(m) NEWTON HAYDON ◢ hush it's ok, soulmate dry your eye, 'cause soulmates never die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: (m) NEWTON HAYDON ◢ hush it's ok, soulmate dry your eye, 'cause soulmates never die    Dim 22 Juil - 15:20

Elijah Luke
Carvill

23 ans; hétéro/bi;
honnêteimpulsifdéconneur têtupassionnécasse couilles
. . . . . . . . . . . .

pourquoi prendre ce personnage ? Parce que c'est le meilleur ? Haha, hm. Si vous aimez les relations complexes, vous êtes servis. L'évolution du lien entre Elijah et JJ est totalement imprévisible. J'aime avancer au feeling, en voyant comme les choses évoluent, et dans ce cas précis il y a vraiment énormément de possibilités. Tout ça prendra forme au fil de leur avancée dans le jeu, Elijah est un élément indispensable de la vie de JJ. Leur relation sera plein de rebondissements et je suis impatiente de jouer tout ça.
A coté, je préviens que je suis adepte des réponses plutôt longues quand je me lance dedans. Et une (vraiment) bonne orthographe est nécessaire pour mon bien, c'est vrai aussi. Le prénom / nom est totalement négociable. Harvey l'est beaucoup moins, mais s'il ne vous plaît pas du tout et que vous avez une autre idée, vous êtes libres de proposer, ça peut passer.
Merci d'avoir lu, j'espère que mon petit mec vous plaira.

sum-up
→ Elijah est à Oxford en particulier grâce à son talent. C'est un artiste, peu importe de quelle discipline précise, tant qu'elle est "visuelle" : dessin, peinture, photographie, etc. Il est passionné.
→ Il est célibataire et à déjà eu des relations assez sérieuses, sans pour autant passer le cap de l'emménagement en couple. Il peut être séducteur, coureur ou pas spécialement dragueur, peu importe.
→ Il vit depuis trois ans avec JJ, avec qui il entretient une relation complexe, bien que platonique (voir lien). Ils sont très complices et maitrisent l'art de se faire chier. C'est cette relation qui l'a freiné pour s'installer avec ses petites amies, il ne veut pas laisser JJ seule, ni se retrouver sans elle. Pas pour le moment.
→ Il est très impulsif et fait souvent des crises de nerfs où tout ce qui passe sous ses mains est bon à être envoyé dans un mur. JJ est une des seules personnes à savoir le calmer.
→ Il aime faire la fête et se sent totalement Oxfordien, assez engagé dans la lutte Oxford / Cambridge, au grand désespoir de JJ qui trouve ça assez ridicule.
→ Il reste avant tout un artiste passionné, ce qui le rend légèrement décalé aux yeux des autres, il apprécie cette marge que seule JJ franchit avec ses gros sabots.
→ Son histoire en elle-même est totalement libre.

jaxon juliet huntsman (w/ julia johansen)
« JJ ! » La voix d’un brun à la vingtaine à peine passée retentit dans l’appartement minuscule. La rousse, en culotte, se traina jusqu’à lui sans la moindre motivation. Elle posa ses yeux sur son colocataire, dépitée, et se laissa engueuler le temps qu’il fallait. Non, elle ne devait pas rentrer après une heure du matin et oublier de fermer la porte. Non, elle ne devait sûrement pas se mettre à bosser alors qu’elle était à moitié défoncée et foutre de la peinture partout. Non, elle devait encore moins aller se coucher en espérant que tout ait disparu le lendemain matin. Ses pieds engourdis par le réveil brutal lui firent faire demi-tour et elle retourna se plonger dans son lit. Il restait treize minutes avant que son alarme ne se déclenche. Il abusait.
L’appartement en question était réduit à un espace si petit qu’aucun moment d’intimité ne leur était accordé. Trois des pièces du logement avaient été réunies en un seul et même espace, un immense atelier où les deux exerçaient leur passion. Elle et son colocataire, une relation qui avait débuté à partir d’une même galère : se loger sans tomber sur un gros con pervers / une salope accro à la coke. Une relation trop complexe pour à peu près tout le monde. Ils se cassaient mutuellement les couilles, et, s’il ne s’était jamais rien passé et ne se passerait jamais rien entre eux, cela simplement parce qu’ils se connaissaient beaucoup trop, les deux avouaient sans gêne que l’autre aurait pu être l’homme / la femme de sa vie. Mais les conditions avaient joué en leur défaveur, et ils n’y voyaient pas tellement de problème.

« JJ ! » Un sourire apparut sur le visage de la jeune. Il était venu la chercher, au final. Elle, assise sur un trottoir, les jambes bleues de commotions, les bras bleus de froid. Ca avait recommencé. Dans la douceur de son quotidien, elle avait retrouvé la seule drogue à laquelle elle était réellement accro : la violence. Un beau blond un peu trop brute et l’artiste fondait. Et l’artiste se brisait. Son colocataire venait ramasser les morceaux, en râlant toujours un peu plus, en tardant toujours un peu plus. Un jour, il ne viendrait plus, c’était sûr. Mais, pour l’instant, Jaxon et son nom de garçon avaient le droit à la chaleur du corps du brun pour éponger leurs maux. « Tu m’emmerdes, bordel ! T’avais dit une inauguration de galerie, putain, elle est belle ta galerie. ». Elle cacha son visage dans ses mains et ferma les yeux jusqu’à ce que le moteur s’arrête. Une bonne nuit de sommeil, et ce serait fini.

« JJ ! » Le coloc sourit de bon coeur, la rousse lui lança un regard arrogant. Le premier prix était pour elle. Elle le savait, qu’elle était la meilleure, de toute façon. Elle le savait, quand elle passait des nuits à trembler dans les bras de celui qui partageait son appart, quand elle ruinait ses journées en n’écoutant rien et en s’imaginant arriver dernière. Elle le savait, évidemment. Un concours de merde, elle l’avait dit, un peu après, haussant les épaules pleine de fausse modestie. Ses doigts frêles tenaient maladroitement son prix tandis qu’elle savourait doucement la victoire qui chauffait son ventre. Ses doigts pleins de talent, qui l’avaient mené jusqu’à la prestigieuse université d’Oxford. Ses doigts suivant sans problème son esprit vif qui s’était toujours amusé de la publicité et des autres moyens de manipuler par l’image. Ses doigts aux ongles rongés, trahissant des angoisses qu’elle essayait de cacher. « Jaxon Juliet Huntsman, je suis fier de toi. » Le brun se prit un ta gueule auquel il répondit par un rire franc. Elle abusait.

« JJ ! » Aucune chance pour le colocataire de la faire parler, ni même sourire. Elle boudait. Il avait encore pété sa tablette graphique, avec ses conneries de crises de nerfs à deux balles. Elle râlait, elle grognait, mais ne voulait plus lui parler. A lui qui la connaissait si bien, lui qui savait à quel point son arrogance légendaire n’était qu’une barrière pour barricader l’accès à sa petite bulle si fragile. A lui qui la connaissait par cœur, lui qui savait que même quand elle restait en retrait, comme elle aimait tant le faire, elle participait de toute part à la scène. Elle absorbait les discussions, photographiait mentalement les tics et mimiques, réagissait par ses gestes et ses coups d’œil. Elle le boudait et comptait bien continuer jusqu’à ce qu’il lui rachète une tablette. Aussi têtue qu’emmerdeuse, aussi déchainée et décalée qu’observatrice et réservée, JJ menait la vie dure tant à ses amis proches qu’aux inconnus qui la contrariait.

Revenir en haut Aller en bas
 
(m) NEWTON HAYDON ◢ hush it's ok, soulmate dry your eye, 'cause soulmates never die
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) Harvey Newton-Haydon ▼ Acide à s'en brûler le coeur
» (M) Harvey Newton-Hayden (Négociable) ◭ A Drummer player.
» CASTIEL KONRAD SHEFFIELD ► Harvey Newton Haydon
» (m) harvey newton haydon + j'ai besoin de toi comme d'une infirmière
» (M/LIBRE) HARVEY NEWTON HAYDON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: