it's the time of you life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: it's the time of you life   Jeu 12 Avr - 0:47

Des cris résonnent dans la salle de danse, et je crois reconnaître la voix du professeur Logan. Exigeant et insensible, je me doute que mon ancien professeur est très probablement en train de terroriser une des élèves de la chorale. Je soupire, et pose mes affaires devant la salle attendant que la leçon se termine. C’est lorsque je vois Logan sortir agacé que je constate que l’élève en question est toujours dans la salle. Je ramasse mes affaires et tend l’oreille jusqu’à ce que j’entende des pleurs provenir du même endroit. Je fronce un peu les sourcils et entre pour tomber sur la petite qui a fait un malaise lors de notre dernier cours commun. Je connais assez Landsbury et Logan pour savoir qu’elle a probablement écopé des tout à fait terribles cours particuliers. On comprend d’ailleurs assez facilement qu’ils soient gratuit. Je m’avance un peu et pose mes affaires dans le coin de la salle, je m’approche un peu et pose ma main sur son bras. « Logan est infecte, j’ai eu l’occasion de suivre ses cours plus jeune. » Le résultat est là bien sur, mais il est vrai que les premières séances sont les plus dures psychologiquement. « Je... je... désolée je... libère la salle tout de suite », me lance une petite voix. Nulle doute que la seule chose dont on puisse avoir envie après un cours avec Logan c’est bien de libérer la salle, mais disons que c’est ce qui fait le charme de Cambridge, les profs sont exigeants et visent l’excellence, mais on peut aussi admettre qu’ils l’atteignent généralement, il suffit par ailleurs de voir la chorale d’Oxford déployer des efforts risibles pour tenter de nous égaler pour s’en apercevoir. C’est une très mauvaise année pour eux il faut dire.

« T... toi ? Des cours avec... » J’acquiesce oui, cette ordure de tortionnaire de Logan mais pas moins ce brillant chorégraphe que tout le monde admire. Visionner nos performances sera sans doute plus agréable que l’entraînement massif qu’il nous faut subir, mais je suppose que tout cela en vaut le coup. Je suis par nature quelqu’un qui travaille beaucoup. Discipliné et volontaire, je n’attends rien de moins que la perfection dans les domaines que je pratique, c’est sans doute ce qui me fait accepter aussi facilement la politique de Logan, et de cette chorale. « Ca va s’arranger. Et si ça peut te consoler nous allons gagner. » Je marque une pause, lui adresse un sourire avant de me laisser tomber près d’elle. « Nos profs sont des tyrans, mais ils visent l’excellence, le prestige, c’est ce qui fait notre fierté à Cambridge, et la misérable chorale d’oxford ne peut pas rivaliser avec ça. » Je croise son regard encourageant. « Quand on aura gagné tu seras fière d’avoir fait parti de ce groupe crois moi. » La victoire est toujours délicieuse, surtout après un travail acharné, et c’est ce qui caractérise les élève de ce fac, l’acharnement. « Landsbury veut me virer. Je ne vais pas faire partie du groupe longtemps je ne me fais aucune illusion. D'abord elle me fait du chantage, ensuite elle me colle Logan... ça sent la conspiration à plein nez. » Je ris un peu malgré moi, il est vrai que ces deux là savent en démotiver plus d’un un, mais généralement cela finit toujours par pousser leur élèves vers le haut. On envisage de jeter l’éponge, et puis on se rend compte que ce ne serait que leur donner ce qu’ils veulent. Logan & Landsbury doivent compter là dessus, ne garder que les plus motivés, c’est une bonne façon d’atteindre la perfection en somme.

Elle sort un mouchoir, et tente d’essuyer ses larmes. Un silence s’installe puis elle reprend. « Désolée... je ne suis pas d'une compagnie très agréable. Mais Logan a raison... je suis un véritable boulet en danse, je suis un cas désespéré. »  Je secoue la tête. Je ne pense pas que ce soit exactement ce qu’il ait voulu dire. Logan est un professionnel, et il a très certainement voulu la heurter pour la faire réagir, ce n’est pas une technique qui marche sur tout le monde, malheureusement. « Il veut voir si tu vas revenir. La première leçon est la plus difficile, les profs de ce genre veulent annoncer la couleur faire renoncer les moins motivés, mais cette option peut te rapporter beaucoup Moon. » Je presse un peu son bras et reprends. « Je pense que tu as besoin de changer d’opinion sur la danse, et sur toi même. Ils essayent de te faire renoncer parce que tu es narco et qu’ils craignent pour la compet. On a tous énormément travaillé et je comprends leur point de vue, mais c’est pas parce que t’es malade que t’es pas capable de gérer à la fin de l’année, t’as le physique pour, t’as juste besoin d’entraînement. » Je marque une pause, souris de nouveau, espérant lui donner le courage de s’accrocher. N’est un cas désespéré que celui qui n’espère pas. « En tant qu’ex fondateur du JCC, je ne devrais sans doute pas parler comme ça, mais je crois que tu dois vraiment les envoyer se faire foutre, et leur prouver que tu es capable du meilleur toi aussi, parce que tu l’es. Allez lève toi. » Je me lève et lui tends un bras amical, il n’y a guère qu’avec Leah que j’ai eu l’occasion d’avoir ce genre de conversation, il est vrai que je ne me lie pas facilement.

Elle finit par se saisir de ma main consentant à se lever. Un sourire plutôt tendre se dessine alors sur mes lèvres et je dois dire que je suis plutôt content d’avoir su trouver les mots pour la remotiver un peu. Il est vrai que je n’ai pas souvent été à cette place en dehors de mes conversation avec Leah, mais je connais la chose mieux que personne. Voir ma sœur se battre tous les jours pour prouver au monde qu’elle peut mener une vie normale malgré son infirmité, me pousse à agir dans ce sens avec d’autre. Au final Leah est ironiquement clairvoyante et volontaire, consciente de ses faiblesses mais refusant catégoriquement d’être considérée comme une incapable. Moon n’est pas plus l’incapable qu’ils décrivent.  « Merci. Mais tu sais, Logan n'est pas le seul à penser que je suis une catastrophe. Landsbury aussi. Et puis même avant, j'avais à peine quatre ans que j'ai usé les nerfs d'une prof de danse. En y réfléchissant bien, elle était acariâtre. » Je secoue la tête en riant, alors qu’elle vacille un peu. Des études de psychologie s’étaient accordées à dire qu’inconsciemment en répétant à quelqu’un qu’il était mauvais avant une performance il y avait de grande chances qu’il y croit et se ramasse sous le coup de la pression. La pression est quelque chose que je connais mais que j’ai appris à utiliser avec le temps, mais rien n’est évident. « Enfin, c'est très gentil ce que tu m'as dit... ça fait du bien d'entendre ça après... après Logan. » Je me permet de hausser les épaules. « Landsbury veut que tu donnes le meilleur de toi, ils savent pertinemment que les étudiants de Cambridge savent gérer la pression, alors ils abusent de la technique. Mais comme je te l’ai dis, tu dois revoir ta vision de la danse et croire un peu en toi. Tu paries que je te fais danser sur Thriller ? Je ne te dis pas que tu vas égaler MJ, personne l’a fait à ma connaissance, mais je te promets un bon moment, la danse, c’est aussi prendre du plaisir, s’amuser un peu. » Je sors de mon sac de cours un CD que j’enfile dans la chaîne. Je connais cette chorégraphie par cœur et c’est la première que j’ai eue vraiment envie de maîtriser à fond. Michael est vraiment bon pour ça, lorsqu’on entend les premières notes de sa musique, la seule chose dont on a vraiment envie c’est de danser. La chorégraphie est tellement belle, paramétrée et rythmée qu’elle ne peut susciter que l’admiration. Je suppose que c’est ce qu’on attend de la danse, éblouir.

Un sourire se dessine sur le coin de mes lèvres et j’entraîne Moon au milieu de la piste lâchant sa main pour danser autour d’elle, n’hésitant pas à chanter pour l’occasion. « It's close to midnight and something evil's lurking in the dark » Je lui adresse un clin d’oeil amorçant quelques mouvement simples. « Under the moonlight, you see a sight that almost stops your heart. You try to scream but terror takes the sound before you make it... » Je fais un pas vers elle l’invitant clairement à me rejoindre. « You start to freeze as horror looks you right between the eyes. You're paralyzeeeed » Je continue de l’encercler, sans perdre le sourire que peut arborer un passionné. La danse est clairement liée au concept de plaisir et j’essaye par là de lui montrer que la souffrance n’est pas la seule alternative. « Tu dois compter Moon, ensuite tu n’aurais même plus besoin de le faire, allez danse avec moi. » Elle se lance et je l’observe, disons que ce qui frappe le plus ce n’est pas tellement son niveau mais plutôt son manque d’assurance. Tout ses mouvements son hésitants et je me doute qu’on a du la rabaisser des tas de fois avant qu’elle ne finisse par prendre son manque d’entraînement pour de la nullité définitive. Le but n’est de toute façon pas de la faire danser comme une folle aujourd’hui, mais plutôt qu’elle y prenne du plaisir et qu’elle ait envie de réitérer inexpérience. Il n’y a rien de désagréable là dedans, c’est que du bonheur, sans Logan dans l’équation bien sur. Je prends sa main et la fait tourner en rythme, un sourire toujours collé aux lèvres. « Même les zombies dansent dans Thriller Moon! » Je ris un peu et fais quelques pas de la chorégraphie originale. « T’es pas mauvaise, chante ! » Je me cale de nouveau sur son rythme, puis la chanson finit par se terminer dans la joie et la bonne humeur. J’éteins le chaîne et me tourne vers elle. « Tu veux que je te dise un truc ? Je vu vraiment pire que toi, et c’est vachement mieux quand tu t’amuses. La prochaine fois tu viens avec l’oeil du tigre, laisse personne te dire que t’es pas capable, surtout pas toi. Tu y arriveras. » Je lui adresse un clin d’oeil avant de reprendre mes affaires. « On pourrait faire ça de temps en temps, si ça t’aide. » Je n’attends pas qu’elle réplique et sors un papier de mon sac ainsi qu’un crayon pour y noter mon numéro de téléphone. « Appelle moi. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: it's the time of you life   Jeu 12 Avr - 13:29

Je regarde Logan sortir de la salle, complètement hébétée, incapable de prononcer le moindre mot. Moi qui pensait que tout finissait par s'arranger, que je n'étais pas si nulle que ça. Mais après l'avoir entendu crier - non, hurler - sur moi en disant que j'étais la pire des incapables ou quelque chose dans ce goût là, aucun doute possible, jamais il ne m'invitera à dîner, même pas un hamburger pour se faire pardonner d'être aussi odieux et tyrannique. Lorsqu'enfin il disparaît, je craque. Mes épaules s'affaissent et je m'assois dans un coin alors que les larmes que je retiens depuis le début de la journée glissent enfin sur mes joues et que des sanglots que j'essaye en vain d'étouffer s'échappent de mes lèvres. Oh je les hais ! Lui et Landsbury ! J'en suis certaine maintenant, ils se sont concertés pour me faire craquer, pour que je quitte la chorale puisque apparemment il n'y a pas de place pour une narcoleptique qui risque de leur faire perdre la compétition. J'aimerais me relever pour traîner ma misérable carcasse jusqu'à la voiture mais non seulement je n'ai pas envie de devoir m'expliquer avec Dexter sur le pourquoi et le comment de mes larmes (et pas sûr que je parvienne à le retenir d'étriper Logan... ce serait même avec plaisir que je ferais preuve de non assistance à personne très très en danger), mais en plus je n'arrive pas à me relever. Alors je continue à verser des larmes qui ne servent strictement à rien, trop en colère contre moi-même qui ai déçu un semblant de figure paternelle. Lorsqu'une main se pose sur mon bras, je sursaute et fais un bon d'au moins dix bons centimètres avant de fixer l'intrus d'un air pour le moins stupéfait.

« Logan est infect, j’ai eu l’occasion de suivre ses cours plus jeune. » déclare-t-il simplement (ou comment énoncer une vérité aussi générale que la Terre est ronde).

« Je... je... désolée je... libère la salle tout de suite », je balbutie en essayant de me relever avant de percuter que Lysander Tybalt Murray vient de m'adresser la parole. Grands dieux ! J'en suis tellement surprise que j'en oublie de pleurer. En règle générale, les gens qui tiennent plus ou moins à leur réputation évitent de me parler ou alors se foutent royalement de ma gueule (ce qui est plutôt facile vu que ma maladie me met dans des situations assez cocasses vues de l'extérieur et que j'ai hérité d'un parangon du chaos en la personne de Coffee). « T... toi ? Des cours avec... » J'ai comme dans l'idée que ce type qui est quand même plutôt doué en danse n'a nul besoin de suivre des cours avec Hadès en personne et je le soupçonne de se foutre un peu de moi. Je deviens parano ? EXCUSEZ-MOI mais vue la journée pourrie que je me farcis en plus des mes propensions naturelles au drame, je crois que j'ai le droit DE SOMBRER DANS LA PARANOÏA LA PLUS TOTALE ! Néanmoins je garde mes pensées pour moi et me contente de fixer Lysander d'un air mi-méfiant mi-désespéré tout en me félicitant de n'avoir mis que du maquillage waterproof. Une question de priorité quoi.

« Ca va s’arranger. Et si ça peut te consoler nous allons gagner. »
Je le fixe toujours de cet air déconcerté qui doit me faire ressembler à une jeune ingénue. Pour ne pas dire que je dois avoir l'air niaise au possible. Lorsqu'il s'assoit près de moi, je me recroqueville sur moi-même, un peu pour lui faire de la place, beaucoup pour éviter tout risque d'entrer en contact. Moi et mes manies mono-maniaques... Je l'écoute me rassurer, m'encourager et laisse ma paranoïa au placard même si la porte reste ouverte. Je ne suis pas à l'abri de me prendre du soda dans la figure, comme dans cette série que j'ai regardé la dernière fois à trois heures du matin.
« Nos profs sont des tyrans, mais ils visent l’excellence, le prestige, c’est ce qui fait notre fierté à Cambridge, et la misérable chorale d’Oxford ne peut pas rivaliser avec ça. »
Mouaiiiiiis.... avec Caro dans leurs rangs m'est avis qu'ils ont plus d'un tour dans leur sac. D'ailleurs je m'en fiche de la compétition moi, pourquoi tout le monde veut toujours gagner ? Moi je perds tout le temps, j'ai appris à relativiser et j'applique le classique "l'important c'est de participer et de s'amuser". Philosophie de looser, je sais, mais on a pas tous les même atouts et moi je m'endors tout le temps donc je dois bien me remonter le moral comme je peux.
« Quand on aura gagné tu seras fière d’avoir fait parti de ce groupe crois moi. »
Je lâche un petit rire étranglé qui tient plus du couinement désespéré que de la manifestation de joie.
« Landsbury veut me virer. Je ne vais pas faire partie du groupe longtemps je ne me fais aucune illusion. D'abord elle me fait du chantage, ensuite elle me colle Logan... ça sent la conspiration à plein nez. »
Je fouille dans mon sac, complètement démoralisée et sors un mouchoir. J'essaye vaguement d'essuyer mon visage sans ruiner le semblant de maquillage qu'il me reste. Le silence s'éternise et je me sens vaguement coupable de rester obstinément muette. Lysandre ne m'a rien fait, je n'ai aucune raison d'être désagréable avec lui même si Logan m'a traitée comme un vulgaire insecte qu'il a bien écrasé.
« Désolée... je ne suis pas d'une compagnie très agréable »
je fais d'un ton piteux. « Mais Logan a raison... je suis un véritable boulet en danse, je suis un cas désespéré. »

Je vois que Lysandre secoue la tête, se disant certainement que Logan a été dur et maladroit avec ses mots pas vraiment faits pour réconforter mais il se trompe. Logan a réellement voulu dire que je suis un boulet et j'y crois dur comme fer. Je SUIS un boulet en danse, je pourrais même le porter en teeshirt. « Il veut voir si tu vas revenir. La première leçon est la plus difficile, les profs de ce genre veulent annoncer la couleur faire renoncer les moins motivés, mais cette option peut te rapporter beaucoup Moon. » Ah parce qu'il croit que je vais revenir ? Ah oui je vais revenir, avec Dexter pour qu'il lui arrache la tête, j'aurais au moins trouvé une utilité à cette espèce de brute au physique impressionnant. Quant à ce que cette option peut me rapporter, j'en doute. Des points ? Oui mais une autre le ferait tout aussi bien, les larmes en moins. Lorsque Lysandre presse mon bras, curieusement, je ne fais pas de bond de dix mètres de haut et ne cherche même pas à éviter le contact, chose que je ferais en temps normal. Je me contente de fixer un point sur le mur, vaguement gênée que quelqu'un comme lui prenne la peine de me parler et de me consoler. Après tout je suis la narcoleptique, celle qui possède une chienne qui la suit de partout, ainsi qu'un écureuil fou qui commence à devenir célèbre à Cambridge et ailleurs. « Je pense que tu as besoin de changer d’opinion sur la danse, et sur toi même. Ils essayent de te faire renoncer parce que tu es narco et qu’ils craignent pour la compet. On a tous énormément travaillé et je comprends leur point de vue, mais c’est pas parce que t’es malade que t’es pas capable de gérer à la fin de l’année, t’as le physique pour, t’as juste besoin d’entraînement. » Je manque de m'étouffer et laisse échapper une quinte de toux. AHEUUUUUM ? Moi le physique pour ? POUR QUOI ? Cette fois je me tourne vers mon interlocuteur et le fixe d'un air complètement effaré, en oubliant de pleurer. Il est fou. Il est COMPLETEMENT fou. Et il a de l'espoir. Et le pire ? C'est que ce serait presque communicatif. Je pourrais presque y croire et me dire qu'en travaillant (je veux dire, plus que d'habitude) je pourrais y arriver. Salaud va. Tu ne veux pas me laisser tranquillement sombrer dans le désespoir et la folie ? « En tant qu’ex fondateur du JCC, je ne devrais sans doute pas parler comme ça, mais je crois que tu dois vraiment les envoyer se faire foutre, et leur prouver que tu es capable du meilleur toi aussi, parce que tu l’es. Allez lève toi. » Un sourire. Il a réussi à m'arracher un sourire ce con. Je glisse ma petite main dans la sienne et me relève, vacillant un instant et lui prouvant que mon centre de gravité est non seulement mal placé mais qu'en plus j'ai un sens de l'équilibre très défaillant. Et encore il n'a pas vu la coordination. On parie combien que d'ici dix minutes il s'en va en hurlant que je suis la pire des bipèdes ? « Merci. Mais tu sais, Logan n'est pas le seul à penser que je suis une catastrophe. Landsbury aussi. Et puis même avant, j'avais à peine quatre ans que j'ai usé les nerfs d'une prof de danse. En y réfléchissant bien, elle était acariâtre. » Je souris à nouveau, d'un air piteux. Comment lui dire qu'à chaque fois que j'essaye de danser je suis paralysée par la peur, que j'entends cette vieille peau gueuler que je suis une honte pour la danse et que maintenant j'entends aussi la voix de Logan ? Comment ça je suis légèrement traumatisée ? Maisnonmaispasdutout ! « Enfin, c'est très gentil ce que tu m'as dit... ça fait du bien d'entendre ça après... après Logan. » Je me mords furieusement la lèvre inférieure et fixe mes pieds avec insistance. C'est vraiment gênant comme situation...

« Landsbury veut que tu donnes le meilleur de toi, ils savent pertinemment que les étudiants de Cambridge savent gérer la pression, alors ils abusent de la technique. Mais comme je te l’ai dis, tu dois revoir ta vision de la danse et croire un peu en toi. Tu paries que je te fais danser sur Thriller ? Je ne te dis pas que tu vas égaler MJ, personne l’a fait à ma connaissance, mais je te promets un bon moment, la danse, c’est aussi prendre du plaisir, s’amuser un peu. » Oh non. Ohnonononononon ! Il ne va pas oser tout de même ? Je tiens à peine debout et il me sort Michael Dieu Jackson ? C'est définitif, Lysander Tybalt Murray est dingue, il a complètement pété une durite ou alors il veut se payer une bonne tranche de rigolade à mes dépends. Bon j'avoue, j'ai l'habitude du ridicule (quand on vit avec la narcolepsie ET Coffee on a pas le choix). Mais là enfin, massacrer l'oeuvre de MJ c'est mal, très mal. Même si je le fais régulièrement en jouant aux lapins crétins et en me déhanchant sur ABC, dans ma chambre, à l'abri des regards. Oui j'ai honte, crucifiez moi sur la place publique ! Alors qu'il met le CD je cherche vainement un prétexte pour y échapper. Où est Coffee quand on a besoin de lui !!!! Oh tiens, et si je me foulais la cheville ? Alors que je songe sérieusement à cette éventualité, Lysander approche de moi avec un sourire qui n'augure rien de bon (pour ma santé mentale déjà suffisamment déficiente aujourd'hui). « It's close to midnight and something evil's lurking in the dark » Et en plus il chante. Salaud ! Comment je suis sensée résister moi ? Malgré tous mes efforts, un sourire timide glisse sur mes lèvres l'espace d'un instant tandis que je me sens un peu plus en confiance. « Under the moonlight, you see a sight that almost stops your heart. You try to scream but terror takes the sound before you make it... » Il s'avance vers moi. Je crois que cette étrange créature essaye de communiquer avec moi. Malgré tout, je n'ose pas avancer, craignant peut être la fin du monde si j'osais danser ne serait-ce qu'une seconde. « You try to scream but terror takes the sound before you make iiiit » Ben tiens. Continue à me tourner autour comme ça et je vais VRAIMENT flipper. J'hésite entre une moue envieuse et désespérée. J'ai envie de danser. Et dans ma tête cette maudite prof et Logan me hurlent dessus. Et ça me bloque. Oh si seulement je pouvais couper le son ! « Tu dois compter Moon, ensuite tu n’aurais même plus besoin de le faire, allez danse avec moi. » Je lui jette un coup d'oeil définitivement désespéré avant de me jeter à l'eau et de faire un pas vers lui. Un seul. S'il se moque je l'étrangle et je le mords. Oui oui en même temps. Enfin j'esquisse un mouvement, tellement peu sûre de moi que je m'arrête en plein milieu. Jusqu'à ce que j'aperçoive ma chienne. Fluffy qui remue la queue en rythme. Alors là... si elle n'essaye pas de m'encourager... Un deuxième mouvement, puis un troisième et j'ose enfin regarder Lysander dans les yeux, guettant le moindre encouragement, la moindre approbation. Fais attention à toi Murray, j'étais mortellement sérieuse quand je pensais à t'étrangler. Même si finalement j'ai très envie de danser avec toi.

« Même les zombies dansent dans Thriller Moon! » Un rire timide m'échappe. C'est vrai ça. Je peux quand même essayer de danser, après tout je suis vivante jusqu'à preuve du contraire. « T’es pas mauvaise, chante ! » Là par contre je rougis. OH MON DIEU JE ROUGIS ! Lysander Tybalt Murray espèce de vil flatteur ! Et pourtant que je m'exécute et avec plaisir. J'adore chanter (certes souvent des trucs débiles) et ma foi, j'estime m'en tirer de manière tout à fait honorable. J'ai une jolie voix et je le sais. C'est étrange, alors que je chante, la gêne s'évapore et j'ai beaucoup moins de mal à danser. Tout est plus naturel, plus facile et je crois que la présence de Lysander y est pour beaucoup. La chanson se termine et j'ai de nouveau le sourire. Malgré sa réputation, ce type est adorable ! « Tu veux que je te dise un truc ? Je vu vraiment pire que toi, et c’est vachement mieux quand tu t’amuses. La prochaine fois tu viens avec l’oeil du tigre, laisse personne te dire que t’es pas capable, surtout pas toi. Tu y arriveras. » C'est officiel. J'adore Mister Murray. Je souris timidement, regrettant un peu que ce soit déjà fini. C'est dingue. J'ai vraiment pris du plaisir à danser cette fois-ci, C'EST UN MIRACLE ! Alors que je m'apprête à tomber à genoux pour adresser des prières de remerciement au ciel et au reste, mon compagnon interrompt le flux de mes pensées. « On pourrait faire ça de temps en temps, si ça t’aide. » Je n'ai pas le temps de répondre qu'il me tend son numéro de téléphone. Je prends le morceau de papier, rougis encore (mais ça devient une manie !) et souris. « Appelle moi. » Je hoche la tête doucement. « Ce sera avec plaisir. Tu es un très bon professeur. » J'hésite un peu et ramasse mes affaires en quatrième vitesse. « Et j'aime bien danser avec toi. Merci pour tout ce que tu as fait... et ce que tu as dit. » Je dépose un rapide baiser sur sa joue avant de m'enfuir en lâchant un joyeux « A plus tard ! », Fluffy sur mes talons. Je m'engouffre dans la voiture et boucle ma ceinture tandis que Coffee me saute dessus. « Tu as des traces de maquillage sur les joues. Tu as pleuré. » Je lève les yeux au ciel tandis que Dexter me regarde par le biais du rétroviseur. « Et alors ? Roule et mêle toi de tes affaires grosse brute. » Il soupire et démarre sans prononcer le moindre mot. Coffee dans le creux de mon cou, je rentre le numéro de Lysander dans mon portable en me promettant de le remercier comme il se doit dès que je saurais comment. En attendant je lui envoie un sms avec le sourire.

Encore merci et la prochaine fois promis, je danserais mieux qu'un zombie ! Moon.

Revenir en haut Aller en bas
 
it's the time of you life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» First time of her life (PV Kitrina)
» thybalt › you met me at a very strange time in my life
» This is your life and it's ending one minute at a time. ▽ Jude
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: