BOAT RACE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1168
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: BOAT RACE   Sam 7 Avr - 17:12


THE ANNUAL BOAT RACE
Oxford VS Cambridge

Comme chaque année au printemps l’annuelle Boat Race opposant Oxford & Cambridge se déroulera à Londres et des milliers de personnes se presseront sur les berges de la tamise pour admirer le spectacle. Parmi eux vous pourrez trouver Tristan Faure et January Grace Goodwin en plein débat animé sur laquelle de leurs universités est la plus à même de remporter la compétition, mais aussi des tas de touristes se piquant de curiosité pour l’événement encadrés par des représentant des médias parés de leur appareils photos et caméras. Comme toujours à cette période, la compétition sera des plus intenses, et il ne faudra pas s’étonner de voir des élèves des deux universités s’envoyer des piques bien sentis.

NB : Afin que vos persos aient des arguments solides à opposer : La première Boat Race a été remportée par Oxford, Cambridge a obtenu 80 victoires contre 76 pour Oxford depuis la création de l’événement, la course de l’année dernière a été remporté par l’université d’Oxford, celle de 2010 par Cambridge mais ces dernières années Oxford cumule les victoires consécutives. Les rameurs de Cambridge sont en bleu clair, et ceux d’Oxford en bleu foncé et pour finir nous nous conformeront bien évidemment aux résultats de la course IRL. Pour ceux qui voudraient se renseigner j’ai deux pages à vous proposer. [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Spoiler:
 



Dernière édition par Sergent Pepper le Mar 26 Mar - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Sam 7 Avr - 17:14

La boat race est l’événement à ne pas manquer de l’année. Bien que j’ai plus ou moins quitté l’atmosphère étudiante ces dernières semaines pour travailler d’arche pied dans la réalisation de ma série, je n’en ai pas oublié d’ou je viens et je ne peux décidément pas manquer ça. Je réveille Andrea et Grace d’assez bonne humeur, soutenir Oxford et leur changer les idées est ma priorité absolue aujourd’hui. Je prépare le petit déjeuner et nous prenons la route vers neuf heure. Je sais qu’il y aura beaucoup de monde et sur les routes et je préfère encore prendre le temps de manger au restaurant que de manquer le spectacle sous un prétexte idiot. Les allez retours pour Londres se veulent régulier, et je sais qu’Andrea souhaiterait qu’on puisse passer plus de temps ensemble dans cette épreuve. Qu’on le veuille ou non, notre vie est en train de changer considérablement et l’important maintenant est sans doute de faire les choses bien. Je sais ce que tout le monde pense, mais personne ne semble en mesure de comprendre notre situation comme il le faudrait. Me disputer avec Rose n’a pas été une partie de plaisir et je sais très bien ou elle veut en venir. Nous sommes à un point de non retour. A la fin de l’année j’aurais ma licence, un travail prenant et tout se mettra à changer. Si la situation m’attriste, la seule chose que je peux faire désormais, c’est continuer d’avance en courant après des jours meilleurs, tentant de me comporter avec amis comme je l’ai toujours fait, mais en tenant le bras d’une petite fille avec mon mari, comme cet après midi.

Nous nous installons près de l’arrivée après avoir pris quelques Sandwichs dégoulinant de mayo et pas franchement digestes que January regardera d’un drôle d’air. J’indique notre position sur facebook afin que les autres puissent aisément nous rejoindre et me saisis de la main d’Andrea que j’attire à moi. « Est-ce que ça va ? » La question paraît simple, mais la situation dans laquelle elle prend place est difficile. Je dépose mes lèvres sur les siennes une seconde avant de me tourner vers Grace que j’attrape par les aisselles afin qu’elle se positionne confortablement sur mes épaules pour mieux voir. « Il va y avoir deux équipe, une en bleu clair, et une en bleu foncé c’est les garçons en bleu foncé que tu dois encourager Grace. C’est notre université, l’université d’Oxford. » Je souris me tournant vers Andrea avec un sourire. January ne devrait pas tarder à arriver et à venir me contredire, mais c’est un rituel qui m’amuse plus qu’autre chose et qui permettra à Andrea de profiter également de sa meilleure amie qu’il n’a pas eu tellement l’occasion de voir ces derniers temps. Quand aux miens, je ne me fais pas de soucis, ils sauront me trouver très très rapidement. Je me tourne un peu pour pouvoir aviser Andrea et lui montre mon pull. « J’ai piqué ça dans ton armoire, tu portes tellement de bleu marine qu’il y avait l’embarras du choix. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Sam 7 Avr - 17:15

Première Boat Race depuis mon arrivée à Oxford est considérant l’état dans lequel cela met mon mari, je suppose que c’est vraiment important pour lui. Il me réveille tôt et imite le geste avec Grace qui est de toute façon assez matinale dans l’ensemble. Elle se lève, avale un petit déjeuner conséquent et se prépare toute seule. Je suis passée chez Megan avant de retrouver Tris chez Blair ce soir là, pour récupérer ses affaires, et nous avons fait des courses hier pour compléter le tout. Je n’ai pas franchement envie de sortir et la première sortie publique de nous trois, sachant que j’ignore qui est ou pas au courant, me donne envie de regagner mon lit ou à défaut, l’hopital de Londres où ma cousine attend. Mais je lui dois bien ça, lui qui fait tellement d’efforts pour qu’on se sente bien tous les trois depuis que nous avons ramenée Grace.
Le tout sans mentionner que les évènements récents étant intervenus dans un laps de temps impressionnament court, je n’ai pas eu tellement le temps d’informer January de tout ce qu’il s’était passé dans ma vie ces dernières semaines. Après le mariage, la suite s’est bien rapidement suivi sans que je ne maitrise un quelconque élément de ma vie, et pourtant ça n’est pas faute d’avoir essayé.

Nous prenons la route assez tôt, pour arriver à l’heure malgré les embouteillages, et avalons un sandwich bien gras que Grace avale avec prudence, le tout en errant dans les rues agitées de la capitale. J’envoie un message à Megan pour lui dire ce que nous faisons et la prévenir que je compte passer la voir un peu plus tard. J’ignore si elle veut ou non que Grace m’accompagne et ne sais, la plupart du temps, pas trop comment me positionner par rapport à elle. Je soupire et range mon téléphone, cet après-midi, il faut profiter, et il va falloir le faire malgré le contexte, malgré les sceptiques et les gens qui ne nous font pas confiance, malgré tout, en somme. Je grimace à l’idée et secoue la tête, l’heure tourne. Tristan s’empare de ma main et m’attire à lui, tendre. « Est-ce que ça va ? » J’hoche la tête doucement, en tout cas, ça va au mieux que la situation le permette. J’ai l’habitude de prendre sur moi et la chose rentre dans la composition de mon comportement depuis toujours, alors ça n’est pas le moment de faiblir. Grace va avoir besoin de nous au-delà de l’explicable, et sans lui faire oublier la destinée tragique de sa mère, j’espère que l’on pourra au moins l’aider à se construire une belle vie malgré les évènements. Tris l’installe sur ses épaules, ils sont adorables tous les deux. Je souris un peu, ému, et capture l’instant avec mon téléphone pendant que lui explique : « Il va y avoir deux équipe, une en bleu clair, et une en bleu foncé c’est les garçons en bleu foncé que tu dois encourager Grace. C’est notre université, l’université d’Oxford. » Il se tourne vers moi et souris, Grace semble chercher mon approbation et j’acquiesce pour confirmer. « On doit dire allez les bleus foncés alors ? C’est long ». Je ris un peu tandis qu’elle entreprend de taper dans ses mains, visiblement fière de la place de choix qu’elle occupe. « J’ai piqué ça dans ton armoire, tu portes tellement de bleu marine qu’il y avait l’embarras du choix. » Je ris un peu et récupère sa main en hochant la tête, déposant mes lèvres sur les siennes. « Mes affaires te vont bien ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Sam 7 Avr - 22:05

J'arrange mes cheveux une dernière fois devant le miroir et je m'envoie un baiser avec un petit éclat de rire. Aujourd'hui Boat Race, yeah baby ! Ce genre de festivité a le don pour me mettre de bonne humeur et c'est sans craindre pour les températures que j'ai sorti mon short bleu clair pour soutenir de mon mieux Cambridge. Une paire de sandales beiges, un petit cardigan histoire de compenser ce bas décidément bien court pour la saison et qui laisse apparaître mon tatouage, vestige d'une soirée beaucoup trop arrosée au Texas lors de ma fuite de six mois. Non je ne regrette pas, c'est mignon, discret et sexy. Et j'étais tellement bourrée que je n'ai rien senti. J'attrape une paire de lunettes de soleil, mon sac dans lequel Méphisto a élu domicile avec la ferme intention de m'accompagner et jette un dernier regard critique à ma tenue. Bon, c'est correct et l'image que je renvoie me paraît tout à fait convenable. Je sais déjà que Rose va me faire la gueule en voyant Méphisto, mais tant pis, mon pauvre petit rejeton de l'enfer a besoin de sortir et si jamais je croise Rowan, je pourrais le lui jeter au visage. En gros mon chat est une arme d'auto-défense homologuée par mon papa donc je peux l'emporter avec moi.

Le chauffeur me dépose à l'endroit prévu et je jette un coup d'oeil à mon portable. Tristan est déjà arrivé, voilà qui est parfaiiiiit ! Je file le rejoindre d'un pas rapide et soudain je le vois, en famille. Mon sourire alors enthousiaste se fait attendri et je ne peux m'empêcher de penser que vraiment, lui et Andrea forment un couple adorable. Et si l'on rajoute la petite Grace, c'est bien trop mignon pour être supportable sans pousser d'horribles petits cris de fangirl en délire. Fort heureusement je suis au-dessus de tout ça. Même si, oh seigneur, je rêve de traîner la gamine faire les magasins avec moi ! Je tapote l'épaule de Tristan et lui colle une bise bien sonnante sur la joue avant de faire de même avec Andrea tandis que Méphisto sort de mon sac et vient se frotter en ronronnant contre les jambes de la petite Grace. Tiens donc ! Miaouss aurait compris que la petite est celle de Jessie ? Comme quoi il est d'une intelligence hors du commun.

"Bonjour Messieurs ! Belle journée pour assister à la victoire de Cambridge n'est-ce pas ?"

Je leur offre un sourire éclatant et innocent pour faire passer cette sympathique provocation. J'imagine qu'ils vont sauter sur l'occasion pour répliquer qu'Oxford vaincra cette année, ce à quoi je répondrais automatiquement que le bleu marine c'est dépassé et que le bleu clair est à la mode cette saison. D'autant plus que j'ai entendu dire qu'un certain livreur de pizza faisait partie de l'équipe oxfordienne. Si j'arrive à convaincre Rose de lui montrer ses seins je suis persuadée que Cambridge gagnera cette année !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Dim 8 Avr - 13:28

Il y a du soleil certes, mais il n’a pas l’air de faire si chaud que ça. J’ouvre la fenêtre de ma chambre pour vérifier et un courant d’air envahit la pièce. Bon, j’ajoute un léger pull dans mon sac ainsi qu’un K-way, on ne sait pas ce qui peut arriver. J’entre dans le salon et lance à Bonnie un « OXFORD FOR THE WIN ! » en avançant le buste pour mettre en valeur le sweat Oxford University que je porte fièrement pour l’occasion. C’est la première année que je prends réellement part à la rivalité entre les deux universités. Depuis toute petite, en londonienne qui se respecte j’étais allé voir la course chaque année, mais toujours en tant que londonienne on ne peut plus respectable je ne soutenais pas une équipe en particulier. Enfin j’essayais de rester neutre mais évidemment mon cœur balançait déjà plus en direction de l’équipe d’Oxford, que je ne me serais jamais permis de critique devant mes cousins les Allan-Sykes. Et cette année, après quelques mois seulement dans cette nouvelle ville, j’ai vite appris à l’aimer et compte donc bien la soutenir du mieux que je peux ! Une fois Bonnie prête, nous partons de bonne humeur, avec une motivation hors du commun et nous hélons le premier taxi que nous croisons. Je suis aussi excitée qu’une petite fille, ce genre d’activité a le don de me faire revenir en enfance. Je check rapidement sur mon téléphone –avec connexion internet illimité s’il vous plait- les résultats des précédentes courses dont je suis absolument incapable de me souvenir, histoire de pouvoir montrer en temps voulu mon investissement moral dans cette compétition. « Bon, la première chose qu’on doit faire en arrivant la bas c’est trouver Rose. Son Jason va ramer, contrairement à Chandler soit dit en passant, et je ne vais pas la louper avec ça, non, hors de question ! » Tien toi prête Foster, j’arrive. Les occasions de charrier Rose ne se présentent que trop rarement à mon gout et je ne veux manquer celle-ci pour rien au monde.

Nous arrivons à destination et après avoir réglé la course –plus qu’onéreuse- du taxi nous nous retrouvons sur le bord de la Tamise. L’endroit est noir de monde. Je reconnais quelques visages familiers d’Oxford et lance des sourires à droite à gauche tout en cherchant Rose du regard. J’attrape la main de Bonnie pour être sûre de ne pas la perdre. « Etape numéro une : Trouver Rose Foster. Etape numéro deux : S’acheter quelque chose à manger, je meurs de faim ! » Je reconnais alors la silhouette que je cherche depuis mon arrivée, à une vingtaine de mettre, dos à nous. « Bingo » Je m’élance en courant et arrivé à sa hauteur je dis, un peu fort, pour être sûre d’être entendue pas l’intéressée qui se retourne d’ailleurs à mes premiers mots : « OH JE N’Y CROIS PAS, JASON BAKER VA CONCOURIR !! ROSE TU ETAIS AU COURANT, N’EST-CE PAS MAGNIFIQUE ? IL MERITE D’ETRE ENCOURAGE, IL EST SI BEAU, SI FORT, SI INTELLIGENT, GRACE A LUI OXFORD VA GAGNER, C’EST SUR ET CERTAIN ! » Je souris à Rose et lui fait de force, un bisou sur la joue. Je vais me faire tuer!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Dim 8 Avr - 15:19

« Olive, vas-y. » m'ordonne mon frère d'un ton ferme. « Mais... » je commence avant qu'il ne me coupe la parole. « Vas-y je te dis ! Je sais à quel point tu aimes encourager Cambridge à la Boat Race chaque années. Tu as enfin la possibilité d'y aller pour de vrai, et je ne veux pas te gâcher ce plaisir. » me dit-il. « Mais... » Encore une fois, il ne me laisse pas le temps de finir. « S'il te plait Olive. Ça me rassurerait. Je préfère te savoir entrain de t'amuser avec tes amis plutôt qu'entrain de te morfondre dans un hôpital. » Je me renfrogne. Il est marrant lui, on voit qu'il n'est pas celui de nous deux qui a eu la peur de sa vie en recevant cet appel d'une infirmière lambda en pleine après-midi, l'entendant lui expliquer que son idiot de frère vient de se faire renverser par une stupide voiture de cette stupide poste qui distribue ce stupide courrier. Ce n'est pas lui qui a du prévenir nos amis et surtout notre mère, ce n'est pas lui qui a du argumenter des siècles au téléphone avec elle pour qu'elle arrête de paniquer. Allez expliquez à votre mère qu'elle n'a rien à craindre pour son fils ainé car il y a eu plus de peur que de mal quand vous êtes encore incapable de vous tenir debout plus de trois secondes à cause de l'émotion. Sérieusement, je crois que je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie.
Mais Larry est bien aussi têtu et borné que moi, et de plus, je ne veux pas le contrarier. Alors je me contente de laisser tomber l'affaire avec un haussement d'épaule. « Ok, ok, je vais y aller. » Je me dirige vers la porte et me retourne au dernier moment avec un sourire qui se veut joyeux. « Allume la télé, on sait jamais, la caméra risque bien de se centrer sur moi, ça pourrait être mon premier pas vers la gloire et la célébrité ! » je lui lance pour faire de l'humour. Un gloussement lui échappe et il lève les yeux au ciel. « Mais oui bien sûr, toi, célèbre. Pour ton physique peut-être ? » répond t-il goguenard. D'un geste de la main, je me montre de haut en bas en prenant la pose. « Obviously ! » je m'écrie, ironique. Il rit à nouveau avant de redevenir sérieux. « Allez, file ! » me lance t-il d'un ton ferme. Avec un dernier sourire pour mon frère, je m'éclipse. A peine un instant après avoir disparu de son champs de vision, mon sourire s'efface. Je ne crois pas m'être déjà autant inquiété dans ma vie pour quelqu'un. J'ai encore l'estomac qui se serre rien qu'en repensant à cet horrible coup de fil. Brr... Je dois vraiment arrêter d'y penser. Comme l'a si bien dit mon frère, je dois m'amuser. Les médecins ont dit qu'il était hors de danger, qu'il ne risquait rien, je dois les croire, vraiment.
J'arrive à la gare juste à temps pour attraper mon train. Dans le wagon, je suis anormalement calme. En temps normal, je serais plongé dans un jeu très bruyant sur ma psp entre deux textos à Alden, mais aujourd'hui, je n'ai vraiment pas le cœur à ça. Je n'arrive pas à m'enlever de la tête l'idée que j'aurais du rester avec mon frère au lieu de me rendre à cette compétition annuelle de ramage. J'aurais pu m'en passer. Je ne sais même pas qui y sera, en plus, je ne sais pas si Al y mettra les pieds parce que j'ai oublié de lui en parler, et sans Larry pour encourager Cambridge à vive voix avec moi, ça ne sera pas aussi drôle... Je retiens un soupire. Ce n'est pas mon genre d'être comme ça. Allez, courage, je vais m'amuser, je trouve toujours un moyen de m'amuser.
Je descends du train et monte dans un taxi qui me conduit jusqu'aux bords de la Tamise, lieu de la course. Dans la foule, je cherche désespérément une connaissance, une tête familière. Très vite, j'aperçois Kin, entrain d'aborder deux jeunes hommes accompagner d'une petite fille. Ne me demandez pas pourquoi, mais la vision de ce couple heureux place dans ma tête une image de Larry et Basile ensembles, dans un futur plus ou moins proche. Je chasse néanmoins cette pensée de mon esprit et me dirige vers elle. J'arrive à sa hauteur quand le son de sa voix me parvient aux oreilles : "Bonjour Messieurs ! Belle journée pour assister à la victoire de Cambridge n'est-ce pas ?" Avec un sourire, je me place à sa hauteur. « Parfaitement d'accord Kinny ! » Sans attendre une quelconque réponse, je lui fais la bise puis je me tourne vers le couple et la petite fille. « Hey ! Moi c'est Oliver, et vous ? » je leur demande avec un grand sourire sympathique. C'est tout moi, ça. Adresser la parole à des inconnus comme si je les connaissait depuis mille ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Dim 8 Avr - 15:45

Londres est vraiment beaucoup trop loin d'Oxford. Comme à chaque fois que je dois quitter ma ville natale pour aller dans la capitale, ou rendre visite à ma meilleure amie dans la ville ennemie, je maudis les distances et le temps ridiculement long qu'il faut pour les parcourir. On a des applications Iphone pour géolocaliser Robert Pattinson, mais la téléportation non, évidemment, ça n'intéresse personne. Je soupire, confortablement installée dans mon wagon de première classe. Au moins je n'ai pas eu à prendre la voiture, la voiture dans Londres, c'est un cauchemar, surtout un jour comme celui-ci.

J'aborde fièrement mon sweat de l'université et un short en jean confortable, quand une fille avec le logo de Cambridge sur son pull s'assoit non loin de moi. Nous échangeons un regard mauvais pour la forme, sous l'oeil amusé d'une vieille dame élégante, qui ne manque pas de lancer un « Allez Oxford ! » en quittant le wagon. Je ris légèrement, tandis que la bimbo décérébrée s'en va avec une mine boudeuse. Je descends finalement du train et m'achète un smoothie vitaminé et un sachet de pop-corn dans une boutique au coin de la gare.

Finalement, je parviens au bord de la Tamise après une course en taxi hors de prix. J'ai bien envie de lui balancer mon jus de fruits à la figure, mais ce serait du gâchis. Les berges sont déjà noires de monde et je jette un coup d'oeil appréciatif aux mares bleu foncé qui s'étendent ça et là, incendiant du regard ceux qui abordent les couleurs adverses. Je monte sur un petit talus, maudissant ma taille liliputienne qui m'empêche de distinguer une tête connue dans cette masse indistincte. Un cri sonore retentit derrière moi, tandis que Gemma me fonce dessus en hurlant. Je lève les yeux au ciel en l'entendant me parler de Jason, pour changer. J'échange un regard blasé avec Bonnie, mais je sais que c'est peine perdue, sur ce coup elle est entièrement du côté de sa colocataire. « Oui, je suis au courant, j'ai regardé la composition des équipes avant de venir figures-toi. Ce que j'ignorais c'est que Jason était inscrit à l'université, admettez que c'est assez surprenant... Mais bon, évidemment qu'Oxford va gagner, avec ou sans lui d'ailleurs. »

Je n'ai pas franchement envie de m'attarder sur ce sujet et mon ton est peut-être un peu plus froid que je ne l'aurais voulu. Je sais que Gemma ne pense pas à mal et voir son sourire se défaire me ferait presque mal au coeur. Par chance, je parviens à fuir la suite de la conversation en lançant joyeusement « Oooooh, mais c'est Tristan et Andrea là-bas ! Je vais les rejoindre, à plus les filles ! » Je sautille du talus avec un peu trop d'enthousiasme et m'avance rapidement vers le couple. Je reconnais Kin à leurs côtés, dans un accoutrement bleu ciel qui me fait honte et puis je vois une petite silhouette perchée sur les épaules de Tristan. Oh. Oui. La gamine. Je tente de ne pas grimacer en voyant la petite chose et m'avance le plus naturellement du monde parmi le groupe, complété par un blondinet inconnu au bataillon. « Bonjour jeunes gens, tout le monde est prêt à fêter l'écrasante victoire d'Oxford? » Je tire la langue à ma meilleure amie, puis fait la bise aux jeunes mariés, avant de lever la tête vers la petite fille.

Ce n'est ni le lieu, ni le moment de m'interroger sur le bien fondé de sa présence et je fais donc un effort conséquent de gentillesse « Bien le bonjour mademoiselle, moi c'est Rose, tu dois être Grace? Je vois que tu as trouvé la meilleure place dis-donc. Tu pourras dire à tout le monde qu'Oxford a gagné quand on franchira la ligne d'arrivée comme ça ! » Je lance finalement un regard au petit blond à la tronche de gamin de douze ans et lui adresse un vague signe de la main. Il a une tête de Cambridgien. Et si je dois faire des efforts envers les enfants, je ne peux pas en faire pour l'ennemi. Ma bonté d'âme a ses limites. Je jette un oeil à ma montre, la course devrait commencer dans moins d'une dizaine de minutes et je dois avouer que je suis plutôt impatiente de voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Dim 8 Avr - 21:09

Les cheveux en chignon, je finis de manger mes toasts, en dansant. Je suis de bonne humeur ce matin et je sens que c’est une bonne journée pour Oxford. J’avale mon café et Gemma arrive en criant. « OXFORD FOR THE WIN ! » J’éclate de rire et lui réponds la même chose. Je Remarque son pull d’Oxford University, qu’elle porte avec fierté. Je me rappelle encore quand je suis arrivée à Oxford. Je ne connaissais pas tellement cette course et je me suis achetée un pull aux couleurs de l’université pour supporter notre équipe de rameurs. Gemma est prête et je suis encore en pyjama. Je débarrasse rapidement mes affaires et fonce sous la douche. Il a l’air de faire plutôt beau aujourd’hui. J’enfile un jean, des ballerines et j’attache mes cheveux dans une queue de cheval. Mon pull bleu marine sur le dos, j’attrape mon sac et fourre les affaires essentielles dedans. Je rejoins Gemma dans le salon. « On y vaaa ? » Je pense qu’on va passer une bonne journée et j’ai confiance dans notre équipe. On va gagner cette course ! Nous hélons un taxi, qui nous amènera jusqu’à Londres. « Bon, la première chose qu’on doit faire en arrivant la bas c’est trouver Rose. Son Jason va ramer, contrairement à Chandler soit dit en passant, et je ne vais pas la louper avec ça, non, hors de question ! » J’éclate de rire. Gemma m’ raconté certaines choses sur Rose et Jason et j’ai hâte de voir comment elle va réagir en le voyant ramer. On arrive au bord de la tamise une heure plus tard. Nous payons ensembles cette course. Il y a déjà du monde qui attend. Les couleurs sont variées, même si le bleu domine. Je remarque quelques camarades d’Oxford que nous saluons brièvement avec Gemma. Elle attrape ma main et me rappelle l’objectif qu’on a avant la course. « Etape numéro une : Trouver Rose Foster. Etape numéro deux : S’acheter quelque chose à manger, je meurs de faim ! » J’acquiesce et regarde autour de moi pour la trouver. « Bingo » Je sens qu’elle me lâche et je la suis du regard tandis qu’elle s’élance vers notre amie. Je les rejoins et j’entends déjà Gemma commenter l’évènement du jour et les participants. « OH JE N’Y CROIS PAS, JASON BAKER VA CONCOURIR !! ROSE TU ETAIS AU COURANT, N’EST-CE PAS MAGNIFIQUE ? IL MERITE D’ETRE ENCOURAGE, IL EST SI BEAU, SI FORT, SI INTELLIGENT, GRACE A LUI OXFORD VA GAGNER, C’EST SUR ET CERTAIN ! » J’avoue que la situation me fait bien rire mais je ne le montre pas. Je pense que Rose doit se douter que je sais certaines choses mais le jour où elle voudra m’en parler, ça n’arrivera surement jamais, je serai là. On échange un regard et j’ai l’impression que le cri de Gemma ne lui a pas plu. « Oui, je suis au courant, j'ai regardé la composition des équipes avant de venir figures-toi. Ce que j'ignorais c'est que Jason était inscrit à l'université, admettez que c'est assez surprenant... Mais bon, évidemment qu'Oxford va gagner, avec ou sans lui d'ailleurs. » J’éclate de rire. Rose dans toute sa splendeur. Elle nous quitte rapidement après avoir aperçu Andrea et Tristan. Je me retourne vers Gemma, pour vérifier qu’elle est toujours de bonne humeur. Le ton employé par Rose n’était des plus aimables. « J’ai déjeuné comme une ogresse mais, ne me demande pas pourquoi, je commence à avoir faim. On va se chercher un truc avant que la course ne commence ? » Je l’entraine avec moi et trouve un truc rapidement. On achète de quoi s’empiffrer pendant la course et on retourne vers la Tamise pour avoir de bonnes places.

La course démarre et j’hurle pour Oxford. Les gens à côté de moi, surement peu habitués, me regardent bizarrement. Je leur lance un regard assassin et me remets à hurler, suivie par Gemma. Je n’ai vraiment pas envie de voir Oxford perdre cette course. J’hurle le nom de Jason pour l’encourager tout en faisant attention à Rose, qui ne risque pas d’apprécier. Je ne connais pas les autres noms alors je continue de crier pour Jason. Oxford a l’air de prendre la tête de la course. Je souris à Gemma et applaudis de toute mes forces. Nos voisins nous regardent toujours aussi bizarrement, comme s’ils n’avaient jamais assisté à une compétition. Je reporte mon attention sur les écrans et remarque que les rameurs n’avancent plus. Je jette un coup d’œil interrogatif à Gemma, qui ne semble pas comprendre ce qu’il se passe. Les questions fusent autour de nous et personne ne sait pourquoi la course est interrompue. Différentes rumeurs se propagent et il semblerait que quelque chose bloque les rameurs, dans l’eau. 20 min plus tard, après une attente interminable, la course reprend. Je me remets à hurler avec Gemma, lorsqu’Oxford reprend la tête. Mais Cambridge rattrape son adversaire rapidement et les bateaux se cognent l’un à l’autre. Enfin Oxford rentre dans Cambridge. Mes yeux s’écarquillent de surprise et encore une fois, je ne comprends pas ce qu’il se passe, notamment, quand Cambridge est annoncé vainqueur quelques minutes plus tard. Je regarde de nouveau Gemma. « Il vient de se passer quoi là sérieusement ? » Les Cambridgiens se réjouissent et les Oxfordiens râlent. Personne n’est incapable d’expliquer la fin de la course. Je suis dégoutée de constater que nous avons perdus cette course.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Lun 9 Avr - 14:04

7 avril. Il en entendait parler non-stop depuis bien trois semaines. Rachel avait entouré la date en rouge sur le calendrier qui trônait sur l'un des murs de la cuisine de l'appart. Comme si c'était la chose la plus importante de l'année. A vrai dire.. oui, ça l'était. Et franchement, Jason ignorait qui de ses sœurs ou de lui attendaient le plus que ce fichu samedi et cette fichue course arrivent. La veille, il avait dû raconter — pour la énième fois, notons-le — à Maryanne — fichue groupie — comment il avait atterrit dans l'équipe d'avirons de l'université d'Oxford puis, il fallait le dire, il n'était pas franchement — pas du tout — inscrit à la fac. Et — pour la énième fois — elle avait remis en doute le caractère hasardeux de toute cette histoire. Comme si il avait demandé à rencontrer le barreur d'Oxford. A New York, durant ses années lycées, Jason avait vaguement appartenu à l'équipe d'aviron de son établissement mais c'était.. loin. Très loin. Et ça ne lui manquait pas franchement. Mais lorsque ce type — un habitué du Carling, il ne s'était évidemment pas méfié — lui avait proposé de venir à un entraînement, en octobre dernier, il avait dit oui. Juste pour voir. Ouais, c'est ça. Trois jours plus tard, il se retrouvait à ramer en quatrième position et à déconner avec des mecs plutôt sympathiques — les premiers du genre qu'il rencontrait sur le sol anglais. Et voilà comment il avait fini englué dans cette histoire. Enfin, englué mais plutôt content.

C'était avec difficulté qu'il était parvenu à se défaire de ses sœurs, surtout après que certains gars de l'équipe aient débarqué. Rachel, que les garçons n'intéressaient pas encore — Dieu merci, elle avait l'air plus intéressée par ses études qu'autre chose — avait presque dû balancer Maryanne — laquelle dévorait presque des yeux le fameux barreur — sur son épaule pour l'entraîner plus loin — et surtout les laisser se préparer. « N'y pense même pas vieux » marmonna-t-il lorsque, une fois que les filles se furent éloignés, il croisa le regard de l'un de ses coéquipiers. L'autre lui adressa un grand sourire innocents et ils se réunirent finalement. L'objectif était plutôt simple, après tout : ridiculiser Cambridge. Easy, easy. En fait, il n'avait pas grand-chose à perdre. Loin d'être aussi chauvin que ses camarades, Jason savait pertinemment que, si il aurait du mal à digérer une défaite, il ne s'en porterait pas très mal non plus. Mais après tout, ils étaient là pour gagner, pas pour tirer des plans sur la gestion psychologique de l'après-course. Course qu'ils gagneraient, bien entendu.

Le stress commença à monter lorsque leur embarcation fût enfin à l’eau. Inspirant profondément, il secoua brièvement les mains, tentant d’évacuer toute tension de ses articulations. Ce n’était pas le moment de flancher. Empoignant ses rames, il leva les yeux, fixant le barreur. Son coeur battait la chamade. Il n’y avait absolument aucune raison de stresser. Oh oui, vraiment ? Et le j’ai vu l’autre naine de Foster lâché avec mépris par Maryanne juste avant qu’elle ne parte n’était donc pas sensé l’inquiéter, hein ? Ce n’était pas comme si il ignorait qu’elle serait là. Après tout, il représentait son université. Ce n’était pas précisément pour lui qu’elle assistait à l’évènement et il ne pouvait s’empêcher d’en éprouver une certaine gêne, doublée d’une foutue trouille qu’il ne parvenait pas à faire disparaître. Bordel, si ils perdaient, elle aurait une nouvelle raison de se foutre de lui. Il déglutit avec difficulté à l’idée de devoir l’entendre se moquer de ses aptitudes. « On est bon ? lança le barreur dont, en vérité, Jason n’avait pas retenu le prénom. Ne paniquez pas et contentez-vous de faire ce qu’on fait d’habitude à l’entraînement.. en mieux, hein ! » Non mais sans blague. Toutefois, personne n’eut le temps de répliquer : la course commençait.

Il y avait toujours eu une bonne ambiance. Vraiment, hein. Il n’y avait pas vraiment de compétition entre eux et c’était lorsqu’il allait ramer que Jason cessait d’avoir l’impression que tout le monde le pointait du doigt, lui, l’Américain. Avec les rameurs d’Oxford, il était juste un mec comme les autres et, aujourd’hui, il se battait pour sa fac. Bon, d’accord, ce n’était pas vraiment sa fac. Il n’y était pas vraiment inscrit mais ses biceps, eux, l’étaient. On manquait manifestement de bras dans l’équipe d’aviron oxfordienne et il était plutôt enchanté de prêter les siens. C’était pour la bonne cause, non ?

Puis, soudainement, alors que tout allait plutôt bien — ils avaient déjà deux longueurs d’avance sur Cambridge, for god’s sake — leur barreur leva brusquement les bras. « Arrêtez-vous, ARRÊTEZ JE VOUS DIS ! beugla-t-il avant de se tourner à nouveau pour observer la surface agitée de l’eau. Y’a quelque chose dans l’eau les mecs ! J’crois.. j’crois que c’est quelqu’un » ajouta-t-il après un nouveau coup d’oeil. Autour de Jason, des jurons fusèrent. L’américain arqua un sourcil et se retint de ricaner. Il n’était pas franchement dans l’habitude de ses camarades si propres sur eux de se montrer aussi grossiers. « Il est mort ? » demanda le rameur derrière Jason, manifestement nerveux. Le barreur lui lança un regard noir. « A ton avis, si il surnage, il est mort ou vivant Jones ? fit-il avant de poursuivre : ils vont le sortir » Du menton, il désigna des hommes du staff encadrant la course, prêts à intervenir à tout moment. Un tout petit bateau à moteur se dirigeait déjà vers eux alors que Cambridge arrivait à leur hauteur. Merde, cet incident était en train de leur pourrir leur course.

Vingt minutes, vingt longues minutes, il leur avait fallu vingt minutes avant de pouvoir emmener l’autre débile qui avait résolu de se baigner dans la Tamise — il fallait déjà profondément secoué pour avoir l’idée de se baigner dans cette eau-là, à cette période de l’année — durant la course. Après tout, il y avait des malades partout, les Anglais ne faisaient certainement pas exception à la règle, oh que non. Tournant brièvement la tête successivement vers chacune des rives, Jason chercha vaguement des visages connus — okay, D’ACCORD, un visage connu — des yeux, sans succès. « Allez les filles, secouez-vous les miches, on doit leur mettre la raclée de leur vie » les harangua Alex, le barreur, dont Jason se souvenait à présent du nom. Comme les autres, il acquiesça alors que l’épreuve reprenait.

Bien évidemment, ils reprirent la tête sans difficulté. Ces longs mois d’entraînements étaient en train de payer finalement. Si il n’avait pas été tant concentré sur sa course, le cul vissé à sa coulisse, Jason aurait esquissé un sourire. Il entendait vaguement les spectateurs crier — quoi, c’était là toute la question.. et il n’avait pas franchement le temps de se la poser — mais pas une fois il ne tourna la tête, les yeux fixés sur ses pelles qu’il maniait avec une difficulté croissante à mesure que la course avançait. Du coin de l’oeil, il vit le bateau de Cambridge leur revenir dessus. « Mais merde, merde, merde, merde grogna le premier rameur avant de se retourner : arrêtez-vous ! ARRÊTEZ DE RAMER, ALEX EST DANS LES VAPES ! » Hein ? Quoi ? Qui ? Oh. Merde. Alex. Alex le barreur. Merde, ils étaient dans la— ouais, royalement là. Jason lâcha ses rames sans aucune douceur, à l’image de ses coéquipiers et, bientôt, leur embarcation s’arrêta. Après une poignée de secondes, Cambridge les dépassa. « Ah les cons » lâcha Jason, sans vraiment savoir si c’était de sa propre équipe qu’il parlait ou de l’autre. Whatever. Ils avaient perdu et joliment perdu cette fois. Avec le premier rameur penché sur leur barreur apparemment évanoui, il n’y avait aucune chance pour qu’ils puissent revenir à temps. C’était fini.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Mer 11 Avr - 13:01

"Mon petit Pikachuuuuu !"

Je saute au cou d'Oliver et tente de le tuer en l'étouffant dans mes bras. En le câlinant comme un boa constrictor. J'adore Oliver. Tout comme j'adore son frère qui, étrangement, n'est pas là. Je me contente de hausser un sourcil étonné mais ne pose pas de question, interrompue par l'arrivée de Rose.

« Bonjour jeunes gens, tout le monde est prêt à fêter l'écrasante victoire d'Oxford? »

Je renifle d'un air dédaigneux. Bon, nous sommes en infériorité numérique et Méphisto fixe ma meilleure amie comme s'il avait réellement envie de la tuer. J'attrape une cigarette dans mon sac et l'allume, faisant fi des regards réprobateurs de Tristan & Co. Je sais, c'est mal de fumer devant les enfants. Mais disons que ça m'empêche d'étrangler Rose qui vient de me tirer la langue. Oui, ça ou un meurtre en direct (aidée par mon chat en plus), je pense que c'est ce qu'on appelle limiter les dégâts.

****

Je n'y crois pas. On a gagné. On a VRAIMENT gagné. Avec un sourire innocent, je me tourne vers mes amis oxfordiens, sentant de vagues envies meurtrières à l'égard de tout cambridgien assumé, dont moi. Je n'ai rien compris au pourquoi du comment de notre victoire mais je ne vais pas cracher dessus. NOUS AVONS VAINCU ! Méphisto ronronne contre mes jambes et je l'attrape, le serre contre moi, prête à m'en servir pour défendre chèrement ma vie.

"C'est dommage qu'Oxford ai perdu, j'aurais tellement aimé voir un Jason triomphant avancer vers nous dégoulinant de sueur et de testostérone et rouler la pelle du siècle à notre Rose nationale ! Enfin... je suppose qu'il a intérêt à faire profil bas pendant quelques temps, j'ajoute d'un ton joyeux. DOMMAGE JASON ROSE NE VA PAS TE MONTRER SES S...
-MIAAAAAAAAAAW !"

Le Méphisto-détecteur-à-insanité a encore fonctionné. J'avais complètement oublié que j'étais en présence de la petite Grace et que je devais garder mes blagues douteuses pour moi. Damned, les enfants sont une telle plaie ! Je jette un coup d'oeil à la gamine, craque intérieurement en voyant son adorable petite bouille, me reprends en me disant qu'il est hors de question pour moi de procréer (en imaginant un seul instant qu'il y ai un candidat à la procréation convenable) et gratouille la tête de mon chat qui se blottit contre moi.

"Enfin... félicitations chers amis, je n'ai strictement rien compris à cette victoire qui va faire l'objet de nombreuses contestations, MAIS ON A GAGNE YOUHOUUUUUU !"

J'attrape Oliver par le bras et bats prudemment en retraite. On va mourir, youpiiii !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Mer 11 Avr - 16:54

Je n'ai pas le temps d'ajouter quoi que ce soit, Kin m'étouffe de ses bras en braillant des 'Pikachuuuuuuuuu' à qui veut bien l'entendre. Bonjour la dignité. Mais bon, ça ne me dérange pas, parce que j'adore Kin, j'adore ce surnom, j'assume complètement le fait d'avoir douze ans d'âge mental et que de toute façon, je dois avouer que ma tête est complètement ailleurs. Je n'arrive pas à penser à quelqu'un d'autre que Larry, je ne prends d'ailleurs pas du tout garde à l'arrivée d'une nouvelle tête dans le petit groupe qui se forme, une tête oxfordienne je présume puisqu'elle ne me dit strictement rien et que de toute façon, d'après ce que mon vague intérêt pour la conversation me fait comprendre, elle parle 'd'assister à la victoire écrasante d'Oxford'. En temps normal, j'aurais sauté sur l'occasion, répliquant par je ne sais quelle remarque ironique sur les capacités de leur université à gagner la course cette année, mais encore une fois, je n'ai vraiment pas le cœur à ça. Et pourtant, c'est la première fois de ma vie que j'assiste à cette course en vrai, et j'en ai tellement rêvé de ce moment ! Mais rien à faire, je m'inquiète trop pour mon frère, me dire que je me trouve à plus d'une heure de trajet en train m'angoisse et je n'ai qu'une envie, sortir mon portable de ma poche ne serait-ce que pour vérifier que je n'ai pas d'appel en absence de lui ou de l'hôpital, même si j'imagine qu'il doit être avec Basile en ce moment, puisque ce dernier m'a dit qu'il passerait, et que donc tout va bien puisqu'être avec son meilleur ami doit être plus qu'agréable pour lui en ce moment. Limite j'ai bien envie d'appeler Alden, rien que pour lui demander s'il est à Londres pour la course et si on ne pourrait pas se voir parce que je vais devenir fou si ça continue, laisser Larry était une idée stupide et je n'aurais pas dû le laisser seul je suis un imbécile, s'il lui arrive quelque chose je ne me le pardonnerait jamais de ma vie. En même temps il faudrait vraiment que je me calme là, je ne vois pas pourquoi il lui arriverait quelque chose, après tout, son accident est passé, il est coincé dans un lit d'hôpital, je ne vois pas comment il pourrait possiblement lui arriver une bricole. Mais ça ne m'empêche pas de me faire un sang d'encre. La preuve, je suis tellement perdu dans mes pensées que je ne me rends pas compte que l'atmosphère jusque là joyeuse se fait soudain bien plus lourde, bien plus tendue, et il ne faut rien de moins que la main de Kin qui m'attrape par le bras et m'entraine bien loin de la bande d'Oxford pour me sortir de mes pensées. Je secoue la tête et observe la foule. La rumeur gronde, et je vois d'un côté les gens en bleu foncer grogner de déplaisir et de l'autre les supporters en bleu claire sourire en sautant de joie, laissant éclater leur bonheur à la vue de tous. Je me place au niveau de Kin. « On a gagné ? » je lui demande, complètement à la ramasse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Ven 20 Avr - 1:08

Quand j’avais accepté d’aller à la Boat Race avec Lia, je n’avais pas imaginé qu’elle se pointerait à 8h du matin chez moi. Quelle surprise de l’entendre sonner 3 fois avant que je ne daigne sortir de mon lit. Certes, je ne suis pas un grand fêtard, mais regarder à la suite tous les Star Wars, ça prend du temps et surtout, ça empêche de dormir. Je m’avance vers la prote pour lui ouvrir et je n’ai pas le temps de la saluer qu’elle se faufile, entre la porte et moi, pour entrer, tout en débitant, à une vitesse folle le programme de la journée. « Tu n’es pas encore débout ? Il faut qu’on se dépêche ! On a un train à 9h05. Il est important que nous arrivions à l’heure, sinon nous n’allons pas avoir les meilleures places. Ensuite, quand on sera arrivés à Londres, il serait cool qu’on trouve d’autres Cambridgiens, je sais que Kin y va. » Je écoute distraitement, tout en préparant du café. Je vais avoir besoin. Elle s’assoit à côté de moi, lors du petit déjeuner, et grignote quelques gâteaux que j’ai dénichés dans un placard. Ensuite, je file prendre une douche rapide et nous sommes partis pour Londres.

Une fois sur place, c’est l’effervescence. Londres est une ville touristique mais ce jour-là c’est pire que tout. Entre les étudiants de Cambridge et d’Oxford aux couleurs distinctes, les touristes et malgré l’heure, c’est blindé. Pas facile de se repérer quand toutes les brunes se ressemblent. Si je perds Lia, je serai incapable de la retrouver. On achète de quoi grignoter pendant la course et on s’installe quelque part, entourés de Cambridgiens prêts à supporter leur équipe. Une foule en délire et à fond dans la course devrait motiver les rameurs. Je regarde autour de moi pour voir si je connais d’autres têtes mais je ne reconnais pas grand monde. La course finit par démarrer et je me concentre sur l’écran en face de moi, qui retransmet la course.

….

Je n’arrive pas à croire qu’on a gagné cette course ! C’était ultra serré et sans ce nageur, Oxford aurait peut-être pu la remporter. J’ai toujours ce sourire idiot sur le visage, heureux d’être venu assister à cette course exceptionnelle. C’est une course dont on entendra parler encore longtemps. J’entends de nombreux oxfordiens râler contre le résultat final et remettre en cause les arbitres et les décisions prises. J’ai bien envie de leur préciser que personne n’a été payé, nous sommes juste meilleurs. Je me retourne vers Lia, en grande conversation avec un cambridgien, rencontré quelques heures auparavant. « Viens, on va se poser quelque part pour fêter ça et on appellera Kin. » On abandonne le mec et on part à la recherche d’un bar, digne de ce nom, qui pourra nous accueillir, toute l'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Dim 22 Avr - 14:02

« Il vient de se passer quoi là sérieusement ? » me demande Bonnie avec un air hébété. Je ne dis rien et regarde la Tamise avec des yeux ronds. « NOUS SOMMES EN TRAIN DE PERDRE ! » Mon esprit a momentanément cessé de fonctionner. Rectification : nous avons perdu. Je pose mes mains sur la barrière de sécurité et ferme les yeux un instant, cherchant quoi dire. « Bonnie dis moi que c'est pas vrai, la course n'est pas terminée hein ? » Je relève les yeux vers elle et voix à sa tête dépitée que si, tout est fini, Oxford n'est pas victorieuse cette année. Autour de nous la foule se divise en deux : les Cambridgiens fous de joie, qui hurle de bonheur en se sautant dans les bras et le reste, les Oxfordiens, qui, immobiles, se remettent lentement de leurs émotions. « C'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai... » Je répète ces quelques mots et jette un regard noir au groupe de Cambridgiens qui est à nos côtés depuis le début de la course. Un garçon au sweat de l'université adverse s'approche de nous avec un sourire aux lèvres. « Qu'est-ce que je vous avais dit les filles ? Nos gars sont les meilleurs. » Je ne réponds rien et l'ignore royalement en entrainant Bonnie loin d'ici.

Nous parlons toutes les deux, sans vraiment nous écouter, exposant chacune notre tour, nos différents points de vue sur ce qui vient de se passer. « Tu sais ce qui me tue ? Ce qui me tue vraiment ? Ce qui me met hors de moi ? C'est que j'avais parié 20 £ avec Tim qu'Oxford gagnerait. Bien. Très bien. » Je suis très mauvaise joueuse, c'est un de mes plus gros défaut. « Tiens et puis si on recroise Rose il faudra lui dire deux mots à celle-là aussi ! Elle pouvait pas l'encourager son copain un peu ? Il avait trop de pression sur lui ce pauvre garçon... » Nous vagabondons parmi les gens tristes et heureux et je réponds aux regards déçus des Oxfordiens que nous croisons par un sourire. . « Bon on fait quoi ? Il commence à pleuvoir... On chope un taxi avant que tout soit complet et on rentre tête baissée à Oxford pour fêter notre échec au Carling ? » J'aurais bien proposé de nous poser près d'ici mais les chances pour que nous croisions Tim sont trop grandes... Et je n'ai aucune envie de lui donner gentiment ses 20 £ tout de suite ! Pendant que nous marchons vers la station de taxi, j'envoie un sms à Chandler, resté bien gentiment à Oxford : « T'as rien raté, entraine toi pour l'année prochaine, ça ne se passera pas comme ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Lun 23 Avr - 18:15

Un monde fou se presse sur les bords de la Tamise. J'ai du mal à croire que tous ces gens soient là pour voir une course de bateau, conséquence directe d'une rivalité farouche entre deux universités, mais après tout, nous sommes en Angleterre et croyez-moi on y voit des choses bien plus bizarres que celle-là. Malgré tout je reste surpris que cette tradition reste aussi vivace d'années en années. Les étudiants s'installent sur les rives chacun portant les couleurs de son université. Des cris de soutiens retentissent, alors même que la course en tant que telle n'a pas commencé. Il n'y a pas que des étudiants. Un certain nombre de londoniens sont venus assister à la course, certains soutenant leur ancienne université, les autres n'étant là que pour la sortie de famille. Des badauds qui passaient par là s'étaient arrêtés quelques minutes pour observer ce qui se passait avant de repartir vaquer à leurs occupations habituelles. L'ambiance est bon enfant et je regrette de ne pas avoir mes gamins ce week-end, pour leur présenter ce qui semble être important pour tout anglais qui se respecte. Mais ils sont chez leurs grands-parents maternels ce week-end, en Irlande et mon ex-belle-famille est pire que mon ex-femme, ils aimeraient que je ne voie plus jamais Justin et Hayden donc ils n'auraient jamais accepté de me les laisser.
Je ne sais pas trop ce que je fais ici. Je ne suis pas trop à ma place parmi la foule en majorité estudiantine. Je ne supporte aucune université, je ne suis même pas anglais. Mais, on m'a tellement décrit cette course comme exceptionnelle que j'aurais difficilement pu la louper. Je ne me sens pas particulièrement concerné par la chose, mais le Boat Race est aussi le lieu où ma mère, jeune fille de la haute bourgeoisie anglaise a rencontré pour la première fois mon père, étudiant boursier en journalisme et s'en est suivi une histoire d'amour digne d'un des plus belles conduisant à la naissance de deux magnifiques enfants, ma soeur et moi, suivi par la très malheureuse mort de mon père, si courageux, à un âge où je ne pouvais pas le comprendre. C'est du moins ce qu'on m'a raconté, même si je ne suis pas sûre que le tableau ait été aussi idyllique en réalité. En plus j'habite maintenant tout près de la Tamise et le lieu de la course n'est pas très loin de mon palace. Je me relève pour observer la course qui commence enfin, car après tout je suis là pour ça.
Oxford commence par prendre de l'avance. Je ne suis pas très bien placé, mais je peux le dire rien qu'en regardant leurs supporters s'enthousiasmer et encourager leur équipe encore plus fort. Un murmure parcourt soudain la foule. Je me rapproche difficilement de l'écran géant, cherchant à comprendre ce qu'il se passe. Les deux équipes sont arrêtées au milieu de la course. Apparemment, un idiot a eu la bonne idée d'aller se baigner en plein sur le parcours du Boat Race, à moins qu'il n'ait tenté de se suicider. Pendant les vingt minutes qui suivent, l'agacement monte parmi les spectateurs tandis que l'encadrement récupère le baigneur et le ramène sur la berge. La course reprend ensuite, au plus grand plaisir des étudiants qui commençaient vraiment à s'impatienter. Oxford semble toujours être devant, mais Cambridge a déjà commencé à rattraper son retard, quand soudain, le barreur oxfordien s'effondre. Plusieurs cris retentissent dans mes oreilles, chacun essayant de comprendre ce qu'il va se passer. Cambridge, cependant ne s'est pas arrêté, aussi leur équipe passe-t-elle largement en tête la ligne d'arrivée. Une explosion de joie retentit quelque part à ma droite, tandis que les supporters d'Oxford, encore sous le coup, essaye de comprendre ce qui vient de leur arriver. Des mines déçues s'affichent sur les visages au fur et à mesure qu'ils comprennent qu'ils viennent de perdre l'épreuve reine cette année. Je décide de rentrer chez moi, car la remise des prix me laisse très indifférent. C'était sans doute une belle course, même si je ne suis pas suffisamment spécialiste pour vraiment juger, je reviendrais peut-être l'année prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Mer 25 Avr - 14:49


Je descends de la voiture et pars en courant, ne tenant pas compte des vociférations de Dexter qui me crie, pardon, qui me BEUGLE de rester là et patati et patata, de ne pas m'approcher du bord, que je nage comme une pierre et qu'il est hors de question qu'il vienne me chercher et qu'il me regardera me noyer avec une grande satisfaction. Je le savais. Dexter veut ma mort, OH MON DIEU DEXTER EST UN PSYCHOPATHE ! Je lui tire la langue et reprends ma course, Coffee accroché à mon pull et Fluffy sur mes talons, la langue pendante (seigneur, tout, mais ne me réincarnez pas en chien !). Je joue des coudes, m'attire quelques remontrances bien vite étouffées puisque Coffee jure ses grands dieux (noix, noisettes, amandes, cacahuètes, châtaignes...) que le premier qui s'approche de trop près, il se prend un coup de dent sur le nez, parce que OH ! faut pas non plus pousser mémé dans les orties. D'ailleurs en parlant de Mémé, je suis déçue que Granny n'ai pas voulu m'accompagner. Elle aurait pu venir soutenir Cambridge quoi ! Ma casquette vissée sur ma tête, ma sweat zippé me tenant bien chaud, je suis aux couleurs de ma fac et je l'encourage avec forces cris.

****
Je n'ai rien compris. Mais alors rien de rien. Pourquoi ce type est venu se baigner en plein milieu de la course ? Un journaliste s'approche et je réponds joyeusement à ses questions avant de partir en sautillant. On a gagné ou pas ? Je cherche des camarades, mais il y a beaucoup, beaucoup de monde et peu de têtes connues. Coffee me mordille doucement l'oreille et je pouffe de rire. Je crois qu'il a faim ! Bon avec un peu de chance je devrais pouvoir me dégoter un petit bar sympa avec des cacahuètes et des olives. C'est faisable. Soudain j'aperçois Lia et je cours vers elle joyeusement. Puis je m'arrête. Oulala. OULALA ! Tim. OH MON DIEU TIM EST LA ! Je recule. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai soudainement mal au ventre. NONONONONONOOOOON ! Pas de crise ! Je risquerais de me faire piétiner ici. Et c'est pas bien. Je préfère dormir dans un endroit calme. Je bats prudemment en retraite et râle un peu lorsque mon crétin de rongeur pose ses petites pattes sur mon nez.

"PUTAIN COFFEE TU FAIS CHIER ! ARRETE, AR... aaaah... aaaaaah... ATCHOUM !"

Coffee semble très content de lui et se perche sur ma tête. Soudain, une tête blonde. Oliver. Je pousse un cri de joie et me précipite vers lui. Et merde. Interception Dexterienne. Ah le con, ah le con ! Je me tortille comme un petit asticot au bout d'un hameçon pour lui échapper, lui gueulant qu'il n'est qu'une brute, que j'espère qu'il tombera dans la Tamise et s'y noiera, que d'ailleurs les morts par noyade c'était très moche et qu'on allait remonter son cadavre tout gonflé, bleu et à moitié pourri et que je rirai pendant ses obsèques. Coffee lui saute au visage et j'arrive à m'échapper. Je cours vers Oliver le plus vite possible.

"OLIVEEEEEEEEER ! AU SECOUUUUUUUUURS !!!!!"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: BOAT RACE   Jeu 26 Avr - 0:21

Un homme à la mer? Non mais sérieusement? Et on annule pas la course, on ne reporte pas, non, tout continue comme si de rien était. Idem quand le barreur d'Oxford fait une espèce de malaise et que leur embarcation rentre dans celle de Cambridge. Du grand n'importe quoi. On a vu des compétitions sportives annulées pour moins que ça. Si quelqu'un plonge dans une piscine olympique en pleine course, les juges les font refaire l'épreuve et ne disent pas "ah ben tant pis, les aléas du métier l'ami" Sans déconner quoi, grosse blague. Grosse honte. Je trépigne, retiens des jurons pour ne pas offenser la jeune Grace, mais nous échangeons tous des regards qui en disent long. Je coule un oeil mauvais vers Kin, qui n'hésite pas à faire étalage de l'indigne victoire de son infâme université « C'est dommage qu'Oxford ai perdu, j'aurais tellement aimé voir un Jason triomphant avancer vers nous dégoulinant de sueur et de testostérone et rouler la pelle du siècle à notre Rose nationale ! Enfin... je suppose qu'il a intérêt à faire profil bas pendant quelques temps, j'ajoute d'un ton joyeux. DOMMAGE JASON ROSE NE VA PAS TE MONTRER SES S... » J'écarquille grands les yeux et flanque un coup de poing dans l'épaule de ma traîtresse de meilleur amie, pour une fois sur l'exacte longueur d'ondes que son chat diabolique. Il faut qu'elle ramène Jason sur le tapis en plus. Tout le monde s'en sent étrangement obligé. Je commence à me demander si je ne devrais pas le présenter à mes amies et leur offrir en pâture. Il a un succès fou auprès d'elles après tout, elles parlent de lui sans doute plus que ses propres soeurs. Kin se reprend finalement et bat judicieusement et prudemment en retraite, entraînant le blondinet dont je n'ai toujours pas mémorisé le prénom, d'ailleurs je ne suis même pas certaine qu'on me l'ai donné. Qu'importe, la vilaine créature et son chat s'en vont et je ne manque de vociférer, m'attirant des regards étonnés ou amusés « Attends ce soir que j'te chopes Eastwood ! » Je me retourne, avec un sourire d'excuse pour Andrea et la gosse, je ne suis pas certaine que ce soit là un langage approprié. Repérant quelques camarades supportables de ma promo, je décide de quitter la joyeuse famille, d'une part parce que je doute que nous ayons beaucoup à nous dire présentement, d'autre part parce que je présume qu'ils espéraient avoir un peu de temps pour eux. Je manque de soupirer devant cette absurdité mais sourit bravement et lance «Bon jeunes gens, je m'en vais pleurer notre triste victoire avec quelques camarades, mais ne vous en faites pas, nous obtiendrons justice ! Apprends ceci petite Grace, l'injustice des institutions ne peut rester impunie et Cambridge paiera cher l'affront ! » Je m'éloigne en continuant de pester, mon vocabulaire se faisant plus crû à mesure que je m'approche de mes camarades, tout aussi remontés que moi. Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: BOAT RACE   

Revenir en haut Aller en bas
 
BOAT RACE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» Capacités et capacités de race
» autres gifs de chien de race
» 4 juin : Steamroller DEATH RACE au Gamer's Vault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: