ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:29


estelle delahaye w/ charlotte free
the characterthe person
→ habite à londres.
→ âgé(e) de dix-neuf ans.
→ né(e) le quinze janvier à londres.
→ est étudiante en mannequinat et call girl dans une agence privée sous le doux prénom de rose.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? bisexuelle.
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : burnt out, lorrie.
→ âge : seize ans.
→ comment avez-vous connu le forum ? cécile et clémt, parce que sans elles, je ne serai sûrement pas revenue, merci les filles.
→ code : Coffee dit ouiiiiii.
→ crédits : (c) tumblr.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? verts, parce que c'est la couleur des tortues et que les tortues, c'est le bien et que le bien, c'est cool.


Dernière édition par Estelle Delahaye le Mer 2 Mai - 10:51, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:29

it's my life, it's now or never
LONDRES, MARS 2000 ; APPARTEMENT DE LA FAMILLE DELAHAYE
départ du père d'estelle

LONDRES, SEPTEMBRE 2004 ; COUR DU COLLÈGE
J'avance, les jambes tremblantes vers ce grand bâtiment qui m'effraie. Des enfants de mon âge courent dans la cour du collège, rient de bon cœur. Je ne connais personne, personne ne me connaît et je m'en veux d'avoir laissé maman seule à la maison aujourd'hui. J'ai tellement peur que son état ce dégrade est de ne pas pouvoir être là pour elle. La voisine m'a dit de ne pas m'en faire, qu'elle veillerait sur elle pendant que j'irais m'instruire pour avoir un bel avenir. J'inspire profondément. Il fait froid. Je porte une veste déchirée par les chats du quartier, mes collants sont troués, le bout de mes chaussures est usé et j'ai l'air tellement tâche dans un environnement où toutes les petites filles ont des couettes bien dressées sur le crâne. J'avance, le pas chancellent. « Excuse moi, sais-tu où je peux trouver l'administration ? » demandé-je à un garçon aux cheveux courts. Il se retourne vers moi et pouffe de rire, avant de me montrer du doigt. « Regardez la pouilleuse, elle a perdue son chemin ! » Ses amis se retournent et rigolent à leur tour. Les larmes me montent aux yeux et je cours vers un bâtiment qui m'est inconnu, pendant que les autres me bousculent et rigolent, encore plus, rigolent, jusqu'à m'en laisser un écho horrible dans la tête.

LONDRES, NOVEMBRE 2005 ; DANS LES RUES DE LONDRES
Ma vue est floue et je cours à travers les rues, bousculant les gens pressés de cette ville qui pue la mort. La mort, celle de ma mère et cette douleur immonde qui ronge mon cœur. Mon cœur, qui se sent étouffer, qui ne demande qu'à sortir de ma poitrine, que j'ai l'intense envie de vomir. Vomir, au visage de cette putain d'injustice sociale, car les riches finiront toujours plus riches et les pauvres, eux, dans les poubelles de l'État qui s'en fout totalement. Je m'arrête et pose une main contre le mur, essayant de retrouver ma respiration. Les larmes coulent le long de mes joues et je cris ma douleur au monde entier. Je viens de perdre ma mère et je me retrouve seule, seule dans un appartement qui pue le moisi et qui ne m'appartiendra bientôt plus. Je ne veux pas me résigner à vivre dans une famille qui ne sera pas la mienne, je ne veux pas me résigner à quitter l'endroit où j'ai partagé mes derniers moments avec ma mère. Je veux uniquement que la vie passe sans que je ne m'en rende compte et qu'elle embarque avec elle cette douleur sans pour autant abimer les bribes de souvenirs de ma mère.

J'arrive aux portes de l'immeuble, le souffle court. J'ai l'impression que cette odeur de mort ne quittera jamais les lieux. Les vitres de l'immeuble sont brisées, le vent souffle dans l'escalier, ce qui laisse le passage ouvert à toute personne le voulant. Dans cet immeuble, tout le monde se connaît, tout le monde sait que je suis désormais l'orpheline, celle qui vient de perdre sa mère et que son père a abandonné. J'avance lentement, la tête baissée vers le sol, à regarder mes pieds. Je monte les escaliers, le pas lourd et personne n'ose rien dire. Une odeur de shit arrive à mes narines. Je lève la tête. Les dealers, les drogués habituels sont là, le regard posé sur moi, un regard rempli de pitié. J'avance vers le dealer le moins effrayant, dans un silence de plus en plus gênant. « Je veux dealer. » Un rire échappe de la bouche d'un homme, homme auquel on donne un grand coup de poing dans le ventre quelques secondes après. « Pourquoi ? » Je pince les lèvres. « Parce que je suis orpheline et que je n'ai pas la moindre envie de me retrouver dans un foyer avec des gamins aussi cons que ceux de mon collège, je marque une pause, prenant le temps de regarder toutes les personnes se trouvant autour de moi, et puis je n'ai que douze ans, personne ne se doutera que je transporte de la came sur moi. » Ils parlent entre eux, certains hochent la tête de façon positive. Ils savent que j'ai raison. L'homme auquel je me suis adressée pose sa main dans mon dos et me fait avancer dans un appartement où échappe la fumée des joints qui tournent inlassablement. « Viens petite, on va tout t'expliquer, je suis certain que tu vas bientôt devenir l'une de nos meilleures revendeuses. » Et dieu sait qu'il avait raison.

LONDRES, JUILLET 2007 ; SKATEPARC
rencontre entre liam, ainsley et estelle.

LONDRES, OCTOBRE 2010 ; CLUB DE STRIP-TEASE MITEUX
Personne ne connaît mon prénom, personne ne connaît mon âge ni même ma mensuration. Ici, je suis dark rose la poupée qui trémousse ses jolies fesses devant des regards pleins d'envie, parfois j'en viens même à être payée pour danser sur des hommes qui n'ont pas le droit de toucher une seule partie de ma peau au risque d'être mis dehors. Je ne comprends pas comment les hommes font pour en venir à ce stade là, à regarder des midinettes qu'ils n'ont même pas l'âge de se taper – d'un côté, je ne comprends pas non plus comment j'ai fait pour en venir à ce stade là, à me déshabiller devant des gros porcs ayant l'âge d'être mon père. L'argent, toujours ce putain de problème international. C'est l'argent qui fait tourner le monde et c'est apparemment l'argent qui me fait écarter les cuisses pour en avoir plus. « Et maintenant, dark rose ! » Les hommes sifflent, je suis un objet de convoitise. J'avance sur le podium, un grand sourire aux lèvres mais avec l'envie interne de m'enfuir d'ici aussi rapidement que j'y suis entrée.

LONDRES, SEPTEMBRE 2011 ; UNIVERSITÉ DE LONDRES
J'ai toujours détesté les études, d'ailleurs, c'est peut-être une belle connerie que de vouloir les continuer, mais je n'ai pas vendu mon corps au plus offrant pour finalement baisser les bras. J'écrase ma cigarette contre le sol et avance dans cette université qui me fait froid dans le dos, heureusement que Liam et Ainsley y étudient, j'aurais l'air un peu moins perdue durant les pauses déjeuners. Les couloirs me paraissent immense et j'avance toujours sans vraiment savoir où aller. Des filles me bousculent, des filles qui parlent mode. Je me décide à les suivre après tout, je ne pourrai pas plus me perdre que maintenant. J'entre dans l'amphithéâtre et vois miraculeusement des centaines de visages, autant féminins que masculins, tous aussi beaux les uns que les autres. Je me demande ce que je fous ici. Une fille me pousse, ce qui me force à avancer et à me faire une place à côté d'une grande fille blonde. Elle me sourit. Je lui souris. « Je m'appelle Jeanne, enchantée ! » dit-elle de son anglais parfait tout en avançant sa main sûrement pour que je la lui serre. « Estelle. » Nos mains se touchent, elle sourit toujours. Elle m'agace à sourire alors qu'il n'y a aucune raison de sourire, mais elle est tellement belle, elle a l'air tellement douce que je n'ai pas envie de la contrarier et je lui souris, moi aussi, lui souris jusqu'à m'en faire mal aux muscles des joues. Je sens que cette année va être... spéciale.

LONDRES, DÉCEMBRE 2011 ; BAR MITEUX DE LONDRES
Je marche en compagnie de Liam en direction de notre bar favoris. Il neige et mes bottes s'enfoncent dans la masse blanche, laissant derrière moi les traces de mes pas. Liam sourit quand j'essaie d'avaler des flocons, son sourire disparaît quand je lui envoie une boule bien ronde dans le visage. Nous arrivons à hauteur du bar, Liam secoue ses cheveux pour se débarrasser de la neige et m'ouvre la porte pour que je passe, ce que je fais après l'avoir remercié. « Ainsley et Jeanne devraient déjà être là. » dit-il tout en les cherchant du regard une fois entré. Je m'avance vers le comptoir, pour commander un pichet de bières. Je l'attrape d'une main, habituée et les cherche à mon tour. Je vois les cheveux légèrement mouillés de Liam et... Jeanne, la main dans celle d'Ainsley, ornant sa magnifique nuque de baisers. Le pichet m'échappe des mains et éclate par terre. Les regards se tournent vers moi, y compris ceux de mes amis. Une larme coule le long de ma joue, puis une autre. « Estelle, attend ! » dit Liam alors que je prends déjà la fuite, courant à toute vitesse, slalomant entre les voitures. Liam m'attrape au vol et je m'écroule dans la neige glacée. « Tu saignes. » me fait-il remarquer, en effet, ma main est ensanglantée, sûrement à cause du verre. Je reste les genoux enfoncés dans la neige, je n'ai pas la force de me relever. Liam se met à ma hauteur et replace une de mes mèches avant de me prendre dans ses bras. « Je sais que ça fait mal, mais ça va aller... » Je m'effondre dans ses bras, je ne sais même pas comment il est au courant que je suis amoureuse de son crétin de meilleur ami. « Allez viens, dit-il en me soulevant tout en me prenant dans ses bras, on rentre à la maison. » Je ne dis rien, comme d'habitude, je me contente seulement de pleurer lamentablement ce cœur qui ne demande qu'à sortir de ma poitrine.

LONDRES, MARS 2012 ; GREEN PARK
« Je savais que tu étais là. » Je sursaute, ne m'attendant pas à ce qu'il y ait quelqu'un aussi tard, surtout pas lui. « Tire toi Ainsley, j'ai vraiment pas envie de te voir. » Il s'assoit à côté de moi et soupire, comme lasser de mon éternel discours constituant à le chasser de ma vue chaque fois que je le peux. Il sort deux cigarettes de sa poche de blouson en m'en tend une - que j'accepte. Son zippo claque dans le silence du parc. Il allume ma cigarette, puis la sienne et recrache sa fumée. « Tu comptes m'expliquer pourquoi tu m'évites tout le temps depuis quelques mois ? » Parce que je suis amoureuse de toi, crétin. « Jamais. » Mon ton est froid, distant. Je n'ai pas envie de retomber dans ces putains de filets de beau gosse charismatique. Je tremble légèrement à cause du froid. « Si c'est à cause de ma relation avec Jeanne, je... » « Non. » dis-je avant qu'il ne finisse sa phrase. Je ne veux pas en savoir plus sur sa relation avec Jeanne, je ne veux rien savoir sur lui du tout. Je tire sur ma cigarette tellement fort que ma gorge me brûle. « Tu me rends fou, Delahaye. » confesse-t-il tout bas. Je recrache ma fumée sur lui, comme pour lui dire de la fermer. Le seul son audible désormais est celui d'un hibou qui ulule non loin de nous. Je me lève du banc, Ainsley attrape ma main et me tire, me faisant m'asseoir sur lui. Je retiens ma respiration. Il place son visage face au mien, sa bouche à quelques centimètres de la mienne pour me souffler sa fumée entre les lèvres. Je ferme les yeux, lui aussi et je recrache ce que j'ai pu inhalé vers le ciel. Mon coeur bat la chamade. Je me redresse et me lève, prenant mon sac avec moi. « Voilà pourquoi je t'évite, Ainsley, parce que je ne suis pas un de tes jouets. » Et je le laisse là, sur son bac, seul. Je le laisse là et me dirige vers l'hôtel de mon prochain homme d'affaires.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Si c'est pour un film porno, je lui dirais d'aller se faire voir, je vends déjà assez mon corps comme ça et de façon bien moins crue. En tout cas, je ne suis pas intéressée, je préfère être le beau visage que tout le monde voit sur des affiches publicitaires et que personne ne connaît.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je m'achète une glace à la vanille aussi et la mange à ses côtés, elle aura l'air moins... seule.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Je ne tape pas encore dans l'inceste, mais c'est gentil de demander.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Une soirée arrosée au Carling, pour oublier que ma vie sentimentale est tout ce qu'il y a de plus foireux mais aussi une soirée geek, histoire d'exploser des zombies pour ma plus grande libération mentale.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je lui dis que je suis une call-girl, que des vieux font appel à moi pour les accompagner à des soirées, que des jeunes font appel à moi pour se soulager, je lui dis aussi que je suis raide dingue d'un mec qui n'en a strictement rien à faire de moi, puisqu'il sort avec mon ennemie professionnelle numéro une.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Je vole la bague de mon ami, je n'ai pas envie de pourrir ma carrière de mannequin avec une histoire de prostitution sans qu'elle ait déjà commencé. (Puis, je préfère mourir que de lui avouer que je l'aime)

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Stratégique.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Franchement ? J'en sais absolument rien. L'avenir est une chose qui m'effraie. Je serai peut-être loin de cette ville morose qu'est Londres, à Paris, près des grands couturiers, à trimballer mon joli popotin de défilé en défilé ou je serai peut-être une grosse camée qui a laissé sa vie lui passer devant sans jamais pouvoir l'arrêter.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) dare, it's more funny.

they don't really care about us
De vous à nous, dîtes-nous. Votre personnage a-t-il déjà entendu parler des Trouble Makers ? Si oui, qu'en pense-t-il ? Désapprouve-t-il de leurs actions ou bien serait-il prêt à tout faire pour qu'ils le remarquent ? Rêverait-il même d'en faire partie? Ou serait-il prêt à rejoindre le premier anti-fanclub de ces chers TM? À moins qu'il ne s'en foute complètement de leurs activités (raison à préciser)?
Et le Judging Cambridge Club alors, le connaît-il? Si oui, l'audace dont fait preuve ce groupe l'impressionne-t-il ou le révulse-t-il ? Et leurs critiques alors, les prend-t-il en compte ou pense-t-il plutôt qu'elles ne vous servent à rien ? Votre personnage serait-il du genre à vouloir impressionner cette élite et voire même la rejoindre ou aimerez-t-il au contraire la voir disparaître ?

Si vous savez ce qu'on dit de moi depuis que je suis petite. Bien sûr que je les connais, mais je m'en fiche totalement, les critiques rendent plus forte et au point où j'en suis, je suis limite impassible devant tant de connerie humaine.


Dernière édition par Estelle Delahaye le Sam 26 Mai - 10:01, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:30

Bienvenueee parmi nouuus et bonne chance pour la rédactiooon de ta fiiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:33

bienvenue sur ttr.
je ne connaissais pas l'avatar, mais très bon choix elle est superbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:34

REEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Je savais pas que tu cherchais un ava sur TTR, et cette fois je te dépucèle de l'instanta promis
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:35

/me met un genou à terre et te chante Marguerite
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:36

Je suis contente que tu sois de retour et on se trouvera un autre lien avec n'importe lequel de mes persos. Bon retour sur TTR ! Bon courage pour ta fiche ! Et Cara Cette fille est trop cute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:41

oooooh super choix pour Cara *-*
Bon retour et bonne fiche ,)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:43


    On a enfin trouver ton avatar (même si c'est pas moi qui l'a trouvé ♥)
    Jotem bonne chance pour ta fiche. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 21:49

REBIENVENUE

C'est cool que tu soit revenue, PERSONNE NE QUITTE JAMAIS TTR SANS LE REGRETTER Arrow Bonne chance pour cette nouvelle fiche te Cara est sublime

Je ne vais te refaire le coup de chanter Marguerite avec Nath mais je n'en pense pas moins (ce prénom et magnifique et la chanson aussi)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 22:00

Julian A. Kennedy a écrit:
REEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Je savais pas que tu cherchais un ava sur TTR, et cette fois je te dépucèle de l'instanta promis
Trop cooooooooool !

Merci tout le monde, vous êtes vraiment adorables.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Jeu 12 Avr - 23:11

Rebienvenue alors (qui jouais-tu avant? Moi et les pseudos ça fait deux... Arrow )
Trop mimi la fille de ton avatar & le prénom j'adhère totalement!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Ven 13 Avr - 0:34

Rewelcome Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Ven 13 Avr - 11:30

re-welcome & bonne chance pour ta fiche heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Ven 13 Avr - 20:52

Candice Gautier a écrit:
Rebienvenue alors (qui jouais-tu avant? Moi et les pseudos ça fait deux... Arrow )
Trop mimi la fille de ton avatar & le prénom j'adhère totalement!


Je jouais Louhan. tongue Merciiiiiii tout le monde. heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Ven 13 Avr - 21:35

YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES
Je veux la tortue hein
Re bienvenue et je maintiens l'overlinkage évidemment
JE SUIS TROP CONTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEENTE
(en plus le prénom + cara )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Ven 13 Avr - 23:54

elle est canoooon cara
rebienvenuuue & bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Sam 14 Avr - 0:12

Rebienvenue choupette!
Très bon choix d'avatar
http://30.media.tumblr.com/tumblr_m2f6z3way41rqlp2do1_500.gif (jamais, je n'arrêterai)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Sam 14 Avr - 9:32

Lucy J. Thompson a écrit:
YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES
Je veux la tortue hein
Re bienvenue et je maintiens l'overlinkage évidemment
JE SUIS TROP CONTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEENTE
(en plus le prénom + cara )
SPLINTER EST DANS LA PLACE, SI² ! Arrow Merci.

Olivia M. Foster-Graham a écrit:
elle est canoooon cara
rebienvenuuue & bon courage pour ta fiche !
Et elle est canon Teresa ! Merci !

Diane-Sophie Klein a écrit:
Rebienvenue choupette!
Très bon choix d'avatar
http://30.media.tumblr.com/tumblr_m2f6z3way41rqlp2do1_500.gif (jamais, je n'arrêterai)
T'as de beaux yeux, tu sais ? *vieillephrasedeloveurbonjooour* Merci !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Sam 14 Avr - 9:45

Haaaaaaaaaan d'accord! Encore une blonde
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Sam 14 Avr - 12:24

yaaaay, rebienvenue

et pansexuelle, non mais comme j'ai ri
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Mer 18 Avr - 20:37

Mais... Mais ça existe vraiment des pansexuels. Rolling Eyes Merci en tout cas ! heart

Je risque de finir ma fiche tard, je pars à Londres la semaine prochaine et je ne peux pas la terminer avant mon départ. pale
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Lun 30 Avr - 15:20

caraaaaaaaaaaaaaaaa, oh mon dieu rebienvenue ma poule (a)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Lun 30 Avr - 17:24

merciiiii, t'es aussi seksi en femelle qu'en mâle toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   Mar 1 Mai - 2:21

Allez hop ! Validée parce que tu t'appelles Marguerite et que je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.   

Revenir en haut Aller en bas
 
ED ﬡ désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments. » Hell
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN
» Avant garde ork

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: