kylian&estelle 十 and it's you and me, and all of the people.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: kylian&estelle 十 and it's you and me, and all of the people.    Ven 15 Juin - 20:09

L'ambiance chaude de Soho, un jeudi soir, même les âmes les plus délurés sont de sorties la semaine. Je longe les trottoirs, tirant sur ma cigarette. Ici, personne ne dévisage mon aspect étrangement rose. Tout le monde s'en fiche que je sois la fille d'un raté et d'une mère décédée. Je passe devant mon ancienne boîte de striptease, accéléré légèrement l'allure pour que personne ne me reconnaisse - on ne sait jamais. J'entre dans le premier bar qui arrive, le 12 Bar Club. Je ne connais pas, mais je m'en fiche, ce bar sera ma maison pour la nuit. Je m'installe au comptoir, souris au barman qui me sert une bière, puis discute avec une fille plutôt jolie lorsque mon regard le voit, lui. Kylian. « Excuse moi, il faut que j'aille parler à quelqu'un. » dis-je à la jolie demoiselle avant de la quitter. Je m'approche donc de l'énergumène avant de lui lancer, avec mon air habituellement agressif quand il s'agit de Kylian. « Toujours aussi bien accompagné à ce que je vois. » Oui, je parle bien des deux poules qui l'accompagnent. Oui, je suis jalouse à en crever. « Tant que ce n'est pas ta compagnie, elle sera toujours plus mauvaise. » Je ne prends même pas la peine de lui répondre et roule simplement des yeux. Pauvre con doté d'un sourire agréable à regarder. « Allez, assieds toi. Elles allaient partir. » Je ris, puis rend le coup d'épaule que l'un des pouffiasses de Kylian m'a agréablement donné. Je pose ma main droite sur la table qui nous sépare et m'avance jusqu'à être à la hauteur de son visage. « Dans tes rêves, Kyllian et même dans tes rêves tu n'aurais pas le privilège d'être assis à côté de moi. » Je souris avant de tourner la tête et de regagner ma place au comptoir, buvant une gorgée de ma bière. Du coin de l’œil, je le vois se lever mais je n'y prête pas attention. J'en ai assez de respirer en fonction de ses moindres faits et gestes, j'en ai assez de souffrir comme la dernière des connes lorsque monsieur ne peux s'empêcher de toucher les déhanchés de toutes les filles qui lui passent sous la main. Il me rend folle et cette folie est susceptible de me faire péter un câble à n'importe quel moment. Dieu sait que je ne sais pas contrôler mes émotions. La preuve, quand il décide de s'approcher de moi, je frissonne. « A quoi ça sert de m'éviter alors que tu sais très bien que nos envies sont partagés. J'aime ou du moins j'aimais passer du temps avec toi. Reviens moi Estelle. » J'ai envie de lui en foutre une, je ne peux m'empêcher de mordre ma joue de l'intérieure lorsqu'il embrasse ma nuque. Je ferme les yeux et le laisse partir. Oui, même les yeux fermés je sais qu'il part. Kylian part toujours. Je bois ma bière d'une trait, balance un billet sur le comptoir et prends ma veste pour sortir. Je sais qu'il est là, monsieur est aussi accro au tabac que moi. « Non mais pour qui tu te prends putain ? dis-je hors de moi, Kylian a le don de m'énerver rien qu'en me regardant, Jamais mes envies ne seront partagées avec les tiennes, ok ? Tu commences à sérieusement me gonfler, monsieur le trop sûr de soi ! Ce n'est pas parce que la majorité des filles que tu croises tombe bêtement dans tes bras que j'en fais également partie ! Je déteste chacune de tes remarques, je déteste ta putain de présence ! » Je suis tellement énervée que je finis par avoir les larmes aux yeux, larmes de rage. Je ferme mes paupières. « Comment veux-tu que je te revienne alors que je ne t'ai jamais appartenue ? » dis-je plus bas que la dernière fois, presque en chuchotant. Je me fiche complétement qu'il trouve mon comportement naze, mais il a raison sur un point, si je le déteste autant que je le dis, pourquoi je m'entête à le rattraper ? Je soupire et baisse les yeux. Il a raison, mais j'ai beaucoup trop de fierté pour lui dire. . « Pourquoi est-ce que tu m'en veux autant Estelle ? ... ce n'est pas ce que je voulais. J'aimerais pouvoir te prendre dans mes bras mais j'ai l'impression d'être la seule personne qui te fait autant de mal et qui pourrait être sensible de te brisé en un seul touché. » Je l'écoute mais regarde ailleurs. Il n'y a pas de vent ce soir, seulement la froideur des nuits de printemps. Je croise les bras pour que ma veste me tienne un peu plus chaud, puis regarde en sa direction. Il est tellement beau. Mon cœur se sert. Je sors mon paquet de cigarettes et en tire une, puis l'allume. J'en prends une bouffée. Mon esprit se libère alors de toute sa pudeur. « Je te déteste parce que chacun de tes gestes me fait mal, tout le temps, parce que justement tu es la seule personne capable de me faire autant souffrir et de faire naître en moi un sentiment d’inutilité profonde. Et si je t'en veux, c'est parce que... C'est parce que... » Je t'aime. Je tire une nouvelle fois sur ma cigarette. « C'est parce que t'es un gros con d'égoïste qui fait mal à ma meilleure amie et rassure toi pour ce qui est d'être brisée, je le suis déjà, je ne veux seulement pas que Nora ressente ça. » Jamais je n'arriverai à le lui dire. Jamais. J'aspire de la nicotine qui monte au cerveau, embrumant mes idées. Je l'aime, mais je lui en veux de tromper ma meilleure amie. Je dois être la personne la plus compliquée que Dieu ait créée. « Je sais tout ça.. c'est une fille bien. Je l'apprécie beaucoup Nora, et j'ai beaucoup de ... d'affection pour elle. Je sais que ce que je fais c'est pas bien, que c'est de l'irrespect et qu'il n'y a sans doute pas plus puéril que ce que je peu faire.. mais.. » Alors c'est dont ça. Il est en train de tomber amoureux de Nora. Je tourne le visage à l'opposer de lui, et me mords les lèvres aussi fort que je le peux pour ne pas pleurer. Je tire une grande bouffée de ma cigarette et l'écrase sur le sol. Saloperies de sentiments incontrôlables. « Je suis peut-être jeune, mais j'ai vécu des choses dans ma vie, mon passé, qui font que je suis comme ça. Et je n'y peu rien. Après je n'ai pas à me justifié et de toute façon je n'en ai pas envie. » Comble de l'ironie, monsieur pense être le seul a avoir eu une vie de merde. Et voilà, je suis de nouveau énervée contre lui, la moindre ombre de gentillesse s'est évaporée. « Tu penses que t'es le seul Kylian a avoir eu une vie de merde ? La vie n'est pas facile, tout le monde le sait, mais c'est pas une raison pour faire souffrir Nora ! C'est pas une raison pour considérer les filles comme des vulgaires choses que tu prends et que tu jettes la minute d'après ! Et bien sûr que si tu as à te justifier, c'est foutrement égoïste de ne rien dire et de laisser les autres souffrir tout ça parce que tu as décidé d'être le pire connard de tout Londres ! » Je le regarde, les yeux sûrement remplis de colère. Je ne le comprendrai jamais. « Et je te signale que ça doit faire cinq ans qu'on se connait, alors fait pas le mec mystérieux ! » Je m’accroupis sur le sol et ouvre mon sac, cherchant une boîte où contient la seule façon d'échapper à se calvaire. Je sors un joint déjà préparé et le porte à mes lèvres, avant de me relever et de l'allumer pour tirer dessus, les yeux clos, comme pour oublier l'endroit où je me trouve. Je me fiche complétement de ce qu'il vient de dire, c'est fou l'effet d'un joint. Je vais bientôt rire ou pleurer bêtement, en espérant ce que soit évidemment la première option. « Je vais te dire ce que je pense Estelle, c'est que Nora tu tiens énormément à elle mais ce n'est pas uniquement pour cette raison que tu "me détestes" comme tu me le dit si souvent. Je pense qu'il y a une autre raison, mais je n'ai vraiment pas envie de te courir après sans arrêt pour savoir le pourquoi du comment. Si jamais t'as envie de t'exprimer, viens me voir. » Touchée en pleins cœur. Je reste le dos collé au mur, ne relevant pas ses paroles. Je n'ai pas envie de lui dire. Plutôt mourir que de lui dire. Le pire dans tout ça, c'est que je suis certaine qu'il a compris et c'est pour cette raison que je lui en veux. Il sait que je suis éperdument amoureuse de lui mais il est quand même sorti avec ma meilleure amie. J'ai la haine, la haine de lui, la haine d'un nous qui n'existera jamais. Je le vois s'approcher de moi, il prend ma main libre pendant que je tire sur mon joint, je frissonne, comme à chaque fois qu'il me touche. Il glisse une bague, bague que je fixe. J'entrouvre la bouche. « Je pense que c'est le seul plus beau cadeau que j'puisse te faire. » Je referme la bouche. Encore une fois, il se met le doigt dans l’œil. Le plus beau cadeau qu'il puisse me faire, c'est lui. Je tire sur mon joint pendant qu'il commence à marcher. Je l'écrase sur le sol, mes idées sont vagues. « Attends ! » dis-je en lui courant après. Mes cheveux roses volent, c'est drôle. Je le rattrape par la main et le force à me faire face. « Tu as raison... » dis-je tout bas en baisant le regard vers le sol. « Seulement, j'ai peur. J'ai peur de le dire, j'ai peur de ce que ça peut provoquer, j'ai peur de faire mal à Nora et de la perdre. J'ai peur que tu t'éloignes encore plus de moi, j'ai peur que tu m'ignores. J'ai peur d'avoir mal. » Je reprends mon souffle après avoir enchainé les phrases le plus rapidement possible. Je le regarde droit dans les yeux, son regard me fait vraiment perdre tous mes moyens, surtout quand j'y suis plongée aussi longtemps. Il finit par rompre le silence. « Moins tu parleras, plus tu garderas ce qui est lourd à porter et plus tu te sentiras mal... et moi, ce n'est pas ce que je veux. Je ne veux pas te voir souffrir. Si tu crois que je me suis mis avec Nora pour te toucher toi, tu te trompes Estelle... » Et pourtant, dieu sait que je l'ai pris pour moi. J'ai toujours eu l'intime conviction que ma rencontre avec Kylian avait eu lieu dans l'unique but de me rabaisser plus bas que terre. Sa main vient toucher ma joue, je reste immobile. Mon regard toujours perdu dans le sien, dans un avenir inexhaustible. « Ca c'est fait comme ça... et ça a été bien trop vite mais il se trouve que Nora est quelqu'un que j'apprécie beaucoup et elle c'est très très vite attachée.. je ne veux pas qu'elle souffre non plus mais au final je crois que c'est le cas. Je ne veux pas être un con, et pourtant ... mais ce que je veux par dessus tout Estelle, c'est que tu sois bien, je déteste te voir mal parce que ça me rend mal également. » Il y a t-il une infime chance que Kylian tienne réellement à moi ? En tout cas, le fait qu'il ne veuille pas faire souffrir Nora me fait rire jaune. Qu'est-ce que cela aurait été s'il avait voulu la blesser ? Je ne peux pas m'empêcher de penser à elle, maintenant que le visage de Kylian est si proche du mien. Je peux sentir sa respiration qui empeste délicieusement le tabac. On est bien là, comme ça, ses lèvres aussi proches des miennes. Mes doigts effleurent sa peau alors qu'il a les yeux fermés, mon pouce en profite pour caresser ses lèvres. « Je ne sais vraiment pas sur quel pied danser avec toi... Une fois tu souffles le chaud, l'autre tu souffles le froid. Tu es tellement contradictoire, ne serait-ce qu'entre tes propos et tes actes. Et puis j'en ai marre de réfléchir, marre de m'en vouloir car ce que je désire le plus au monde c'est.. » Je ne peux lui dire. Non. Je ne peux pas trahir mon amitié avec Nora. Je me rapproche de ses lèvres, horriblement attirantes. « L'impossible. » soupiré-je au bord de sa bouche. Mon coeur bat tellement vite. « Estelle je ne suis pas "contradictoire" mais quand je dis que je ne veux pas la faire souffrir c'est parce que je sais d'un autre coté que c'est elle qui se fait tout se mal. Dès le début elle savait plus ou moins à quoi s'en tenir avec moi et elle s'est directement attachée. Je ne veux pas partir pour l'anéantir bien que j'y pense très souvent... » Exactement comme moi. Je suis tombée amoureuse de lui en sachant très bien qu'il ne peut s'empêcher de voir d'autres filles, tellement monsieur semble effrayé de la fidélité mais je ne peux pas lui en vouloir, car je suis exactement pareille. Si jamais je viens à sortir avec quelqu'un, je le tromperai forcément à cause de mon métier. Il recule son visage du mien. « Et ne pense pas que je change d'attitude avec toi c'est juste que je ne parle pas forcément bien aux personnes qui me parlent mal. Tu as changé d'attitude du jour au lendemain avec moi. Chose que je n'ai pas accepté mais aujourd'hui j'suis blasé. » Je soupire et tourne la tête vers la droite. N'importe quoi. J'ai toujours été distante avec lui, je lui ai toujours dit ce que je pensais de lui. Je ne vois pas en quoi j'ai changé, vraiment pas. « Je n'ai absolument pas changé d'attitude, j'ai toujours été la même avec toi. Et pour en revenir à Nora, tu aurais pu la quitter, lui dire que c'était une erreur, casser direct avec elle ! Non, toi tu préfères la tromper et la rejoindre le jour d'après, comme si de rien n'était. Le truc, c'est que jamais tu changeras, même pas pour Nora. » Et puis j'en ai marre, qu'il souffle le chaud et le froid, que ses lèvres soient si proches et si loins. Il s'allume une cigarette, je tremble légèrement. J'ai froid. « Et n'oublies pas une chose, rien est impossible. » Je ris jaune. Je tourne les talons et sers mon sac contre moi. J'en peux plus de sa présence, j'en peux plus d'avoir envie de l'embrasser à chaque fois qu'il entrouvre les lèvres. Je tourne la tête vers lui, une dernière fois. « C'est trop facile de dire ça. » Puis j'entre dans le bar, trouvant une place à une table, m'affalant dans un canapé. Un serveur me demande ce que je veux boire, je commande une bière et essaie d'oublier, en enchaînant les verres, la conversation que je viens d'avoir avec Kylian.


Dernière édition par Estelle Delahaye le Jeu 21 Juin - 10:09, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: kylian&estelle 十 and it's you and me, and all of the people.    Dim 17 Juin - 14:00


estelle, kylian
AND IT'S YOU AND ME, AND ALL OF THE PEOPLE
Je sors de chez Danael les yeux un peu red, je positionne bien comme il faut ma casquette et m'engage dans la ruelle d'en face. Je sens mes membres légèrement tremblés et ma démarche un peu étrange mais je me dis que tout ce que je ressens là sont la possibilité des effets de cette chose illicite pouvant provoquer comme des hallus. Après des années là dedans, j'ai bien l'habitude et ce soir serait une soirée comme toute les autres. En arrivant près du bar j'écrase ma cigarette et m'installe à une banquette, seul. Mais pas pour longtemps. La solitude ne me connait pas forcément mais moi je la connais, parce que j'aime être seul. Deux jeunes femmes s'installent près de moi, un peu aguicheuse, à fin de parler de tout et de rien jusqu'à ce que Estelle arrive à mon secours. Mon regard dans le sien je la sens particulièrement perturbé par ma présence. « Toujours aussi bien accompagné à ce que je vois. », je lui souris et m'installe bien plus confortablement sur la banquette. « tant que ce n'est pas ta compagnie, elle sera toujours plus mauvaise. » je lui souris légèrement, amusé par son coté impulsive et rancunière mais aussi jalouse. Je sais ce qu'elle veut, mais n'arrive pas réellement à la comprendre hors mi la faire un minimum craqué. « Allez, assieds toi. Elles allaient partir. » je regarde les jeunes femmes près de moi et leur fait signe de s'en allé. Elles bougonnent, me font un fuck et poussent légèrement Estelle au passage mais je n'y prête pas attention. Je la fixe sans avoir l'envie de quitté son regard mais elle y met fin en rapprochant son visage non loin du mien et mon envie de l'embrasser est plus qu'étouffante. Je regarde ses lèvres puis ses yeux, me maintenant comme je peu de ne pas dérapé cette fois-ci. « Dans tes rêves, Kyllian et même dans tes rêves tu n'aurais pas le privilège d'être assis à côté de moi. » je secoue légèrement la tête en souriant d'un air dégoûté, blasé. Je la laisse s'éloigner, la dévisageant en sirotant mon verre que je finis par boire en un seul coup. Je me lève à mon tour et m'approche d'elle, je frôle sa peau avec ma main et pose mon visage tout près de son cou. « A quoi ça sert de m'éviter alors que tu sais très bien que nos envies sont partagés. J'aime ou du moins j'aimais passer du temps avec toi. Reviens moi Estelle. », je dépose un doux baiser dans son cou puis m'éloigne tout doucement en la regardant de mon regard mystérieux et volage, j'ouvre la porte du bar pour sortir fumer. Ma cigarette dans la bouche je sors mon zippo et l'allume en fermant légèrement les yeux à la première latte pour ne pas me prendre la fumée dans les yeux. J'eu à peine le temps d'en tiré une deuxième qu'Estelle avait déjà franchi le seuil de la sortie en furie. « Non mais pour qui tu te prends putain ? je la regarde sans avoir quelque chose à me reprocher et la laisse dérailler, Jamais mes envies ne seront partagées avec les tiennes, ok ? Tu commences à sérieusement me gonfler, monsieur le trop sûr de soi ! Ce n'est pas parce que la majorité des filles que tu croises tombe bêtement dans tes bras que j'en fais également partie ! Je déteste chacune de tes remarques, je déteste ta putain de présence ! ». Bien évidemment, je m'empêche de rire nerveusement et me contente de secouer la tête tout en recrachant doucement la fumée que j'avais absorbé. Je reste neutre, calme et posé : un comportement qui a tendance à très vite l'énervé mais malheureusement je suis comme ça. Je n'arrive pas à vraiment partir en live et m'en prendre aux autres, je trouve que c'est une perte de temps. « Si tu me déteste tant, qu'est-ce que tu fou là devant moi ? Pourquoi t'es venu me voir tout à l'heure ? C'était juste pour me faire une remarque de go. C'était même naz si tu veux tout savoir. Tu parles sans vraiment savoir ce qu'il en est. », j'expire doucement, la tension monte un peu et je pose mon dos contre un mur. J'écrase ma cigarette puis cache mes mains dans mes poches tout en l'écoutant. « Comment veux-tu que je te revienne alors que je ne t'ai jamais appartenue ? » je relève le regard vers elle, et ses paroles me laisse affirmer que je lui fait du mal. Je lui fait du mal depuis la première fois où elle m'a vu avec Nora.. je m'en veux, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi tant de souffrance alors qu'elle ne m'a jamais dévoilé un seul de ses sentiments ? Peut-être qu'elle ne ressent rien ou plus rien. Je ne sais même plus quoi penser. J'ai envie de la prendre dans mes bras, de la serrer très fort contre moi et sentir ma peau frissonné au contact de la sienne. Je sens mon coeur battre à travers chacun de nos regards, qu'il y ait de la haine ou non, j'ai l'impression de revivre. « Pourquoi est-ce que tu m'en veux autant Estelle ? ... ce n'est pas ce que je voulais. J'aimerais pouvoir te prendre dans mes bras mais j'ai l'impression d'être la seule personne qui te fait autant de mal et qui pourrait être sensible de te brisé en un seul touché. » je me mords les dents et la regard intensément avant de détourner le regard vers une voiture qui passe puis je repositionne ma casquette. Le silence prend place et mon coeur bat de plus en plus fort, j'ai envie de comblé se vide qui me donnerait presque des frissons mais je n'en fais rien n'attendant qu'une seule chose, qu'elle me réponde. « Je te déteste parce que chacun de tes gestes me fait mal, tout le temps, parce que justement tu es la seule personne capable de me faire autant souffrir et de faire naître en moi un sentiment d’inutilité profonde. Et si je t'en veux, c'est parce que... C'est parce que... » c'est parce que quoi ? J'avais envie de lui dire, de sortir toute la haine que j'ai en moi depuis que je suis petit mais une fois de plus je n'en fais rien et je me tais. Je garde le silence qui l'aide à se concentrer plus facilement sur le pourquoi du comment. Je la laisse réfléchir avant de parler, je ne m'attend pas à une réponse sincère ou du moins pas à cent pour cent. « C'est parce que t'es un gros con d'égoïste qui fait mal à ma meilleure amie et rassure toi pour ce qui est d'être brisée, je le suis déjà, je ne veux seulement pas que Nora ressente ça. » je relève le regard sur elle. C'est vrai que mon comportement avec Nora n'est pas tolérable, que c'est de l'irrespect, tout le monde sait ou du moins je crois... que je la trompe, que je lui suis infidèle mais je n'arrive pas à me contrôler. Peut-être parce que je ne suis pas amoureux ? Je ne saurais même pas répondre moi-même.. « Je sais tout ça.. c'est une fille bien. Je l'apprécie beaucoup Nora, et j'ai beaucoup de ... d'affection pour elle. Je sais que ce que je fais c'est pas bien, que c'est de l'irrespect et qu'il n'y a sans doute pas plus puéril que ce que je peu faire.. mais.. » wah, pour la première fois j'en perds mes mots. Je me retrouve face à une situation qui me retourne tellement le cerveau que je me pose moi même trop de questions. Je suis perdu dans ce que je dis et n'ose même plus décrocher un mot. « Je suis peut-être jeune, mais j'ai vécu des choses dans ma vie, mon passé, qui font que je suis comme ça. Et je n'y peu rien. Après je n'ai pas à me justifié et de toute façon je n'en ai pas envie. », je détache mon regard du sien et me redresse pour m'allumer une nouvelle cigarette : un besoin de nicotine, de cette drogue qui me fait allé mieux, qui me permet de décompresser un minimum mais là je dois avouer que j'aurais bien besoin d'un bon gros bedo. « Tu penses que t'es le seul Kylian a avoir eu une vie de merde ? La vie n'est pas facile, tout le monde le sait, mais c'est pas une raison pour faire souffrir Nora ! C'est pas une raison pour considérer les filles comme des vulgaires choses que tu prends et que tu jettes la minute d'après ! Et bien sûr que si tu as à te justifier, c'est foutrement égoïste de ne rien dire et de laisser les autres souffrir tout ça parce que tu as décidé d'être le pire connard de tout Londres ! » décidément les gens pensent vraiment tous que je suis un type égoïste qui ne pense quà lui. Entendre ça de la bouche de Estelle c'est comme-ci je parlais à quelqu'un que je ne connaissais pas et que je n'ai jamais connu. C'est allant de l'avant, et en attendant que le temps passe qu'on se rend vraiment compte que les gens ne nous connaissent pas vraiment. J'ai dit ça ? ... « Ah oui c'est ce que tu penses ? Je suis le premier à écouter les autres et à ne pas parler de moi. Je garde tout, j'ai pas besoin de pleurniché parce qu'il y a bien longtemps que je ne pleure plus Estelle... » je laisse une longue minute de silence en la regardant d'un regard noir, sans aucune frayeur. Je me sens en colère après tout le monde et la seule chose que j'ai envie c'est de fuir : ouais c'est mon truc. « Et je te signale que ça doit faire cinq ans qu'on se connait, alors fait pas le mec mystérieux ! »Les gens se prennent trop la tête, ils cherchent toujours à nous remettre en question nous, nous et rien que nous. « Je vais te dire ce que je pense Estelle, c'est que Nora tu tiens énormément à elle mais ce n'est pas uniquement pour cette raison que tu "me détestes" comme tu me le dit si souvent. Je pense qu'il y a une autre raison, mais je n'ai vraiment pas envie de te courir après sans arrêt pour savoir le pourquoi du comment. Si jamais t'as envie de t'exprimer, viens me voir. » je recrache la fumée que je venais d'absorbée et la regarde tiré sur son joint. J'enlève ma casquette deux secondes pour la remettre comme il faut puis fait le tour de mes poches. Je m'approche d'elle et prend l'une de ses mains où je laisse glissé une bague nous appartenant à tout les deux. Une bague où on avait fait gravé nos trois initiales. « Je pense que c'est le seul plus beau cadeau que j'puisse te faire. » je tire de nouveau sur ma cigarette en commençant à partir dans la ruelle sombre d'en face. J'aimerais pouvoir me retourner mais j'ai une trop grande fierté pour faire quelque chose du style. Je marche, sans peur mais avec des regrets. Dans ma vie j'ai toujours eut des regrets, dans tout ce que j'ai pu faire. Mais la vie a fait qu'aujourd'hui je suis comme ça, quelqu'un qui a grandit et qui est devenu plus froid, mystérieux sans jamais ne verser une larme. L'époque où je pouvais encore pleurer pour une femme, un sentiment, un trahison, ou autre.. tout ça, c'est parti depuis quelques années déjà. On se rend souvent compte des choses au fur et à mesure du temps malheureusement. « Attends ! », j'ai envie de me retourner mais je n'en fais rien, je fais comme-ci je n'avais rien entendu et continue de marcher tête baisser en tirant sur ma cigarette. Sa peau touche la mienne et mes yeux se ferment durant une fraction de seconde avant que je ne me retrouve face à elle, mon regard dans le sien. « Tu as raison... » je ressens tellement de peine dans son regard que j'ai moi-même l'impression d'être blessé. « Seulement, j'ai peur. J'ai peur de le dire, j'ai peur de ce que ça peut provoquer, j'ai peur de faire mal à Nora et de la perdre. J'ai peur que tu t'éloignes encore plus de moi, j'ai peur que tu m'ignores. J'ai peur d'avoir mal. » plus elle parle et plus j'ai envie de la prendre dans mes bras, la serrer fort contre moi, l'embrasser, entremêler mes mains avec les siennes. Je veux qu'elle se sente bien, qu'elle ne souffre pas, je veux qu'elle se sente protéger et en sécurité près de moi. « Moins tu parleras, plus tu garderas ce qui est lourd à porter et plus tu te sentiras mal... et moi, ce n'est pas ce que je veux. Je ne veux pas te voir souffrir. Si tu crois que je me suis mis avec Nora pour te toucher toi, tu te trompes Estelle... » je baisse le regard en tirant une dernière fois sur ma cigarette puis la jette plus loin. Mon regard se relève vers le sien et ma main vient se poser délicatement sur l'une de ses joue. « Ca c'est fait comme ça... et ça a été bien trop vite mais il se trouve que Nora est quelqu'un que j'apprécie beaucoup et elle c'est très très vite attachée.. je ne veux pas qu'elle souffre non plus mais au final je crois que c'est le cas. Je ne veux pas être un con, et pourtant ... mais ce que je veux par dessus tout Estelle, c'est que tu sois bien, je déteste te voir mal parce que ça me rend mal également. ». Je dépose un baiser sur son autre joue puis tout près de ses lèvres. Mon front se pose contre le sien et mes yeux se ferment. Je sens son pouce effleuré mes lèvres et rouvre les yeux doucement. « Je ne sais vraiment pas sur quel pied danser avec toi... Une fois tu souffles le chaud, l'autre tu souffles le froid. Tu es tellement contradictoire, ne serait-ce qu'entre tes propos et tes actes. Et puis j'en ai marre de réfléchir, marre de m'en vouloir car ce que je désire le plus au monde c'est.. » il est vrai que je ne fais pas toujours ce qu'il faut quand il le faut... que mon attitude est plus que de l'irrespect pour Nora qui est la meilleure amie d'Estelle. Je mentirais si je lui disais que je regrettais ce que je fais avec toute ses nanas autour mais je mentirais aussi si je lui disais que je prends mon pieds à la faire souffrir. Ma vision des choses est totalement différente de celle des autres. « L'impossible. » J'ai longuement attendu auprès des femmes avant de pouvoir ne serait-ce qu'en toucher une en la prenant par la main depuis qu'elle est partie. « Estelle je ne suis pas "contradictoire" mais quand je dis que je ne veux pas la faire souffrir c'est parce que je sais d'un autre coté que c'est elle qui se fait tout se mal. Dès le début elle savait plus ou moins à quoi s'en tenir avec moi et elle s'est directement attachée. Je ne veux pas partir pour l'anéantir bien que j'y pense très souvent.. » je recule doucement mon visage du sien par cette envie dévorante de poser mes lèvres sur les siennes. Le peu de distance qui nous sépare devient pour moi un terrain très dangereux, à risques et la tentation pourrait finir par me tué. « Et ne pense pas que je change d'attitude avec toi c'est juste que je ne parle pas forcément bien aux personnes qui me parlent mal. Tu as changé d'attitude du jour au lendemain avec moi. Chose que je n'ai pas accepté mais aujourd'hui j'suis blasé. » je m'empêche de toute mes forces de replonger mon regard dans le sien et me sort mon paquet de cigarettes ainsi que mon zippo pour m'en allumer une. « Et n'oublies pas une chose, rien est impossible. ». Je tire sur ma cigarette, la laissant parler. « Je n'ai absolument pas changé d'attitude, j'ai toujours été la même avec toi. Et pour en revenir à Nora, tu aurais pu la quitter, lui dire que c'était une erreur, casser direct avec elle ! Non, toi tu préfères la tromper et la rejoindre le jour d'après, comme si de rien n'était. Le truc, c'est que jamais tu changeras, même pas pour Nora. » soit c'est moi qui me fait des films, soit c'est elle qui ne se rend pas compte de son attitude. A dire vrai, je n'en sais rien. Je ne sais pas, je ne sais plus. Je suis perdu, et quand je plonge mon regard dans le sien, je me sens moins vide. Mais sa présence me donne comme des frissons et je serre les dents. Je relève la tête, droite. « C'est trop facile de dire ça. » mon silence pourrait devenir lassant mais elle m'a coupé l'envie de poursuivre cette discussion. Je n'aime pas courir après les autres puisque je n'aime pas que l'on me court après. Je n'aime pas non plus avoir à me justifié sans arrêt. Je recrache doucement la douce fumée de ma cigarette, la voyant partir. « Ce n'est pas "trop facile", Estelle. Il suffit juste d'arrêter de tout garder pour toi, si tu as quelque chose à me dire, tu me le dis... et surtout quand ça te fait mal. » je la vois entré dans le bar et mes jambes m'entraînent rapidement à marcher. Où ? Je ne sais pas encore, mais loin d'ici.

FIN DU RP.
Revenir en haut Aller en bas
 
kylian&estelle 十 and it's you and me, and all of the people.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Estelle et Rudy,sans Jessica(Elle )
» Estelle Roberts
» Une petite sortie matinale [Estelle la jolie Gryff]
» Kylian
» Présentation de Estelle Leroy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: