Show Must Go On

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ophelia

MessageSujet: Show Must Go On    Ven 30 Mar - 10:55

Ophélia était affalée sur son canapé, fatiguée après une journée shopping avec sa meilleure amie. La télécommande dans une main, une bière dans l’autre, elle avait vraiment l’air d’une épave, mais elle était réellement épuisée. DS l’avait fait courir de boutiques en boutiques pendant des heures, ce qui l’avait vidée complètement. Elle adorait son amie, mais là elle appréciait encore plus le fait de rien faire. L’ex chanteuse zappait sans réellement regarder ce qui se passait à l’écran. Elle arrêta de zapper lorsqu’elle tomba sur un vieil épisode de Friends sur Channel 4. La série américaine captiva l’attention d’Ophélia pendant un petit quart d’heure. Elle s’apprêtait à zapper voyant que la chaine ne comptait pas diffuser un nouvel épisode. Cependant, son attention fut une nouvelle fois attirée par cette nouvelle série qui venait d’apparaitre à l’écran : Glee. La directrice de la chorale en avait vaguement entendu parler, tout ce qu’elle savait c’est que c’était une bande de lycéens qui avaient plus au moins monté une chorale et ils se battaient pour le maintenir en vie. Elle se laissa tenter et regarda donc l’épisode qui était diffusé.

L’ex chanteuse eu grand mal à suivre toutes les relations qui liaient l’ensemble des adolescents de la série. Cependant, c’est plus la story line de l’épisode en lui-même qui devenait intéressant pour la directrice de la chorale d’Oxford. En effet, un certain Mr Shue, qui avait l’air de diriger cette chorale souhaitait que ses élèves fassent la promotion de leur Glee Club, afin de recruter de nouveaux membres. Et c’est justement ce que voulait faire Ophélia depuis un petit moment, mais elle n’avait pas vraiment eu d’idées fulgurantes jusque là. Elle regarda alors la chorale se produire devant une grande partie de leur lycée. Ils avaient tous mis au point : chorégraphie, répartitions des paroles, musique … La Londienne se surprit à appréciait leur interprétation de la célèbre chanson « Empire State of Mind » d’Alicia Keys et de JayZ. C’était ça, c’était exactement ce qu’il leur fallait : captiver l’attention d’un maximum de personnes et leur montrer de quoi ils étaient capables. Ophélia ne suivi que d’un œil distrait le reste de l’épisode, trop concentrée à essayer de trouver une chanson qui pourrait mettre en valeur le Glee Club d’Oxford.

C’est légèrement en retard qu’elle arriva le lendemain à la répétition de la chorale. Les bras chargés de diverses partitions, elle entra dans la salle, où se trouvaient déjà les étudiants. « Bonjour tout le monde » commença-t-elle gratifiant chaque personne d’un sourire. « Comme vous le savez tous, Camille est parti à Cambridge et par conséquent a dû nous quitter … » Ophélia laissa sa phrase en suspend pour quelques secondes, histoire que tout le monde en prenne conscience, elle comprise. « De plus, n’oublions pas le fait que nos chers camarades de Cambridge ont engagés un chorégraphe, ce qui les place un cran au dessus. » Pour l’ex star, la chorégraphie n’était que de la poudre pour les yeux, qu’une stratégie pour minimiser vos limites vocales. Cependant, Ophélia avait rapidement appris, qu’avec une chorale tout compter : le moindre détail défaillant pouvait vous porter préjudice. « C’est pourquoi nous allons contre attaquer ! » s’exclama-t-elle un grand sourire aux lèvres. Il était évident que la chorale d’Oxford n’allait pas se faire marcher sur les pieds, sans riposter. « Mais pour ça nous allons devoir recruter de nouveaux membres et c’est la où vous rentrez en jeu ! » Ophélia comptait sur la bonne volonté de chacun pour grossir les rangs de leur Glee Club. Elle espérait que chaque personne présente dans la pièce y mette du sien et avec cela elle était certaine que rapidement ils pourraient remettre la chorale de Trinity Landsbury.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Sam 14 Avr - 9:43

Posant ses affaires de cours sur une des tablettes, la rouquine s’installa à sa place habituelle à côté de ses camarades. La chorale d’Oxford…elle avait bien failli la laisser tomber. Elle n’avait pas de raison particulière sinon une fâcheuse tendance à laisser tomber les activités qui ne lui plaisaient plus autant qu’avant. Certaines personnes avaient réussi à la décourager, mais désormais Camille était parti et c’était une bonne chose de faire, même si elle était la seule à le penser dans cette pièce. Si sa cousine laissait entendre sa voix devant tout le monde, qu’elle soit sobre ou non, même si le plus souvent elle le faisait complètement soûle, la rouquine, elle, se faisait plus discrète sur ce point. C’était une artiste en herbe, mais si le dessin et la peinture était réellement ancrés en elle comme art, le chant restait un loisir à ses yeux. Elle n’avait jamais pris de réels cours de chant avant son entrée à Oxford. Mais en un an, elle avait réussi à donner à sa voix une plus grande assurance vocale et ne se contentait plus de fredonnait des chansons. Elle ne s’entrainait pas autant que les autres et surtout ne s’exhibait jamais sur scène. Elle n’avait pris part à aucun événement musical contrairement à sa cousine, et certaines personnes continuaient à s’étonner lorsqu’elle disait qu’elle faisait partie de la chorale de l’université. Bien entendu elle n’avait pas une voix aussi particulière que Carolyn, ni une parfaite assurance comme January, mais elle savait chanter. C’était au tout dernier moment qu’elle s’était décidée à rester dans cette chorale, lorsqu’Ophélia avait repris le club. Elle ne regrettait pas son choix, mais savait qu’à côté de Cambridge, ils ne faisaient pas vraiment le poids. La rouquine remis à sa place habituelle une oreillette de son portable en lançant le mode aléatoire tout en commençant à griffonner sur son cahier à dessin. Elle imaginait déjà le discours d’Ophélia leur répétant encore et encore inlassablement qu’il fallait continuer à croire en soir, qu’il devait bien exister dans cette université d’autres voix que les leurs et qu’il fallait regonfler les rangs de leur petite troupe s’ils voulaient battre à plates coutures la ville concurrente. Candice n’était pas découragée mais elle était ce genre de personne qui ont un optimisme qu’il faut parfois rebooster. Cambridge avait de très bons éléments et eux ils savaient danser. Bouger ses fesses sur une piste de danse elle savait faire, mais apprendre une chorégraphie et l’appliquer parfaitement c’était une autre histoire. Elle risquait de s’emmêler les pinceaux, de partir à droite plutôt qu’à gauche. C’est-ce que redoutait la française qui allait se produire, ils allaient surement devoir se battre également sur leur niveau de danse, et ça ce n’était absolument pas dans ses compétence.

Lorsqu’Ophélia entra dans la pièce, tout sourire, les autres membres de la chorale s’était déjà installés entourant la française, qui avait rangé son portable et faisait passer des mots à sa cousine pour connaître les détails croustillants de la soirée du samedi. Le rappel de la perte de Camille fut accueilli avec une certaine morosité pour la plupart des étudiants, Candice préférait ne pas montrer sa joie personnelle, être débarrassée de ce cafard était un grand bien selon elle, mais bien entendu, ce genre de choses il valait mieux qu’elle le garde pour elle. « De plus, n’oublions pas le fait que nos chers camarades de Cambridge ont engagés un chorégraphe, ce qui les place un cran au dessus. » La française avait bel et bien redouté cette phrase, c’était pour de bon. Ca allait lui tomber dessus, il lui faudrait apprendre une chorégraphie. Elle fixa longuement Ophélia qui semblait, elle, prête à la grande guerre. « On va vraiment devoir faire une chorégraphie nous aussi? » Laissa-t-elle tomber comme question, s’attendant bien entendu au pire comme réponse, mais elle voulait l’entendre de ses propres oreilles et se retrouvait face au mur en l’espace de quelques secondes. Elle se fichait que ses camarades puissent se moquer de sa question stupide, elle se doutait que parmi eux, tous n’était pas des pros de la danse non plus. Elle savait que trouver d’autres choristes serait une autre paire de manches mais tout restait possible, au pire elle enrôlerait de force Thomas et sa sœur. Quoi que Cassie lui poserait encore plus de tracas dans cette chorale et Thomas allait très certainement lui rire au nez. Mais avec un peu de chantage elle arriverait bien à en forcer quelques uns.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 27 Avr - 14:42

Être ponctuelle était depuis toujours l'une des qualités de Leah, qualité qui avait eu tendance à virer à l'obsession depuis son accident. Elle détestait arriver en retard à un cours ou un rendez-vous. Puisqu'elle se trouvait dans l'incapacité de se déplacer sans sa foutue canne blanche en dehors de son appartement, de celui de son frangin ou de chez leurs parents, chaque fois qu'elle arrivait dans un amphi, quelques minutes après l'heure prévue, les chuchotements se taisaient et le professeur se taisait, toujours gênés par les tap tap de la canne. La jeune fille se sentait elle-même mal à l'aise, dans ce genre de situations. L'air se faisait plus lourd et elle avait alors la désagréable sensation ― avérée, sans aucune doute ― d'être l'attention de tous les regards. C'était agaçant, plus que ça même, c'était blessant. Elle clamait à qui voulait l'entendre qu'elle était une personne comme les autres. Mais les mentalités changeaient difficilement. Les étudiants comme le corps professoral avaient encore du mal à se comporter normalement à son contact. Histoire de faciliter la tâche à tout le monde, Leah avait pris l'habitude d'être là avant tout le monde, partout, tout le temps. Elle partait également en dernier. C'était plus simple. La chorale n'échappait pas à la règle. C'était peut-être le seul lieu de la fac où elle avait l'impression d'être réellement normale, d'être bien mais les autres continuaient, sans le vouloir, avec des mots mal choisis, un bredouillement, un malaise presque palpable, de lui rappeler qu'elle était la petite aveugle de service. Elle limitait, là aussi, les risques. Et comme à son habitude, elle était arrivée cinq ou six minutes avant le gros des troupes. Quand Ophelia Steele pénétra à son tour dans la pièce, après l'arrivée des retardataires habituels, Leah se trouvait depuis presque vingt minutes. Les jambes croisées, ses doigts courant sur les pages en braille de l'ouvrage posé sur ses genoux, elle ne s'arrêta pas de lire lorsque la directrice de la chorale les salua. Ça n'était pas bien poli mais ce n'était pas comme si elle était incapable de se concentrer à la fois sur ce que disait Ophelia ― jusque là, aucun scoop ni nouvelle importante en vue.. façon de parler ― et sur son livre. Et puis, ça ne dérangeait personne, hein.

La main droite de la jeune fille dérapa lorsqu'elle capta le mot chorégraphie. Ils étaient sérieux là ? « On va vraiment devoir faire une chorégraphie nous aussi ? » demanda une fille, une française d'après ce que Leah savait ― Candice, non ? Une chorégraphie, mais bien sûr. Comme si ils en avaient réellement besoin. D'accord, ils avaient peut-être perdu un sacré avantage lorsque Camille Martin avait quitté Oxford mais, merde, ils n'allaient quand même pas s'abaisser à copier la chorale de Cambridge ― quoi ? ce n'était pas parce que Lys en faisait partie que ça réhaussait le niveau.. bon, peut-être un peu mais ça ne l'empêchait plus d'avoir un avis très tranché sur la question ― ils n'en étaient pas là, quand même. Il leur restait une ou deux cartes dans leur jeu et, bien que ça lui coûtait de l'admettre, Stowe était l'une de ses cartes. Elle se mordit la lèvre. Il n'y avait pas que l'absence totale d'originalité de la manœuvre. Elle était presque certaine qu'elle serait, elle, dans l'incapacité de suivre le mouvement. Il n'y avait personne ici en qui Leah avait suffisamment confiance pour le suivre aveuglément ― le mot était bien choisi, non ? ― dans une chorégraphie, sur scène. Non, elle n'aimait décidément pas cette idée. Et, manifestement, Ophelia en avait une autre tête. Une bien meilleure, selon la jeune fille. C'était effectivement de sang neuf qu'ils avaient besoin. De personnes douées, passionnées. De personnes comme Garreth, par exemple. A la pensée de son colocataire, elle ne put retenir un soupir agacé. Il s'entêtait à refuser de la suivre ici. Il en faudrait beaucoup pour le convaincre. « Et qu'est-ce qu'on est sensé faire ? Aller chanter All By Myself en chialant dans les amphi, histoire de montrer combien la chorale nous aide à extérioriser nos émotions ? » lança-t-elle, vaguement moqueuse. Bon, d'accord, franchement moqueuse. Stowe n'était d'ailleurs même là, son parfum atroce n'alourdissant, pour une fois, pas l'air. Donc, d'accord, ce n'était pas bien malin, ça ne faisait pas avancer le débat mais.. elle était incapable de retenir ce genre de commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Lun 30 Avr - 2:11

Je traverse le parc de l'université en courant à moitié. Par chance j'avais prévu mon retard et ai enfilé une paire de bottes sans talon avec ma robe d'été. Je remonte mon sac sur mon épaule, jetant un énième coup d'oeil à ma montre. Miss Steele va me tuer, je n'ai jamais été aussi en retard. Je resserre les pans de mon gilet de laine et presse encore le pas, rejetant mes cheveux en arrière tous les deux mètres, inlassablement ramenés par le vent. A peine maquillée, habillée n'importe comment, je dois faire peine à voir, mais pour le moment c'est le cadet de mes soucis. Ma visite d'hier à la chorale de Cambridge m'a aidée à ouvrir les yeux : nous ne gagnerons jamais si nous ne mettons pas les bouchées doubles, et d'urgence. Je traverse un premier patio, regardant droit devant moi. Un air bien connu vient à mes oreilles. Je m'arrête net et me tourne vers le garçon roux qui chante ma chanson. Sweet Caroline, je ne l'avais pas entendu depuis cet été. Depuis que Camille me l'avait chantée.
« Hey toi ! Oui toi là, avec la guitare. » Je le hèle sans discrétion, l'heure n'est pas à l'élégance. Nous sommes en sous-effectif et ce gars ne chante pas mal. « Ca te dirait de m'accompagner à la chorale ? » Il s'empourpre brutalement, bafouille, me lance un regard affolé avant de baisser les yeux. Et bien, qu'est-ce que nous avons là ? J'ai envie de le choper par le col de son polo ridicule et de le secouer, j'ai pas toute la journée. « Euh, je ? La chorale ? Mais je n’ai jamais chanté en...d’accord, tout ce que tu voudras. » Miracle, il parle. Je pousse un long soupir et le devance vers le batiment. « T'en fais pas, t'auras pas à beaucoup chanter, tu me serviras juste dans les choeurs. » Qui a dit odieuse ? Je suis Carolyn Stowe.
Je fais irruption dans la salle de musique et indique un siège vide à Machin. « Pardon Miss S. J'avais des choses à organiser. » Je sors de mon sac ma feuille de notes et lève les yeux vers mes camarades. Ce n'est qu'à cet instant que je remarque cette fille avec ses lunettes noires. La soeur de Lysander sans doute. Je réalise alors que je l'ai déjà croisée, que sa canne s'est perdue plus d'une fois entre mes tibias. Coincidence ?
Je secoue la tête et commence mon speech de présidente des élèves de la chorale, titre que je me suis moi-même attribué. « L'heure est grave. Cambridge est au top alors que nous nous sommes totalement ramollis. Il faut changer ça. J'ai amené un nouveau membre aujourd'hui et je compte sur vous pour en faire de même. Il nous faut des nouvelles recrues et ce impérativement. Et... euh... toi, n'hésite pas à ramener tes amis. » Je me rends juste compte que je ne connais pas son prénom. « Comment tu t'appelles déjà ? » De longues secondes passent avant qu'il ne se décide à répondre. Seigneur, un attardé... « Perceval, mais tu peux m’appeler Perc... » Ma langue claque sèchement, ne nous attardons pas sur les détails. « Mes amis sont plutôt world of warcraft mais pourquoi tu ne demanderais pas à ton ami français avec les boucles ? Lui il a paspeurdeseproduiresurscèneaumoins. » Je réfléchis un instant avant de hocher la tête. « C'est une bonne idée mais je ne sais pas si Andrea aura la tête à ça... » Une partie de ma conscience me souffle que comme ça, Cambridge ne sera pas la seule à avoir un garçon aux belles boucles. « Très bien Provencal, tu gères. D'autres suggestions ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Lun 30 Avr - 11:25

Des pas se firent entendre, précipités, dans le couloir. Leah en distingua deux différents. Minimum. A l'allure à laquelle ils ― qui qu'ils étaient et combien ils étaient ― se déplaçaient, elle était bien en peine de donner leur nombre avec précision. Ce qui était certain, c'est qu'il s'agissait de membres de la chorale. En retard. « Pardon Miss S. J'avais des choses à organiser » lança une voix féminine ô combien agaçante que Leah ne connaissait que trop bien. Stowe. Son parfum la précédait. Bon sang, il fallait qu'elle en change. C'était atroce. A moins que le ressentiment qu'éprouvait la jeune fille à son égard n'enfle le côté entêtant et lourd de la fragrance. Peu importe, elle n'avait pas l'intention de faire amie-amie avec cette idiote si prétentieuse. Pour quoi les prenait-elle ? Ses larbins ? Pourquoi fallait-il qu'elle arrive en retard presque systématiquement ? Ils n'avaient pas que ça à faire de leur journée, de l'attendre. Les examens approchaient et Leah aurait volontiers mis à profit toutes les minutes passées à patienter sagement que la graaaande Carolyn Stowe daigne se pointer au glee club pour étudier. Les mains posées à plat sur les pages de son livre, Leah inspira profondément, luttant contre l'envie de faire remarquer à sa Majesté que son statut de petite princesse autoproclamée de la chorale ne l'autorisait pas à les prendre tous pour des imbéciles en les faisant attendre. C'était inutile. La chorale avait des problèmes plus grave que l'absence de respect de Stowe pour les horaires et l'emploi du temps d'autrui. Et manifestement, ô miracle, elle en était elle-même consciente. « L'heure est grave, annonça-t-elle comme si elle balançait là un véritable scoop. Cambridge est au top alors que nous nous sommes totalement ramollis. Il faut changer ça. J'ai amené un nouveau membre aujourd'hui ― c'était donc ça, la deuxième série de pas qu'elle avait attendu ― et je compte sur vous pour en faire de même. Il nous faut des nouvelles recrues et ce impérativement ― non mais, sans blague.. Leah se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas lui faire remarquer qu'elle ne faisait que répéter ce qu'Ophelia leur avait dit un peu plus tôt. Bien entendu, si mademoiselle avait été présente, elle l'aurait su ―. Et... euh... toi, n'hésite pas à ramener tes amis » ajouta-t-elle, sans doute à l'intention du petit nouveau qu'elle avait ramené. Haussant un sourcil, la jeune Murray referma l'ouvrage toujours sur ses genoux et le fit glisser sur son sac, posé sur le sol, non loin de sa canne. Bien décidée à prendre part au débat, elle se défit de sa paire de lunettes, la dernière chose à l'identifier comme l'aveugle de service, puis elle croisa les mains sur ses genoux, toute à l'écoute de la voix mélodieuse ― en fait, il aurait fallu que Stowe la boucle.. elle était plus que capable de chanter, ça, tout le monde était d'accord, Leah y compris, mais parler.. grands dieux ― de Carolyn, manifestement très investie dans l'intégration d'éventuels nouveaux membres à leur chorale : « Comment tu t'appelles déjà ? » Pardon ? Quoi, elle n'était même pas foutue de retenir son nom ? C'était une blague ? Non. Elle n'aurait pas été en mesure de faire une blague, surtout aussi nulle, dans cette situation. Si tant est qu'elle savait ce qu'humour pouvait bien signifier. « Perceval, mais tu peux m’appeler Perc... » répondit-il, un peu sur sa gauche, probablement sur la chaise d'à côté, avant d'être sauvagement interrompu par un claquement de langue sec. Une fois encore, son altesse sérénissime avait parlé. Enfin presque. Elle se fichait du nom du pauvre bougre et encore, c'était un euphémisme. Tout ce qui comptait, c'était ce que le garçon pouvait apporter à la chorale. Sur ce point-là, Leah devait reconnaître que Stowe n'avait pas tort. D'autant qu'il portait un nom à coucher dehors avec un ticket logement, le pauvre. « Mes amis sont plutôt world of warcraft, reprit-il, mal à l'aise, il n'y avait aucun doute, mais pourquoi tu ne demanderais pas à ton ami français avec les boucles ? Lui il a paspeurdeseproduiresurscèneaumoins » L'ami français avec les boucles. Andrea. Évidemment. Un bref sourire passa sur le visage de Leah au souvenir de l'adorable mangeur de grenouilles, comme disait son père. Il était charmant mais.. n'allaient-ils pas tous passer pour un tas de brebis désespérées si ils s'en remettaient à lui ? D'autant que ça ne leur apporterait qu'un membre, hein, sans compter qu'Andrea avait certainement autre chose à faire que de venir se trémousser ― puisque chorégraphie il semblait qu'il y aurait ― sur une scène avec eux. Non, il fallait autre chose. Sérieusement. Et quelque chose qui ne ressemble pas à Lysander, s'ilvousplaîtmerci. Ou elle ficherait le camp, amour de la musique ou pas. Bref. Il leur fallait un truc. « C'est une bonne idée mais je ne sais pas si Andrea aura la tête à ça... » répondit Stowe au malheureux petit nouveau ― franchement, diable ses parents étaient-ils allés pêcher un nom pareil ? « Très bien Provencal, tu gères, entendit-elle Carolyn dire. D'autres suggestions ? » Leah haussa un sourcil. Quoi, c'était tout ? Elle n'avait rien préparé ? Elle n'avait pas réfléchis ? « On peut revenir juste cinq petites minutes sur votre histoire de choré, là ? demanda Leah, croisant les bras sur sa poitrine. Parce que si on commence à se caler sur Cambridge, on va pas aller loin. Si j'étais pessimiste, je dirais même qu'on va se ramasser » ajouta-t-elle avec dédain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mar 1 Mai - 11:13

Un silence retomba dans la salle après le petit discours d’Ophélia. Cette dernière observa le visage de toutes les personnes présentes attendant une quelconque réaction de ses élèves. C’est a ce moment que l’ex chanteuse remarqua l’absence de Carolyn. Ophélia fronça les sourcils à cette remarque. Ce n’était vraiment pas le style de la jeune fille d’arriver en retard aux répétitions de la chorale. Au contraire, elle était plutôt du genre à arriver en avance. Etonnant de sa part. Alors qu’Ophélia s’apprêtait à reprendre la parole pour réveiller les personnes présentent, c’est Candice qui finit par briser le silence : « On va vraiment devoir faire une chorégraphie nous aussi? ». La fameuse question était enfin tombée pensa en souriant la directrice de la chorale. La chorégraphie, lorsqu’on n’est pas Lady Gaga ou Beyoncé, il est certain que ça peut être quelque chose de redoutable. Même pour elle, à l’époque où elle montait sur scène, Ophélia n’avait jamais fait de grande chorégraphie et elle n’en n’avait jamais ressentit le besoin, car pour elle la musique c’était avant tout pour les oreilles. C’est la voix de Leah qui répondit à la jeune rousse « Et qu'est-ce qu'on est sensé faire ? Aller chanter All By Myself en chialant dans les amphi, histoire de montrer combien la chorale nous aide à extérioriser nos émotions ? » Le ton moqueur de la jeune aveugle n’aidait pas vraiment. Après tout, elle devait être plutôt bien placée pour comprendre la crainte de Candice quand il s’agissait de la chorégraphie. Cependant, Ophélia laissa couler, il valait mieux se concentrer sur le sujet même.

L’ex chanteuse s’apprêtait à répondre, mais cette fois ci il fut couper par des bruits de pas dans le couloir. Il lui paraissait évident qu’il devait s’agir de Carolyn, qui leur faisait finalement grâce de sa présence lors de cette répétition. « Pardon Miss S. J'avais des choses à organiser. » « Je t’en pris Carolyn, prends place. » Ophélia pensait que la jeune fille irait s’assoir, comme tous ces camarades ainsi le jeune homme qui venait de débarquer timidement avec elle, sur les chaises face à la directrice de la chorale. Cependant, c’était sans compter sur le petit speech que Carolyn avait préparé : « L'heure est grave. Cambridge est au top alors que nous nous sommes totalement ramollis. Il faut changer ça. J'ai amené un nouveau membre aujourd'hui et je compte sur vous pour en faire de même. » Le ton de la choriste était pratiquement solennel, ce qui fit sourire l’ex chanteuse. Personne ne pouvait le nier, lorsqu’il s’agissait de la chorale la jeune Stowe y mettait tout son cœur. « Il nous faut des nouvelles recrues et ce impérativement. Et... euh... toi, n'hésite pas à ramener tes amis. » Carolyn marqua une pause après s’être adressé au petit nouveau. « Comment tu t'appelles déjà ? » Ophélia eut honte, elle-même ne savait pas comment il s’appelait. Elle faisait une horrible directrice, incapable d’accueillir un nouveau membre correctement. Le garçon mit un certain temps à répondre, visiblement intimidé par Carolyn « Perceval, mais tu peux m’appeler Perc... » La jeune fille claqua sa langue, agacée par cette abondance de détails qui l’importait bien évidemment peu. Le pauvre garçon n’était vraiment pas aidé par l’attitude de la brune face à lui. Ophélia regrettait le manque d’amabilité de la jeune fille, après tout sa présence grossissait leur rang et donc était en soit une aide. Perceval reprit la parole « Mes amis sont plutôt world of warcraft mais pourquoi tu ne demanderais pas à ton ami français avec les boucles ? Lui il a paspeurdeseproduiresurscèneaumoins. » Qui était ce fameux ami français qui n’avait pas peur de se produire sur scène ? Il était quasiment impossible qu’Ophélia soit passée a coté de lui. Depuis son arrivée à la tête de la chorale, elle avait épié toutes les personnes qui s’étaient mises à chantonner dans les couloirs. Alors, si ce fameux garçon c’était produit sur scène, comment était-ce possible qu’elle n’est pas la moindre idée de qui il était ? « C'est une bonne idée mais je ne sais pas si Andrea aura la tête à ça... » Andrea, Andrea, Andrea, … Ophélia cherchait ou elle avait bien pu voir se dénommé Andrea. Au Carling certainement, mais elle n’en était pas certaine. Pourtant son nom lui disait vraiment quelque chose, mais elle n’arrivait pas à mettre un visage sur ce nom. Il fallait absolument qu’elle fasse sa petite enquête sur ce jeune homme. « Très bien Provencal, tu gères. » Provencal, Ophélia du retenir un petit rire. Ce garçon allait réellement en bavé, si il ne connaissait pas Carolyn Stowe, il allait rapidement apprendre à faire avec le tempérament de la jeune fille. « D'autres suggestions ? » Ophélia n’eut pas le temps de souffler que Leah reprenait déjà la parole. La directrice allait vraiment devoir imposer un peu plus son autorité, parce que depuis plusieurs minutes elle avait a peine pu placer une phrase. « On peut revenir juste cinq petites minutes sur votre histoire de choré, là ? Parce que si on commence à se caler sur Cambridge, on va pas aller loin. Si j'étais pessimiste, je dirais même qu'on va se ramasser » Elle marquait un point, si Oxford voulait battre Cambridge ce n’était surement pas en les imitant qu’ils y arriveraient. Ils devraient se démarquer d’une manière ou d’une autre.

Ophélia invita Carolyn a s’assoir à coté de ses camarades d’un geste de la main avant de s’adresser à l’ensemble des étudiants. « Tout d’abord, bienvenu à notre nouveau membre Perceval » commença-t-elle en adressant un sourire chaleureux au jeune homme. « Ensuite, pour revenir à ce que tu disais Leah, il est évident qu’il faudra nous surpasser et nous démarquer pour battre Cambridge. Alors, peut être que la chorégraphie pourra nous aider ou au contraire nous pénaliser, mais dans tout les cas il faut faire un choix et trouver quelque chose qui pourrait nous aider à faire oublier notre faiblesse en dance. Après, Carolyn à raison tous les nouveaux membres seront les biens venus, alors parlez en autour de vous : il nous faut de nouveaux membres, le plus vite sera le mieux. » finit elle reprenant légèrement son souffle.


Dernière édition par F. Ophelia Steele le Mer 30 Mai - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 4 Mai - 8:53

Absolument magnifique. Voilà donc le programme officiel des réjouissances ? 5 chansons par chorale et une performance non jugée par le jury pour clôturer le tout, à faire en groupe mélangé. Grands dieux, voilà qui oblige Cambridge à composer avec la nullité. Pas que je sois foncièrement pour ces guerres d’université mais il faut dire que la compétitivité les rends bien plus efficaces. Je plie la feuille et décide de ne pas perdre plus de temps, puisqu’il faut aller titiller l’ennemi autant rendre notre présence un peu plus inopinée et insupportable. Après une légère discussion avec l’administration, mes criards sont désormais hébergés dans les dortoirs de l’université d’Oxford pour une durée d’une semaine, voilà qui devrait passablement leur donner le ton. Un sourire ravi collé aux lèvres, j’annonce donc la bonne nouvelle à mon petit groupe de sale gosse qui a été particulièrement efficace ce mois-ci. « Et arrêtez de raler, voyez la chose autrement, l’intimidation avant les compétitions de fin d’année vaut bien que vous vous fouliez les allées d’Oxford, vous êtes clairement meilleurs et si Stowe ne leur a pas encore dit, alors ils devraient assez vite s’en rendre compte. » Je me racle la gorge et termine assez rapidement le cours. Il faut que je prépare mes affaires pour demain, je compte bien profiter de mon petit séjour tout frais payé à Oxford pour faire la tournée des bars étudiants. Quel dommage que ce bon vieux Logan ne puisse pas nous accompagner, il aurait très certainement apprécié l’idée.

Grand soleil, fait assez rare pour être noté, toutes ma petite colonie vient discrètement de poser ses quartiers dans leurs dortoirs, il est temps maintenant de faire une entrée en fanfare. Les doyens se sont peut être concertés, mais je doute que Steele soit si vite informée. D’après ce que m’a dis Lux, la chanteuse sans voix a plutôt passé son temps à paniquer suite à la révélation de Stowe, ce qui m’amuse franchement. « Jeunes gens je ne veux pas de débordements, les remarques acides sont autorisées bien entendu, mais que je ne surprenne aucun de vous à dégrader les locaux. Prestige, supériorité & élégance, il est évident que je ne vous incite pas non plus à fraterniser avec l’ennemi mais plutôt à étaler votre talent ou dans le cas de certains, de votre travail. » Il est rare que je sois pleinement satisfaite, mais les dernières répétitions ont été excellentes. « Jackson, dans notre grand projet d’intimidation, il n’y a pas de place pour ton immense talent, me suis-je bien fait comprendre ? » Elle acquiesce, elle et moi avons trouvé comment mettre son égo de côté. Très bien. Nous nous faisons indiquer la salle, arrivons en délégation à coup de regards dédaigneux. Je m’arrête alors devant une porte et appelle mes élèves au silence. Je colle alors mon oreille contre la porte et laisse un sourire se dessiner sur mes lèvres. Quelle bandes d’ignobles fainéants.

Je sors la petite feuille pliée de mon sac à main et entre après avoir frappé. « Bonjouuur. Inutile de faire durer le suspens plus longtemps... » Je tends la feuille à Steele afin qu’elle se mette vite au courant de la situation, tandis que mes élèves s’installent sans gêne parmi leurs adversaires et cela sans réel plaisir. « J’ai l’immense joie de vous annoncer que Cambridge & Oxford devront se joindre pour clôturer la compétition de chant de cette année. Numéro qui ne sera pas évalué mais qui est supposé mettre en évidence la qualité de nos relations et le talents de nos deux chorales. Je n’ai pas pour habitude d’écouter aux portes, mais il me semble vous avoir entendu pester à l’idée de devoir effectuer une chorégraphie. » Ricanements dans mon clan, sourire carnassier sur mes lèvres. Si mes élèves s’étaient permis une telle remarque, je crois que j’aurais définitivement abandonné l’enseignement. « Cambridge ne vous demande pas de l’égaler à ce niveau, ce serait peine perdue avec toutes les heures de travail supplémentaires que mes élèves se sont pliés à suivre, mais tout de même, vous ne pensez pas à rester debout comme des piquets et chanter ave maria ? » Je me tourne vers Ophelia Steele qui je dois l’avouer peine à imposer son autorité. Mes élèves se sont donnés trop de mal, ils ne peuvent pas se saborder eux même, ce serait d’un triste. J’avise de nouveau cette bande de feignasses. « Enfin, après tout, vous faites bien ce que vous voulez cependant pour le numéro commun et pour l’honneur de nos deux universités, il nous faut garantir un show exceptionnel et donc un numéro de danse chanté. Qui est ton meilleur élément Steele ? » Bien sur je ne parle pas uniquement du chant. J’ai une petite idée de la réponse cependant. La question peut paraître absolument dure, mais nous ne sommes pas dans cette série ou les belles frimousses et les voix potables ont besoin de leur quart d’heure de pellicule. Nous avons besoin de véritables stars.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 4 Mai - 13:44

Oxford, je déteste cette ville, sans doute même plus que mes camarades et pour cause on ne peut pas dire qu’elle sache m’évoquer quelque chose de positif. C’est cette ville qui m’a séparé de Leah, et c’est aussi celle qui a signé ma descente. Loger ici pour la semaine est suffisamment dégradant et l’enchantement de mes camarades n’est pas vraiment communicatif. J’envoie un message vocal à ma sœur histoire de la prévenir de me réserver sa soirée, et suis notre professeur à travers les allées de l’université adverse. Visiblement elle sait très bien ou elle va et nous prodigue ses derniers conseils. Ne pas dégrader les locaux, l’ensemble est amusant quand on y pense, mais il est vrai que Cambridge est en période de crise en ce moment et personne n’est à l’abri quand on sait que même les membres du JCC, sont victime d’attaques de paintball en plein milieux du campus. Nous marchons vite, et retournons tous les regards sur nous, personne ne s’est vraiment donné la peine ici de prévenir de notre arrivée et je suppose qu’il nous faut nous méfier de ces crumblemakers qui sèment parait-il la terreur ici. J’offre un sourire à Moon et Landsbury colle son oreille contre la porte. De ce que j’entends, Carolyn ne sèche pas les répétitions, quelle joie de la revoir encore une fois. Je me félicite cependant d’avoir passé une année plus ou moins tranquille sans avoir à malencontreusement finir dans la chambre d’amis de Léandre pour coucher avec cette garce.

Melle Landsbury frappe puis entre sans prendre le temps d’attendre une quelconque réponse. Nous les dérangeons bien entendu en pleines répétitions, ce qui est avouons le assez drôle. L’espionnage de Carolyn devant être au centre de leurs conversations actuelles, il est amusant d’avoir à faire à leurs réactions en direct. Après avoir perdu la boat race, les chances pour qu’ils perdent aussi cette compétition et tout cela en s’humiliant publiquement, sont elles excellentes. Je pose ma main sur l’épaule de Leah avec un sourire puis m’assois au milieu de nos adversaires avec dignité comme si tout était parfaitement normal. Des conversations que j’ai pu avoir avec ma sœur, ils ne sont absolument pas préparés et cette chorale relève bien plus de la bonne blague que du sérieux. Finalement Lux n’aura pas eu à faire grand chose pour la faire imploser, seule Carolyn semble croire sincèrement qu’ils puissent avoir une chance, je m’étonne même qu’elle n’ait pas tenté de convaincre Andrea de venir relever le niveau au vu de ce désastre.

Le speech de notre directrice se termine sur une question presque rhétorique en ce qui concerne leur meilleur élément. L’ensemble de mes camarades et moi même balayons la salle d’un air sceptique comme si nous étions soudain devenus tous télépathes. Doutant que Leah ait vraiment envie de se lancer dans un numéro de danse complexe, mon regard finit par croiser le regard de Stowe qui s’est déjà désignée. Sa prétention n’a vraiment aucune limite, et dire qu’elle s’était attaquée à la mienne. Elle me fixe avec insistance, elle n’est tout de même pas sérieuse ? C’est une invitation ? Je hausse un sourcil ironique, danser avec elle est sans doute bien plus agréable qu’avec un quelconque boulet de leur rangs, mais il ne faudrait pas non plus en faire trop sur le degré du plaisir que je pourrais éprouver à l’accompagner. Je m’exprime, puisque January n’est pas là il faut tout de même que quelqu’un l’ouvre. « Si je puis me permettre je pense qu’on devrait organiser une audition comme on l’a toujours fait à Cambridge afin de différencier la prétention du réel talent. » Mon regard soutient celui de Stowe encadré d’un sourire presque moqueur. « En binôme? » Je hausse une nouvelle fois un sourcil dans une incitation claire au jeu du chat et de la souris que nous ne pouvons pas nous empêcher de pratiquer. Je me lève impérieux et m’approche de Carolyn qui vraisemblablement veut travailler avec moi. « Vous n’avez pas d’auditorium ou de salle de ce genre ? Je ne vois pas comment on peut travailler dans un espace aussi restreint. » Sous le couvert d’une audition, je viens cependant effectivement d’afficher un quelconque désir de clore la compétition avec Carolyn Stowe. Mes camarades n’auront malheureusement plus qu’un choix restreint de partenaires dignes de ce nom, si ils désirent auditionner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 4 Mai - 13:47

« On peut revenir juste cinq petites minutes sur votre histoire de choré, là ? Parce que si on commence à se caler sur Cambridge, on va pas aller loin. Si j'étais pessimiste, je dirais même qu'on va se ramasser » Je me tourne vers la jeune aveugle qui vient de prononcer ces mots. J'ouvre la bouche pour les rassurer mais je ne trouve pas comment. J'ai assisté à la répétition de Cambridge et je peux dire qu'ils gèrent totalement. Je sens le manque de motivation de la part de mes amis quant au fait de danser mais nous n'avons pas le choix, nous n'allons pas rester planter sur scène à fredonner bêtement. Miss Steele me fait signe de regagner ma place, je m'éxécute en me rappelant que ce n'est pas moi le chef ici -ou du moins, officiellement. Je sautille vers une chaise libre et fait mine d'écouter notre professeur, mais mes pensées sont tournées vers un semblant de solution. Pour la première fois je n'ai aucune idée.
Des pas -beaucoup de pas- se rapprochent, mon ventre se tort dans un mauvais pressentiment. La porte s'ouvre sur Trinity Landsbury et ses élèves. C'est les poils hérissés que je les regarde entrer et s'installer parmi nous. « Bonjouuur. Inutile de faire durer le suspens plus longtemps... J’ai l’immense joie de vous annoncer que Cambridge & Oxford devront se joindre pour clôturer la compétition de chant de cette année. Numéro qui ne sera pas évalué mais qui est supposé mettre en évidence la qualité de nos relations et le talents de nos deux chorales. Je n’ai pas pour habitude d’écouter aux portes, mais il me semble vous avoir entendu pester à l’idée de devoir effectuer une chorégraphie.  » Pardon ? Elle tend une feuille à Miss Steele tandis que ses rangs sont secoués de rire. « Cambridge ne vous demande pas de l’égaler à ce niveau, ce serait peine perdue avec toutes les heures de travail supplémentaires que mes élèves se sont pliés à suivre, mais tout de même, vous ne pensez pas à rester debout comme des piquets et chanter ave maria ? » Je serre le poing pour ne pas répondre, je ne voudrais pas risquer de me faire virer de la chorale. D'autant plus que la harpie a raison. Il faut qu'on danse. Ca semble indispensable. « Enfin, après tout, vous faites bien ce que vous voulez cependant pour le numéro commun et pour l’honneur de nos deux universités, il nous faut garantir un show exceptionnel et donc un numéro de danse chanté. Qui est ton meilleur élément Steele ? »
Je lance un regard inquiet à notre professeur, si douce et si gentille. Elle ne fait pas le poids contre cette sorcière de Landsbury. Elle ne sera jamais capable de désigner quelqu'un au risque de blesser les autres, c'est donc par pur sens du sacrifice que je me lève pour m'auto-désigner. « Je pense pouvoir dire que c'est moi. Vous avez déjà eu une petite démonstration mais je peux vous le reprouver. » Pour la première fois, je me tourne vers Lysander, une étincelle suppliante dans le regard. J'ai besoin de lui pour leur montrer que je suis la meilleure, tout simplement parce que -et ça m'arrache la bouche de l'admettre- il est le meilleur de sa chorale. Il ne fait aucun doute qu'il sera choisi par Landsbury et si je veux moi aussi être mise en avant, il faut qu'il m'accompagne. J'ai donc besoin d'un miracle, et j'en ai besoin maintenant.
Sa voix s'élève à son tour à ma grande surprise et me dévisage ironiquement. « Si je puis me permettre je pense qu’on devrait organiser une audition comme on l’a toujours fait à Cambridge afin de différencier la prétention du réel talent. En binôme? » Il se dresse de toute sa hauteur et s'approche de moi. « Vous n’avez pas d’auditorium ou de salle de ce genre ? Je ne vois pas comment on peut travailler dans un espace aussi restreint. » Je hoche la tête. « Bien sûr que si, tu es à l'université d'Oxford Murray. » Je me tourne vers Miss Steele, attendant qu'elle nous y mène.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 4 Mai - 14:54

Par bonheur, Stowe semblait avoir décidée de cesser son petit numéro de capitaine consciencieuse et impliquée. Leah fronça le nez ; c'était définitif, elle détestait son parfum. Et ça n'avait rien avoir avec le fait qu'elle ne pouvait pas la voir en peinture. Façon de parler. But still. « Tout d’abord, bienvenu à notre nouveau membre Perceval, dit Ophelia, avec sa douceur habituelle ― peut-être cherchait-elle à faire oublier son malheureux prénom au pauvre garçon, ou mieux encore, les manières un peu, mh, brusques de Stowe ― avant de s'adresser directement à elle : ensuite, pour revenir à ce que tu disais Leah, il est évident qu’il faudra nous surpasser et nous démarquer pour battre Cambridge. Alors, peut être que la chorégraphie pourra nous aider ou au contraire nous pénaliser, mais dans tout les cas il faut faire un choix et trouver quelque chose qui pourrait nous aider à faire oublier notre faiblesse en dance. Après, Carolyn à raison tous les nouveaux membres seront les biens venus, alors parlez en autour de vous : il nous faut de nouveaux membres, le plus vite sera le mieux » Encore une fois des nouveaux membres. Ouais et ils étaient sensés faire comment ? Personnellement, Leah voyait difficilement comment, à cette époque de l'année, ils pourraient recruter. Si certains avaient voulu entrer dans la chorale, ils l'auraient fait dès le départ. Surtout qu'à présent que les examens approchaient, il allait être difficile de convaincre les élèves les plus travailleurs. Mh. Il y en avait bien un ou deux. Bon, concernant le cas Garreth, la jeune fille avait fait son possible. Restait Leïla. Peut-être. Il faudrait qu'elle lui en parle.

Mais avant qu'elle ait pu ouvrir la bouche, on frappa puis la porte s'ouvrit, livrant passage à une petite troupe, devina-t-elle en captant les nombreux pas différents. Se figeant, elle fronça les sourcils, tournant légèrement la tête vers les nouveaux arrivants, par réflexe. « Bonjouuur, lança une voix féminine, inutile de faire durer le suspens plus longtemps » Attendez. Quoi ? Qu'est-ce qu'il se passait, bordel ? Il y eut un bruissement de papier ― du moins ça y ressemblait ―, des pas à nouveau, des grincements de chaises qu'on pousse sur le sol, des soupirs agacés, une foule de nouvelles odeurs. Des visiteurs, beaucoup de visiteurs. Le cœur battant, Leah baissa la tête, pas très rassurée. Quelqu'un déposa sa main sur son épaule. Sursautant, elle se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas criser. Qu― Lys. Un soupir de soulagement lui échappa. Non. Wow. Qu'est-ce que Lysander, son frère, étudiant de Cambridge et membre de la chorale de sa fac fichait ici ? Elle n'eut pas le temps de lui demander que, déjà, on lui apportait indirectement la réponse. « J’ai l’immense joie de vous annoncer que Cambridge et Oxford devront se joindre pour clôturer la compétition de chant de cette année, annonça la même voix, numéro qui ne sera pas évalué mais qui est supposé mettre en évidence la qualité de nos relations et le talents de nos deux chorales. Je n’ai pas pour habitude d’écouter aux portes, mais il me semble vous avoir entendu pester à l’idée de devoir effectuer une chorégraphie » Mh. Attendez, là.. QUOI ?! C'était une blague ? Un numéro, avec Cambridge ? Leurs deux chorales unies pour se produire sur scène ? Elle faillit ricaner à l'idée. Celui qui avait imaginé ça ne devait pas être très futé. Tout le monde savait que ce n’était pas le grand amour entre leurs deux formations. Pas du tout même. En même temps, qui aurait pu les apprécier, eux, à Oxford, avec une fille comme Stowe à leur tête ? C’était là un sacré handicap, relationnellement parlant, aussi douée ― oui, oui, oui, elle l’admettait, il le fallait bien, Carolyn Stowe était dotée d’un talent certain en ce qui concernait la chant ― fut leur, mh, charmant capitaine. « Cambridge ne vous demande pas de l’égaler à ce niveau, continua la même voix, appartenant manifestement à Trinity Landsbury, dont Lys lui avait parlé à plusieurs reprises avec un respect non feint, ce serait peine perdue avec toutes les heures de travail supplémentaires que mes élèves se sont pliés à suivre, mais tout de même, vous ne pensez pas à rester debout comme des piquets et chanter ave maria ? » En l’écoutant, Leah ne put retenir un sourire amusé. Pour seulement imaginer pouvoir dépasser Cambridge, il aurait fallu qu’ils prennent tous un truc pas très net. La majorité d’entre eux manquait cruellement de confiance en eux-même. Non, soyons clairs, en dehors de Stowe, personne n’imaginait pouvoir ne serait-ce que faire peur aux cambridgiens, Leah en tête. « Enfin, après tout, vous faites bien ce que vous voulez, reprit Landsbury qui, manifestement et à juste titre, ne plaçait pas beaucoup d’espoir en Oxford, cependant pour le numéro commun et pour l’honneur de nos deux universités, il nous faut garantir un show exceptionnel et donc un numéro de danse chanté. Qui est ton meilleur élément Steele ? » Comme si elle ne le savait pas. Comme si personne, ici, ne savait qui était la meilleure, dans cette pièce. L’espace d’une seconde, Leah se demanda si elle affichait une petite moue suffisante ou si elle jouait à la fausse modeste. Mh. La première option, sans doute. Elle imaginait difficilement Stowe jouer à l’innocente et humble étudiante. « Je pense pouvoir dire que c'est moi, annonça Stowe, après un nouveau grincement de chaise indiquant qu’elle s’était levée.. comme si devoir souffrir l’écoute de son insupportable voix ― sérieusement, en dehors du chant, c’était vraiment profondément agaçant ― n’était pas suffisant. Vous avez déjà eu une petite démonstration mais je peux vous le reprouver » Ah oui, c’était vrai, il y avait eu sa petite virée en solitaire à Cambridge. Quelle idiote. C’était probablement l’idée la plus stupide qu’elle ait eu, et certaines valaient vraiment le détour, il fallait l’entendre pour le croire, mais celle-là était de loin la pire de toutes. « Si je puis me permettre, intervint Lys, et Leah, à son côté, ne put s’empêcher de sourire ― lui, au moins, aurait sans aucun doute quelque chose de sensé et d’intéressant à dire, au contraire de certaines personnes présentes ―, je pense qu’on devrait organiser une audition comme on l’a toujours fait à Cambridge afin de différencier la prétention du réel talent » Mh. Ils ne lâcheraient pas le morceau concernant leur fichue chorégraphie, hein ? « En binôme ? » continua son frère, à son grand dam. Elle soupira. Il n’y avait personne, dans cette pièce ou, en tout cas, au sein de sa propre chorale, en qui elle avait suffisamment confiance pour s’abandonner complètement. C’était plutôt mal engagé.

La main de Lysander quitta son épaule, suivit par le bruit d’un raclement d’une chaise sur le sol. Il s’était levé. La jeune fille entendit son pas souple battre le sol. « Vous n’avez pas d’auditorium ou de salle de ce genre ? demanda-t-il, quelque part devant Leah. Je ne vois pas comment on peut travailler dans un espace aussi restreint » A nouveau, un sourire tendre et amusé trouva sa place sur son visage, bien malgré elle. Elle se fichait bien de ce que penseraient ses charmants camarades, elle n’avait pas honte d’être la soeur de Lysander, bien au contraire. Les autres s’en arrangeraient, comme ils s’arrangeaient de leur banalité chronique. Quoi, c’était vrai, personne ici ― encore une fois, en dehors de Stowe.. l’égocentrisme et la prétention de cette fille leur suffisait largement pour tous ― ne semblait gêné d’être sans cesse derrière Cambridge. Ils avaient presque l’air de trouver ça normal et elle aurait presque pu jurer que pas un seul d’entre ses camarades n’avait l’intention de se battre, maintenant que l’ennemi les cernait. « Bien sûr que si, fit Stowe, répondant à la question de Lys, tu es à l'université d'Oxford Murray » Dieu qu’elle détestait cette suffisance. Et cette compétition inter-universités, par la même occasion. Chacun surenchérissait pour avoir le dessus. Leah, elle, se sentait légèrement tiraillé entre les deux. Non qu’elle n’ait jamais étudié à Cambridge mais elle y était née, y avait grandi et, surtout, Lys vivait là-bas. Il était impensable qu’elle dénigre Cambridge, sa chorale ou ses membres comme le faisait ses camarades, lesquels pasaient leur temps à tourner January et le reste de leurs adversaires en ridicule au lieu de se bouger un peu pour s’améliorer.

Suivant le mouvement autour d’elle, Leah se leva, canne en main, sac sur l’épaule. Leur petit nouveau du jour au nom étrange sembla vouloir l’aider et tenta de la soulager de sa sacoche. « Ca va Percy là, le rabroua-t-elle, repoussant sa main maladroite de la sienne. Je suis une grande fille hein. Et on devrait se dépêcher avant que l’ego de notre mer-veil-leu-se capitaine ne fasse encore des siennes. C’est pas comme si on était déjà assez ridicules » marmonna-t-elle en rechaussant ses lunettes. Ce n’était pas du pessimisme, elle était juste.. réaliste ? Il était plutôt difficile de croire en leur chance alors que les cadors de la compétition étaient à leurs côtés. Chaque fois qu’elle avait discuté de sa chorale avec Lysander, Leah avait tenté de minimiser la mollesse ― c’était, du moins, ce qu’elle voyait ― qui les caractérisait. Après cette fichue collaboration entre leurs deux facs, elle ne pourrait plus vraiment mentir. « On y va avant de prendre racine ? » lança-t-elle, tentant, tant bien que mal, de feindre l'enthousiasme. Il était toutefois hors de question qu'ils essayent de la faire danser. Elle jouerait à la petite aveugle malheureuse ― même ça lui coûterait de le faire devant Lys.. à situation extrême, solution extrême ― si il le faudrait mais elle ne danserait certainement pas. Ça, non. Ils pourraient aller se faire voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mar 8 Mai - 15:12

Suite au petit discours d’Ophélia, la porte de leur salle de répétition s’ouvrit sur Trinity Landsbury suivit de près par sa chorale. La directrice de la chorale d’Oxford n’eut pas le temps de formuler une protestation que la chorale adverse prenait déjà place dans leur salle. Trinity lui tendit une feuille, avant de prendre la parole. L’ex chanteuse lu rapidement mais attentivement cette fameuse feuille. Comment se faisait il qu’elle n’était pas au courant ? Que c’était cette femme qui l’informait de cette nouvelle situation ? Elle devrait absolument toucher deux mots au doyen, car il était inadmissible qu’elle et sa chorale se fasse ainsi humilier sur leur propre terrain. Ophélia froissa rapidement la feuille dans son poing, tout en serrant la mâchoire avant de se concentrer sur ce qu’avait à dire Trinity.

« J’ai l’immense joie de vous annoncer que Cambridge & Oxford devront se joindre pour clôturer la compétition de chant de cette année. Numéro qui ne sera pas évalué mais qui est supposé mettre en évidence la qualité de nos relations et les talents de nos deux chorales. Je n’ai pas pour habitude d’écouter aux portes, mais il me semble vous avoir entendu pester à l’idée de devoir effectuer une chorégraphie. » Son air suffisant énervé au plus haut point Ophélia. Cette dernière n’était pas du genre à s’énerver facilement ou du genre violente, mais cette femme faisait ressortir tout ce qu’il y’avait de plus mauvais en elle. « Cambridge ne vous demande pas de l’égaler à ce niveau, ce serait peine perdue avec toutes les heures de travail supplémentaires que mes élèves se sont pliés à suivre, mais tout de même, vous ne pensez pas à rester debout comme des piquets et chanter ave maria ? Enfin, après tout, vous faites bien ce que vous voulez cependant pour le numéro commun et pour l’honneur de nos deux universités, il nous faut garantir un show exceptionnel et donc un numéro de danse chanté. » Ophélia devait se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas répondre violemment a sa rivale, elle devait garder son calme. Si elle-même commencer à perdre son sang froid, cela n’aiderait certainement pas la chorale d’Oxford. « Qui est ton meilleur élément Steele ? » L’ex chanteuse n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que Carolyn se manifestait déjà « Je pense pouvoir dire que c'est moi. Vous avez déjà eu une petite démonstration mais je peux vous le reprouver. » Ophélia hocha la tête. Même si l’air suffisant de la jeune fille l’énervait parfois, il fallait l’avouer Carolyn était le meilleur élément de leur chorale. « Si je puis me permettre je pense qu’on devrait organiser une audition comme on l’a toujours fait à Cambridge afin de différencier la prétention du réel talent. En binôme? » Ophélia identifia immédiatement Lyssander Murray l’un, si ce n’était le meilleur élément de la chorale adverse. Et évidemment la compétition venait déjà de commencer entre Carolyn et ce fameux Lyssander. « Vous n’avez pas d’auditorium ou de salle de ce genre ? Je ne vois pas comment on peut travailler dans un espace aussi restreint. » Cet air supérieur devait être la marque de fabrique de Cambridge, car tout comme sa directrice, ce garçon en faisait preuve à chaque fois qu’il ouvrait la bouche. « Bien sûr que si, tu es à l'université d'Oxford Murray. » Carolyn lui répondit avec toute la politesse qu’on lui connait, mais pour une fois Ophélia s’en moquait bien. Il était hors de question qu’Oxford se laisse intimider par Cambridge. « On y va avant de prendre racine ? » lança Leah. C’est a ce moment qu’Ophélia se rappela que oui elle était toujours en charge de cette chorale et que malgré le fait que Trinity et ses élèves avaient agit comme s’ils étaient chez eux, ici, ils étaient à Oxford. L’ex chanteuse se dirigea vers la porte et l’ouvrit « Après vous …. » faisant signe à tout le monde de sortir. Quand Carolyn passa devant elle, elle l’attrapa par le bras et lui fit signe de rester à coté d’elle. Le cortège de choristes se mit en marche vers l’auditorium. Ophélia laissa quelques pas d’écart entre le reste du groupe et Carolyn et elle-même. « Il est hors de question qu’on se fasse humilier sur notre propre terrain. Je veux que tu mènes et montre l’exemple pour notre chorale. Je compte sur toi … » commença la directrice de la chorale d’Oxford d’un ton déterminé. « Et je t’en pris écrase et humilie ce Murray ! » Ophélia savait très bien qu’elle n’aurait pas besoin de lui répéter deux fois, que Carolyn prendrait un malin plaisir a montrer toute l’étendue de son talent à Cambridge et plus particulièrement Lyssander surtout après le petit échange qu’ils avaient eut plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mar 8 Mai - 18:47

Oxford, quelle charmante ville ! Papa et moi nous y sommes rendus à plusieurs reprises pendant les diverses périodes où il a travaillé dans les environs et ma mère a absolument tenu à ce que je visite la faculté. Par ailleurs charmante, c'était même un de mes choix d'université et j'y ai été acceptée. Mais Cambridge est une affaire de coeur chez nous et même si ma douce Maman aurait préféré me voir éloignée du lieu de travail de mon père, je n'ai pas pu me résoudre à venir ici. J'aurais peut-être dû ou aller à King's College comme ma belle-mère l'a un temps suggéré... D'ailleurs au vu de ma situation actuelle, je me dis que c'est sans doute cette option que j'aurais dû choisir. La rivalité Oxbridge m'amuse certes beaucoup, en particulier comme nous gagnons comme lors de la boat race, mais je ne peux m'empêcher de trouver que les choses vont parfois un peu loin. Et puis, avant de taper sur les autres, peut-être devrions nous réinstaurer l'ordre et la solidarité dans notre propre université. Mais l'entre aide n'est pas du tout l'humeur du moment, pas en pleine saison des compétitions sous la houlette de Landsbury. Je sais qu'elle nous a traîné ici pour en mettre plein la vue à nos adversaires et leur montrer à quel point nous sommes meilleurs qu'eux. Ce n'est peut-être pas faux, vu qu'une des filles d'Oxford s'est quand même donné la peine de jouer les James Bond pour nous espionner. Je ne peux que trouver un ridicule parfait de Glee dans toute cette affaire, avec Cambridge dans le rôle des méchants Vocal Adrenaline. Et cet abruti de Murray ferait le parfait Jesse St James...

Mais il y a du bon dans cette chorale, je m'y amuse beaucoup et j'apprécie la majorité de ses membres et c'est pourquoi la petite session de répétition que Moon et moi décidons de faire avant le grand saut me mets du baume au coeur. Heureusement qu'il existe des gens comme elle dans le coin ! J'échange quelques textos avec Basile et finalement, nous nous rassemblons pour débarquer en force auprès des choristes adverses. Notre entrée très théâtrale, le speech de Landsbury et le ricanement de mes camarades à ses paroles me font légèrement froncer le nez, grands dieux, comme c'est risible. La pauvre coach, la somptueuse Ophelia Steele semble désemparée et je ne peux pas m'empêcher d'avoir de la compassion pour ce petit groupe, qui semble talentueux. Et mlle Steele a l'air d'être une enseignante plus agréable que notre Perséphone locale. Voilà maintenant Murray et Stowe qui se livrent à un combat de coqs en bonne et due forme. Que le ciel nous vienne en aide. Une alerte incendie, une chute dans les escaliers du monstre en jupons, vraiment, n'importe quoi m'irait pour échapper à cet étalage des forces digne d'un mauvais peplum. Sérieusement, ne manque que les cris de guerres, les toges grecques et les héros spartiates et on s'y croirait. Ils ont déjà tous l'attitude. Ceci dit, les grecs se sont fait gentiment envahir et dominer par l'Empire Romain et je pense que je ne manquerai pas de moqueries le jour où une chorale meilleure que la nôtre surgira. Ce serait drôle tiens, l'université de York - ou d'ailleurs - qui remporte la compétition inter-universitaires des chorales !

Mais je m'égare et suit distraitement le groupe conséquent que nous formons jusqu'à l'auditorium, en traînant un tantinet les pieds. Je remarque alors une jeune fille aveugle, qui repousse d'un air impétueux un de ces pauvres camarades. Cette chorale est au final bien meilleur que la nôtre. Landsbury n'accepterait jamais une élève aveugle, à moins qu'elle puisse danser, ce qui paraît un tantinet difficile. Déjà qu'elle a du mal avec une narcoleptique... Nous sommes des monstres, une vulgaire machine à chanter en vérité. Ou alors un brillant ensemble vocal prêt à conquérir des sommets. Question de point de vue j'imagine. Nous arrivons finalement dans la belle salle de spectacles d'Oxford et je vois du coin de l'oeil les pseudos leaders de nos chorales se regardaient comme s'ils s'apprêtaient à se battre en duel. C'est un peu ça d'ailleurs. Mais l'air d'arrogance affichée sur les visages de tout le monde m'agace et je ne peux retenir plus longtemps mes remarques « Et maintenant quoi? Tout le monde va se donner en spectacle pour essayer de prouver qu'il vaut mieux que les autres? Si l'idée de cet exercice est de montrer notre unité ou je ne sais quelle autre fadaise, on pourrait au moins faire semblant de donner le change et chanter vraiment tous ensemble? Donner quelques paroles à tout le monde, chanter du Lennon en se tenant la main et faire pleurer dans les chaumières. Ou on laisse ça devenir le Lysander and Carolyn show, mais je n'ai pas spécialement envie de voir ça, sans vouloir vous offenser hein. Et je doute que ce soit le cas des juges. Ils n'apprécieront pas qu'on ne prenne pas leurs indications au sérieux. » Je doute que ma petite tirade plaise beaucoup à notre chère coach, mais je n'ai absolument pas envie d'entendre les demoiselles brailler comme une chanteuse canadienne pour montrer l'étendue de leurs capacités vocales et les messieurs se prendre pour des ténor ou pire, tenter de jouer la carte sexy façon boys band. Seigneur tout puissant, faites que personne n'entonne What Makes You Beautiful et mettons nous au travail, qu'on en finisse !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mer 9 Mai - 11:27

L’ambiance est tendue, comment pourrait il d’ailleurs en être autrement alors que nos deux chorales sont présentement dans la même pièce. Steele d’ordinaire si calme, semble elle même gagnée par l’esprit de compétition qui anime l’assemblée à quelques exceptions prêt. L’espionne perchée sur talons aiguilles fanfaronne ce qui ne m’étonne pas vraiment. Un tel personnage trouverait sans doute plus sa place dans nos rangs au vu d’une telle prétention. Lysander qu’elle couvre d’œillades depuis quelques minutes ne semble d’ailleurs pas partager l’avis de Carolyn en demandant qu’on fasse auditionner chaque chorale pour déterminer ceux qui auront le lead de la performance, ce qui semble honnête. Je souris, laisse mes enfants s’exprimer puisqu’ils en meurent d’envie. Cette salle étant effectivement petite, Lysander demande qu’on nous dirige vers un auditorium et la chorale de Steele elle même semble faire preuve de plus de réaction que leur dirigeante. Je hausse un sourcil, quel joyeux bordel. Nous nous levons et nous mettons en chemin, arrivés à destination la gamine de Logan trouve le moment approprié pour pester contre des méthodes qu’elle accepte depuis le début le début de l’année. Bien entendu il avait fallu que mademoiselle attende d’arriver chez l’ennemi pour semer la zizanie alors que nous avions précédemment parlé de tout ces détails étiques dans le bus. Je lève les yeux au ciel et ne fais attention qu’à Lennon, et son caractère vu et revu. Sûrement pas. « Se donner en spectacle c’est le but premier de ce genre d’événement Logan junior, et Lennon c’est vu et revu. L’art c’est aussi surprendre, parfois même choquer. Dans cette demande d’unité je vois comme chaque année, l’occasion de mêler le talent évident de deux chorales d’exception sans renier le folklore britannique qui veut que nos deux villes se fassent tragiquement la guerre depuis des siècles. Une compétition reste une compétition Lia, et c’est ce que viendront voir les spectateurs de ce show magistral que nous allons donner, ensemble. » Je marque une pause et reprends. « Et j’ai bien dit ensemble, évidemment que tout le monde va chanter, seulement ces auditions nous permettrons de déterminer qui chantera le lead et qui chantera les choeurs. Les deux parts sont importantes même si certains ont tendance à l’oublier. » Je plisse alors les yeux en voyant basile jouer avec son téléphone. A Oxford ou à Cambridge, les règles sont les mêmes, nous sommes en cours. Je m’approche et me saisis de l’objet. « Tu récupéreras ça à la fin du cours Cabret. »

Ce qu’ils peuvent être indisciplinés aujourd’hui. Je me tourne vers Steele qui vraisemblablement complote avec sa meilleure élève, comme quoi la bassesse ne m’est pas seulement caractéristique. « Mélangez vous, formez des groupes de deux et préparez une performance d’environ deux minutes trente, laissez parler votre imagination et non votre rivalité, vous avez trente minutes, ne les gaspillez pas à vous saborder. » Comme quoi je peux faire preuve de justesse à mes heures, il faut cesser de voir uniquement le négatif chez les gens, on ne peut pas en vouloir aux gens compétitifs, le perfectionnisme s’apprend et se cultive, et dans mon cas il donne de très bon résultats. Je fouille le portable de Basile pour passer le temps, ses échanges avec Larry sont d’ailleurs très intéressants, d’ailleurs l’ensemble ne m’étonne pas vraiment. Je pose ensuite le téléphone à côté de moi et Steele s’avance. Je lui souris avec hypocrisie et m’exclame. « N’est-ce pas merveilleux, nos deux chorales travaillant ensemble sans se chamailler. » Sous nos yeux, Jackson vient de déguiser un coup de coude à Perceval en en magnifique pas de danse. Cette petite chante terriblement mal, mais a vraiment compris l’essence même de cette compétition.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mer 9 Mai - 17:33

Lia prends la parole et je ferme les yeux. Décidément elle n’a pas compris ma démarche. Je veux répliquer et dire que je ne souhaitais là que des auditions honnêtes pour ne pas que l’auto désignation prime pour l’exercice, mais Trinity réplique à ma place. Ma remarque reste elle au fond de ma gorge pour l’instant, j’aurais de toute façon l’occasion de toucher deux mots à Lia à ce propos avant notre retour à Cambridge. Carolyn me lance un regard, et je jette un coup d’œil au autres choristes d’Oxford avant de finalement me diriger impérieusement vers elle, nous voulons gagner tous les deux et il n’y a rien de mal à cela. Bien entendu on peut facilement blâmer notre excès de zèle mais il n’y a rien d’anormal à vouloir remporter un solo ou une compétition, quand on aime ce qu’on fait, feindre le désintérêt est profondément inutile. Je mourrais pour ce duo, et je sais que Carolyn aussi, ce qui fait de nous une paire parfaite pour cet exercice, quoi qu’en dise mon égo ou mes camarades. « On remet ça Stowe ? » Je lance ironique avant de hausser un sourcil, à moitié conscient du sous entendu franchement pervers qu’on peut attribuer à cette phrase. « Quand tu veux Murray. » me réplique t-elle cependant sans se formaliser de quoi que ce soit. Très bien nous n’auront pas à perdre plus de temps en discordes inutiles. Je lui tends une main pour l’entraîner avec moi vers un côté encore libre de l’auditorium. Je baisse la voix et m’adresse uniquement à elle. « La moitié de cette auditorium chorale confondues souhaite qu’on se plante. Cette prestation doit être parfaite, faire l’unanimité. Le choix doit par conséquent être audacieux, et simplement les laisser sans voix » Mon regard capte le sien dans un ensemble assez intense qui figure bien de ma compétitivité. « Je n'imaginais pas les choses autrement. Maintenant arrête de parler et fais-nous remporter ces rôles principaux. Fais-moi danser Murray. » Elle pose sa main sur mon épaule et je hausse un sourcil. « Rooooxaanne. » Je chuchote presque, en amorçant un premier mouvement de tango, danse qu’elle connaît probablement.  « You don't have to put on that red light. » Mon regard croise de nouveau le sien. « Walk the streets for money, you don't care if It's wrong or if it is right. Rooooooxanne. »

Nos pas se croisent en quasi silence, et ce dans une sobriété sans pareille, le but est bien entendu de ne pas attirer l’attention tout de suite, d’autres s’égosillent un peu plus loin mais notre concentration reste inchangée. « Qu'est-ce que tu en dis ? » Je hoche la tête, laissant entrevoir un très léger sourire. « J’en dis qu’on poussera ça beaucoup plus loin devant les autres, si tu es partante. » invitation claire au jeu, la prise de risque sera sans doute un atout considérable ajouté à notre talent naturel pour ces choses là. Une certaine tension s’installe entre nous, une tension parfaitement exploitable dans une danse comme celle-ci. Notre passé commun devrait pour une fois concrètement nous servir. Elle rit visiblement de bien meilleur humeur.  « Un peu que je suis partante ! On va déchirer Murray. Allons y. » Elle descend de la scène et je la suis sans rien ajouter de plus, croisant le regard de Lia qui semble m’en vouloir d’avoir corsé son punch.


Dernière édition par Lysander Tybalt Murray le Mer 9 Mai - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Mer 9 Mai - 17:39

Je les écoute tous protester la mort dans l'âme, ils n'ont rien compris. Pour cette fois, ça ne sera pas une compétition mais une association. Lysander, moi et les autres pour la même cause. Je n'ai pas le temps de défendre ma position que tout le monde se lève pour se rendre à l'auditorium. Sur le chemin, Miss Steele me prend le bras et me force à ralentir pour me glisser à l'oreille « Et je t’en prie écrase et humilie ce Murray ! » Je lui lance un regard étonné, ce n'est pourtant pas son genre d'être si belliqueuse. D'autant plus que ce n'était pas tellement dans mes intentions. Mais si c'est si gentiment demandé, je n'osais même pas espérer qu'un prof me donne un jour l'autorisation de démolir cet imbécile. Je hoche la tête d'un air décidé et souffle « Oui Miss. » avec fermeté. Je sors de mon sac ma paire d'escarpins fétiche qui ne me quitte jamais et les enfile, abandonnant sans regret mes bottes dans une salle de classe vide pour le reste de la journée. Je reviendrai les chercher plus tard. Il s'agit de danser, et danser en bottes de cuir n'est pas ma tasse de thé. Je trottine pour rattraper les autres et nous atteignons l'auditorium où la plupart de nos camarades commencent déjà à évoluer avec plus ou moins de grâce. Je soupire longuement. Quelle perte de temps...
Je jette un coup d'oeil à Lysander, debout de l'autre côté du groupe. Il intercepte mon regard et s'approche de moi, tête haute et torse bombé. « On remet ça Stowe ? » Je hausse un sourcil et hésite. Cette phrase était très amusante. Je lui décoche un sourire en coin avant de répondre sur le même ton un « Quand tu veux Murray. » plein d'assurance. Il prend ma main et m'entraine plus loin, où il se place face à moi pour me murmurer d'une voix grave « La moitié de cet auditorium chorale confondues souhaite qu’on se plante. Cette prestation doit être parfaite, faire l’unanimité. Le choix doit par conséquent être audacieux, et simplement les laisser sans voix » Je ne parviens pas à arracher mon regard du sien mais je sais qu'il reflète la même détermination. Je place ma main libre sur son épaule et m'approche de lui le plus possible, sans pour autant le toucher. « Je n'imaginais pas les choses autrement. Maintenant arrête de parler et fais-nous remporter ces rôles principaux. Fais-moi danser Murray. »
Il prend une profonde inspiration. « Rooooxaanne. » Je frissonne, nous entamons notre danse dans le coin le plus reculé de l'auditorium. Nous restons sobres, enchainant les pas les plus basiques, portés par la voix basse de mon cavalier. Inutile d'attirer l'attention pour l'instant, nous nous exposerons bien assez tôt. Nos mouvements, saccadés et fluides, brouillons et parfaits, me confortent dans mon idée que nous allons gagner, et ce sans surprise. Lysander est peut être un homme plein de contradictions et de défauts, mais le manque de talent n'en fais pas partie. Nous virevoltons en silence quelques minutes encore avant de nous figer. « Qu'est-ce que tu en dis ? » Il sourit, je suppose que ça veut dire qu'il est content de nous. « J’en dis qu’on poussera ça beaucoup plus loin devant les autres, si tu es partante. » J'éclate de rire. « Un peu que je suis partante ! On va déchirer Murray. » Je penche ma tête sur le côté et le dévisage, mon sourire toujours présent et une douce chaleur au creux de mes reins, chaleur que je n'avais pas ressentie depuis bien longtemps. Parfait, c'est ce qu'il manquait. Je finis par baisser les yeux et ramène mes cheveux en avant, prise d'une soudaine pudeur pour une raison inconnue. « Allez, on y va. » Je lui donne un petit coup de poing sur l'épaule avant de descendre de la scène pour rejoindre les deux professeurs qui ont commencé à nous rassembler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 11 Mai - 1:25

Evidemment, mon petit laïus ne passe pas inaperçu et Trinity ne manque pas de remettre les points sur les i, prenant stupidement au mot ma boutade sur Lennon. Elle a très bien compris où je voulais en venir et explique longuement que tout le monde aura sa chance, que les choses se dérouleront certes avec un semblant d'harmonie mais qu'il s'agit de briller au mieux avant tout. Comme d'habitude. Bien. En vérité, ce n'est pas tant le concept de compétition ou de réunion imposée des chorales qui me gênent, non, c'est l'idée de devoir faire la potiche dans le fond de la scène pendant que Murray drague Stowe en chanson. Non parce que leurs regards en coin pendant le cours de danse où elle s'était infiltrée, c'était assez tendu. Mais si la compétition est ouverte très bien, game on. Le côté ambitieux et compétitif hérité de mon cher papa resurgit dans des situations pareilles...

Perséphone donne ses indications et je scanne la salle du regard, cherchant un partenaire chez nos adversaires/camarades. Ils ont tous l'air adorables et doués mais la jeune aveugle de tout à l'heure attire mon attention. J'admets être curieuse de savoir ce qu'elle vaut, son handicap l'empêche sans doute de vraiment danser et la chorale doit être difficile pour elle. Mais d'un autre côté, Oxford a toujours plus misé sur le chant pur que sur le show, elle doit donc avoir une voix d'enfer. Je m'approche à pas mesurés, ne sachant pas vraiment comment l'aborder sans faire de bourdes. « Hey salut » dis-je en me plantant devant elle. « Je m'appelle Lia, hum, ça te dirait de te mettre avec moi pour le duo? Je te promets que je ne suis pas aussi chiante que j'ai pu en avoir l'air. » Merdee. « Enfin que tu as pu l'entendre... » Continue, tu ne t'enfonces pas du tout Logan. « Je suppose que je me dois désormais de t'annoncer que je n'ai aucun tact. » Dieux, faites que cette fille possède le sens de l'humour ! « Et moi que je ne suis pas en sucre. On devrait réussir à s’entendre » Ouais, ok d'accord, un point pour Ray Charles au féminin, elle m'avait mouchée, moi et ma feinte délicatesse. La délicatesse c'est pas mon truc, tant mieux si cette demoiselle s'en accommode volontiers. « D’ailleurs, pendant qu’on en est aux confidences, autant te le dire tout de suite, je ne suis pas apte à danser dans ces, mh, conditions. J’imagine que tu n’auras aucun mal à comprendre le pourquoi du comment, hein » Je hoche la tête, me retiens de commenter la stupidité de mon propre geste et réponds finalement « Bien sûr, bien sûr... Au pire je peux danser moi, faire passer ça pour de la complémentarité et une belle unité oxbridgienne. » Ca peut marcher, du moins si cette jeune fille chante bien. Et qu'on trouve une idée du feu de Dieu « De toute façon l'important sera sans doute le choix de la chanson, un truc susceptible de mettre une bonne raclée aux deux autres crétins là. Enfin, à nos très chers camarades. » Si ça se trouve, c'est la BFF de cette foutue Carolyn et je viens de me mettre dans le pétrin moi. Mais bizarrement, j'en doute.

« Ça ne fera pas de mal à Stowe, Lys, par contre.. j’espère qu’il n’ira pas pleurer dans les jupes de notre mère. Il n’a pas vraiment l’habitude de perdre. Surtout contre moi » Mère? Comme dans mère commune? Comme dans on a la même mère avec Murray? Lia - 0 Situations où tu fais une bourde - 3 331. Je souris maladroitement et encore une fois, inutilement. C'est fou ce qu'on communique par le visage, mine de rien. « Au fait, je m’appelle Leah.. Leah Murray » ajoute la fille, tout sourire. Je ne saurais dire si c'est la trace de la même suffisance que son frère ou si elle est vraiment amusée par cette situation rocambolesque. « Des idées pour la chanson ? » Oui, parlons affaires, ce sera plus simple à gérer pour moi et je peux éluder la désormais évidente parenté entre la jeune aveugle et ma nouvelle némésis. « Hum, je pensais à quelque chose de fort, un truc chanté par une nana qui a des tripes, une vraie chanson, puissante d'une façon ou d'une autre. Genre Cry Me A River... Ou Stronger de Kelly Clarkson ! » Ca c'est une bonne idée. Je m'auto congratulerai volontiers, mais j'attends de voir si mes envies de girl power sont partagées par ma partenaire. « Va pour Stronger. Oh, par contre, il va falloir qu’on s’éloigne un peu si tu commences à gest― à danser. Je tiens à ma vie et je doute que tu veuilles passer le restant de la tienne dans le noir donc pour éviter qu’on se blesse mutuellement, si tu vois ce que je veux dire » Un rire s'étouffe dans ma gorge et je le masque en toux, de façon plus ou moins maladroite. J'ai déjà commis quelques écarts de politiquement correct, je ne vais pas rire à la face d'une aveugle. Je ne doute pas qu'elle m'entendes parfaitement, c'est le propre des gens qui perdent un sens après tout, ils aiguisent les autres. J'enchaîne rapidement « Ne t'inquiète pas, je sais vraiment danser, je n'essaie pas de profiter du fait que tu ne me vois pas pour vendre des talents que je n'ai pas. » Attaque déguisée à Carolyn Stowe? Peut-être, ou peut-être pas. Nous nous répartissons rapidement les paroles et parvenons finalement à mettre au point un petit numéro simple, mais qui met bien en exergue nos voix et la chorégraphie que j'ai pu improviser. Nous rejoignons donc les autres à la fin de l'entraînement et pour ma part, je suis relativement sereine. On fera de notre mieux quoiqu'il advienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Ven 11 Mai - 1:40

Oh damn. Ils étaient sérieux, en fin de compte. A propos de cette pseudo-collaboration. A propos de la danse. Oh. Mon. Dieu. Jusque là, être en compétition plus ou moins directe avec son frère ou, plutôt, se trouver dans la même pièce que lui alors qu'il faisait étalage de ses nombreux talents ― elle n'était pas jalouse, seulement le rôle de la pauvre petite sœur aveugle était parfois lourd à porter lorsqu'on avait un frère comme Lysander, si débordant de charisme ― lui avait semblé être le pire des scénarios envisageable. Là, ça virait carrément au cauchemar puisque non seulement ils devaient se mettre par pair mais ils devaient également se mélanger. Se mélanger. Non mais vraiment. La jeune fille ne connaissait pas beaucoup Trinity Landsbury mais elle en était déjà certaine : elle ne l'aimait pas. Personne, que ce soit à Oxford ou à Cambridge ― surtout à Cambridge, si ils ressemblaient tous à Lys ou pire, à Stowe ― n'accepterait volontairement de former un duo avec elle. Comme d'habitude ― non que ça arrive souvent mais quand même ― elle figurerait dans les derniers à être choisis. Cool, vraiment. Elle soupira, tâchant de ne pas grincer des dents, lorsque quelqu'un, une fille a priori, à en juger par le parfum léger et frais qui l’accompagnait ― à moins qu’un cambridgien n’ait eu pour habitude de s’asperger de Chanel.. ce qui était probable, bien entendu ― lorsqu’une fille, donc, vint la rejoindre sans vraiment se presser. « Hey salut » entendit-elle et, effectivement, c’était bien une fille. C’était même la fille qui, un peu plus tôt, avait fait part de son mécontentement à l’idée de devoir souffrir le spectacle de Stowe et Lysander chantant ensemble. Intérieurement, Leah avait approuvé. C’était une chose d’entendre Stowe pousser la chansonnette et bien qu’elle ait toujours adoré la voix de son frère, il lui était désagréable de devoir subir leur duo en silence. Relevant la tête par réflexe, Leah se débarrassa donc de ses lunettes qu’elle fourra maladroitement dans la poche de son gilet avant de répondre, très formellement : « bonjour » avant que la cambridgienne ne continue : « je m'appelle Lia, hum, ça te dirait de te mettre avec moi pour le duo ? Je te promets que je ne suis pas aussi chiante que j'ai pu en avoir l'air » Un sourire étira ses lèvres tandis qu’elle gardait le silence, impatiente de voir ― façon de parler, évidemment ― si la dénommée Lia allait se rendre compte de ce qu’elle venait de dire. Après tout, la cécité de Leah était plutôt, mh, évidente, même si les gens avaient tendance à l’oublier chaque fois qu’ils ouvraient la bouche pour lui adresser la parole. « Enfin que tu as pu l'entendre... » se reprit la jeune femme. Leah réprima un éclat de rire. Dire que ce genre de petites phrases lui revenait souvent aux oreilles était un euphémisme. « Ahin » marmotta-t-elle pour seule réaction ― pas très éloquent, ouais ―, méditant la proposition. Cette fille était probablement sa seule chance de faire quelque chose de bien. Elle avait l’air d’avoir un minimum de plomb dans la cervelle, à en juger par son intervention précédente. « Je suppose que je me dois désormais de t'annoncer que je n'ai aucun tact » reprit-elle. Cette fois, Leah ne put s’empêcher de ricaner. « Et moi que je ne suis pas en sucre, répliqua-t-elle, non sans un sourire. On devrait réussir à s’entendre » Ça ne semblait pas très difficile, du moins si Lia ne se révélait pas être par la suite une totale gourde ou une psychopathe obsédée par l’excellente à l’image de son coach. « D’ailleurs, pendant qu’on en est aux confidences, autant te le dire tout de suite, je ne suis pas apte à danser dans ces, mh, conditions. J’imagine que tu n’auras aucun mal à comprendre le pourquoi du comment, hein » Elle vérifiait ainsi les deux hypothèses susceptibles de mettre à mal leur collaboration. D’une pierre deux coups. « Bien sûr, bien sûr, répond-t-elle, sans doute après avoir acquiescer, geste très naturel mais un brin inutile en face de quelqu’un comme Leah. Au pire, continua-t-elle, je peux danser moi, faire passer ça pour de la complémentarité et une belle unité oxbridgienne » Oxbridgienne. Bah voyons. Le mot était un peu compliqué à prononcer. Aussi compliqué qu’est dure à avaler la pilule de cette pseudo-collaboration à deux balles. Enfin. Ça pouvait fonctionner. Après tout, c’était dans l’esprit de cette stupide alliance. « De toute façon l'important sera sans doute le choix de la chanson, reprit la cambridgienne avant que Leah n’ait pu ajouter quoi que ce soit, un truc susceptible de mettre une bonne raclée aux deux autres crétins là. Enfin, à nos très chers camarades » Un sourire glissa sur le visage de Leah. Il n’était pas écrit je suis la soeur de Lysander Murray sur son front. Dieu merci, d’ailleurs, parce qu’elle n’aurait sans doute pas été capable d’assumer pareille inscription. « Ça ne fera pas de mal à Stowe, fit-elle, le plus innocemment possible, Lys, par contre.. j’espère qu’il n’ira pas pleurer dans les jupes de notre mère. Il n’a pas vraiment l’habitude de perdre. Surtout contre moi » Ce n’était rien qu’un petit commentaire glissé rapidement et sans agressivité, histoire de clarifier la situation et d’établir officiellement son lien de parenté avec Lysander. « Au fait, je m’appelle Leah.. Leah Murray » ajouta-t-elle avec un grand sourire qu’elle ne parvint pas à effacer. Bon, ça, par contre, c’était enfoncer le clou. « Des idées pour la chanson ? » reprit-elle innocemment, histoire d’éviter à sa charmante camarade de devoir s’enfoncer lamentablement vis-à-vis de son opinion ― laquelle ne devait pas être très haute ― concernant Lysander. Sans compter que Leah n’avait pas franchement envie de se mettre à dos cette fille qui avait au moins eu le cran de venir la voir elle, l’handicapée de service, au lieu d’un autre de ses camarades, sous prétexte qu’elle n’aimait pas son frère. Lys et les filles, ça n’avait jamais été ça, hein. Elles finissaient toujours par le détester après lui avoir couru après. Actuellement, elle espérait sincèrement que Stowe passe à la seconde étape, son petit manège commençant sérieusement à être agaçant. Et indécent. Bref. Ce n’était pas le sujet. Il fallait plutôt qu’elles trouvent rapidement une chanson. Et manifestement, Lia avait des idées : « hum, je pensais à quelque chose de fort, un truc chanté par une nana qui a des tripes, une vraie chansons puissante d'une façon ou d'une autre. Genre Cry Me A River... Ou Stronger de Kelly Clarkson ! » Cry Me A River. Mh. Un peu trop entendue, peut-être. Kelly Clarkson, Kelly Clarkson, Ke― ah, ouais ! La fille d’American Idol ! Elle avait entendu son dernier titre, qu’elle avait trouvé particulièrement émouvant. « Va pour Stronger, lança-t-elle joyeusement avant d’ajouter, vaguement inquiète : oh, par contre, il va falloir qu’on s’éloigne un peu si tu commences à gest― à danser. Je tiens à ma vie et je doute que tu veuilles passer le restant de la tienne dans le noir donc pour éviter qu’on se blesse mutuellement, si tu vois ce que je veux dire » Ne pas rire. Ne. Pas. Rire. La cambridgienne allait probablement le prendre mal ou penser qu’elle se foutait de sa gueule. Ce qui n’était pas totalement faux mais.. quand même. Mais manifestement, elle ne le prit pas mal, bien que son éclat de rire termina en un espèce de gloussement bizarre qu’elle dût probablement tenter de réprimer un peu tard. « Ne t'inquiète pas, dit-elle finalement, je sais vraiment danser, je n'essaie pas de profiter du fait que tu ne te vois pas pour vendre des talents que je n'ai pas » Excellent. En fin de compte, la seule ombre au tableau, chez cette fille, paraissait être son aversion pour Lysander, apprit Leah lorsqu’elles eurent fini de travailler ou en tout cas lorsqu’elles se furent un peu habituées l’une à l’autre. Personne n’est parfait, hein.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Dim 13 Mai - 21:10

Le regard étonné de Carolyn fit sourire Ophélia. Il est vrai que ce n’était pas son genre d’être aussi compétitrice, mais cette intrusion de la chorale de Cambridge l’avait piqué à vif. La jeune fille hoche néanmoins la tête d’un air décidé, ce qui eut pour effet de satisfaire la directrice de la chorale.

Ophélia tourna son attention sur ce qu’il se passait au sein de l’auditorium d’Oxford et ce fut avec un malin plaisir qu’elle entendit une petite brunette de la chorale adverse critiquer les méthodes utilisées par sa directrice. Ils n’étaient donc pas si unis et disciplinés qu’ils voulaient le faire croire, cela fit sourire de nouveau l’ex chanteuse. Elle écouta vaguement Trinity remettre en place la jeune fille, qui devait être nommé à ce qu’elle avait capté de la longue tirade de sa rivale directe. Puis, cette dernière entreprend de récupérer le téléphone d’un de ses élèves avant de détourner les yeux vers Ophélia et d’annoncer les consignes de leur séance commune « Mélangez vous, formez des groupes de deux et préparez une performance d’environ deux minutes trente, laissez parler votre imagination et non votre rivalité, vous avez trente minutes, ne les gaspillez pas à vous saborder. ». Sur ce point, au moins, l’ex chanteuse était d’accord. S’ils devaient s’entendre et passer du temps ensemble, il fallait au moins que ce soit productif. Certes regardes les étudiants se lancer des pics et se faire des coups pourraient s’avérer plus drôle et intéressant qu’Ophélia ne le pensait. Cependant, il était hors de question de passer toute une après midi dans un état d’esprit enfantin. Tant qu’à faire autant en apprendre davantage sur les jeunes gens composant les rangs de la chorale adverse. Ainsi Ophélia pourrait identifier et étudier de ses propres yeux l’étendue du talent de la concurrence.

L’ex chanteuse observe ses élèves choisir un élève de la chorale ennemi afin de travailler leur numéro. En voyant Carolyn et Lysander, un sourire se forme sur les lèvres d’Ophélia. Il se pourrait qu’un choc des titans s’annoncent entre ses deux la. Quoi que, tout le monde les attendaient au tournant alors ils étaient quand même possible qu’ils se fassent coiffer au poteau. Dans ce cas, la situation pourrait devenir intéressante. Intéressant, c’était également le cas du duo fraichement formé par Leah et la petite brune rebelle de tout à l’heure. Les deux jeunes filles avaient l’air d’avoir pour point commun de détester l’idée de voir le couple phare, formé par les leaders des deux chorales, obtenir la vedette aussi facilement. Finalement, cette intrusion de la chorale de Cambridge allé s’avérer plus passionnante qu’elle n’y paraissait au premier abord.

Ophélia s’avança vers Trinity qui lui lança avec toute l’hypocrisie du monde : « N’est-ce pas merveilleux, nos deux chorales travaillant ensemble sans se chamailler. » Cette femme avait vraiment un mauvais effet sur l’ex chanteuse. Cette dernière avait toujours cette fâcheuse envie de lui clouer violemment le bec à chaque fois qu’elle l’approchait de trop prêt. « En effet, merveilleux » répondit-elle avec la même hypocrisie. Certes, elle ferait un effort pour ne pas tuer sa rivale avant la fin de cette entende forcée, néanmoins, elle n’allait pas lui tenir la jambe en lui faisant la discussion. C’est pourquoi un silence retomba.

La directrice d’Oxford observa les groupes travailler pendant une quinzaine de minutes avant de se lever et de rejoindre le centre de la scène de l’auditorium. « Jeunes gens votre attention s’il vous plait. » Ophélia avait décidé de prendre les devant, il était hors de question qu’elle se fasse une nouvelle fois marché sur les pieds. Elle était sur son terrain, elle mènerait la danse. « Merci » continua-t-elle après avoir été rejoins par la majorité des élèves. « Maintenant que vous avez plus ou moins préparé vos numéros, vous allez passer deux par deux devant nous, peut nous importe l’ordre. Débrouillez entre vous, vous êtes assez grand pour vous entendre sur ça. Une fois que tout le monde sera passé, Trinity et moi-même prendrons un moment pour prendre notre décision puis nous vous en informerons. D’accord ? » Ophélia reçu un hochement de tête collectif comme réponse. « Très bien, commençons alors. » déclara-t-elle avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Show Must Go On    Sam 19 Mai - 18:54

Alors que Leah, la jeune aveugle, continuait sur sa lancée, elle aussi peu encline à gesticuler dans tous les sens devant un jury, Carolyn entra comme si de rien était dans la salle, accompagné d’un nouveau larbin. La rouquine arqua un sourcil, perplexe de cette sans gêne qui semblait être une habitude chez Carolyn même face à ses professeurs. La française se demandait parfois comment les gens pouvait la supporter, et même au final y avait-il vraiment quelqu’un qui l’appréciait au vu de son comportement ? Soupirant devant cette suffisance, la rouquine posa un regard de pitié sur le jeune Perceval dont le nom fut écorché comme s’il n’était rien d’autre qu’un détritus ramassé dans la rue. Trouver de nouveaux membres oui, mais à quel prix ? Et surtout si c’était pour ramener n’importe qui comme cette Carolyn, ça ne valait pas vraiment le coup. « Bonjouuur. Inutile de faire durer le suspens plus longtemps... » Candice ferma les yeux. Bon sang, c’était vraiment une journée merdique, pourquoi cette folle venait envahir leur chorale ? Ce que la rouquine n’avait même pas osé imaginer se produisait sous ses yeux. Les étudiants de Cambridge venaient de débarquer à Oxford pour leur mettre une raclée dans leurs propres locaux. Ils avaient l’air satisfaits de leur petite surprise. Ils venaient les humilier jusqu’ici. Comme si la Boat race n’avait pas suffit, il fallait qu’ils ramènent leur fesses jusqu’à Oxford et les écrasent. Le moral déjà bas, la rouquine se mit à craindre la suite. Murray et Carolyn, les deux vedettes qui ne connaissaient pas l’humilité. Ils aimaient être mis en avant et ne laissaient jamais une chance aux autres. Certes, ils étaient doués, on ne pouvait pas le nier, mais leurs égos étaient tels que Candice rêvait de les voir se vautrer lors d’un de leur numéros. Un peu de modestie leur aurait fait du bien, mais ce genre de club ne pouvait qu’attiser ce genre de comportement. Carolyn pensait être le meilleur élément d’Oxford, il suffisait d’une extinction de voix pour qu’elle ne redevienne une simple étudiante parmi les autres. La vie était mal faite parfois. Peu résolue à accepter les conditions des cambridgiens, Candice suivit les autres étudiants tandis que la salle de cours se vidait et que tous se dirigeaient vers l’auditorium. Une boule se ferma tandis que leur professeur implorait Carolyn de faire de son mieux. C’était humiliant pour les autres étudiants. Carolyn à elle seule ne pouvait représenter tout Oxford, ce n’était qu’une petite vantarde qui méritait d’être humiliée publiquement pour son comportement. Candice se retint de faire une remarque. Montrer les divergences qui exister au sein de leur groupe, aux cambridgiens était la pire erreur qu’elle pouvait faire. Néanmoins, elle n’en pensait pas moins. « Mélangez vous, formez des groupes de deux et préparez une performance d’environ deux minutes trente, laissez parler votre imagination et non votre rivalité, vous avez trente minutes, ne les gaspillez pas à vous saborder. » Candice grinça des dents de nouveau. Elle n’avait pas envie de pactiser avec un étudiant de Cambridge ne serait-ce que pour trente minutes. Elle savait qu’elle se ferait rabrouer par son binôme. Elle avait un accent assez fort qui trahissait aussitôt son origine et pouvait ainsi saborder une chanson comme la rendre agréable. Il suffisait qu’elle ne soit pas en phase avec elle-même pour que des fausses notes apparaissent. Elle était humaine et n’était pas une pro de la chanson, n’ayant jamais pris de vrais cours. Bien entendu, aucun cambridgiens ne vint vers elle, avait-elle l’air si misérable que ça ? La rouquine soupira et lança un regard de détresse vers son professeur. A la base elle n’aurait jamais cru devoir participer à cette guerre entre Oxford et Cambridge. Elle n’était qu’une expatriée, elle n’avait même jamais compris l’origine de cette querelle ancestrale et se demandait parfois si tout cela n’était pas qu’une mascarade orchestrait par les chanceliers respectifs d’Oxford et Cambridge pour obliger les étudiants à être les meilleurs. La rouquine résignée s’avança vers un groupe d’étudiants de Cambridge. « Bon je sais que ça ne vous plait pas plus qu’à moi, et même je suis certaine que vous rêvez de nous mettre une raclée, mais là maintenant tout de suite j’ai besoin d’un partenaire. Je ne danse pas, faut pas rêver non plus, j’ai un accent atroce surement pour vous, mais je sais quand même chanter. Un ou une intéressée pour être mon partenaire ? » Un des gaillards s’avança vers la rouquine après un temps d’hésitation. Qui pouvait bien vouloir chanter avec une fille qui baragouinait l’anglais comme une vache espagnole ? Se mettre d’accord avec le cambridgien ne fut pas une mince affaire, mais Candice finit par se dépatouiller et trouver un terrain d’accord. Ce ne serait pas de la tarte mais au moins ils avaient quelque chose à présenter, néanmoins Candice n’avait absolument pas confiance en ce qui allait se produire. « Maintenant que vous avez plus ou moins préparé vos numéros, vous allez passer deux par deux devant nous, peut nous importe l’ordre. Débrouillez entre vous, vous êtes assez grand pour vous entendre sur ça. Une fois que tout le monde sera passé, Trinity et moi-même prendrons un moment pour prendre notre décision puis nous vous en informerons. D’accord ? » Leur numéro était moins que plus préparé et Candice préférait laisser les autres passer avant elle. Carolyn se moquerait ouvertement d’elle si elle osait être la première à se présenter. La première impression devait être une des plus marquantes et Candice savait que son numéro ferait pâle figure comme à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Show Must Go On    

Revenir en haut Aller en bas
 
Show Must Go On
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: