it's been a while ♦ William

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: it's been a while ♦ William   Mar 13 Mar - 11:28

Je suis exceptionnellement de bonne humeur, ce qui a le mérite d'être assez rare pour être soulevé. Il fait presque beau, ce qui en mars et en Angleterre est presque anormal, et surtout je pense que je n'ai jamais été aussi à même d'être indépendante de toute ma vie. Mon installation Londonienne a duré, pour sûr, mais elle est désormais terminée. J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement avec mon propre chien et mes propres habitudes, la réalité de ces faits combinés, si elle pourrait en effrayer plus d'un, n'a qu'un effet très positif sur ma stabilité tranquille et la protection de mon cœur. Le qualificatif de vieille fille pourrait répondre de moi mais il n'en est rien.
Je passe la porte d'un bar quelconque. Je n'ai même pas l'intention de boire de manière excessive ce soir, d'ailleurs l'endroit est assez chic. Je vais m'asseoir comme une adulte que je suis et savourer un verre. Ensuite je rentrerai chez moi. Il y a des chances pour que je passe le prochain week-end à Oxford, Colin fêtait son anniversaire un peu plus tôt dans la semaine et il faut bien entendu que l'on fête ça. Je me laisse tomber sur une chaise du bar, laissant mon sac à mes côtés. C'est tellement habituel que je m'installe dans les bars que l'idée me fait presque rire. Je commande un verre de vin, qui changera du traditionnel gin tonic, et pianote sur la table en attendant que ma boisson me soit apportée.

Je plisse les yeux en observant un léger attroupement au fond du bar. Qu'est-ce qu'il peut bien y avoir de si fantastique à voir là-bas ? J'avale une gorgée de vin que le serveur vient de m'apporter et me redresse pour mieux apercevoir ce qu'il se passe - la curiosité est un vilain défaut. Je me mords la lèvre et fronce le nez. Oh. Ca, c'est vraiment, vraiment très drôle. Je me lève et attrape mon sac, écarte deux trois filles qui gloussent comme des demeurées pour m'installer à une nouvelle table, sa table. Mon degré d'humour et le fait que j'aime particulièrement emmerder le monde motivent sans doute mon irascible envie de renouer contact avec mon célébrissime et adulé ancien camarade de classe. « William Norrington. Tu te souviens de moi ? » Je laisse tomber mon sac de nouveau et pose mon verre sur sa table. « Une chevelure dorée, parfaite. Un beau visage d'ange mais diaboliquement séduisant et un regard accrocheur... » Visiblement réceptif, mon ancien camarade de classe laisse sa bande de groupies et m’avise plus tôt. Je lui abandonne un sourire amusé, sourcil haussé. Est-ce qu’il est en train de faire ce… truc qui rend la moitié des filles sur la planète complètement folles et hystériques ? Je soupire un peu, avale une gorgée dans mon verre. « Blair Hastings-Bass. Comment pourrais-je oublier cette douce image fantasmatique ? » Je ricane, amusée, cette technique doit tellement marcher avec n’importe qui. « Oh, je t’en prie, les stars de cinéma mondialement connu c’est pas mon truc, remballe ton baratin ». Je lui assène un clin d’œil et secoue la tête, croisant les bras. Dans mes souvenirs lointains, William avait toujours eu une cour impressionnante même du temps ou la célébrité n’était pas franchement son mode de vie. « Ca fait une éternité. La vie de star semble te réussir. Tu m’excuseras par contre, je ne suis pas incollable sur ta vie parce que je ne lis pas les magasines. » Il ne semble pas se formaliser de mon manque total de culture sur sa personne, ce qui est somme toute un point positif étant donné que je ne compte pas combler le manque qui caractériserait potentiellement la chose. Sa vie ne m’intéresse pas, les stars ne m’intéressent pas plus que les autres gens. L’ironie est assez forte que l’on se croise ici par hasard alors qu’on a fréquenté les mêmes bancs du même lycée, mais tout ça s’arrête là. « Je pense que je peux me passer d'une seule lectrice vu effectivement ma célébrité gargantuesque. » Je ris un peu, jouer les vampires ou je ne sais trop quoi dans un film pour adolescents semble effectivement être un bon moyen de s’assurer l’amour et la célébrité éternelle. « Et toi ma chère Blair, racontes moi un peu ce que tu es devenue après tout ce temps ? » Je soupire un peu, hausse une épaule. « Rien de bien intéressant. Je suis psy, aussi difficile que ce soit à croire, j’habite à Londres dans un appartement avec un chien et je sors régulièrement. Mon père est toujours aussi riche et taré et ma vie toujours aussi calme ». J’’avale une nouvelle gorgée de mon verre. Ma vie est loin, très loin d’être calme mais William n’a pas franchement ni besoin ni envie d’entendre les détails. « Et toi ? Des projets vampiriques en cours peut être ? » Je lui assène un clin d’œil, amusée. Il croise ses bras sous la table et dément bien rapidement mes dires qui sont, il faut le croire, un peu clichés et critiques. « Non non, pas de projets vampiriques mais je viens de terminer un tournage récemment. Le film va sortir tout prochainement et il est bien loin de l'univers fantastique que j'ai pu jouer avec mon dernier film. » J’hausse un sourcil curieux et avale une nouvelle gorgée de mon verre, levant la main vers le serveur pour en commander un autre. Si j’avais su, à l’époque de nos années lycée, qu’il deviendrait un acteur renommé et adulé de toutes les adolescentes dignes de ce nom, je pense que je n’aurais même pas été étonnée. Déjà à l’époque, les filles étaient particulièrement adeptes de son physique charmeur. Mais pas moi. Moi, j’étais amoureuse… Je fronce le nez, tout ça est trop bizarre. « Vraiment, tu changes de registre ? » Je souris un peu. « De quoi ça parle ? » Visiblement, raconter ne le dérange pas puisqu’il se lance aussitôt dans le récit, apparemment fier de lui et de son nouveau film qui lui permettra peut être au moins de faire oublier qu’il a eu autrefois des dents de vampire et un teint balafré. « L'histoire parle d'une jeune adolescente qui tombe follement amoureuse d'un homme d'affaire riche et réputé qui est parfaitement joué par le Prince. » Tiens donc. L’ironie est vraiment magique, c’est formidable ce que les circonstances font bien les choses. Je souris un peu devant ses airs de prétentieux et le serveur dépose devant moi un nouveau verre. « Même si cet homme est marié, elle devient tout de même sa maîtresse. Ils filent le parfait amour mais un jour elle tombe enceinte et il la force à avorter puis l'abandonne à la suite, ne voulant pas de scandale. Voilà, un petit résumé de ce film qui promet je dois dire ! Bien sûr, je ne vais pas tout te raconter, sinon il n'y aura plus de suspens. » Ma main se crispe sur mon verre et je pince les lèvres. Attendez, pardon ? Je plisse le front, m’agite sur mon siège. Je dois être en train de rêver. Ou en train de… cauchemarder, plutôt. Non parce que ce qu’il me raconte sonne étrangement familier. Oh, mon Dieu. Ca ne sonne pas familier. Mon dieu. Mon cerveau menace de surchauffer et je m’agite un peu plus, ma main tremble sous l’impulsion de mon énervement. Qu’est-ce que c’est que cette connerie ? Une caméra cachée ? Je soulève mon verre et le siffle, cul sec. « Je pense que ce genre de film pourrait t'intéresser d'ailleurs ! Alors n'hésites surtout pas à aller le voir et m'en dire des nouvelles » Bien entendu oui, ce film pourrait m’intéresser. J’en ai rien à foutre de ce film mon dieu, je l’ai vécu. Quel hasard bizarre et vraiment emmerdant a décidé d’envoyer un coup pareil. « Un peu de suspens, oui », je lance, distraite. Je pourrais peut être savoir comment se termine ma vie, comme ça ? « Tout ça a l’air très intéressant. Tu as dit que c’était qui, le réalisateur ? » Qui est le gros connard qui a fait ça ?

Il réfléchit une demie seconde, semble se formaliser un peu de mon revirement soudain d’attitude. « Edwin Ugo Huber est le réalisateur mais il a collaboré avec un écrivain qui a écrit le roman de cette histoire d'ailleurs qui se nomme... » Je me crispe légèrement, non mais sérieusement ? Un roman ? Je dois être en train de faire un cauchemar, je ne vois pas d’autre solution. « Aslander O'Brien me semble-t-il. » Évidemment, ce nom ne me dit absolument rien. C’est peut être une coïncidence, mon histoire est peut être commune, attendue, imaginée aisément par l’esprit excentrique d’un écrivain ? Je me perds dans mes pensées, indifférente à ce qu’il se passe autour de moi. Non, je ne crois pas aux coïncidences. Je ne suis pas une gamine, je ne cherche pas d’excuses dans le hasard. Seigneur. Sa main se pose sur la mienne et je fronce les sourcils, sursautant légèrement. « Est-ce que tu vas bien ? » Il rit un peu et je me demande ce qu’il se passe. Je fixe sa main sur la mienne et la réalisation se fraye un chemin jusqu’à mon cerveau. Arthur. « Tu devrais peut-être modérer ta consommation d'alcool mademoiselle Hastings-Bass. Je me sentirais obligé de te ramener à la maison pour ne pas que tu puisses prendre le volant, quoi que l'idée ne me paraît pas si mauvaise que cela. » Mon dieu. Est-ce que je suis en train en plus de me faire draguer par le mec qui joue celui qui a fait de moi qui je suis ? C'est tellement drôle. Je lui adresse un sourire, me mordant un peu la lèvre, maitrisant peu mes faits et gestes. Je sors mes clés de voiture que je dépose sur la table, en face de lui. « C’est le 4x4 garé devant. Comme ça je ne risque pas de mourir cette nuit ». Je lui fais un clin d'oeil entendu. Je lève le bras, le serveur arrive avec empressement, visiblement il aime servir notre table. « Un gin tonic ». Retour aux bases, adieu le vin. Je retire ma main de sous la sienne et croise un peu les bras. « Ca alors, je n’ai jamais entendu parler de ce bouquin ». Mais je connais Edwin, les investigations n’en seront que plus aisées.

« Bien moi non plus je ne connaissais pas cet écrivain. Mais l'histoire qu'il a écrite est vraiment un chef d'œuvre ! Il paraît qu'il s'est inspiré d'une femme qu'il a rencontrée dans un bar et qui s'est mise à lui raconter sa vie sous l'effet de l'alcool ! » Je déglutis avec difficulté et inspire fortement, tentant de camoufler mon trouble, mais surtout l’agacement et la peur panique qui me monte sous un sourire déguisé. « La pauvre elle a vraiment vécu une vie pas facile si c'est vrai ! Être obligée de tuer son gosse par amour et être jetée comme une merde après, ce n'est pas facile à encaisser. » Non, vraiment ? Une vie pas facile ? Je ricane un peu, l’ironie de ces propos est hautement amusante, effectivement, une vie pas facile. Je secoue la tête, incapable de réagir autrement qu’en laissant bouillonner l’agacement. « En effet, non ». Je siffle mon verre, fort heureusement pour moi le serveur semble avoir compris qu’on allait pas s’arrêter là. Je suis conne, mon dieu mais qu’est-ce que je suis conne. J’ai raconté ma vie à un inconnu et lui, il en a fait un livre. Comme la malchance ne peut jamais s’arrêter à ses coups d’essai, ce livre s’est avéré être une réussite et a donc été tourné en film. Tout ça est, bien entendu, tout à fait normal et ne doit surtout pas donner lieu à une crise de nerfs quelconque. Tout. Va. Bien. Nouveau verre, nouvelle gorgée, je ris un peu à présent, non mais vraiment, c’est trop hilarant. « Ca se trouve tu l'as déjà eu comme patiente qui sait ! » Je ris fort maintenant, hochant la tête avec conviction. « Maintenant que tu me dis tout ça, figure-toi que ça me rappelle quelque chose ! » Oui, je crois que je me suis occupée d’une demeurée qui racontait sa vie à tout le monde sans se soucier de l’impact et en croyant naïvement qu’une partie de sa vie avait une mince et faible chance d’être tenue secrète pour qu’elle puisse l’oublier en paix. Il se rapproche et sa main glisse sur le dossier de ma chaise. Je vois clair dans son jeu de séducteur irrésistible mais je m’en contrefous. « Racontes moi tout, le Prince a hâte de connaître ses souvenirs qui te viennent à l'instant » J’inspire un peu et bois mon verre de nouveau, comme une alcoolique que je pourrais sembler être. « Arrête ton char, tu t’en fiches pas mal » Je lui jette un sourire charmeur et m’approche un peu, croisant les jambes sous son nez. « Mais si tu veux tout savoir, je crois que j’ai déjà entendu cette histoire quelque part oui ». Je remets mes cheveux en arrière et soupire un peu. « Mais je ne sais plus trop où », je poursuis e me mordant la lèvre, déraisonnablement charmeuse. Mais il lâche visiblement l'affaire, à croire que mon petit jeu de charme fait son effet à la starlette. Je souris un peu plus et attrape une mèche de mes cheveux que je fais glisser entre mes doigts. C'est facile, très facile. Ses lèvres effleurent mon oreille quand il murmure : « Tu n'as plus vraiment envie de parler de ça, n'est-ce pas ? À croire que tu fais tout pour me déstabiliser et m'intéresser à autre chose. Ce qui n'est pas faux, en partie. » Je ris légèrement et inspire en avalant une nouvelle gorgée de mon verre. C'est une star, il est ostensiblement canon et il se tient devant moi avec son air intéressé et mon taux d'alcoolémie qui croît un peu plus à chaque gorgée. Je pose ma main sur mon épaule et me penche un peu en avant, pour murmurer, à mon tour, dans mon oreille. « Ca fonctionne, visiblement... » Je laisse glisser ma main sur son genou, oups ? « Mais si ça t'ennuie, on peut toujours débattre encore. Je suis pas difficile », je lance d'un air entendu.


Il s’approche encore un peu plus, visiblement entré dans le jeu, et murmure : « À moins que tu veuilles que je te montre comment est Arthur, je ne pense pas que ça soit important qu'on continue à en débattre ». Je grimace et secoue la tête en remontant légèrement ma main sur sa cuisse, provocatrice. « Non merci, ce Arthur ne m’intéresse pas… » Et je ne vois pas quel jeu affreusement pervers pourrait me pousser à accepter un jeu de rôle pareil. Il abdique, et sincèrement, tant mieux parce que je ne suis franchement pas contre une partie de jambes en l'air avec la star qu'il est. Il se redresse et me tends sa main que je prends d'office en devinant la suite. « Que dis-tu de terminer la soirée chez moi autour d'un verre ? » Je souris un peu et acquiesce, avalant la fin de mon verre avant de bouger cependant. « Alons-y », je lance finalement en me redressant, attrapant ma pochette pour le suivre sous les regards courroucés des jeunes fans.




Dernière édition par Blair V. Hastings-Bass le Lun 15 Oct - 20:22, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: it's been a while ♦ William   Jeu 15 Mar - 1:04


Encore une nuit de fête. Encore une nuit qui allait être mémorable pour le Prince. Encore une nuit où sa conscience sera convenablement rangée au fin fond de son être. Lorsqu'il était de sorti, William n'avait vraiment pas pour habitude d'écouter sa raison. D'ailleurs, il ne voyait pas la peine d'être raisonnable, vu qu'il pouvait faire absolument tout ce qu'il voulait. Tant qu'on parlait de lui, en mal ou en bien, l'importance était qu'on parlait de lui. Il adorait qu'on le suive partout comme les paparazzis qui étaient tout le temps collés à ses basques, complètement aux aguets du moindre de ses faits et gestes. L'appareil photo collé aux yeux, non bien plus que ça, implanté carrément à leur rétine, voulant absolument le prendre sous tout les angles. Pourtant, ça ne lui dérangeait pas du tout à William qu'on puisse l'observer de la sorte. Au contraire, plus il apparaissait dans les magazines people, plus il était content. Et cette nuit là n'allait pas être une exception à la règle puisqu'une nouvelle fois, il attirait les foules dans le Vendome Bar. Autours de lui, il tenait un harem alors que l'alcool coulait à flot sur sa table. Le sourire jusqu'aux oreilles, il avait les yeux partout et les mains aussi d'ailleurs. Il était même fort possible qu'il était dans le bar depuis bien quelques heures vu le rouge qui teintait légèrement son visage. Une des jeunes femmes qui était rousse avait réussi à attirer son attention et il semblait bien parti pour passer le reste de la soirée avec elle. Comme d'ailleurs chaque soir lorsqu'il sortait dehors. C'était une habitude dont il ne se lasserait jamais à vrai dire. D'ailleurs un moment donné, il avait eu pour but d'avoir dans son lit différentes femmes du monde. Pour l'instant il s'était arrêté à l'Inde. Bien sûr, vu son emploi de temps de dingue, il avait du arrêter pour quelques temps cette lubie. Bref, revenons à cette rousse qui dévoilait aisément ses atouts pour le rendre complètement à bout. Il était prêt à lui dire de s'en aller avec lui lorsque soudain son intention fut portée sur une toute nouvelle femme - ô joie, encore une, quel succès !- qui vint lui adresser la parole, s'imposant carrément parmi les autres. « William Norrington. Tu te souviens de moi ? » Un instant d'hésitation puis, oubliant les autres filles, William se rapprocha de la belle blonde. ❝ Une chevelure dorée, parfaite. Un beau visage d'ange mais diaboliquement séduisant et un regard accrocheur... ❞ Il posa un coude sur la table puis son menton sur une de ses mains, la fixant. ❝ Blair Hastings-Bass. Comment pourrais-je oublier cette douce image fantasmatique ? ❞ Ajouta-t-il innocemment, un brin séducteur, toujours de toute façon quand il était question de femme !

Il était vrai que William était du genre charmeur lorsqu'il était accompagné de femmes. En même temps, comment pouvait-il ne pas l'être vu qu'il les adorait ? Il avait découvert ce pouvoir d'attraction qu'il pouvait avoir lorsqu'il n'avait que six ans déjà. Faisant les yeux doux à sa maîtresse qui n'arrêtait pas de lui répéter combien il était mignon avec ses yeux bleus et son visage d'ange. Et à partir de là, il n'avait cessé de conquérir chaque coeur féminin. « Oh, je t’en prie, les stars de cinéma mondialement connu c’est pas mon truc, remballe ton baratin » Bon, parfois ça ne marchait pas mais il ne se vexait pas pour autant, au contraire plus une femme lui était réticente, plus il adorait l'ensorceler. « Ca fait une éternité. La vie de star semble te réussir. Tu m’excuseras par contre, je ne suis pas incollable sur ta vie parce que je ne lis pas les magasines. » Il rigola légèrement puis prit en main son verre de whisky coca et but une gorgée. ❝ Je pense que je peux me passer d'une seule lectrice vu effectivement ma célébrité gargantuesque. ❞ Posant le verre, il fixa de nouveau la belle blonde et continua ❝ Et toi ma chère Blair, racontes moi un peu ce que tu es devenue après tout ce temps ? ❞ Bien qu'il soit un brin prétentieux - enfin, si les expressions prendre le melon ou encore avoir les chevilles enflées devenaient réelles, cela ferait bien longtemps que William serait méconnaissable - il s'intéressait tout de même un tantinet aux autres... pour qu'à la fin ils puissent s'intéresser à lui. Bah oui, c'était lui la star après tout. « Rien de bien intéressant. Je suis psy, aussi difficile que ce soit à croire, j’habite à Londres dans un appartement avec un chien et je sors régulièrement. Mon père est toujours aussi riche et taré et ma vie toujours aussi calme » Psychologue ? William haussa quelque peu les sourcils. Lorsqu'il avait connu Blair, jamais il n'avait pensé qu'elle serait capable de faire un boulot qui demandait d'avoir une certaine compassion envers les gens. Il la voyait plutôt dans le domaine de la mode ou quelque chose comme ça. Comme quoi, il ne fallait vraiment pas se fier aux apparences. Cependant, William remarqua bien vite aussi qu'elle n'allait pas étaler plus sa vie et qu'elle s'intéressait à la sienne. Ce qui ne lui déplaisait guère cela dit en passant. « Et toi ? Des projets vampiriques en cours peut être ? » William rigola légèrement puis croisa ses bras sur la table, tout en n'arrêtant pas de la fixer du regard. ❝ Non non, pas de projets vampiriques mais je viens de terminer un tournage récemment. Le film va sortir tout prochainement et il est bien loin de l'univers fantastique que j'ai pu jouer avec mon dernier film. ❞ dit-il tout fièrement. « Vraiment, tu changes de registre ? » Tiens, elle avait l'air légèrement étonnée. Peut-être parce qu'elle ne voyait pas William dans un autre rôle que celui d'un personnage qui ferait hurler les adolescentes pré pubères rêvant d'un parfait prince charmant légèrement torturé. Cependant, William n'avait pas encore montré tout son talent d'acteur et il était vraiment polyvalent. « De quoi ça parle ? » La voilà la question tant attendue ! De toute façon, il savait qu'il allait tôt ou tard parler de ses projets. Lui, lui, lui, tout le monde connaissait la chanson. ❝ L'histoire parle d'une jeune adolescente qui tombe follement amoureuse d'un homme d'affaire riche et réputé qui est parfaitement joué par le Prince. ❞ petite pause sourire puis il reprit ❝ Même si cet homme est marié, elle devient tout de même sa maîtresse. Ils filent le parfait amour mais un jour elle tombe enceinte et il la force à avorter puis l'abandonne à la suite, ne voulant pas de scandale. Voilà, un petit résumé de ce film qui promet je dois dire ! Bien sûr, je ne vais pas tout te raconter, sinon il n'y aura plus de suspens. ❞ Il prit une gorgée de son verre avant de reprendre ❝ Je pense que ce genre de film pourrait t'intéresser d'ailleurs ! Alors n'hésites surtout pas à aller le voir et m'en dire des nouvelles. ❞ « Un peu de suspens, oui » William regarda la jeune femme boire d'un cul sec son verre. Il leva un sourcil et fut quelque peu surpris par sa soudaine attitude. Elle semblait distraite et puis son expression légère qui était sur son visage avait vite disparu. Non pas que le mot "légère" soit négatif, non, loin de là, avant elle souriait et maintenant on dirait qu'elle avait entendu une mauvaise nouvelle. Enfin, il y prêta attention quelque seconde « Tout ça a l’air très intéressant. Tu as dit que c’était qui, le réalisateur ? » puis répondit à sa question ❝ Edwin Ugo Huber est le réalisateur mais il a collaboré avec un écrivain qui a écrit le roman de cette histoire d'ailleurs qui se nomme... ❞ il fit mine de chercher au fin fond de sa mémoire son nom ❝ Aslander O'Brien me semble-t-il. ❞ puis il commanda à son tour un nouveau verre que le serveur lui rapporta de suite. Son regard bleu se posa sur la belle blonde un instant, l'observant se décomposer au fur et à mesure. Enfin, c'était ce qu'il ressentait en tout cas. Levant une de ses mains qui se posa sur l'une des siennes doucement, il approcha son visage du sien. ❝ Est-ce que tu vas bien ? ❞ il rigola légèrement ❝ Tu devrais peut-être modérer ta consommation d'alcool mademoiselle Hastings-Bass. Je me sentirais obligé de te ramener à la maison pour ne pas que tu puisses prendre le volant, quoi que l'idée ne me paraît pas si mauvaise que cela. ❞

Il la regarda poser devant lui sa clef de voiture « C’est le 4x4 garé devant. Comme ça je ne risque pas de mourir cette nuit » tout en ne cessant de la regarder. Elle semblait vraiment étrange maintenant. Différente de la Blair qu'il l'avait accosté en tout cas. Le serveur revint lui porter son verre, plus serré que le vin, puis un autre verre pour William au cas où. Il anticipait le petit père, c'était très bien ! Il sentit la main de Blair se défaire de la sienne et William interpréta le geste de la jeune femme comme étant défensif. Un croisement de bras comme ça, ce n'était que pour se barricader non ? Enfin, c'était ce qu'il faisait parfois lorsqu'il n'avait pas envie de parler -ce qui était rare, bien sûr, William était toujours apte à aller vers les gens-. Il prit son verre et le but cul sec, il semblait ne pas apprécier que Blair soit la seule à boire comme un trou. Il fallait bien que quelqu'un l'accompagne ! « Ca alors, je n’ai jamais entendu parler de ce bouquin » Un regard en coin vers elle tout en finissant son verre puis parla après l'avoir posé, vide ❝ Bien moi non plus je ne connaissais pas cet écrivain. ❞ il prit son autre verre en main ❝ Mais l'histoire qu'il a écrit est vraiment un chef d'oeuvre ! Il paraît qu'il s'est inspiré d'une femme qu'il a rencontré dans un bar et qui s'est mise à lui raconter sa vie sous l'effet de l'alcool ! ❞ il porta son verre vers ses lèvres et but une gorgée ❝ La pauvre elle a vraiment vécu une vie pas facile si c'est vrai ! Être obligée de tuer son gosse par amour et être jetée comme une merde après, ce n'est pas facile à encaisser. ❞ il posa son verre puis passa sa main gauche sur ses cheveux pour les ébouriffer ❝ Ça se trouve tu l'as déjà eu comme patiente qui sait ! ❞ William haussa les sourcils en la regardant se marrer fortement. Il voyait les verres défiler peu à peu et se demandait pourquoi d'un coup elle se mettait à boire énormément. Mais bon, cela ne l'avait guère gêné puisque lui aussi suivait. « Maintenant que tu me dis tout ça, figure-toi que ça me rappelle quelque chose ! » Ses lèvres s'étirèrent quelque peu, le regard curieux fixant la jeune femme. Il se rapprocha d'elle, mettant une main sur le dossier de sa chaise et laissant l'autre sur la table. ❝ Racontes moi tout, le Prince a hâte de connaître ses souvenirs qui te viennent à l'instant. ❞ Peut-être bien qu'elle l'avait rencontré après tout, c'était possible ! Dans son métier il y avait pleins de gens qui avaient l'esprit vacillant, alors oui c'était peut-être possible. Il la regarda boire son verre puis écouta sa réponse « Arrête ton char, tu t’en fiches pas mal » Le sourire de la blonde ainsi que son jeu de jambe à la Sharon Stone semblaient faire effet sur William. Il devait bien avouer qu'elle l'avait vite cerné. « Mais si tu veux tout savoir, je crois que j’ai déjà entendu cette histoire quelque part oui. Mais je ne sais plus trop où » William commençait à ne plus vraiment écouter ce qu'elle racontait en faite. Fixé sur la séduction qu'elle exerçait avec son corps, notamment accentué par son mordillement de lèvres. Il approcha son visage vers elle, passant ses lèvres aux creux de son oreille. ❝ Tu n'as plus vraiment envie de parler de ça, n'est-ce pas ? À croire que tu fais tout pour me déstabiliser et m'intéresser à autre chose. Ce qui n'est pas faux, en partie. ❞ C'était vrai, ça ne l'intéressait pas plus que ça si elle avait connu une malade comme ça dans sa vie mais bon, il restait tout de même poli. Il n'allait pas non plus direct lui sauter dessus. Lorsqu'elle posa sa main sur son épaule et qu'elle s'approche de lui comme ça, William ne pouvait qu'être satisfait de cette proximité qu'elle venait encore d'accroître. « Ca fonctionne, visiblement... » Un sourire s'afficha sur les lèvres de William. Sentant la main de la jeune femme se poser sur ses genoux, il posa la sienne sur son épaule puis la glissa vers sa nuque avant de la redescendre tout le long de son bras pour ensuite se poser sur sa hanche. « Mais si ça t'ennuie, on peut toujours débattre encore. Je suis pas difficile » Débattre encore ? Alors que la situation devenait encore plus intéressante qu'avant. Parler n'était plus option à ce moment là. ❝ À moins que tu veuilles que je te montre comment est Arthur, je ne pense pas que ça soit important qu'on continue à en débattre. ❞ Oui, il avait l'habitude aussi de jouer des jeux de rôle avec les femmes. Ça lui arrivait d'incarner encore son rôle vampirique lorsqu'il passait une nuit avec l'une de ses conquêtes. Et le pire c'était qu'elles aimaient ça ! « Non merci, ce Arthur ne m’intéresse pas… » Bon tant pis. William regarda sa main plus haut sur sa cuisse. Il se décida à se lever en lui prenant la main. Il était temps peut-être de continuer ce jeu dans un endroit plus tranquille. ❝ Que dis-tu de terminer la soirée chez moi autour d'un verre ? ❞ proposa-t-il, gentleman. Il ne la forçait pas à la suivre, il émettait juste un offre. Gardant sa main dans la sienne, il prit sa veste et sourit à ses fans qui n'avaient pas l'air d'apprécier Blair. Bof, cela l'importait peu. À ce moment précis, Blair était la seule femme qui avait de l'importance à ses yeux. « Alons-y ». Ils sortirent enfin du bar pour poursuivre leur soirée à deux.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
 
it's been a while ♦ William
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders
» Nouvelle Garde [William]
» William Saule [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: