my world changes too fast w/andrestan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: my world changes too fast w/andrestan   Mer 21 Mar - 0:42

Je suis marié, ces conneries ne devraient sans doute plus se produire, pourtant j’ai l’impression que cette gosse va tout foutre en l’air. Andrea y tient parce qu’il est très différent de moi. Notre relation a toujours fonctionné sur la complémentarité et aujourd’hui elle nous déchire. Je veux le rendre heureux, réellement, mais je ne suis pas sûr d’être prêt à miser notre relation pour échouer comme mon père l’a fait. La stabilité n’est que récente, et mon travail risque de reproduire un schéma familial que j’aimerai éviter. Autant travailler avec Andrea est possible, autant vivre entre Londres & Oxford et m’occuper d’une gosse ne l’est pas. J’ai beau retourner la situation dans tous les sens, je ne ne vois pas de solution. L’alcool n’aidant pas, mes idées s’embrouillent et j’échoue sur le canapé du salon. Andrea finit par apparaître, lançant à mon adresse. « Tris, viens te coucher, viens avec moi ». Je soupire, tourne les yeux vers lui. La chose va passer comme ça ? Je vais aller me coucher près de lui, me calmer adopter Grace ? La suite est prévisible, je vais devenir exactement le genre de père que j’ai toujours exécré. Adolescente, lorsqu’elle aura terminé de verser des larmes pour ça, elle finira par me détester. « Je n’ai aucune envie de dormir. » « Parle-moi, alors. » Je me lève, et me pose devant lui. Je prends une inspiration et pose mes mains sur ses hanches. « Andrea je t’aime, mais je ne pense pas que notre relation survivra à ça. » Je tremble un peu, je veux tellement que tout se passe bien, et j’ai la sensation que ça va tout détruire.

« Je ne veux pas te perdre » Je baisse les yeux, il est évident que je ne veux pas le perdre non plus, je n’ai pas fait tout ce chemin pour que ca arrive. « Si c’est ce que tu penses, alors je préfère renoncer. Mais je sais que tu es prêt. Tris, on ne reproduit pas les erreurs de nos parents. Est-ce que tu crois que j’agirai comme mon père avec Grace ?  Toi et moi, on a traversé tellement pire. C’est difficile à concevoir pour l’instant, mais je sais que c’est positif   Et je sais aussi que tu sauras jouer ton rôle à merveille. Je sais que tu prends soin des gens quand la situation l’impose, comme tu as si souvent pris soin de moi  » Je ferme les yeux, il ne comprends pas, et je peux le concevoir, mais je ne parviens pas imaginer d’issue positive, alors que tout semble contre nous. « Andrea, je ne parviens pas à imaginer d’issue positive alors que Megan va mourir. Elle est en vie, ne me demande pas de me réjouir de fonder une famille. Je comprends que tu veuilles honorer ta promesse, et je ne t’en empêcherais pas, mais je ne suis pas prêt à jouer les pères avec ta fille. » L’ensemble le choque, et je m’en veux de lui imposer mes doutes, mais je n’ai pas le choix. Toute cette situation me dépasse. « Elle ne sera pas ma fille si elle n’est pas la tienne ». Je secoue la tête, ça ne devrait pas changer sa promesse. « Je ne me réjouis pas de la mort de Megan, je déteste l’idée que je ne peux rien faire pour elle et que bientôt elle ne sera plus là. J’exècre l’idée autant que je hais le fait que cette gamine se retrouvera bientôt sans parents. Je ne me réjouis pas de la situation, j’essaye de voir le positif parce que si je ne fais pas ça, j’ignore comment je vais tenir » Je le fixe, il soupire puis continue sans me laisser en placer une. « Megan va mourir et elle m’a demandé d’adopter sa fille. C'est la seule chose que je suis en mesure de faire pour l'aider, pour la soulager, et si je l'ai fait c'est uniquement parce que je sais qu'on en est capable, et qu'avec nous au moins, il lui restera des repères. Si le faire signifie devoir rompre avec toi, alors je ne le ferai pas. Tout comme je n’élèverai pas cette petite fille tout seul, parce que tu es mon mari et que c’est toi que j’aime » Je prends une inspiration et me saisit de sa main. « Même si ça signifiait rompre avec moi, tu le ferais pas Andrea. Tu t’es engagé pour ce que tu crois juste. Je n’ai pas envie que tu changes ce que tu es pour moi. La seule chose que je dis c’est qu’on est trop jeunes. » L’affolement se lit à présent dans ses yeux et il me rétorque sans prendre la peine de comprendre « Ce que je trouve juste c'est que toi et moi on arrive enfin à être ensemble et que personne ne puisse rien trouver à redire à ça. Ça, je le trouve juste. » J’acquiesce, je n’ai jamais dit le contraire. « Si tu me quittes, je serai incapable d'être un père ». Je croise les bras, lève les yeux au ciel. « Je n’ai jamais parlé de te quitter. Andrea je t’aime. » Je suis ferme, j’aimerai qu’il intègre l’information. Je caresse sa joue, triste. « Seulement ce que tu me demandes, bien que ce soit justifié et honorable, me fait peur. »

UC


Dernière édition par Tristan W. Faure le Mer 21 Mar - 11:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: my world changes too fast w/andrestan   Mer 21 Mar - 0:52

Je me retourne depuis des heures dans mon lit, incapable de trouver le sommeil qui refuse de me laisser quelques heures de répit. Ce lit est vide tous les autres jours de la semaine depuis que les allers retours à Londres de Tris se font fréquents, pour tant ce soir l’histoire est toute autre. Il s’est éloigné de moi pour masquer le malaise général que lui inspire la situation, et je n’ai pas franchement l’habitude qu’il le fasse. D’habitude nous réglons les problèmes que nous rencontrons assez rapidement ; celui là est bien trop compliqué pour qu’on y trouve une solution tranquillisante pour l’instant, évidemment.
La porte claque, je me redresse. Il est tard, j’ai froid. Je me glisse en dehors du lit et enfile un pull, gagnant le salon. Il s’est étalé sur le canapé, visiblement légèrement éméché. Je me mords la lèvre et m’approche, croisant les bras, m’agenouillant à sa hauteur. « Tris, viens te coucher, viens avec moi ». Je lui tends ma main et mon cœur se serre de le voir dans un état pareil.Je lui tends ma main et mon cœur se serre de le voir dans un état pareil. Mais je me vois opposer un refus de nouveau. « Je n’ai aucune envie de dormir. » A croire que ce soir je perds franchement mes capacités à le rassurer. Mon cœur se serre un peu plus, voilà bien longtemps que je n’ai plus ressenti ça avec lui autour de moi. Je ferme les yeux et m’assois à mon tour sur le canapé sur lequel il s’est échoué. « Parle-moi, alors. » J’esquisse un geste, m’empare de main doucement, sans rien dire. Il se lève, se redresse, et ses mains gagnent mes hanches dans un contact qui apaise au moins pendant quelques secondes mon rythme cardiaque. « Andrea je t’aime, mais je ne pense pas que notre relation survivra à ça. » Je frissonne légèrement et secoue la tête. Je refuse d’envisager cette option là. On vient tout juste de se marier, de batailler des mois durant pour pouvoir vivre une relation stable et épanouie à long terme. « Je ne veux pas te perdre ». Je secoue la tête, baisse les yeux le temps de reprendre contenance. Je pensais qu’une fois mariés, rien ne pourrait plus nous faire obstacle, il faut croire que je me suis trompé. « Si c’est ce que tu penses, alors je préfère renoncer. » Je suis sérieux, il est ma raison de vivre et il ne pourra jamais en être autrement. « Mais je sais que tu es prêt. Tris, on ne reproduit pas les erreurs de nos parents. Est-ce que tu crois que j’agirai comme mon père avec Grace ? » Je secoue la tête, pose ma main sur sa joue et laisse un baiser rapide sur ses lèvres. « Toi et moi, on a traversé tellement pire. C’est difficile à concevoir pour l’instant, mais je sais que c’est positif ». J’inspire, cherchant les mots. « Et je sais aussi que tu sauras jouer ton rôle à merveille. Je sais que tu prends soin des gens quand la situation l’impose, comme tu as si souvent pris soin de moi ». Mais l’impossibilité de le rassurer se confirme dans les mots qui suivent. « Andrea, je ne parviens pas à imaginer d’issue positive alors que Megan va mourir. Elle est en vie, ne me demande pas de me réjouir de fonder une famille. Je comprends que tu veuilles honorer ta promesse, et je ne t’en empêcherais pas, mais je ne suis pas prêt à jouer les pères avec ta fille. » La panique m’étreint peu à peu au fur et à mesure que je réalise la complexité de la situation. Je secoue la tête, me détache légèrement pour reculer de quelques pas. « Elle ne sera pas ma fille si elle n’est pas la tienne ». Je secoue la tête, catégorique. Ma vie future se construira avec lui, surement pas divisée comme elle semble vouloir l’être. « Je ne me réjouis pas de la mort de Megan, je déteste l’idée que je ne peux rien faire pour elle et que bientôt elle ne sera plus là. J’exècre l’idée autant que je hais le fait que cette gamine se retrouvera bientôt sans parents. Je ne me réjouis pas de la situation, j’essaye de voir le positif parce que si je ne fais pas ça, j’ignore comment je vais tenir ». Je soupire, fatigué, las. « Megan va mourir et elle m’a demandé d’adopter sa fille. C'est la seule chose que je suis en mesure de faire pour l'aider, pour la soulager, et si je l'ai fait c'est uniquement parce que je sais qu'on en est capable, et qu'avec nous au moins, il lui restera des repères. Si le faire signifie devoir rompre avec toi, alors je ne le ferai pas. Tout comme je n’élèverai pas cette petite fille tout seul, parce que tu es mon mari et que c’est toi que j’aime ». Il soupire et prend ma main,  ma tête tourne étrangement, incapable de faire le vide et de se projeter. « Même si ça signifiait rompre avec moi, tu le ferais pas Andrea. Tu t’es engagé pour ce que tu crois juste. Je n’ai pas envie que tu changes ce que tu es pour moi. La seule chose que je dis c’est qu’on est trop jeunes. » Est-ce qu'on est en train de parler de rupture ? Quelques semaines seulement après qu'on se soit mariés ? « Ce que je trouve juste c'est que toi et moi on arrive enfin à être ensemble et que personne ne puisse rien trouver à redire à ça. Ça, je le trouve juste. » Je me mords la lèvre tandis que la panique se répand dans mes muscles, familière, vive. « Si tu me quittes, je serai incapable d'être un père ». Il croise les bras, semble presque agacé.  « Je n’ai jamais parlé de te quitter. Andrea je t’aime. » Sa main caresse ma jour et mon cœur s'autorise quelques secondes de répit. Il ne va pas me laisser, il est la. J'inspire un peu. « Seulement ce que tu me demandes, bien que ce soit justifié et honorable, me fait peur. » J'acquiesce, je sais bien. « Je suis désolé ». Je me mords la lèvre, je ne vois cependant pas quelle solution lui proposer qui pourrait le rassurer. « Moi aussi j'ai peur ». Très peur, même, on parle de la vie d'une petite fille, plus de notre propre vie. Renier tout ce que l'on avait pour pouvoir s'aimer était une chose, mettre en jeu l'avenir d'une gamine de sept ans en est une autre. 
Revenir en haut Aller en bas
 
my world changes too fast w/andrestan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: