Everything is under control ! [Granny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Everything is under control ! [Granny]   Lun 30 Avr - 17:20




Reine & Moon
« Everything is under control ! »


"POSEUUUH MOAAAAAAAAAAAA !"

Je hurle de toutes mes forces, mais rien à faire, cet imbécile, ce grand crétin, ce monumental imbécile de Dexter a, semble-t-il, décidé que je ne devais pas marcher. Oh joie. Tout ça parce que j'ai fait une mini, une insignifiante, toute petite crise de rien du tout. Je me suis endormie dans les escaliers. Oui, bon, d'accord, j'aurais pu me faire mal. Je ne me suis pas cassé le nez, juste légèrement tordu la cheville, rien de bien grave. Je n'ai même plus mal, mais ce gorille psychopathe refuse de me poser par terre !!!! Je soupire, croise les bras et le laisse me porter jusqu'à la maison. Un sourire crétin et niais apparaît sur mes lèvres et je ne peux pas m'empêcher de le taquiner un peu. "Eh Dex... on ressemble à de jeunes mariés, toi me portant dans notre charmant petit nid d'amour, n'est-ce pas meeeeeerveilleux ?" je fais en battant des cils. Vu la tronche qu'il tire, j'aurais peut être mieux fait de me taire. Mais rien à faire, quand il fronce les sourcils, c'est signe que je vais bien me marrer et lui beaucoup moins. Je m'apprête à lancer une autre pique sur le fait qu'il aurait pu m'offrir une bague avec un gros diamant avant de passer aux choses sérieuses lorsqu'il me pose un peu brusquement sur le canapé et part faire son rapport à Granny. Pfffff... aucun sens de l'humour. Je me console en gratouillant le ventre de Coffee qui me regarde d'un air énamouré. Enfin, Granny débarque dans le salon, l'air visiblement inquiète pour mon état de santé. Tsssss ! Comme d'habitude !

« Grands Dieux trésor, tu n'as rien? Que s'est-il passé? Tu vas bien? Tu as pris tes médicaments? Veux-tu que j'appelle le Dr. Johnson? » Granny est hystérique. J'exagère je sais. Mais à CHAQUE fois, c'est pareil. A croire que je suis à l'article de la mort. Je suis juste tombée dans les escaliers et ma cheville a un peu souffert. Sauf qu'elle n'est même pas enflée et que je n'ai plus mal du tout. Je suis en pleine forme et j'ai faim. Je souris d'un air que je veux rassurant et regarde Dexter s'éclipser discrètement... enfin aussi discrètement qu'un type mesurant près de deux mètres peut le faire. "Ben en fait... il y a bien un truc qui m'embête..." Pause pour ménager le suspense. Je vois dans les yeux de Granny que je suis prête pour les Oscars de la meilleure actrice. "J'ai dit à Dexter qu'il devait m'offrir une bague. Enfin, voyons, c'est tout de même un peu fort ! Il me porte comme une mariée et je n'ai pas de bague ! PAS DE BAGUE !!!!! C'est une arnaque sans nom." je conclue d'un air blasé avant d'éclater de rire. LA TETE DU GORIIIIIIIIILLE ! Ouhouhouhouhouuuuuuuuu ! Je ris, je ris, je n'arrive pas à m'arrêter avant un long moment et je serre Granny dans mes bras. "Remets-toi ! Je vais parfaitement bien, je crois qu'un élève a amorti ma chute." je fais d'un air victorieux.

« Ca ne me fait absolument oas rire jeune fille, tu sais bien que je me fais un sang d'encre à chaque fois et toi tu plaisantes. Je ne m'en remettrai pas s'il t'arrivait quelque chose Moon. »

Je soupire. C'est qu'elle essayerait presque de me culpabiliser la vieille bourrique ! Je lève les yeux au ciel tandis que Coffee trottine vers Granny et lui tend une noisette. Nooon ? Même les vieilles ? Quel tombeur ce rongeur. J'essaye de prendre un air à peu près sérieux (mais bon, dans ma tête tout est rose, donc c'est assez difficile) et fixe ma grand-mère dans les yeux. Bieeeeen ! Soyons sérieuse. "Si j'épouse Dexter et qu'on a des enfants tu me ficheras la paix ?" Epic fail. Je la regarde. Elle me regarde. Je la regarde et me dépêche de parler. "Je plaisante hein. Je crois pas que la moindre reproduction soit possible entre nous, SANS VOULOIR TE VEXER DEX ! J'AURAIS TROP PEUR QUE TU M'ECRASE !" je lance à la cantonade. Un grognement agacé me répond et je hausse les épaules. "Plus sérieusement, Granny, je suis grande tu sais ? Je suis majeure, vaccinée et je peux même boire de l'alcool aux Etats-Unis. Je suis malade, ok. Mais je ne vais pas m'arrêter de vivre pour autant, je veux être NORMALE. Ok t'as engagé une armoire à glace pour me suivre de partout, ok je me coltine des animaux complètement frappés parce que Fluffy peut prédire mes crises et Coffee... oui bon, oublions Coffee." Je reprends mon souffle et jette un coup d'oeil à l'écureuil qui a plongé sa tête dans la tasse de thé. Ouais, oublions Coffee ça vaut mieux.

« Oh oui, nous les Carter sommes de parfaits exemples de normalité. Tu as été élevée par ta vieille folle de grand-mère beaucoup trop riche pour être saine d'esprit, tu te trimballes avec un Border Collie et un écureuil roux partout où tu vas et tu t'endors quand tu es triste, en colère ou très heureuse. C'est la normalité même, c'est sûr. Mange donc au lieu de dire n'importe quoi chérie. » J'éclate de rire. Elle n'a pas tort. Nous formons une vraie famille de dingues. J'attrape Coffee et pousse une exclamation courroucée alors qu'il s'ébroue et m'envoie du thé dans la figure. Beuuurk ! Mais quel sale petit... Son couinement ainsi que ses yeux dignes du chat potté me tuent. Je lui donne un cookie qu'il se dépêche d'attraper et se réfugie sur les genoux de Granny pour le manger, faisant bien attention, comme d'habitude, de ne pas en laisser une miette. Je suis sérieuse. Coffee ne laisse jamais UNE MIETTE de cookie. J'attrape vite un gâteau et me dépêche de le manger avant qu'il n'en reste plus. "Pour changer de sujet, note que j'ai fait un effort vestimentaire aujourd'hui." j'indique à ma vieille folle de grand-mère. Une robe, oui une robe, moi. Et pas déchirée hein, ni avec des têtes de mort. Non une robe violette et rose, avec le bandeau assorti. OUI MESDAMES ET MESSIEURS ! Quant aux chaussures, je crois que mes adorables ballerines noires et sobres parlent d'elles-même. Bon évidemment ce n'est pas mes tatouages qui vont faire que j'ai l'air de la parfaite étudiante modèle, mais avec mon cardigan c'était parfait, j'avais vraiment l'air normale aujourd'hui. Et je suis très fière de moi. "Alors ? Impressionnée hein ?"

Fluffy remue la queue et frotte sa tête contre la main de Granny avant de manger son cookie sagement, pas comme l'autre crétin de rongeur qui a réitéré son exploit avec la tasse de thé. BON DIEU QU'IL EST CON ! Cette fois je prends les devant et essuie sa fourrure avec un mouchoir en levant les yeux au ciel. « Très, si tu pouvais faire ça plus souvent, je serais ravie. Je suis prête à faire du shopping avec toi et tout payer si c'est pour que tu daignes porter des vêtements décents ! » Je souris à Granny d'un air absolument ravi et innocent... qui n'a pas l'air de la tromper. Je sifflote en regardant ailleurs et me concentre pour mener de redoutables négociations. "Ben puisque tu le propose si gentimeeeeeent... en fait... il y aurait bien ce superbe perfecto en daim que j'ai vu la dernière fois et non pas en noir ! Framboise, il est framboise tu te rends compte ? Je suis prête à mettre une jupe avec si ça te fait plaisir", je me dépêche d'ajouter en lui souriant. Je m'explose les zygomatiques pour que mon sourire grimpe jusqu'à mes oreilles et lui lance mon regard le plus mignon, le plus adorable, le plus attendrissant (qui marche parfois avec Dexter, c'est dire !), directement inspiré de Coffee. "S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaîîîîîîîîîîîîîîît !"

Elle soupire, c'est gagné ! « Très bien, très bien ! Mais j'exige de choisir la jupe en question. Et d'acheter un haut de mon choix pour aller avec. » Je souris d'un air innocent, ne tiquant même pas. Granny a un goût très sûr, même si je trouve parfois qu'elle manque un peu de grunge. M'enfin je parle à une adepte de la haute couture qui ne comprendra jamais mon amour pour les friperies et le vintage. Ce n'est pas grave. Je lui saute au cou et frotte ma joue contre la sienne en ronronnant. « Ok... mais JE choisis les chaussures ! Et je ne veux pas d'un truc trop classique hein ! Laisse parler l'esprit du rock Granny ! » Je négocie dur, mais c'est le jeu. De toutes manières on lui donne la main et elle prend le bras. C'est Granny quoi. Je jette un coup d'oeil à Coffee qui s'est fichu du lait de partout sur la figure et je pouffe de rire. « Mais avant je crois que je vais laver le monstre ! » Je cours jusqu'à la cuisine, et ne prenant pas en compte les protestations de Rosalita, m'applique à nettoyer ce démon de Coffee qui est tout collant. Il couine d'un air blasé, mais je vois bien qu'il apprécie, surtout quand je le gratte sous le menton. J'attrape un torchon et le frotte énergiquement puis retourne voir Granny, Coffee perché sur mon épaule, tout propre et tout fier. Crétin d'écureuil. Mais je l'aime ! « Voilà, là au moins il est présentable. »

Grand-mère me regarde et me tends un exemplaire de Vogue avec un grand sourire. « Que dis-tu de ça? C'est du Marc Jacobs, c'est adoorable. » Je fronce les sourcils. Oui c'est joli mais ça doit coûter un rein ! Au moins. C'est vrai qu'elles sont mignonnes comme tout ces ballerines-souris. Je hoche la tête et soudain... la révélation... le Graal... « REGARDE GRANNY DES CHAUSSURES BAMBIIIIIIIIIIIII ! » je hurle. Des escarpins Jean-Charles de Castelbajac pour être précise. Et ça doit coûter la peau des fesses. Moi qui me fais toujours un plaisir de dénicher des fringues pas chères du tout, je cède honteusement à la mode, au neuf et au génial créateur de ces merveilles. Je sautille joyeusement dans le salon, yeux brillants puis retourne m'asseoir près de Granny, guettant son assentiment avec fébrilité. Et je crois que j'ai tapé juste vu le sourire qu'elle me fait. Je fronce les sourcils « Le problème c'est que ça n'ira pas du tout avec le perfecto framboise. ». Ah zut. « Alors que les Marc Jacobs oui... je peux avoir les deuuuuux ? » Je tente ma chance. Après tout, elle a bien dit qu'elle voulait refaire ma garde-robe ? Oui oui elle l'a dit, vous ne l'avez pas entendue c'est tout. Je pousse l'avantage. « Et puis comme tu as bon goût, regardons aussi les jupes, les robes, les pantalons et les teeshirts ! » Vas-y Moon, tu peux le faire ! Et ça empêchera peut être ces crétins du JCC de critiquer tes fringues pour une fois !

« Va pour les deux, c'est irrésistible ! Et du coup je pense que ce petit pull Stella McCartney et le pantalon Balenciaga page 42 t'iraient à ravir mon coeur ! Je suis contente de voir que tu reviens doucement vers le sens commun mon enfant. » Je pouffe de rire. Granny perd un peu le sens des réalités je crois, mais bon, pour lui faire plaisir je suis prête à faire des concessions. Ok pour le pull Stella McCartney, mais c'est non tout de suite pour Balenciaga. Trop habillé, impossible à porter pour aller à la fac. J'essaye subtilement de l'orienter vers un Lewis tout simple, même pas déchiré ou délavé, passe-partout, mais à la coupe irréprochable. Je suis étudiante et je ne veux pas ressembler à ces prétentieux du JCC en total-look grands créateurs. Et puis moi j'aime bien les fringues bon marché, chose honteuse pour ma grand-mère, mais que voulez-vous, je trouve ça aberrant de mettre autant d'argent dans des vêtements. L'après-midi passe rapidement alors que nous nous extasions devant des fringues plus coûteuses les unes que les autres et nous tombons enfin d'accord sur ce que nous allons... ce qu'elle va m'acheter plutôt. « Une bonne chose de faite ! » je déclare d'un ton joyeux. « Et si on se commandait à manger Granny ? Je mangerais bien chinois » j'ajoute d'un air gourmand. « DEEEEEEEEEEX ! TU VEUX MANGER UN CHINOIS ? » je beugle avant de me faire fusiller du regard par l'intéressé. « Euh... tu veux manger chinois ? » je reprends, toute penaude avant de me cacher derrière Granny. « Au secours Granny, je crois que je l'ai vexé... » je chuchote en me recroquevillant sur moi-même.

« Evidemment,tu as été extrêmement grossière jeune fille. Excuse-toi immédiatement et moi je vais appeler M. Chang ! » Autant j'aurais crié à l'injustice, autant je pense que Granny a raison. Pour une fois. J'ai peut être exagéré... soyons honnête, j'exagère toujours quand il s'agit de Dexter. Je lui en veux énormément d'être ma nounou (Granny préfère dire garde du corps, mais franchement, je suis trop vieille pour avoir un chaperon !) et de ne pas me céder. Tssss ! Voilà pourquoi je ne peux pas blairer les militaires ! Bon gré, mal gré, je sors de ma cachette et me plante devant King Kong en regardant mes pieds. Booon... m'excuser. Marrant, ça ne sort pas. Et Monsieur attend, bras croisés, l'air de dire "je ne partirai pas tant que tu ne te seras pas excusée espèce de petite peste". Pas moyen d'y échapper apparemment. « Désolée, j'aurais pas dû dire ça, je m'excuse » je lâche de mauvaise grâce. Enfin je le regarde dans les yeux. Il n'a pas bougé. Il attend qu... « Et je suis désolée de m'être montrée aussi insupportable aujourd'hui » j'ajoute en levant les yeux au ciel. Il semble satisfait, il s'en va et j'en profite pour lui tirer la langue. Très mature je le reconnais. Mais il m'éneeeeeeerve !

Bon, ça c'est fait. Au moins il va me foutre une paix royale jusqu'à demain. Je me dirige vers le canapé avec la ferme intention de m'y étaler quand soudain... « Dites moi Dexter, vous pourriez diner avec nous ce soir, pour vous dédommager un peu ! Qu'en dis-tu trésor? » Le drame. Je me tourne vers Granny, l'air totalement horrifiée. Non... elle va pas... me faire ça tout de même ? Je me retourne vers Dexter. Il hésite. Nos regards se croisent... « T'as pas intérêt à accepter Godzilla » je le menace silencieusement. Je sais qu'il peut lire sur les lèvres, c'est un militaire de toutes façons. « Avec plaisir. » Je me retiens de hurler. Oh le... le... JUDAS ! Coffee saute sur mon épaule et me mordille l'oreille pour me calmer. Je le caresse doucement, fusillant Dexter du regard, absolument furieuse. S'il est en face de moi, je vais lui massacrer les tibias avec mes rangers renforcées avec une plaque de métal. Je me tourne vers Granny, l'air désespérée. Je vais donc passer la soirée à pleurer sur mon sort et à envoyer des sms éplorés à Oliver. Triste vie. Je vais m'étaler sur le canapé en grognant, boudant ostensiblement. « Bande de traîtres... Judas... » je marmonne alors que Coffee s'amuse à courir le long de mes jambes. Fluffy vient me lécher la main et je fais mine de m'évanouir. « Regardez, notables de Thèbes, la dernière de vos princesses, voyez quel traitement je subis - et du fait de quels gens ! - à cause de ma piété. » je déclame d'un air dramatique.

« Je suis bien aise de voir que ces cours de théâtre n'auront pas été vains ma puce. Le repas sera livré d'ici une demi-heure jeunes gens ! J'ai commandé un extra de beignets de crevettes pour toi chérie, je sais que tu adores ça. » Je renifle d'un air que je veux dédaigneux. Chose très peu crédible vu que j'adore les beignets de crevettes. Et Fluffy aussi. Ah si elle pense pouvoir m'acheter avec de la nourriture... aussi délicieuse soit-elle... elle se tr... aaaaaah des beignets de crevettes ! Un sourire crétin et niais apparaît sur mon visage alors que mon ventre gargouille. Seigneur tout puissant ! Bon à chacun sa kryptonite hein, moi je ne peux pas résister à mes plats préférés. En plus j'ai fait une crise cet après-midi, j'ai faim et je veux mes beignets ! Je sautille jusqu'à Granny et dépose un baiser sur sa joue en ronronnant. Je me tourne vers Dexter avec un sourire inquiétant mais ne dis rien. Oh crois-moi espèce de brute épaisse, tu vas payer pour cette infamie ! Je sais déjà qu'Oliver sera ravi de m'aider à le faire tourner en bourrique. « C'est chouette qu'on mange tous ensemble ce soir » je souris alors d'un air totalement innocent avant d'aller dans la cuisine en sautillant. Oh crois-moi Dexter, tu ne paie rien pour attendre, ma vengeance sera terriiiible !


Dernière édition par Moon A. Carter le Mer 2 Mai - 21:40, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Everything is under control ! [Granny]   Lun 30 Avr - 17:32

Tranquillement installée dans un fauteuil du salon d'hiver, je bas doucement la mesure d'une Nocturne de Chopin en feuilletant le dernier exemplaire de Vogue, déposée ce matin même dans la boîte aux lettres. Je suis ravie d'y retrouver quelques photographies de ma chère Faith, ainsi que de brefs articles vantant les mérites d'un collectif de jeunes artistes de rue que j'avais repéré il y a quelques mois. Je demande à notre douce Rosalita de servir le thé, Moon devrait rentrer d'un instant à l'autre. J'ai à peine le temps de reprendre ma lecture que le bruit de la voiture retentit et j'entends des éclats de voix. Dexter se présente finalement, m'expliquant que ma petite fille adorée a manqué de se rompre le cou dans les escaliers de la faculté. Je me dresse vivement et file jusqu'au salon, où ma petite chérie est étendue sur le canapé. « Grands Dieux trésor, tu n'as rien? Que s'est-il passé? Tu vas bien? Tu as pris tes médicaments? Veux-tu que j'appelle le Dr. Johnson? » Je réagis peut-être un peu vivement, mais à chaque fois qu'elle fait une crise dans un lieu public, je crains que quelque chose de terrible lui arrive. Si ça ne tenait qu'à moi, elle ne quitterait pas la maison sans moi et aurait cours à domicile. Mais cela tient aussi à elle et la présence de Dexter est le seul compromis que nous ayons trouvé. Enfin, le seul que j'ai réussi à lui imposer. L'imposant garde du corps prends d'ailleurs congé, il a amplement mérité un peu de repos après tout.

« Ben en fait... il y a bien un truc qui m'embête... » Mes yeux s'écarquillent et je retiens mon souffle, au bord de la crise d'apoplexie. « J'ai dit à Dexter qu'il devait m'offrir une bague. Enfin, voyons, c'est tout de même un peu fort ! Il me porte comme une mariée et je n'ai pas de bague ! PAS DE BAGUE !!!!! C'est une arnaque sans nom. » Je soupire d'un air exaspéré, tandis qu'elle éclate joyeusement de rire. J'entends le pas lourd et les grognements mécontents de Dexter, que je ne saurais désapprouver. Et c'est qu'elle continue à rire comme une baleine, cette gourgandine. « Remets-toi ! Je vais parfaitement bien, je crois qu'un élève a amorti ma chute. » Je fronce les sourcils et attrape ma petite fille par le bras, la faisant s'assoir d'un geste vif « Ca ne me fait absolument pas rire jeune fille, tu sais bien que je me fais un sang d'encre à chaque fois et toi tu plaisantes. Je ne m'en remettrai pas s'il t'arrivait quelque chose Moon. » Je prends un ton étonnamment sérieux, mais il faut bien qu'elle comprenne que ceci n'est pas une plaisanterie.

Le petit écureuil de Moon s'approche avec une bouille qui ferait fondre la banquise et me tend quelques noisettes. Je souris et les prend avec diligence, en caressant doucement le pelage de la petite bête. Cette bestiole me rendra folle un jour, mais il faut bien admettre qu'elle est mignonne comme tout et saurait presque détourner mon attention de sa maîtresse. « Si j'épouse Dexter et qu'on a des enfants tu me ficheras la paix ? » Nous nous regardons dans le blanc des yeux quelques secondes, avant qu'elle n'ai la présence d'esprit d'embrayer « Je plaisante hein. Je crois pas que la moindre reproduction soit possible entre nous, SANS VOULOIR TE VEXER DEX ! J'AURAIS TROP PEUR QUE TU M'ECRASE ! » Je lève les yeux au ciel, tandis que ce cher Dexter réplique par un vague grognement mécontent. Cette enfant est impossible. C'est à se demander de qui elle tient. Reprenant un ton aussi sérieux que possible, ce qui est difficile pour elle, je le sais bien, elle finit par répondre « Plus sérieusement, Granny, je suis grande tu sais ? Je suis majeure, vaccinée et je peux même boire de l'alcool aux Etats-Unis. Je suis malade, ok. Mais je ne vais pas m'arrêter de vivre pour autant, je veux être NORMALE. Ok t'as engagé une armoire à glace pour me suivre de partout, ok je me coltine des animaux complètement frappés parce que Fluffy peut prédire mes crises et Coffee... oui bon, oublions Coffee. » C'est à mon tour d'éclater franchement de rire. Je me laisse tomber près d'elle dans le canapé, riant à gorge déployée en voyant Coffee plonger tête la première dans le thé que Rosalita vient d'apporter. Une vie normale. Quel sens de l'humour, vraiment.« Oh oui, nous les Carter sommes de parfaits exemples de normalité. Tu as été élevée par ta vieille folle de grand-mère beaucoup trop riche pour être saine d'esprit, tu te trimballes avec un Border Collie et un écureuil roux partout où tu vas et tu t'endors quand tu es triste, en colère ou très heureuse. C'est la normalité même, c'est sûr. » Je ris une nouvelle fois, mais tâche de reprendre mes esprits et tend l'assiette de cookies faits maison à ma petite fille « Mange donc au lieu de dire n'importe quoi chérie. »

Moon rit avec moi et profite de l'occasion pour nourrir son petit animal, qui vient se loger sur mes genoux. Je l'observe attentivement, il n'a pas intérêt à tâcher ma robe Versace. Mais la bestiole mange assez proprement. Pour un écureuil. Je me saisis d'un des cookies, que je tends à l'adorable petite chienne. Jamais elle n'aurait réclamé, mais après tout, il n'y a pas de raison qu'elle soit privée de sucreries. « Pour changer de sujet, note que j'ai fait un effort vestimentaire aujourd'hui. » J'observe la dite tenue avec un sourire attendri et, il faut bien l'admettre, satisfait. Je préfère grandement la voir dans cette charmante robe - que je lui achetée si je ne m'abuse - plutôt qu'affublée de ses ridicules T-shirts aux effigies morbides et ses pantalons déchirés. Encore, quand elle porte du Westwood, je peux pardonner, mais elle est plutôt du genre marché aux puces. Je frémis à la pensée de ces vieux vêtements portés par d'autres et sans doute mités ou puants qui traînent dans le dressing de ma petite fille. « Alors ? Impressionnée hein ? » Je ris doucement et lui ébouriffe les cheveux avec tendresse « Très, si tu pouvais faire ça plus souvent, je serais ravie. Je suis prête à faire du shopping avec toi et tout payer si c'est pour que tu daignes porter des vêtements décents ! » C'est surtout à moi que ça ferait plaisir et elle le sait comme moi. Mais qui sait, ça peut peut-être marcher !

J'observe ma chère petite bichonner son écureuil et je me dis qu'elle sait être douce et délicate, elle ferait une si bonne mère un jour ! Mais l'heure n'est pas à ce type de considérations. « Ben puisque tu le propose si gentimeeeeeent... en fait... il y aurait bien ce superbe perfecto en daim que j'ai vu la dernière fois et non pas en noir ! Framboise, il est framboise tu te rends compte ? Je suis prête à mettre une jupe avec si ça te fait plaisir ! » Je fronce le nez pour la forme, tandis qu'elle m'adresse un regard suppliant qui n'est pas sans rappeler celui de son animal de compagnie « S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaîîîîîîîîîîîîîîît ! » Je soupire et rend les armes, je n'ai jamais su lui dire non de toute façon. « Très bien, très bien ! Mais j'exige de choisir la jupe en question. Et d'acheter un haut de mon choix pour aller avec. » L'art du compromis, Carter style. « Ok... mais JE choisis les chaussures ! Et je ne veux pas d'un truc trop classique hein ! Laisse parler l'esprit du rock Granny ! » J'hausse un sourcil dubitatif, la vague rock'n roll n'avait rien à voir avec les immondices que portent parfois Moon. Les années 50 fleurait bon les jupettes qui tournent et les imprimés vichy. Rien à voir avec les bêtises d'aujourd'hui ! Moon ne me laisse pas le temps de répliquer et je sens que c'est la fin des négociations. Soit. Je reprends le magazine de mode et le feuillette, aussi lorsqu'elle reparaît dans le salon je lui tends l'exemplaire de Vogue, tout sourire « Que dis-tu de ça? C'est du Marc Jacobs, c'est adoorable. »

Personne ne peut résister à d'aussi adorables chaussures. « REGARDE GRANNY DES CHAUSSURES BAMBIIIIIIIIIIIII ! » Le cri me surprend, mais je jette à oeil à ce qu'elle désigne de quelques gestes hystériques. Castelbajac. Je savais bien que tout espoir n'était pas perdue pour cette petite. J'en verserai presque une larme. Je pose une main sur le bras de ma petite fille, tout sourire « Le problème c'est que ça n'ira pas du tout avec le perfecto framboise. Alors que les Marc Jacobs oui... je peux avoir les deuuuuux ? Et puis comme tu as bon goût, regardons aussi les jupes, les robes, les pantalons et les teeshirts ! » Elle m'a déjà toute acquise à sa cause, mais j'admire son savoir faire « Va pour les deux, c'est irrésistible ! Et du coup je pense que ce petit pull Stella McCartney et le pantalon Balenciaga page 42 t'iraient à ravir mon coeur ! » Je souris, serre doucement son bras et ajoute « Je suis contente de voir que tu reviens doucement vers le sens commun mon enfant. » Mélodramatique? Dans cette maison? Jamais.

Nous débattons longuement sur quoi acheter ensuite, Balenciaga étant jugé trop chic pour une étudiante lambda. Comme si ma petite fille était une jeune femme comme les autres. Mais je ne proteste pas - trop - et nous parvenons à passer une commande à peu près décente. Moon résume l'état d'esprit général par un joyeux « Une bonne chose de faite ! » Je souris et opine du chef tandis qu'elle lance « Et si on se commandait à manger Granny ? Je mangerais bien chinois... DEEEEEEEEEEX ! TU VEUX MANGER UN CHINOIS ? Euh... tu veux manger chinois ? » Je me lève pour aller jusqu'au téléphone et appeler mon traiteur chinois habituel. Dexter apparaît bien sûr, entraînant un repli stratégique de ma petite fille derrière moi « Au secours Granny, je crois que je l'ai vexé... » Je lève les yeux au ciel et rétorque « Evidemment,tu as été extrêmement grossière jeune fille. Excuse-toi immédiatement et moi je vais appeler M. Chang ! »

Je téléphone au charmant vieux monsieur, qui correspond à tous les stéréotypes du sage chinois, tout en observant le petit manège de Moon et de son garde du corps. L'imposant bonhomme la regarde d'un oeil amusé, tandis qu'elle se dandine, hésite et parvient finalement à cracher des excuses difficiles. Dex s'éloigne, mais je décide de pousser le vice, pose ma main sur le combiné en lançant « Dites moi Dexter, vous pourriez diner avec nous ce soir, pour vous dédommager un peu ! Qu'en dis-tu trésor? » Je regarde avec tendresse la petite et sourit avec éclat, attendant sa réponse. Je sens l'hésitation du jeune homme, mais il décide finalement d'entrer dans mon jeu et de rendre la monnaie de sa pièce à ma petite Moon. Je souris et termine la commande, tandis que Moon s'affale dans le canapé en grognant. « Bande de traîtres... Judas... » Je fronce les sourcils, pas que nous soyons spécialement religieux mais tout de même, c'est un peu fort comme reproche. Et alors que je raccroche, la voilà qui proclame quelques vers d'Antigone « Regardez, notables de Thèbes, la dernière de vos princesses, voyez quel traitement je subis - et du fait de quels gens ! - à cause de ma piété. » J'échange un sourire avec Dexter, admirant la fibre tragique de ma petite fille « Je suis bien aise de voir que ces cours de théâtre n'auront pas été vains ma puce. » Je ris, secondée par le garde du corps avant d'ajouter « Le repas sera livré d'ici une demi-heure jeunes gens ! J'ai commandé un extra de beignets de crevettes pour toi chérie, je sais que tu adores ça. » Elle peut râler tant qu'elle veut, mais je suis la meilleure grand-mère du monde, ça ne fait aucun doute !

Corrompre sa descendance avec de la nourriture est peut-être vicieux, mais diablement efficace. La petite sourit bêtement et au vu des protestations de son estomac, l'argument a fait mouche et elle est tout à fait ravie de la tournure des choses. « C'est chouette qu'on mange tous ensemble ce soir » Son sourire carnassier laisse présager quelque chose de fort douteux pour ce pauvre Dexter, mais je tâcherai de veiller au grain. En la voyant s'envoler vers la cuisine, je la suis du regard, histoire de vérifier qu'elle ne grignote rien avant l'heure du repas. Ces enfants, on ne peut jamais les lâcher !
Revenir en haut Aller en bas
 
Everything is under control ! [Granny]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Granny!!
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Les granny awards de Kelkalor
» Un monstre chez Granny (Andrew)
» Les logiciels pour BB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: