Grégostan Ҩ when I saw you lying on the floor, it's as If the world had stopped.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Grégostan Ҩ when I saw you lying on the floor, it's as If the world had stopped.   Lun 21 Mai - 3:14

TRISTAN AND GRÉGORY.
When I saw you lying on the floor, it's as If the world had stopped
Depuis combien de temps n'avait-je pas dormi? Difficile à dire. Tristan était pourtant bel et bien réveillé maintenant, hors de danger. Pourtant, l'inquiétude continuait de me ronger. Je me sentais coupable, responsable, mal dans ma peau. Un peu comme si j'étais le seul fautif dans cette histoire, bien que techniquement je ne fusse pas celui qui avait tiré. Cet homme? En prison, sans doute. A dire vrai, son sort m'importait peu. Bien sûr j'aurai aimé le voir payer, peut-être même croupir sous les barreaux, histoire qu'il comprenne le mal qu'il avait causé. Il avait attenté à la vie de mon fils et ça, je ne pourrai jamais le lui pardonner. Maintenant, il n'était ni plus ni moins qu'un homme désespéré. Est-ce que cela lui donnait gain de cause? Jamais. C'est juste que si on oubliait toute cette colère que je nourrissais à son égard depuis le 'drame', il me faisait juste de la peine. Je peinai à comprendre comment il avait pu en arriver là. C'est vrai, l'amour rend fou, mais tout de même: tirer sur de parfaits inconnus? C'était un peu radical, non? D'autant plus que ce n'est pas en prison qu'il regagnera le coeur de sa femme. Enfin... Un long soupir accompagna mon raisonnement, tandis que je baisais tendrement le front de Calypso et regagnais la chambre d'hôpital où était Tristan. J'avais fait le chemin si souvent ces dernières quarante-huit heures que je crois bien que je me serais retrouvé dans ce couloir bondé, même aveugle. Frappant avec lassitude, je m'assurai que mon fils était bien seul. Loin de moi l'idée de les interrompre lui et son époux. Toutefois, j'espérai secrètement qu'il n'aurait pas de visite, ainsi nous pourrions parler. D'une voix rauque et fatiguée, mon fils m'indiqua alors que je pouvais entrer. Refermant délicatement la porte derrière moi, je m'asseyais sur le bord de son lit et me contentai de lâcher un ridicule « Comment tu te sens? Ça va? ». N'importe quel père aurait baisé le front de son fils en entrant, il l'aurait serré dans ses bras en lui disant à quel point il avait eu peur à l'idée de ne jamais le revoir. Et j'aurai aimé être cet homme là. Le problème, c'est que les mots ne sortaient pas.

« Vivant, c'est déjà ça non. Il faudra revoir la sécurité de l'Hôtel, tu pourrais perdre énormément d'argent avec cette histoire. » Il avait dit ça sur le ton de la plaisanterie, m'adressant un sourire qui se voulait rassurant. Je ne trouvai rien à répliquer, même si intérieurement son inconscience m'agaçait. Il prenait toujours tout à la légère, mais cette fois si la situation lui avait complètement échappé et j'avais bien failli le perdre, ce pourquoi je n'étais pas amusé. Toutefois, je préférai penser qu'il avait cherché à me tranquilliser, raison pour laquelle je me contentai de lui adresser un sourire, faussement ravi. « Où est Andrea ? Est-ce qu'il va bien ? » finit-il par me demander, subitement inquiet. « Andrea va très bien ». Enfin, aussi bien que pouvait aller un homme dont le mari s'était fait tirer dessus en tout cas. Bon sang, j'avais encore tellement de mal à les considérer comme un couple marié, que le simple fait d'y penser me fit grimacer. « Il a eu très peur pour toi, mais il n'a pas été touché. Deux victimes, c'est amplement suffisamment tu ne crois pas? ». Mal à l'aise, je détournai le regard et commençai à observer la pièce. « Plutôt morbide comme décor » je finis par commenter. « Vivement que tu sortes d'ici ».

uc


Dernière édition par Grégory E. Faure le Ven 25 Mai - 20:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Grégostan Ҩ when I saw you lying on the floor, it's as If the world had stopped.   Mar 22 Mai - 22:14

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, seule la douleur est là pour me rappeler exactement ce qui s’est produit. Mes souvenirs sont flous, je me souviens à peine du visage inquiet d’Andrea. J’ouvre les yeux et découvre mon père à mon chevet. Pour être une surprise, ça c’en est une. Je souris amusé par l’ironie de la situation, ce n’est pas quelque chose que nous avons eu l’habitude de vivre tous les deux. Il s’avance toujours distant et me questionne sur mon état de santé.  « Comment tu te sens? Ça va? » Sans doute oui, je suis vivant, c’était moins une, je vais peut être pouvoir sortir et passer mon partiel de philosophie antique avec un peu de chance, je n’ai pas vraiment un emploi du temps à m’offrir les rattrapages. « Vivant, c’est déjà ça non. Il faudra revoir la sécurité de l’Hôtel, tu pourrais perdre énormément d’argent avec cette histoire. » Je souris, plaisante, je pense que c’est ce qu’il est venu chercher ici. Je soupire. « Ou est Andrea ? » Mon rythme cardiaque s’accélère un peu alors que je prends conscience que je ne l’ai pas vu depuis mon réveil. « Est ce qu’il va bien ? » Je tente de me redresser mais la douleur me cloue sur place. Je tente d’examiner le faciès de mon père qui devrait me renseigner sur l’état de la situation, j’ai besoin de savoir que mon monde ne s’est pas écroulé durant ces quelques jours d’inconscience, j’ai besoin de savoir que je le retrouverais en rentrant.

UC
Revenir en haut Aller en bas
 
Grégostan Ҩ when I saw you lying on the floor, it's as If the world had stopped.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. you found me lying on the floor
» THE LYING GAMES - RPG
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» The lying Truth
» (M/ENEMY) Cillian Murphy › lying from you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: