curtis. Je me suis toujours demandé pourquoi ils m'avaient affublée de tant de prénoms, je n'ai toujours pas eu la réponse. Mes parents ont longtemps essayé d'avoir d'autres enfants mais ça n'a pas marché et ils n'avaient pas le courage d'adopter ni de faire appel à la procréation médicale assistée, je suis donc restée fille unique. J'ai vécu une enfance tranquille, malgré le fait que je voyais peu mes parents. Ils se sont rattrapés en m'achetant. J'ai toujours eu tout ce que je voulais. Mon enfance à été rythmée par les différentes jeunes filles au pair de tous les pays qui restaient un an, deux au maximum. J'ai donc appris plusieurs langues en plus de mon anglais maternel et du français que ma mère utilise à chaque fois qu'elle me parle depuis que je suis née : italien, espagnol, allemand, la plus exotique étant quelques rudiments de japonais. Scolairement, j'ai toujours été excellente avec des tas d'amis.

Puis, le temps du lycée est arrivé. J'ai découvert que mon corps, qui avait tant changé pendant l'été, suscitait les regards envieux des garçons et jaloux des filles. Ma cote de popularité est montée en flèche, je suis devenue fêtarde, organiser des fêtes dans une maison vide avec piscine était facile et j'adorais ça. C'est lors de ces soirées que j'ai découvert les joies de l'alcool, de la séduction et... du sexe. Je ne sais pas comment ça a commencé ni pourquoi. Je sais que ma première fois était avec mon professeur de littérature anglaise de première, Jeremy Westwood. Il n'était pas beaucoup plus vieux que nous, il ne devait pas avoir plus de vingt-cinq ans, mais il y avait un arrière-goût d'interdit qui m'excitait encore plus que son physique et son aura. C'est ce qui m'a poussée à le séduire jusqu'à ce qu'il craque. L'expérience qu'il avait acquise a rendu mon expérience magique. Puis on est tombés amoureux, on est sortis ensemble quelques mois jusqu'à ce qu'il ait peur pour sa carrière et qu'il rompe, plutôt brutalement. À partir de ce moment-là, j'ai commencé à couché avec tous les garçons qui me faisaient de l'oeil. Je ne peux même pas dire sortir, parce que je ne les connaissais pas et que je ne les rappelais jamais après. C'était des jouets pour me faire oublier ma douleur. Sauf que la douleur est passée et que j'ai continué mon petit jeu. Mon désir est devenu plus grand pour finir par devenir incontrôlable. La Terminale est arrivée, et tout au long de l'année j'ai joué avec mes petites poupées que je pouvais manipuler exactement comme je le voulais. Je ne voulais plus tomber amoureuse, et j'avais trouver le bon moyen pour me faire plaisir sans souffrir. Au milieu de tout ce bordel, j'ai réussi à conserver mes résultats scolaires excellents et mon dossier d'inscription à Cambridge a été accepté. J'allais enfin prendre un nouveau départ pour me construire une nouvelle vie. Ou du moins, c'est ce que je pensais.

Je suis rentrée à Cambridge, me suis installée dans un grand appartement pas loin du campus. J'étais déterminée à commencer une nouvelle vie, à devenir une nouvelle femme. Malheureusement, ça ne s'est pas passé comme je l'avais prévu. À peine l'année scolaire avait-elle débutée, ça a repris comme en l'an quarante... Exactement le même manège, à croire que je n'avais absolument rien décidé. C'est là que j'ai compris. C'était devenu plus fort que moi. Je ne pouvais plus revenir en arrière, c'était trop tard. Je l'ai accepté progressivement. C'était comme ça, point. J'allais de fête en fête, de mec en mec. Je veux devenir actrice, je prends des cours d'art dramatique et d'audiovisuel tout en allant à des castings et en me promenant dans les couloirs avec ma caméra. C'est comme ça que j'ai rencontré Matthew, mon petit ami... ou du moins, il l'était jusqu'à hier. Je l'ai rencontré en lui rentrant dedans alors que je filmais. Je l'aimais bien, j'aurais même pu en tomber amoureuse. C'est pour lui que j'ai décidé de changer, de faire quelque chose. J'y mets toute ma volonté, mais je n'y arrive pas toute seule. Il a été très patient mais il en a eu marre et je le comprends... Je ne veux pas passer à côté d'une autre relation à cause de ça. D'où ma visite ici. Bien sûr, le Judging Cambridge Club me considère comme une traînée, s'amuser est un concept que ces BCBG ne connaissent pas. Mais je m'en fous complètement. Ce n'est que des listes. Je ne vais pas m'arrêter de vivre juste pour être en tête d'une de ces conneries. Mais à part cette particularité comme vous dites, je suis plutôt fière de ma vie et de qui je suis devenue. J'ai plein d'amis, mes professeurs m'aiment bien, une vie sociale bien remplie, de bons rapports avec mes parents, j'ai passé un casting pour le rôle principal d'une série et le producteur a l'air plutôt intéressé... Il ne me reste plus qu'à trouver l'amour et à être capable de le garder... Pensez-vous que vous pourrez m'aider ? »

Roxanne se rassit sur le canapé et regarda Madame Livingstone. Celle-ci, toujours le sourire aux lèvres, regardait sa patiente en hochant la tête. « Nous allons voir ce qu'on peut faire. On va prendre rendez-vous pour la semaine prochaine. Vous êtes libre mercredi prochain à la même heure ? » Ce fut au tour de la jeune femme d'hocher la tête. Elle fouilla dans son sac, sortit son agenda et un stylo pour y noter cette nouvelle habitude avant de sortir son chéquier. « Combien je vous dois ? » « Cinquante dollars, s'il vous plaît. » Elle remplit le chèque et lui tendit. « Merci. À la semaine prochaine, Docteur. » « À bientôt, Roxanne. Nous allons faire de grandes choses ensemble. » L'intéressée rangea ses affaires, sourit et passa le seuil du cabinet, déjà un peu soulagée d'avoir trouvé quelqu'un à qui parler et qui était apte à régler son problème.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Je m'assure qu'il est bien producteur, pour commencer. Ensuite, je lui demande le scénario, j'accepte, je lui saute au cou puis je retourne chez moi pour bosser mon rôle comme une malade en attendant le tournage, excitée comme une puce !

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je retourne sur mes pas, attendrie puis l'emmène sur un banc où je la pousse à parler pour exorciser ses souffrances. Après son récit et quelques conseils réconfortants, je lui donne mon numéro en lui disant de m'appeler si jamais elle a besoin de parler. C'est normalement le début d'une amitié. Eh oui, qu'est-ce que vous voulez, je déteste voir les gens malheureux alors je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour les sortir des situations qui les rendent malheureux.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? À chaud, vu que je suis probablement dans le même état, je le laisse faire, voire amplifie le baiser voire... fais en sorte qu'il finisse dans mon lit. Ben quoi ? Même si on est de la même famille après tout, c'est un homme. Et moi et les hommes, on sait tous ce que ça donne... À froid, je mets les choses au clair, je me rhabille et on retourne à des relations familiales, tout ce qu'il y a de plus acceptable en société.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Soit une nuit au Fez de Cambridge, soit une soirée au théâtre à Londres. Ne me demandez pas de mettre les pieds à Oxford, quand aux geeks et aux jeux vidéos, je n'y comprends strictement rien.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Ma réputation - méritée - de nymphomane me pèse. Je donnerais n'importe quoi pour être capable de résister, j'y mets toute ma volonté. Mon plus grand rêve serait d'y arriver pour pouvoir vivre une vraie et longue relation d'amour sincère avec un homme. Mais je me dis qu'au fond, si je n'ai pas encore trouvé assez de force pour y arriver, c'est que je n'ai pas encore trouvé le bon, je ne suis pas encore réellement tombée amoureuse. Je suis sûre que lorsque cela arrivera, j'arriverai à résister et à combattre mes pulsions et, qu'enfin, je n'aurais plus d'yeux que pour un seul homme.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Je lui dis de révéler mon secret, de le crier sur les toits même, de détruire ma vie, du moment qu'il ne touche pas au moindre cheveu de quiconque qui est aimé de moi. Ils sont plus précieux et plus utiles au monde que je ne le serai jamais.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Si vous me posez la question, c'est que vous ne me connaissez pas ! Je ne suis pas le genre de fille passive qui se laisse marcher sur les pieds, mais une battante, une fonceuse qui échafaude des plans farfelus qu'elle mène toujours à bien pour arriver à ses fins. L'adversité ne me fait pas peur, et si je sens que cet homme est l'homme de ma vie, alors je pourrais aller jusqu'au bout du monde, me battre jusqu'à ce que mon plan soit victorieux, peu importe si je dois verser du sang, des larmes ou de la sueur, j'aurai ce que je veux. Alors, si je dois choisir un de vos trois adjectifs, je dirais stratégique. Peu importe qui se met en travers de mon chemin, si j'ai décidé d'atteindre mon but je l'évincerai sans aucun remord. Donc, mieux vaut être avec moi que contre moi. You've been warned. Sauf si sa copine est une très bonne amie. Dans ce cas-là... On verra, mais il est très probable que je m'écrase pour le bonheur d'un être aimé.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Dans dix ans ? Dans mes rêves les plus fous, une décennie plus tard, je serai une comédienne internationalement connue et très prisée, avec de très nombreux grands rôles à son actif et un agent reconnu. Une femme mariée à un homme formidable, avec deux enfants et un bel appartement en plein centre de Londres ou de New York, sans compter une maison de vacances dans un lieu paradisiaque à définir. Oui, je me vois riche et installée dans une vie de séries télé, et alors ? À noter que, malgré mon succès, je saurai toujours protéger ma vie privée et ma famille avant tout le reste, bien évidemment !

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Truth, it's obvious. (oui, moi aussi je fais des rimes !)

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Ton papa a parfaitement raison mon chou, mais il va de soi que pour devenir Reine d'Angleterre - ou pour exercer tout autre métier d'ailleurs, il faut mieux étudier à Cambridge où règne l'excellence. C'est la meilleure et la plus belle université du pays. Si tu arrives à y rentrer, c'est que tu as déjà l'étoffe d'une Reine !

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Club Cambridge ? » Le Judging Club Cambridge, ou le JCC comme on l'appelle sur le campus, est un club qui observe chaque geste, chaque tenue, chaque note de chacun des étudiants de l'Université de Cambridge. Chaque semaine, ce club établit un classement, basé sur ses observations, de tous les étudiants de l'université, du meilleur au moins bon. Je suis toujours dans les derniers d'ailleurs, mais je m'en fous royalement. Bref. Ce classement est une référence pour tous les étudiants qui s'y réfèrent et essaient chaque semaine de remonter dans le classement. Le JCC est cible de l'admiration de tous les élèves. Ces membres sont motivés et très attachés à l'université, garants des bonnes manières et de la classe à l'anglaise.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Non, c'est tout à fait le contraire ! Les TroubleMakers agissent à Oxford, et ils sont là pour pourrir au maximum la vie des étudiants.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Je pense, oui, mais tu ferais la plus grosse bêtise de ta vie !

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par Z. Roxanne-Lullaby Curtis le Dim 29 Juil - 18:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 20:09

yeaaah roxanne (L)
Bienvenue à toi et parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 21:23

Bienvenue sur ttr
excellent choix de pévario
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 21:36

DOBREV
Bienvenu et bon courage pour ta fichette! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 23 Juil - 23:50

LES CHANSONS D'AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR
LOUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS

Bienvenue, officiellement, parmi nous
N'hésite pas si tu as des questions heart.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mar 24 Juil - 16:20

Bienvenuuuuue sur TTR ! Bon couraaaage pour ta fiche ! Je suis Tim aussi Excellent choix de pévario, j'espère que tu seras la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mar 24 Juil - 16:49

Welcome
Super péva & lullaby c,est tellement cute comme nom
Bonne chance pour ta fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mar 24 Juil - 17:07

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mar 24 Juil - 20:01

Welcooooooooooooooooooooooooome
Nina
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mer 25 Juil - 11:23

Haaa bienvenue ! Ma meilleure amie me manquait.. heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mer 25 Juil - 11:39

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Mer 25 Juil - 12:23

ROXAAAAAA[...]AAAAAAAANNE bienvenuuuuuuuuuue et excellent choix d'péva bon courage pour ton histoiiiiiiiiiiire *O*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Dim 29 Juil - 13:05

MERCI TOUT LE MONDE
Fiche terminée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   Lun 30 Juil - 0:28

super ficheeeeeeee je valiiiiide
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
ZRLC - La guerre à trois n'aura pas lieu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerre de Troie n'aura pas lieu. [PV Maf' & Chad & Mickaël]
» La Guerre de Troie n'aura pas lieu [PV Hélène]
» Georges Wilson...
» Mini Miss
» La vie n'est que l'interminable répétition d'une représentation qui n'aura jamais lieu. { Pv ; Eorthan }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: