louhan&castiel ∞ your face is a symbol of rebirth. But is that really you?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: louhan&castiel ∞ your face is a symbol of rebirth. But is that really you?   Ven 6 Juil - 20:47



Les pieds qui se balance, je fixe le sol d'un oeil absent. Je n'ai pas dormi de la nuit. Aujourd'hui est le jour ou le groupe enregistre le début de leur nouvel album et je n'ai rien à faire. J'ai besoin de sommeil, mais je ne me bouge pas pour aller dormir. « Hey Castiel ! Ce soir on fête notre premier jour d'enregistrement, ça te dirait de venir? » Je passe une main sur mon visage fatigué et un fin sourire se dresse sur mon visage. « Pourquoi pas. Mais je vais aller faire un tour le temps que vous enregistrez, vous n'avez pas besoin de moi pour le moment, au pire tu m'appelles. » Il me tape dans le dos et retourne dans la salle d'enregistrement. Je me lève et d'un pas las et fatigué, je sors de l'immeuble en m'allumant une cigarette. Recrachant la fumée, j'avance paisiblement dans le parc, un fin sourire dressé sur les lèvres. Écrasant ma cigarette, j'avance un peu plus lentement, avant de me retourner sur la blonde qui vient de passer à mes côtés. Est-ce que j'hallucine ? « Lula ? » Mes yeux fixent la silhouette qui vient de me faire face. Elle est toujours aussi magnifique. « Castiel ? C'est bien toi ? » Ma main gratte machinalement la barbe que je m'infligeais à moi-même. « Euh... oui.. oui. » J'avançe d'un pas vers elle et ma main se dirige vers son bras, avant que je ne la baisse. Je ne devais pas la faire souffrir d'avantage. Elle se recule et je la laisse faire comme un pauvre imbécile, mes bras collé le long de mon corps, je laisse mon regard se baladait sur ce corps qu'autrefois je trouvais parfait et que je trouve toujours parfait d'ailleurs. Mon esprit me hurle de la prendre dans mes bras, mais mes jambes ne répondent pas. « Qu'est-ce que tu fais là ? » Je ne sais quoi répondre, mentir ou non ? Assez de mensonges. « Je ... suis la avec le boulot. Enfin, le groupe avec qui je bosse enregistre donc bon. Après on doit se retrouver pour boire un verre ... Et ... » J'ai l'impression d'être pathétique. « Et toi ..? » Je répond à son sourire en passant une main gênée derrière ma tête. « Je viens de rentrer de Paris, et comme je vais étudier à Cambridge l'année prochaine, je suis retournée chez mes parents en attendant de trouver mieux... » Mon esprit veut lui proposer un hébergement, mais aucun son ne sort de ma bouche. Remarquant qu'elle a froid, je retire mon cuir avant de le déposer doucement sur ses épaules après être passé derrière elle. « Oh.. tu viens étudier à Cambridge, plus à Oxford ? » Quel dommage...

Je suis gêné comme un pauvre adolescent bobo attardé à la con. Je ne sais pas quoi faire et cette situation me gêne, que faire quand les images de notre relation me reviennent vivement à la figure ? J'ai l'impression d'avoir une vie amoureuse digne d'une sitcom américaine. « Non, j'ai eu une discussion avec mon père et suite à ça, nous en avons convenu qu'il vaut mieux que je commence mes nouvelles études à Cambridge. J'entre en biologie à la rentrée. » Je la détaille discrètement -ou pas, la discrétion n'est pas tellement mon fort- et j'aperçois une bague -sa bague- autour de son cou. « Oh tu as gar.. Félicitations pour ton entrée à la fac de Cambridge. » Je souris comme un imbécile. Pourquoi est-ce que les mots ne sortent pas ? « Merci. » Ce sourire présent sur ses lèvres dresse un fin sourire sur les miennes. « Tu voulais me dire quelque chose ? » Mon sourire s'éteint, pourquoi est-ce que je n'ai pas réussi à finir ma phrase ? Ma main s'approche doucement de son pull et j'attrape doucement la bague entre mon pouce et mon index. « Tu l'as gardé... » Ses doigts fins s'attardent sur le fermoir de sa chaîne et quelques instants plus tard, je vois la bague atterrir dans sa main toujours aussi fine. « Tiens, elle t'appartient. Je voulais te la rendre mais, quand je suis venue chez toi, tu étais déjà occupée... » Sa main saisit la mienne et je ne peux m'empêcher de sourire. Malgré ce qu'elle vient de dire. « Je.. Tu aurais pu la garder tu sais. » Ma main caresse doucement sa joue avant que je ne sois coupé par la sonnerie de mon téléphone. Je soupire et retire doucement ma main de sa joue avant de voir le numéro de Josh s'affichait. Je décroche et l'entend me dire que je dois rappliquer au plus vite pour fêter la première journée d'enregistrement. Rangeant mon téléphone, je souris à Louhan avant de rétorquer. « Je suis désolé, je dois y aller. On se revoit bientôt ? » Je reprend la veste qu'elle me tend, d'un geste presque forcé, j'aurais aimé qu'elle la garde. « Bien sûr ! » Je souris alors après avoir renfiler ma veste et je sors mon paquet de cigarette avant de sortir l'objet tant convoité. Je fume comme un pompier, ça faisait longtemps. « A bientôt alors... » Mes lèvres trouvent timidement sa joue, et je fais un léger signe de la main avant de reprendre le chemin inverse pour retrouver le groupe.



Dernière édition par Castiel A. Wheeler le Dim 8 Juil - 20:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: louhan&castiel ∞ your face is a symbol of rebirth. But is that really you?   Sam 7 Juil - 18:37

Je claque la porte de la maison familiale, laissant derrière moi une mère au téléphone, criant sur la pauvre femme de l'agence immobilière qu'elle juge incapable de trouver un appartement convenable pour sa fille. J'ai besoin de m'exiler de cette atmosphère pesante. Cela fait tellement longtemps que je n'ai pas traîné dans les rues de Cambridge, que me voilà presque perdue dans la ville où j'ai grandi. J'essaie de me souvenir des endroits les plus proches: le parc. Un bon endroit quand la seule chose à laquelle vous aspirez est de libérer votre esprit de toute influence bourgeoise. Je marche donc en direction du parc, m'emmitouflant dans mon gilet gris. La soirée est fraîche, mais tellement belle avec son ciel qui tire dans les couleurs roses orangées. Je passe l'entrée du parc et continue à avancer, perdue dans mes pensées, jusqu'à ce qu'un homme m'adresse la parole. « Lula ? » Je connais cette voix. Une boule se forme dans mon ventre. Je me retourne doucement et pose mon regard sur lui. Castiel. « Castiel ? C'est bien toi ? » Je préfère quand même demander, on ne sait jamais, avec ses dix centimètres de barbes qui lui recouvrent le menton... Je le regarde, les yeux presque écarquillés. Jamais je n'aurai pensé le voir ici, à Cambridge... seul. « Euh... oui.. oui. » Un blanc s'installe entre nous, je ne sais pas quoi lui dire. Je n'ose même pas faire attention à la couleur de ses yeux. Cela fait tellement longtemps que je l'ai vu, que j'ai oublié à quel point il est plus grand que moi, à quel point il est musclé, à quel point il est... beau. Lorsqu'il s'avance vers moi, je recule d'un pas, comme apeuré. C'est vrai, j'ai peur que nos peaux s’effleurent, j'ai peur que le gout de ses lèvres me manque un peu plus. « Qu'est-ce que tu fais là ? » ma voix sanglote légèrement. Il est vrai que j'ai une intense envie de pleurer et de m'enfuir me cacher sous ma couette. « Je ... suis la avec le boulot. Enfin, le groupe avec qui je bosse enregistre donc bon. Après on doit se retrouver pour boire un verre ... Et ... » Je souris. Je me souviens que lorsque nous étions ensemble, Castiel me parlait déjà de vouloir manager un groupe. C'est aujourd'hui chose faite. « Et toi ..? » Sa voix me fait frissonner, elle est tellement rauque, tellement.. parfaite. « Je viens de rentrer de Paris, et comme je vais étudier à Cambridge l'année prochaine, je suis retournée chez mes parents en attendant de trouver mieux... » Ma main droite est posée sur mon bras gauche, et je souris, ne sachant pas quoi ajouter de plus. Je frissonne une nouvelle fois. Castiel le remarque sûrement, puisqu'il retire sa veste en cuir pour la mettre sur mes épaules. Je retiens ma respiration pendant qu'il agit. Sa veste sent la cigarette, étonnant pour un homme qui a arrêté depuis des années. « Oh.. tu viens étudier à Cambridge, plus à Oxford ? » Je lui souris. Je ne sais pas quoi faire d'autres. « Non, j'ai eu une discussion avec mon père et suite à ça, nous en avons convenu qu'il vaut mieux que je commence mes nouvelles études à Cambridge. J'entre en biologie à la rentrée. » Je remets une mèche de cheveux derrière mon oreille, le coeur battant toujours aussi fort. Je vois son regard me détailler, bien qu'il essaie sûrement d'être discret. Mes joues rougissent légèrement, je regarde ailleurs. « Oh tu as gar.. Félicitations pour ton entrée à la fac de Cambridge. » Étrangement, j'aurai préféré qu'il me pousse à continuer mes études de musicologie. Je laisse échapper un soupire de mes lèvres. « Merci. » réponds-je avec un sourire au coin des lèvres. « Tu voulais me dire quelque chose ? » dis-je en repensant à son début de phrase non terminée. Il s'avance un peu plus, ses doigts venant caresser ma bague. « Tu l'as gardé... » Je passe mes mains derrière ma nuque et retire ma chaîne pour laisser glisser la bague. « Tiens, elle t'appartient. Je voulais te la rendre mais, quand je suis venue chez toi, tu étais déjà occupée... » Je prends sa main, l'ouvre pour y déposer la bague et la referme. Ma main toujours sur la sienne. Le souvenir de Castiel et de cette brune, rigolant, est toujours un souvenir qui m'attriste. « Je.. Tu aurais pu la garder tu sais. » Je lui souris et hoche la tête négativement lorsque sa main caresse ma joue, que je me sens pousser des ailes dans le dos. Son téléphone sonne, je lui souris toujours, mais mon sourire reflète désormais ma déception. Au déroulement de sa discussion, je comprends que notre courte rencontre restera courte. « Je suis désolé, je dois y aller. On se revoit bientôt ? » Je retire sa veste de mes épaules et lui tend. « Bien sûr ! » dis-je faussement. La vérité, c'est que j'espère ne plus le revoir, pour ne plus avoir cette sensation que mon coeur se brise lorsque son regard croise le mien. Il renfile sa veste, tirant une cigarette d'une de ses poches. Je hausse mon sourcil, le regarde sans rien dire. « A bientôt alors... » Ses lèvres viennent toucher ma joue, je reste de marbre, le laissant partir, sans même avoir la moindre envie de le retenir. Face au soleil qui se couche donnant l'impression qu'il se fait dévorer par la nuit, je me demande comment nous avons fait pour aujourd'hui être si différent.
Revenir en haut Aller en bas
 
louhan&castiel ∞ your face is a symbol of rebirth. But is that really you?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: