bitch(es) please Ϟ Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: bitch(es) please Ϟ Rose   Sam 21 Jan - 0:29

Un coup d’œil à ma montre m’annonce officiellement que ma dignité est sauve ; il est plus d’une heure du matin. Ce qui explique que j’ai arrêté de compter les verres qui s’enchainent devant moi, ce qui explique également pourquoi je n’ai plus mal aux pieds dans ces talons indéfiniment hauts, et ce qui explique enfin que je sois dans l’état dans lequel je suis actuellement, particulièrement euphorique et complètement inconsciente de mon propre corps. Les gens chantent, dansent, boivent sans se soucier du reste et c’est exactement ce qu’il me fallait ce soir. My own birthday party, avec quelques jours de retard et sans aucune formalité quelconque. Seule ici, au hasard des rencontres et des évènements qui choisiront de s’enchainer son mon nez vieillissant. J’inspire et avale le shot que le barman vient de déposer devant moi ; en dépit du fait que je ne suis plus une résidante d’Oxford – quoi que ces dernières semaines auraient pu légitimer l’interrogation sur la question – il semble ne pas avoir trop perdu l’habitude de mon compte en banque et s’en donne à cœur joie. Tant mieux, c’est le chômage qui régale. Je ris un peu, fortement ironique, il serait peut être temps de se bouger si je ne veux pas rentrer seule – et de toute évidence, je ne veux pas rentrer seule. Je pianote sur le bar en bois et laisse ma tête errer vers la gauche pour repérer d’éventuelles proies qu’il sera facile de jeter au milieu de la nuit ou au plus tard, demain matin. Avant les croissants. J’inspire, vois flou, ce qui ne facilite pas tellement la chose. Tant pis, essayons à droite. Nouvelle inspiration d’encouragement, je tourne lentement la tête en me mordant un peu la lèvre et… Non. Pas une proie. Mais peut être au moins l’amusement partiel de mon côté éternellement jeune. « Foster. » Ma voix est fortement ironique, ou en tout cas me semble l’être. Evidemment, le Carling est le territoire des groupies de Tristan, il est difficile de l’oublier. Je souris un peu, on m’apporte un verre supplémentaire. Oh, joie. « Quelle surprise. » Elle hausse un sourcil et ne retient pas une grimace blasée que je me fais un plaisir de lui rendre. « Pas vraiment non, c'est plutôt courant de me voir ici. Toi en revanche, je croyais que tu avais enfin mis les voiles, alors en ce sens oui effectivement, c'est une surprise. » Je souris un peu en vidant le contenu de mon verre. « Ne sois pas rabat-joie, j’habitais ici avant que tu ne naisses je te signale. J’ai encore le droit de visite. » J’esquisse un sourire amusé en secouant la tête.

« Ca va de soit, en toute logique. On dirait d'ailleurs que ton grand âge affecte ta tenue de l'alcool et ta répartie. Mais si tu ne fais que visiter... » Je ricane légèrement, perds souvent de nombreuses années quand je me retrouve en présence de ces filles là, pourtant. J’hausse une épaule. « Ma tenue de l’alcool va très bien, merci pour elle. Quand à ma répartie, elle subira l’affront en se contentant de constater avec délectation à quel point ma seule présence peut te mettre de mauvais poil. » Je commande un nouveau verre et souris. « Mais effectivement, ne te sens pas menacée, je ne compte pas m’éterniser. » Elle vide son verre, et dans un étrange quoi que relatif concours de circonstances, nous nous retrouvons toutes les deux avec des verres pleins sous le nez. J’inspire, il commence à faire un peu chaud. « Il paraît que je n'ai pas bon caractère de toute façon, mais oui congrats BVHB, tu m'insupportes. Et puis comme la réciproque est plus ou moins juste, tu me vois ravie de ne pas avoir à faire la conversation plus longtemps. » Je souris, presque victorieuse mais quand même pas assez infantile pour ça. « Je t’en prie Foster ne me fais pas ce plaisir. Que tu m’insupportes serait encore un trop grand mot pour décrire ce que je ressens à ton égard. Epargne toi du blabla inutile. » J’hausse une épaule. Foster, Stowe, même combat, même si Carolyn a trouvé grâce à mes yeux dans un moment de détresse intense, les ressentis qui m’animent à son égard sont loin d’être oubliés, bien que l’histoire abordée soit tout à fait hors de propos. Ces filles là feraient n’importe quoi pour la popularité, ne connaissent pas grand-chose à la vie et sont pourtant tellement persuadées d’avoir tout vécu. Le pathétique de la situation est presque grisant. « Soit, soit, à l'indifférence donc, le plus beau des mépris. » Elle lève son verre et j'imite son geste, lui assénant un clin d'oeil fortement mesquin. « Qui eut crû qu'un jour nous trinquerions ensemble. » J'inspire, vide mon verre de nouveau. L'alcool remplacera bientôt le sang dans mon organisme, c'est un pari qu'il ne faudrait pas être fou pour tenir. « Quoi qu'on trinquera bientôt à un certain mariage, il me semble. » Haussement d'épaule, ma tête dérive de nouveau sur ma gauche qui connait soudainement un regain d'intérêt tout à fait surprenant. « Oui, merci à toi d'ailleurs, sans qui ce projet n'aurait certainement jamais vu le jour. » Oh, non. Je secoue la tête et ne peux retenir un ricanement amusé. « Oh, c’est donc ça. » Evidemment. « Ne prends pas tout personnellement, Rose, ça n’est pas franchement à propos de toi. » Je secoue la tête, continue à pianoter sur le bois du bar d’un air distrait. « Ca n’était pas une attaque, je constatais juste l’ironie du sort. Et je ne crois pas que qui que ce soit puisse se targuer d’avoir aidé le projet à voir le jour, je crois qu’ils se sont très bien débrouillés tous seuls. » Je lui adresse un clin d’œil et secoue la tête de nouveau ; décidément, il faut donc que tout soit toujours ramené à leur petite personne. C’en est presque drôle. « Je n'ai jamais dit le contraire et je ne prétends pas être leur marraine bonne fée non plus. Mais je n'ai franchement pas envie de t'expliquer mon point de vue et encore moins d'entendre le tien. Donc, soyons de jeunes personnes civilisées et tâchons de boire en silence, okay? » Je l'écoute déblatérer en me demandant simplement pourquoi elle ne va pas commander ses verres trois mètres plus loin, mais retiens tout commentaire affligeant qui pourrait malencontreusement m'échapper. J'arque un sourcils curieux, parlez de sociabilité. Boire en silence, évidemment, c'est de mon ressort. « Faisons ça, oui, Foster. » J'appelle le serveur d'un geste de la main et lui offre un sourire en coin, passablement amusée. « Deux autre, c'est ma tournée. » Allez, souris ma fille, je parie que malgré mon grand âge, ma tenue de l'alcool peut se révéler très impressionnante. « Quelle grandeur d'âme Blair. » Je ris un peu, ironique, et avale mon verre aussi vite qu'elle avale le sien. C'est étrange et amusant à la fois de savoir que finalement, si ma vie avait pris un tournant différent, je lui ressemblerai sans doute. C'est peut être même déjà le cas, en dehors de ces obsessions superficielles qu'elle entretient avec force et entêtement. Je secoue la tête. « C'est un compliment qui revient souvent, me concernant. » Ironie, ironie, j'admets volontiers ne rien avoir de charmant à offrir et ne pas être une amie exemplaire ; je suis d'ailleurs rarement l'amie des gens. Ceci dit, certaines valeurs me tiennent à coeur, dirons-nous. Les mariages en mauve n'en font, malheureusement, pas partie. « Tiens donc, j'aurais parié sur ton immense modestie et ta simplicité. » L'ironie transparait mais lui décroche quand même un rire léger. « C'est ce qui transparait en premier chez moi. Surtout la simplicité. » Nous n'avons même plus besoin de commander, les verres sont automatiquement réapprovisionnés à un rythme effréné. Good job. « Quand à la modestie, c'est la qualité des hypocrites. Quand tu sais ce que tu vaux, ça ne sert à rien de t'en cacher. » J'hausse une épaule, ça en revanche, je le pense. Je sais exactement dans quels domaines j'excelle et bien loin de moi l'idée de me priver de le dire sous prétexte qu'il ne faut pas froisser les gens. On fait avec ce qu'on a. « Très juste, très juste. » Aouch, est-ce que par hasard Rose Foster approuverait la théorie ? J'hausse un sourcil curieux tandis qu'elle paye la tournée suivante. « Et qu'est-ce qui vaut le plus chez toi à ton avis? » J'attends que le serveur apporte nos verres et lève le mien en guise de remerciement. « Ma franchise. Et ma loyauté. Je ne suis pas franchement du genre à ne pas dire ce que je pense et je ferai n'importe quoi pour les gens auxquels je tiens. » J'avale mon verre avec un peu plus de prudence, il ne s'agirait quand même pas de mourir ce soir. « Et toi alors, qui semble valider la théorie ? » A curiosité, curiosité égale, je termine mon verre pour ne pas trop penser. « Mon intelligence, ou plus exactement ma ruse je dirais. Et mon indépendance aussi. Enfin, tout ce qui tourne autour de moi et de mon esprit, je ne fais pas grand chose pour abattre les préjugés sur mon espèce. » Voilà qui a le mérite d'être honnête. J'acquiesce cependant, assez adepte du principe blondie but clever, en réalité. « Je crois qu'on peut dignement trinquer à notre modestie, alors. » Ma phrase me semble à moi même très incohérente compte tenu des gentillesses aimables que l'on se balançait dans la tronche il y a à peine 10 minutes, mais l'alcool m'aide à ne pas trop m'en formaliser. « Je propose à notre arrogance. Après tout, nous venons de démontrer qu'il fallait en être fière, ou tout du moins l'assumer. » J'acquiesce, lui concède celle-ci. « Je suppose que c'est elle qui fait qu'on ira loin, aussi. » Décidément, on lui doit tout. J'avale une nouvelle gorgée d'alcool en me demandant malgré moi d'où vient ce besoin viscéral de boire une telle quantité
de conneries, mais je secoue la tête. Elle s'occupe de son portable tandis que mes yeux effleurent la salle à la recherche d'une compagnie intéressante pour la nuit. « Et bien, au plaisir Blair. » Je me tourne vers elle une derrière fois, lui lève mon verre en guise d'au revoir.


Dernière édition par Blair V. Hastings-Bass le Sam 21 Jan - 1:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: bitch(es) please Ϟ Rose   Sam 21 Jan - 0:50

«Tu m'offres le dernier verre de ton service mon chou? » J'offre un sourire étincelant à Denys, qui me le rend bien et obtempère assez facilement. Ne suis-je pas irrésistible? Ou alors c'est juste que vu l'argent que je laisse sur ce comptoir, on me doit bien quelques verres gratuits. Pas que le Carling doive fournir beaucoup d'efforts pour fidéliser la clientèle, il n'y a pas énormément d'endroits où aller quand on est un jeune étudiant friqué dans le coin. Et qu'on a pas envie d'aller dans des bars chics pour trentenaires ni dans des clubs de pimbêches en talons de 12. Je jette un oeil à mes propres escarpins qui ne sont pas exactement des kitten heals. Oui bon, quand on mesure à peine un mètre soixante c'est une nécessité. Un mojito surgit alors devant moi et Denys s'envole en un clin d'oeil -littéralement d'ailleurs, il esquisse un clin d'oeil avant de filer- « Merciiii ! » dis-je dans un cri, noyé par le brouhaha ambiant. Un type gras et dégoulinant manque de s'écrouler à mes pieds et je me déplace donc de quelques sièges, avant de recevoir des résidus mal venus sur mon slim. Une voix teintée de dédain m'interpelle alors « Foster. » Je me retourne et ne retiens pas une grimace blasée. Evidemment. J'étais pourtant en train de passer une bonne soirée, Gemma est partie il y a quelques minutes, j'ai réussi à supporter Lucy une heure entière, franchement, j'avais fais des efforts. Sociable, souriante, j'avais mis du fard à paupières, tout bien. Et puis, Blair. « Quelle surprise. » Je hausse un sourcil et rétorque aussi sec, pas d'humeur à poursuivre dans la civilité maintenant que personne n'était là pour me contenir. « Pas vraiment non, c'est plutôt courant de me voir ici. Toi en revanche, je croyais que tu avais enfin mis les voiles, alors en ce sens oui effectivement, c'est une surprise. » Et pas une bonne.

« Ne sois pas rabat-joie, j’habitais ici avant que tu ne naisses je te signale. J’ai encore le droit de visite. » rétorque le grand sage. Je ne manque pas de rire ironiquement face à la stupidité de ces propos. Evidemment qu'elle vivait là avant que je naisse, étant donné que nous sommes toutes deux natives d'Oxford et qu'elle est plus âgée que moi. « Ca va de soit, en toute logique. On dirait d'ailleurs que ton grand âge affecte ta tenue de l'alcool et ta répartie. Mais si tu ne fais que visiter... » Je lui laisse le soin de concocter la fin qu'elle voudra à cette phrase, vide mon verre et demande un shot de tequila. Quelque chose me dit qu'il ne sera pas de trop. « Ma tenue de l’alcool va très bien, merci pour elle. Quand à ma répartie, elle subira l’affront en se contentant de constater avec délectation à quel point ma seule présence peut te mettre de mauvais poil. Mais effectivement, ne te sens pas menacée, je ne compte pas m’éterniser. » Je vide mon verre, demande la même chose. Car il faut dire qu'elle n'a pas tort sur ce point. Blair Hastings Bass possède le don de m'énerver par sa seule présence. « Il paraît que je n'ai pas bon caractère de toute façon, mais oui congrats BVHB, tu m'insupportes. Et puis comme la réciproque est plus ou moins juste, tu me vois ravie de ne pas avoir à faire la conversation plus longtemps. »

« Je t’en prie Foster ne me fais pas ce plaisir. Que tu m’insupportes serait encore un trop grand mot pour décrire ce que je ressens à ton égard. Epargne toi du blabla inutile. » Plaisir de quoi? De dire la vérité? Je n'ai pas à faire semblant d'être quelqu'un que je ne suis pas pour m'accrocher désespérément à ma vie passée, je pense pouvoir vivre avec le fait assumé de ne pas encadrer cette pimbêche. Je lève mon verre et lui adresse un sourire cynique « Soit, soit, à l'indifférence donc, le plus beau des mépris. » J'avale mon shoot et pivote sur mon tabouret, scannant le reste de la salle. Car je ne compte pas m'éterniser en la compagnie de miss Hastings-Bass, bien que je n'ai nullement l'intention de m'en aller la première. « Qui eut crû qu'un jour nous trinquerions ensemble. » dit-elle en vidant son verre avec un clin d'oeil ridicule. Oui, en effet... « Quoi qu'on trinquera bientôt à un certain mariage, il me semble. » Dois-je prendre ça pour une provocation? Elle me cherche non? Je ne suis pas du genre à provoquer le conflit -si on attaque en premier, on ne peut pas crier à la légitime défense- mais je peux peut-être faire une exception à la règle. Je serre les dents, tourne les yeux vers les bouteilles alignées au fond du bar et rétorque « Oui, merci à toi d'ailleurs, sans qui ce projet n'aurait certainement jamais vu le jour. »

« Oh, c’est donc ça. » Non, c'est juste une excuse en or pour ne pas te saquer en toute liberté. « Ne prends pas tout personnellement, Rose, ça n’est pas franchement à propos de toi. » J'émets un ricanement à peine contenu face à l'ironie du propos. Blair Hastings-Bass, comme chacun sait, a le coeur sur la main et aucune fierté mal placée. « Ca n’était pas une attaque, je constatais juste l’ironie du sort. Et je ne crois pas que qui que ce soit puisse se targuer d’avoir aidé le projet à voir le jour, je crois qu’ils se sont très bien débrouillés tous seuls. » Encore une fois, ce n'est pas tellement le propos. Le son de sa voix m'irrite profondément et une part de moi a une légère envie de lui coller une paire de baffes, histoire qu'elle se taise. Mais c'est peut-être mon taux d'alcoolémie qui parle. « Je n'ai jamais dit le contraire et je ne prétends pas être leur marraine bonne fée non plus. Mais je n'ai franchement pas envie de t'expliquer mon point de vue et encore moins d'entendre le tien. Donc, soyons de jeunes personnes civilisées et tâchons de boire en silence, okay? » Sinon, je ne donne pas cher de ma patience... « Faisons ça, oui, Foster. » Je n'aime pas sa façon de m'appeler Foster. C'est généralement ce que font mes amis et ça ne lui va pas du tout. « Deux autres, c'est ma tournée. » Je la regarde avec une once d'étonnement, mais après tout pourquoi pas. Je ne refuse jamais un verre, règle de base. Je prends celui qu'elle m'offre gracieusement et le vide aussi sec. « Quelle grandeur d'âme Blair. » « C'est un compliment qui revient souvent, me concernant. » Je ris doucement, plus pour contribuer à l'ironie de la situation que pour me montrer gratuitement moqueuse. « Tiens donc, j'aurais parié sur ton immense modestie et ta simplicité. » Car elle n'est absolument pas overdressed pour une virée au bar, n'est-ce pas?

« C'est ce qui transparait en premier chez moi. Surtout la simplicité. » Oui, on la remarque tout de suite derrière la couche de maquillage, la robe trop court et les talons trop hauts, bien sûr. Je ne dis rien toutefois et me contente d'apprécier le fait de ne plus avoir envie d'éclater sa tête blonde sur le bar. « Quand à la modestie, c'est la qualité des hypocrites. Quand tu sais ce que tu vaux, ça ne sert à rien de t'en cacher. » J'hausse un sourcil étonné, non pas de la remarque mais de mon entière approbation. Nullement modeste ou hypocrite, je paie donc notre deuxième tournée commune. « Très juste, très juste. » Je ne trouve pas grand chose à ajouter, passablement surprise de me reconnaître dans un des traits de caractère de Blair Hastings-Bass et essayant d'assimiler cette idée. Je lui lance alors un regard et sourit. « Et qu'est-ce qui vaut le plus chez toi à ton avis? » Ma question n'a pas d'intentions agressives, toutefois elle peut être mal interprétée. Bah tant pis. « Ma franchise. Et ma loyauté. Je ne suis pas franchement du genre à ne pas dire ce que je pense et je ferai n'importe quoi pour les gens auxquels je tiens. » Je hoche doucement la tête, il semblerait que nous avons décidément plus en commun qu'une opiniâtreté bornée. « Et toi alors, qui semble valider la théorie ? » Je lève la tête et réfléchit un instant. Non pas que je doute de moi, au contraire. Mais puisque nous délions nos langues, autant être franches jusqu'au bout. « Mon intelligence, ou plus exactement ma ruse je dirais. Et mon indépendance aussi. Enfin, tout ce qui tourne autour de moi et de mon esprit, je ne fais pas grand chose pour abattre les préjugés sur mon espèce. » « Je crois qu'on peut dignement trinquer à notre modestie, alors. » Je fronce les sourcils et rétorque avec un sourire en coin. « Je propose à notre arrogance. Après tout, nous venons de démontrer qu'il fallait en être fière, ou tout du moins l'assumer. » Nos propos perdent en cohérence, mais au moins, nous ne jouons pas les lycéennes mal lunées qui se chamaillent pour être couronnée reine du bal de promo. « Je suppose que c'est elle qui fait qu'on ira loin, aussi. » Sans doute oui. Même si quelque esprit chagrin pourrait dire que c'est ce qui fait que nous resterons seules. Mais quelque chose me dit que nous sommes plutôt aptes à la solitude. Je vide mon dernier verre. Je sors mon téléphone, envoie un rapide message. Le Blackberry vibre, je souris puis me lève et adresse un sourire en coin, presque sincère à mon interlocutrice. « Et bien, au plaisir Blair. » Je quitte le bar sans rien ajouter, songeant à cette étrange discussion avant de sauter dans un taxi et de filer à travers la ville.

Revenir en haut Aller en bas
 
bitch(es) please Ϟ Rose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: