GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:19


Gabriel Caleb Morgan w/ Colton Haynes
the characterthe person
→ habite à Oxford
→ âgé(e) de 21 ans.
→ né(e) le 18 janvier à Oxford.
→ est étudiant en médecine.
→ un t-shirt likes girls
→ est actuellement célibataire
→ pseudo : Stan ou Eze'
→ âge : 22 ans
→ comment avez-vous connu le forum ? Je connais quelques personnes déjà inscrites.
→ code : Andy a dit ouiii
→ crédits : ...
→ je m'en fou d'eux je ne les aime pas. Je préfère les pommes et les Kiwis ! Eux ils poutrent tout ! blabla.


Dernière édition par Gabriel C. Morgan le Dim 22 Juil - 20:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:19

it's my life, it's now or never
Gabriel est né à Oxford, en compagnie de son jumeau, de quelques minutes son ainé. Nés dans une famille aux revenues plutôt généreux et stables, ils n'ont jamais manqué de rien, que ce soit d'amour ou d'argent. Leur vie fut des plus paisibles avec pour seule contrainte, de réussir leur vie. Le deal était des plus simples. Papa maman sont là pour vous, vous choient et vous soutiennent financièrement à condition que vous soyez capable de garder le contrôle de votre vie et de devenir un grand de ce monde. Et ça tombait plutôt bien puisque, leur père étant médecin, les deux garçons ne tardèrent pas à ressentir une véritable passion pour cette discipline. Tout deux souhaitant devenir chirurgiens. Gabriel en neurologie et Mathias en cardiologie. Autant dire que leurs parents étaient complètement derrière eux. Les jumeaux eurent une enfance des plus tranquille. Ils détestaient tout deux les repas mondains, les esquivant autant que possible ou faisant preuve de mauvaise volonté. Ils firent leurs classes ensemble, devenu purement inséparables et furent envoyés chaque année dans un pays d'Europe pour s'ouvrir l'esprit. C'était surtout l'occasion pour eux, de découvrir de nouvelles cultures et de s'éclater partout sur le globe. Les voyages commencèrent à l'âge de 14 ans et un rythme d'un par an, à chaque vacances d'été. C'était bien sûr sous réserve qu'ils obtiennent le passage à l'année scolaire supérieure mais ce ne fut jamais un problème. Les deux garçons étaient brillants. Mathias, bien plus sage et calme que son jumeau avait la dure tâche de le canaliser. Ce qui n'était pas toujours une réussite. Gabriel était déjà impulsif, cogneur de renom et débaucheur sans nom. Autant dire que Mathias n'arrivait pas toujours à le tenir, surtout loin des parents. Mais leur complicité l'emportait toujours sur le reste. S'ils appréciaient tant ces voyages, c'était justement parce qu'ils les faisaient ensemble.
A l'âge de 16 ans lors d'un voyage, Mathias tomba raide amoureux d'une fille. Elle plaisait aussi à Gabriel mais il était bien trop turbulent encore pour s'imaginer en couple. Sachant son jumeau sur le coup, il resta en retrait. Et un couple naquit. La jeune fille en question n'était de toute évidence pas insensible au charme destructeur de Mathias. Cette année là, le retour à Oxford fut des plus douloureux pour Mathias. Gabriel lui, était plutôt heureux de retrouver son jumeau pour lui tout seul. L'année qui suivit, tandis qu'un nouveau voyage était prévu, Mathias préféra retourner dans le même pays que l'année précédente pour y retrouver sa petite amie. Ce fut source d'une grosse dispute entre les deux frères qui en vinrent aux mains tant Gabriel avait été odieux. Mathias partit retrouver sa petite amie et Gabriel préféra faire un autre voyage seul. Ils ne se donnèrent aucune nouvelle, la rancoeur les tenant. Gabriel avait dit des horreurs et Mathias le lui avait bien rendu. Il valait mieux laisser passer un peu de temps. Ils ne savaient pas encore, tout deux, que de temps, ils en manqueraient.

Gabriel avait reçu un appel de son père un soir. Un appel qu'il n'avait pas vraiment compris. Il avait entendu quelque chose d'étrange dans la voix de son père. Ce dernier lui avait finalement dit de profiter de la fin de son périple avant de rentrer. Gabriel n'avait pas cherché plus loin. C'était ainsi. Il avait 17 ans et son père devait surement avoir à coeur de discuter avenir ou ce genre de choses. La question Cambridge ou Oxford faisant déjà rage à la maison. Il venait d'avoir son diplôme, comme Mathy, et ils devraient tout d'eux choisir leur école. A moins que... En rentrant chez lui, il s'attendait à retrouver son jumeau. Il devait être rentré un jour avant lui. Pourtant, lorsqu'il prononça son nom dans la cuisine où il venait saluer sa mère. Elle ne put qu'exploser en sanglot. Son père, plus fort, vint la réconforter et une discussion grave s'en suivit. Mathias avait eu un grave accident. Il ne reviendrait plus. Gabriel entrerait seul à l'université, il deviendrait seul chirurgien et vieillirait seul, privé de son jumeau.
Ce qui suivit fut l'enfer. La dépression, l'angoisse, la souffrance la plus insoutenable... Gabriel s'enferma dans un comportement impardonnable. C'était Mathias qui prenait soin de lui avant, qui l'encadrait, le protégeait, l'empêchant de se mettre dans les mauvais coups. Drogues, alcools, bagarres, débauche... Ses parents s'inquiétèrent pour lui jusqu'à ce qu'ils comprennent qu'il ne changerait tout bonnement pas. Cela ne l'empêchait pas de réussir, d'être brillant, alors en quoi fallait-il qu'il change ? Pour être un peu plus Mathy que Gabe ? Impossible. Mathy devint un sujet tabou à la maison. Il choisit Oxford sans véritable conviction. Là-bas, sa réputation est en demi-teinte. Il est brillant, promis à un avenir radieux et donc respecté pour cela. Mais c'est aussi un trouble-fait indomptable, une boule de nerfs. Certains le soupçonnent d'être un Troublemaker sans véritablement pouvoir le prouver. Ils se basent sur ses agissements. C'est certain, il n'est pas le plus raffiné, il est surement l'un des plus fous et sans limite, mais il ne se cache pas. S'il en était, il s'arrangerait surement pour paraître parfaitement calme, pour garder l'anonymat. Lui n'est pas de ceux là. S'il vous déteste, vous le saurez. Si vous tombez sur un de ses mauvais jours, vous le saurez très rapidement aussi. C'est un petit con, un vrai salaud parfois. Le chaud et le froid, il connaît par coeur. La jeune fille qui lui a pris son frère est en ville, comme s'il ne souffrait pas assez. Elle est devenue une jolie jeune femme, il s'en serait douté. Il n'est pas indifférent, à son plus grand damne. Mais il la déteste aussi bien souvent.



truth or (almost) dare

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Gabriel avait bien failli esquiver le type, le snober complètement. Non pas parce qu’il ne voulait pas lui parler ou qu’il était du genre à snober ainsi. Simplement, il venait de passer une bonne heure, allongé dans l’herbe avec son casque sur les oreilles et il était encore complètement perché lorsque l’autre avait tenté de l’arrêter. Gabe s’était tourné vers lui, ne se rendant pas compte immédiatement qu’il n’entendrait rien avec son casque, il mit un certain temps à sortir de son immobilisme. Il fit tomber son casque sur ses épaules. « Pardon ? » Fit-il alors, pas le moins du monde agressif contrairement à son habitude. L’autre sortit un dossier d’une centaine de pages et l’agita devant Gabe en s’expliquant. « Ca fait une heure que je t’observe de loin et tu me plais. » Gabe arqua un sourcil, soucieux de ne pas mal comprendre les mots du type. « Je prépare un film, et autant dire que j’ai besoin d’un mec comme toi, tu planes complet, t’es dans ton monde, je suis sûr que tu ferais l’affaire. » Gabe l’avait écouté. Il était quelque peu rassuré d’avoir attendu la suite, le type n’en voulait pas à son corps. Enfin pas de la manière qu’il avait imaginée plus tôt. Il détourna le regard cependant et le jeta dans l’horizon. « Je ne fais pas de cinéma, désolé, pas intéressé. » Fit-il sèchement. Gabe avait toujours ce ton un peu dur sans le vouloir. Il commença à filer mais fut retenu par la poigne de son interlocuteur. « C’est le rôle de Tim, un mec, un vrai mec, perché, dans son monde, un petit dur qui pourtant cache bien des faiblesses. Je suis sûr que tu serais parfait dans le rôle. Réfléchis-y. » Le type claqua le script sur le torse de Gabe qui posa sa main dessus pour le retenir. Il laissa l’homme s’éloigner, ahuri par ce qu’il venait de dire. Son regard se perdit sur le script. « Je fais de la médecine connard… » Il souffla légèrement et reprit sa route, jetant le script dans la première poubelle qu’il croisa.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Gabriel s’était assis à la terrasse d’un café avec une amie. Sur la place, non loin. Une gamine pleurait toutes les larmes de son corps en se lamentant sur son cornet de glace et en chantant affreusement mal une chanson très désagréable aux oreilles du jeune homme. S’il ne bougeait pas depuis une demi heure, c’était simplement parce que son amie, une petite nana au cœur tendre s’était prise d’affection pour la gamine. Elle ne cessait de parler d’elle depuis le début. « La pauvre petite… Mais on se demande où sont les parents… Elle doit avoir mal quelque part ou s’être perdu, tu ne penses pas ? » Gabe n’avait pas le cœur à ça. Il n’aimait pas particulièrement les enfants et encore moins les chouineuses. Devant l’absence de réaction de Gabe, l’amie au cœur tendre reprit « On peut pas la laisser comme ça… Ca me fait du mal de la voir comme ça, elle a surement besoin de réconfort… » Gabe fut tout aussi impassible malgré un regard vers la gamine. Son amie se leva alors et se dirigea vers la petite. Gabe souffla légèrement et se leva à son tour. Il enfouit sa main droite dans sa poche et en sortit un peu de monnaie qu’il déposa sur la table pour payer l’adition. Il rejoint alors son amie qui s’était installée à côté de la petite. Il resta cependant un peu en retrait et s’alluma une clope. Il s’en foutait royalement de la gamine. L’amie de Gabe s’évertuait à la rassurer, à lui dire des trucs niais, à lui demander ce qu’elle avait, à prendre soin d’elle. La gamine ne cessait de pleurer. La tête de Gabe n’allait pas tarder à exploser. Devant l’impuissance de son amie, Gabe ne put retenir son envie de prendre en main la situation. Il s’approcha alors de la gamine, lui faisant face. Il s’abaissa légèrement, les mains en appui sur ses genoux. « Hey... T’en fais pas un peu trop là ? » Fit-il en fixant la gamine d’un air absolument sérieux. L’amie lui lança un regard désobligeant qu’il préféra ignorer pour maintenir le regard de la gamine. Celle-ci l’observa et cessa de pleurer en quelques petits derniers gémissements. Le contact visuel fut maintenu et Gabe afficha un léger sourire en coin. Celle qui de toute évidence était la mère de la gamine, vint la chercher, fusillant les deux jeunes gens du regard comme s’ils étaient impliqués dans un réseau de pédophilie. Gabe se redressa et se tourna vers son amie. « Mais c’est quoi ton problème… » « Elle a arrêté de chialer non ? C’est tout ce qui compte. » « Mais elle avait surement une bonne raison de pleurer… » Gabe souffla et répondit « Tu parles, la plupart des gens chiale pour un rien, ils se rendent compte de l’absurdité de leurs anciens chagrins quand ils en vivent un véritable. Et puis parfois, il vaut mieux recevoir un bon coup de pied au cul qu’une papouille dans le dos. »

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? C’était l’euphorie totale. Une soirée extase dans l’une des boites les plus huppées de Londres. Il y avait là tout le gratin de la ville, les bourgeois, les garçons et filles de bonnes familles. Ceux-là même qui arrivaient en smoking et tenues apprêtées pour très vite, après quelques verres d’alcool, tomber la chemise et danser sur les tables, la cravate détendue, pendant autour du cou. Les filles elles, préféraient ôter leur talons hauts pour les troquer contre une petite paire d’escarpins bien plus confortables, pour finalement finir la soirée aguicheuses à se déhancher sensuellement, se frottant à tout ce qui est plus chaud qu’elles. Gabe n’était pas en reste. Son corps affuté avait de quoi attirer jusqu’aux filles de bonnes familles et il n’était pas contre l’idée de les pervertir. C’est le t-shirt collé de sueur contre son torse et ses épaules qu’il accueillait dans ses bras, les plus belles filles du coin, ne se privant pas d’en profiter, bien qu’avec un minimum de respect. Il n’irait pas plus loin ce soir. Il était venu ici avec sa cousine, de 4 ans sa cadette et il se devrait de la raccompagner. Il était déjà bien assez éméché et devrait assuré tout de même. Lorsque sa cavalière l’embrassa à pleine bouche, allant jusqu’à jouer avec ses amygdales, il lui rendit la pareille avant de lui sourire légèrement et de filer « je peux pas ce soir. » Il s’éclipsa en la gratifiant d’un sourire toujours aussi charmeur. Il avait mis le feu au corps de la jeune fille et il ne manquerait pas de raviver ce souvenir s’il venait à la revoir un soir. Il chercha sa petite cousine qui n’avait pas perdu de temps elle non plus. Dans les bras d’un type, Gabe vint derrière elle et posa ses mains sur les hanches de la gamine. « Je te ramène ? » Elle fit la moue en lui adressant un regard et le type en face d’elle insista. « Elle est mineure alors oubli ou jt’envoi la brigade des mœurs. » Lâcha Gabe moins sympa qu’au départ. Le type se barra, non sans injure. Mais il était parti, c’était au moins ça. « Comment tu me casses mon coup… » Fit sa cousine tout en se pendant à son cou. Gabe lui sourit « tu mérites mieux que ce guignol en grandes pompes et ton père me tuerait s’il savait que je t’ai amenée ici, alors si en plus tu y perds ta virginité, je peux dire adieu à mes bijoux de famille » Il fit une grimace pour ponctuer la fin de sa phrase. Elle explosa de rire et enfouit son visage dans le cou de son cousin, euphorique. « Une chose est sûr, je ne te ramène pas chez toi, je vais appeler tes parents pour les prévenir que tu dors chez moi. Il vaut mieux qu’ils ne te voient pas comme ça. » La cousine acquiesça et le suivit à l’extérieur. Un bras par dessus les épaules de la jeune fille, il appela les parents. Tandis qu’il était au téléphone, la gamine se plaça devant lui, continuant la route à reculons. Elle aimait à le déconcentrer lorsqu’il appelait les parents et devait paraître un minimum sérieux. Elle lui fit alors des tonnes de grimaces puis voyant qu’il esquissait à peine des sourires, gardant le sérieux de la conversation téléphonique, elle l’interrompit par un long baiser langoureux. Il resta complètement ahuri, se stoppant net dans sa marche et n’écoutant plus vraiment la conversation. La gamine s’écarta avec un sourire diabolique et Gabe toujours pantois fut ramené à la réalité par la voix du père. « Euh... Oui oui, je… prends soin d’elle. » Après ce qu’elle venait de faire, ça sonnait pire que faux. En montant dans l’appartement de Gabriel, sa cousine continua son petit jeu de séduction étrange. Gabriel n’aurait su dire si c’était un jeu ou quoi, et il aurait encore moins su dire s’il aimait l’idée ou pas du tout. Il n’avait jamais pensé à sa cousine de cette façon. Elle était canon, sexy et carrément attirante mais… Ils entrèrent dans l’appartement et sans que Gabe n’ait le temps de faire quoi que ce soit, leurs lèvres se rencontrèrent de nouveau. Elle lui mordilla la lèvre inférieure « Qui te dit que je t’ai attendu pour perdre ma virginité… » Gabe lui rendit son baiser puis repenti, s’écarta « t’es complètement dingue… va dormir, demain ta gueule de bois te fera regretter tout ça. » Elle l’embrassa de nouveau, violant ses lèvres « J’ai souvent imaginé ce moment Gabe… » Sur ses mots Gabe s’écarta de plus belle et la toisa, inquiet.
« Quoi t’as pas envie de moi ? Je suis si affreuse que ça ? » Gabe ne répondit pas. Il était complètement sous le choc. Elle le prit très mal et s’enfuit, claquant la porte de la chambre de Gabe. Le jeune homme resta planté dans le couloir quelques minutes puis la rejoint dans la chambre. Il vint s’allonger derrière elle et la prit dans ses bras comme il le faisait tout le temps. « Tu déconnes ? T’es plus que canon, je suis à deux doigts d’appeler la brigade des mœurs pour m’empêcher de déraper… » Il sourit contre sa peau en l’embrassant dans le cou. Il laissa échapper un petit rire, l’entendant elle-même rire et enfouit son visage dans sa nuque. Ils dormirent. Comme d’habitude.


→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? En vérité Gabriel ne tient pas en place alors inutile de préciser que vous ne le verrez jamais toute une nuit au même endroit. Surtout un samedi soir. Généralement, il commence par boire quelques verres dans un appartement, que ce soit celui d’un ami ou celui d’un ami d’un ami. Il aime commencer doucement, se chauffer tranquillement. Puis il décide qu’il est temps de sortir et là c’est sans hésitation qu’il se rendra au Carling. D’une parce que c’est le meilleur endroit qu’il connaisse pour faire la fête, et de deux parce que plus tard dans la soirée, il serait incapable d’y entrer, il se ferait refoulé, trop alcoolisé. Le voilà donc au Carling. S’il ne fait pas la rencontre d’une délicieuse créature, il finira surement sa soirée au O'Donoghue's pour profiter d’une ambiance plus calme. Là il se finira complètement. Il en a passé des nuits à dormir sur sa table dans un coin de se bar, réveillé par le patron, habitué à ses passages nocturnes. Il y est très apprécié, et pas seulement pour l’argent qu’il y laisse. Il est tout bonnement un bon compagnon de beuverie et se sent bien plus à l’aise dans une ambiance pub, discussion et déconnade autour d’un verre que dans l’orgie d’une boite de nuit. Il y a même passé quelques nuits, lorsque le patron l’autorise en le voyant bien incapable de rentrer. Il faut dire que le petit gars est un peu bagarreur et que le patron, paternaliste, prend soin de lui éviter plus de déboires encore.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? (Gabe ne croit pas en dieu alors il est complètement improbable qu'il aille se confesser mais admettons...) "Je la déteste… Il me manque tant. Elle me l’a prit. Je pensais que cela ne durerait qu’un été, qu’il reviendrait. Je ne l’ai jamais revu... Je la hais. Parfois j’en viens à rêver que je la tue. Elle m’a pris mon frère, mon jumeau, mon autre moi. J’ai envie de lui faire du mal, de la voir souffrir, agoniser, par ma faute. J’aimerais tant qu’elle ressente ce que je ressens. Elle a le culot de venir vivre en Angleterre après le mal qu’elle m’a fait… Le pire c’est que je l’aime autant que je la déteste."

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Patrick est le seul à qui Gabriel s'est confié à ce sujet, à part son meilleur ami. Et ce dernier ne l'aurait pas trahi. Gabriel n'hésite pas une seule seconde dans ce cas. Il va directement voir le corbeau en question persuadé que c'est lui et il le menace. Il n'hésitera pas à utiliser les poings si l'autre joue au plus malin. Ce n'est qu'un putain de cul béni après tout.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Gabriel aime une fille. Mais c’est impossible. Ils ont un passé trop lourd, il l’aime autant qu’il la déteste et elle est trop bien pour lui. Elle était bien pour son frère. Son frère était parfait elle, pas bagarreur pour un sous, pas un buveur et fumeur notoire, pas un dragueur de mauvaise filles, pas une saleté insensible. Gabe ne se sent pas du tout capable de la rendre heureuse, encore moins de la satisfaire. Elle mérite bien mieux que lui. C’est une première chose. D’autre part, il la déteste, pour ce passé si douloureux qu’ils ont en commun. Il rêve de la tuer autant qu’il crève d’envie de lui faire l’amour. Il a mal à cause d’elle et cette brûlure de ne pas pouvoir être avec elle n’est rien comparée à celle qu’elle lui a infligée en lui prenant son jumeau. Comment pourrait-il aimer une femme qu’il déteste en même temps ? Sans lui faire de mal ? C’est impossible.
Alors il reste en retrait, se montre méchant lorsque sa haine prend le dessus. Ca ne choque personne, il est cru et froid avec beaucoup de gens, au gré de ses humeurs. Elle sait pourquoi il se montre méchant, elle. Il reste en retrait pour ne pas souffrir aussi, parce qu’il sait qu’il ne devrait pas être avec elle et qu’elle est avec un autre. Il se demande parfois si ce n’est pas stratégique, inconsciemment. Mais il ne voit pas en quoi son comportement ferait qu’elle vienne vers lui. Il passe du chaud au froid en un quart de seconde avec elle. Un jour, il va lui offrir un verre et discuter calmement avec elle (ça c’est les bons jours) et le lendemain, levé du mauvais pied, sa haine d’elle l’emporte et il va se montrer tout bonnement odieux s’il a le malheur de la croiser. Il est comme ça. Il peut parfois la protéger, jusqu’à décrocher une droite plus vite que le copain de la jeune femme pour un mot déplacé d’un tiers. Et puis finalement redevenir ce connard fini qu’elle déteste tant, bien qu’elle sache pourquoi il est ainsi.


→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? La médecine. C’est bien la seule chose qui le calme. Tenir un bistouri. Il veut être chirurgien et malgré son tempérament et sa vie décousue, il est excellent dans ce domaine, un élève très prometteur. Il veut être neuro-chirurgien, l’une des spécialités les plus complexes. Mais rien ne lui fait peur, il se sent parfaitement à sa place et ne se verrait nulle part ailleurs. Il n’est encore qu’interne, aussi n’a-t-il jamais fait de chirurgie solo, mais il sait que c’est ici qu’il doit être, il l’a su dès son entrée au bloc. Le fait de sauver une vie est tout bonnement la meilleure des cams pour lui. Niveau sentimental, il ne se voit nulle part. Sa vie professionnelle semble bien mieux tracée et il se concentre là dessus.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Dare clairement. Car toutes les vérités ne sont vraiment pas bonnes à dire. Le dare, ça ne t’engage à rien, ou presque. Tu t’exécutes et la seconde d’après, tout redevient normal, comme avant. Tu ne te dévoiles pas nécessairement.

they don't really care about us


→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » "La rivalité entre ces deux écoles est tout bonnement stupide.. On y peut rien, on est happé sans le vouloir lorsqu'on appartient à tel ou tel camp. Moi le premier, je me méfie des types de Cambridge mais franchement... Les deux écoles se valent je pense. Il suffit de regarder les stats, que tu sortes d'Oxford ou de Cambridge, tu feras ce que tu veux si tu t'accroches. Il n'y a pas de raison. Maintenant Reine... Tu devrais abandonner l'idée, d'une par ce qu'il faut être de sang royal et de deux parce que c'est vraiment cruche comme but. Tu vaux mieux que ça. Alors tu iras où tu veux mais sache qu'il existe en toi bien plus que tout ce qu'on pourra t'inculquer."

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Club Cambridge ? » "Un groupe d'abrutis ? Non sérieux.. c'est des Cambridgiens, les plus populaires, les plus doués bien souvent aussi. Ils sont plutôt détestables en réalité. Ils portent des valeurs que je ne partage pas comme la bonne tenue, le bon goût, l'excellence (bon ok celle la je la partage). Si encore ils se servaient de leurs valeurs pour tirer les autres vers le haut... Mais ils préfèrent briser les plus faibles et leur réputation, asseyant encore plus leur domination. Si tu en fais partie, tant mieux pour toi finalement, ca t'évitera d'être piétiné... Mais en même temps, ça t'empêchera peut-être d'être toi-même."

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» "Surement pas malheureuse.. Eux ils sont de chez nous déjà.. C'est pas des tafioles de dandysme. En plus de ça, nulle ne sait qui ils sont, qui en est. En même temps, il vaut mieux pour eux qu'ils gardent l'anonymat. Ils pourrissent la vie des autres, pour leur bon plaisir. Je me surprends à admirer parfois certaines de leurs actions. C'est vrai quoi... Au moins, ils ne se complaisent pas dans la notoriété et n'hésite pas à faire les pires crasses. C'est comme un groupe de rebelles.. sauf qu'ils n'ont pas vraiment de cause à défendre. D'un autre côté... Je trouve aussi ça lâche de ne pas s'affirmer. Certains font autant de galères tout en les assumant fièrement."

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » "Oula.. Si tu fais ça.. tu vas souffrir. Tu seras un traitre pour ceux que tu quitteras et un intrus pour l'école que tu intégreras. Tu as vraiment envie de vivre cela ? Non.. Alors prends bien ton temps pour y réfléchir et ne te plantes surtout pas."

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »



Dernière édition par Gabriel C. Morgan le Ven 20 Juil - 13:34, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:36

Colton Haynes
Très bon choix d'avatar

Welcoome
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:39

Merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:40

Bienvenuuuuue je plussoie excellent choix d'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:43

Merci bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:45

Mon César d'amouuuuuuuuuuuuur à moiiiiiiiiii!!
Mouahahaha j'aime quand tu ramènes tes petites fesses ici, on va pouvoir faire des bébés
Bienvenue et bon courage pour ta fichette!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:48

Colton (L) !
bon choiiix !
Bienvenue parmi nous, bon courage pour la fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:48

xD Démasqué ? merde j'ai oublié de me cacher... Rolling Eyes
Merci ma Cléopâtre d'amour ! J'essaye de faire ca vite mais je bosse en même temps alors.. xD bref je fais de mon mieux. J'ai des idées de liens alors te creuse pas trop la tête, je veux pas que tu grilles tes derniers neurones pour rien Razz

Merci à Tous ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Mer 18 Juil - 22:53

Gabe.. C'est pas tellement difficile de te démasquer Rolling Eyes
Rannh comment t'es trop méchant! :o Ben t'as intérêt à ce que ça soit de bonnes idées de liens!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Jeu 19 Juil - 13:33

J'aime quand les membres ramènent d'autres membres
Bienvenue parmi nous, et OXFORD FTW

Bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas à t'adresser au staff heart.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Jeu 19 Juil - 22:22

Merci bien Very Happy
Je l'écris petit à petit dès que j'ai un moment, j'espère la finir dans les temps mais au besoin je demanderais un petit délai. Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Ven 20 Juil - 13:09

Je pense que j'ai terminé, désolé pour le double post.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Ven 20 Juil - 13:21

Si tu es sûr d'avoir terminé, il faut l'indiquer ici :
http://www.ticket-to-ride.net/t2146p195-j-ai-termine-ma-fiche#61813
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Ven 20 Juil - 13:22

oups pardon j'y vais de ce pas xD Merci le pire c'est que je sais que ca marche comme ça, mais j'étais en train de manger et j'ai zappé mdr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Ven 20 Juil - 15:28

JACKSOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON
/me le hait
/me l'aime
Arrow
Colton J'adore le pseudo et bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Ven 20 Juil - 17:47

Merci !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Sam 21 Juil - 15:39

Bienvenuuuuue sur TTR ! Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Sam 21 Juil - 16:08

Merci bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 11:21

Bienvenue toi. oya
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 11:39

Merci toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 14:02

COLTON /me meurt
excellent choix d'avatar, bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 14:52

Mon graaaaaaaaaaaaaaaand méchant louuuup <3
je te le souhaite officiellement ici : BIIIIIIIIIIIIIIIENVENUUUUUUUUUUUUUE =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 17:43

mdr même les mecs bavent sur mon vava xD Merci pour l'accueil ^^

Mon petit chaperon rouge !!! xD Merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   Dim 22 Juil - 18:10

C'est un peu normaaal tu choisis toujours des mecs trop sexe *o*

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage   

Revenir en haut Aller en bas
 
GCM  No, I'm not fine. I am a human traffic accident, and everybody's slowing down to look at the wreckage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tarte fine abricots/frangipane
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» Fine fleur et fine lame, un détonnant mélange !
» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen
» everything will be fine ▲ GEMVEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: