Relax, take it easy | Lux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Relax, take it easy | Lux   Sam 10 Mar - 21:22



« Mais vous vous fichez de moi? » Je retiens une remarque plus enlevée, sers les poings et inspire profondément. Non, aujourd'hui tout va bien. Aujourd'hui je passe une bonne journée et je ne laisserai pas un idiot d'informaticien la ruiner. « Bien, bien, laissez tomber. Il sera prêt demain? Sans faute? » Ma question sonne plutôt comme une menace, mais l'employé hoche vigoureusement la tête, bien loin lui aussi des sourires commerciaux et des airs polis. Si cet abruti est incapable de me rendre mon ordinateur le plus rapidement possible, je ne réponds plus de moi. Ce macbook contient plus ou moins toute mon existence, mes cours, mes devoirs, mes chroniques. Sans lui, je ne peux pas travailler, que ce soit pour la fac ou pour le blog. Mais j'ai prévu cette journée de repos absolu depuis près d'une semaine et je ne laisserai pas un vulgaire incident technique m'entraver.

Je quitte donc l'Apple Store, en tâchant de me mettre de bonne humeur. J'arrive à avoir le premier taxi qui passe et la circulation est fluide, ce qui m'apaise déjà un peu et j'ai hâte de retrouver mon amie. Même si Lux et moi nous fréquentons souvent à l'université, nous ne pouvons pas vraiment en profiter pleinement. Non pas que ma réputation de garce finie ne me gêne, après tout qu'on parle de moi en bien ou en mal, l'important c'est qu'on en parle comme on dit. Mais je suis heureuse de pouvoir passer du temps avec ma véritable amie, loin d'Oxford, où Lux doit prendre soin de son image et où tout le monde me déteste. Possiblement à raison, mais cela n'est absolument pas mon problème. Nous pouvons donc nous retrouver vraiment et profiter de cette journée entre filles pleinement, rattraper le temps perdu et nous amuser.

J'arrive devant le centre de SPA luxueux que nous avons choisi et sourit, appréciative. Cet endroit est divin, il est certain de nous mettre en forme pour notre marathon de shopping de demain. Je dégaine mon téléphone pour demander à Lux où elle en est, puis appelle le restaurant, pour confirmer notre réservation du soir. La jeune femme au bout du fil est charmante et me met de bien meilleure humeur que l'abruti de l'Apple Store. Je regarde ma montre et constate que je suis en avance. J'entre néanmoins dans le lobby du centre de relaxation et préviens l'employée que j'attends une amie, pour la réservation au nom de Mercier. Je prends mon plus bel accent français, histoire qu'elle écorche le moins possible mon patronyme. Elle s'en sort plutôt bien et m'apporte un thé vert pour me faire patienter en éliminant des toxines ou que sais-je. Voyant que son bavardage écolo-bio-sain ne m'intéresse que moyennement, la jeune femme me laisse avec mon Iphone et j'attends patiemment.

La porte s'ouvre finalement et une chevelure blonde reconnaissable apparaît. Je jette un oeil à ma montre en or blanc et constate que mon amie est pile à l'heure « Ponctuelle comme toujours très chère ! » Je ris doucement et bois quelques gorgées de thé, l'invitant à s'asseoir le temps que je termine. « Alors comment ça va ma belle? Des nouvelles de Cambridge? » Je suis navrée que Tara soit obligée d'assister à je ne sais quel dîner avec son père et ne puisse pas nous rejoindre, j'aurais vraiment aimé que nous puissions nous retrouver toutes les trois, comme au bon vieux temps. Mais nous tâcherons d'en profiter en duo !


Dernière édition par Elise C. Mercier le Ven 30 Mar - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Relax, take it easy | Lux   Dim 18 Mar - 19:07


Le regard fixé sur l’écran de mon téléphone, j’écoutais d’une oreille distraite le babillement du chauffeur de taxi, qui semblait avoir pris le sourire que je lui avais adressé, à ma montée dans son taxi, comme une invitation à discuter. Or, je n’avais pas la plus petite envie d’échanger quoi que ce soit avec cet homme, qui au fond, n’avait pas l’air foncièrement méchant. Mais qui ne faisait de toute évidence pas parti du même monde que moi. Ce n’est pas seulement une vitre en plastique qui nous séparait. Mais le pauvre homme semblait plein de bonnes intentions, aussi je le laissais gaspiller sa salive. J’avais bien d’autres choses en tête, comme par exemple mes retrouvailles avec mes deux meilleures amies. Aujourd’hui, nous avions prévu de nous réunir et de passer du temps au SPA, ce qui, j’en étais sûre, allait nous faire un bien fou. Au premier regard, bien sûr, on pouvait penser que tout allait bien pour nous trois. Des études, un toit au-dessus de notre tête, une santé de fer et un physique affolant, sans parler d’un compte en banque bien garni, que demander de plus ? Et bien, nous avions chacune nos petits soucis, ou nos petites contrariétés. Concernant Elise, il me suffisait de tendre l’oreille quand le sujet était centré sur ma première meilleure amie. Contrairement à moi, Elise s’était forgée une solide réputation de peste, qu’elle assumait pleinement et revendiquait fièrement. Elle avait donc quelques ennemis, s’attirait souvent les foudres et la jalousie des autres, mais le vivait bien. Pourtant, ce devait être reposant de pouvoir s’éloigner de tous ces petits hypocrites Oxfordiens qui lui souriaient par-devant, et la critiquaient par-derrière. Certains en venaient même à me plaindre, persuadés qu’ils étaient qu’au lieu de marcher aux côtés de l’une des plus belles garces d’Oxford, j’en étais la victime et devait la suivre aveuglément. S’ils savaient. Si Elise et moi étions amies, ce n’était pas par hasard. Mais si cela leur plaisait de penser que je n’étais qu’une pauvre fille sans défense, influençable mais surtout avec un bon fond et d’excellentes manières, je n’allais certes pas leur prouver le contraire. C’était bien trop important pour moi de donner une bonne image de moi-même, et c’est d’ailleurs pour ça que je conservais mon calme sous le bavardage du chauffeur de taxi, alors que je n’avais qu’une envie, lui dire d’aller se faire faire une vasectomie afin d’éviter la propagation de mini-lui braillards et aux gênes du chauve bedonnant. Mais je n’en fis rien.
Du bout des doigts, j’ouvre le message d’Elise et pianote un instant pour lui répondre que je suis en route, que je devrais bientôt arriver et que nous devrions porter plainte contre les compagnies de taxi incapables de fournir un service rapide et surtout, silencieux. Apparemment, elle était déjà au SPA, et je jetais un coup d’œil impatient par la fenêtre. Reconnaissant le quartier, je me détendis presque aussitôt. J’avais hâte d’arriver et de retrouver Elise. Bien qu’étant dans la même université, et bien que nous ayons donc l’occasion de nous voir souvent, nous n’avions pas le même point de vue concernant Oxford, que mes parents m’avaient imposés. J’en avais pris mon parti rapidement, mais n’en nourrissait pas moins une extrême rancœur à leur égard, assorti d’une violente envie de détruire le plus de vie à Oxford. J’avais de la chance, parce qu’Elise n’était pas le genre de fille à vouloir me calmer, au contraire, et lorsque nous nous retrouvions toutes les deux, nous échangions avec un plaisir sadique les derniers potins, glissant au fil de la conversation le dernier méfait en date auquel nous avions participé.

Lorsqu’enfin le taxi s’arrêta devant le SPA, je jetais un billet de 100 livres au chauffeur, et sans attendre qu’il me rende ma monnaie, je sortais prestement de l’habitacle, oscillant quelques secondes sur mes talons après être restée assise à l’étroit. J’inspirais à fond et put complètement me réjouir du week-end qui s’annonçait. Détente, soin et shopping, le tout saupoudré de papotages entre filles : j’allais me régaler. Glissant l’anse de mon sac à main sur mon avant-bras, je rejoignis l’entrée du SPA en quelques enjambées gracieuses, m’attirant quelques regards en secouant ma chevelure blonde, la tête haute et le visage serein. Le soleil brillait de mille feux, faisant briller les diamants de ma montre, et je me rendis alors compte qu’au lieu d’arriver en retard comme je le pensais à cause de ce chauffeur tout juste bon à discuter, et tellement occupé à m’accabler de son discours ennuyeux qu’il s’était pris tous les feux rouges jusqu’ici, j’étais pile à l’heure. Lorsque j’arrivais à l’accueil, on me conduisit presque aussitôt auprès de mon amie, installée avec un verre à la main.

« Rappelle-moi pourquoi je n’ai pas de voiture? Je déteste les chauffeurs de taxi. » lançais-je en guise de bonjour, et je tendis la main pour attraper la tasse de thé d’Elise et lui en piquer une gorgée, que je regrettais presque aussitôt. « Beurk, du thé vert. Au temps pour moi, ça m’apprendra. » dis-je en reposant la tasse, et je me penchais enfin pour plaquer une bise sur la joue gauche d’Elise, avant de poser une fesse sur l’accoudoir du fauteuil de cette dernière. « Les gens du peuple ne sont plus ce qu’ils étaient. Ne sont-ils pas censés faire ce qu’on leur demande, et se taire ? Je dois connaitre toute la vie du type qui m’a conduite ici, et je vous le dis, c’est épuisant d’écouter les autres. » Je concluais par un soupir. « J’ai besoin d’un massage. Et de scandales. De gros scandales. Et d’une paire de chaussures. » ajoutais-je en levant une jambe pour montrer mon escarpin pourtant flambant neuf, mais dont je me laissais déjà. Baissant la jambe, je poussais un soupir. « Tara ne m’a pas appelé cette semaine, ce qui est dommage, mais aux dernières nouvelles, elle est heureuse comme tout. C’est dommage qu’elle soit prise avec son père aujourd’hui, j’avais plein de choses à lui raconter. Tant pis, tu devras subir mes cancans toute seule. Alors pitié, finis ton thé, je veux mon massage. » suppliais-je d’un ton exagérément triste.
Revenir en haut Aller en bas
 
Relax, take it easy | Lux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01.02/07.L.Purple Mood Bar - Relax, take it easy
» easy come easy go ♠ jesse st james
» EASY CANICHETTE NOIRE 7 ANS TRESOR DE VIES 59
» Jake Aaron Buckley
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: