Heastfield ♫ London Calling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Heastfield ♫ London Calling   Dim 15 Avr - 15:34

Passer son week-end à Londres, c'est bien. Passer son week-end à Londres avec celle qui est devenue très vite votre meilleure amie et est depuis peu votre colocataire, c'est encore mieux. Alors ok, ce n'est certainement pas aujourd'hui que je vais retrouver James, mais je m'en fous. On est samedi après-midi, et avec Emi, ça fait maintenant trois heures que nous trainons dans Kensington, toutes contentes que nous sommes d'avoir enfin pu s'organiser ce week-end à Londres. Depuis le temps qu'on voulait le faire ! J'ai cru qu'on y arriverait jamais. Mais nous voilà, quittant Hyde Park après nous être arrêté quelques temps au Speakers' corner. On se balade dans les rues, on observe les boutiques, et nos pas nous conduisent jusqu'à la Grande Roue de la ville, la fameuse. Je n'y suis jamais montée. Prise d'une soudaine inspiration, j'attrape le bras de mon amie et l'entraine jusqu'à l'entrée de l'attraction. Je me tourne vers elle, un grand sourire sur le visage. « Viens ! On fait un tour ! Ça va être trop cool ! » Je suis excitée comme une gamine de cinq ans devant un cornet de glace, mais que voulez-vous, je n'ai pas encore eu l'honneur d'y mettre les pieds, c'est pas ma faute. « Laisse-moi deviner, tu n'y es jamais monté hein ? » J'acquiesce d'un mouvement de la tête, émerveillée par la Grande Roue. « Je t'offre ton baptême, honey. » Je lève les yeux au ciel. « T'es pas obligée tu sais. Mais bon, j'imagine que ça sert à rien d'argumenter. » je réponds d'un ton amusé en me plaçant dans la file d'attente avec elle. « Ça se voit tant que ça ? Que je n'y suis jamais allé, je veux dire. » j'enchaine sans lui laisser le temps de répondre, les yeux pétillants d'excitation mélangée à de l'appréhension à l'idée de monter dans ce grand machin de fer. « Espèce de touriste, va ! » Je ris gracieusement à sa remarque loin d'être fausse – après tout, je ne suis pas anglaise, je suis donc bel et bien une touriste – et secoue la tête. « Je le vois parce que je le sais. T'inquiètes pas, d'ici une dizaine d'années tu seras comme moi, habituée des lieux et blasée comme les vieux ! » Je ris à nouveau alors que mes yeux pétillent. « Jamais ! Jamais je ne m'habituerais, jamais je ne serais blasée, parce que Londres est la ville la plus merveilleuse du monde. Il y a tellement de choses à faire, à découvrir ici ! New York, c'est rien à côté ! Comment peux-tu être possiblement blasée, Emi ? » je demande à ma brunette de meilleure amie avec un petit rire. Elle hoche la tête vigoureusement, et je souris. Je savais qu'elle approuverait. « Tu sais quand tu fais les pires conneries dans cette ville, elle finit par devenir un mémorial de tes années lycée ! A force, on finit par la connaître par cœur, comme elle te connait toi aussi. » Je souris avec tendresse à ses mots, et me perds dans mes pensées. Qu'est-ce qu'est Londres, pour moi ? La ville de James. Qui, en quatre ans, pourrait tout aussi bien avoir déménagé en Thaïlande que je n'en saurais rien.
Parfois, j'ai l'impression que je ne le retrouverais jamais. Parfois, je me dis que je devrais arrêter d'espérer, d'arrêter de fouiller chaque recoins de Londres à sa recherche. Parfois je me dis que je devrais juste laisser tomber. Mais je n'y arrive pas. Je n'arrive pas à oublier ses jolies boucles blondes, ses beaux yeux bleus, son magnifique sourire, le contact de ses lèvres sur les miennes... Quatre ans, et il est toujours un souvenir brulant dans ma poitrine. Et ça me fait tellement peur que je crois que si je le recroisais, je m'enfuirais en courant...
« Deux places adultes, s'il vous plait. » Je sursaute, sortie de mes pensées par ma meilleure amie achetant nos places. Le vendeur les lui tend et nous nous installons. Je commence à jouer avec mes mains, impatiente. « J'ai trop hâte d'être tout en haut ! » je m'exclame, surexcitée. « T'y est monté souvent ? » je lui demande, curieuse. Elle fronce les sourcils, en pleine réflexion, et je sens une pointe de jalousie naitre dans mon estomac. J'aimerai bien pouvoir réfléchir à combien de fois j'y suis allée, moi aussi... « Plusieurs fois. Deux ou trois fois au lycée, peut être une fois avec mes parents mais je m'en souviens pas. » Je hoche la tête. Elle n'y est pas allé tant de fois alors, elle n'a pas de quoi être blasée ! Moi, personnellement, je ne pourrais pas m'en lasser.
Elle me tend mon billet et je lui lance un regard interrogateur. « Tiens, tu pourras le coller dans ton journal intime comme une gosse avec écrit en énorme "LE PLUS BEAU JOUR DE MA VIE AVEC EMILE LA FILLE LA PLUS GENIALE DU MONDE" etc. » J'éclate de rire, mais soudain, l'appareil se met en marche. J'écarquille les yeux, à la fois de surprise et d'excitation, et attrape le poignet de ma meilleure amie, collant mon front à la vitre. « Emile ! Ça y est ! On monte, on va voir Londres d'en haut ! Oh mon dieu ! » je m'exclame sous le regard réprobateur des gens présents. Je me tourne sans attendre vers elle et fronce les sourcils. « Attends... Je ne suis jamais monté aussi haut... Et si j'ai le vertige ? » je demande, paniquée. « Tu as bien déjà pris l'avion non ? C'est comme au décollage. Arrête de t'en faire Heather et profite ! » Je lui lance un regard dubitatif mais acquiesce d'un signe de tête. De toute façon, nous sommes déjà assez haut, si j'avais le vertige je le saurais. « Regarde Heath' on voit Big Ben ! » Je me colle à la vitre et écarquille les yeux. C'est magnifique. Londres s'étend à nos pieds, et s'il n'y avait pas cette vitre qui nous en sépare ainsi que le mouvement de la cabine, j'aurais l'impression de voler. « J'ai l'impression d'être une gamine de cinq ans lâchée dans une confiserie. » je murmure, mes yeux à la recherche de Buckingam Palace. Quand je l'ai trouvé, je me tourne vers Emile. « Merci Em. Tu peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir. » je lui souris, les yeux pétillants de joie.

UC


Dernière édition par Heather E. Winchester le Lun 11 Juin - 17:59, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Heastfield ♫ London Calling   Dim 15 Avr - 22:31

J'ai toujours adoré Londres, et encore, en cet instant, le mot me paraissait bien faible. Un sourire était scotché à mes lèvres sans qu'elles puissent s'en défaire.
Me balader dans les rues de la capitale avec ma meilleure amie me remémora au fil de l'après midi mes nombreuses fugues de l'internat, ainsi que toutes mes soirées en compagnie de Riley, à hanter les ruelles les plus sombres de la ville. Cette période de ma vie était si loin que cela m'en donnait presque des frissons... Pourtant, j'étais ravie d'être là, d'avoir léché les vitrines avec Heather pendant des heures, de l'avoir suivi un peu partout dans Kensington jusqu'à en avoir les pieds en sang, et de m'être comportée en véritable touriste alors que je connaissais la ville comme le fond de ma poche. Ce week end avec Heather, c'était le notre. J'avais attendu ce moment depuis des siècles. Nous avions mis des semaines à nous mettre d'accord sur une date, prendre les billets de train, à finalement être excitée comme des puces à l'idée de ce court séjour dans la capitale Britannique.
Perdue dans mes pensées, je n'avais pas remarqué que nous étions toutes proches de la Grande Roue. Ce fût seulement quand la main d'Heather se referma sur mon bras que je compris ce qu'elle avait derrière la tête.
« Viens ! On fait un tour ! Ça va être trop cool ! »
Je souris, tout en me faisant trainer par ma meilleure amie. La dernière fois que j'étais montée dessus remontait à si longtemps !
« Laisse-moi deviner, tu n'y es jamais monté hein ? » dis-je d'une voix malicieuse, en me plaçant dans la file de personnes attendant pour prendre leurs tickets. « Je t'offre ton baptême, honey. »
Elle allait protester, je le sentais. Mais elle n'avait pas tellement le choix. Je me mis à rire gentiment devant sa mine émerveillée et elle leva les yeux au ciel, légèrement agacée par ma proposition.
« T'es pas obligée tu sais. Mais bon, j'imagine que ça sert à rien d'argumenter. »
J'hochai vigoureusement la tête pour affirmer ses propos. Effectivement, quoi qu'elle aurait pu dire, je me serais arrangée pour payer les quinze livres que coutent la place de n'importe quelle manière que ce soit : je lui serais passée devant, ou j'aurais discrètement glissé la somme dans son porte-monnaie quand elle aurait eu le dos tourné... Bref. Les occasions n'auraient pas manqué.
Elle me rejoignit dans la file d'attente, et nous avançâmes légèrement au fil des touristes qui prenaient leurs tickets.
« Ça se voit tant que ça ? Que je n'y suis jamais allé, je veux dire. »
Je lançai un sourire à Heather avant de lever la tête pour observer la grande roue.
« Espèce de touriste, va ! » dis-je en lui donnant un gentil coup de coude dans les côtes. « Je le vois parce que je le sais. T'inquiètes pas, d'ici une dizaine d'années tu seras comme moi, habituée des lieux et blasée comme les vieux ! »
Autodérision naturelle. Certaines personnes disent que c'est un don. Le pire dans tout ça c'est que j'ai fait une rime.
Son rire vint joindre le mien, et sa réponse fusa ;
« Jamais ! Jamais je ne m'habituerais, jamais je ne serais blasée, parce que Londres est la ville la plus merveilleuse du monde. Il y a tellement de choses à faire, à découvrir ici ! New York, c'est rien à côté ! Comment peux-tu être possiblement blasée, Emi ? »
Elle marquait un point. Londres était une ville merveilleuse, et dans mon esprit, New York était directement associée à mort de Riley. J'hochai la tête vigoureusement, avant de prendre un air pensif, pour répondre à sa question.
Bien sûr que non, je n'étais pas blasée par la ville. Juste habituée. Cependant, les répliques de ma meilleure amie m'amusaient tellement que j'avais une extrême satisfaction à broder autour de mes affirmations.
« Tu sais quand tu fais les pires conneries dans cette ville, elle finit par devenir un mémorial de tes années lycée ! » dis-je en souriant. « A force, on finit par la connaître par coeur, comme elle te connait toi aussi. »
Et me voilà en train de divaguer. Notre tour à la caisse me sauva, et je m'avançai en même temps que ma meilleure amie en face de celui qui gérait les billets.
« Deux places adultes, s'il vous plait. » demandai-je d'une voix enjouée, en tendant deux billets de vingt livres.
Je sentis ma meilleure amie sursauter à côté de moi, mais je ne fis aucune remarque et récupérai ma monnaie ainsi que les billets. On nous plaça dans une des nacelles, accompagnées d'autres personnes, et nous nous mimes à atteindre que celle-ci soit complète.
Une chose que je détestais - enfin, le mot était mal choisi - dans ce lieu, était que nous soyons tous enfermé dans un substance jaune dégoulinante sur les cheveux de Caro en métal. J'aurais tellement aimé pu voir Londres d'en haut sans être protégée par une vitre...
« J'ai trop hâte d'être tout en haut ! » je m'exclame, surexcitée. « T'y est monté souvent ? »
Je souris, puis fronçai les sourcils sous l'effet de la concentration.
« Plusieurs fois. » dis-je. « Deux ou trois fois au lycée, peut être une fois avec mes parents mais je m'en souviens pas. »
Au final, je ne pouvais pas être blasée. Je jetai un coup d'oeil autour de nous, puis fourrai dans les mains d'Heather son billet.
« Tiens, tu pourras le coller dans ton journal intime comme une gosse avec écrit en énorme "LE PLUS BEAU JOUR DE MA VIE AVEC EMILE LA FILLE LA PLUS GENIALE DU MONDE" etc. »
Je me fichai d'elle, bien entendu, et je lui donnai un petit coup dans les côtes alors que l'appareil se mettait à nous élever dans les airs. A côté de moi, Heather éclata de rire avant de prendre une mine si adorable que je ne pus m'empêcher de lui lancer un regard tendre.
Elle m'attrapa le poignet avant de se mettre à presque crier d'une voix suraigue.
« Emile ! Ça y est ! On monte, on va voir Londres d'en haut ! Oh mon dieu ! » petite pause, puis elle reprit. « Attends... Je ne suis jamais monté aussi haut... Et si j'ai le vertige ? »
J'éclatai littéralement de rire alors que ma meilleure amie me broyait les os du poignet. Je lui montrai du doigt l'extérieur et Londres qui se dessinait sous nos yeux.
« Tu as bien déjà pris l'avion non ? C'est comme au décollage. Arrête de t'en faire Heather et profite ! » dis-je d'une voix enjouée.
Je collai mon nez contre la vitre, puis pointait du doigt la ville.
« Regarde Heath' on voit Big Ben ! »

underco.
Revenir en haut Aller en bas
 
Heastfield ♫ London Calling
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RPG :: LONDON CALLING
» LONDON CALLING TO THE FARWAY TOWNS
» London calling - So what ?
» London Calling (pv jaime)
» Devenir notre ami ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: