DCH - Too afraid to love you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:27


Drew Clarence Hastings w/ Kevin Zegers
the characterthe person
→ habite à Oxford.
→ âgé(e) de 20 ans.
→ né(e) le 24 Janvier 1992 à NYC.
→ est en deuxième année de droit.
→ un t-shirt likes girls
→ est actuellement seul.
→ pseudo : Paradox
→ âge : 19
→ comment avez-vous connu le forum ? J'sais plus
→ code : kay by lem
→ crédits : tumblr & google
→ pour ou contre le partage du prénom de votre perso avec quelqu'un d'autre ? S'ils n'ont pas peur !
→ de quelle couleur sont les petits pois ? Les petits pois sont clowns.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:28

it's my life, it's now or never


« Dominus illuminatio mea. Je crois que cela ne s’applique qu’aux natifs, la lumière à Oxford brule ceux qui tentent d’y entrer sans passe VIP.»


Natif de New York, Drew Hastings naquit en 1992, lors d'une fin d'hiver plutôt rude. S'il n'était pas prévu d'avoir des jumeaux chez les Hastings à ce moment-là, il était encore moins prédit qu'ils soient de sexe différent. Bien qu'étant une famille aisée, les Hastings ne roulaient pas sur l'or et, il faut l'avouer, vivaient au-dessus de leurs moyens. Récemment licencié, le père Hastings n'était plus que l'ombre de l'homme qu'il avait jadis été. Ex-directeur dans une entreprise multinationale, il demeurait à la maison toute la journée désormais, seule Madame Hastings ramenant de l'argent. Si là avait été le seul problème de la famille, mais non, ce serait trop simple. Monsieur Hastings souffrait d'un mal répandu, l'alcoolisme. L'adultère ne coûte pas grand-chose, un verre de champagne par-ci, un rail de coke par là. Mais l'alcoolisme, lui, est un fléau financier. Placés en école privée mixte, les jumeaux ne furent au courant de cette maladie que quelques années plus tard.

Après des premières années simples et innocentes comme peuvent l'être celle des enfants, les problèmes de couple des parents les rattrapèrent. Soucieux d'élever les enfants dans un cadre sain et dynamique, Mr et Mme Hastings évitèrent en général de se disputer devant eux mais, bien évidemment, le masque tomba lorsque le père, mal luné et saoul, commença à vouloir frapper sa fille qui avait ramené de l'école un devoir passable. Drew et sa sœur furent envoyés en internat à l'âge de six ans, ne rentrant qu'un week-end sur deux. En internat, les deux enfants restèrent très unis et surtout très renfermés, ne se laissant que rarement approché par d’autres enfants. S'ils n'avaient pas été frère et sœur, cela aurait « mignon », mais du fait de leur parenté, c'était « malsain ».

Dix ans, un âge auquel on commence à considérer un enfant comme potentiellement mature. N'est pas mature qui veut, mais Drew et sa jumelle furent forcés de l'être puisque dans leur dixième année, le divorce de leurs parents fut prononcé. Refusant, malgré l'ivrogne qu'il était, d'empêcher les enfants de voir leur père, Mme Hastings choisit de vivre à un autre étage de l'immeuble dans lequel tous habitait, si bien que, même une fois la garde prononcée en faveur de la mère, les jumeaux purent continuer à aller voir leur père, qui, s'il n'était pas au bras d'une jeune de vingt ans, était en train de boire, l'un n'empêchant pas l'autre cependant. Commence pour les enfants Hastings, la période la plus difficile. Il ne faut pas attendre longtemps pour la mère décide de partir, sans aucune raison apparente pour les enfants. Si ce n'est pas du jour au lendemain, ça y ressemble fortement. Ils ont alors douze ans. Leur père, par chance ou par culpabilité, qui sait, a un passage lucide qui va durer plusieurs années. Si par plusieurs années, on peut s'attendre à quelques sept ou huit ans, c'est perdu. Trois ans. Le temps de son second mariage. Les jumeaux finissent le « Junior High School » et rentre au lycée. Grand tournant dans leur vie puisque c'est la première fois qu'ils sont séparés. Drew part dans une école sportive alors que sa soeur reste au lycée du coin. Un favoritisme flagrant éclate envers Drew et les enfants parviennent à convaincre le père d'inscrire les deux enfants dans le même lycée l'année d'après. Difficile d'imaginer pire période pour que le père, que l'on croit alors sobre et guéri, rechute dans l'alcoolisme. Pourtant, c'est le cas.

En changement et en pleine croissance, les jumeaux doivent trouver une solution pour rester dans l'école à laquelle ils ont réussi à s'inscrire. Cherchant d'abord un mi-temps régulier, ils ne tardent pas à comprendre qu'ils sont trop jeunes pour avoir un travail légalement autorisé. Ils finissent par trouver un bar, assez éloigné du centre pour qu'ils ne croisent personne qui pourrait les reconnaitre et assez fréquenté pour que les pourboires soient corrects. Le rythme est insoutenable, mais ils n'ont pas le choix, si l'on apprend que le père Hastings utilise tout son argent afin de boire et qu'il ne s'occupe plus de ses enfants, la garde ne lui sera plus accordée et ils seront placés en famille d'accueil. Ce petit manège dure plusieurs mois, voire une année complète avant qu'une nouvelle vague de sobriété arrive et calme le jeu. Une fois sortie de ce cercle vicieux et la vie reprenant son cours, Mlle Hastings commence à profiter de son nouveau temps libre pour sortir et n'ayant pas été habitué à faire des soirées comme elle le fait, de nouveaux problèmes émergent au sein de la famille. Le premier est la proximité constante d'alcool pour le père. Difficile de tenir son serment de sobriété quand sa fille rentre saoul un soir sur deux. Le second, inconnu du père, mais bien connu de Drew, est le fait que sa soeur ne consomme pas que de l'alcool et si elle se limitait à la marijuana comme les autres jeunes de son âge, cela n'aurait pas été un problème pour le jumeau, mais il y a bien longtemps que la soeur ne prend plus d'haschich et use principalement de la cocaïne. Drew, attaché à soeur comme l'on peut s'en douter de la part d'un jumeau, décide de l'arracher à ce monde qui n'est rien d'autre pour lui qu'un monde voué à l'échec.

Une fois qu’elle fut sortie de la drogue et son père guérit de l'alcoolisme, la vie des Hastings repris un rythme calme et tranquille. Le lycée se termina pour les jumeaux, le père reprit le travail, « tout roule ». Un froid régnait cependant entre les jumeaux, la sœur ayant trop d'orgueil pour admettre qu'elle avait fait une erreur et que son frère l'ai réparée. Alors qu'elle partait pour une université enseignant la danse urbaine, Drew choisit que quitter le sport pour partir en droit et fut accepté à Harvard alors qu'il ne pensait jamais pouvoir y aller au vu des résultats qu'il avait obtenus lorsqu'il devait travailler de nuit.

Dernier instant en Amérique pour Drew avant longtemps. Arrivant juste à Harvard, celui-ci fut contraint de prendre les places qu'il restait dans l'internat et se retrouva dans une chambre avec deux autres types, totalement inconnus et totalement dépendants de l'héroïne. Durant le mois d'octobre, une fouille eue lieu et les deux colocataires de Drew eurent l'idée de planquer leur dopes dans les affaires du New-Yorkais. Paniquant et ne sachant pas quoi faire, celui-ci décida de quitter l'université et de partir chez sa mère, à Londres.

Londres. Oxford. L'espoir d'une vie plus calme, d'une vie tranquille. Mais non, pas de chance, Oxford n'est pas la ville où vont les étudiants pour être au calme. Entre les soirées au Carling, sa relation avec Candice et surtout les TroubleMakers, Drew n'eut que peu de temps calme pendant cette période. Il resta un peu plus d'un an dans la ville étudiante avant qu'un heureux événement arrive : sa soeur avait réussi à obtenir l'aveu des deux anciens colocataires, il pouvait donc revenir en Amérique, mais il ne pouvait pas repartir sans se retourner, il avait tissé des liens avec de nombreuses personnes, notamment avec une branche de sa famille dont il ne connaissait pas l'existence (L'oncle Bart étant d'ailleurs un sacré numéro). Cependant, il apprend quelques semaines plus tard que son père était de nouveau tombé dans l'alcool et il part, sans rien dire, laissant ses histoires, sa famille et ses problèmes là où était leur place, à Oxford. Ayant de nouveau sa place à Harvard, son père dont il devait prendre soin, Drew ne pensait pas repartir un jour à Oxford, cependant, rien n'arrive jamais comme on le voudrait et ça, Drew le savait.

MOIS - 7

Harvard est calme, trop calme. Je m'ennuie ferme. Après le tumulte d'Oxford, c'est difficile de se réhabituer à une vie normale. Je ne me plains pas qu'il n'y ai que peu de conflit, la vie est tellement simple sans les TMs. Père ne veut rien entendre, il ne semble pas prendre au sérieux les choses cette fois. Peut-être que lorsque tu viendras pour les vacances, les choses iront un peu mieux du fait de ta présence.

J'espère que tu t'en sors à Londres. Si on te demande de mes nouvelles, tu n'as rien eu, évidemment.

Drew.

MOIS - 6

Je n'aurais pas dû parler trop vite, Harvard n'est pas aussi calme que je le pensais, les maisons sont un fléau, impossible de s'en sortir. Si Oxford souffre de drame, Harvard souffre des fêtes. Je ne pensais pas cela possible. J'ai réussi à passer à travers les rites de passage, je joue plutôt mon asociale. Plus j'y pense et moins j'ai envie de revenir. Si tu ne les emmerdes pas, ils ne viennent pas te chercher, contrairement aux TMs.

Père continue à dépérir, je l'ai envoyé dans un centre de désintoxication mais ça ne semble pas faire effet. Je continue à croire qu'un jour il guérira et que Mère le pardonnera, mais je suis surement trop naïf.

J'ai appris que tu étais arrivé à Oxford, prends gare à toi.

Drew.

MOIS -5

Je n'y crois pas, Père a un cancer. Ils ont vu une grosseur lors d'un examen de routine. Ils disent que cela n'est pas guérissable. J'ai dû mal à écrire pour te l'annoncer, mais je ne peux te le cacher. Cela me fend le coeur, d'ici quelques mois, tout sera terminé pour lui.

Drew

PS : Je fréquente quelqu'un, mais je t'en dirais plus lors de ta prochaine visite, je n'ai pas le coeur d'en parler avec tout ce qui arrive à Père.

MOIS - 4

L'état de Père continue à empirer. Ils ont tout tenté, mais avec son état d'alcoolique, il n'est pas leur priorité. Je les comprends mais c'est dégueulasse. Il ne sortira plus de l'hôpital. Je passe toutes mes nuits à veiller sur lui, j'ai réussi à le faire transférer près de l'université, mais c'est la fin, le rouleau n'ira pas plus loin. C'est tellement dur d'écrire ça, j'aimerais tant que tu sois là avec nous.

On me conseille de continuer à vivre comme si de rien n'était, j'ai failli leur hurler dessus. Pour ce qui est du reste de ma vie, j'ai une petite amie, ça fait deux mois et sans un drame ! Elle s'appelle Salem et ça se passe vraiment bien. On a eu un peu de mal au début, quelques restes d'Oxford, mais c'est vite passé à la trappe.

Drew

MOIS - 3

Père est mort. Hier soir, 23h48. Salem et moi partons dans le Sud pour une semaine, je ne pense pas que l'on ne va pas faire grand-chose à part boire.

Drew

MOIS - 2

Dans ma dernière lettre, je t'annonçais que Salem et moi descendions dans le Sud. Nous sommes allés à Vegas. Vive les jeunes mariés. Je ne regrette rien pour le moment pas, c'est vrai qu'au bout de quelques mois seulement, c'est de la folie pure, mais le mariage, contrairement à la grossesse, ça peut s'annuler. Je suis raide dingue de cette fille, je ne m'étais pas senti aussi bien depuis des années. J'éprouve une certaine culpabilité à me sentir aussi libre maintenant que Père est mort, mais je crois qu'après tout, c'est un retour des choses. Je passe les détails, mais Harvard se passe bien, je n'ai aucun problème, je passe en seconde année, enfin. Salem continue en psychologie (elle a deux ans de plus que moi.)

Drew

MOIS - 1

J'ai une grande surprise pour toi. Salem et moi emménageons ensemble, mais pas à Harvard ni à New York. Nous venons vivre à Oxford. Je sais ce que tu penses déjà, que le couple ne tiendra pas, que je ne suis pas prêt à revenir, qu'à 20 ans, je ne devrais pas être marié et vivre avec ma femme. Je n'ai pas de problème avec ça, Salem n'est qu'à un an de la fin de ses études, elle rejoindra ensuite un cabinet de psychologue à Londres dont elle connait certains membres qui sont prêts à la prendre. Mon transfert a été autorisé vu que j'ai déjà étudié là-bas. Je sens que tes yeux vont rouler en lisant ces mots, mais que veux-tu, je ne suis plus d'ici à présent, je ne connais plus personne en Amérique, excepté quelques personnes de ma classe, ma famille habite désormais en Angleterre. Je n'ai prévenu personne de mon retour et j'aimerais que tu en fasses de même, je n'ai pas envie de devoir faire face aux gens de l'université dès mon retour. C'est l'été, ils penseront que je suis seulement en vacances ici et lorsque l'année recommencera, je ferais de nouveau parti des meubles. Mère est d'accord et s'est arrangé pour nous trouver un appartement à Oxford. Tout ira bien, frangine.

Drew.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? S'il en est à ramasser des gens dans la rue, c'est que son film doit être un sacré navet.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je ris intérieurement et je continue ma route.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Si je suis suffisamment éméché, ça risque de passer. A froid, par contre, je serais honteux.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Théâtre ou geek, ça dépend.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je me suis marié alors que je pensais encore aux filles d'Oxford.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Je n'ai pas d'ami qui ont des bagues Cartier et il est le seul au courant.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Je joue la carte "Viens voir par là." mais son mec me claque "Pas touche, elle est à moi." Bref, je me suis fait avoir.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Toujours marié, avocat, deux enfants.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Dare, je ne l'ai pas déjà montré ?

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Je te conseille Cambridge si tu veux tenter d'être la Reine un jour. C'est beaucoup plus stricte qu'Oxford et il y a là-bas beaucoup moins d'écarts de commis, ce qui, si tu veux être Reine, sera mieux. De plus, le JCC est reconnu et y entrer récompense les meilleurs élèves de Cambridge, alors qu'à Oxford, les TroubleMakers ne récompensent pas les meilleurs comme on pourrait s'y attendre.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Club Cambridge ? » Ce sont des élèves qui trient les autres élèves. Ils veuillent à ce que les gens soient corrects, voir parfait. Quand on est membre du JCC, on ne fait pas les choses à moitié. Ils surveillent le campus et l'école et, à chaque fois, il dresse une liste où les meilleurs élèves, donc ceux qui se comportent le mieux et qui ont les meilleurs notes sont en haut et plus l'on descend, moins c'est bon.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Ils n'ont rien à voir, ils sont là pour semer les problèmes. Si quelqu'un se tient trop tranquille et qu'il fait partie du gratin d'Oxford, tu peux être sûr qu'il va recevoir la visite des TroubleMakers qui vont lui jouer un mauvais tour.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Impossible, les deux universités sont rivales et je ne pense pas que l'on puisse passer d'une à l'autre.

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par Drew C. Hastings le Jeu 28 Juin - 1:11, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:30

Welcooooooooooooooooome
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:33

DREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEW ! Alors ça pour une surprise ! WOW !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:33

ZEGERS
Bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:34

WELCOME BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACK

DREEEEEEEEEEEEEEEEEW Je ne sais meme pas si tu te rappelles de moi, on a du juste se croiser mais mais mais bon retour ici, c'est cool de revoir des anciennes têtes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 19:50

/me a sorti Bonnie exprès pour toi. OMG OMG DREEEEEEEEEEEEEEEW Welcoooooome back !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 20:04

BABYDREW *BAF* Nan mais très contente de ton retour, surtout avec Zeggers *-*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 20:07

DREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEW ! c'est le retour des héros ou bien ? (koh-lanta me tuera)

Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:11

BABY DREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEW OMG
Reeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:17

WELCOOOOOOOOOOOME
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:20

BABY DREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEW omg omg omg omg omg omg
Ca fait tellement plaisir de te revoir ici omg
Je suis trop conteeeeeeeeente you made my night omg Arrow

BABY BABY DREEEEEEEEEEEEEEEEEEW
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:34

Ah ok c'est toi Baby Drew... (mais pourquoi ne l'ai-je pas compris plus tôt, on se le demande Arrow )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:45

J'ai tellement hésité à revenir ! Mais ça, vous, TOUT me manquait trop \o/

Mark : Mais non, je ne t'ai pas oublié Very Happy

Bonnie : Haha, je sens le poids de l'honneur sur mes épaules là, mais en même temps, Troian ♥️_♥️

Melany : Mouais, vu le départ de voleur, je ne me sens pas trop héroïque ! WHAT A FACE !

Blair : HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaa je casserais pas le code cette fois héhé

Heather : Je suis si célèbre ? WHAT A FACE ! ( Ah mais ce n'est pas explicite )

& merci aux autres pour l'accueil ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:54

Ah mais omg Arrow /me arrête de dire omg T'ES TOUJOURS MON COUSIN ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Mer 27 Juin - 21:58

OF COUUUUUUUUUUUUUUUURSE ! Comment on explique qu'ils ne sont plus cousins sinon ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Jeu 28 Juin - 0:07

[00:00:01] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:01] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:02] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:03] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:03] Drew C. Hastings : TIENS TIENS
[00:00:03] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:04] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:05] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:05] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:10] Drew C. Hastings : JE CONNAIS CE J LA
[00:00:10] @ Prudence J. Smith : THOMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAS
[00:00:14] @ Prudence J. Smith : KMFEZP%URZEGPU?ERG¨?RZGU?GREZ?µ¨GREZµ¨RGEZµÜGRZG¨RZEGRZ?UGZRU NGZERUGµZGRZU?
[00:00:16] @ Prudence J. Smith : OMFG
[00:00:18] @ Prudence J. Smith :
[00:00:25] Drew C. Hastings : RESPIRE !
[00:00:26] Drew C. Hastings : RESPIRE !
[00:00:38] * Prudence J. Smith respire
[00:00:40] Drew C. Hastings : KMFEZP%URZEGPU?ERG¨?RZGU?GREZ?µ¨GREZµ¨RGEZµÜGRZG¨RZEGRZ?UGZRU NGZERUGµZGRZU?
[00:00:43] @ Prudence J. Smith : J'AI TROP BUGUE LA
[00:00:47] @ Prudence J. Smith : J'AI VU DREW
[00:00:49] @ Prudence J. Smith : J'AI
[00:00:51] @ Prudence J. Smith : ARRETE
[00:00:52] @ Prudence J. Smith : DE
[00:00:54] @ Prudence J. Smith : RESPIRER


tout est dit

re petit coeur

AND I WAS LIKE BABY BABY BABY DREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEW
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Jeu 28 Juin - 0:08

En gros

Merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Jeu 28 Juin - 0:42

Y a quelques fauuuutes so fais attention.
Je valiiide. ET OMG BABY DREW MARIE A VEGAS !!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Jeu 28 Juin - 0:50

Merci Et je vais relire et tenter de débusquer les fautes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   Ven 29 Juin - 12:32

MYGOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOD MYGOOOOOOOOOOOOOOD

DREEEEEEEEW MON DREEEEEEEEEW D'AMOUUUUR

Je suis vraiment contente de te revoir sur le forum, tu nous as manquéééééééééé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DCH - Too afraid to love you   

Revenir en haut Aller en bas
 
DCH - Too afraid to love you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: