No safety or surprise, the end - Jude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: No safety or surprise, the end - Jude   Dim 15 Jan - 14:59

Après une matinée de cours j’étais heureux de pouvoir enfin profiter d’une pause café-clope et de prendre un peu l’air. Un arrêt rapide à la photocopieuse pour préparer les documents dont j’avais besoin pour le reste de la journée et je traversais l’établissement, mon café à la main jusqu’à sortir totalement du bâtiment. Il ne faisait pas encore trop froid pour un début d’hiver et je comptais bien profiter au maximum de cette douceur hivernale. Un grand nombre d’étudiant avait apparemment eu la même idée que moi puisque je n’étais absolument pas le seul à avoir décidé de sortir. J’aimais bien m’aérer un peu entre les cours, ça me permettait de me ressourcer un moment avant de repartir m’enfermer dans une salle de classe. Au fond j’avais gardé un tempérament d’étudiant, du genre à ne pas pouvoir rester concentré trop longtemps et à jeter des coups d’œil furtifs à ma montre en espérant que l’heure de la sonnerie approche. Je m’allumais une cigarette et salua Castiel qui lui se dirigeait vers l’intérieur du bâtiment. Après un échange plutôt formel il me rappela que nos deux femmes avaient organisé un diner dans le courant de la semaine. Détail qui m’était complètement sorti de la tête. « C’est vrai. Je les laisse organiser ça et je suivrai le mouvement en temps voulu ! » Je savais que Castiel faisait la même chose de son côté, Alice et Garance était très amie et elles prévoyaient souvent des diners, déjeuners ou brunch tous ensemble. Je m’inquiétais un peu de l’état de santé d’Alice. Aux dernières nouvelles elle n’était absolument pas au courant que son mari lui préférait une jeune étudiante. Quand j’avais appris ce qui se passait j’avais choisi de garder cette information pour moi. J’étais aussi bien l’ami de Castiel que celui d’Alice mais je ne savais pas comment cette dernière réagirait à l’annonce de cette nouvelle. Parce qu’il y a tromper et tromper. Je trompais Garance avec une étudiante, mais sans aucun sentiment derrière, juste par pure folie, sûrement signe que la crise de la quarantaine approchait, ou alors que j’étais véritablement un salaud de première. Castiel lui prévoyait de quitter sa femme pour filer le parfait amour avec une de ses étudiantes. Ça me faisait relativiser, il y avait plus connard que moi sur Terre. Mais cette situation me mettait tout de même mal à l’aise. Je n’avais rien dit à Garance, rien à Alice non plus et je me demandais combien de temps il faudrait pour que cette histoire me retombe dessus à un moment ou à un autre. Castiel rentra et me laissa seul finir ma cigarette et mon café.

De loin, je vis Jude se diriger lui aussi vers moi. C'était la dernière personne que j'avais envie de voir en ce moment. La dernière personne que j'avais envie de vor tout court. Il n'était pas professeur à Oxford depuis très longtemps et entre son arrivée et maintenant, notre relation avait pas mal évoluée. Dans le mauvais sens bien entendu. Au premier abord il semblait être tout à fait sympathique et nous passions beaucoup d'intercours à discuter de tout et de rien en buvant notre café. J'aimais bien sa façon de penser, il était ouvert et au fur et à mesure il nous est même arrivé d'aller boire un coup ensemble après les cours. C'est autour d'une bière que nous avons commencé à parler un peu plus de nous. J'ai appris qu'il avait été viré de l'université de Cambridge où il enseignait avant d'arriver à Oxford. La raison m'a étonné car je n'avais jamais pensé que Jude puisse avoir un caractère à fricoter avec les étudiantes. Je n'ai fait aucun commentaire en l'apprenant, sur le coup ça m'a fait plutôt rire, lui, Castiel et moi étions définitivement la honte de l'éducation nationale. Ça il ne le savait pas, je n'ai évidemment pas précisé que j'avais fait la même chose avec Lucy. Mais au bout d'un moment je n'ai pu que remarquer qu'il se passait quelque chose de pas très nette entre lui et une jeune fille du nom d'Annabella. Et pour le coup je trouvais ça trop. Une fois ça passe, deux fois ça lasse… Et soyons clairs, je paniquais un peu pour moi-même aussi. Il avait été si facile de remarquer ce qui se passait entre Castiel, Jude et leurs étudiantes que je me demandais qui pouvait bien être au courant pour moi. J’ai subitement arrêté de passer du temps avec Jude. Toutes ces histoires m’énervaient et je préférais faire profil bas. Mais pour le coup, je ne pouvais pas l’éviter, il allait passer juste à côté de moi. Je savais très bien qu’il avait remarqué mon changement de comportement et quelque chose me disait qu’il était grand temps d’en parler. Quand il arriva à mon niveau je le salua poliment tout en espérant qu’il continue son chemin. « Salut Jude, tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: No safety or surprise, the end - Jude   Mar 24 Jan - 22:18


Le soleil envahissait ma chambre , la lumière filtrant à travers mes volets, la chaleur se faisant lentement ressentir sur mon torse découvert. Il était 7h et j'étais déjà en retard. Pour autant, je ne bougeais pas. 7h01, le reveil se mit à sonner, me permettant d'écouter la musique qui passait sur l'onde. Je savais d'avance que cette journée allait être longue, je n'avais pas réussi à dormir de la nuit, ressassant certaines choses en continue. Je me décida enfin à me lever, et à m'activer un peu car si ça continue comme ça je perdrais vite mon taf, et non pas pour les raisons que je redoutais. J'avais encore la tête embrumée dans mes pensées et ce fut une dure bataille d'atteindre ma cuisine. Je me crispais à chaque pas tellement le carrelage était froid. Je remarqua ensuite que la cafetière était vide. Et s'il y avait bien une chose que je détestais le matin, c'était bien ça. Devoir perdre du temps à faire couler du café alors que tout pourrait être plus simple. Le temps que le café coule je m'installa dans ma terrasse, torse nu comme souvent, une cigarette que j'alluma, sans même rien dans le ventre. Je me fichais bien de l'importance de ne pas fumer le matin à jeun, tant qu'on ne me l'aurais pas prouvé par A+B je continuerais de fumer ainsi. Un visage vint alors à mon esprit, sans même que j'y pense réellement : Annabella. Qu'est-ce ce que j'étais en train de faire ? Je savais que je répétais le même schéma que l'an passé, mais je ne pouvais pourtant pas céder à cette tentation trop forte. J'avais perdu ma première femme, mon premier travail à cause de ce non déontologique agissement, mais je pense qu'encore une fois, cette prise de risque constante faisait parti de moi. Je devrais peut-être consulter un psy, parce que là je ne contrôle plus rien. Bien sûr qu'il y a des jours où je l'esquive, où je lui dis qu'il est hors de question d'aller la rejoindre chez elle, que c'est mal, et ci, et ça. Mais pour la plus grande majorité du temps, je suis un homme faible. Et je n'arrive même pas à me culpabiliser, alors que normalement je devrais l'être sans même me forcer. Encore une fois, je le répète, je dois avoir un souci psychologique.

Mon café enfin dégusté, j'avais filé à la douche, me préparant à une journée de travail, une journée à apprendre à des jeunes les enjeux du droit civil, les sources du droits privé, et tant d'autres choses me ramenant toujours à une certaine légalité que je n'appliquais pourtant pas moi même. C'était quand même la plus grosse blague du monde.. Je traversais la ville à bord de ma vieille Impala, mon deuxième café Macchiatto Starbuck à la main, ma clope à la bouche, j'allais frôler l'accident. Arrivant sans grand souci sur ma place privée de parking, je sortis pour rapidement entrer dans la faculté, où j'allais devoir vite commencer mon cours , en retard de cinq minutes déjà. J'allais me prendre un tir par le doyen, mais bon, j'faisais pas exprès non plus... La matinée passa lentement, mais mes gosses étaient vraiment receptibles et réactives, je prenais plaisir à leur apprendre ce que je savais, partageant parfois même pleins d'anecdotes que j'ai pu rencontrer... Dix heures sonna et j'avais fini ma matinée, du moins mon temps d'enseignement pur était finis, celui des notations allait tout juste commencer. Je sortis directement du batiment de droit pour rejoindre l'endroit du campus où les professeurs se rejoignaient pour fumer et discuter. Ce fut Mark que je remarqua de loin, qui semblait m'avoir vu lui aussi. Mark était un type que j'appréciait beaucoup, mais il me faisait rire. Depuis que je m'étais confié à lui, chose que je ne fais que très rarement - et que j'éviterais de refaire dorénavant - il était distant, mais du genre trop distant. J'avais avoué m'être fait viré de Cambridge pour cause de relation intime avec une élève, chose complètement interdit dans notre profession, je lui avait même parlé de mon divorce causé par tout ceci, le fait que mon ex femme m'avait grillé et donc dénoncé... Depuis il me montrait une sorte de desintérêt, ou plutôt une sorte de crainte. Et je savais bien pourquoi.. Je le soupçonnais déjà avant de fricoter lui aussi avec une demoiselle étudiant ici. Et lorsqu'il s'est éloigné, ne répondant plus à mes invitations cafés clopes, j'ai compris que c'était bien vrai, que mes doutes étaient bien légitimes. Lucy et lui avait sûrement bien plus de choses à se dire après les cours qu'il ne le prétenderais. Et en plus il était marié... Donc finalement, je me sentais moins seul. Mais, je ne comptais pas forcément lui parler de ma découverte, non, j'allais voir comment il réagissait avec moi avant de tout lâcher. « Salut Jude, tu vas bien ? » me dit-il tout sourire, que je lui rendis par ailleurs une fois ma cigarette sortie. « Salut Mark. La nuit a été rude, et ce n'est pas à cause d'une femme pourtant ... J'te raconte même pas la matinée, heureusement qu'ils ont bien participé et que j'ai pas eu t=à me répéter 500 fois ... Et toi ? J'te croise plus dis donc ! Tu as posé des jours ? » lui demandais-je vraiment normalement, il avait très bien pu en poser..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: No safety or surprise, the end - Jude   Mar 31 Jan - 19:35

Au fond je l’aimais bien. Disons simplement que trop le fréquenter me faisait plus culpabiliser qu’autre chose. D’un point de vue intellectuel il n’y avait rien à dire, Jude était un gars plus que brillant avec qui j’avais pris plaisir à parler. C’est le plan humain que j’étais partagé ? On se ressemblait pas mal lui et moi, c’est d’ailleurs sûrement pour ça que nous avons commencé par très bien nous entendre. Il était plus jeune que moi mais cela n’empêchait pas que nos philosophies de vie se ressemblent sur certains points. Le côté éternel adolescent qui se refuse de vieillir sans doute. Malgré mes 35 ans, mon mariage et mon boulot, j’avais gardé certains plaisirs de jeunes dont je n’arriverai sûrement jamais à me détacher. Je savais pertinemment que Jude était le genre de personne avec qui je serais capable de faire un nombre de connerie absolument monstrueuse avec un verre de trop dans le nez. Et en fin de compte nous n’étions pas si différents, après tout il avait vécu un mariage. Certes apparemment pas dans les mêmes conditions que le mien mais il était plus apte à me comprendre qu'Edwin qui lui se moquait régulièrement de moi et de la stabilité de mon couple depuis maintenant 15 ans. Mais c'était justement mon mariagetqui m'avais quelque peu structuré, Garance n'était pas du genre à aimer se bourrer la gueule dans n'importe quel bar des environs d'Oxford et c'est cela qui m'a fait me calmer un peu sur les soirées arrosées. En 15 ans de vie commune avec elle je n'avais commis qu'un seul écart : Lucy. Et inutile de préciser que je n'en étais pas fier. C'était peut-être là la grande différence entre Jude et moi. Lui n'étais pas quelqu'un de fidèle, je ne l'en blâme pas, c'est un trait de caractère comme un autre mais il était hors de question que l'on pense la même chose de moi. Il avait déjà trompé sa femme avec une étudiante et maintenant qu'il n'était plus marié il remettait ça. Sa seule faute était donc de fricoter avec cette étudiante. Mais moi, en plus de faire ce qu'il faisait, c'est-à-dire me taper une étudiante, je continuais à être marié et à en être plus qu'heureux. Même si Lucy et moi était maintenant plus qu'une histoire d'un soir, ce n'étais pas une relation sérieuse. J'aimais Garance, plus que tout et Lucy était plus une façon de me changer les idées qu'autre chose. Une façon de me sortir de cette routine conjugale de 15 ans, une belle connerie en fait. Et quelque chose me disait que nous n'avions pas été aussi discrets que ce que nous pensions.

« Salut Mark. La nuit a été rude, et ce n'est pas à cause d'une femme pourtant ... J'te raconte même pas la matinée, heureusement qu'ils ont bien participé et que j'ai pas eu à me répéter 500 fois ... Et toi ? J'te croise plus dis donc ! Tu as posé des jours ? » dit-il en sortant une cigarette de son paquet. Je décidais de m’en allumer une deuxième histoire de rester avec lui le temps de la fumer. Il était loin d’être idiot et vu sa question il semblait avoir compris que je prenais mes distances depuis un petit moment. « Non même pas, j’en rêve depuis un moment. Je suis crevé, j’ai un boulot monstrueux mais je vais gentiment attendre les vacances ! » J’essayais de paraitre le plus aimable du monde mais mes qualités d’acteurs étaient loin d’être reconnut. Je ne lui avais jamais dit que je savais pour Annabella. Je ne les avais jamais vraiment vus faire quoi que ce soit qui pourrait leur être reproché mais je savais qu’il se passait quelque chose de pas très net entre eux. Et je n’allais certainement pas aller enquêter pour vérifier que j’avais bien raison ; cela ne me regardait absolument pas, ce que je soupçonnais me suffisait largement. Je n’avais pas non plus prévu de partager l’information avec qui que ce soit, je garderai ça pour moi, pour le bien de tout le monde. Détruire Jude n’était pas du tout mon but mais il était hors de question de l’aider et d’être dans la confidence. Je tirais sur ma clope en silence. Nous n’avions pas grand-chose à nous dire. « J’ai pas tellement eu de temps pour moi ces temps derniers temps. Metro, boulot, dodo tout ça tout ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: No safety or surprise, the end - Jude   Jeu 19 Avr - 21:05

Une journée quelque peu normal à Oxford... Les minutes filaient à une telle vitesse dans cette université, dans cette ville, que j'aurais 60 ans avant même d'avoir cligné des yeux. Le temps passait vite, mais mes remises en question beaucoup moins. J'avais traversé le grand parc du campus afin de rejoindre un collègue de travail qui semblait vouloir me mettre à distance depuis quelques temps. Et alors ? Allais-je pour autant lui accorder l'ignorance ? Non. Tant que rien n'était clair, tant qu'il ne m'avait pas annoncé lui même que mon comportement le dégoûtait, et qu'il aimait se voiler la face, je continuerais à agir comme si de rien n'était. J'ai une tendance assez machiavélique en moi, mais je dois avouer également que c'est un type avec qui j'apprécie parler. Une fois ma cigarette allumée, et mon taux de nicotine sanguin tolérable, je m'autorisa à lui sourire, et à lui répondre. Il me demandait si j'allais bien... Question bateau à laquelle j'avais répondu sincèrement... Occultant certains détails... Certaines vérités. Parfois, il vaut mieux rester sobre et évasif, sans pour autant mentir. Puis, oubliez de parler de certaines choses, c'est pas bien grave, et c'est parfois très pratique.

« Non même pas, j’en rêve depuis un moment. Je suis crevé, j’ai un boulot monstrueux mais je vais gentiment attendre les vacances ! », me répondit-il avec un regard lointain. Je continuais de tirer sur ma clope, en pensant et repensant à certaines choses. Ce boulot qu'il décrivait comme fatiguant, je risquais de le perdre si je continuais à jouer à ce petit jeu. Coucher avec une élève avait comme un gout d'inceste dans notre monde bien fermé de l'enseignement. Je savais que je devrait être mal vu, condamné au bûcher, etc ... Mais pour le moment, personne mis à part Mark ne se doutait de ma petite relation. Allait-il le dire ? L'avouer au doyen ? Ou alors me ferait-il la morale ? Alors que lui même n'est pas enfant de coeur sur ce domaine ? Je ne savais pas trop. La seule chose que je savais, c'était que je ne pouvais pas cesser de voir Bella. C'était ainsi... Je ne contrôlais pas ni mes pulsions, ni mes semblants de presque sentiment à son égard. Me sortant de mes pensées, Mark continuait d'argumentait son manque de temps pour lui « J’ai pas tellement eu de temps pour moi ces temps derniers temps. Metro, boulot, dodo tout ça tout ça ! » Ah la routine... Ennemi de l'humain, ami de la dépression. Certains l'apprécient, certes, mais avouons que c'est le début de la fin. « Ow, je vois bien oui...J'ai un petit remède pour toi. Une bière un soir sur trois dans un bar pas trop loin de chez toi. Et si t'es vraiment fatigué, tu en prend une autre... Sa marche pour moi. Sa me vaut quelques retards, certes, mais il faut bien prendre des risques dans la vie, n'est-ce pas ? » Question à double sens, alors même que je ne me doutais pas de mon allusion. C'était devenue naturel pour moi, de me chercher des excuses en continue, me permettant ainsi de mieux déculpabiliser. Car cette bière, en principe, je la partageais avec Bella... Je portais une nouvelle fois la cigarette à ma bouche, tirant dessus énergiquement, à croire que ma vie en dépendait...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: No safety or surprise, the end - Jude   

Revenir en haut Aller en bas
 
No safety or surprise, the end - Jude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: