crash w/ gracandrestan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: crash w/ gracandrestan   Lun 16 Avr - 1:00

« Et qu’avez vous ressenti à ce moment là ? » Haha bonne question, je ne sais même pas, je sais juste ce que je ressens maintenant. Je suis en colère, tellement en colère, et je ne sais pas sur qui la déverser. Quant au moment ou je l’ai appris, je ne saurais dire, de l’incompréhension sans doute. Je relève la tête. « Honnêtement je n’en ai aucune idée. C’est une situation très difficile pour moi parce que je suis à présent à la place de mon père. Lorsque j’étais enfant, il a quitté le domicile familial et ma sœur et moi n’avons pas tardé à comprendre qu’il ne voulait pas assurer son rôle et que la seule chose dont il avait envie c’était de s’occuper de ses affaires florissantes. Je l’ai haï, et aujourd’hui j’ai l’impression de répéter la même erreur. J’aimerai pouvoir me montrer différent avec cette gamine, et pourtant plus les jours passent plus j’entrevois clairement la position de mon père. La situation devient ingérable, je pensais que le temps et les efforts arrangeraient les choses, mais ça n’est pas le cas. Grace est une étrangère pour moi, une étrangère qui m’appelle Papa. » Je marque une pause, mais le thérapeute n’ajoute rien, me fixant et m’incitant à continuer. « Les choses se sont décidées, et je sais que je devrais blâmer Andrea pour ça, mais une partie de moi le comprend, Andrea n’est pas une femme, et il n’aura jamais d’enfant, je ne pourrais jamais lui offrir cette vie là. De l’autre côté il y a Megan, qu’il a toujours considéré comme sa sœur, qui lui demande de subvenir aux besoins de sa fille. Je lui dois l’indulgence. » Il acquiesce, prends une inspiration. « Vous lui avez parlé de tout ça ? » Je hausse les épaules, puis secoue la tête. « Pas vraiment, Andrea est fragile, il souffre beaucoup en ce moment, je ne veux pas en rajouter. » Alors que je le dis, je me rends compte que finalement il ne sait pas grand chose de la façon dont je gère la situation. Je veux le préserver mais ne récolte que de la distance, alors qu’un étrange sentiment se développe au fond de moi. « Si vous ne lui en parlez pas vous risquez de lui en vouloir inconsciemment, c’est même très probablement ce qui vous empêche de dépasser tout ça. » Je le fixe, tentant d’analyser chacun de ses propos, mais je suis désarmé lorsqu’il faut songer à une solution. Pourquoi causer de la souffrance si il n’y a pas de solution. Grace est sa fille maintenant, que je le veuille ou non. « Je suis tellement jeune. Je ne me sens pas capable, c’est trop brusque, je n’arrive pas à me faire à l’idée de devoir prendre soin d’une famille alors que ces derniers mois n’ont fait que nous mettre sous les yeux notre instabilité. Je pensais qu’on pourrait souffler, trouver notre équilibre, mais force est d’admettre qu’il y aura toujours quelque chose, je commence sérieusement à me demander si ce qu’on fait n’est pas tout simplement contre nature. Je ne suis pas un père, je n’ai que le bac en poche, j’aime boire avec mes amis, me moquer de Camille à l’université, passer mon temps au Carling... » Ma gorge se serre. « C’est trop de changement sans y être préparé et je suis terrifié à l’idée de ne jamais arriver à l’aimer comme lui le fait déjà. Ca ne devrait pas prendre tout ce temps. Peut être que je lui en veux à elle aussi. » Je baisse la tête, l’aveu est tellement honteux, comment une petite fille de six ans pourrait être responsable de ce qui nous arrive ? « J’ai peur, peur que cette épreuve mette en évidence le fait qu’Andrea a mûri et que je suis toujours un enfant coincé entre deux mondes. Il finira par chercher autre chose, et si je ne suis pas capable de lui donner alors il sera malheureux ou il me quittera. » Les deux options me semblent aussi mauvaises, mais la première est inéluctablement la plus tragique. « Vous en avez discuté avec votre cousine ? » Je secoue la tête, est-ce qu’on dit ces choses là à quelqu’un sur son lit de mort ? « Non. »

Je suis assis sur une chaise à l’hôpital, pour la première fois depuis qu’elle est ici. « Tristan ? » Elle semble surprise, il faut dire que j’ai tout fait pour ne pas avoir à lui faire face ainsi qu’à la vérité. Je relève les yeux vers elle, la question à un million aux bords des lèvres. « Pourquoi Megan ? » Elle prends une minute pour réfléchir et m’assène un regard triste. « Parce que je ne veux pas qu’elle finisse comme moi. » Je prends une inspiration, ce n’est tellement pas suffisant, comment est-ce que ça pourrait suffire ? « Pourquoi nous, tes parents auraient pu l’élever, sans doute mieux. » Elle secoue la tête contrariée. « Mes parents n’ont pas le temps de s’occuper de Grace, tout comme ils n’ont pas eu le temps de s’occuper de moi. Pourquoi la laisser à une gouvernante qui ne parle même pas sa langue alors qu’un couple qui s’aime pourrait lui apporter de l’amour et de l’ouverture d’esprit ? N’essayes pas de comprendre Tristan, si tu ne veux pas t’occuper d’elle alors appelle mes parents. » Je ferme les yeux et soupire. « Je vais être en retard à l’école. » Je quitte la chambre et rejoins l’école avec toujours cette même gène qui refuse de s’estomper. J’attends collé contre le mur avec la désagréable impression de ne pas être à ma place.

La petite finit par arriver et me lance joyeusement. « Bonjour Papaa » Je tique un peu, mais tente de faire un effort, d’ici quelques heures Andrea rattrapera les dégâts. « T’as apporté le goûter ? »  Mon téléphone vibre le taxi, nous attends. « Monte. » Je dépose ses affaires dans le coffre et nous démarrons, la voiture nous dépose au boulot et j’installe Grace sur un coté de mon bureau. « Tu veux dessiner ? » La question qu’on pose aux enfants, ils veulent toujours dessiner. Je décroche mon téléphone et appelle Samantha. « Est ce que tu pourrais passer prendre un chocolat et un muffin au starbucks s’il te plait ? …Oui merci, je te revaudrais ça. » Je raccroche et la gamine répond. « Non. Je veux faire mes devoirs, comme ça je pourrais jouer avec Papa tout à l’heure » Comment dire ? Je comptais moi aussi jouer avec Papa tout à l’heure. « La dame va rapporter le goûter ? » Encore une question, déjà que je n’ai jamais été doté d’une patience hors pair, le fait que je ne sois pas non plus un as de la concentration complique les choses. « Oui. » Je me concentre de nouveau sur ma page word quand de nouveau elle m’interpelle. « Tu peux vérifier ? » Papa a oublié de préciser que l’autre était une vraie quiche en maths et qu’il avait jamais su faire une division en posant l’opération ? Par chance ce n’est qu’une soustraction, ca relève de mes compétences. Je lis, ça me semble correct. « Et toi tu crois que Warren devrait faire l’amour à Sylvain ou on attend la saison deux ? » Je lance distraitement. Ma collègue arrive avec la bouffe, tant mieux, voilà qui devrait l’occuper mieux que moi.

uc


Dernière édition par Tristan W. Faure le Lun 16 Avr - 1:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: crash w/ gracandrestan   Lun 16 Avr - 1:18

CECI EST UNE INTERVENTION D'UN PNJ (ce compte étant anciennement utilisé à ces fins)


« Driiiiiiiiiing ». Enfin, c’est la fin de la journée. Je note les devoirs que la maitresse inscrit au tableau en faisant la moue. J’en ai marre de tous ces exercices qu’il faut faire à la maison. Je sais déjà les faire, en plus. C’est du temps perdu pour rien alors que je pourrais faire autre chose. Moi je veux faire du piano et jouer. Je range mon cahier de texte dans mon cartable et le hisse sur mes épaules. J’ai oublié qui devait venir me chercher ce soir, il faut dire que c’est un peu compliqué de savoir tous les jours. Je croise les bras et me dirige vers la sortie. Un garçon me tient la porte et je souris un peu en hochant la tête. « Merci ! » Je chantonne un peu en descendant les escaliers, et cherche Papa du regard dans le hall. Je ne sais pas qui est là ce soir. Je plisse le nez et avance un peu, bousculée par tous les autres enfants qui retrouvent leurs parents. La plupart des enfants eux, ils ont deux parents. Un papa, une maman, point final. Papa dit que c’est mieux d’en avoir trois, et maman disait ça aussi, mais ça fait longtemps que j’ai pas vu maman. Je soupire un peu et sursaute en apercevant Papa – Tristan – appuyé contre un des murs. Je m’avance et lui offre un sourire en arrivant à sa hauteur. « Bonjour Papaa ». J’enlève mon sac de mon dos, parce que c’est franchement trop lourd pour que je le porte jusqu’à la maison. « T’as apporté le goûter ? » Mais il répond pas. C’est un peu bizarre parfois, avec Papa, mais Papa dit que c’est normal pour l’instant. Il m’emmène dans le taxi et je monte, m’installant sagement à la fenêtre pour regarder le paysage défiler. On finit par arriver, je crois que c’est ici que Papa travaille. Il m’installe sur une chaise. « Tu veux dessiner ? » Je secoue la tête et attrape plutôt mon cahier de textes dans mon cartable. « Non. Je veux faire mes devoirs, comme ça je pourrais jouer avec Papa tout à l’heure ». Je le pose ouvert devant moi et observe la liste des devoirs que j’ai inscrite tout à l’heure. « La dame va rapporter le goûter ? » Je sors mon cahier de maths en fronçant un peu le nez, tâchant de lire le premier exercice. Pouah, c’est facile. Je note les réponses sur mon cahier avec précaution et le lui tend aussitôt. « Tu peux vérifier ? » Il prend mon cahier et acquiesce un peu, en fait je suis presque sûre que tout est bon. Mais comme ça, il sait que je suis forte. Il me rend mon cahier, et je le range, sortant le français pour continuer dans ma lancée. « Et toi tu crois que Warren devrait faire l’amour à Sylvain ou on attend la saison deux ? » Hein ? Je fronce le nez, mais la dame rapporte un muffin et une boisson et je tape dans les mains. « Merciiii. » C’est un gros goûter mais j’ai faim. Je la laisse ressortir et attrape un bout de gâteau que je me fourre dans la bouche. On parle pas la bouche pleine. J’avale et respire, tourne la tête vers Papa qui s’est remis à travailler. « Papa, c’est quoi faire l’amour ? » Je fronce le nez en ramassant quelques miettes avec mon doigt. « C’est ce que papa et moi on fait le soir quand tu crois qu’on dort. Il t’expliquera mieux que moi. Tu devrais lui demander maintenant tiens. » Je me redresse et aperçois Papa dans l’encadrement de la porte. Je souris et frappe dans mes mains de nouveau. « Papa !! »


Dernière édition par Tara M. Dayris le Sam 1 Sep - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: crash w/ gracandrestan   Lun 16 Avr - 2:07

« Me demander quoi ? » J’entre dans son bureau et souris légèrement, un peu crispé. Je referme la porte derrière moi, et Grace s’exclame : « Papa !! ». Elle se redresse pour venir me sauter dans les bras, et je la soulève pour l’embrasser. Je jette un œil à Tris que j’approche doucement, claquant mes lèvres contre les siennes rapidement et souriant un peu plus. J’ignore ce qu’il se passe dans sa tête et l’idée m’angoisse, j’ai l’impression que je n’aurais jamais les réponses en ma possession. J’essaye de faire abstraction des détails comme il semble le vouloir mais la technique ne marche pas. Je remarque sa détresse et la distance qu’il met entre nous, entre eux. « Papa veut que je te demande ce que c’est faire l’amour ». Je fronce le nez et jette un coup d’œil vers Tris. « C’est ce que font les grandes personnes quand elles s’aiment très fort ». Je réavise Grace qui fronce un peu le nez. « Ah… » « Ca n’est pas pour toi. Plus tard, tu comprendras ». Je la repose sur le sol et inspire un peu, jetant un œil dans la direction de Tris. « On rentre ? » Je veux qu’il vienne avec nous, maintenant. . Mais il ricane doucement, avant de lancer d’un ton las. « Il est dix huit heures. » Il fait une pause, et mon cœur se serre. « Je n’ai pas terminé. Tu emmènes la gamines et tu rentres, moi je reste, c’est ce qui était prévu Andrea. » Je le fixe un instant, sentant ma force flancher en même temps qu’il m’assène ses paroles destructrices. « Tris… » Je cherche son regard qui m’évite, et observe Grace un instant du coin de l’œil. Elle ne peut pas être mêlée à ça, pas comme ça. « Très bien ». C’est donc ce à quoi on en est réduit ? Lui au boulot jusqu’à pas d’heure, moi femme au foyer ? Ca ne faisait pas partie des projets. Le lien s’effiloche et je reste impuissant face à la distance qu’il m’impose de garder. « Je préparerai le dîner. Fais attention de ne pas faire trop de bruit quand tu rentreras, il faut que je dorme ». Mon ton est sec mais c’est le désespoir qui parle à ma place. Ma réflexion tourne à mille à l’heure, j’ouvre les bras pour que Grace me rejoigne. « A plus tard ». J’attrape son sac et me tourne, incapable de le regarder me filer entre les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: crash w/ gracandrestan   

Revenir en haut Aller en bas
 
crash w/ gracandrestan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon ben crash serveur
» Crash Dive
» [Jeu Flash] Nanaca Crash
» CRASH || C’est trop calme... j’aime pas trop beaucoup ça... J’préfère quand c’est un peu trop plus moins calme...
» Crash au démarrage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: