Once a geek always a geek | Naveed & Olive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Once a geek always a geek | Naveed & Olive   Jeu 28 Juin - 0:16

Dire que je n'ai pas fait grand chose du début de mes vacances est un euphémisme. Dire que je n'ai rien fait du tout, est, par contre, une parfaite exagération, je le maintiens. Après tout, la saison deux de Game of Thrones n'est maintenant qu'un douloureux souvenir et le générique du dernier épisode de la saison deux de Skins défile à présent devant mes yeux. Alors, mes nombreux quelques rps en retard auront beau affirmer le contraire, je ne pense pas avoir été contre-productif pendant ces quelques jours de geekage intensif.
Oui, quelques jours. Complètement – ou presque – coupé du monde. C'est ça que j'aime. C'est ça qui n'explique pas du tout pourquoi on sonne à ma porte actuellement. Je n'attendais personne et je n'ai pas particulièrement envie de voir quelqu'un. A part évidemment si c'est Ed Sheeran derrière cette porte mais ça me semble peu probable. Anyway, il faut que je me lève et que j'aille ouvrir. Sachant que je suis toujours en pyjama, j'espère que ça ne seras pas Emma Stone. Ou pire, Flore. Enfin bref! De toute façon mon pyjama se compose d'un t-shirt blanc et d'un survêt gris, rien de bien ridicule... Donc bon. Bref, ouvrir ma porte. Et écarquiller les yeux parce que je ne m'attendais pas à le voir, avant de me reprendre et de sourire. « Naveed? Hey! Qu'est-ce que tu fais là? Tu viens geeker un peu avec moi? » Il sourit, et je ne sais pas pourquoi – j'imagine que c'est parce que je le connais bien, maintenant – je sens que sa réponse sera pleine d'ironie parce que monsieur se croit super drôle et super intelligent. Il agite une pizza sous mon nez, et je sens mon estomac gargouiller – j'ai faim, maintenant que j'y pense. «Évidemment que je viens geeker, tu pensais que je venais faire du ski?» Je lève les yeux au ciel. Sans répondre, je lui prends la pizza des mains et retourne dans mon salon. Je ne propose pas à Naveed de retirer son manteau ou quoi, il sait qu'il est comme chez lui ici. Tout en mordant dans une part de pizza que je viens de prendre à deux mains, je me tourne vers lui et élève la voix. « Tu veux faire quoi? Je viens de passer quatre heure à regarder la télé, alors ça te dérange pas si on fini de bouffer avant de faire un jeu vidéo? J'ai le dernier Mario si tu veux, ou alors on se fait un Pokémon, je m'en fiche. » Regarder la télé n'est pas trop dans mes habitudes, je suis clairement plus dans les jeux vidéos, mais c'est vrai que j'ai quelques séries qui m'ont tapé dans l'œil cette année, à savoir GOT et Supernatural – j'en suis déjà à la saison quatre, et je ne regarde la série que depuis deux mois – c'est pourquoi je ressens le besoin pressent de tenir une manette entre mes mains pour afficher clairement ma supériorité dans le domaine du geekage jeux vidéotien (mot qui n'existe pas, pour ceux qui se le demande, mais whatever). « Je te laisse bouffer, si tu me promets d’aller prendre une douche, tu veux quand même pas que je meure asphyxié? On ne pourrait pas se faire des jeux vidéo après! Et pis, on fera pile ou face pour Mario ou Pokémon, pour les deux c’est plaisir garanti! » Je fronce les sourcils. Il a dit quoi là? Que je sens mauvais, c'est ça? Il a bien fait de ramener de la pizza parce que sinon je l'aurais tué sur le champs! « De un, je ne sens pas mauvais, j'ai pris une douche hier soir. De deux, ne pousse pas ta chance trop loin, Jones, si tu ne veux pas que je t'explose proprement et simplement à Mario et Pokémon. » Sur ces mots, je croque la dernière bouchée de ma troisième part de pizza et ma fierté et moi nous enfermons dans la salle de bain. Si Naveed répond quelque chose, je ne l'entends pas. Quand j'en ressors, dix minutes plus tard, les cheveux mouillés et vêtu d'un survet' et d'un t-shirt propre attrapés à l'arrache dans mon placard, les fenêtres de mon salon sont ouvertes et la pièce semble un peu plus propre. « Me dis pas que t'as fait le ménage?! » je m'exclame en m'affalant à côté de mon ami dans le canapé, littéralement effaré. « Tu sais que t’es dégueulasse? Si j’avais marché dans la confiture on aurait dis qu’une fille aurait eu ses règles sur ton tapis. Et du fromage dans un chaussette Olive, DU FROMAGE? » Je hausse les épaules. Comme je l'ai dit, je ne m'attendais pas à recevoir un visiteur aujourd'hui. Larry est parti en vacance avec Basile pour je ne sais combien de temps et de nous deux, ce n'est certainement pas moi le plus apte au ménage. Et je dois avouer que je ne sais pas trop de quoi il parle avec son histoire de chaussette et de fromage. J'ai du en faire tomber sans faire exprès. Ou alors une souris a décidé de s'installer dans une de mes paires de chaussette, je sais pas. « C'est pas comme si j'attendais quelqu'un, hein. J'aurais rangé sinon. » Il est sur le point de me répondre, mais je ne lui en laisse pas le temps – je sais qu'il s'apprête à sortir une de ces répliques pleine d'ironie dont il a le secret. « BREF! On commence par quoi? » je lui demande en me levant du sofa et en attrapant deux jeux parmi ceux de l'étagère, le Mario et mon vieux Pokémon. Il m'arrache – oui, m'arrache, littéralement – le Mario des mains et le glisse dans le lecteur. La musique familière qui accompagne toujours le plombier le plus célèbre du monde retentit dans mon salon et je me cale un peu plus confortablement dans mon canapé. « Prêt, pas prêt, je vais te foutre une raclée » J'ouvre la bouche, prêt à lui répondre qu'il peut toujours rêver, que jamais il n'arrivera à me battre, mais il ne m'en laisse pas le temps. « Chut, chut, chut, la chance va pencher de mon côté cette fois ô Dieu Suprême des jeux vidéo » J'éclate de rire à sa prière. Lui comme moi savons qu'il y a peu de chance que le Dieu des jeux vidéos l'entende, mais je ne fais aucune remarque. A la place, je clique sur un bouton pour accéder au menu principal. « Je te préviens tout de suite, je veux Yoshi, et je l'aurais! » J'adore Yoshi, je le trouve trop adorable. « Il est même pas beau en plus, t’aurais pu prendre Peach, peut-être qu’on aurait vu ses dessous, sa robe aurait pu lever en sautant, you know… » Je lève les yeux au ciel, mais ne peux m'empêcher de sourire. Ce qu'il peut être con Naveed, parfois.
On joue quelque temps, et je suis largement entrain de gagner – ça devient lassant à force – quand soudain, il met le jeu sur pause. Il semble être tracassé par un truc. « Je dois te parler de quelque chose, enfin, de quelqu’un » Je tends l'oreille. Je me demande s'il veut parler de Heaven. Ca fait longtemps qu'il ne m'a pas parlé d'elle, et je me demande s'ils en sont toujours au stade « meilleurs amis », ou pas. « Flore, c’est une vraie pétasse, éloigne-toi de cette folle, j’suis sérieux » Je ferme les yeux. Pourquoi j'ai cru qu'il me parlerait d'Emile, je n'en sais rien. Ce que je peux être stupide parfois. Trop naïf. Trop en mode tout-va-bien-dans-le-meilleur-des-mondes. Évidemment qu'il veut parler de Flore. Évidemment. « Ne la traite pas de pétasse. » je murmure d'un ton soudainement très froid, et mon regard bleu est glacial quand je me tourne vers lui. « Tu ne la connais pas, Naveed. Arrête de la traiter de folle. » Je n'ai pas envie de me disputer avec lui. Je n'ai pas envie de penser à ma relation avec Flore, parce que moi-même je ne sais pas ce qu'est cette relation. Même si je suis certains de ne pas être amoureux d'elle. Je sais que j'en donne l'impression, mais ce n'est pas le cas. J'en suis sûr. « Écoute Olive, je ne dis pas ça pour te vexer, hein! T'es mon ami, et c'est pour te protéger d'elle que j'te dis ça. Elle m'a brisé en mille miettes et ça a pris du temps avant de me recoller. Encore là, il m'reste des cicatrices, et j'ai pas envie que tu deviennes son petit jouet. » Je serre les poings sans vraiment le vouloir. « Je ne suis pas son petit jouet, Naveed. Je te l'ai dit, ce n'est pas comme ça entre nous. » Mon ton se veut calme, normal, mais je sais qu'il est bien plus froid que je ne le souhaitais et qu'il ne dissimule pas du tout la colère que je sens gronder en moi. D'ailleurs, ma façon de prononcer la fin de ma phrase, en appuyant sur mes mots, n'aide pas ma façade soit-disant calme et ouverte à la discutions. « Ah et puis whatever, viens juste pas te plaindre quand elle t’aura filé une ITSS ou quand tu auras appris que our elle tu n’es rien… » Je résiste à l'envie subite de lui coller mon poing dans la figure. Je ne suis pas violent. Pas du tout. Mais cette histoire commence sérieusement à me taper sur les nerfs. « C’n’est pas c’que j’voulais dire, mais tu sais, t’es mon ami… » Je me lève brusquement et balance la manette de jeu sur le canapé, incapable de contenir ma colère à présent. « Vraiment? T'es sûr de ça Naveed? T'es sûr que t'es mon ami?! Parce que la dernière fois que j'ai vérifié, les amis sont pas supposés te prendre pour un imbécile et un menteur! Combien de fois est-ce qu'il faudra que je te le dise?! FLORE ET MOI NE COUCHONS PAS ENSEMBLE, BORDEL! Pourquoi tu veux pas me croire?! Pourquoi?! Tu sais très bien que depuis Amy je n'ai eu personne, je te l'ai dit! Et je croyais que tu savais que je suis pas le genre de mec à coucher à tout va! Comment peux-tu prétendre être mon ami si tu ne me crois pas sur ça? Tu sais très bien que je suis incapable de me débrouiller avec les filles et tu sais très bien que je déteste l'idée d'avoir une relation basée uniquement sur le sexe! Tu le sais! Alors pourquoi est-ce que tu ne me crois pas, hein?! Pourquoi?! » je lui gueule à la figure, hors de moi. J'en ai les larmes aux yeux, à vrai dire, des larmes de rage qui menacent de couler mais que je refuse catégoriquement de laisser passer. Le problème c'est que j'ai bien ma petite idée à propos de ce qu'il essaie de me faire entendre par là, je suis certains que tout ce qu'il essaie de faire c'est me protéger même s'il s'y prend comme un manche, et même si je suis en colère contre Flore, contre lui, je sais très bien que ça ne va pas durer, mais j'aimerai juste qu'il comprenne et qu'il essaie de me soutenir un peu plus au lieu de partir du principe qu'elle est un cas perdu et que rien ne la changera.
Est-ce que j'ai envie de changer Flore? Oui. Je ne sais pas quand exactement cette envie m'est venue, surtout qu'on en a discuté la première fois qu'on s'est parlé, qu'elle avait été claire sur le fait qu'elle ne pourrait pas changer même si elle le voulait et que je lui avais promis que ce n'était pas mon but, mais les choses ont changé et j'ai le sentiment que si quelqu'un peut l'aider, c'est bien moi. « T’as raison Olive, c’est ma faute, je suis allé trop vite. Je voulais pas dire que tu voulais Flore pour coucher avec elle. Mais c’est ce qu’elle veut elle, coucher avec toi. Point à la ligne. » Je me mords la lèvre. Voilà la question à un million de dollars. Est-ce que c'est vraiment ce qu'elle veut? Coucher avec moi puis me laisser tomber comme une vieille chaussette? Est-ce que je ne suis qu'un jouet pour elle? Je n'ai cessé de me demander ça depuis le début, d'avoir des doutes. Mais plus on se rapproche et plus j'ai le sentiment que ce n'est pas ce qu'elle veut. Le problème c'est que je ne sais pas comment faire comprendre ça à Naveed sans passer pour un gamin enamouré et facilement manipulable à ses yeux. Je dois le lui faire comprendre, c'est pourquoi j'ouvre la bouche pour répliquer, mais il ne m'en laisse pas le temps. « Chut, attends! C’est ce qui m’est arrivé à moi et tu sais tout aussi bien que je ne cherche pas non plus à me taper tout plein de nanas, du mindless sex quoi! C’est que je tiens à toi Olive. Beaucoup. Probablement plus que tu ne tiens à moi. » Je me rassoie à côté de lui et lui fait un sourire timide. « Je suis désolé. » je murmure, toute trace de colère envolée. « J'aurais pas dû m'énerver contre toi comme ça. Mais je... » J'hésite un instant, et commence à fixer mes pieds, mal à l'aise. Je ne sais pas comment formuler ça. « La vérité, c'est que je doute » je soupire avec lassitude. « Je ne cesse de me demander si Flore me manipule ou si elle m'apprécie vraiment, et ça me tue. » Je ne lui parle pas de la dispute. Je n'en ai pas envie. « C'est pour ça que je suis autant à cran sur ce sujet. Parce que même s'ils disparaissent peu à peu, j'ai toujours des doutes. Maintenant, il faut que tu comprenne que je ne ressens strictement rien pour elle. Et je pense vraiment que son objectif n'est pas de me briser. Elle fait bien trop d'efforts, tu vois ce que je veux dire? Je... Tu ne l'a jamais vu avec moi. La Flore que j'apprends à connaître est très différente de celle que tout le monde voit dans Cambridge. Si son seul objectif était de coucher avec moi pour me jeter par la suite, je ne pense pas qu'elle ferait autant d'efforts. » Je me tourne à nouveau vers lui et lui fait un grand sourire. « Et puis bien sûr que si je tiens à toi, 'spèce d'idiot, t'es un de mes meilleurs potes tu le sais! » je lui lance en lui donnant un coup de coude amicale dans le bras. « C’est ce que j’aime chez toi. T’es toujours positif. Tu crois que les gens peuvent devenir meilleurs… et t’es une vraie bête de sexe! » Je lève les yeux au ciel. C'est bien lui de plaisanter dans des moments pareils, tiens. « Rawwwr » Je dissimule un petit sourire amusé et croise les bras dans une moue boudeuse. « Alors moi je suis super sérieux et tout, je te confies tout les grands doutes de ma pauvre existence, et toi tu me drague ? Ah bah bravo ! » je m'exclame, faussement outré, mais je suis intérieurement mort de rire et à mon avis Naveed doit l'être aussi.

UC


Dernière édition par Oliver R. Stylinson le Dim 2 Sep - 23:51, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Once a geek always a geek | Naveed & Olive   Jeu 28 Juin - 2:17

Il n'y a qu'une personne que j'ai envie de voir quand j'ai envie de passer une super soirée pizza/ videogames entre geeks. Autrement dit: Oliver. Je passe en coup de vent à la pizzeria, achète une extra-large pepperoni-fromage et je vais direct chez lui. C'est assez difficile de traîner une aussi grosse boîte sur un scooter, mais que voulez-vous, c'est le seul moyen de transport que j'ai. J'aurais bien pu prendre la bus, mais la pizza aurait eu le temps de refroidir. En chemin, je me mets à fredonner Busy de Olly Murs et la chanson finit quand j'arrive devant sa porte.
J'espère surprendre mon ami, qui ne s'attendait sûrement pas à me voir chez lui ce soir. Moi non plus d'ailleurs. Il aurait fallu que je travaille, mais ça ne me disait tout simplement pas. J'avais appelé mon patron à la boutique de jeux vidéo pour lui dire que je ne pouvais pas faire mon quart ce soir. Il était assez sympa pour m'accorder ma soirée. (D'ailleurs, je remercie le ciel de m'avoir donné une job aussi parfaite)
Je frappai à la porte d'Olive et quand il vint m'ouvrir il était en pyjama et il ne m'attendait vraiment pas... vu son regard surpris. « Naveed? Hey! Qu'est-ce que tu fais là? Tu viens geeker un peu avec moi? » Je lui souris. Franchement, qu'est-ce que tu voulais que je vienne faire ici tête de linotte? Prendre le thé? Surtout que j'ai amené des jeux vidéo. J'agite la pizza sous son nez, pour lui faire profiter un peu de l'odeur. «Évidemment que je viens geeker, tu pensais que je venais faire du ski?» Je souris de plus belle et tends des jeux à mon bon ami. J'ai plutôt tendance à être timide et mystérieux, mais avec mes amis c'est tout le contraire, je suis là pour rigoler, pour m'amuser et pour geeker! ! J’entre, enlève mes souliers (une mauvaise habitude de bonne manière que j’ai prise avec le temps, parce que c’est bien mieux de salir les planchers des gens). Olive me prend la pizza des mains et se coupe une pointe. Si je me fie à mon intuition, ça ne sera pas trop long que la boîte va être vide. Avant, je m’étais toujours demandé pourquoi rester assis devant un écran pendant des heures donnait faim. Je n’ai toujours pas trouvé la réponse – c’est comme la racine carrée de 69, je n’ai jamais cherché, je n’ai jamais trouvé – mais je sais que c’est vrai. Le pauvre Oliver, il doit être affamé. Je prends une part pour moi aussi et y mords à pleine dents. Rien de mieux que du gras concentré sous forme pizzatéienne pour remplir un estomac. « Tu veux faire quoi? Je viens de passer quatre heures à regarder la télé, alors ça te dérange pas si on finit de bouffer avant de faire un jeu vidéo? J'ai le dernier Mario si tu veux, ou alors on se fait un Pokémon, je m'en fiche. » Pourquoi ou? On peut pas se faire les deux? On est encore jeunes, on a toute la vie devant nous. Même si on passait toute la soirée et toute la nuit sur des jeux vidéo, je ne vois pas ce que ça peut bien changer. À part mettre ma pauvre vessie à l’épreuve. Et si on est tellement des bons geeks qu’on finit les jeux avant demain matin, n pourra toujours se retaper Skins. Je suis fidèle à ma série. Je n’en démords pas, j’ai bien aimé Heroes et Nip/Tuck, mais Skins est de loin ma favorite et je ne me lasserai jamais de me repasser la génération un. Je dois avouer que Michelle est particulièrement sexy et que je comprends parfaitement Sidney de craquer pour elle dans le début. « Je te laisse bouffer, si tu me promets d’aller prendre une douche, tu veux quand même pas que je meure asphyxié? On ne pourrait pas se faire des jeux vidéo après! » Je ris, même si c’est la stricte vérité. On dit que les femmes ont un odorat plus développé que les hommes et j’ai grandi auprès de cinq femmes, qui aiment la propreté, même si ça n’a jamais été mon fort. « Et pis, on fera pile ou face pour Mario ou Pokémon, pour les deux c’est plaisir garanti! » Je sais qu’il va me battre à plate couture aux jeux, Olive est un geek plus affirmé que moi, en option informatique en plus. Mais ça sera quand même l’occasion de s’éclater un peu. J’ai une drôle de vision de ce qu’est s’éclater. Peut-être. Ça dépend. « De un, je ne sens pas mauvais, j'ai pris une douche hier soir. De deux, ne pousse pas ta chance trop loin, Jones, si tu ne veux pas que je t'explose proprement et simplement à Mario et Pokémon. » Hier soir? Alors il n’a sûrement pas pris la peine de mettre du déodorant. Ce n’est pas de ma faute si j’ai un odorat trop développé! Au moins, mon ami m’écoute et pars à la douche. Finalement ce n’est peut-être pas lui qui sentait autant, mais cet apart’. Je ramasse des restes de rôties à la confiture par terre, je n’ai pas envie de me tremper le pied dans la gelée en me levant, à moitié endormi. Mon studio à moi n’est pas particulièrement propre, au contraire, il y a un dépôt d’un pied qui date de l’âge de glace par terre. Juste que chez les autres, ça me dégoûte. Je ramasse une chaussette dans laquelle il y a l’air d’avoir… du fromage? Ça y est j’abandonne. Je ferais mieux d’aller acheter une caisse de bière au dépanneur pour qu’on puisse jouer aux Schtroumpfs, ça serait marrant. Une dizaine de minutes plus tard Oliv sort de la douche, et regarde son apartement surpris? « Me dis pas que t'as fait le ménage?! »Je ris. C’est pas des miettes de toast et une chaussette sale qui changent vraiment le fouilli de cet endroit. « Tu sais que t’es dégueulasse? Si j’avais marché dans la confiture on aurait dis qu’une fille aurait eu ses règles sur ton tapis.Et du fromage dans un chaussette Olive, DU FROMAGE? » Je regarde mon ami, désespéré. Je suppose que c’est ce à quoi il faut s’attendre dans un appartement de gars, c’est exactement comme ça dans le mien. Excepté pour la nourriture, il n’y en a pas partout. Disons que je ne suis pas du genre à grignoter à longueur de journée et à laisser des miettes partout. Si je voulais faire une overdose de Febreeze j’avais qu’à aller chez une fille, Emile peut-être. . « C'est pas comme si j'attendais quelqu'un, hein. J'aurais rangé sinon. » Je le regarde, sidéré. Non, mais! Il me rit à la figure ou quoi? Non. C’est moi qui ris. Je suis sur le point de lui rétorquer que c’est de la bullshit qu’il m’interrompt. « BREF! On commence par quoi? » Je grogne. Mais pour qui il se prend? Bof, c’est mieux si on change de sujet. On est pas dans un repère de femmes au foyer, on leur laisse le sujet de la propreté. Je prends le Mario des mains d’Olive et vais le mettre dans la console. « Prêt, pas prêt, je vais te foutre une raclée » Je sens que lui aussi a envie de rétorquer à ma remarque alors j’ajoute « Chut, chut, chut, la chance va pencher de mon côté cette fois ô Dieu Suprême des jeux vidéo » Je m’empare d’une manette et jette un regard faussement féroce à mon ami, comme si la compétition allait commencer. J’ai beau être un geek, ce n’est qu’un jeu. Quoique si je perds, ça va me donner un bon coup à l’orgueil. « Je te préviens tout de suite, je veux Yoshi, et je l'aurai! » Le menu des personnages apparaît, où il faut choisir celui qu’on prend. Je lui laisse Yoshi. « Il est même pas beau en plus, t’aurais pu prendre Peach, peut-être qu’on aurait vu ses dessous, sa robe aurait pu lever en sautant, you know… » Je ris, c’était un peu stupide. Je prends Toad, parce que c’est le plus mignon. Le jeu commence et déjà il est meilleur que moi. Mais j’ai tout le temps pour me rattraper. Je croyais pouvoir me concentrer, mais une pensée flotte dans les confins de mon esprit. Je pense à Flore. J’espère qu’Olive ne l’a pas revue. Probablement que oui. J’ai du mal à focuser sur le jeu et, après quelques minutes, j’appuie sur Pause, surprenant de toute évidence Oliver. « Je dois te parler de quelque chose, enfin, de quelqu’un » Je pince les lèvres, un peu mal à l’aise. S’il l’aime je suis sûr que mon ami verra mon avertissement comme une confrontation, et j’espère que ce ne sera pas le cas, parce que je n’ai sérieusement pas envie que cette veuve noire vienne s’emparer d’Olive. « Flore, c’est une vraie pétasse, éloigne-toi de cette folle, j’suis sérieux » j’ajoute en évitant son regard. Mais à quoi je pensais quand je l’ai ramenée dans la conversation? Je voulais foutre la merde, parce que ça allit trop bien? Quelque chose du genre, décidément, je suis sais juste pas pourquoi. Il ferme les yeux. J'ai entendu dire que lorsqu'un clignement d'yeux dure plus d'une seconde, ça signifie qu'on voudrait être ailleurs ou dans une autre situation. Pauvre Oliver, je le comprends, quel twat je peux être parfois. « Ne la traite pas de pétasse. » J'ai envie de lui rétorquer directement qu'il veut que je l'appelle comment. Une pute? Une salope, une traînée? Tous des mots qui décrivent Flore à la perfection. Mais comme il est mon meilleur ami, je me retiens, pour ne pas le blesser encore plus que je ne l'ai déjà fait. « Tu ne la connais pas, Naveed. Arrête de la traiter de folle. » Je ne connais pas Flore? Et puis quoi encore? On a couché ensemble, j'ai cru être amoureux. Elle m'a baisé dans tous les sens du terme. Bien sûr que je la connais. « Écoute Olive, je ne dis pas ça pour te vexer, hein! T'es mon ami, et c'est pour te protéger d'elle que j'te dis ça. Elle m'a brisé en mille miettes et ça a pris du temps avant de me recoller. Encore là, il m'reste des cicatrices, et j'ai pas envie que tu deviennes son petit jouet. » Je suis en colère contre elle, cette folle-dingue nymphomane, mais aussi contre mon ami. Qui est tombé dans le panneau. Finalement, c'était une conversation qu'il fallait vraiment avoir. Je sens que mon ami n’a pas apprécié ma remarque, même si elle se voulait plus gentille que les précédentes. Si j’avais su qu’il le prendrait comme ça, j’aurais dit autre chose. J’aurais dit que je ne voulais simplement qu’aucun mal lui soit fait, parce qu’il est mon ami et que je n’aime pas le voir déprimé, que ce soit question de Flore ou de n’importe quoi d’autre. J’aurais dû dire ça, mais c’est trop tard maintenant et je dois faire avec sa réaction. « Je ne suis pas son petit jouet, Naveed. Je te l'ai dit, ce n'est pas comme ça entre nous. » Je ne vais pas argumenter avec lui, je n’ai pas envie qu’il soit encore plus en colère contre moi. Je ne vais pas laisser Flore gâcher notre relation. « Ah et puis whatever, viens juste pas te plaindre quand elle t’aura filé une ITSS ou quand tu auras appris que our elle tu n’es rien… » Je regrette aussitôt mes paroles et me mords la lèvre inférieure de remords. « C’n’est pas c’que j’voulais dire, mais tu sais, t’es mon ami… » Le mal était fait. Je vois déjà les traits de mon ami se durcir, furieux. Il se lève et balance sa manette de jeu je ne sais trop où. Je l’ai vraiment mis en colère, à cause d’elle. Le pire c’est que ce n’est pas moi le méchant de l’histoire et que personne ne semble le remarquer. « Vraiment? T'es sûr de ça Naveed? T'es sûr que t'es mon ami?! Parce que la dernière fois que j'ai vérifié, les amis sont pas supposés te prendre pour un imbécile et un menteur! Combien de fois est-ce qu'il faudra que je te le dise?! FLORE ET MOI NE COUCHONS PAS ENSEMBLE, BORDEL! Pourquoi tu veux pas me croire?! » les larmes me montent aux yeux et je suis certain que lui aussi a envie de se mettre à pleurer. Ce n’est pas nous de se gueuler dessus comme des habitants. Ce n’est pas que je ne crois pas Oliver, mais je vois bien qu’il s’attache à elle et que ça viendra tôt ou tard. Mieux vaut stopper ce parasite avant qu’elle ne parvienne à ses fins. Je n’ai pas la force regarder Olive dans les yeux, c’est trop dur, j’ai trop honte de ce que je lui ai dit. Il croit que je ne suis même plus son ami après ça. «Tu sais très bien que depuis Amy je n'ai eu personne, je te l'ai dit! Et je croyais que tu savais que je suis pas le genre de mec à coucher à tout va! Comment peux-tu prétendre être mon ami si tu ne me crois pas sur ça? Tu sais très bien que je suis incapable de me débrouiller avec les filles et tu sais très bien que je déteste l'idée d'avoir une relation basée uniquement sur le sexe! Tu le sais! Alors pourquoi est-ce que tu ne me crois pas, hein?! Pourquoi?! » Le pire, c’est que je sais qu’il a raison. S’il dit qu’il ne se tape pas Flore, il ne se taper pas Flore, c’est mon ami et la meilleure chose que je puisse faire c’est de la croire. Je ne dis pas que c’est une relation charnelle qu’il veut avoir, je dis seulement que c’est ce qu’ELLE veut. Je sais aussi très bien qu’Olive n’est pas un coureur de jupons. Il sait que je le sais, c’est évident, je le connais quand même un peu. Mais il a raison, sur tout la ligne ne plus. Je suis en train de mêler mes problèmes aux siens. C’est moi qui en veux à Flore à cause de ce qu’elle m’a fait subir et qui m’imagine toutes ces histoires avec mon ami. Je ne devrais pas, je ne peux seulement pas m’en empêcher. Flore devrait être contente, elle m’a complètement brisé. Elle m’a rendu fou. Si j’avais une seconde pensé avouer à Olive que je ressentais quelque chose pour lui, ça s’est complètement envolé. Dans l’humeur qu’il est maintenant, grandes sont les chances qu’il me renie, comme ma famille. « T’as raison Olive, c’est ma faute, je suis allé trop vite. Je voulais pas dire que tu voulais Flore pour coucher avec elle. Mais c’est ce qu’elle veut elle, coucher avec toi. Point à la ligne. » je sais qu’il va argumenter, qu’il va se fâcher encore plus. « Chut, attends! C’est ce qui m’est arrivé à moi et tu sais tout aussi bien que je ne cherche pas non plus à me taper tout plein de nanas, du mindless sex quoi! » je soupire. « C’est que je tiens à toi Olive. Beaucoup. Probablement plus que tu ne tiens à moi. » Il ne semble pas avoir compris. Parfait. C’était idiot de faire ce genre de sous-entendus. Tout ce que je veux, c’est que cette dispute cesse. Je n’ai plus envie de l’entendre me hurler dessus. Chaque décibel est une torture. Pourquoi tout le monde est fâché contre moi? Flore, mes parents et maintenant Olive. Qu’est-ce qu’il y a de brisé en moi pour que je provoque toute cette haine chez les autres? N’importe quoi mais ça s’il vous plaît! « Je suis désolé » son ton s’est calmé, le soulagement m’envahit. Il ne peut pas savoir comment moi aussi je suis désolé. « J’aurais pas dû m’énerver contre toi comme ça. Mais je… » Je me demande ce qu’il va dire. Peut-être qu’il y a quelque chose d’humain chez Flore. Je suis rendu à un point tel que je n’espère plus des gens. Je ne crois plus que les gens peuvent changer. Surtout pas quelqu’un comme Flore. On est comme on est, on ne change pas. Et si on tente de se convaincre qu’on change, il restera toujours un peu de notre ancien nous qui menace de faire surface. « La vérité, c’est que je doute » Je le laisse parler, je me demande de quoi il doute. Je suis certain qu’il va me le dire, il me dit tout. Je lui dis tout, on est des amis. «Je ne cesse de me demander si Flore me manipule ou si elle m'apprécie vraiment, et ça me tue. C'est pour ça que je suis autant à cran sur ce sujet. Parce que même s'ils disparaissent peu à peu, j'ai toujours des doutes. Maintenant, il faut que tu comprennes que je ne ressens strictement rien pour elle. Et je pense vraiment que son objectif n'est pas de me briser. Elle fait bien trop d'efforts, tu vois ce que je veux dire? Je... Tu ne l'a jamais vu avec moi. La Flore que j'apprends à connaître est très différente de celle que tout le monde voit dans Cambridge. Si son seul objectif était de coucher avec moi pour me jeter par la suite, je ne pense pas qu'elle ferait autant d'efforts. » Je le crois. Je ne peux faire autrement. Ainsi donc ce n’est que curiosité. Olive n’est pas comme moi, il a espoir en les gens, il espère qu’il y a un peu de positif en chacun. Peut-être que du côté de Flore c’est aussi de la curiosité. Jusqu’où elle peut aller, elle veut peut-être repousser ses limites. Aller jusqu’aux confins de l’inhumanité. Je me demande quelle est la bonne réponse. « Et puis bien sûr que si je tiens à toi, 'spèce d'idiot, t'es un de mes meilleurs potes tu le sais! » Je le sais justement. Et ce n’est pas assez. Je lui souris, tentant de feindre le bonheur et le soulagement. Je sais que je n’oserai jamais tout lui avouer, même s’il est mon ami. Je ne veux pas briser cette amitié. « C’est ce que j’aime chez toi. T’es toujours positif. Tu crois que les gens peuvent devenir meilleurs… et t’es une vraie bête de sexe! » Je ricane. Il fallait bien ajouter une touche d’humour. Je lance à Olive un faux regard aguicheur. « Rawwwr »


UC.
Revenir en haut Aller en bas
 
Once a geek always a geek | Naveed & Olive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BD pour geek et rôliste
» Truc de geek
» Comics geek !!!
» Menu pause d'un jeune geek
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: