Don't leave me here ♦ MEGAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Don't leave me here ♦ MEGAN   Ven 6 Avr - 1:02

Je suis venu aussi vite que j’ai pu. J’ai appelé l’école pour qu’ils appellent Tris afin qu’il aille chercher Grace, faire la révélation moi-même était trop difficile. Comme ça il ne se doute de rien et nous n’en parlerons qu’une fois l’épreuve de baby-sitting consommée. Je pénètre l’hôpital à la hâte et réclame la chambre de Megan Faure. Une standardiste m’indique l’aile des réanimations et je grimace, prenant l’ascenseur pour gagner le bon étage. Mon portable n’arrête pas de sonner, je finis par l’éteindre, je sais qu’il comprendra. J’entre finalement dans la chambre qui m’a été indiquée en bas et m’arrête un instant en découvrant ma cousine. Une chaise est tirée près de son lit mais personne n’est là. Je m’approche, me demande si elle est consciente ou pas. « Megan ? » Quelqu’un tousse dans mon dos, je me retourne. C’est le type qui était avec elle au mariage. Je hoche la tête et lui tend ma main. Il la serre avec prudence. « Merci de l’avoir emmenée ». Il semble un peu interloqué, je secoue la tête et ravise ma cousine dans l’espoir qu’elle s’éveille. Ses yeux sont ouverts mais elle ne se redresse pas, ne dit rien. Je me mords la lèvre pour rester dans le présent, dans ce moment où elle a besoin de moi et plus l’inverse, dans le concret et la force. J’inspire, m’approche du lit sur lequel je m’assois, m’emparant de sa main. « Je vais vous laisser un moment ». Le type s’éclipse et j’acquiesce, reconnaissant. « J’ai eu vraiment peur ». Je resserre sa main maintenant que nous sommes seuls. « Tristan est allé chercher Grace à l’école. Il s’occupe d’elle ».Je resserre un peu sa main, essaye de calmer l’afflux de pensées qui me viennent, impossibles à maitriser. « Est-ce qu’il y a quelque chose dont tu as besoin ? Quelqu’un que tu veux voir ? » Je me doute qu’elle ne veut pas voir débarquer toute la famille ici, mais si elle doit vivre ses derniers jours maintenant je préfère qu’elle ait tout ce qu’elle désire. Mon cœur se serre, je n’en lâche rien. Elle plonge son regard dans le mien et je le soutien un instant, inspirant fortement. « Toi ici, ça me suffit. J’aimerai juste qu’on discute d’autre chose. Tu te souviens de nos vacances dans le jura ? J’avais fait tomber le fromage à raclette sur ta jambe et tu avais été brûlé au troisième degré. On avait du t’emmener aux urgences en pleine nuit. » J’ai les yeux humides mais ne me laisse pas abattre, m’autorisant un rire léger en même temps que mes yeux rencontrent les siens pour s’y attarder un peu. « Je me souviens, oui ». Je souris avec tendresse en bloquant l’accès à la détresse qui emplit mon cœur. « J’avais mordu mon pull tout le trajet de la voiture pour ne pas pleurer. Mon père était tellement agacé et ma mère tellement en panique que j’ai cru qu’on allait avoir un accident sur le chemin ». Elle laisse échapper un rire léger, ma main ne lâche pas la sienne. « Ton mariage était magnifique. C’est merveilleux pour moi de me dire que tu es marié à l’homme que tu aimes et que plus rien ne te plongera de nouveau dans l’état ou tu étais à Paris. » Je baisse un peu les yeux en me souvenant dans quel état elle m’a vu et supporté à cette époque là. Elle était la seule à savoir, détentrice du secret et compréhensive, comme toujours. « Je n’arrive toujours pas à croire qu’il est devenu mon mari ». Je souris un peu et hausse une épaule. « Je l’aime tellement… » Tout ça se passe de commentaires, je crois. « Ca se voit. Il a dit de très belles choses à ton sujet lui aussi, de ce que j’ai pu entendre, de la table des enfants... » Je souris, comme à chaque fois qu’on aborde mon mari, mon cœur s’emballe de manière délibérée. « Tu devrais aller le rejoindre il est tard. » Je fronce le nez et grimace un peu. « Je ne veux pas te laisser là toute seule ». Je secoue la tête en resserrant sa main dans la mienne, anxieux. Mais elle me rassure tout de suite et je fronce un peu plus le nez, grimaçant ; « Je ne suis pas seule, mon ami Lucas est là lui aussi. Tu peux retrouver Tristan & Grace vraiment. Ca sera votre première soirée tous les trois... » Je baisse les yeux, et quelle soirée, vraiment… « Je repasserai demain. Je compte venir tous les jours tu m’entends ? » Je me mords la lèvre un peu plus fort et détourne les yeux un instant. Je finis par me lever, me redresse et dépose un baiser sur son front. « Ton ami a mon numéro de téléphone. A demain, Meg ». J’inspire et lui rend sa main, lui offrant un dernier sourire avant de récupérer mes affaires pour sortir. J’attends d’avoir salué Lucas d’un signe de tête et d’être dans le couloir pour craquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't leave me here ♦ MEGAN   Ven 6 Avr - 1:04

Lorsque je me réveille, je suis bien entendu dans dans un lit blanc, une pièce extrêmement froide qu’on ne connaît qu’à ce genre d’endroit. Je suis seule, et je ne peux m’en prendre qu’à moi même. J’ai voulu les préserver, me préserver et je dois maintenant payer la note pour mon insouciance. J’ai vécu, j’ai bien vécu malgré tout. L’argent ne fait pas le bonheur, et j’ai été heureuse ces derniers temps, maintenant il faut abandonner. Abandonner Grace à deux pères qui l’aimeront mieux que j’ai su le faire jusqu’à présent, abandonner Lucas qui a du subir mes excentricités plus que les autres, abandonner les mensonges qui m’ont maintenu en vie. C’est terminé. Je vais mourir, et l’évidence n’a jamais été aussi claire. J’ai peur, mais il n’y a rien d’anormal dans la chose. Je rends les armes avec mon déni, la vérité c’est que j’ai tout foutu en l’air. Adieu les rêves d’enfants, la maison et le chien, la gamine sur la balançoire et les clafoutis aux cerises. Je fixe le plafond, je suis dans une chambre à Londres, loin des miens, et je n’ai pas la force de me battre. Je veux en finir aussi vite que possible, les laisser reprendre le cours de leur vie sans qu’ils aient à souffrir de mes erreurs. Je dois payer, et c’est le moment pour le faire. Lucas entre, mais je n’ai pas le courage de le regarder en face. Il sait, il a toujours su, et pourtant je lui complique l’existence depuis qu’il a fait ma connaissance. Mon seul ami. Je soupire, tandis qu’une autre personne pénètre dans la pièce. « Megan ? » Je me tourne vers eux, ne trouve pas la force de me redresser. Il est impossible de feindre ou de fuir aujourd’hui.

« J’ai eu vraiment peur » Et moi donc. Je voudrais pouvoir rire, mais la situation ne se prête pas vraiment à ça. « Tristan est allé chercher Grace à l’école. Il s’occupe d’elle » Je hoche la tête, un peu trop faible pour réagir comme je l’aurais aimé. Je déteste l’idée de lui imposer cette vue, mais je n’aurais de toute évidence pas pu l’empêcher d’admirer le résultat. Je ne dis rien, je ne sais pas par ou commencer. Sa main presse un peu la mienne, et j’ai le regret de pouvoir lire toute la détresse qu’il ressent dans son regard, j’ai toujours été douée pour lire ça surtout avec lui. « Est-ce qu’il y a quelque chose dont tu as besoin ? Quelqu’un que tu veux voir ? » Je secoue la tête, prends une inspiration pour parler, mais ma gorge se serre trop rapidement. Mes parents me manquent, mais les voir ne ferait que compliquer une situation déjà pénible. Une photo suffira, leur sourire sur le papier glacé, mieux que deux mines contrariées qui veulent discuter la garde mon enfant. J’avale ma salive. « Toi ici, ça me suffit. J’aimerai juste qu’on discute d’autre chose. » Je capte son regard et ajoute. « Tu te souviens de nos vacances dans le jura ? J’avais fait tomber le fromage à raclette sur ta jambe et tu avais été brûlé au troisième degré. On avait du t’emmener aux urgences en pleine nuit. » Je souris, penser à ces moment, m’éloigne pour quelques minutes de mes pensées funèbres. « Je me souviens, oui » Il fait l’effort de sourire lui aussi ce qui doit aider à me soulager ce soir. « J’avais mordu mon pull tout le trajet de la voiture pour ne pas pleurer. Mon père était tellement agacé et ma mère tellement en panique que j’ai cru qu’on allait avoir un accident sur le chemin » Je laisse échapper un petit rire. « Ton mariage était magnifique. C’est merveilleux pour moi de me dire que tu es marié à l’homme que tu aimes et que plus rien ne te plongera de nouveau dans l’état ou tu étais à Paris. » En lui laissant Grace j’espère qu’elle saura faire sorte que leur petites disputes n’aillent aussi loin qu’une séparation. J’espère qu’elle saura les garder proches, qu’il formeront la famille que j’aurais aimé avoir.

« Je n’arrive toujours pas à croire qu’il est devenu mon mari » Je souris avec douceur serre un peu sa main. « Je l’aime tellement… » Je hoche la tête, sans me départir de mon sourire. « Ca se voit. Il a dit de très belles choses à ton sujet lui aussi, de ce que j’ai pu entendre, de la table des enfants... » Je ris un peu puis tousse. « Tu devrais aller le rejoindre il est tard. » Il fronce un peu les sourcils, et resserre ma main. « Je ne veux pas te laisser là toute seule » Je souris un peu lasse et le rassure du mieux que je peux. « Je ne suis pas seule, mon ami Lucas est là lui aussi. » Je me redresse un peu et ajoute. « Tu peux retrouver Tristan & Grace vraiment. Ca sera votre première soirée tous les trois... »

uc
Revenir en haut Aller en bas
 
Don't leave me here ♦ MEGAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rhian Sugden VS Megan Fox
» Megan Fox vs Lita
» Megan Jones (Poufsouffle)
» i'm a wonder woman ft. Megan Fox
» L'oiseau solitaire ~Feat. Megan Fox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: