SECRET PARTY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1168
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: SECRET PARTY   Sam 3 Mar - 15:19


SECRET PARTY
oserez-vous?

Bien le bonsoir jeunes gens !

Si vous entrez dans cette charmante petite salle de réception, rasant les murs de la faculté et sursautant au moindre bruit, c'est que vous avez reçu une petite invitation, ou que vous avez ouïe dire qu'une soirée clandestine se tenait au sein de l'université de Cambridge. Piqué par la curiosité et le goût de l'interdit, vous voilà donc silencieux aspirant James Bond, en direction de cette pièce que vous connaissez. C'est là que certaines soirées bien comme il faut du JCC se donnent, mais ce soir elle est réinvestie par le petit peuple. Et s'il n'y aucune volonté de saccager les locaux de la fac -nous ne sommes pas des sauvages d'Oxford après tout- cela n'empêche pas un désir gentiment provocateur de faire la fête dans ce lieu interdit. Ce sera d'ailleurs une sacrée soirée, l'ambiance est très tamisée, le dress code stipule le port du noir et blanc, quelques flèches peintes ornent les murs des couloirs jusqu'à la salle et donnent une touche de mystère et provoque en vous la douce sensation d'être un petit rebelle. Rien de méchant, mais avoir le loisir de faire l'une des meilleures fêtes de l'année en plein dans le territoire sacré du JCC, voilà qui devrait titiller vos âmes en manque d'adrénaline. Tout à chacun est le bienvenu, plus on est de fous, plus il y a de chances de laisser les lieux plein de cadavres de bouteilles et de décorations abandonnées. Fan du Judging Club s'abstenir et photographies interdites néanmoins. Car les noms de tout le monde sont pris à l'entrée et si quelqu'un venait à colporter, cela se saurait. Et serait puni...

Have fun sweeties !




Dernière édition par Sergent Pepper le Ven 1 Juin - 0:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Sam 3 Mar - 15:58



Je frétille déjà d'impatience, avant même d'avoir quitté mon appartement du centre-ville. Il faut dire que je planifie ce maigre coup d'état depuis quelques semaines déjà, qu'il a fallu trouver comment installer la décoration, la sono, faire entrer les litres d'alcool et les kilos de nourriture pas du tout saine sans alerter l'administration, le comité des fêtes, l'organisation d'accueil, l'association d'aviron qui tient ses réunions dans cette salle tous les jeudis à 19h... Ces derniers ont été assez faciles à convaincre, la réputation des sportifs n'est plus à faire. Les universités américaines ont les basketteurs et les joueurs de football américains, nous, nous avons les pagayeurs. Les avironistes? Comment appelle-t-on quelqu'un qui fait de l'aviron? Autrement qu'en disant il fait de l'aviron? Je n'ai guère le temps de méditer sur la question, je rehausse mon maquillage, boucle une dernière fois mes longues mèches brunes et enfile finalement ma veste pour rejoindre la fac. Il ne manquerait plus que je sois en retard à la fête que j'organise... J'enfile une paire de bottes à hauts talons et jette un coup d'oeil appréciatif au miroir en pied du salon. J'ai opté pour un look gentiment ado rebelle hipster tout en noir, en cuir et en formes sophistiquées. Je pense avoir assez bien réussi mon coup.

J'arrive enfin, marchant d'un pas assuré au travers de la faculté, un dossier à la main. Si jamais je croise quelqu'un, je passerai aisément pour quelqu'un qui arpente l'université jusqu'à des heures tardives pour finir un devoir. Loué soit celui qui a décidé que la bibliothèque universitaire fermerait à 21h. J'entre dans la salle et sourit en voyant la décoration, les lumières basses, la grande table de mixage, les saladiers plein de chips et les jello shots prêts à être dégommés comme il se doit. J'apostrophe un des gars de l'aviron - appelons les comme ça dans le doute - qui a été recruté pour faire le service d'ordre. Je repasse une dernière fois les détails de l'organisation « Tu demande le nom des gens et une pièce d'identité à l'entrée. Pas de mineurs. Pas de gens sans carte d'identité, passeport, permis de conduire, certificat de naissance, carte étudiante, n'importe quoi avec un nom et une date de naissance ça me va. Et tu confisques les appareils photos et les portables. Et si quelqu'un a l'air suspect, tu viens me voir et on avise. » Je ris doucement et ajoute « J'ai l'impression d'organiser l'anniversaire de la Reine, même Jane doit être plus cool à l'entrée de ses soirées. » L'armoire à glace me regarde d'un air confus. Jane? Je fais mine de ne pas remarquer sa mine ahurie et m'abstient bien d'expliquer pourquoi j'appelle la reine JGG par son petit surnom, alors que j'organise précisément une fête contre sa petite confrérie d'élite. Les gens ont parfois du mal à comprendre que mon amitié et mon respect vont aux personnes et non à leurs actions... Ce que je peux comprendre, ce n'est pas exactement une philosophie répandue.

Une ou deux personnes pointent un nez timide et je les accueille avec chaleur, histoire de compenser les règles un peu strictes et l'ambiance qui crie "ceci est interdit, si on se fait choper vous payez tous." Je suis aventureuse mais pas maso hein, je ne prendrais pas le blâme pour tout le monde. Les invités sont majeurs, vaccinés et libres de prendre les décisions qu'ils veulent. En venant, il faut qu'ils soient prêts à en assumer les conséquences. Mais si tout va bien, il ne devrait pas y en avoir... La salle s'emplit lentement mais sûrement et l'on s'ennuierait presque. Je fond sur le DJ et le houspille gentiment « Bon on s'endort là mon grand, fais nous bouger un peu tout ça ! » Il s'exécute et je m'empare de la main d'un de mes amis pratiquant de l'aviron - il faut vraiment que j'apprennes le terme approprié - pour l'entraîner sur la piste de danse et ouvrir le bal. Let's get this party started !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Sam 3 Mar - 16:53

Un dernier sourire au miroir et je suis prête. Hommage à Twiggy, mes cils inférieurs sont bien mis en valeur et je ressemble à une poupée avec mes joues roses et mes cheveux délicatement ondulés. Méphisto me lance un regard que je qualifierais d'ironique et je revois immédiatement mon jugement. Une poupée avec une poitrine sournoisement mise en valeur par ce bustier que je n'aurais jamais pu porter avant. Pour la simple et bonne raison qu'étant peu dotée par la nature à ce niveau là, il m'a fallut attendre de changer de pilule pour que ledit vêtement tienne avec ces deux redoutables arguments. Et puis au cas-où j'ai mis du scotch double-face. Quoi ? Comment vous pensez que Karl fait tenir ses robes sur les squelettes qui lui servent de mannequins ? J'ai beaucoup de respect pour tonton Karl, mais franchement, une fille avec des seins et surtout des fesses, c'est quand même vachement plus agréable non ? Ajoutez à cela une veste de smoking et un pantalon fluide noir et je suis parée.

J'enfile une petite paire de chaussures compensées (je fais des infidélités à mes stilettos, c'est grave docteur ?), histoire de pouvoir piquer un sprint si le besoin s'en fait ressentir, ou bien de faire une prise de catch sait-on jamais, et j'enfile mon trench, lance à Méphisto d'être sage et file telle Cendrillon à la fête. Et quelle fête mes amis ! C'est par l'intermédiaire de Lia que j'ai été mise au courant, et ma foi, une fête organisée pas par le JCC, je dis banco. Et pour ma charmante petite Lia je ferais (presque) n'importe quoi. N'oublions pas que je suis une rebelle maintenant. Malgré le fait d'avoir bossé à fond mon mémoire au point de l'avoir terminé, j'ai tout de même disparu six mois, sans donner de nouvelles sauf à mon directeur de recherche (et ça c'était une connerie sans nom, parce que Rose et papa m'ont vertement réprimandée... quant à Méphisto j'ai dû dépenser une fortune en sushis pour qu'il me pardonne)), j'ai traîné avec une bande de motard et j'ai terminé avec un tatouage.

En gros, je suis mal partie pour faire partie un jour du JCC. Donc je n'ai rien à perdre d'autant plus que je fais partie des "dinosaures" de Cambridge, je suis doctorante et je le vaux bien. Mes pas me conduisent jusqu'au lieu du crime et je tends ma carte d'identité au videur avec un sourire digne d'une pub de dentifrice, appréciant sans scrupule sa mine légèrement étonnée lorsque je la sors de mon décolleté. Pour un peu je lui ferais "ils sont 100% naturels, tu veux vérifier ?", mais non je suis une gentille fille, et fidèle avec ça, même si c'est stupide. Je sautille joyeusement vers Lia et pose mes mains devant ses yeux en claironnant un joyeux "Devine qui c'eeeeeeeest !" avant de poser un baiser bien sonnant sur chacune de ses joues. "Dis donc, bravo pour l'organisation hein ! C'est très sympa cette petite fête clandestine, ça vaudrait presque le coup de se faire prendre", je plaisante. "Mais dîtes-moi les jeunes, vous habitez dans une maison de retraite ? Viens ici mon grand !"

J'attrape un garçon par la main et l'entraîne sur la piste de danse. Pas question de se faire prendre sans s'être un peu amusés non ? Et le premier qui dit que j'ai des tendances tyranniques, je lui fais la prise de la loutre unijambiste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Sam 3 Mar - 20:22


C'est ce soir, le Grand Soir. J'accroche mon noeud papillon d'un geste machinal, passe une main dans mes cheveux et enfile ma veste. Parfait, j'expédie rapidement un sms à Larry pour l'informer de mon départ et saute dans ma voiture après un rapide baiser à ma mère. En passant devant la maison de mon meilleur ami, je constate avec appréhension que toutes les lumières sont éteintes. Mais qu'est-ce qu'il fout bon sang ?! J'attends quelques minutes et lui envoie un autre texto. T'es en train de te branler ou quoi ?! Je t'attends pas, appelle-moi si tu veux que je passe te chercher plus tard ! Je redémarre et me rends directement à la fac.

C'était une bonne idée cette soirée secrète, je suis plutôt content que cette fille, Lia, m'ait demandé de l'aider à tout organiser. A croire que ma réputation me précède. Je me gare sur le parking le plus proche du lieu de rendez-vous et rabats ma capuche par dessus mon bonnet. Tout est dans le style voyez-vous. Mains dans les poches, je traverse le parc universitaire en imaginant la tête de tous ces coincés du JCC s'ils savaient. Je préfèrerais me pendre que de faire partie de ce précieux petit club de mal baisés. Je me présente face à un grand gaillard qui me demande une pièce d'identité. Je lui ris au nez. « Va te faire foutre mon gars, c'est moi qui suis venu te demander de te geler le fion à faire le con là toute la nuit pour que personne vienne déranger notre petite sauterie. Te la joue pas parce que t'as eu la connerie d'accepter. Dégage de mon chemin maintenant. » Je passe en prenant soin de le bousculer, pas effrayé pour un sou. Ce mec est trop con pour me reconnaître demain en plein jour.

Je pénètre dans la salle et lache un petit « Wow, quelle folie ici. » désapprobateur. Je repère Lia et lui adresse un petit signe sans pour autant m'approcher. J'aime autant rester seul et laisser les gens venir à moi. Ce qui ne tarde pas à arriver. Une bombe s'approche de moi d'un pas chaloupé. Je souris largement. Tant pis pour toi Stylinson, t'avais qu'à être là. Une autre danse comme un diable sur la piste, j'éclate de rire. Peut être que cette soirée sera pas si mal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Lun 12 Mar - 0:22

Je replie l’invitation, la retourne à la personne qui me l’a tendue. Je hausse un sourcil dubitatif, tout cela ne me concerne plus désormais. Les choses ont du énormément changer ici, et on peut me retourner aisément le compliment. Il est l’heure indiquée pour la petite sauterie qui se déroule au sein même de l’université, le plus risible est sûrement que l’information ait atterri dans les mains d’un des fondateur du JCC. Un coup de fil à January suffirait sans doute à tout arrêter, mais l’amusement est sûrement plutôt dans l’idée de s’y inviter. Je prends le chemin de la fac, et plus particulièrement des locaux de mon ancienne association. Je prends une inspiration, tente de ne pas penser au chemin parcouru depuis. Le tout est de ne pas s’attacher et de ne pas refaire les mêmes erreurs. Ma carrière est lancée, je n’ai qu’un diplôme à obtenir. J’arrive devant la porte grille une cigarette le temps d’une minute avant d’entrer sans la jeter à l’aide de mes propres clés. A l’intérieur, le monde s’agite, mais l’ensemble reste très sage. Verres en plastique, punch, ne manque sans doute plus qu’Abba en fond sonore pour parfaire le tableau. L’ensemble est risible, le choix du lieu est ambitieux, mais nous sommes loin d’avoir ici et là des couples qui s’envoient en l’air et de la coke sur la table. Cette soirée a été organisée par une fille. Je ricane.

Des gens se retournent sur mon passage, puisque je représente très probablement à leur yeux le très célèbre groupe que j’ai fondé avec January il y a de ça quelques années. Je les salue d’un signe de tête, m’approche du bar ou je me saisis en grimaçant d’un verre en plastique que j’apporte à mes lèvres. J’aperçois alors l’organisatrice et j’écrase ma cigarette pour la retrouver près du DJ. « Lysander Tybalt Murray, si je puis me permettre une critique, la sécurité c’est franchement pas votre fort n’importe qui peut entrer, même l’un des fondateurs du JCC, ce qui n’était incontestablement pas le but de la soirée. De plus j’ajouterai que vous devriez pousser le vice un peu plus loin, c’est trop sage, absolument pas marquant. » Je tapote son épaule et me dirige vers le bar, profitant de l’ambiance tamisée pour ajouter dans le punch de quoi corser admirablement la soirée. Ces gens doivent profiter pendant qu’il en est encore temps. Moins discrètement cette fois-ci, je sors un sac de capotes que j’étale sur le buffet, Lysander Tybalt Murray aura au moins ironiquement fait une bonne action. Je m’approche de nouveau de la dite Lia et lui désigne mon présent. « Un attention délicate, la prévention c’est important. » Je lui lance les clés et lui adresse un clin d’œil. « Les perd pas, ça pourrait t’être utile. » Je m’éloigne vers la sortie, rester ici à contempler le spectacle aurait pu être clairement amusant, mais j’ai hélas un rendez vous à Oxford ce soir, un rendez vous que je ne peux pas manquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Lun 12 Mar - 16:13


Allongée sur mon lit, les yeux fixés au plafond, je tripote le petit carton d'invitation, indécise. Je pourrais jouer les rebelles d'un soir et y aller. Ou alors je pourrais faire ma no-life et allumer mon ordinateur pour m'installer tranquillement, un pot de glace à la main, devant un ou deux épisodes de la première saison de Skins, certainement ma préférée.
Je soupire, me redresse. C'est Lia la première qui m'a parlé de cette fête – elle en est l'organisatrice. C'est elle qui m'a donné le carton d'invitation, qui m'en a expliqué les règles. Puis ça a été au tour de Basile. Il m'a demandé si je venais. Je lui ai répondu qu'il fallait que je réfléchisse. Il a sourit avec malice, s'est assis et m'a fait une liste des raisons pour lesquelles je devrais venir. Je souris. Heureusement qu'il est là, Basile, parce que sinon, je passerai sûrement la plupart de mes soirées avec Tim et Emi, affalée sur un sofa devant Doctor Who. Pas que je n'aime pas ça, au contraire, mais je ne peux décemment pas passer toute ma vie coincée devant mon ordi ou ma télé. C'est important d'avoir une vie sociale.
Prise d'une soudaine envie de bouger, fatiguée de ne pas savoir quoi choisir, je prends la décision de me préparer – on verra ensuite. Je me coiffe, mets rapidement un peu de mascara et un trait d'eye-liner sur mes yeux avant d'enfiler une robe blanche, des collants transparents, une veste en cuir et des ballerines noires. Je ne suis pas stupide. Ok, je suis loin d'être immense, c'est vrai, et les talons sont la plus grande invention de l'homme – pas la plus confortable, certes, mais n'empêche que c'est bien pratique quand on atteint pas le mètre 65 – mais je sais bien que dans ce genre de soirée, il faut savoir courir.
Un peu de rose corail sur mes lèvres, et me voilà prête. Je me contemple dans l'immense glace de mon salon, un sourire approbateur sur mes lèvres. Ça rend mieux que je n'aurais pu l'espérer. La robe, tout aussi blanche que mon teint pâle – si ce n'est fantomatique... – n'est ni trop, ni pas assez habillée, et la veste en cuir ne donne pas vraiment l'impression que je me rends à une fête clandestine, si ? Bah, je m'en fous, de toute façon.
J'attrape mes clés, ma carte étudiante, fourre le tout dans la poche intérieure de ma veste. Ainsi équipée, je sors de chez moi et commence à marcher dans la fraicheur du soir. Il est à peu près 20 heure, je ne serais donc pas réellement en retard.
J'habite à une dizaines de minutes à pied de l'université, dans un appart' assez spacieux acheté par mon père peu de temps après qu'il ait appris que je n'étudierais pas à Columbia. Une façon comme une autre de me dire que, même s'il est attristé de ne pas m'y voir, il reste fier de moi et qu'il comprend mes choix. Enfin, ça doit être un truc dans le genre, j'imagine.
Je sors ma carte d'identité, preuve que je suis bien majeure, et pénètre dans la grande salle. Il n'y a pas encore beaucoup de monde, en tout cas, pas autant que j'imaginais. Je me demande si Tim ou Emi viendrons. Ce n'est pas leur genre, en tout cas, pas celui de Tim, mais qui sait ? Il m'a surprise plus d'une fois, en deux ans.
Je repère Lia et la salue de loin avec un grand sourire, ne voulant pas la déranger. Elle est en pleine discutions avec un garçon que, de cette distance, je n'identifie pas.
Je parcours la salle du regard, et mes yeux se posent sur une masse de cheveux bruns que je connais bien. Un éclat de malice traverse mon regard alors que je me dirige vers lui. Il ne m'a pas vu, tout occupé qu'il est à fixer la bimbo qui s'approche de lui. Un sourire narquois étire mes lèvres. Oh, il va m'en vouloir de faire ça, mais la tête qu'il fait à chaque fois que je lui fais ce coup-là est mémorable. Et puis, ce n'est pas comme si cette fille sera la seule à lui courir après dans la soirée, je ne m'inquiète pas pour lui. « Auguste Basile Cabret ! je lance, mon sourire narquois toujours collé sur le visage, j'exige ta première danse ! » Sur ces mots, j'entraine mon meilleur ami ahuri sur la piste, sous le regard noir de la blondasse à qui je fais un petit clin d'œil amusé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mar 13 Mar - 15:12

Je finis de regarder mon épisode de Nikita et fixe l’horloge au dessus de mon bureau. 21h33. Les restes de mon repas gisent encore sur ma table basse. J’y vais ? J’y vais pas ? Depuis une bonne heure, je me tâte à bouger jusqu’à l’université, non pas pour travailler, mais pour rejoindre Lia et tous les gens qu’elle aura invité à sa fête clandestine. Je jette de nouveau un coup d’œil. 21h34. Tim arrêtes de regarder l’horloge, ce n’est pas elle qui va te donner une réponse. Je soupire et décide de ranger un peu avant de décider quoi que ce soit. D’habitude, j’aurai évité n’importe quelle fête organisée à la Fac, mais celle-ci est différente. Organisée par Lia, anti-JCC et surtout clandestine, même si je ne suis aps un grand fêtard, c’est quelque chose à ne pas rater. Je fais la vaisselle, avale une pomme et hésite encore à y aller mais l’invitation est trop tentante. Il est assez tard pour que je puisse trouver quelqu’un que je connais en arrivant. Je finis rapidement le fruit que j’ai en main puis je regarde une nouvelle fois les consignes, avant de prendre une douche. J’enfile un jean foncé, une chemise blanche et une veste noire. J’entends déjà les commentaires de Lia ou Kin sur ma tenue. Pour une fois que je fais un effort… Je passe une main dans mes cheveux, qui repoussent beaucoup trop rapidement à mon goût. Je sens que je vais finir par les avoir long de nouveau et très rapidement. Heureusement que ma mère n’est pas là pour le voir. Je fourre mon portefeuille, l’invitation, mon portable et mes clés dans mes poches. Je sens que je vais regretter de ne pas avoir pris mon carnet ou un bouquin mais ce n’est pas vraiment l’endroit approprié pour ce genre de choses. Et je n’ai pas envie de me trimballer un sac. Parfois, je me dis que je suis pire qu’une fille. Je vérifie que mon laptop est toujours en marche, pour que mes téléchargements se déroulent correctement, avant de claquer la porte de mon appartement. Je me faufile dans les rues animées de Cambridge vers l’Université, finissant par suivre un groupe de personnes qui a l’air de correspondre au profil d’invités de cette fête clandestine. On arrive devant un mec qui s’occupe de la sécurité. « Invitation et pièce d’identité. » Je sors tout ça rapidement et passe devant les autres. Le mec acquiesce avant de me demander mon portable. Je lui donne sans réticence. J’ai le souvenir d’une conversation avec Lia qui disait qu’il ne devait y avoir aucune photo de cette soirée. Et avec mon téléphone en main, je serai capable de faire une connerie. Je suis les flèches en regrettant de ne pas avoir pensé à envoyer un texto à Lia avant, pour lui dire que finalement je venais. Mais si aucun téléphone n’est autorisé à l’intérieur, ça n’aurait servi à rien. Je pénètre au cœur de la soirée et m’avance, à travers la foule, jusqu’au bar, où j’attrape une bière. J’aperçois Heather sur la piste de danse, en bonne compagnie. Je souris, en me disant qu’elle a bien fait de choisir cette soirée, plutôt qu’une devant son PC, tout comme moi. Je cherche Lia du regard, pour lui montrer que je suis venue, chose assez exceptionnelle, je pense. Sans m’en rendre compte, je me fais attraper par Kin, qui m’amène je ne sais où, tout en me racontant, l’excellent partenaire de danse qu’elle a eu, en arrivant plus tôt dans la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mar 13 Mar - 16:16

Elle arrive presque à ma hauteur. Je peux déjà voir sans mal ses grands yeux bleus pétillants malgré l'obscurité. Bleus, comme ceux de Larry, son regard est aussi malicieux que le sien, et son sourire... N'en parlons pas. Mon ventre se tord agréablement, je jette rapidement un nouveau coup d'oeil à mon portable qui ne me signale aucun message. Mais qu'est-ce qu'il fout bordel de merde ?! Je reporte mon attention sur la demoiselle qui est désormais juste devant moi. Elle ne sourit pas et ses yeux sont marrons ternes. On a essayé de me tromper. Comment m'en défaire ? Je n'ai aucune envie de danser avec une fille aussi... banale, sans intérêt. « Auguste Basile Cabret ! » Je grimace en entendant une autre voix féminine, avant de me rendre compte que la seule à connaître mon vrai prénom n'est autre que Heather, mon indispensable meilleure amie. Je contourne vaguement la bimbo et souris à Heather de toutes mes dents. « J'exige ta première danse ! » Mon sourire se fige pour laisser la place à une mine stupéfaite. Moi, danser ? Elle est bourrée ou quoi ? Je lance un regard en arrière vers l'autre fille qui a l'air plus que désemparée. Choix cornellien, me ridiculiser publiquement devant tout le monde ou retourner vers cette nana qui a essayé de me faire croire qu'elle ressemblait à mon meilleur ami. Je soupire. Danser, évidemment. « Tu sais que ça va être un massacre hein ? Si je viens c'est juste pour pas rester avec cette fille. » Je me laisse trainer la mort dans l'âme vers la piste et commence à gigoter. Allez Basile, fais ce que tu sais si bien faire. Je souris et commence à remuer dans tous les sens, n'importe comment. Je suis si doué quand il s'agit de faire l'idiot. Quelques rires sans aucune moquerie parviennent à mes oreilles, m'encourageant à poursuivre. J'en viendrais même à ne pas sentir mon portable vibrer. Pourquoi je le ferais alors que tu viens me chercher ? Je suis prêt Curly, j't'attends.
Le coin gauche de ma bouche se relève dans un sourire rempli de sous entendus. Je dépose un baiser sur la tempe de Heather. « Je dois aller chercher Larry, j'en ai pour un quart d'heure tout au plus. Je me dépêche ! » Je sors de la fête et constate avec satisfaction que le videur n'ose pas regarder vers moi. « Je reviens mec, avec mon meilleur ami. T'avise pas de nous demander quoique ce soit. » Je rejoins ma voiture et démarre en trombe. Je me gare à l'arrache, à moitié sur le trottoir et lui envoie un dernier texto. Le carosse de la princesse est arrivé. Si tu veux bien te donner la peine de te bouger le cul pour qu'on puisse y retourner... Je coupe le contact et me regarde dans le rétroviseur pour remettre mes boucles en place. Mon coeur bat anormalement fort. Je secoue la tête et attends patiemment, les mains sur le volant, le regard fixé sur la route. Je détourne enfin le visage vers la maison en entendant la porte claquer. Calme-toi Basile, calme-toi. J'aperçois la silhouette de mon meilleur ami avancer vers la voiture. Je me penche au-dessus du siège passager et lui ouvre la porte de l'intérieur. « Qu'est-ce que tu foutais mate ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 1168
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Jeu 15 Mar - 20:05

INTERVENTION


La sage petite sauterie de miss Logan n'a pas encore eu franchement le temps de décoller, mais Lysander Murray a décidé que tout ceci était bien trop sage, pour une soit-disant soirée de rébellion. Homme de la situation, il a fait une entrée discrète mais efficace, laissant derrière lui une pluie de préservatifs dont l'assistance saura certainement lui être reconnaissante. Mais il a aussi glissé une substance pour le moins illicite dans des verres de punch qui traînait sur la table. Et c'est la nouvelle arrivée et malchanceuse Moon Carter qui est la première victime de ce cadeau empoisonné ! Nul doute qu'une pauvre étudiante droguée devrait faire son petit effet et ranimer l'ambiance, mais à quel prix?

Note pour le jeu: Seule Moon est obligatoirement affectée, histoire que l'action de Lysander ne passe pas à la trappe. Si cela vous intéresse de voir votre personnage sous l'emprise d'un stupéfiant (que ce soit pour l'intrigue ou son développement personnel) rien ne vous en empêche, sachant que quelques personnes resteront bien sûr clean xDD Moon et Lia posteront à la suite de ce message, puis le jeu pourra reprendre librement. Les nouveaux venus sont toujours bienvenus, il n'y a pas de limite de nombre à cette intrigue. Amusez-vous et merci de votre participation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Jeu 15 Mar - 20:34

"Moon Abby Carter tu ne vas tout de même pas sortir habillée de la sorte !"

Je sursaute et je me regarde bêtement dans le miroir de l'entrée.

"Ben quoi ?"

Ma grand-mère lâche un soupir à fendre les pierres et se pince l'arrête du nez. Oulalalalalalala ! J'ai comme qui dirait l'impression d'avoir donné la mauvaise réponse. Franchement je ne vois pas ce qui cloche, ma tenue est très bien ! Je n'ai pas tenté une teinture hasardeuse, mes mèches vertes de la semaine dernière ne sont qu'un vague souvenir, j'ai retrouvé mes cheveux bruns et raides, terriblement sobres. Bon les cheveux c'est ok. Maquillage ? Rien de plus qu'un peu d'eyeliner et de mascara. Je ne pense pas être grimée en clown ou en prostituée. Chaussures ? Une paire de ballerine, noires, avec des petits clous en forme de tête de morts. C'est mignon non ? Je suppose que ce n'est pas ça qui fait sortir Reine Carter de ses gonds. Pantalon ? Pour une fois qu'il n'est pas troué et qu'il n'y a pas de taches dessus ! Teeshirt ? Adora...

"Non vraiment Moon, ton teeshirt est une torture visuelle, change toi immédiatement !"

Je ne sais pas ce que Granny a contre les lapins crétins, mais moi j'adore ce teeshirt. Hors de question que je me change !!!!! Je le lui fais savoir avec un sourire crétin et niais au possible. Oh que oui je suis immature ! Je SAIS ! Et même, je suis une sale gosse. Sans prêter attention à ses cris désespérés (avoir une petite fille incapable de s'habiller correctement et qui ne veut pas procréer, quelle infamie !), j'attrape mon blouson en cuir et dévale les escaliers. Pas question d'aller en voiture à la petite fête. Pas envie. Pas besoin d'un chauffeur alors qu'en cinq minutes à pied j'y suis. Coffee sur mon épaule, Fluffy qui trottine joyeusement à côté de moi, je débarque enfin sur... LE LIEU DU CRIME ! Coffee saute sur la tête du videur alors que je lui tends ma carte d'identité, Fluffy m'attend à l'entrée bien sage et j'entre dans la salle en sautillant.

Pouaaaah ! J'adore Lia mais l'ambiance est mortelle. Quand je disais que c'était le lieu du crime, je ne plaisantais pas. Enfin je ne savais pas que je ne plaisantais pas, enfin euh... Je pose mon blouson sur une chaise et attrape un verre de punch histoire de m'occuper les mains, de m'occuper tout court. Je ne sais pas combien de temps je regarde trois pauvres bougres se trémousser vaguement sur la piste de danse, mais là j'ai chaud et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression d'être une pile... qui fonctionne avec de l'énergie nucléaire ! Je termine mon verre d'un coup et court vers le DJ.

"Mets nous un truc qui bouuuuuuuuuuuge ! Un truc qui arraaaaaache ! METS MOI DU ROCK QUI TACHE OU J'TE MORDS !"

Je ne sais pas si c'est la menace de devoir se faire vacciner contre la rage ou bien parce que je l'étouffe à moitié en lui faisant un câlin, mais il obtempère et déjà je cours attraper Lia par la main.

"ON FAIT UN CONCOURS D'AIR GUITAR !!!! WOUHOUUUUUUU !!!!"

Je ne sais pas pourquoi mais oulalalalalalalaaaaaaaa ! J'ai une pêche d'enfer !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Jeu 15 Mar - 21:26

Le rameur - mais oui bien sûr, on dit un rameur tout bêtement, diantre que je peux être stupide - bref, mon compagnon d'infortune danse à peu près avec la grâce d'un cachalot échoué. Mais il y met de la bonne volonté et est parfaitement adorable. Je ris à gorge déployée devant son déhanché douteux, quand soudain je sens des mains se poser sur mes yeux et une voix reconnaissable me crier dans les oreilles « Devine qui c'eeeeeeeest ! » Je n'ai pas le temps de me hasarder à répondre, en plus j'avais trouvé, qu'une bise claque sur ma joue et que ma camarade enchaîne joyeusement, libérant le danseur maladroit de ses obligations au profit des arts de la conversation. « Dis donc, bravo pour l'organisation hein ! C'est très sympa cette petite fête clandestine, ça vaudrait presque le coup de se faire prendre. Mais dîtes-moi les jeunes, vous habitez dans une maison de retraite ? Viens ici mon grand ! » Encore une fois, ma pétillante amie me laisse à peine le temps de rire qu'elle empoigne le joli garçon pour le forcer à retourner sur la piste de danse. Le pauvre, il n'en a pas fini avec les furies hystériques. Car s'il y a bien une personne en ce bas monde à même de tenir mon rythme d'hyperactive, c'est Kin Eastwood. Je la regarde malmener le joli môme et ils exécutent la danse la plus bizarre de l'histoire. Cela n'empêche pas le reste de l'assistance d'être plutôt timoré. J'ai beau m'efforcer d'animer quelques conversations, il semblerait que pas grand monde y mette du sien. Il faut dire qu'il n'y a pas encore foule et un coup d'oeil à l'horloge me rassure un peu. On arrive pas à l'heure à une fête.

Bouclettes entre, sans son fidèle Bretelles, ce qui entraîne un froncement de sourcils chez ma personne, peu habituée à voir la jolie paire séparée. Je lui rends néanmoins son salut mais ne vais pas dans sa direction, laissant une charmante blonde aux seins à peu près aussi vrais que la figure de Megan Fox. Je roule des yeux, mais m'abstient de tout commentaire, comptant sur l'arrivée imminente de Bretelles pour régler la situation. Il faudra tout de même que je jette un oeil au fameux tatouage de Basile, je ris d'avance de ce que ça a pu donner. Je m'apprête à faire un point avec les videurs et le Dj - qui a l'air de ne pas être aussi dément qu'on a voulu me le faire croire - quand un individu passablement arrogant m'interpelle. « Lysander Tybalt Murray, si je puis me permettre une critique, la sécurité c’est franchement pas votre fort n’importe qui peut entrer, même l’un des fondateurs du JCC, ce qui n’était incontestablement pas le but de la soirée. De plus j’ajouterai que vous devriez pousser le vice un peu plus loin, c’est trop sage, absolument pas marquant. » Je hausse un sourcil et esquisse un sourire en coin. Je sais qui il est, lui et son prénom ridicule. D'un geste de la main, je l'invite à poursuivre, après tout vu ses frasques passées, je doute qu'il soit là pour nous dénoncer d'une manière ou d'une autre et s'il a envie de pimenter la soirée, il a ma bénédiction. Il me donne une tape condescendante sur l'épaule, tandis que je me marre intérieurement. Voilà un personnage comme on en fait que chez nous. Il se dirige vers le buffet, qu'il inonde de capotes. Fin, élégant. Mais somme toute utile. « Une attention délicate, la prévention c’est important. » fait-il d'ailleurs remarquer en arrivant de nouveau à ma hauteur. « Mais tout à fait ! » dis-je, non sans sarcasme. Quel coup d'éclat vraiment. Mais la gratuité de son geste n'est pas pour me déplaire et je lui adresse un salut amical, alors qu'il part comme il est venu. Lysander Tybalt Murray, le sauveur des fêtes qui n'ont pas encore véritablement commencées. Ce héros.

J'aperçois Heather qui détourne Bouclettes de sa prise et ne peut m'empêcher d'en être satisfaite. Très bien, ce n'est pas l'ordre naturel, des choses, le seul amour de sa vie c'est Bretelles. Et c'est sûrement lui qu'il va chercher, après avoir invectivé le videur. Je m'approche de lui et lui tapote le dos avec gentillesse. Basile n'est pas très grand, mais il a une sacrée gueule. Dans pas mal de sens du terme d'ailleurs. « T'en fais pas, il fait ce genre d'effet à tout le monde. » Monsieur Cabret n'est pas reconnu pour son tact et sa gentillesse dirons-nous « Tout roule? » Je l'écoute me raconter brièvement les arrivées, rien de suspect et adresse un signe de la main à Kin et Timothy qui bavardent joyeusement un peu plus loin. Enfin c'est surtout Kin qui bavarde. Soudain, venu de nulle part, un écureuil se pose sur la tête de mon interlocuteur. J'éclate de rire puis penche la tête, reconnaissant Coffe, l'adorable bestiole de cette chère Moon. Qui est venue avec toute sa ménagerie donc. Sa chienne, passe encore, c'est son garde malade. J'ai appris cette année qu'aveugles comme narcoleptiques peuvent être suivis partout par leur fidèle compagnon à quatre pattes. Paraît-il que la petite border collie peut sentir les crises de sa maîtresse. Qui semble particulièrement agitée, pour selon qu'elle vient d'arriver.

Je fais une connexion mentale tout à coup, entre l'intervention de Lysander et le comportement brusquement disproportionné de la jeune fille. « Mets nous un truc qui bouuuuuuuuuuuge ! Un truc qui arraaaaaache ! METS MOI DU ROCK QUI TACHE OU J'TE MORDS ! » hurle-t-elle au pauvre DJ, qui aura été passablement secoué ce soir. Evidemment, Murray n'est pas juste venu jeter des capotes et nous faire grâce de sa méprisante présence. Le verre de punch renversé dans un coin confirme mon hypothèse. Je jette un coup d'oeil à la chienne, avant de me faire embarquée sur la piste de danse au cri de ralliement suivant « ON FAIT UN CONCOURS D'AIR GUITAR !!!! WOUHOUUUUUUU !!!! » Soit, passe encore. Je la suis avec bonne humeur et nous nous agitons avec fougue, suivis par quelques membres du club d'aviron, décidément prompts à l'amusement. Au son virulent de Anarchy in the UK, nous reconstituons à nous tout seuls le mythique groupe de rock qu'étaient les Sex Pistols et notre performance motive le DJ à continuer sur une lancée de musiques entraînantes.

La musique résonne à plein régime et finalement, un peu d'ambiance arrive, tout le monde chahutant joyeusement, motivé par le soudain élan d'enthousiasme de Moon, que je n'ai de cesse de serrer dans mes bras et d'abreuver en eau. Je ne sais pas ce qu'elle a pris avec ce verre de punch et il n'y a pas grand chose que je puisse faire, mais je doute que Lysander ai voulu mettre la vie de quiconque en danger. Un peu con et tête à claques au possible certes, danger public je ne pense pas. Du moins j'ose l'espérer. C'est alors qu'un cri retentit, semant la zizanie parmi les invités. Tout le monde chuchote, s'affole et le videur - enfin débarrassé de son indésirable coiffe, qui est allée grignoter des chips sous le buffet - s'avance vers moi. On serait découvert, mais la source n'est pas très fiable. Une fille complètement torchée marmonne quelque chose à propos d'un sms, de quelqu'un qui aurait dit que, du JCC. Elle a du croiser Lysander et paniquer. Je m'empare du micro de notre cher DJ et annonce avec entrain « Fausse alerte les enfants, pas de panique. Et c'est l'heure d'un concours de teq paf, nooon? » Des cris approbateurs proviennent de la salle et je dirige mon bras vers l'avant, comme pour crier les inciter au combat. Je m'installe à une table, sort une bouteille de tequila et installe une rangée de shooters, avant d'être rapidement rejointe par quelques convives. « On se contente de boire ou vous préférez un petit jeu du style, je n'ai jamais? » dis-je alors à la cantonade.

NB: ME LAISSEZ PAS EN PLAN AVEC MA TEQUILA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Ven 16 Mar - 19:20

Emile, ou l’art d’être en retard sans même l’avoir fait exprès ou l’avoir voulu. Ce n’était pas de sa faute, non, non, mais celle de ce stupide sèche-cheveux qui n’avait jamais vraiment voulu marcher comme il faut et qui avait refusé, une vingtaine de minutes plus tôt, de lui sécher sa tignasse plus vite qu’il ne fallait. Résultat, elle s’était acharnée, avait insulté de tous les noms possibles et inimaginables la machine pour finalement s’avouer vaincue, et être définitivement en retard. C’était aussi simple que cela !
Dite comme cela, la situation était vraiment pathétique. Repensant à l’épisode, Heaven soupira, puis poursuivit son chemin dans l’université de Cambridge.
Avançant à grandes enjambées dans la faculté, les cheveux à moitié mouillés et ses vêtements enfilés à la va-vite, la jeune femme se dirigea vers la salle où la fête clandestine de Lia se déroulait. Quand Emile avait reçu l’invitation, elle avait accepté sans même y réfléchir à deux fois. Certes, l’Anglaise savait pertinemment que c’était précisément le genre de choses que son père voulait qu’elle évite à tout prix, et il lui avait fait savoir de manières tout à fait convaincantes quelques mois plus tôt (quand elle avait appris qu’il avait forcé son entrée à l’université, bien entendu). Cependant, Heaven restait toujours Heaven, et ces détails-là ne la changeraient jamais… Bien au contraire ! Apprendre que tout cela avait été mis en place contre le JCC l’avait définitivement persuadée d’y participer.
Comme si une autre raison aurait pu l’empêcher de ne pas y aller et d’obéir à son père.
La Westfield finit par arriver devant la salle, légèrement essoufflée mais une mine victorieuse sur le visage, et se retrouva en face d’un étudiant qui faisait parti (vraisemblablement) du club d’aviron, l’air peu commode, et surtout de s’ennuyer à mourir.
« Pièce d’identité. » dit-il, le ton lasse.
Heaven leva son regard bleu vers lui, et soupira, portant la main à son sac.
« J’ai vraiment l’air d’une terroriste, d’une membre du JCC ou d’une mineure… ? Laisse tomber, réponds pas. »
La demoiselle tendit le document nécessaire, et après quelques secondes, pénétra finalement dans la salle.
Beaucoup de personnes étaient déjà arrivées, mais Emile ne s’était pas attendu à voir une ambiance pareille. Autour d’elle, les personnes chuchotaient entre elles d’un air paniqué, et une vague de murmure envahissaient la pièce pour finalement ne donner d’un bourdonnement nasal. La musique, presque étouffée par l’atmosphère pesante de la salle, résonnait mais personne ne semblait lui accorder l’attention nécessaire.
Heaven chercha du regard quelqu’un qu’elle connaissait, et aperçut au loin sa meilleure amie sur la piste de danse, tout juste laissée par Basile. Se frayant un passage parmi les personnes soit torchées soit paniquée, la brune se posta aux côtés d’Heather.
« J’ai loupé quelque chose ? » demanda-t-elle sur le ton de la conversation.
La demoiselle avait du mal à se faire une idée des évènements. Etait-ce quelque chose d’anodin comme la rupture d’un couple qui ne faisait que parler de lui, ou bien un truc beaucoup plus grave, comme un membre du JCC dans la salle ? Fronçant le nez, Emile évalua la pièce du regard, puis porta son attention sur Lia qui semblait avoir volé le micro du DJ.
« Fausse alerte les enfants, pas de panique. Et c'est l'heure d'un concours de teq paf, nooon ? »
Emile sourit malgré elle, et les murmures autour d’elle se calmèrent sur le champ, laissant place à des cris de joie. Prenant Heather par la main, elle l’attira vers la table où Lia et sa bouteille de tequila étaient installés, déjà à l’œuvre pour préparer un concours.
Être sage sera pour un autre jour, donc.
« T’as pas le choix Heather, c’est l’heure d’être solidaire avec Lia. » dit-elle en hochant la tête vigoureusement, alors qu’elles étaient juste devant la table où se déroulait les évènements. « Je vote pour le jeu ! » ajouta-t-elle, en s’asseyant à une chaise.
C’était quand même plus drôle. Beaucoup plus drôle. Heather approuva son choix, ce qui lui arracha un nouveau sourire. Soudain, Kin débarqua derrière elles, accompagnée de Tim, et avant qu'Emile s'en rende compte elle fonça sur elle pour lui embrasser la joue.
« Oooooh ! Je ne t'avais pas vue arriver ma chérie ! Comment ça va ? »
« Ca va très bien et toi honey ? » répondit Emile, tout sourire, tandis que Kin enchainait déjà en portant Tim volontaire pour le jeu.
La brune se mit à rire, et apparemment, elle n'était pas la seule à trouver la situation hilarante. Kin avait eu l'art de la manière de le fourrer dans une situation qui... Qui... N'était pas Tim, quoi. Basile fût presque aussi surpris qu'elle, et l'intéressé se défendit comme il put tandis que tous les installés étaient amusés de le voir rejoindre leurs rangs.
« Ya intérêt qu’il soit bon. Et Basile, si je suis dans un sale état, c’est toi qui me ramèneras. »
Emile soupira joyeusement, et tapota la chaise que Kin avait tiré pour lui, afin qu'il les rejoigne.
« T'inquiètes pas Tim, au pire on campe tous ici ! »
Mais bien entendu ! C'est qu'elle était drôle, quand elle s'y mettait la petite Westfield.
Et le jeu commença.
Lia présenta rapidement le jeu - je n'ai jamais. Emile fronça les sourcils pour tenter de remonter sa mémoire à la dernière fois où elle avait fait cela en soirée, et elle n'eut que quelques vagues souvenirs. Parfait. Dans son esprit, les règles étaient aussi floues que son enfance. Elle allait aller très loin comme ça ! Fallait-il boire quand justement il l'avait fait ou bien quand il ne l'avait pas fait ? Très bonne question.
Son verre était juste devant elle. Ready, set, go.
« Alors, je commence ! Je n'ai jamaaaaais... perdu à ce jeu ! »
Emile sourit, et porta la tequila à ses lèvres. Le liquide descendit dans sa gorge, picotant son œsophage. La brune reposa le verre lentement esquissant un sourire.
« Pour tout avouer, j'ai tellement perdu à ce jeu que je suis incapable de me souvenir des règles. » dit-elle d'une voix détachée, souriant comme une gamine.
Au moins, elle l'avait avoué. Elle soupira, s'enfonça dans son siège en attendant le reste des personnes.


Dernière édition par H. Emile Westfield le Mar 27 Mar - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Sam 17 Mar - 17:21

Je ne lui laisse évidemment pas le temps d'argumenter, je sais qu'il se défilera, sinon. Bouclettes – comme certains l'appelle, notamment Lia – n'aime pas danser. D'après lui, il est une catastrophe sur une piste de danse. Je ne suis pas d'accord. Mais bon, en général, j'évite de trop m'aventurer dans des débats sans fin avec Basile – disons que de lui ou moi, on se demande encore qui est le plus tête de mule. « Tu sais que ça va être un massacre hein ? Si je viens c'est juste pour pas rester avec cette fille. » J'éclate de rire alors qu'il me suis à reculons sur la piste. « Ne me remercie pas, je sais à quel point ça te fait plaisir ! » je lance avec un clin d'œil.
Je lâche le bras de mon meilleur ami et ferme les yeux, me déhanchant au son de la musique. Les fêtes, c'est automatique, me rappellent toujours New York, son ambiance. C'est toujours la fête dans la grosse pomme, qu'on soit à Manhattan, un petit point en plein milieu de Time Square, à Brooklyn devant un spectacle de rue où encore dans les rues de Broadway. Et puis en dehors de ça, ça me rappelle les soirées qu'on organisait, avec Candice et les autres. On était les pros pour ça. Enfin, faut dire que c'était pas trop difficile. Nos parents n'étaient pas à proprement parler présents, et c'est très facile d'obtenir de quoi s'amuser quand on a de l'argent.
Des éclats de rire parviennent à mes oreilles et j'ouvre les yeux pour voir que mon meilleur ami s'est enfin décidé à nous montrer toute l'étendue de son art dit du je-fais-le-guignol-parce-que-j'aime-faire-rire-les-gens. Et ça marche, puisque j'entends un gloussement incontrôlé sortir de ma bouche. Alors que je me mords la lèvre pour me retenir d'éclater de rire, il s'arrête brusquement de se dandiner sur la piste et sort son portable. Je le vois sourire, et il me colle un rapide baiser sur la tempe (oui, je sais, je suis petite, c'est bon hein !) avant de s'écrier : « Je dois aller chercher Larry, j'en ai pour un quart d'heure tout au plus. Je me dépêche ! » Je n'ai pas le temps de répliquer, il a déjà disparu. Je lève les yeux au ciel mais un sourire amusé étire mon visage. Larry hein ? Comme c'est étonnant.
Je continue à danser encore un peu avant de m'arrêter. Je ressens soudainement le besoin de boire quelque chose, je me dirige donc vers le bar. J'attrape un vers de punch, et alors que je suis sur le point de le porter à mes lèvres, j'entends soudainement de l'agitation sur la piste de danse. "Mets nous un truc qui bouuuuuuuuuuuge ! Un truc qui arraaaaaache ! METS MOI DU ROCK QUI TACHE OU J'TE MORDS !" Je repose mon verre et m'approche. Moon, une des étudiantes, viens d'attraper Lia par la main pour l'emmener faire un concours d'air guitar. Cette dernière se laisse conduire de bonne grâce et les deux jeunes femmes ainsi que les membres du club d'aviron se mettent à danser sur Anarchy in the UK. Je les observe avant de me mettre à bouger mon corps aussi au son de la musique. La fin de la chanson n'arrête personne, et il commence vraiment à avoir de l'ambiance, à cette fête, quand soudain, un cri retentit. Mon estomac se serre, et je me sens pâlir alors que mes yeux s'écarquillent fasse à l'idée que nous ayons pu être déjà découverts. « J’ai loupé quelque chose ? » Je sursaute, mais ce n'est qu'Emi. Un grand sourire fleurit sur mon visage, mais il fait très vite place à de l'inquiétude. Je m'apprête à lui répondre, quand Lia prend le micro et affirme que ce n'est qu'une fausse alerte. Avant même d'avoir le temps de soupirer de soulagement, je sens la main de ma meilleure amie saisir la mienne, et avant que j'ai eu le temps de dire quoi que ce soit – je ne suis décidément pas une rapide ce soir – elle m'entraine vers la table ou Lia prépare son concours de tequila paf. J'ouvre la bouche pour protester, mais la joli brune me coupe : « T’as pas le choix Heather, c’est l’heure d’être solidaire avec Lia. » Je hausse les épaules. De toute façon, j'ai envie de m'amuser, et ce n'est pas comme si je n'en avait jamais fait, hein ? Il faut savoir être fun de temps en temps. Je m'assoie sur la chaise voisine de celle d'Emi avec un sourire. « Un jeu, sans aucune hésitation ! »
Let's get the party started.
J'observe Lia, qui doit lancer le jeu, mais avant qu'elle ai pu faire quoi que ce soit, Timmy et Kim arrivent vers nous et je l'entends s'écrier :
"Pas d'alcool pour moi désolée, je ne suis pas certaine de survivre à une gueule de bois supplémentaire. MAIS TIM IL VEUT BIEN JOUER !" Je me tourne vers ce dernier, et la tête qu'il fait m'indique immédiatement qu'il n'est pas vraiment au courant de ce détail. Je me mords la lèvre, me retenant de rire. C'est ce moment que Larry et Basile choisissent pour débarquer. Curly – hey, nouveau surnom in here ! – hausse un sourcil intrigué. « Nom de Dieu qu'est-ce qu'il se passe ici ?! Tim qu'est-ce que tu fous ? » Je me mords à nouveau la lèvre pour ne pas pouffer alors que Timothy exprime toute son incrédulité face à la façon dont la fête a tourné. Non, clairement, il ne s'y attendait pas.
Lia décide enfin de lancer le jeu. « Alors, je commence ! Je n'ai jamaaaaais... perdu à ce jeu ! » Un petit gloussement m'échappe, et il se transforme en rire alors que j'entends ma meilleure amie affirmer qu'elle a tellement perdu qu'elle ne parvient pas à se souvenir des règles. Je lui lance un regard complice. « C'est simple. Tu bois, et ensuite tu dis 'je n'ai jamais...' et tu complète la phrase. Et normalement
celui qui gagne est le dernier encore debout.
 » J'attrape mon verre et le bois. « Comme ça : je n'ai jamais... » je réfléchis un instant. « Été la première à perdre ! » Voilà, ça c'est dit.

HJ : bon, je n'ai jamais joué à ce jeu (oui je sais ) donc j'espère que je ne raconte pas n'importe quoi Arrow


Dernière édition par Heather E. Winchester le Ven 30 Mar - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Sam 17 Mar - 21:50

Ma pauvre victime se prête au jeu de bonne grâce et finalement nous improvisons une danse totalement hors de propos, vraiment bizarre mais aussi très drôle. Ce n'est pas comme si nous cherchions à éviter le ridicule, loin de là. L'important c'est de s'amuser. J'ai appris pas mal de choses en six mois. Comme le fait suivant : il ne faut pas accorder tellement d'importance à l'apparence. Manque de chance, l'apparence c'est un peu mon fond de commerce. Paraître belle, fraîche et une jeune fille sage en permanence, voilà ce que j'ai fait toute ma vie. On me pardonne mes petites excentricités pour cela je suppose. Mais à trop vouloir contrôler, on se prive de pas mal de choses. Dont l'honnêteté, l'amusement ET la tranquillité de l'esprit. Zen. Inspirer. Expirer. J'ai appris que ce contrôle maladif sur ma vie et tous mes actes n'incitent pas franchement à la zénitude totale à laquelle j'aspire ardemment. Je vais vraiment devoir mettre de l'ordre dans tout ça. Mais ce n'est pas le but de la soirée. Non là on doit s'éclater, ne pas avoir peur du ridicule. C'est précisément mon cas, je n'ai peur que de deux choses, mon père et son meilleur ami. Voilà c'est dit.

C'est donc avec enthousiasme que je me trémousse avec mon partenaire et nous finissons par rire aux éclats, conscients que nous devons offrir un spectacle pour le moins étrange. Au bout d'un moment, je commence à avoir chaud et je relâche ma proie avant de me diriger vers le bar. Là, plutôt que de prendre un verre de punch (non quelle horreur, il n'y a même pas de champagne ?), je préfère attraper une petite bouteille d'eau. J'ai promis à papa de ne pas faire de folies et je m'y tiens. D'autant plus que l'alcool, dans l'état dans lequel je me trouve, c'est à dire prompte à m'apitoyer sur mon sort, n'est pas vraiment recommandé. Et puis l'eau c'est meilleur pour la santé et pour le teint. Je décline une ou deux invitations à danser, promettant cela dit d'aller me déchaîner sur la piste dès que j'aurais retrouvé mon souffle et que je serais hydratée de manière convenable. Soudain mon regard est attiré par quelqu'un et je repose ma bouteille.

"CANARD EN SUUUUUUUUUUUUUUUCRE !"

Comme une furie, je me jette sur Tim et le serre dans mes bras, l'étouffant presque. Oh mon Dieu, j'adore Tim. Dès que je le vois j'ai une furieuse envie de le câliner jusqu'à ce que mort s'ensuive. Allez savoir pourquoi. Ou ce garçon est terriblement malchanceux, ou il réveille un curieux instinct maternel, ou alors juste que j'ai l'impression d'avoir un petit frère à embêter et je ne m'en prive pas. Ou tout ça à la fois. J'imagine que ces surnoms dégoulinants d'affection que Lia et moi lui donnons, sont de nature assez castratrice. R.I.P virilité. Qu'importe ! Je commence à raconter le début de la soirée avec animation à ma victime adorée, le serrant parfois dans mes bras de manière totalement imprévisible, me prenant un peu c'est vrai, pour un boa constrictor.

"Mets nous un truc qui bouuuuuuuuuuuge ! Un truc qui arraaaaaache ! METS MOI DU ROCK QUI TACHE OU J'TE MORDS !"

Oh ? Toute occupée à pépier joyeusement, je n'ai pas fait attention du tout à ce qu'il se passait autour de moi et voilà qu'une petite furie improvise un concours de air guitar avec Lia. Je les regarde en pouffant de rire, accrochée comme une sangsue à Tim, me demandant un instant ce qu'il ferait si je le poussais sur la piste de danse. Noooon... je ne suis pas cruelle à ce point. Une vague rumeur de danger plane dans la salle, comme quoi le JCC nous aurait découvert, qu'Elvis Presley ne serait pas mort et que la famille royale d'Angleterre serait composée d'extraterrestres. Très surfaite cette rumeur. Lia s'occupe de calmer les esprits et lance l'idée d'un jeu à boire. Pourquoi pas ? Tant que je ne suis pas celle qui absorbe l'alcool en question, je n'ai rien à y redire. Pas envie d'avouer mes plus sombres secrets sous l'effet de la pernicieuse boisson, merci. J'ai déjà donné chez Rose, et je n'étais même pas bourrée. Je m'approche de la table en traînant Tim derrière moi et lâche soudain son bras pour aller déposer un baiser sur la joue d'Emile.

"Oooooh ! Je ne t'avais pas vue arriver ma chérie ! Comment ça va ?"

Je jette un regard à Lia et fais un petit sourire d'excuse.

"Pas d'alcool pour moi désolée, je ne suis pas certaine de survivre à une gueule de bois supplémentaire. MAIS TIM IL VEUT BIEN JOUER !"

Je me tourne vers mon ami avec un sourire innocent et tire même une chaise pour qu'il s'installe.

"Fais pas cette tête canard en sucre, je te paierais le resto pour me faire pardonner", j'ajoute avec un clin d'oeil.

Je suis un monstre. Pauvre Tim il n'a rien demandé à personne et je le maltraite. J'y peux rien moi si je l'adore, si ? Tim ne peut rien contre moi, mwahahahahahaha ! Des fois je me comporte comme mon chat, c'est effrayant. Tim cède (comme s'il pouvait faire autrement) et je m'installe derrière lui en ronronnant de satisfaction. Oh que non ! Je ne vais certainement pas toucher à de l'alcool ce soir. Enfin... Je crois. C'est vrai que c'est assez frustrant de voir tout le monde s'amuser alors que je sirote un jus de goyave insipide depuis tout à l'heure. La dernière fois que je me suis bourrée la gueule, je me suis retrouvée avec un tatouage. Flippant. Lia se lance et elle n'aaaaa... jamais perdu à ce jeu. Forcément quand on tient aussi bien l'alcool !

"Désolée papa Eastwood, notre honneur est en jeu !"

Je fais le signe de la croix (et même pas dans le bon ordre il me semble) avant de rapprocher ma chaise de celle de Tim. J'avais promis de ne pas boire. Bon, je suis faible. Emile avale son verre et nous avoue ses petites difficultés à ce jeu. Ma pauvre chérie ! Je note de la raccompagner si je ne suis pas trop bourrée pour ça. Heather n'a jamais perdu à ce jeu la première. Ben moi si hélas. Et hop, deux verres de plus ! Sauf que j'ai mangé avant de partir. Sauf que pendant ma petite escapade j'ai traîné avec de vrais motards qui m'ont appris à boire. Sauf que je n'ai aucune idée de ce que je vais bien pouvoir leur sortir.

"Je ne suis jamais sortie avec un élève de la fac de Cambridge."
j'annonce avec un sourire rayonnant.

Ce qui est totalement vrai. Je me demande bien si c'est le cas des gens autour de la table ?




Dernière édition par Kin Eastwood le Lun 2 Avr - 8:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mar 20 Mar - 23:44

« Je vais te buter, je te jure, MAIS BOUGE TON PIKATCHU, MAIS T’ES SERIEUX ? OLIVER STYLISNON ES TU SERIEUX ? ÇA VA MAL FINIR CETTE HISTOIRE TU LE SAIS PARFAITEMENT, TU LE SAIS ! » Je m’énerve sur ma manette de wii. J’entends vaguement mon portable vibrer mais je ne réponds pas, trop concentré. Mon frère est mort de rire, étalé sur le canapé. Lorsqu’il me vole mon huitième Pokémon en une demi-heure (Carapuce, mon préféré, en plus) je jette ma manette à travers la pièce, ratant de peu la télé que j’éteins sans sauvegarder. « Mauvais joueur ! » « MOI ? Mauvais joueur, je ne crois pas non. Je dois juste euuuuh… aller à une soirée. » Je sors mon portable pour me donner une contenance. Un nouveau message. Basile. J’insulte mon frère qui chante le générique de Pokémon à fond et ouvre le sms. « T'es en train de te branler ou quoi ?! Je t'attends pas, appelle-moi si tu veux que je passe te chercher plus tard ! » Je hausse un sourcil, tentant vainement de me souvenir de ce que je suis censé faire ce soir. « Oh putain, merde, la soirée anti JCC, tu pouvais pas me dire que c’était ce soir ? » Je réponds rapidement à Basile et me rue dans ma chambre sans attendre une quelconque réponse d’Oliver, à la recherche d’une tenue correcte. Je déniche un vague t-shirt et un joli pantalon roulé en boule que je lisse du plat de la main. Ça ira pour ce soir, ce n’est pas non plus l’anniversaire de la reine. « Le carrosse de la princesse est arrivé. Si tu veux bien te donner la peine de te bouger le cul pour qu'on puisse y retourner... » Je me jette sur les chaussures les plus proches, passe une main dans mes cheveux et prends mon trousseau de clés. « Oliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiveeeeeeeeer je pars, je ne rentre pas ce soir, plutôt demain matin, enfin je ne sais pas en fait, on verra, s’il faut je rentrerai pas du tout ! Mais t’inquiète pas quoi. Je serai là pas trop tard demain, fais des substance jaune dégoulinante, sur les cheveux de Caro et du bacon. » Je n’entends pas vraiment la réponse que mon frère hurle pourtant de toutes ses forces et me dépêche de sortir. Je repère la voiture de Basile et m’avance vers lui. J’ouvre sa portière, lui ébouriffe les cheveux et l’embrasse en plein sur la bouche. « Qu'est-ce que tu foutais mate ? » « J’avais zappé… Mais sois gentil avec moi, je viens de perdre Carapuce, je n’ai pas eu une après midi facile. » Je passe de l’autre côté de la voiture et m’assois sur le siège passager en chantonnant. « Babyyyyyyy you caaaaaaaan driiiiiiiiiiiiiiive myyyyyyyyyy caaaaaaaar, yeah I’m gonnaaaaaaaaa be aaaaaaaaaaa staaaaaaaaaaar » Je me trouve plutôt marrant et répète ces deux phrases en boucle pendant un petit moment, ne connaissant pas les autres paroles de la chanson. « Elle est bien la soirée ? » Je lui ébouriffe une nouvelle fois les cheveux. « Si elle l’est pas, on peut rentrer chez moi si tu veux, Oliv voulait se coucher tôt… » Je m’arrête une seconde. « Une part de moi espère VRAIMENT que ça va être nul en fait. » Nous roulons encore quelques instants, en silence lorsque j’aperçois le lieu de la soirée. Nous nous garons et je m’apprête à ouvrir ma portière quand je sens mon fauteuil s’abaisser sous moi. Basile se jette sur moi et je pousse un cri digne d’une jeune fille en fleur face à un serpent en plastique. Il m’embrasse un peu partout pendant que je fais semblant d’essayer de l’en empêcher. Assez peu convaincant. Il s’approche ensuite plus près et je lui rends son baiser, sans trop de fougue cependant. Je sais bien que je ne dois pas me laisser emporter. « Oui, la soirée est bien. » « Et merde, j’espère que ça se finira mal et qu’on sera obligés de partir en catastrophe en se tenant la main sous une pluie diluvienne. » Il sort de la voiture pendant que je parle. « Bon tu te bouges ? » « J’arrive, j’arrive, j’essaie juste de remonter le siège » Je m’acharne un peu sur la manette et abandonne. Tant pis. J’ouvre la portière et lisse vaguement mon t shirt d’une main. Je suis Basile à l’intérieur de la salle, ébouriffe ses cheveux une dernière fois et me rue vers le buffet. J’attrape un verre de ponch que je bois d’un coup. Je cherche Basile des yeux et finit par le trouver au bout de quelques minutes. Ma tête tourne étrangement pour un simple verre de ponch mais j’ignore la sensation et saute sur le dos de mon ami en hurlant. « Saluuuuuuuuuuuuuut, t’avais raison trop cool la soirééééééééééééééée » Quelques minutes s’écoulent sans que je ne comprenne vraiment ce qu’il se passe. Je finis par remarquer que les autres ont commencé une partie de « je n’ai jamais ». C’est au tour de Kin. « Je ne suis jamais sortie avec un élève de la fac de Cambridge. » J’hésite un instant, lève mon verre puis le repose. « Basiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiile ? Je bois ou pas ? On est sortis enseeeeeeeeeeeemble ? » Je vide mon verre sans attendre sa réponse. « On va dire oui, d’accoooooord ? Oh, c’est à mon tour… » Je réfléchis quelques minutes avant de hurler. « Je n’ai jamais euuuh… eu les cheveux frisés » J’éclate de rire. « Boiiiiiiiiiiis curlyyyyyy, booooooois »


Dernière édition par Larry J. Stylinson le Lun 9 Avr - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mer 21 Mar - 0:57

Larry ouvre ma portière, passe sa main dans mes cheveux et colle ses lèvres contre les miennes. Ouhsme. « J’avais zappé… Mais sois gentil avec moi, je viens de perdre Carapuce, je n’ai pas eu une après midi facile. » Il claque ensuite ma porte et contourne la voiture pour s'asseoir près de moi. Je mets le contact et démarre lentement. J'ai beau rouler comme un malade quand je suis seul, enrouler la voiture autour d'un arbre quand je suis accompagné de Larry est la dernière chose que je souhaite. Il se met à chanter, je bats le rythme sur le volant du bout des doigts. « Elle est bien la soirée ? » Feu rouge. Il ébouriffe mes cheveux encore une fois, je secoue la tête et remets mes boucles en place, avant de hausser une épaule. Larry ne me laisse pas le temps de répondre. « Si elle l’est pas, on peut rentrer chez moi si tu veux, Oliv voulait se coucher tôt… » Je serre les dents et redémarre, toujours sans un mot. Je ne peux toutefois pas empêcher mon esprit de divaguer. « Une part de moi espère VRAIMENT que ça va être nul en fait. » Je grogne et lui lance un regard équivoque. Je reprends la place de parking que j'ai quittée peu auparavant. Avant qu'il ait eu le temps de sortir, je couche son siège et vais m'asseoir sur lui pour fourrer ma tête dans son cou et le couvrir de baisers bruyants. Je me redresse au bout de quelques minutes pour l'embrasser plus longuement sur les lèvres. « Oui, la soirée est bien. » Je sors de son côté et rajuste ma tenue. « Bon tu te bouges ? » Je ferme la voiture derrière lui. Nous avançons vers le bâtiment où se déroule la fête. Je passe devant le mec à l'entrée sans le regarder et entre dans la salle. « Pas d'alcool pour moi désolée, je ne suis pas certaine de survivre à une gueule de bois supplémentaire. MAIS TIM IL VEUT BIEN JOUER ! » Je hausse un sourcil. « Nom de Dieu qu'est-ce qu'il se passe ici ?! Tim qu'est-ce que tu fous ? » J'éclate de rire tout en m'appuyant contre Larry. Je suis vaguement la suite des évènements, mon regard se perdant dans la foule. Je remarque seulement Larry s'éloigner pour prendre un verre. Je reluque une fille qui danse, chantonne vaguement et... Un poids s'abat sur mes épaules. « Saluuuuuuuuuuuuuut, t’avais raison trop cool la soirééééééééééééééée » Je fronce les sourcils tandis que mon meilleur ami me hurle dans les oreilles en s'accrochant à moi comme à une bouée.
Je m'apprête à le repousser avec douceur quand le fameux jeu du "j'ai jamais" débute. Heath démarre au quart de tour, suivie de Kin. « Je ne suis jamais sortie avec un élève de la fac de Cambridge. » Je rapproche mon verre de mes lèvres quand, une nouvelle fois, la voix étrangement aigue de Larry s'élève. « Basiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiile ? Je bois ou pas ? On est sortis enseeeeeeeeeeeemble ? » Je lui lance un regard sans équivoque, interdit. Il y a vraiment quelque chose qui cloche. « On va dire oui, d’accoooooord ? Oh, c’est à mon tour… » Il vide son verre, je ris pour la forme et bois également une gorgée. « Je n’ai jamais euuuh… eu les cheveux frisés. Boiiiiiiiiiiis curlyyyyyy, booooooois » Il part dans un rire qui n'est pas le sien qui finit de m'alarmer. « Boo qu'est-ce qu'il t'arrive ? » Je l'attrape par le poignet. Il gigote pour se libérer de mon emprise mais je le tiens fermement. Je me tourne vers le reste de l'assistance, un air contrit sur le visage. « Je crois que Larry se sent pas très bien. Je vais le ramener, désolé. Je vous souhaite une bonne soirée ! » Je m'avance vers Heather pour lui faire une bise mais Larry me tire en arrière, m'obligeant à tous les saluer d'un mouvement de main. « Viens amour, on sort. » Je l'entraine vers la sortie malgré sa résistance.
Au bout du couloir je reconnais la silhouette de Tara Dayris. Et merde qu'est-ce qu'elle fout là elle ? Je lâche mon ami et commence à m'élancer vers la salle pour sonner l'alerte mais un gémissement de Larry me stoppe net. Je ne peux décemment pas le laisser tout seul avec cette furie qui arrive. La mort dans l'âme, je le pousse dans une salle vide et me contente d'envoyer un texto à Lia "ENNEMI DAYRIS EN APPROCHE" Je plaque Larry contre un mur et colle ma main contre sa bouche. « Chuuuut, pas un bruit. Montre moi comme tu peux être silencieux. » Il se tortille mais par bonheur ne dit mot. J'entends les pas de Dayris passer devant la porte et s'éloigner. Je m'autorise à pousser un soupir et pose un baiser sur ses lèvres. « Tu seras récompensé pour ça. Viens maintenant je te ramène. » Je passe un bras autour de sa taille et le ramène à ma voiture. Je me retiens d'enguirlander le mec de l'entrée, j'aurai tout le temps de le faire demain. Je mets le contact et nous conduit chez moi, après avoir songé aux escaliers qu'il faut gravir pour accéder à l'appartement des Stylinson. J'envoie un dernier texto à Oliver pour l'avertir que son frère passe la nuit chez moi. J'ouvre la porte, Larry toujours affalé sur moi, puis je l'emmène au salon pour l'installer sur le canapé. Mes parents sont partis en voyage d'affaire cette semaine, aucun risque donc qu'ils nous découvrent là. Je lui enlève son pantalon et le recouvre d'un plaid avant de me coucher contre lui, mes bras serrés autour de son buste. « Allez, dors maintenant. » Pas besoin de répéter mon ordre, ses yeux se ferment déjà. Je regarde un instant son visage endormi tout en me demandant ce qui a bien pu lui arriver. Je mènerai l'enquête demain, et le fautif le regrettera sévèrement. J'enfouis ma tête dans son cou et finis par me laisser bercer par sa respiration régulière.


Dernière édition par A. Basile Cabret le Mar 10 Avr - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mer 21 Mar - 23:17

On finit par se poser dans un coin. J’ai tendance à énormément raconter ma vie, parler pour combler les blancs, que je ne supporte pas. Mais quand je suis avec Kin et Lia, c’est différent. Je parle autant, mais j’ai l’impression qu’elles monopolisent la parole. Enfin, surtout, pour m’appeler avec des surnoms ridicules. Je ne dis rien, ça leur fait plaisir. De toute façon, je ne saurai pas comment leur dire d’arrêter. C’est leur manière de me montrer qu’elles m’apprécient. Quoi que avoir quelqu’un qui hurle « CANARD EN SUUUUUUUUUUUUUUUCRE ! » , dès que la personne te voit, c’est un peu traumatisant, surtout pour quelqu’un comme moi. Une fille, sortie de nulle part, interrompt soudainement la musique. « Mets nous un truc qui bouuuuuuuuuuuge ! Un truc qui arraaaaaache ! METS MOI DU ROCK QUI TACHE OU J'TE MORDS ! » J’hausse un sourcil, en me demandant qui elle est et surtout qu’est-ce qu’elle a bien pu boire ou avaler pour être dans cet état. Je la regarde se lancer dans un concours de Air Guitar, avec d’autres étudiants et Lia. Je me cramponne à ma bière, en espérant sincèrement, ne pas être obligé de les rejoindre. Mais entre Kin et Lia, j’ai peur. Je me recule un peu, cherchant du regard, une personne qui pourrait me sauver de cette situation. J’observe ce concours imprévu, qui est finalement interrompu par une rumeur selon laquelle, le JCC nous aurait découvert. Je vérifie autour de moi, si des membres du club ne se seraient pas invités mais je ne vois personne de connu. Si on nous avait découvert, tout cela serait déjà terminé depuis longtemps. L’ambiance dans la salle est différente. Les gens sont inquiets mais Lia sait les rassurer. « Fausse alerte les enfants, pas de panique. Et c'est l'heure d'un concours de teq paf, nooon? » C’est drôle, comment avec un peu beaucoup d’alcool, on arrive à faire oublier tout ce qui vient de se passer. Les murmures qui parcouraient la salle, deux minutes plus tôt se transforment en cris. Je ne suis pas rassuré quand Kin m’entraine vers la table, où se déroulera un nouveau concours, cette fois-ci, nettement plus alcoolisé que le précédent. On y retrouve Heaven et Heather. Kin me lâche le temps de leur dire bonjour/bonsoir. Mais je ne suis pas tranquille pour autant. Je fais un clin d’œil pour encourager Heather qui s’est lancé dans le jeu quand j’entends mon nom. « Pas d'alcool pour moi désolée, je ne suis pas certaine de survivre à une gueule de bois supplémentaire. MAIS TIM IL VEUT BIEN JOUER ! » Elle se retourne vers moi tout sourire et tire une chaise pour que je m’y assois. Je secoue la tête négativement. « Nom de Dieu qu'est-ce qu'il se passe ici ?! Tim qu'est-ce que tu fous ?» Je me retourne vers Basile, heureux e retrouver quelqu’un qui pourra me soutenir, mais il n’a pas l’air de vouloir m’aider. Il veut juste observer. « J’en sais rien ! » je réponds en rigolant. « Fais pas cette tête canard en sucre, je te paierais le resto pour me faire pardonner. » souffle Kin. Oh la traitresse. Je refuse de la rejoindre, et de lâcher ma bière. Mais les regards insistants de tout le monde me fait céder et je finis par m’asseoir. Je ne vais pas abandonner les filles. « Ya intérêt qu’il soit bon. Et Basile, si je suis dans un sale état, c’est toi qui me ramèneras. » Un peu d’autorité ne fera pas de mal sur cette bande de jeunes. Je bois la première tournée de verre qu'a servi Lia. Je suis bien décidé à gagner ce concours. Quoi que j'aurai peut-être du manger un peu plus avant de venir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Jeu 22 Mar - 21:00

Visiblement, la promesse d'une série de shots de tequila fait vite oublier le semblant de menace qui planait au dessus de nos têtes. Heureusement que nous ne sommes pas au coeur d'un épisode de Pretty Little Liars, sinon A nous dégommerait tous en un rien de temps, on ne peut pas dire que nous soyons particulièrement du genre vigilant. Heather et Emile sont les premières à me rejoindre ce qui, pour être tout à fait honnête, ne me surprend qu'à demi. Après tout, c'est à mes côtés que les deux demoiselles ont découvert les joies et les folies de notre belle université des tréfonds de Cambridge, je n'en attendais pas moins d'elles. Pour un peu, je verserai une larmichette de vieille dame fière de ses petits protégés, mais l'heure n'est pas à m'apitoyer sur mon grand âge. L'heure est à la tequila. L'assemblée, grossie par l'arrivée sonore et pimpante de Kin et de Tim - bien que ce dernier ne soit pas la source du volume sonore - semble plutôt d'humeur à participer à un jeu à boire. Brillante idée, boire pour boire c'est triste et ça fait dépravé. Autant faire ça en rigolant et en découvrant les secrets des autres. Ou pas. Bouclettes débarque alors de nulle part, Bretelles sur les talons. Je lui adresse un large sourire entendu, sentant mon petit coeur de jeune fille en fleur s'émouvoir. Tim lance un regard désemparé à Basile et je lève les yeux au ciel. Ces hommes alors. « C'est pourtant simple nous allons jouer à je n'ai jamais. Et finir au moins une de ces jolies bouteilles que j'ai là. » Je désigne du menton le liquide ambré qui trône sur la table puis coule un regard de Chat Potté vers mon petit sucre d'orge, qui cède finalement à la pression sociale, non sans essayer de se donner un genre de mâle viril et autoritaire. Je masque un sourire en coin, tandis que l'idée saugrenue que Timothy va finir comme mon père - autoritaire en public, émasculé en privé - me traverse l'esprit.

Je sers quelques verres d'avance à tout le monde, entamant bien notre première bouteille et lance « Bien, bien, faites vos jeux rien ne va plus ! » Une fois que j'ai attiré l'attention du petit groupe, je poursuis « Alors, je commence ! Je n'ai jamaaaaais... » Suspense. Réflexion plutôt. Je manque toujours d'idées pour ce genre de choses, ce qui est un comble pour mon cerveau d'hyperactive qui produit environ douze milliards de pensée par secondes « perdu à ce jeu ! » En plus, c'est vrai. Je me sens déjà en forme dis donc.

NOTE: Pour pas faire des posts inutiles et trop courts, je propose que vous éditiez vos messages précédents, à la manière de rps instantanés, pour répondre et relancer avec un nouveau je n'ai jamais. Et ce dans l'ordre dans lequel vous avez posté après moi précédemment (c'est à dire Emile; Heather, Kin, Larry, Basile, Tim )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   Mar 10 Avr - 0:02

Et dire qu'à cet instant, des étudiants lambda s'amusent comme de véritables petits fous dans une salle où je ne compte plus les heures que j'ai passé avec mes collègues du Judging Cambridge Club. Rien que d'y penser, j'ai la tête qui va exploser en mille morceaux et encore c'est une pâle litote pour retranscrire la vérité. « Non mais franchement... pour qui se prend cette bande d'abrutis ? Les rois du monde ? Les révolutionnaires de Cambridge ? » Je suis intérieurement dans une rage folle et extérieurement, je fais mon possible pour ne rien laisser paraître. Il est hors de question de dévoiler que je suis contrariée et que ces idiots ont réussi leur pari si c'était bien celui-ci. Bref mission impossible. Mon amie l'a bien compris et elle me laisse d'ailleurs digérer l'information qui a d'ailleurs bien du mal à passer. J'allais à présent me donner à cœur joie d'être le futur élément perturbateur. « Ils ne savent vraiment pas à qui ils ont affaire et ce n'est que le début de la fête... Ils doivent deviner à quel point j'aime être le bouquet final. » Ma mission ? Être la cerise sur le gâteau de cette fiesta qui se déroule dans un lieu inviolable. Je ne perds pas une seconde et je quitte avec précipitation ma chambre sous le regard curieux de quelques étudiants. Soit ils se demandent ce qu'il y a si de urgent soit ils sont déjà au courant et observe la moindre de mes réactions... Je pense à m'arrêter dans un local pour prendre un objet qui va m'être particulièrement utile pour faire déguerpir la vermine. Je file ensuite aussi vite que mes jambes me le permettent en direction du bureau de l'un des professeurs. Il est encore présent malgré l'heure tardive puisqu'il doit être certainement plongé dans son travail. Ce dernier était évidemment en faveur du Judging Cambridge Club et il m'arrive fréquemment de lui demander quelques faveurs. Je ne fais strictement plus attention aux alentours. Toute ma concentration est focalisée dans la quête que je viens de me fixer. Je toque à la porte du bureau qui ne mit que quelques secondes à s'ouvrir. Je suis accueillie par le sourire poli de ce professeur cambridgien pur souche. « Ah miss Dayris, que me vaut l'honneur de votre visite ? » Pas le temps de se lancer dans une stupide joute verbale à faire rire. Je ne lui accorde aucun signe d'un quelconque contentement et je sors mon air le plus affligé qui fonctionne toujours. C'est l'occasion d'aggraver la situation alors je sors mon grand talent d'actrice. « Je suis véritablement désolée de vous déranger mais je viens d'apprendre quelque chose que je ne peux pas laisser filer. Des étudiants ont eu la bonne idée d'organiser une fête clandestine dans les locaux du JCC. Qui dit fête étudiante sous entend évidemment un saccage. J'ai impérativement besoin de votre appui pour cesser cette mascarade qui pourrait vraiment porter préjudice à l'université si nous n'intervenons pas sans tarder... » Je n'avais presque plus de salive dans ma bouche après ce monologue. Je caresse vraiment ce professeur dans le sens du poil mais ce dernier a parfaitement conscience qu'il ne peut pas refuser ma requête. Je ne suis pas n'importe qui et bien que je ne sois qu'une étudiante, il est hors de question de me compter parmi ses ennemis. Il ne serait alors pas étonnant que son véhicule soit rayée ou son bureau mis sans dessus dessous. « Ah je vois... Vous être vraiment sûre de vos informations ? » Et là une envie soudaine de l'étrangler me démange. Pourquoi perdrais-je mon temps si je n'étais pas sûre ? Bref, je prends tout de même la peine de lui répondre parce que je suis dotée de bonté au plus profond de mon être. « Oui, je suis parfaitement certaine que ce ne sont pas des membres du JCC qui sont en ce moment en train de prendre du bon temps dans une de nos salles. » Il prend tout de même la peine de réfléchir quelques instants avant de sortir de son bureau. A croire qu'il préfère que je le haïsse plutôt que se mettre à dos une ribambelle d'étudiants lambda. « Bien ! Allons régler ce petit incident sans plus tarder alors. » J'ai alors l'impression que cet appui du corps professoral n'allait pas m'être d'une grande aide... Limite s'il ne va pas se cacher sous mes jupons lorsqu'il sera face à la foule qui a investi un lieu réservé habituellement au JCC. Je suis loin de perdre courage et me dirige avec détermination vers les lieux. Quelques mètres avant de pénétrer dans la salle, on entend déjà une musique de mauvais goût, les rires gras et j'en passe. En voyant les flèches peintes le long du couloir menant inexorablement vers la salle, j'ai déjà les nerfs en pelote. Un jeune homme vient alors nous barrer le chemin bien qu'il ne soit pas particulièrement motivé. Soit il s'est déjà enfilé des shots de vodka soit il ne l'a pas reconnue avec la lumière tamisée. Il me dévisage donc de haut en bas d'un air lasse avant de jeter un coup d'oeil au professeur qui se tient derrière moi. « L'inspection sanitaire est finie ? J'ai une soirée qui m'attend. » Le videur cligne alors des yeux. Je compris immédiatement que ses neurones venaient d'entrer en connexion. « Non mais attends, qui a oser cafter pour la soirée ? T'es une membre du JCC, non ? Attends ton prénom va me revenir... Tania ? Tina ? Tara ? » Je lève les yeux au ciel. « Tu as ta réponse. Bon, je te conseille de me laisser passer sinon je vais me faire un plaisir de te faire passer pour le cafteur et je te laisse imaginer ce qui t'attend avec ta bande de fêtards clandestins. » Sans lui laisser le temps de réfléchir, je le pousse légèrement et pénètre dans la salle. Du noir et blanc. Ils avaient quand même eu l'audace - ou la stupidité - de penser à une soirée à thème. Un DJ avait pris ses aises et donnait un semblant d'ambiance à cette fête qui se résume plutôt à une beuverie dans les règles de l'art. Des dizaines de bouteilles vides jonchent déjà le sol sans oublier les verres en plastique qui allaient avec. Je fais complètement tâche avec mon haut rouge, mon jean slim et mes talons hauts. Cependant, les intrus étaient trop occupés à picoler afin de gagner un jeu pour s'en rendre compte ou à danser maladroitement. « Eh bien, on dirait qu'ils s'amusent comme de vrais petits fous... » Je sens presque une veine palpiter tellement je suis agacée. Je tente de ne pas trop attarder mon regard sur les dégâts qu'avaient subi les lieux et les heures de nettoyage que cela susciterait bien que ce ne soit pas moi qui m'en chargerait. Il ne manquerait plus que ça ! Je repère alors un bar improvisé sur une table et je ne perds pas une seconde pour m'y diriger. En cours de route, j'ai même le temps de distinguer des préservatifs non utilisés disposés dans un coin. Répugnant. Il y en a qui ont vraiment de drôles de fantasmes. Copuler sur le territoire ennemi. Je ne pense évidemment pas à mon obsession de trouver mon âme sœur à Oxford - c'est-à-dire l'université rivale de Cambridge - et nulle part ailleurs. Je monte sur la table et renverse quelques verres par terre. Un peu plus ou un peu moins... Je fais comme si de rien n'était. Rien de tel que de prendre de la hauteur afin de faire face à la foule. Je me saisis alors de l'objet que j'avais pris dans un local avant de me rendre dans le bureau du professeur. Ce dernier Rien de tel qu'un porte voix pour faire de l'effet. « La fête est finie les enfants !! » Des oreilles se bouchent et des râlements fusent. Le silence se fait tout à coup. Des dizaines de regards interrogateurs convergent alors vers moi. Je leur lance alors un bref sourire moqueur qui mériterait certainement des dizaines de baffes puis j'applaudis. « J'ai dit que la fête est finie alors vous allez débarrasser le plancher dans les cinq minutes. » Je ne manque pas de repérer quelques têtes qui vont subir un mauvais quart d'heure dans les jours à venir. Qui s'y frotte, s'y pique... Et comptez sur moi pour bien leur faire passer le message. Je lance un regard au professeur stupéfait avant de reprendre la parole. «Monsieur Jones est témoin de ce cirque donc comptez sur le JCC - et accessoirement l'administration - pour botter d'ici peu vos fesses sensibles. » Des soupirs plaintifs résonnent dans toute la salle et les esprits embrumés par l'alcool ne se rendent pas vraiment compte de ce qui se passe. Certains sont totalement passifs tandis que d'autres geignent comme des gamines. « Elle se prend pour qui ? C'est une strip-teaseuse surprise ? Pourquoi la musique s'est arrêtée ? Il est où mon verre? La fête est déjà finie ? » Je suis loin encore de sortir de l'auberge...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SECRET PARTY   

Revenir en haut Aller en bas
 
SECRET PARTY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» SUIVI-HAÏTI:SECRET POLITIQUE-COMPLICITÉ OU SOUMISSION?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: