i'm the muse round here ♦ SACHA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: i'm the muse round here ♦ SACHA   Sam 19 Mai - 17:51

Cet idiot. Un sourire léger m’échappe, sans que je ne puisse me retenir. Vous savez, ce sentiment de frustration et d’agacement qui se mêle à la reconnaissance honnête du fait que votre adversaire a marqué un point essentiel dans le jeu en place. Evidemment, ma chance dans l’histoire est remarquable et doit d’ailleurs être soulignée. Non parce qu’en plus d’avoir entretenu une relation secrète avec un politicien notable et marié pendant quelques temps, d’être d’abord tombée folle amoureuse de lui puis enceinte, d’avoir été contrainte à avorter, puis avoir été plaquée sur le pallier de ma porte du jour au lendemain sans aucune nouvelle, il a fallu en plus que je raconte ma vie à un barman qui s’avérait un fait être un crétin d’écrivain qui raconterait ma vie – ma vie !! – dans son premier best-seller et en vendrait les droits à un réalisateur, pour qu’il en fasse un film, ce réalisateur n’étant autre personne que Sacha O’Connor avec lequel j’ai déjà travaillé par le passé. Allez faire pire, sincèrement, et je vous jure que je renonce à mes psychorigides et étroites idées sur les hommes et l’amour pour épouser le premier venu. Je jette mon téléphone sur mon lit et soupire un peu. Sacha n’est pas fondamentalement méchant, mais les bases du jeu installé entre nous ont toutes les raisons de me faire croire que je risque pas mal maintenant que lui sait que son dernier chef d’œuvre en date me concerne presque exclusivement. Je croise les bras et me redresse, il faut que je me ressaisisse. Je fixe ma coiffeuse et m’installe, repassant un peu de poudre sur mes yeux fatigués, et élevant mes cheveux dans une queue de cheval négligée. Il faut que j’aille le voir pour marchander son silence éternel. En échange, il pourra jubiler ; il a percé à jour le secret de Blair Hastings-Bass. Mais je ne veux pas que ça se sache, sauf si comme Julian me l’a fait justement remarquer, Arthur en venait à me proposer de l’argent, auquel cas je m’occuperai personnellement du cas de Monsieur.
J’enfile une robe et inspire un peu, il faut la jouer fine. Je pianote sur mon téléphone portable, lui signalant que j’arrive immédiatement. Non pas que j’ai particulièrement peur que les gens apprennent que je suis la fille derrière le film, parce que je sais que le phénomène passera. Mais devoir supporter les ragots de nouveau, les histoires de commérage, les interrogations des gens et les curiosités de tous, devoir supporter Arthur et sa vie misérablement ruinée, les procès, les retombées du film, devoir me replonger dans ces années très peu agréables que j’ai déjà traversées une fois ; tout ça me plombe le moral plus qu’autre chose. J’essaye d’avancer, j’essaye réellement d’aller de l’avant et de m’en tenir à ce que j’ai prévu le jour où il m’a abandonnée, ça n’est pas franchement pour recevoir des leçons de style de journaliste, ou pire encore, pour recueillir l’apitoiement du public.

J’enfile des chaussures et attrape mon sac pour sauter le plus rapidement possible dans ma voiture. Heureusement pour moi, je sais où vit ce réalisateur extravagant qui selon mes estimations doit se trouver chez lui en train de ne rien faire de particulier étant donné que sa seule motivation actuelle doit être de ramasser les fruits de son dernier succès, à savoir le film sur moi – d’ailleurs je devrais, en tout logique, récupérer une partie des bénéfices non ? Je soupire, conduis vite histoire d’expédier cette histoire rapidement, tendue. Je veux juste qu’il se taise. Si tout ça dégénère et que ça vient d’Arthur, il ne pourra s’en vouloir qu’à lui-même et alors Sacha O’Connor pourra avoir le scandale qu’il mérite. Mais Julian a raison, Arthur a beaucoup à jouer, ça n’est qu’une question de temps avant qu’il n’entre en contact avec moi. Je serre les mains sur le volant et inspire. Il faudra alors la jouer très fine et surtout, surtout ne pas céder de terrain. Je suis incapable d’évaluer comment je vais réagir à sa présence retrouvée, incapable. Je sais jouer avec les hommes, ça oui, mais aucun d’entre eux n’a jamais joué avec moi comme Arthur. Je frissonne, les souvenirs sont tellement précis que les sensations pourraient suivre, mais je bloque mes pensées pour me concentrer sur mes objectifs du jour ; sauver les meubles. Quelques minutes plus tard, je me trouve devant une porte blindée contre laquelle je tambourine non sans un certain empressement. Il ne lui faut que quelques secondes pour ouvrir, merveilleux. « O’Connor, j’espère que je te dérange au moins ». Je souris un peu, amusée, et croise les bras. « Je te passe les politesses habituelles, il faut qu’on parle ». Je le pousse un peu pour entrer dans l’appartement sans attendre d’invitation et croise les bras une fois à l’intérieur. « Je ne doute pas une seule seconde de l’immense satisfaction qu’a du te procurer le fait de réaliser que ton chef d’œuvre était sur moi… » Je lui adresse un clin d’œil mesquin. « Mais si ça pouvait rester entre nous, je m’en porterai à merveilles ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mer 23 Mai - 18:41

Il devait être onze heure quand Sacha se réveilla dans son grand lit aux draps de satin, oui, c’est un peu cliché, mais après tout, ce n’était pas lui qui les avaient choisis, lui se contentait de les… utiliser. Passant sa main gauche sur tout son visage histoire de déformer un peu ses rides marquées, il contempla son plafond ; pour une fois, il était seul, pas de groupie nue encore au pays des rêves qui ronchonnera dès qu’il la poussera du lit, lui lançant ses affaires signe qu’il était l’heure pour elle qu’elle parte. S’étirant, faisant craquer quelques-uns de ses os, il décida subitement de ne rien faire de sa journée. Après tout, d’après le faible soleil qui tapait contre ses fenêtre, le temps ne devait pas être fantastique, et puis, il avait la flemme de faire quoi que ce soit, surtout de travailler, alors pourquoi se faire chier ? Rester devant la télé, devant un bon film, ou un navet après tout, en mâchouillant du pop-corn et buvant une bière, que demander de mieux ? Malheureusement, une furie allait bientôt changer ses plans. Se levant, il fut surpris par le vibreur de son téléphone. Il n’y fit d’abord pas attention, sa grande salle de bain l’appelant à grand cris, mais finalement, il prit le temps de regarder. C’était un message de Blair, il hocha alors subitement un sourcil en ouvrant celui-ci qui disait qu’elle arrivait. Elle arrivait ? Pourquoi ? Ne répondant pas, il garda le téléphone en main un bon moment, réfléchissant un peu à la question, et se stoppant au bout de quelques longues secondes, décrétant que son cerveau était trop endormi pour y songer. Balançant son portable sur son lit, il se dirigea ensuite vers la salle de bain, il avait bien le temps de prendre une douche avant qu’elle n’arrive non ? L’eau brulante envahit alors la pièce de buée, et il se glissa rapidement sous la douche, comatant encore sous celle-ci, n’écoutant seulement le bruit de l’eau. Il n’y a pas à dire, une douche brûlante, c’est le pied. Se raclant la gorge, il colla son front contre la paroi froide de la pièce histoire de savourer encore plus. Malheureusement le moment fut de courte durée : un tambourinement affreux réveilla le jeune homme qui songea à ses énormes portes blindées, certes utiles contre les paparazzo, mais pour les demoiselles en folies, c’est une autre histoire.

Sacha arrête alors la douche et se sécha rapidement, enfilant ensuite un caleçon et un jogging noir, laissant les dernières gouttes s’écouler le long de son corps. Et c’est avec un pas lent et nonchalant qu’il descendit ouvrir la porte en pensant, que finalement, immédiat chez Blair… C’était vraiment rapide, un peu trop même par rapport à certaines femmes qui aiment se faire attendre. Il glissa sa main sur la porte après avoir déverrouillé celle-ci, puis il souffla, se préparant psychologiquement à recevoir l’énergie dévastatrice de la blonde en pleine face, et ça, dès le matin c’est dur, très dur. « O’Connor, j’espère que je te dérange au moins » Il soupira en hochant les épaules, que pouvait-il répondre ? Rien. Elle entra d’une vitesse fulgurante, Sacha leva alors les yeux au ciel pour demander ce qu’elle avait bien pu manger au petit déj’ « Je te passe les politesses habituelles, il faut qu’on parle » Croisant les bras, elle enchaîna « Je ne doute pas une seule seconde de l’immense satisfaction qu’a du te procurer le fait de réaliser que ton chef d’œuvre était sur moi… » encore… « Mais si ça pouvait rester entre nous, je m’en porterai à merveilles ». La poignée toujours en main, la porte grande ouverte, Sacha la fixait alors avec une mine d’ahuri, se demandant quand est-ce qu’il aurait la parole. « Ça y est, j’peux en placer une ? » Il claqua alors la porte et se rapprocha de la demoiselle qui semblait plus que déterminée. « Déjà, moi j’ai pas envie de passer sur les politesses aujourd’hui ! » dit-il en passant près d’elle, déposant un baiser sur sa joue, continuant son chemin derrière elle, direction la cuisine, tout en claquant au passage, bien évidemment, son joli popotin. Continuant son chemin, il laissa un blanc s’installer et ne se retourna même pas pour voir si la blonde le suivait, peu importe, elle est grande, elle peut se débrouiller non ? Sortant son lait du frigo, il finit par rompre le silence « Ah, c’est donc pour ça que tu débarque en furie. J’dois avouer… que ta vie ma surpris, je m’attendais pas à ça venant de toi. Etonnant ! » Tout en parlant, il avait sorti son bol et un paquet de céréale, il avait faim, et la flemme de faire à manger, le petit déjeuner rapide et classique, même s’il préférait manger un steak à point sur le moment. « Alors, tu comptes faire quoi pour garder mon silence ? Tu vois bien que j’ai plus d’argent qu’il ne m’en faut ! Oh tu me diras y’a peut-être moyen de s’arranger… J’ai fait fuir ma bonne la semaine dernière, et à cette allure, la semaine prochaine, ma baraque sera une vrai déchèterie. » Il enfoui une bouchée dans sa bouche puis continua, avec un sourire malicieux destiné à la demoiselle « Elle a dû laisser sa tenue de soubrette dans le placard, je suis sûr que c’est ta taille donzelle ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mer 23 Mai - 19:14

« Ça y est, j’peux en placer une ? » Il claque la porte et je roule des yeux, évidemment, les hommes se sentent immédiatement démunis quand vous ne les laissez pas exprimer rapidement leur point de vue forcément magnanime puisque – mais oui, c’est ça – ils sont des hommes. Je croise les bras et le laisse donc faire, psychologie infantile de base, écoute les volontés du petit garçon et explique lui gentiment pourquoi tu ne peux pas y accéder. « Déjà, moi j’ai pas envie de passer sur les politesses aujourd’hui ! » Il s’approche et dépose sa bouche sur ma joue. J’écarquille les yeux et retiens une grimace tandis que sa main, elle, rencontre mes fesses. Sérieusement ? Je soupire, garde les bras croisés et m’abstiens de m’offusquer de sa conduite, c’est tout ce qu’il attend, inutile de s’énerver tout de suite. Je le suis tout de même de loin, je suis venue pour avoir une réponse à mes questions et pas pour me faire tripoter, auquel cas il aurait été plus simple de ramasser n’importe quel connard mal avisé dans un bar autour de chez moi.
« Ah, c’est donc pour ça que tu débarque en furie. J’dois avouer… que ta vie m’a surpris, je m’attendais pas à ça venant de toi. Etonnant ! » Oui, je fais cet effet là aux gens, ça surprend. Passé l’intense moment de surprise, la franche rigolade de l’adrénaline et l’hésitation du doute, je pense qu’on peut raisonnablement opter pour la qualification de tragique plutôt que pour autre chose, et me foutre la paix donc, pour en revenir à nos moutons – et aux seules choses dignes d’intérêt dans le cas présent. « Alors, tu comptes faire quoi pour garder mon silence ? Tu vois bien que j’ai plus d’argent qu’il ne m’en faut ! Oh tu me diras y’a peut-être moyen de s’arranger… J’ai fait fuir ma bonne la semaine dernière, et à cette allure, la semaine prochaine, ma baraque sera une vraie déchèterie. Elle a dû laisser sa tenue de soubrette dans le placard, je suis sûr que c’est ta taille donzelle ! » Comme c’est drôle. Je ricane un peu, aussi amusée que lui par sa petite blague. « Mais bien entendu, Sacha. » Je retire mon manteau que j’abandonne sur une chaise et m’approche de lui en me mordant la lèvre. « Je commence quand ? » J’envoie ma main dans le bol de cornflakes qu’il est sagement en train de manger et éclate de rire tandis que le lait lui, se répand sur le sol. « Ne me force pas à aller vérifier dans ce placard si un équipement s’y trouve vraiment, parce que je te jure que rien ne me ferai plus plaisir que t’enfoncer le balai là où je pense en ce moment ». Je perds toute lueur d’amusement et récupère mon manteau, agacée.

« Tu peux en rire si tu veux. Tu parles d’une histoire qui intéresse un célèbre politicien d’Angleterre. Tu as de l’argent plus qu’il n’en faut, je suis ravi pour toi Sacha, mais Arthur réclamera beaucoup d’argent lui aussi, quand son nom aura été trainé dans la boue. Et si j’exècre cet homme plus que n’importe quel autre être vivant sur cette putain de planète, je me ferai un plaisir de l’imiter juste pour vider les quelques livres qui resteront sur ton compte ». J’inspire, replace une mèche de mes cheveux et retrouve un sourire courtois. « Si j’en venais à révéler moi-même l’information, tu serais le premier informé. En attendant je pense avoir légitimement le droit de diriger ma vie comme je l’entends et donc avoir le droit au secret ». Je m’assois sur la chaise et soupire un peu. « Et j’ai le droit à un verre aussi, et je m’en fous qu’il soit si tôt ». Je croise les bras et soupire, j’ai mal au crâne de toutes les réflexions que mon cerveau me pousse en ce moment à avoir et je suis fatiguée de tous ces conflits à mener de front, aussi bien avec le reste du monde qu’avec moi-même. Arthur, souvenirs, jolies histoires, père effrayé et surmené, petit frère éloigné, mes batailles sont alignées et je les livre une par une en attendant le moment fatidique ou la tête la moins désirable de l’histoire passera ma porte pour m’adresser la parole pour la première en fois en six ans. Ce moment de test où ma haine pourra s’assouvir ou sombrer. Je me mords la lèvre avec anxiété et sans aucune dose de charme cette fois, pestant contre mon aptitude à boire et à déblatérer comme une bien heureuse avec trois grammes de trop. « Non en fait, pas un verre ». Je fais la moue et secoue la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mer 23 Mai - 19:56

Sacha avait fréquenté Blair il y a un peu de temps déjà, sur un plateau de tournage, et il faut dire, que dès qu’elle avait franchis la porte, il avait senti cette… vague de speed. C’est vrai, certes elle s’occupait de gosse donc il fallait être partout, mais c’était limite si ce n’était pas elle qui les épuisaient, les pauvres, l’homme les plaignaient. Cependant, il était ravi, oh oui, au moins ce n’était pas une actrice. Beaucoup de femmes se prennent pour des duchesses, voulant tout le monde à leurs pieds, seulement, ici c’était Sacha qui commandait, personne d’autre. Les princesses du genre ? Oui il aimait ça, mais simplement en coup d’un soir, ce que je m’apprête à dire est salop mais il aime briser leur image, leur égo, les faire redescendre sur terre, et à vrai dire il y arrive très bien. Ce qui était évoqué au départ, c’était Blair en tant qu’actrice. La jeune femme a toujours eu des airs de princesse, de poupée ou un truc du genre, et ses airs mélangés à l’arrogance d’une actrice et à son énergie… Le réalisateur l’aurait sûrement tué sur place, ou alors il se serait grandement amusé. Mais là n’était pas le sujet, elle était une femme tout à fait banale, ou presque, et cela suffisait amplement. Engloutissant ses céréales à toute vitesse, toujours la bouche pleine, il contemplait la réaction de la demoiselle quant à son évocation de la tenue de soubrette. Il faut avouer que Blair n’est pas moche, elle est … potable. Je plaisante, dire une chose pareille serait mentir. Sacha l’avouait totalement, elle est somptueuse, elle tout ce qu’elle doit avoir où il faut, et elle en est consciente. Bien sûr, c’est une femme, elle trouvera toujours un défaut par-ci, par-là, cependant, la beauté est bien là. L’homme savourait encore la main qu’il avait déposé sur son joli fessier, et c’est pour cela qu’il esquissait un sourire satisfait. Parti dans ses pensées qu’il vaut mieux ne pas dévoiler, il ne saisit pas que la jeune blonde s’était rapproché de lui, acquiesçant par rapport au travail qu’elle allait faire pour le soudoyer. En fait, ce qui sortit complétement Sacha de ses pensées, ce fut son bol qui chuta contre le sol, déversant le lait et le reste de ses céréales sur le sol pendant que sa cuillère restait en suspens, lui restant las, comme un enfant qui n’avait pas tout saisi et qui comptait en reprendre une dernière cuillerée. Elle laissa échapper un « Je commence quand ? » alors que Sacha contemplait les dégâts. « Ah bah à cette allure là je tiendrai pas une semaine. » Il laissa échapper un soupir grossier « Boarf, j’avais presque fini de toute façon. » Il lâcha sa cuillère sur le bar et se dirigea vers la jeune femme qui avait pris place sur une chaise après avoir lancé « Ne me force pas à aller vérifier dans ce placard si un équipement s’y trouve vraiment, parce que je te jure que rien ne me ferai plus plaisir que t’enfoncer le balai là où je pense en ce moment » auquel le réalisateur n’avait rien répondu, cependant, il avait laissé échapper un léger rire. « Tu peux en rire si tu veux. Tu parles d’une histoire qui intéresse un célèbre politicien d’Angleterre. Tu as de l’argent plus qu’il n’en faut, je suis ravi pour toi Sacha, mais Arthur réclamera beaucoup d’argent lui aussi, quand son nom aura été trainé dans la boue. Et si j’exècre cet homme plus que n’importe quel autre être vivant sur cette putain de planète, je me ferai un plaisir de l’imiter juste pour vider les quelques livres qui resteront sur ton compte » Il soupira, à l’entendre sa vie est un drame et Arthur est l’homme le plus puissant de la planète, c’est bon, ce n’est pas Iron Man non plus. Faisant rouler ses yeux il lui lâcha vainement « Oh tu sais, c’pas ce gros plein de soupe qui me fait peur, j’en ai vu d’autre. Et si il veut mon argent, qu’il le prenne, je me servirai pour le double chez lui plus tard. » « Si j’en venais à révéler moi-même l’information, tu serais le premier informé. En attendant je pense avoir légitimement le droit de diriger ma vie comme je l’entends et donc avoir le droit au secret . Et j’ai le droit à un verre aussi, et je m’en fous qu’il soit si tôt » C’est qu’elle est exigeant la princesse. Soupirant l’homme s’appuya contre son bar, croisant à son tour les bras, contemplant les jambes fines de son interlocutrice. « Le droit au secret, c’est un peu loupé niveau discrétion là tu sais. J’te rappelle que j’ai fait un film sur ta vie. En même temps… Le droit du secret tu l’as perdu en racontant ton ramassé de connerie à un inconnu. » Il ne voulait pas être méchant, loin de là. Au fond, il l’appréciait la Blair. Elle déclina finalement le verre. « La demoiselle désire-t-elle autre chose qui pourrait la satisfaire ? Parce moi en tout cas, j’en prends un. » Il se redressa et se mit en direction du bar d’ébène que la femme de ménage prenait soin de remplir chaque semaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mer 23 Mai - 20:59

Il n’a pas peur d’Arthur. Formidable. Moi non plus. Plutôt de son insupportable souvenir et des effets nocifs qu’il a eu sur ma personne en réalité, l’homme en lui-même n’est justement qu’un homme comme les autres, comme tous les autres. Influençable, obsédé par deux choses – ou trois quand on pousse un peu – le sexe et l’argent sous forme de succès flagrant. Ils sont tous pareils, Roi de je ne sais trop quel pays riche ou ramasseur de poubelle sur Queen Street, finalement, le résultat est systématiquement le même. Une partie de jambes en l’air, l’égo vexé par la fuite précoce, le concours du plus grand connard sur fond tragédienne de salope que je suis. Alors la fierté mal placé, l’impression d’être le roi du monde, d’être le plus beau, le plus génial, le plus fort et tout ça résumé dans un violent complexe de supériorité qui s’explique sans doute par le manque d’amour maternel durement ressenti en vieillissant bien que notablement inconscient au premier abord, je connais. Je me fiche pas mal du fait qu’il ait ou non peur d’Arthur et qu’il pense pouvoir s’en tirer à grand coup de fortune colossale. Je me fous de tout ce qui concerne les hommes en fait, en dehors des rares que j’estime vraiment. Pour les autres, les nuits me suffisent. « Le droit au secret, c’est un peu loupé niveau discrétion là tu sais. J’te rappelle que j’ai fait un film sur ta vie. En même temps… Le droit du secret tu l’as perdu en racontant ton ramassé de connerie à un inconnu. » Je fronce le nez, il marque sans doute un point, autant être fairplay et le reconnaître. J’ai merdé en faisant comme d’habitude, sauf que ce soir là j’ai décidé qu’il fallait rajouter une couche à la catastrophe que ma vie représentait déjà. Mais dites moi, qui sur terre aurait pu croire un seul instant qu’en racontant une telle histoire, j’allais pouvoir être l’objet des récits d’un taré d’écrivain mal léché qui penserait vraisemblablement que rien au monde ne me fait plus plaisir que d’avoir ma vie étalée non seulement sur les pages de son putain de roman, mais en plus à l’écran d’un réalisateur qui ne fait certes pas l’unanimité mais qui est sous les projecteurs de tous les adeptes du genre cinématographique ? Si on me l’avait dit, j’aurais raconté quand même juste pour défier le destin. « La demoiselle désire-t-elle autre chose qui pourrait la satisfaire ? Parce moi en tout cas, j’en prends un. » Je soupire et jette un œil à ma montre, je n’ai de toute façon pas grand-chose de plus qui tienne du scoop dans ma vie alors quelques soient les évènements que je pourrais ajouter à la charges, rien ne sera trop grave ni même impressionnant. « Donne moi un truc fort, tout compte fait. Il n’y a plus rien dans ma vie de suffisamment intéressant pour faire une suite, de toute façon ». Je ricane légèrement, fortement ironique mais avant tout avec moi-même.

« Si j’étais toi Sacha je ferai pas trop le fier avec cette histoire d’Arthur, ceci dit ». Je fronce le nez et pianote sur la table en attendant qu’il m’apporte mon verre. « Même si je te l’accorde, raconter ma vie à ce… Merde, comment il s’appelle déjà ? L’écrivain ? » Je fronce le nez et secoue la tête. « Peu importe. Ce mec là, dont je ne me souviens même plus ». Je ricane un peu plus, amusée. « C’est vrai ça, je ne me souviendrais même pas de sa tête si je n’avais pas été cherché sur internet pour commander un exemplaire de son œuvre que j’ai du payer 25£ en plus… » Je trouve ça vraiment très drôle, finalement. J’ai payé pour lire l’histoire de ma vie racontée par un inconnu et qui a inspiré les droits d’un film qui regroupe un acteur que je connais et tous ces trucs hallucinants se déroulent les uns après les autres. Je crois que le destin m’en veut un peu, je devrais sans doute arrêter de pêcher régulièrement et aller plus souvent à la messe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Jeu 24 Mai - 17:42

Il était Russe, les Russe sa boit à toute heure de la journée de la vodka pure, matin, midi, soir, tout le temps ! Mais il hésitait. Certes la vodka était la boisson de ses origines, cependant il en avait d’autres, je veux dire boissons, bien qu’il est également d’autres origines. Passant la main sur les bouteilles qui trônaient sur son bar, effleurant chaque bouchon, se concentrant sur les étiquettes des liqueurs ou autre alcool fort ou servant à faire des cocktails. Il ne savait quoi choisir. Sacha était un grand buveur, et un grand fumeur, il aimait également beaucoup le sexe, toutes ses choses tentatrices qui font parties de l’humeur festive qu’il a régulièrement. Vous le trouverez rarement chez lui à ne rien faire, ce qu’il avait décidé de faire aujourd’hui justement. Toujours dans une boite ou un bar en vogue à tester toutes les boissons, et encore, si ce n’était que ça. Oui Sacha touchait également à la drogue. Il fume souvent de l’herbe, bon tout ce qui est cocaïne etc., il y fourre également son nez, mais moins souvent. Tous ses excès se voient malheureusement sur son visage : ses traits marqués par la fatigue en prime, ses rides d’expression très visible, il a seulement 28 ans et en parait beaucoup plus. Seulement, cela ne change en rien à son charme, du moins, les femmes s’en foutent complétement, et puis, ça ne change non plus en rien le corps d’athlète qu’il possédait. Il n’y a pas à dire, il est plutôt bien tombé niveau nature.
Ne trouvant toujours pas l’alcool qui lui convenant, il se mit à repenser à Arthur, ce crétin de base, un homme avec qui il ne s’entendrait sûrement pas, quoi que. Il n’en avait pas peur, ce n’est pas parce que l’on est un politique reconnu que l’on peut se permettre d’écraser tout le monde, Sacha écrase tout le monde, mais pas Arthur, du moins, O’Connor ne se laisserait pas faire. Il contempla quelques secondes la jeune femme qui avait détourné son regard et souffla quelques secondes. Il finit par lâcher : « Tu sais… Moi j’trouve pas que ce soit une mauvaise idée qu’Arthur découvre qu’il s’agit de lui, tu devrais plutôt t’en réjouir. C’est vrai, voit le bon côté des choses, il t’a largué comme une pauvre merde, et t’as laissé avec un polichinelle dans le tiroir, à toi de te démerder avec sa semaine, enfin un futur gamin forgé à son image, avoue que ça craint ! Enfin, ce que j’veux dire, c’est que cette histoire peut faire du bruit, beaucoup de bruit, et lui créer beaucoup d’ennuis, de gros ennuis. » Oui, Sacha ne fait pas dans la finesse. Seulement, il trouvait que son idée n’était pas débile. Certes il était goujat avec les femmes, mais il aimait bien Blair, et la façon dont Arthur l’avait lâché ne lui plaisait pas vraiment. S’il se trouvait… qu’un jour… il apprécie Blair encore plus… l’hypothèse d’une vengeance serait probable, cela ne serait que bénéfique pour la jeune femme, contrairement à son ex.
Le regard toujours plongé sur ses boissons, il ne tarda pas à saisir une bouteille de scotch de plusieurs années pour l’ouvrir et s’en servir un verre. La jeune femme fixa alors sa montre quelques secondes et fini par rechanger d’opinion sur l’alcool, ah les femmes. « Donnes moi un truc fort, tout compte fait. Il n’y a plus rien dans ma vie de suffisamment intéressant pour faire une suite, de toute façon » Un sourire moqueur s’esquissa sur le visage blanc de l’homme. Il posa alors son verre et demanda ce que la demoiselle désirait d’une phrase brève. Il lui servit rapidement un verre et attrapa le sien qu’il colla à ses lèvres pour en boire une gorgée. Se dirigeant vers la jeune femme, il lui tendit le verre, puis il posa le sien derrière la jeune femme, venant ensuite poser ses mains sur les rebords de la chaise, rapprochant son visage du sien, et plantant son regard froid mais cependant charmeur dans celui de son interlocutrice, lui murmurant presque alors « Et si on écrivait la suite… maintenant. » Bien sûr, il faisait référence à sa vie, et à d’autres choses c’est certain. Cependant, c’est à la jeune demoiselle de le prendre comme elle le sens. Les caractères des deux personnes sont différents, une phrase peut signifier tout autre chose suivant comment la personne décide de l’interpréter. Restant à la fixer, et restant surtout près d’elle, il garda son sérieux, observant ses moindres faits et gestes, surtout les mimiques sur son visage qui en disent souvent long sur ce qu’elle pouvait éventuellement penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Ven 25 Mai - 21:16

Je l’observe tourner dans l’appartement à la recherche de nos deux verres à remplir et me mords la lèvre. Qu’est-ce que je suis venue foutre ici, bon sang ? Il est clair qu’il acceptera de ne rien dire pour l’instant, aussi provocateur qu’il soit. Je ne pense pas du tout qu’il cherche fondamentalement une occasion de me nuire, d’ailleurs je ne verrais pas franchement pourquoi, mais passons. Il s’arrête dans ses… fouilles, et enchaine : « Tu sais… Moi j’trouve pas que ce soit une mauvaise idée qu’Arthur découvre qu’il s’agit de lui, tu devrais plutôt t’en réjouir. C’est vrai, voit le bon côté des choses, il t’a largué comme une pauvre merde, et t’as laissé avec un polichinelle dans le tiroir, à toi de te démerder avec sa semaine, enfin un futur gamin forgé à son image, avoue que ça craint ! Enfin, ce que j’veux dire, c’est que cette histoire peut faire du bruit, beaucoup de bruit, et lui créer beaucoup d’ennuis, de gros ennuis. » Certes. Les paroles de Julian me reviennent à l’esprit et je me renferme un peu plus, regardant le décor de la pièce avec une attention toute particulière. Présentées comme ça, les choses semblent évidemment en ma faveur. Mais qu’est-ce qu’on fait du reste ? De mon père, dont le nom n’est plus à faire ? De mon frère qui de toute évidence a une famille déjà assez tarée comme ça pour qu’on en rajoute une couche ? Toutes ces questions semblent désespérément sans réponse. Il faut choisir la meilleure option à un endroit où elles me semblent toutes être les pires. Prendre mon courage à deux mains, aller voir Julian, lui raconter un témoignage poignant, trainez l’écrivain devant la justice, subir les foudres d’Arthur, les attaques en diffamation, les interrogations de sa femme. Et puis les gens, expliquer les détails, raconter les choix faits, l’amour. Ca me dégoute. Je grimace et détourne les yeux en haussant une épaule vague. « Je ne voudrais pas risquer de voler la vedette à tes acteurs ». Je ricane un peu, feignant l’amusement et la légèreté. Mais je suis contrariée. Vraiment contrariée. Parce que trop de gens savent, maintenant. Julian, Sacha, et ça n’est qu’une question de temps avant que d’autres devinent. Ca fait des années que je garde le secret, choisissant avec précision et minutie les gens auxquels je décide de révéler une part importante de ma vie. Maintenant, c’en est terminé. Quoi que je choisisse de faire, que je décide de prendre ou non les devants, les gens finiront par comprendre. On fera le lien en cherchant des infos, un journaliste véreux les affichera sans aucune honte. Quelque chose quelque part ira dans la mauvaise direction et ce jour là tout le monde sera au courant. Comme Julian & Sacha. Terminé l’image sauvage et résistante, terminée les illusions. Je deviendrais l’adolescente bafouée, au pire la salope menteuse, mais la tranquillité disparaitra avec le secret.

Il dépose mon verre devant moi et pose également le sien. Je le fixe, douteuse, portant le liquide à mes lèvres. Une légère grimace m’échappe et je ris un peu. « Effectivement ». Première gorgée, ici on est pas dans un bar chic de Londres à boire des gin tonic ou des martinis. Tant mieux. Il s’approche encore et je fronce les sourcils, le laissant faire. Il s’approche délibérément et plante ses yeux dans les miens, vraiment très proche. « Et si on écrivait la suite… maintenant. » Je déglutis et avale une gorgée supplémentaire de mon verre, sans grimacer cette fois, comme si le liquide était devenu subitement salvateur. « La suite ? » J’esquisse un sourire et pose mon verre sur la table pour attraper son col doucement, rapprochant un peu plus son visage du mien, murmurant à mon tour : « Mon nouveau visage t’excite Sacha ? » Je ris un peu et le lâche pour reprendre possession de mon verre. « C’est pas parce que j’ai été niaise fut un temps que tu vas pouvoir faire de moi la femme de ta vie ». Je sais bien que ça n’est pas ce qu’il cherche, en réalité, je cherche juste à gagner du temps. Parce que je ne donne pas cher de mes capacités de résistance s’il continue dans cette voie, mais bon sang, cet homme me connaît vraiment. Je n’ai jamais couché avec personne qui aurait pu avoir la prétention de le dire – en dehors du connard qui occupe précisément tous mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mar 29 Mai - 18:00

Etre ce que l’on peut appeler une « célébrité », c’est perdre toute sa vie privée, son intimité, ses secrets car il y a en permanence un groupe de photographe amateur qui vous traque. Vous n’êtes jamais tranquilles, et c’est peut être bien pour ça que Sacha a coupé tous les ponts avec sa famille, bon d’accord ce n’est pas qu’à cause de ça. Seulement, aujourd’hui, l’homme est assez fier de lui, personne n’est au courant de sa vie d’avant, des conneries qu’il aurait pu faire, et les journalistes qui le traquent n’ont rien sur lui à part quelques photos de lui dans un bar en compagnie d’une fille. O’Connor adore lire les hypothèses que l’on peut imaginer sur son cas, et qui se révèlent souvent très fausses. C’est simplement l’image qu’il veut donner, il joue avec le monde qui l’entoure, cachant l’essentiel. Il a toujours fonctionné comme ça, et ça lui a toujours bien réussi. Personne n’emmerde sa famille, ses amis, personne ne l’emmerde lui. Et ça dur comme ça depuis le début de sa popularité. Il repensa à ce qu’il venait de dire sur Arthur, Blair devait penser à son entourage qui en prendrait sûrement un coup, mais après tout… il faudra que celui-ci soit au courant un jour ou l’autre, et ce n’est pas dans la presse à scandale qu’ils préféraient l’apprendre, croyez-moi. Il faudra tôt ou tard que la demoiselle se décide à tout avouer, après ce moment, à elle de savoir si elle en profite pour se venger, ou non. Une relation de ce genre avec Arthur peu lui attirer beaucoup d’ennuis, lui faire perdre inévitablement son travail, son mariage, et un tas d’autres trucs important ou non. Sacha le ferait lui, il aurait été à la place de la demoiselle, il se serait vengé, il aurait été encore pire, son caractère l’aidant à redoubler d’effort niveau cruauté. Mais il ne l’était pas, et Blair avait un caractère bien différent de lui. Elle en avait déjà suffisamment souffert, l’homme doutait qu’elle ne tente quelque chose, au risque de souffrir à nouveau.
« Je ne voudrais pas risquer de voler la vedette à tes acteurs » Il ricana un peu tout en l’observant, c’est vrai qu’elle pourrait être une bonne actrice. C’est vrai, elle a un physique se rapprochant de la perfection, et elle sait cacher un secret, et se jouer du publique, les qualités sont ici requises pour être une belle actrice, et si… si elle n’était pas la vedette de son film ? Pensant à Blair dans le premier rôle, Sacha afficha un sourire un tant soit peu amusé et satisfait mais n’en parla pas. Il s’était ensuite rapproché d’elle pour lui tendre son verre, elle bu tout de suite une gorgée et lâcha un « Effectivement ». Ah les alcools chez Sacha… C’est sûr que ce n’est pas pour la gente féminine. Bon… Il ne l’avouera pas mais il avait des trucs plus doux, seulement, la jeune femme avait exigé un truc corsé, il lui avait servi, tout simplement. Posant son verre sur la table, l’homme décida de changer la donne avec son interlocutrice, pendant qu’il le pouvait. Il s’approcha alors d’elle, l’encerlant en posant ses bras sur les accoudoirs de la chaise et lui proposant quelque chose de spécial. La jeune femme paru déstabiliser quelques secondes mais réagi ensuite comme il l’avait prévu. Décidémment, elle l’étonnera toujours, et à vrai dire, il aime ça. Elle le saisit par le col, le rapprochant d’elle « Mon nouveau visage t’excite Sacha ? ». Un sourire charmeur s’esquissa sur son visage, il ne bougea pas d’un poil, son regard se baladant simplement sur son corps, de haut en bas, puis, il replongea son regard, sincère, dans celui de la blonde et avoua « Si tu savais… Il n’y a pas que ton visage qui m’excite. » Cette femme l’avait toujours attiré, et elle avait quelque chose de particulier, ce petit truc que les autres, superficielles n’ont pas. Elle continua « C’est pas parce que j’ai été niaise fut un temps que tu vas pouvoir faire de moi la femme de ta vie » L’homme rapprocha son visage du sien, nichant celui-ci dans le cou de la demoiselle, son souffle chaud devant lui chatouiller la nuque. O’Connor n’avait pas connu beaucoup d’histoire, certes, des filles il en avait connus, mais pas durant de longues relations. Et pourquoi ? Demandez-lui, vous n’aurez jamais la réponse, pourtant, celle-ci pourrait bien vous surprendre. « Je ne t’ai jamais connu niaise tu sais… et puis, si tu veux pas être la femme de ma vie, on peut trouver un arrangement. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Sam 2 Juin - 23:33

Tout tourne toujours autour du sexe. Si j’avais compris ça plus tôt, je n’en serai sans doute pas là. Ou peut être que si, mais sans toute la période désastreuse qu’a été ma vie au lendemain précoce de ma majorité. Je le sais, si j’avais été préparée, assez forte, je me serai contenter de passer mon chemin après avoir fréquenté pour une nuit seulement le lit de ce politicien impressionnant qu’il représentait alors. Et qu’il représente d’ailleurs toujours, quand on y pense. Il existe peu d’hommes par lesquels je suis impressionnée, mon père en faisant partie. Arthur également. Pas parce qu’il représente un quelconque intérêt pour moi aujourd’hui, pas non plus parce que je le trouve à mon goût. Il est impressionnant parce que ce connard fini s’en sort depuis six ans comme une fleur alors que moi je lui ai tranquillement laissé me briser le cœur. Il mériterait au moins la mort par injection pour avoir été autorisé à commettre un tel blasphème. Personne ne brise le cœur de Blair Hastings-Bass, surtout pas un politicien à la noix avec une femme aussi cruche que faire se peut.

Sacha me toise de haut en bas et je le regarde faire avec un amusement mêlé de curiosité. « Si tu savais… Il n’y a pas que ton visage qui m’excite. Comment en douter ? Je pose ma main sur son torse et laisse un sourire s’esquisser sur mes lèvres. Je n’en suis pas franchement à mon coup d’essai en matière de séduction, et je pense connaître plutôt bien les hommes maintenant. Je connais aussi les règles, jamais deux fois. Je me suis répétée ça tellement de fois que ça fini par devenir un réflexe. Fuir, couper contact, ne laisser aucune information. S’appeler Emma, Lisa, Stacy, peu importe. Les noms murmurés entre deux soupirs de plaisir ne sont pas le plus important. Le plus important, c’est le lendemain matin, le retour à la vie normale, l’oubli complet. « Je ne t’ai jamais connu niaise tu sais… et puis, si tu veux pas être la femme de ma vie, on peut trouver un arrangement. » Ma main libre se hisse pour attraper son col, tandis que je ne me lève pas de la chaise contre laquelle il me retient. « Et une fois que tu auras fait de moi celle qui n’est pas la femme de ta vie Sacha ? » Je souris un peu, et glisse ma jambe contre la sienne, la relevant doucement jusqu’à arriver à un point stratégique. Je me hisse un peu, pour placer mes lèvres à proximité des siennes. « Les hommes en veulent toujours plus ». Je le lâche et me laisse retomber contre la chaise en bois.

La vérité est que je pourrais parfaitement lui sauter dessus tout de suite – ce que je finirai d’ailleurs vraisemblablement par faire. Mais je ne peux pas m’appeler Emma avec Sacha, je ne peux même pas être la fille sans intérêt, pas très intelligente et profondément insouciante que j’ai l’habitude d’être avec les autres. Lui il sait, et ça me pose un problème éthique de taille. Il est déjà suffisamment rare comme ça que je garde un quelconque contact avec des hommes que j’ai fréquenté plus que pour discuter – en réalité, il n’en existe qu’un dans ce cas là, et considérant qu’il est depuis devenu gay et marié à son cousin, je ne pense pas que ça compte vraiment. Alors sincèrement, coucher avec Sacha n’est pas un problème physique du tout. « Je ne voudrais pas te donner de mauvaises habitudes ou déclencher chez toi une quelconque frustration ». Je m’approche de nouveau et souris, sournoise. « Quand je couche avec un homme, ça n’est qu’une fois. Imagine le manque que ça va créer pour toi ». Je laisse glisser ma main sur sa chemise, conscience de l’antonymie profonde de mes propos, de mes pensées et de mes gestes. En fait, je ne suis pas exactement sûre de savoir ce que je veux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Lun 4 Juin - 17:57

Si les femmes et les hommes sont différents sur certains points, le principal reste bien évidemment le sexe. Ce qu’on dit des femmes, c’est qu’elles sont saintes, quelle ne font l’amour qu’en étant amoureuse. Bien sûr, avec les générations qui évoluent, il y a de plus en plus de… libertines, seulement… Les hommes quant à eux ne font l’amour qu’avec la femme pour qu’ils éprouvent des sentiments, et croyez-moi, c’est tout à fait différent que de « coucher » avec une nana d’un soir ou une amie. Les femmes ne font pas la différence entre ses cas, pour elles, c’est tous les mêmes. Sacha n’avait pas connu beaucoup de femme, et il en avait surtout fait pleurer plus d’une. Réputé pour être un tombeur au cœur de pierre, il n’a pas toujours été comme ça, seulement, il arrive des choses, des évènements, qui changent votre vision sur la vie actuelle, sur les relations que vous pouvez avoir et que vous désirez avoir. Le jeune O’Connor n’a pas toujours été ainsi ; imaginez-le plus petit, plus chétif, enfermé dans son monde de livre et de cinéma, n’osant pas prendre la parole, n’osant aborder aucune fille ? Quel choque, lui qui s’enivre d’alcool et de fumette, couchant avec n’importe qui. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être, et cela peut en choquer plus d’un.
Niveau histoire d’amour, Sacha avait donné, tout comme Blair, seulement, ils avaient réagis d’une façon différente, lui prenant la décision de ne plus avoir d’histoire sérieuse à s’en brûler les ailes et en faisant souffrir plus d’une, quoi que cela lui coûte. Blair elle, elle n’était pas comme ça. Ce n’est pas le genre de fille à coucher avec n’importe qui. Sous ses allures de poupée se cache un cœur fragile trop souvent manipuler par la gente masculine qui mériterait d’être émasculée. Vous devez certainement rire devant ses propos, le jeune blond étant un des premiers à faire souffrir les femmes, seulement, ce que vous n’avez pas remarqués, c’est qu’il peut éprouver certaines choses, et qu’il ne fait pas souffrir les femmes trop précieuses… comme son interlocutrice. Il haïssait Arthur pour ce qu’il lui avait fait et pourquoi ? Parce que justement… la demoiselle n’était pas comme toutes les autres. Et Sacha ne la considérait pas comme une vulgaire femme avec qui il coucherait à la va vite… Et ce qui fait peur à l’homme… c’est de se rendre compte de cela et tomber dans son propre piège…
Dans ses pensées, son visage niché dans le cou de la femme, respirant son parfum enivrant, il fut surpris lorsque celle-ci lui empoigna le col et se leva « Et une fois que tu auras fait de moi celle qui n’est pas la femme de ta vie Sacha ? ». Il avala sa salive, son regard charmeur ayant changé, devenant un peu plus sérieux. Elle fit monter sa jambe contre lui qui ne broncha pas. Il laissa tomber ses bras contre son corps, se taisant. « Les hommes en veulent toujours plus ». Elle n’avait pas tort… Et c’est souvent les femmes qui en demandent toujours plus… Puis elle se laissa tomber contre sa chaise, laissant l’homme en plan qui se rapprocha quelque peu, histoire de ne pas avoir l’air con. Il ne cernait pas totalement Blair, et ça… c’était irrésistible à ses yeux. « Je ne voudrais pas te donner de mauvaises habitudes ou déclencher chez toi une quelconque frustration » Elle se rapprocha à nouveau et fit glisser la main sur le torse de l’homme qui n’était pas dépourvu de muscles. « Quand je couche avec un homme, ça n’est qu’une fois. Imagine le manque que ça va créer pour toi ». Pinçant ses lèvres pour ensuite les humidifier légèrement, le blond plongea une nouvelle fois son regard dans celui de la jeune femme après avoir fait « papillonner » son regard sur toute son anatomie histoire de la connaître par cœur. Puis il souffla et laissa esquisser un doux sourire, tendre cette fois-ci en baissant la tête. Sa main gauche venu alors empoigner la tête de la jeune femme qu’il rapprocha de lui. Sa mains dans ses cheveux, il venu ensuite déposer un baiser sur le front de celle-ci et fini par lui dire. « Blair Hastings-Bass, tu es trop précieuse pour coucher avec un homme qu’une seule fois. Je ne t’obligerai à rien. » Puis, il laissa glisser sa main, frôlant son dos puis ses hanches et se détacha d’elle, attrapant ensuite son verre, le buvant cul sec. « Éloigne-toi avant que je ne le regrette… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Lun 4 Juin - 18:32

Le rythme cardiaque qui accélère, les souffles qui s’entrecoupent, je connais ces sensations par cœur pour les avoir pratiquées des dizaines de fois sans me soucier des conséquences. Prêter son corps à un homme pour une nuit est un sacrifice déjà immense considérant le niveau de confiance que je leur accorde de manière générale, mais il est absolument hors de question que je vive sans vie sexuelle. L’évidence est là, toute offerte à mes constats d’égo blessé : nulle ne peut vivre sans homme à moins de devenir lesbienne, ce qui n’est pas franchement dans mes projets. Devenir bonne sœur non plus d’ailleurs, alors la seule solution restante est le ramassage hasardeux d’une âme charitable – ou bénéficiant de la charité, qui sait. J’enchaine et assume avec une indifférence parfaitement installée. Si au début, ces bons sentiments étaient tout en simulation, c’en est aujourd’hui terminé. Je suis devenue exactement celle que je voulais être. Insouciante, insensible, incapable d’être touchée par un bon compliment et encore moins capable de parler sentiment, même vive affection ou tendresse fraternelle. Mon cœur s’est entourée d’une cage si tant est qu’il n’ait pas complètement disparu au coin de la rue, comme la Porsche de ce salop ce jour là. Et c’est très bien comme ça. La vie n’est jamais trop simple, et le boulot, les amis, les gens, tout ça est déjà bien assez compliqué pour que je ne doive en plus gérer l’esquisse d’une relation ou la profondeur des sentiments. Si j’étais née trois siècles plus tôt, j’aurais été bafouée voire reniée pour avoir offert ma vertu au plus gros manipulateur que la Terre ait porté ; fort heureusement, la seule personne ayant le droit de me réprimander à l’heure actuelle est moi-même. J’ai essuyé l’affection, l’humiliation, le scandale à la force de mes bras, et si le sentimentalisme romantique dont faisait toujours preuve, avec classe et brio, ma pauvre actrice de mère, était sans aucun doute destiné à m’être transmis, j’ai pris un soin méticuleux et particulier à refuser cette partie de son héritage. Elle en était et en serait désolée, j’en suis persuadée, mais c’est mieux comme ça. La faiblesse ne peut raisonnablement pas continuer à cohabiter avec les blessures qu’il a fallu soigner, la force devant prendre le dessus par tous les moyens n’était imposable que par un biais : oublier, changer. Ce changement spectaculaire dont je ne cesserai jamais de me vanter.

Son regard se plante dans le mien et des frissons parcourent ma colonne vertébrale. Je me déteste d’être toujours aussi réceptive, mais évidemment, résister n’entre pas vraiment dans mes compétences lorsque faire n’importe quoi prime sur l’engagement sérieux à l’eau de rose dont rêvent les autres. Il me toise de nouveau, de haut en bas, comme s’il cherchait à apprendre quelque chose, et je me mords la lèvre quand sa main escalade ma nuque pour s’emparer de mes cheveux. « Blair Hastings-Bass, tu es trop précieuse pour coucher avec un homme qu’une seule fois. Je ne t’obligerai à rien. » Sa main libère mes cheveux et se fraye un chemin délibérément choisi de mon dos à mes hanches. Je frissonne un peu et lui adresse un sourire narquois sans le retenir, tandis qu’il attrape son verre pour le vider d’un trait. Un sourire s’esquisse sur mes lèvres et je me redresse, lissant ma robe avec application. « Éloigne-toi avant que je ne le regrette… » Je le fixe et hausse une épaule. « Je ne suis pas trop précieuse pour coucher un homme une seule fois, Sacha ». Je m’approche délibérément et m’empare de mon verre, posé non loin de lui, sur la table. « C’est pour coucher une seule fois avec toi que je suis trop précieuse ». Je souffle un peu, glissant ma main sur son bras avec nonchalance et délicatesse. « Comme je l’ai dit, tu ne survivrais pas à la frustration ». Je lève mon verre que je vide d’un trait à mon tour, le reposant sur la table immédiatement après. Je m’approche un peu plus et claque mes lèvres juste au bord des siennes, reculant rapidement, lui adressant un sourire insolent et charmeur. « Merci pour le verre et pour les conseils ». Mon regard se plante dans le sien et je lui adresse un petit signe de la main, tournant les talons pour faire volte face et me diriger vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Mar 5 Juin - 17:38

La séduction… C’est un art qu’aime pratiquer l’homme. Depuis sa tendre jeunesse, il aime courir après les jupons des femmes, les attirant peu à peu dans ses filets. Et jusqu’ici, cela lui a bien réussi. Alors il continue encore et encore, à faire augmenter son rythme cardiaque et celui de la demoiselle qui l’accompagne dans des mouvements appréciables. Beaucoup de femmes ne se laissent pas prendre à la légère, il faut trouver leur point sensible et l’utiliser avec délicatesse, et c’est ainsi qu’elles tombent dans vos bras. Sacha était manipulateur, très manipulateur. Parfois, il aime jouer avec les demoiselles comme ci celles-ci étaient de vulgaires poupées de porcelaine, mais il n’est pas comme ça avec toutes, parfois, il aime jouer la délicatesse, en sortant toute sa finesse. Enfin, cela dépend bien entendu le type de femme qui se trouve en face de lui.
La célébrité ? Bien sûr que cela l’a aidé à avoir des femmes dans ses bras… enfin « aidé » est un bien grand mot car son charme suffit amplement, connu ou pas, il en amasse et ce n’est pas près de changer. Il ne les comptait plus, car parfois, il ne s’en souvenait même plus… Soirée fortement alcoolisée, et encore s’il n’y avait que ça. Heureusement qu’il prend toujours ses précautions, imaginez le nombre de descendance qu’il aurait engendré, ou les mst qu’il aurait pu contracter, rien que d’y penser, un frisson aurait pu lui parcourir l’échine. Mais bon, tout ça il s’en tape, il prend du bon temps, et c’est tout.
Blair était une fille qui l’attirait, certes, mais c’était également une fille dure à avoir dans son lit, et puis, elle avait ce petit côté mystérieux, surement dû à cause de son histoire avec Arthur, enfin… disons que même si elle ne couchait plus qu’une fois avec les hommes, Sacha n’avait pas envie de faire comme d’habitude, je veux dire, coucher avec et la faire dégager. Non, elle était précieuse, bien sûr ce n’est qu’un terme mais l’homme voulait dire par là qu’elle ne méritait pas ça, qu’il l’aimait… finalement bien, qu’il entretenait une bonne relation avec elle. Bon, ce n’est pas pour ça qu’il ne jouerait pas au jeu de la séduction avec elle, bien au contraire, il était même en train de le pratiquer à l’instant, et elle avait l’air partante.
O’Connor s’était approché d’elle et lui avait murmuré quelques mots à propos de leur relation, de ce qu’il se passait entre eux à ce moment, et surtout des relations de Blair, puis, il c’était éloigné d’elle pour ne pas aller plus loin. Ce n’était pas la première fois qu’il jouait avec elle, bien au contraire. Il avait commencé dès la première fois où ils s’étaient rencontrés, et … il faut dire qu’elle s’était montrée coriace. Mais aujourd’hui, elle avait l’air plus apte à aller plus loin. Il faut dire que lorsqu’il s’éloigna, la demoiselle n’en fit qu’à sa tête. Le verre vide dans les mains, il la fixa entrain de finir le sien d’une traite, comme lui, puis le reposer avant de venir se coller à lui et faire claquer ses lèvres près des sienne. Hochant un sourcil, il se demandait bien ce qu’il lui passait par la tête. Il lui proposait de ne pas lui sauter dessus aujourd’hui et elle… essayait de le tenter encore plus. La patience de Sacha avait des limites… et la demoiselle venait de franchir la barre… Elle détourna les talons en faisant un signe de la main, se dirigeant vers la porte. L’homme hocha légèrement la tête en faisant claquer son verre contre la table, un sourire convaincu sur le visage, le regard visant sa proie. D’un coup, il se dirigea vers elle, et c’est lorsqu’elle allait empoigner la porte qu’il attrapa ses hanches et la fit virevolter pour la mettre face à lui, la plaquant contre la porte froide. Un de ses bras se tendit au niveau de son visage, se tenant à la porte tandis que l’autre parcourait les courbes de la jeune femme. « Tu es bien sûr que c’est moi qui ne survivrait pas à cette frustration ? » Sacha avait connu bien des femmes, elle, elle avait eu le cœur brisé, et… avait l’air d’avoir de l’affection pour le blond. Celui-ci savait très bien dans quoi il s’embarquait, elle pouvait réagir de différentes façons mais n’allait certainement pas revenir de sitôt pour replonger dans ses bras. Tant pis, il irait jusqu’au bout. Il colla son visage presque au sien, ses lèvres effleurant les siennes, son regard froid et noir plongé dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Jeu 7 Juin - 20:55

Mais c’est sans compter la main ferme de mon interlocuteur qui me retient avant que je ne passe la porte. Son emprise sur mes hanches me force à revenir sur mes pas, et il ne faut que quelques secondes avant qu’il ne me retourne, me plaquant contre la porte froide en métal lourd. Je le fixe un instant, me mordant la lèvre, immobile. Je n’en mène pas large, non parce qu’il soit impressionnant mais mes capacités de résistance sont légèrement outrepassées. Son visage près du mien et plus encore, ses mains parcourant mon corps, rendent l’opération de résistance délicate. Je ferme les yeux un instant et déglutis, posant ma main sur son torse sans faire de commentaires. « Tu es bien sûr que c’est moi qui ne survivrait pas à cette frustration ? » Je souris un peu, amusée, et laisse glisser ma main en même temps que la sienne. Il a sans doute raison de se penser irrésistible, nulle ne pourrait nier les qualités physiques évidentes dont il fait montre. Ca ne veut pour autant pas dire que je ne suis pas moi-même très avantagée à ce niveau là et je pense connaître assez les hommes pour affirmer sans crainte qu’ils sont tous pareils. M’envoyer en l’air avec Sacha signifierait bien des choses qui seraient fortement désagréables mais le moment partagé en vaut sans doute la chandelle et mon cerveau sait réfléchir autrement qu’imprégné d’un quelconque affect que je pourrais ressentir. Prendre et jeter, quelques soient les affinités, est devenue une seconde nature follement simple à réveiller. Des amis, je n’en ai pas de très nombreux, et de manière générale les hommes avec lesquels j’ai couché ou menace de le faire n’en font pas partie. Ca serait cependant légèrement agaçant de ne plus pouvoir passer chez lui à l’improviste pour lui hurler dessus, mais après tout, rien ne nous empêche de rester amis, ou quelque soit le mot. Le seul problème résiderait dans la récidive… et ça n’arrivera pas.

Je me mords la lèvre sous ses gestes et ses lèvres s’approchent dangereusement des miennes. Son souffle devient perceptible et des frissons me parcourent l’échine sans que je ne maitrise plus les pulsions qui me tordent le ventre. Je le regarde en biais, comme aurait fait une gamine prise en faute, et inspire un peu, inconvenante comme à mon habitude. Je laisse glisser ma veste de mes épaules et me redresse un peu, collant mon bassin contre le sien avec une agilité digne des plus grandes manipulatrices dont je fais sous doute partie. Ma main accroche sa chemise et tire doucement, plaquant son corps contre le mien qui se presse sur la porte froide. Je suis une experte en la matière, les années d’expérience ayant relativement élevé le niveau. Quoi que je suis à peu près persuadée que les dons divers alloués aux capacités sexuelles soient innés. Non ? Je crois que si moi, justement. Quelque chose dans l’univers doit décider pour vous que vous naitrez destinée à tomber enceinte du plus gros connard que la Terre ait portée, mais en échange on vous autorise à vous rebaptiser déesse du sexe entre deux parties de jambe en l’air apparentées à des coups tirés vite fait d’un soir sur l’autre. Je soupire légèrement, restons concentrée ça n’est pas vraiment le sujet du moment. Je roule des yeux et glisse ma main à l’intérieur de sa chemise, tandis que ses lèvres effleurent les miennes, proches, vraiment très proches. Je plante mon regard dans le sien et hausse un sourcil interrogatif, libérant mes mains pour les glisser autour de son cou. « Oui ? », je souffle, avant de prendre possession de ses lèvres, prenant l’impulsion nécessaire à me hisser contre lui. J’encadre sa taille de mes hanches et appuie mon dos sur la porte pour tenir en équilibre, sans lâcher ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Jeu 7 Juin - 21:55

Blair avait l’air sur d’elle, cependant, Sacha savait pertinemment qu’elle devait peser le pour et le contre. Certes elle avait l’air très… sensible au charme de l’homme, pourtant, c’est comme si elle se retenait. Et cela dur depuis bien plus longtemps que cet instant. Il y a quelques temps, elle préférait prendre la fuite en raillant plutôt que d’affronter le regard du jeune O’Connor, et ce n’était pas pour lui déplaire, c’est vrai, les femmes contrariées ou en colère sont les plus belles non ? Bref, le blond savait très bien ce qu’il faisait, et c’est vrai qu’il avait également hésité, se demandant ou cette relation d’un soir, apparemment, les mèneraient, surtout connaissant le caractère de son interlocutrice. Lui n'était pas dérangé du fait de coucher avec elle une ou plusieurs fois, elle ne changerait pas à ses yeux, enfin si elle restait elle-même, alors que du côté de Blair, cela allait certainement poser problème, mais après tout, elle l’avait cherché en s’approchant un peu trop près de Sacha. Il était patient, seulement, il ne faut pas jouer avec le feu. Le feu, c’est généralement lui qui le déclenche, et qui l’éteint par la même occasion.
S’approchant violemment de la jeune femme, il lui avait fait voir un avant-goût de ce qu’elle avait déclenché. Doué pour la séduction, doué pour les parties de jambes en l’air, il n’y avait rien à dire de ce côté-là, bon.. moins doué pour la suite c'est-à-dire les adieux, le cassage de petit cœur et tout le tralala, mais on ne peut pas être parfait n’est-ce pas ? Il c’était approché et c’était glissé contre la demoiselle, fourrant son visage près de sa nuque afin de lui faire sentir son souffle chaud, encore légèrement imbibé d’alcool, puis il c’était rapproché de ses lèvres, sa main libre parcourant son dos après avoir lâché ses hanches. Il observa attentivement de son regard habituel mais pourtant sombre la demoiselle qui semblait encore hésitante alors qu’elle avait lancé l’action ; elle se mordilla les lèvres, regardant l’homme en biais qui restait sérieux. Son sourire charmeur avait disparu, signe qu’il ne jouait plus. « Oui ». C’est tout ce qu’elle lança. Alors elle était vraiment prête à se lancer là-dedans en sachant les sacrifices qu’elle allait faire ensuite ? Certes la relation entre les deux jeunes gens n’était pas vraiment précise et descriptible, seulement quelque chose existait bien entre eux, et apparemment elle était prête la sacrifier tout ça pour passer à l’acte avec Sacha – et avoir la meilleure partie de jambe en l’air de sa vie -. L’homme resta un moment silencieux, sentant ses mains s’emparer de son corps, sous sa chemise, puis de son cou. « Alors je tiens volontiers le pari. » C’est ce qu’il avait répondu d’une voix suave. A ses mots, la demoiselle se hissa, courbant son dos et déposa ses lèvres contre les siennes. Sacha laissa tomber sa main sur le creux de son dos, juste au-dessus de ses hanches pour l’attirer contre elle, puis, violemment, il la plaqua contre la porte qui devait être froide, comme ses lèvres à vrai dire. Restant coller à elle, il prolongea le baiser sensuel qu’elle lui avait offert. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, il resta un court moment à la fixer, pour détecter chaque petites expressions qu’elle pouvait laisser paraître, voir si elle regrettait. Le blond ne laissa pas le moment s’éterniser, il colla à nouveau ses lèvres contre les siennes, empoignant légèrement sa hanche droite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Lun 2 Juil - 2:46

« Alors je tiens volontiers le pari. » Je ris un peu, de toute façon il est bien tard pour reculer. Je suis une femme forte, mais tout de même, mettez donc un homme du genre entre les jambes d’une femme forte et on verra combien de temps elle résiste. Non parce que personnellement, j’estime que le nœud au cerveau ne vaut pas la peine d’être noué. Faisons ce que l’on veut, raisonnablement, dans le moment présent. Et quoi si après ça je ne lui adresse plus parole ? Je soupire et glisse une main dans ses cheveux, encadrant sa taille de mes hanches. Mon dos rencontre le métal de la porte avec violence et je frissonne un peu, refusant de lâcher ses lèvres qu’il finit par m’arracher cependant. Ses mains prennent possession de mon corps et je ne réponds plus franchement de moi – il me fixe un instant, guettant une réaction qui ne vient pas. Je laisse mes mains glisser sur son torse et m’attaque à la fermeture de son jean comme une empressée qui sortirait de prison, ce que je ne suis clairement pas. Mais quand on s’envoie en l’air n’importe où avec n’importe qui, il y a forcément des fois on où est fatalement déçu des performances sexuelles d’un partenaire, ce qui d’après mes estimations purement spéculatives ne devraient ici par être le cas, en tout cas suis-je assez naïve pour l’espérer.

J’ouvre son jean mais interromps mon geste pour glisser mes mains sous son t-shirt, prenant ses lèvres de nouveau avec un engouement que je me reconnais bien. Force est de constater que nous allons nous envoyer en l’air dans l’entrée de son appartement, ce qui est légèrement drôle même pour moi qui gagne toujours le lit de mes partenaires. Je secoue la tête et repense un instant à ce salopard d’Arthur auquel j’ai donné ma première fois avec un homme, on peut dire sans arrière pensée que j’ai bien appris depuis, et sans lui. Je ne peux pas m’arrêter de penser à la gueule de ce connard quand il a du réaliser – parce qu’étant donné qu’il est intelligent, je suis sûre qu’il l’a fait – que l’histoire était notre. Je m’interromps de nouveau et mes mains rejoignent les cheveux de Sacha, tandis qu’un sourire étire mes lèvres. « C’est un assez bon sujet pour le film numéro 2 ? », je demande, en effleurant son corps. « Quoi qu’il risque fortement de virer porno… » J’hausse un sourcil amusé et m’accroche à la porte, surélevée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   Sam 14 Juil - 1:47

L’action était en elle-même prévisible. Sacha et Blair… Cela devait arriver un jour. A vrai dire, le jeune blond cherchait à avoir ce petit bout de femme entre ses filets depuis le début. Lorsqu’il la voyait comme tout à l’heure, entrant en trombe chez lui, il la revoyait si innocente, si sainte ni touche accompagnée des bambins, jour ou Sacha l’avait rencontré. Elle aurait pu porter un habit de none, l’homme avait tout de suite vu son jeu. Calme et pure avec les enfants, cette femme tentatrice se révèle d’une toute autre nature à la tombée de la nuit, ou même bien avant. Silencieux, il s’était pris à la regarder un long moment, décelant la moindre petite mimique, le moindre petit geste, elle était intéressante et ce n’était pas une de ses poupées blondes si ordinaire, tout de suite elle avait attiré son attention. Et aujourd’hui les voilà, tous les deux dans l’entrée froide du jeune réalisateur, à se bécoter et à sauter le grand pas. C’est bien connu, et sans se vanter, aucune fille ne lui résistait. Collant ses lèvres aux siennes, il savait qu’il n’était pas près de revoir sa bouille angélique dans les parages. Ne la traitant pas de fille facile ou autre, l’homme avait entendu pas mal de choses à son sujet, il faut dire que son histoire avec Arthur l’avait bien achevée et depuis… pas mal de mec avait passé une nuit dans son lit, ou autre part d’ailleurs. Au fond, peut-être était-ce une fille facile, mais après tout, elle faisait ce qu’elle voulait, les mecs ont bien le droit de se taper plusieurs nanas à suivre, alors pourquoi pas les femmes ? Elles aussi ont des besoins, ce n’est pas à cause de ça qu’il faut les traitées de marie couche toi là. Sacha dirait plutôt qu’elles savent profiter de la vie, voilà, Blair est une femme qui sait s’éclater.

Se faisant déboutonner le pantalon, l’homme plongea son regard dans le sien, essayant de discerner une émotion autre que l’excitation. Même si ce n’était pas le moment, il voulait savoir le « après ». Comme je le disais précédemment, Blair n’était pas une fille avec qui Sacha passait une nuit et basta, c’était devenue une fréquentation, peut-être pas une amie mais… arf leur relation était juste indescriptible. Il sorti de ses pensées lorsque la jeune femme empoigna ses cheveux et lui fit : « C’est un assez bon sujet pour le film numéro 2 ? Quoi qu’il risque fortement de virer porno… » L’homme lâcha un rire bref, Blair ne lui ayant pas laissé ses lèvres libre plus que trente secondes. Passant ses mains sur ses hanches divines il empoigna alors l’une d’elle pour resserrer entre l’étreinte du « couple ». « Pourquoi pas, mais à vrai dire, ça dépendra surtout de la suite. » Il laissa alors un blanc et ré-enchérit « Mais alors je pense qu’il faudra coucher avec un autre genre de réalisateur. » C’était une sorte de pique, qu’ils s’envoyaient tour à tour d’habitude, ce n’est pas parce qu’ils couchent ensemble que cela devrait changer quoi que ce soit et que Sacha devrait devenir tout tendre & mielleux. Il se déroba un peu de ses caresses pour lui enlever délicatement sa robe qu’il jeta par terre. Il s’arrêta quelques secondes pour admirer son corps de poupée, il faut avouer qu’elle n’était pas mal du tout. Son visage venu se poser juste au-dessus de sa poitrine pour y déposer des baisers tout en remontant vers son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i'm the muse round here ♦ SACHA   

Revenir en haut Aller en bas
 
i'm the muse round here ♦ SACHA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» Sacha Farmer [FINNI] [X]
» Sacha K. Brook {OK}
» Fiche technique ; Muse sait aussi se battre... Quand elle veut ... [EN COURS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: