make them dance w/ cambridge's choral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: make them dance w/ cambridge's choral   Mer 14 Mar - 15:29

Ces mioches ont peut être remporté des compétitions, mais ça ne fait pas d’eux l’élite de l’élite. Cambridge vaut mieux que ça, et après une conversation fort animée avec ma petite et adorable morveuse, j’en ai conclu qu’il fallait manifestement que je parle à ce bon vieux Logan et ce si possible sans avoir enchaîné les shot de tequila. Salle des prof attention délicate de la part de Trinity Landsbury je lâche deux cafés à emporter sur la table. « Logan, j’ai besoin de toi. » Mon sourire s’agrandit, alors que me laisse tomber sur une chaise face à lui. « Ma bande de criards auraient bien besoin d’une remise à niveau. Steele est en vogue en ce moment, son incapacité vocale va attendrir le jury et je pourrais me retrouver sur la touche. J’ai besoin de gagner et tu vas m’aider. J’ai besoin que le show soit époustouflant. » Je sais très bien que Steele est loin d’être exemple en danse, et si les miens sont capable de bouger plus ou moins correctement, j’imagine que ce sera un avantage considérable. Je sais que Logan est un affreux Jojo qui les fera bosser jusqu’à l’épuisement moral et physique, mais le résultat sera sans conteste satisfaisant, c’est pourquoi je dois agir. « Tes criards sont aussi des feignasses, il va falloir des heures pour obtenir quoi que ce soit de potable de leur part et puis franchement je leur laisse trois heures avant de tous craquer complètement. » Je m’appuie sur mon coude et le fixe, il a parfaitement raison, mais grâce à lui ca va changer. « C’est le deal Logan, il survivent à tes cours ou il virent. » Je hausse les épaule et avale une gorgée de café. « Tu sais déjà ce qu’ils vont chanter ? » Lui aussi sait déjà, le choix est cruel mais parfait. « Je pensais faire un mashup d’une chanson de Steele avec tu sais quoi ? Du Britney Spears! » Malgré le fait que je n’aime pas trop Britney le tout s’accorde magnifiquement et dans un ensemble rythmé. Je sors mon ordinateur portable et le sort de sa veille. « Cette video youtube m’a plutôt convaincue, et ce n’est qu’une idée globale, mais en retravaillant un peu la partition ça devrait donner quelque chose d’assez énergique. » Je switche la video et passe cette fois sur someone like you mixé avec la version de guns and roses de knockin’ at heaven’s door.

« Je vois ». Il se saisit lui même de l’ordinateur pour découvrir un autre mix, cette fois bien moins réussi. Je grimace, alors qu’il rit. «C’est d’accord, je vais m’occuper de tes gosses. Mais préviens les, ça va être difficile. Et je n’ai pas de temps à perdre, avec Starmania, alors ils ont intérêt à y mettre beaucoup de volonté ». Je croise les bras et lui adresse un sourire déterminé. « Crois moi Logan, je leur mène la vie dure, lorsqu’ils auront fait ta connaissance, ils penseront juste qu’on est mariés » Nos collègues nous regardent d’un drôle d’air, il semble qu’il n’aiment pas tellement la musique pendant qu’ils corrigent. Je referme l’ordinateur et ajoute sans lui laisser le temps de répondre. « Voilà qui tombe bien, c’est justement l’heure des répétitions. On va aller les chercher, et tu vas me les prendre une heure, je pourrais ainsi déterminer qui est capable de chanter et danser en même temps. » Je me lève brusquement et l’enjoins de me suivre. Nous arrivons devant ma salle ou toute la joyeusement bande est presque fidèle au post. Je note les absences ne l’oublions pas. « Certains d’entre vous connaissent déjà le professeur Logan, certains d’entre vous ont stupidement pensé que l’inscription à ses cours était facultative, je vous annonce donc qu’aujourd’hui vous allez gentiment le suivre afin qu’il puisse jauger lui même du désastre. N’oubliez pas que je prends des notes. » Je leur indique Logan afin que la joyeuse troupe se dirige vers sa salle. « Bonjour à tous. Je suis le professeur Daniel Logan, j’enseigne ici depuis plusieurs années et je suis à l’origine de nombreuses comédies musicales dont vous avez sans aucun doute entendu parler. Je suis le meilleur, si vous voulez gagner alors vous ne pouvez pas rêver mieux. » Je souris, visiblement satisfaite de la tournure des choses. «Cependant, je tiens à avertir les moins travailleurs d’entre vous. Mon temps est précieux et il est hors de question que je le perde. Ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à tout donner peuvent quitter immédiatement la salle. Des questions ? » Je fais un pas en avant et ajoute. « Ceux qui quittent la salle quittent également la chorale, je tenais à le préciser avant toute chose. »


Dernière édition par N. Trinity S. Landsbury le Mer 14 Mar - 20:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mer 14 Mar - 16:15

Je somnole dans la salle des profs en attendant l’heure de mon cours qui aura lieu dans exactement… trop longtemps. Soupir, ennui, impatience, ce magazine est décidément très inintéressant et l’horloge semble faire exprès de tic-tacquer au ralenti. Je râle un peu pour la forme et referme le magazine que je pose devant moi au moment exact ou Landsburry dépose un café sur la table. « Logan, j’ai besoin de toi. » Elle sourit et se laisse tomber sur la chaise en face de moi. J’hausse un sourcil légèrement sceptique, évidemment qu’elle a besoin de moi, je trouve même tardif le moment qu’elle a choisi pour me l’avouer. Ah ah. « Ma bande de criards auraient bien besoin d’une remise à niveau. Steele est en vogue en ce moment, son incapacité vocale va attendrir le jury et je pourrais me retrouver sur la touche. J’ai besoin de gagner et tu vas m’aider. J’ai besoin que le show soit époustouflant. » J’acquiesce, avale une gorgée de café et me pince légèrement les lèvres. « Tes criards sont aussi des feignasses, il va falloir des heures pour obtenir quoi que ce soit de potable de leur part et puis franchement je leur laisse trois heures avant de tous craquer complètement. » Je croise les bras, bien décidé à faire passer le temps qui précèdera le moment ou j’accepterai de l’aider. Elle se penche sur la table et avale une gorgée de café. « C’est le deal Logan, ils survivent à tes cours ou il virent. » Je fronce les sourcils, curieux, sentant l’inspiration de l’artiste qui me vient. « Intéressant. Ton machiavélisme m’impressionnera toujours ». Je penche un peu la tête et avale une nouvelle gorgée de café. « Je pensais faire un mashup d’une chanson de Steele avec tu sais quoi ? Du Britney Spears! » De nouveau, mon sourcil se hausse, considération curieuse de ce qu’elle vient de déclarer. « Cette video youtube m’a plutôt convaincue, et ce n’est qu’une idée globale, mais en retravaillant un peu la partition ça devrait donner quelque chose d’assez énergique. » J’acquiesce. « Je vois ». Je fais mine de réfléchir mais les idées me viennent déjà, c’est une des particularités de mon excellence. Je ne suis pas demandé pour rien, je ne suis pas bon pour rien. Je laisse défiler la vidéo suivante et termine mon café. « C’est d’accord, je vais m’occuper de tes gosses. Mais préviens les, ça va être difficile. Et je n’ai pas de temps à perdre, avec Starmania, alors ils ont intérêt à y mettre beaucoup de volonté ». Je lance une autre vidéo qui suit en riant un peu parce que c’est clairement mauvais. Un prof pompeux d’archéologie nous adresse un regard noir et montre clairement des signes extérieurs d’agacement. « Crois moi Logan, je leur mène la vie dure, lorsqu’ils auront fait ta connaissance, ils penseront juste qu’on est mariés… Voilà qui tombe bien, c’est justement l’heure des répétitions. On va aller les chercher, et tu vas me les prendre une heure, je pourrais ainsi déterminer qui est capable de chanter et danser en même temps. » Elle se lève et je me redresse à sa suite, un peu d’occupation n’est certainement pas de refus étant donné que mon prochain cours ne démarre que dans une éternité. Nous parcourons les couloirs et je la suis jusqu’à l’intérieur de la salle ou des élèves attendent déjà. « Certains d’entre vous connaissent déjà le professeur Logan, certains d’entre vous ont stupidement pensé que l’inscription à ses cours était facultative, je vous annonce donc qu’aujourd’hui vous allez gentiment le suivre afin qu’il puisse jauger lui même du désastre. N’oubliez pas que je prends des notes. » Je ris légèrement et la laisse s’écarter pour prendre sa place. « Bonjour à tous. Je suis le professeur Daniel Logan, j’enseigne ici depuis plusieurs années et je suis à l’origine de nombreuses comédies musicales dont vous avez sans aucun doute entendu parler. Je suis le meilleur, si vous voulez gagner alors vous ne pouvez pas rêver mieux. » Je croise les bras et hausse un sourcil, marchant une ligne droite. « Cependant, je tiens à avertir les moins travailleurs d’entre vous. Mon temps est précieux et il est hors de question que je le perde. Ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à tout donner peuvent quitter immédiatement la salle. Des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Jeu 15 Mar - 16:26

« TA GUEULE PUTAIN ! » J'enfonce un oreiller sur ma tête tandis que Larry grogne à côté de moi. « Kesskisspass ? » Je gémis en me redressant. « J'ai une saloperie de pic-vert dans la tête qui s'amuse à cogner sur un pin depuis une demi-heure. J'en peux plus je vais péter un plomb. » Mon ami rit doucement et me fait rouler sur le dos pour m'immobiliser sous son poids. « Je t'avais dit de moins boire. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi même. » Je gigote faiblement alors qu'il dépose un baiser papillon sur ma paumette « Et bonjour quand même ! » Je soupire et souris. « Bonjour Boo. » Mes lèvres partent à la recherche des siennes tandis que mes mains glissent autour de sa taille. « Hep, pas touche Curly. » Je geins en le sentant s'éloigner. « Mais pourquoiiiiiiii ? » Il se lève du lit, un grand sourire toujours accroché à ses lèvres. « Parce queee... tu as cours dans une heure et parce que je ne suis pas sûr de pouvoir respecter ton voeux de chasteté monsieur je-joue-au-bisexuel-mais-j'ai-jamais-couché-avec-un-garçon. » Je rampe sur le lit et attrape un pan de son tee-shirt. « Larryyy je te demanderai pas de t'arrêter, et tant pis pour le cours. Revieeens. » Il hésite. « T'as quoi là comme cours. » J'hausse les épaules et le tire vers moi, frétillant d'impatience. « Chais pas, chorale je crois. » Il s'écarte brusquement. « Avec Landsbury ? Y a pas moyen que tu loupes ça elle va t'étriper ! C'est un monstre cette femme ! Allez file à la douche, je rentre moi. » Il m'embrasse briévement et sort de ma chambre en coup de vent. Me voilà assis sur mon lit comme un con, l'égo blessé, les larmes aux yeux et excité comme jamais. Pour rien. J'écoute mon coeur battre à la chamade sans oser bouger de peur d'éclater en sanglots. C'est toujours pareil, il a toujours une super excuse. Des pas se rapprochent, je lève la tête à temps pour le voir se jeter sur moi pour me serrer dans ses bras. « Pleure pas cupcake. Je peux juste que ça soit parfait okay ? » J'hoche la tête et sens mes larmes couler sur mes joues, puis dans son cou. « Et tu dois aller à ce cours. Je plaisante pas. On se voit ce soir. » Il m'embrasse une dernière fois et part pour de bon. J'essuie mes larmes et respire un grand coup. Parfait.

Je me gare sur le parking de l'université avec dix minutes d'avance. Je sais pas ce qu'il m'a pris de prendre cette option. Je chante pas mal du tout à ce qu'on m'a dit, mais tout de même. Je frissone en imaginant à ce qu'il serait en train de se passer si je n'avais pas cours. Okay, voyons donc cette terreur de prof. J'entre dans la salle où sont déjà présents la moitié de mes camarades, une femme-épouvantail et le sosie de Brad Pitt. Je me glisse à côté de Emile juste au moment où la femme -probablement Landsbury- prend la parole. « Certains d’entre vous connaissent déjà le professeur Logan, certains d’entre vous ont stupidement pensé que l’inscription à ses cours était facultative, je vous annonce donc qu’aujourd’hui vous allez gentiment le suivre afin qu’il puisse jauger lui même du désastre. N’oubliez pas que je prends des notes. » Je hausse un sourcil. En effet, elle a pas l'air commode. Le beau gosse prend la parole. « Bonjour à tous. Je suis le professeur Daniel Logan, j’enseigne ici depuis plusieurs années et je suis à l’origine de nombreuses comédies musicales dont vous avez sans aucun doute entendu parler. Je suis le meilleur, si vous voulez gagner alors vous ne pouvez pas rêver mieux. Cependant, je tiens à avertir les moins travailleurs d’entre vous. Mon temps est précieux et il est hors de question que je le perde. Ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à tout donner peuvent quitter immédiatement la salle. Des questions ? » Pas possible, je suis pas ici pour jouer au clown. Il est hors de question que je mette un tutu pour amuser la galerie. J'ouvre la bouche mais Emile me donne un coup de coude. « Ceux qui quittent la salle quittent également la chorale, je tenais à le préciser avant toute chose. » J'écarquille les yeux. C'est dégueulasse, les profs sont des sadiques. Je croise les bras pour montrer mon mécontentement mais garde le silence. Cette option peut me rapporter beaucoup de points, je suis prêt à faire un effort. Tant qu'on ne me force pas à enfiler des collants.


Dernière édition par A. Basile Cabret le Mar 20 Mar - 21:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Ven 16 Mar - 15:47

Et merde, merde, merde. Je suis en retard. Ce qui en soit n'a rien de particulièrement étonnant, je passe ma vie à devoir être à l'heure tout comme je suis parfaitement incapable de gérer mon temps. Alors, même si dans la plupart des cas mes obligations l'emportent sur mes difficultés chroniques à lire l'heure convenablement, parfois, l'inévitable se produit. Comme maintenant, tandis que je sautille dans tout mon appartement, brosse à dents à la main, cheveux ébouriffés, en quête d'une paire de chaussettes propres. Comment peut-on vivre dans un tel foutoir? A chaque fois que je dois trouver quelque chose et que je n'ai bien sûr pas le temps de chercher, l'idée qu'il faudrait ranger mon appartement m'effleure. Et puis généralement, je trouve ou bien je fais ça et de telles pensées disparaissent aussitôt. Ranger. N'exagérons rien. Maintenir les papiers importants dans un endroit facile à trouver et un ordre raisonnable, oui. Garder mes cours numérotés, ma nourriture dans la cuisine et le sol propre, certes. Mais ranger. Je soulève une pile de vêtements, la bazarde sur mon lit, finit de me laver les dents, attache grossièrement mes cheveux en un chignon douteux, enfile mes converses et sors à vive allure. Je suis foutue. Foutue. Landsbury va m'arracher la tête, la mettre sur un piquet et l'exposer dans le fond de la salle de classe pour bien rappeler à tout le monde qu'on doit prendre ses cours sérieusement. D'ailleurs, si je l'avais su, je n'aurais pas signer pour sa foutue chorale. Mais ça va faire trois ans que je suis là, ça fait plaisir à Papa que je continue à m'intéresser aux arts de la scène et puis ça me maintient en forme. Chorale et tennis, aucun besoin d'aller faire de l'exercice physique ailleurs. Et riez pas, on voit que vous avez jamais eu à subir une session de danse avec mon paternel ou les séances de coaching de Trinity quand elle s'énerve. C'est du sport de haut niveau, on devrait pouvoir se qualifier aux JO.

J'arrive finalement sur le campus, trottine jusqu'à la salle de classe en priant pour que ça n'ai pas encore commencé. J'en doute, j'ai cinq bonnes grosses presque dix minutes de retard. J'ouvre la porte le plus discrètement possible, espérant pouvoir me faufiler sur une chaise dans le fond, pendant que Trinity hurle sur quelqu'un. Mais manque de bol, j'interromps visiblement un grand speech et une grande fille maigrichonne dont je n'arrive jamais à me souvenir du nom quitte la salle de répétitions en trombe. Je sens que j'ai raté un truc. J'aperçois Bouclettes et Emile et m'apprête à m'installer près d'eux, non sans d'abord adresser un sourire contrit à miss Landsbury. Je m'exécute et remarque alors la présence de mon cher père. Et meeeeeerde. Cette journée va être dure. Vraiment, dur. Daniel Logan et Trinity Landsbury, Hadès et Perséphone en personne. Pas des rejetons de l'enfer, non, non, les maîtres du Tartare. Je souris donc avec politesse et humilité, m'assoit au bout d'une rangée en silence et m'excuse avec une graaande sincérité auprès de nos enseignants « Je suis navrée, excusez-moi. » Je ne prête pas plus attention aux regards assassins qu'on me lance et reste assise là, à attendre la suite des évènements. Si mon père est là, c'est qu'on va nous faire danser. Jusqu'à l'épuisement. Je retiens un soupir, pense aux premières années qui pensent affronter bravement un cours de danse un peu difficile. Qui subissent avec une certaine dignité la tyrannie de notre chère professeure. Et après, elle se demande pourquoi on manque de sang neuf. Vraiment, elle se pose la question hein. Peut-être qu'en évitant de torturer psychologiquement - et aujourd'hui physiquement - ses élèves, la chorale aurait plus de succès. Même la vague Glee n'a pas conduit à une véritable explosion des inscriptions. Mêmes les shows plus hallucinants chaque année. Je ne pense pas que ce soit la danse notre point faible pour tout dire. Mais déjà que j'ai de la chance de ne pas avoir été mise à la porte, je ne vais pas la ramener. De toute façon, avec ces deux là dans la place, la ramener serait un rien suicidaire. Grands dieux, nos souffrances ne font vraiment que commencer. Puisse le sort nous être favorable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Ven 16 Mar - 17:07

Je redresse délicatement le petit noeud dans mes cheveux et souris au miroir. Je suis mignonne, ouuuuuh que je suis mignonne. On me donnerait le Bon Dieu sans confession. Aujourd'hui, chorale. Hum, comment dire. Je ne savais pas à quoi je m'engageais en m'inscrivant. Notre prof est... un mélange entre Godzilla et Terminator. Elle est terrible. Alors j'ai appris à ne pas trop me faire remarquer là-bas. Enfin tout est relatif, avec mon problème de coordination c'est plutôt mal parti. Le premier jour je me suis cassé la figure. En étant assise, oui oui. Ensuite je me suis endormie et j'ai fait tombé un camarade qui s'est foulé la cheville et Fluffy hurle à la mort dès qu'il y a une fausse note. Autant dire que Trinity Landsbury m'a dans le viseur. Mais tout ça, je ne le fais pas exprès, je le jure monsieur le juge ! Et je m'applique aussi, je ne chante pas faux et même si je déteste les solos, j'estime ne pas être une totale catastrophe musicale.

De toutes façons c'est la faute de Granny, c'est elle qui a voulu que je m'inscrive. Soit disant que c'était pour mon développement personnel. Ha ha ha. Le sens de l'humour est de famille. J'attrape un bol de céréales et l'avale en quelques minutes, une tasse de thé, brossage de dents et je dépose un baiser sur la joue de grand-mère qui jette un coup d'oeil à ma tenue. Vu son sourire, je crois que ma tenue a remporté son adhésion. Un jean propre, des baskets grises et un teeshirt sans lapins crétins. Mon sac sur l'épaule, je file en cours, ignorant les soupirs de ma grand-mère et mon chauffeur qui me regarde d'un air désappointé. Je ne veux PAS qu'on me materne et je n'ai PAS BESOIN d'une voiture avec chauffeur alors que je suis à cinq minutes à pied du campus.

J'entre dans la salle, oh tiens, je suis la première ? , et Coffee se poste sur le rebord de la fenêtre, l'air malheureux. Oh nononononononon ! Pas question que je lui ouvre, je tiens à la vie moi ! Déjà que c'est un miracle que Landsbury accepte la présence de Fluffy, Coffee l'écureuil hystérique je ne pense pas que ça passera. Je caresse doucement la tête de ma chienne et accueille d'un sourire mes compagnons d'infortune. Je ne sais pas encore à quel point c'est vrai, mais j'offre un regard amusé à Basile, peu consciente de ce qui va suivre.

« Certains d’entre vous connaissent déjà le professeur Logan, certains d’entre vous ont stupidement pensé que l’inscription à ses cours était facultative, je vous annonce donc qu’aujourd’hui vous allez gentiment le suivre afin qu’il puisse jauger lui même du désastre. N’oubliez pas que je prends des notes. »

Qu'est ce que le papa de Lia vient faire ici ? Et d'ailleurs où est-elle ?

« Bonjour à tous. Je suis le professeur Daniel Logan, j’enseigne ici depuis plusieurs années et je suis à l’origine de nombreuses comédies musicales dont vous avez sans aucun doute entendu parler. Je suis le meilleur, si vous voulez gagner alors vous ne pouvez pas rêver mieux. Cependant, je tiens à avertir les moins travailleurs d’entre vous. Mon temps est précieux et il est hors de question que je le perde. Ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à tout donner peuvent quitter immédiatement la salle. Des questions ? »

Vous allez souffriiiiiir ! Vos articulations vont gémiiiiiir, mais ça va être féerique ! Un sourire un peu figé reste bloqué sur mes lèvres et j'hésite franchement à lever la main pour demander si c'est grave de n'avoir aucune coordination. Je m'abstiens et me mords les joues pour ne pas rire en voyant Coffee collé à la fenêtre.

« Ceux qui quittent la salle quittent également la chorale, je tenais à le préciser avant toute chose. »

Ben voyons. Je jette un coup d'oeil à Lia en me disant qu'elle est la mieux préparée à ce qui va suivre. Je caresse doucement la tête de Fluffy qui reste aussi calme et stoïque que d'habitude. Bon apparemment pas de chant aujourd'hui, je peux vaguement espérer que ma petite border-collie ne se mettra pas à hurler à la mort. Tant mieux ! Par contre je suis un peu inquiète. Est-ce que monsieur Logan va me crucifier au milieu de la salle quand il aura vu mes déplorables capacités de danseuse ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 1:07

« Je suis navrée, excusez-moi. » Je ferme les yeux, tente de ne pas ficher cette petite impertinente dehors. C’est la fille de Logan, elle est plutôt talentueuse et je ne voudrais pas le faire tiquer, mais il semble qu’elle abuse un peu trop clairement de la situation. Je ne dis rien, laisse Hades s’en charger, après tout il l’a engendrée. « Bien, étant donné que personne ne se lève j’en conclus que vous êtes tous prêts à travailler comme la victoire l’exige. Or, la victoire exige beaucoup de travail. Au cas où vous ne le sauriez pas, vos chers amis d’Oxford se débrouillent plutôt bien et il serait un peu contrariant de les laisser gagner. » Je laisse échapper un ricanement discret. De ce que je sais la chorale d’Oxford est en chute libre, et le fait qu’ils aient gagné l’année précédente, ne leur assure en rien la victoire cette année, même le castrat a fini par déserter, Steele est vraisemblablement un désastre dans l’art de leader une chorale. Je m’installe sur une table, avisant ma bande de morveux avec intérêt. « A toi de jouer Logan impressionne moi ! » Je me délecte déjà du spectacle, disons simplement qu’ils risquent de bien dormir cette nuit.

La machine Logan se met en route et je peux presque entendre leur salive descendre tout au fond de leur gosier. Une chose est sûre, le résultat sera à la hauteur de mes espérances en fin d’année. Oxford s’apprête à mordre la poussière, eux aussi.  « J’ai besoin de voir ce que vous savez faire » Je croise les jambes tandis qu’il enclenche la musique, donnant de rapides information sur ce qui va suivre. « Cette musique est un medley dont les rythmes sont variables. Je veux que vous veniez tous au centre de la pièce et que pendant la durée intégrale de la chanson vous ne cessiez jamais de danser. Mais je ne vous parle pas de pas chassés ou de grands gestes brouillons. Je veux de la danse. Tout seul, à deux, à trois ou tous ensemble, je m’en contrefous. L’important c’est que vous ne fassiez pas n’importe quoi, alors inspirez vous des films que vous avez déjà vu et tâchez d’être le moins mauvais possible, sans quoi je pourrais ne pas avoir la patience de vous regarder jusqu’à la fin » Personne ne bouge, Logan semble désespéré. « Et si on pouvait mettre moins d’une demie heure à se préparer avant chaque exercice, ce serait formidable, vraiment formidable » Le groupe se décide à agir, tandis que le regard de Daniel croise la mien. La situation est vu de l’extérieur très amusante, il va sans dire.


Dernière édition par N. Trinity S. Landsbury le Mar 20 Mar - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 1:19

« Ceux qui quittent la salle quittent également la chorale, je tenais à le préciser avant toute chose. » J’acquiesce et croise les bras, laissant entrer les retardataires, humeur magnanime de la journée et seul cadeau qui leur sera fait. Je roule des yeux en voyant Lia entrer parmi les derniers, quelle crédibilité… « Je suis navrée, excusez-moi. » Le but n’étant pas de faire d’elle ma favorite, même si elle l’est, évidemment. Je ne fais cependant aucune remarque, me contentant de lui adresser un regard qu’elle saura parfaitement interpréter toute seule. « Bien, étant donné que personne ne se lève j’en conclus que vous êtes tous prêts à travailler comme la victoire l’exige ». Or, la victoire exige beaucoup de travail. Au cas où vous ne le sauriez pas, vos chers amis d’Oxford se débrouillent plutôt bien et il serait un peu contrariant de les laisser gagner. » Je soupire un peu en les observant, hagards, l’air de se demander ce qu’il se passe. Bon sang, j’avais oublié comme apprendre à des gens qui ne veulent pas apprendre est plus difficile encore qu’apprendre à des incapables volontaires. Trinity se recule et s’installe sur une table. « A toi de jouer Logan impressionne moi ! » Je ris un peu à mon tour et décale toutes les chaises qui gênent le passage, de manière à libérer un grand espace vide. « J’ai besoin de voir ce que vous savez faire ». J’insère un disque dans le lecteur CD, ne pas leur demander de chanter pour le moment sera sans doute un excellent moyen de les épargner pour quelques secondes supplémentaires.

« Cette musique est un medley dont les rythmes sont variables. Je veux que vous veniez tous au centre de la pièce et que pendant la durée intégrale de la chanson vous ne cessiez jamais de danser. Mais je ne vous parle pas de pas chassés ou de grands gestes brouillons. Je veux de la danse. Tout seul, à deux, à trois ou tous ensemble, je m’en contrefous. L’important c’est que vous ne fassiez pas n’importe quoi, alors inspirez vous des films que vous avez déjà vu et tâchez d’être le moins mauvais possible, sans quoi je pourrais ne pas avoir la patience de vous regarder jusqu’à la fin ». Je croise les bras, attends qu’ils se bougent les fesses. « Et si on pouvait mettre moins d’une demie heure à se préparer avant chaque exercice, ce serait formidable, vraiment formidable ». Je soupire, et appuie sur play aussitôt qu’ils sont tous descendus. Les quelques premières notes du disque ? Une valse. J’adresse un clin d’œil fortement amusé à Trinity en les regardant hésiter et évidemment, rater.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 21:18

Mon entrée ne passe bien sûr pas inaperçu et mon père me lance son regard du type « ne t'ai-je donc rien appris gamine » la touche prof sévère et très très méchant en plus. La première fois que mon Papa chéri a endossé ce rôle, j'ai eu un peu du mal à y croire. Mais Monsieur Logan a de la ressource et on dirait que la présence de Perséphone lui donne de l'aplomb. Il ne tarde d'ailleurs pas à enclencher le discours du chorégraphe tyran « Bien, étant donné que personne ne se lève j’en conclus que vous êtes tous prêts à travailler comme la victoire l’exige. Or, la victoire exige beaucoup de travail. Au cas où vous ne le sauriez pas, vos chers amis d’Oxford se débrouillent plutôt bien et il serait un peu contrariant de les laisser gagner. » Victoire, travail, effort, Oxford. Une petite musique résonne dans ma tête et je ne peux pas m'empêcher de voir la Team Rocket tournoyer en hurlant « rendez vous tous ou ce sera la guerre. » Mais je n'ai pas le temps de m'inquiéter plus longtemps de ma santé mentale, Landsbury s'installe sur une table avec cet air suffisant et lance « A toi de jouer Logan impressionne moi ! » Pendant une seconde, je me demande si cette femme - plus toute jeune soyons honnête - sait danser. Puis je me souviens du gamin qui avait demandé à mon père s'il était rouillé. Et je m'abstiens ne serait-ce que de songer à l'échec de miss Landsbury dans le domaine de la danse. On est un performer ou on ne l'est pas et vu la dégaine de cette harpie, elle a ça dans le sang. Comme Papa.

« J’ai besoin de voir ce que vous savez faire » annonce-t-il, avant de s'expliquer plus en détail « Cette musique est un medley dont les rythmes sont variables. Je veux que vous veniez tous au centre de la pièce et que pendant la durée intégrale de la chanson vous ne cessiez jamais de danser. Mais je ne vous parle pas de pas chassés ou de grands gestes brouillons. Je veux de la danse. Tout seul, à deux, à trois ou tous ensemble, je m’en contrefous. L’important c’est que vous ne fassiez pas n’importe quoi, alors inspirez vous des films que vous avez déjà vu et tâchez d’être le moins mauvais possible, sans quoi je pourrais ne pas avoir la patience de vous regarder jusqu’à la fin. » Silence, immobilité. Ben ils font quoi? J'allai me lever, mais j'ai peut-être rater quelque chose. « Et si on pouvait mettre moins d’une demie heure à se préparer avant chaque exercice, ce serait formidable, vraiment formidable » Ah non, ils sont juste un peu lents. Ca risque de mal finir tout ça. Je me place rapidement sur la piste improvisée, attendant patiemment que l'exercice comment. J'angoisse un peu. Je ne suis pas une mauvaise danseuse - ce serait un comble - mais je manque un peu de pratique. Mais bon, mon père n'aura qu'à s'en prendre à lui-même, c'est lui qui a décidé de ne plus me faire participer à ses cours sous prétexte que j'étais indisciplinée. J'avais 15 ans, évidemment que j'étais indisciplinée. Mais je respire, je me concentre et mon corps retrouve de vieux réflexes et je me retrouve dans la fameuse première position dont ma vieille prof de classique aigrie m'avait rabâché les oreilles. Rassurée quant à mes restes en la matière, j'écoute attentivement le début de l'enregistrement.

Une valse à trois temps. Ce n'est pas la mer à boire. Sur le côté, on tourne, 1, 2, 3, rien de sorcier. Mais qui dans cette assemblée saura danser la valse? Ou assimiler le principe assez vite pour ne pas me ridiculiser? Parce qu'une valse tout seul, c'est passablement ridicule. Mon regard tombe sur Basile, un garçon dégourdi. Il chante bien, il a le sens du rythme. Il saura bien entendre le tempo et esquisser trois pas de danse. Littéralement. Je lui prends donc la main avec aplomb, histoire de ne pas laisser le meilleur candidat me filer entre les doigts. Les autres n'ont visiblement pas très bien compris ce que mon père attendait d'eux et je me dis qu'au moins je sauverai la mise au jeune homme. Ou que nous coulerons tous les deux. D'un pas chassé gracieux je me place devant lui et dans un sourire resplendissant je glisse « Tu comptes et tu suis, tu vas vite comprendre le truc. » Enfin j'espère. Pour lui comme pour moi. Mais alors que je m'attends à quelques tamponnades et des hésitations avant qu'il prenne vaguement le coup de main, il se redresse, se met en position, prend fermement ma main et nous tournoyons en parfaite harmonie, au rythme de la splendide musique. Qu'est-ce qui se passe au juste? D'où il sort un talent pareil pour la danse de salon? Les yeux écarquillés je chuchote en retenant un éclat de rire « Tu as d'autres talents cachés Bouclettes? » Je l'imagine une seconde enfilant un justaucorps noir et se laissant aller à d'étranges mouvements de danse contemporaine sur la scène d'un théâtre londonien et fait un effort considérable pour me concentrer sur nous mouvements, qui se font de plus en plus fluides et rapides. Papa appréciera la cohésion et la grâce de l'ensemble.

Mais soudain, alors que nous avions atteint un rythme de croisière, la musique change du tout au tout. Into the Groove de Madonna. You can dance clame la reine de la pop. Mon cher père a un sens de l'ironie des plus intéressants. Et en voyant la mine désemparée de Moon, je ne retiens pas quelques gloussements. C'en est trop pour moi et j'abandonne donc Basile à son triste sort avant de reprendre une constance et d'improviser une chorégraphie assez simple et une sombre inconnue se place derrière moi pour que nous fassions une sorte d'ensemble. C'est plus que douteux, mais ça peut marcher, elle est assez douée. Je lance un regard à Moon pour qu'elle se joigne à nous, elle n'est pas la meilleure danseuse du monde mais il s'agit simplement de copier et d'essayer de ne pas être en retard sur nous. Si on peut donner le change pendant une petite minute et faire croire qu'on sait être ensemble, Landsbury pourra toujours nous faire faire les choeurs et agiter nos fessiers à l'arrière de la scène. Ce serait plus que dans mes cordes d'ailleurs. Cela dit je crains que notre jeune amie soit un désastre ambulant. Le manque de coordination de la brunette me frappe tellement que j'en raterai presque la choré que je viens d'inventer. Ou plutôt la choré que j'ai dû piocher dans un lointain souvenir de cours de danse. Parce que Papa et Madonna, c'est une grande histoire d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 22:07

Je regarde vers a fenêtre, déjà ennuyé par ces longs discours. Dire qu'en ce moment je pourrais... Mes joues s'enflamment et un petit sourire équivoque étire mes lèvres. Penser à autre chose, et en vitesse. Un rayon de soleil perce les nuages pour éclairer une branche d'arbre. « Oh... » Je ne peux retenir une petite exclamation en voyant l'écureuil perché dessus. J'ignorais qu'il y avait ce genre de bestioles à Cambridge. J'observe l'animal fixer une fille derrière moi et s'approcher de la fenêtre. Je jette un coup d'oeil autour de moi mais personne ne semble l'avoir remarqué. L'écureuil se dresse sur le bout de la branche et regard la fenêtre d'un air pensif. D'un air. Pensif. Non mais ça pas bien moi hein, depuis quand les animaux pensent ? Je secoue la tête et me retourne vers les professeurs, pour tomber nez à nez avec Lia qui prend mon poignet fermement pour m'entrainer vers le centre de la salle. Je me rends alors compte que Logan père a mis la musique en route, une valse pour être précis. « Tu comptes et tu suis, tu vas vite comprendre le truc. » Je baisse les yeux vers ma cavalière, un peu affolé. Pas parce que je ne sais pas quoi faire, oh non, c'est même tout le contraire. Mes parents ont toujours tenu à ce que je ne sois pas déstabilisé dans ce genre de situation, c'est pourquoi ils m'ont obligé dès mon plus jeune âge à prendre des cours de danse de salon. Chose que je n'assume absolument pas. Pourtant, je me positionne parfaitement histoire de montrer à Lia et à nos profs que sous mes airs d'empotés, je me débrouille pas mal du tout. Je mène la danse à la perfection, m'attirant un regard étonné de la part de mon amie, qui semble partagée entre la stupéfaction et l'amusement. « Tu as d'autres talents cachés Bouclettes? » Je roule des yeux et raffermis ma prise autour de sa taille. « Tu n'as pas idée. » Je lui lance un sourire ravageur, pour rire. Je reprends vite mes esprits en me rappelant que son géniteur pourrait ne pas apprécier la plaisanterie.
La musique s'éteint, je m'éloigne d'elle avec une petite courbette. L'écureuil est toujours là, je m'approche de la fenêtre et après avoir vérifié que personne ne fait attention à moi, je l'ouvre en soupirant «Pouloulou, fait chaud ici... » L'écureil pose sur moi un regard étrange, prend son élan et s'élance dans ma direction. J'hésite un instant entre lui fermer la fenêtre au museau et m'écarter pour voir ce que cette bête enragée va faire. Evidemment, j'opte pour la seconde solution et je vais me réfugier un peu plus loin, ni vu ni connu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 22:23

J'hésite franchement entre le rire désespéré et fondre en larmes. Ni l'un, ni l'autre. En fait, je crois que j'ai envie d'étrangler Landsbury. C'est marrant parce qu'hier soir je réfléchissais à la manière dont le meurtrier dans ma nouvelle, devait faire disparaître le corps de sa victime. On peut dire que ça tombe bien, j'ai au moins dix moyens différents de faire disparaître les preuves de mon généreux forfait. Espèce de harpie va. Je souris (on dirait Miss Univers), je rejoins Lia au milieu de la salle (là on dirait Miss Univers qui doit aller chez le dentiste), la musique retentit (Miss Univers face au bûcher). Une valse. OH JOIE. Granny a vaguement essayé de m'apprendre à danser (encore un truc auquel je ne comprends rien) et la valse, je déteste ça. C'est très joli à regarder, pas de doute, mais dans la vie il y a deux sortes de gens. Ceux qui savent se débrouiller avec leurs membres. Et puis moi. Même en marchant, avec des baskets, je tombe. Alors sur une piste de danse vous imaginez ? J'ai bien fait de la danse classique parce que Granny m'a forcée lorsque j'étais haute comme trois pommes. Quand j'ai été assez grande (quatre pommes et demie), j'ai décrété que je ne voulais plus jamais y mettre les pieds. Position un, on essaye de ne pas tomber. On fait de vagues arabesques avec les bras. Au point où j'en suis...

Madonna. OH. MON. DIEU. Et c'est qu'il a le sens de l'humour en plus Daddy Logan. S'il n'était pas prof, bien plus grand que moi, le papa de Lia et que je n'avais pas de légères appréhensions concernant le genre masculin, je lui sauterais dessus pour lui faire manger son CD. Mon regard malheureux semble parler pour moi car Lia me rejoint et commence une chorégraphie assez simple de prime abord mais qui me semble aussi insurmontable que l'Everest. Je fais des efforts, la concentration doit sûrement se lire sur mon visage mais rien à faire : je suis un véritable désastre. Je crois que Landsbury va me virer après s'être payé une bonne tranche de rigolade avec Logan. Oh les cons, oh les cons ! J'ai le droit, j'ai des circonstances atténuantes, je vais vraiment, mais alors vraiment... fondre en larmes ? C'est terrible de se sentir aussi nulle, mais j'ai beau faire tous les efforts du monde, je crois bien que mon karma est fait ainsi : je suis NULLE en danse. On pourrait me donner tous les cours du monde pendant cent ans je crois que je suis un cas désespéré.

Un couinement me fait brusquement sortir de mes pensées meurtrières et je déglutis avec difficulté. Oh. Non. Pas. Coffee. BORDEL DE DIEU DE FOUTRECON DE MERDE ! Si j'attrape LE PROFOND CRETIN qui a laissé Coffee rentrer dans la salle, JE LE MASSACRE A COUPS DE BASKET DANS LE NEZ ! J'hésite. Continuer à danser ou bien se précipiter vers mon charmant quoique légèrement psychotique écureuil et dévoiler ainsi ma grande culpabilité aux yeux de Landsbury qui pourra ainsi m'écarteler sur la place publique ? Non merci, je choisis de vivre ! J'essaye de me re-concentrer sur la chorégraphie de Lia, mais lorsque que je vois Coffee sautiller joyeusement en rythme et se rapprocher dangereusement de Monsieur Logan, je craque. Fluffy file se coller contre moi et je comprends le message. Quand ma chienne fait ça, c'est que la crise n'est pas loin. Je lâche un "désolée !" mi-soulagé, mi-paniqué, file dans un coin de la salle, m'allonge sans tenir compte du regard passablement étonné de notre tortionna... de monsieur Logan. Et 5, 4, 3, 2, 1... je m'endors.

Pas comme si Landsbury n'était pas habituée. C'est déjà ça de pris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 22:41

Jeudi midi, il est temps de passer à l'action. Debout devant le miroir des toilettes de l'université, je peaufine mon camouflage. Mouche sur la joue, maquillage sombre et perruque courte forment mon déguisement. Une robe simple noire et une veste viennent le compléter. Discrète et sobre, tout le contraire de d'habitude. Je sors du batiment et gagne la moto que Tristan a eu l'extrême gentillesse -ou la grande stupidité- de me prêter. J'enfonce le casque sur ma tête, enfourche la bête et démarre. La puissance de l'engin de refroidit un peu mais je m'engage tout de même sur la route pour Cambridge en espérant y arriver vivante et avant la fin de l'après midi. Je sèche une après-midi de cours, autant que ça soit pour quelque chose. Les cours de la chorale de Cambridge commencent, d'après mes sources, à seize heures, j'ai donc largement le temps d'y arriver.
En effet, je gare la moto avec une demi heure d'avance. Parfait. Je suis le plan qu'on m'a fourni et arrive devant la salle juste au moment où un groupe d'élèves pénètre à l'intérieur. Tout se déroule merveilleusement bien. Je m'assoie en plein milieu des autres et attends, légèrement nerveuse à l'idée de me faire prendre et également un peu honteuse de me retrouver ainsi abaissée à espionner la chorale adverse, je songe à rebrousser chemin, mais la simple idée que Lysander Murray puisse me battre m'incite à continuer. Je m'enfonce dans mon siège à l'entrée de visages connus et m'oblige à regarder par la fenêtre d'un air détendu quand le regard perçant de Landsbury se pose sur moi. Les discours commencent, je ne peux pas croire que mon plan débile fonctionne. J'ouvre grand mes oreilles et enregistre la moindre information. La porte s'ouvre sur d'autres étudiants, je n'ai pas besoin de les regarder pour savoir qu'il se trouve parmi eux. Je reconnais sa démarche et sa silhouette du coin de l'oeil. Même si je savais pertinamment qu'il serait là, je n'ai pas prévu de plan B, bien que sauter par la fenêtre me semble être une bonne idée s'il me reconnaît -et je sais qu'il le fera- et s'il alarme tout le monde. Je sens son regard sur moi. Je déglutis et me prépare pour le grand saut. Pourtant, à mon grand étonnement, il s'assoit sans rien dire. Qu'est-ce qui lui prend ? Le professeur qui ressemble à Brad Pitt lance la musique. J'hausse un sourcil en entendant les premières notes de la valse qu'il nous passe.
Un mouvement sur ma gauche stoppe mon coeur. Je tourne la tête et le vois se lever pour s'approcher de moi. Il prend ma main et m'entraine à sa suite, ai-je réellement le choix ? Je ne peux pas refuser, au risque d'attirer l'attention des autres. Nous dansons sans le moindre effort, nos gestes s'accompagnent naturellement. Je sens le moindre des ses muscles tendu par la fureur causée par ma présence ici. Aucun mot n'est échangé, je n'ose pas lever les yeux vers lui. Changement de rythme, la valse laisse place à Madonna, je grimace légèrement.
« Tu es satisfaite de ce que tu vois Stowe ? » Mon coeur rate un battement, mon regard glisse sur la courbe de sa machoire. Oh que oui. « Oxford va se faire écraser cette année, je ne vois pas pourquoi tu ne cours pas le leur dire. » Je ne vois pas non plus. Je fais mine de ne pas avoir entendu et me concentre sur mes pas. L'idiot ne se débrouille pas mal. « Où as-tu appris à danser comme ça Murray ? » Il sourit, je le vois au petit pli sur sa joue. « Je fais de la danse sur glace en professionnel tu ne savais pas Stowe ? » Je pouffe discrètement. Nan c'est pas possible. Pas ça. Je me mords la langue alors que que mon envie de rire secoue mes épaules. Je souffle doucement par le nez pour me calmer, je finis finalement par lever mes yeux embués de larmes vers les siens. « Jure. » « Tu vas me dire que toi aussi ? Les études, l’anniversaire, la chorale, et si on était faits l’un pour l’autre Stowe ? » Je lève les yeux aux ciel et secoue la tête tout en la baissant vers nos pieds. Je me mords la lèvre et souffle. « Si on était faits l'un pour l'autre, je m'exilerais sur une île déserte Murray. » J'écarte une mèche d'un mouvement de tête et lui souris, sans animosité pour un coup. J'en oublierais presque ma situation.
Je virevolte, un éclair roux attire mon regard. Coffee. Qu'est-ce que cette saloperie fout là ?! Je m'écarte vivement de Lysander. En moins d'une seconde, je fais le lien entre Moon endormie sur le sol, l'écureuil et la tasse de café que Brad Pitt tient. « Nooooooooooon !! » Je m'élance en même temps que l'animal et parviens à l'attraper au vol. Je m'écrase sur le sol sans aucune grâce, ma perruque s'envole, quelqu'un pousse un cri, des rires fusent. « Et merde !! » Je sens les regards sur moi, même si je sais parfaitement que Lysander a le sien rivé au plafond. « Je... je vais mettre l'écureuil dehors. » Je bats en retraite et sors, l'animal coincé sous le bras. Fuyons vite.


Dernière édition par F. Carolyn Stowe le Mar 20 Mar - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mar 20 Mar - 22:42

L’idée de m’inscrire dans la chorale n’avait pas vraiment été innocente et bien entendu, il avait fallu que je joue la carte de la discrétion quant à ma célébrité acquise pour concourir pour ma ville. Sur les registres, j’utilise mon deuxième prénom et après quelques arrangements administratifs ma situation a vite été régularisée. Le but de ce semestre est assez clair, valider mon année c’est le plan, cette option en plus de m’offrir la possibilité de profiter de January est également le meilleur moyen de gagner des points facilement. Danse chant ? C’est tout à fait dans mes cordes, et si j’aurais pu sans douter me passer des cours de danse de Logan en raison de mon excellente niveau du a ma pratique régulière de la danse sur glace, je n’allais pas manquer ça. Le manque de motivation est flagrant, et je suis étonné que January ne s’en soit pas déjà plainte. Un coup d’œil latéral en revanche me fait croiser le regard de la mauvaise personne. Mon cœur s’arrête puis bat plus fort. Comment ose t-elle? Personne à part moi ne semble avoir remarqué la supercherie, mais je la reconnaîtrais entre mille.

Je me calme tente de considérer la chose sans la moindre trace d’affect. Faire un scandale au milieu de ce cours serait la pousser dans son domaine de prédilection. Je lui lance un regard entendu avant de profiter de l’exercice pour m’approcher d’elle à grand pas, saisissant sa main. Ma partenaire pour cette danse mortelle est toute trouvée. Je la dévisage, ne commente pas, me contente de la faire valser pour commencer. Mes gestes sont précis, énergiques, rythmés sans nul doute par la colère froide qui agite mes muscles. La musique change, le ton se veut plus rythmé. Madonna quelle ironie. « Tu es satisfaite de ce que tu vois Stowe ? » Je murmure dans un souffle à peine audible. « Oxford va se faire écraser cette année, je ne vois pas pourquoi tu ne cours pas le leur dire. » Les pas se veulent de plus en plus complexes, le but est d’en mettre plein la vue, l’expérience ne doit pas être totalement inutile. « Où as-tu appris à danser comme ça Murray ? » Je continue de danser, sans me déconcentrer, exerce un léger mouvement de tête accompagné d’un sourire un coin. « Je fais de la danse sur glace en professionnel tu ne savais pas Stowe ? » Ma voix est anormalement douce, la pauvre doit sans doute se demander d’où je tire cette faculté impressionnante à être doué dans tous les domaines. Elle manque de rire, chuchote toujours aussi bas. « Jure. » « Tu vas me dire que toi aussi ? Les études, l’anniversaire, la chorale, et si on était faits l’un pour l’autre Stowe ? » Je hausse un sourcil moqueur, l’ironie est nettement perceptible, je lui fais confiance. « Si on était faits l'un pour l'autre, je m'exilerais sur une île déserte Murray. » réplique t-elle un sourire aux lèvres. La joute verbale est anormalement agréable, nous ne devrions pas. Je la fais tourner une dernière fois, et un bruit sourd vient perturber la danse. Tout le monde se retourne. La première mouche est tombée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Mer 21 Mar - 17:49

UC laissez moi Moon, je vais l'emmener à l'infirmerie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   Jeu 22 Mar - 20:49

Je relevai les yeux, et vis les deux professeurs entrer dans la salle.
Je me redressai sur mon siège, légèrement confuse. J’étais installée là depuis vingt bonnes minutes, ayant préféré m’assoupir dans un coin à cause de ma nuit blanche passée en attendant le cours de chorale, plutôt que d’aller embêter quelqu’un quelque part d’autre. Revenir brusquement à la réalité me donna presque le tournis, et je secouai légèrement la tête pour chasser le sommeil qui s’attaquait à mes paupières. Du coin de l’œil, j’aperçus Basile qui se glissait discrètement à côté de moi, quelques secondes avant que Landsbury prenne la parole.
« Certains d’entre vous connaissent déjà le professeur Logan, certains d’entre vous ont stupidement pensé que l’inscription à ses cours était facultative, je vous annonce donc qu’aujourd’hui vous allez gentiment le suivre afin qu’il puisse jauger lui même du désastre. N’oubliez pas que je prends des notes. »
J’haussai les sourcils, guère convaincue. Malgré moi, tout cela me paraissait de très mauvais augure, et je portai mon attention sur le père de Lia.
« Bonjour à tous. Je suis le professeur Daniel Logan, j’enseigne ici depuis plusieurs années et je suis à l’origine de nombreuses comédies musicales dont vous avez sans aucun doute entendu parler. Je suis le meilleur, si vous voulez gagner alors vous ne pouvez pas rêver mieux. Cependant, je tiens à avertir les moins travailleurs d’entre vous. Mon temps est précieux et il est hors de question que je le perde. Ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à tout donner peuvent quitter immédiatement la salle. Des questions ? »
Mes yeux s’agrandirent sous l’effet de la surprise, et je vis à côté de moi Basile se préparer à dire quelque chose. Je tentai de l’arrêter en lui donnant un coup de coude, et je constatai avec satisfaction qu’il referma sa bouche aussitôt. C’était déjà ça d’éviter.
Mais sincèrement, ils étaient vraiment sérieux quand ils nous parlaient de danser ? Surtout si nous prenions en compte dans l’équation que notre professeur de chorale n’avait pas demandé à n’importe qui de nous faire danser – cela aurait été trop beau –, mais avait bel et bien fait appel à Daniel Logan, celui qui allait certainement causer notre mort prématurée à tous ! Je nageai certainement en plein délire, ou j’étais encore en train de dormir, ou alors mon cerveau complètement à l’ouest n’avait pas bien reçu l’information. Plus jamais de nuit blanche en semaine de cours, plus jamais.
« Ceux qui quittent la salle quittent également la chorale, je tenais à le préciser avant toute chose. »
Ce fût à mon tour d’ouvrir la bouche sans pour autant dire la moindre parole. Tout ceci était donc vrai. Je n’avais pas suffisamment d’imagination pour inventer tout ça – enfin, si, mais en cet instant précis cela n’était tout bonnement pas possible – et les professeurs semblaient vraiment sérieux quand ils parlaient de nous faire danser. Désastre.
Autour de moi, un silence régnait. Seule Lia, arrivée en retard, vint troubler ce recueillement des élèves de la chorale (s’en était un, nous savions tous pertinemment que nous allions tous mourir dans d’atroces souffrances).
Tout de suite après, nous nous mîmes au travail.
Sincèrement, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Lorsque le père de Lia lança un Medley de plusieurs musiques, je me dis que j’étais fichue. Je n’étais pas si nulle que ça en danse (bien au contraire) mais savoir que toute une armée d’yeux m’observait me rendait légèrement nerveuse, en plus de la fatigue et de tout le reste. Je signais littéralement mon arrêt de mort. J’étais simplement bonne à faire partie des chœurs au fond de la chorale, ne jamais prendre le devant et me balancer du pied droit au pied gauche. Pour moi, chanter et danser étaient deux verbes impossible à conjuguer ensemble dans la même phrase : j’étais trop maladroite pour réussir à me concentrer sur mes paroles et exécuter une chorégraphie en même temps. Pitié qu’ils me donnent une dispense de danse une fois qu’ils auront constaté que même si j’ai le sens du rythme, je suis capable de trébucher sur mes pieds même sur une surface plate. Pitié !
La première musique fût une valse. Je restai assise, tandis que quelques élèves exécutaient les pas dans la salle. J’observais du coin de l’œil ce qu’il se passait, sans pour autant réussir à me lever de mon siège. C’était mort pour moi, il était hors de question de danser sur une musique aussi endormante (façon de parler) puisque j’aurais été à deux doigts de m’écrouler sur mon partenaire au bout de trente secondes. J’avais eu également ma dose avec mes parents. Enfin bref. Tout ça pour dire que la valse n’était définitivement pas pour moi.
La valse (et le calvaire de mes oreilles) prirent fin au bout de quelques instants, et c’est au son des premières notes d’une chanson de Madonna que je décidai de lever mon royal fessier de la chaise où j’étais installée. Je soupirai, puis vins me placer parmi les personnes déjà sur la piste de danse provisoire. Tandis que Lia se lançait dans une chorégraphie toute droit sortie de son imagination, je me demandai réellement comment j’allais faire pour suivre le rythme, et un autre bruit retint mon attention… Ou plutôt, une succession d’évènements. A vrai dire, j’avoue que je me suis demandée pendant quelques secondes si je ne devenais pas folle à lier.
Trois choses étranges se produisirent à peu près en même temps. La première fût Moon, endormie dans un coin de la salle. Je ne savais pas comment (ni même quand) elle avait fini par pioncer tranquillement dans son coin sans que je m’en aperçoive avant (autant dire que j’étais très fatiguée). La seconde était l’apparition d’un écureuil en plein milieu de la salle (parfaitement normal) qui troubla quelque peu l’entrainement, nous laissant tous perplexes face à cette apparition. La dernière était, pendant la capture de ledit animal, qu’une élève a perdu ses cheveux.
C’est après réflexion et plusieurs analyses de mon cerveau que je me suis rendue compte que c’était une perruque et non pas ses vrais cheveux. Je soupirai. Il fallait vraiment que j’arrête de sortir, s’en devenait affolant.
« Je... je vais mettre l'écureuil dehors. »
Et elle avait filé aussi vite que l’éclair (trop vite pour mes yeux, en tout cas). Je ne la connaissais pas, mais je ne cherchai pas à aller plus loin. Après tout, les gens étaient bizarres…
« Je vais éviter d’essayer de comprendre, j’ai trop mal au crâne… » lâchai-je dans le vide.
Entre-temps, Landsbury s’était dirigée vers Moon, et avait décrété qu’elle l’emmenait à l’infirmerie pendant qu’on continuait le cours avec le père de Lia.
« Vous avez besoin d’ai… »
Voyant que je serais parfaitement inutile et qu’elle allait très certainement m’arracher les yeux de la tête si je finissais ma phrase, je m’arrêtai tout en la regardant se diriger vers Moon. Génial. Moi qui pensais qu’on aurait pu en profiter pour s’esquiver discrètement et éviter la torture d’apprendre à danser autrement que comme des singes enragés.
La chanson changea de nouveau. Grease. Il ne me fallut que quelques secondes pour reconnaître You’re the one that I want, tellement j’avais pu voir ce classique, encore et encore, comme toute fille qui se respecte. J’allais peut-être finalement m’amuser. D’un pas à moitié dansant, je me dirigeai vers Lia, espérant ne pas être encore repéré par Logan premier du nom à cause de ma capacité à ne pas suivre les ordres donnés (on remarquera que je n’avais toujours pas commencé à danser durant tout le temps qui s’était écoulé entre le commencement du cours et l’accident Moon-écureuil-filleàperruque).
« Rassure-moi, ton père ne va pas nous épuiser jusqu’à ce que mort s’en suive, hein ? Non parce que moi, ma maladresse et la danse c’est pas super compatible et je tiens pas spécialement à mourir dans d’abominables souffrances. »
Je lui lançai un petit sourire. Du pied gauche, je tapai le rythme de la chanson. Bien entendu que je connaissais la scène par cœur, mais mes jambes étaient bien incapables de faire toute cette chorégraphie devant toutes ces personnes. Seule, dans ma salle de bain, ça pouvait le faire, mais je doutais que Daniel Logan accepte cette excuse.
Dééésoléééée. J'ai tenté la première personne pour voir, j'ai relu et encore relu, mais il se pourrait que certaines fautes de conjugaison trainent encore. XD pasdemafautej'aipasl'habituuude (a). En plus j'avance pas énormément l'intrigue. '-' Bref, sinon, je m'excuse pour la longueur mais j'ai tenu à reprendre du début, et comme j'ai pas eu le temps de poster avant... ._.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: make them dance w/ cambridge's choral   

Revenir en haut Aller en bas
 
make them dance w/ cambridge's choral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: