Home Sweet Home - Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Home Sweet Home - Rose   Mer 11 Jan - 12:19

Rose était rentrée hier soir, tard et j'attendais maintenant patiemment qu'elle daigne se réveiller pour pouvoir entendre les périples de son séjour à New York. Cela faisait maintenant deux mois que j'habitais chez elle et notre colocation temporaire marchait à merveille. Elle avait eu la gentillesse d'accepter de m'héberger sans me poser trop de questions suite à mon départ de Londres ce que j'avais apprécié, je n'étais toujours pas sûre de pouvoir expliquer les raisons qui m'ont poussée à partir. Les premières semaines, ma mère m'avait appelé régulièrement mais, refusant de lui parler pour le moment, j'avais filtré tous ses appels. Elle s'était donc rabattue sur les textos et les mails je n'accusais absolument pas la réception de ces messages qui avaient le don de me faire culpabiliser. Mais partir était une décision que je ne regrettais absolument pas et les deux derniers furent tellement calmes et sein que je rendis compte que je n'avais pas l'habitude de vivre une vie aussi sereine. J'adorais Oxford et grâce à Rose je m'étais vite trouvée une place dans la foule estudiantine de cette grande université. J'avais en même temps pu me rapprocher de Lucy, ma demi-soeur que je ne voyais pas très souvent et mon père avait l'air de penser que vivre près d'elle me permettrai de la surveiller. Je dois reconnaître que Lucy avait bien changé et je comprenais parfaitement les inquiétudes de mon père mais je n'étais pas venu ici pour jouer aux baby-sitters. Dénys m'a même aidé à trouver un petit boulot au Carling et je commençais à mettre un peu d'argent de côté. Rose m'avait beaucoup aidé, mais il était grand temps que je me débrouille toute seule et en faisant quelques heures supplémentaires par-ci par là je pourrai bientôt lui annoncer mon départ de chez elle. Normalement, si tout se passe bien, je devrais pouvoir emménager avec Bonnie à la fin du mois. Une part de moi n'avait pas du tout envie de quitter Rose et la sympathique collocation que nous menions toutes les deux, mais je ne pouvais pas vivre à ses dépens trop longtemps.

En attendant qu’elle se lève je continuais mon rangement de l’appartement que j’avais commencé hier après-midi et qui n’avait malheureusement pas été complètement terminé. Je vérifiais régulièrement mon portable pour être sûre qu’aucun message n’était arrivé. Théoriquement je n’attendais rien de spécial mais j’espérais tout de même un message de Chandler, même si c’était juste pour me prévenir qu’il était bien rentré. Nous ne nous étions pas vraiment revu depuis la soirée du nouvel an et certains détails méritaient d’être éclaircis. J’avais espéré régler ça avant que tout le monde parte à New York, mais cela n’avait pas été possible et résultat des courses je me posais beaucoup trop de questions depuis une semaine. Ne pas savoir ce qu’il pensait de moi, ne pas savoir s’il ressentait la même chose que moi à son égard me rendait folle. D’après ce que j’avais compris au nouvel an, nous étions sur la même longueur d’onde, du moins c’est ce que je croyais. Je n’avais pas arrêté de penser à lui pendant la semaine et maintenant j’aurais bien aimé demander à Rose quelques précisions sur ce retour aux sources américaines.

Quand je la vis sortir de sa chambre encore en pyjama, je dû me retenir pour ne pas lui sauter dessus et la harceler tout de suite de questions. « Alors American Girl, tu te remets du voyage ? » Je sens qu'elle émerge complètement, les grandes révélations vont sûrement devoir attendre un peu. « Je rêve où t'as passé la serpillière? » « C'était pour être sûre que te n'échange pas ma chambre ici avec un jeune américain tombé sous ton British charme ! » Je m'installe en face d'elle et la regarde se servir un bol de céréale en attendant qu'elle commence le palpitant récit de leur semaine. Elle me regarde avec ses grands yeux qui commencent tout juste à se réveiller et je soupire gentiment en lui répliquant « Ne me fais pas languir d'avantage Rosie ! » Sur un ton de tragédienne accablée par le destin. « Raconte-moi tout et n'importe quoi ! Il ne fait pas trop froid là-bas en janvier ? Vous avez dévalisé toutes les boutiques de NY et ses environs avec Lemon ? Tu m'as ramené un cadeau ? Chandler va bien ? Vos chambres d'hôtel étaient bien ? Pas trop de fastfood j'espère ? » J'avais parlé très vite, trop vite peut être pour cette pauvre Rose qui sortait tout juste du lit et je décidai de me taire un instant pour lui laisser le temps d'enregistrer toutes les bêtises que j'avais bien pu prononcer. Elle me répondit patiemment sans oublier aucune de mes questions « Il fait assez froid, mais au moins il ne fait pas humide comme ici. Et bien sûr, on a dépensé plus d'argent qu'on ne l'aurait fait en un mois ici, mais ça valait carrément le coup, puisque oui, j'ai des petits cadeaux pour toi. Et Chandler était ravi de voir sa famille et ses amis new-yorkais, mais il était content de rentrer quand même. » Je hochais la tête pendant qu’elle parlait et à sa dernière réponse je fis mine de ne pas remarquer son sourire et fus soudainement très intéressée par les miettes de pain du comptoir. « Oh chouette des cadeaux ! » murmurais-je avant de laisser continuer. « Les chambres étaient trop classes, super confortables et tout ! Et on a mangé n'importe quoi n'importe comment, mais bon ça me change pas spécialement ça. » Pourquoi je n’étais pas étonnée ? Ah oui parce que dans mes souvenirs je n’ai jamais mangé quelque chose d’équilibré en la présence de Rose et pour le coup ça ne me dérangeais pas du tout. Mais notons tout de même que manger varié et équilibré était un des avantages que j’avais quand je vivais avec ma mère. « Et toi tu as donc été recruté par le MI-5 en mon absence ou tu essaie juste de noyer le poisson? » Je releve la tête en prenant l’air le plus innocent possible bien que, et je le sais très bien, mon talent d’actrice est ou catastrophique ou inexistant et je sentis le rouge me monter aux joues. Elle en venait droit au but cette petite, même de bon matin. « Quel poisson ? » Dieu que je mentais mal ! « Ils étaient gentils les amis de Chandler ? » Et ses amies elles étaient comment ? « Très gentils. Et aucune ex à l'horizon, pas de folle nostalgie de sa vie passée, la voie est plus que libre mon amie et Lemon et moi t'invitons à l'emprunter. » J'essayai -sûrement vainement- de contrôler un minimum le sourire qui se dessina automatiquement sur mon visage. J'avais envie de sautiller partout, d'embrasser Rose qui m'annonçait cette nouvelle, de traverser l'appartement en courant à la recherche de mon téléphone et d'envoyer un texto à Chandler. Mais je fis un effort monstrueux pour rester en place, même si je bouillais intérieurement, et je me mordis l'intérieur des lèvres pour ne pas crier Hallelujah (version It's raining men of course). « Oh et on va revoir les règles de base du mensonge réussi hein. » Ou alors j'allais arrêter de mentir, ce serait plus simple. « Hum... » Je me raclai la gorge. « Si la voie est libre ce serait idiot de ne rien tenter en effet » dis-je avec une voix très, voir trop sérieuse. « Merci de votre contribution Miss Foster, vos conseils vont être d'une très grande utilité pour le reste de l'opération. » Non, c'était trop d'émotion, il fallait que je me lâche un bon coup. « Merci Merci Merci Merci Merci Merci !! » Un instant... « Rose, et toi ? C'était bien avec Jason ? » Oups. Le visage de Rose que j'avais presque réussi à illuminer avec ma propre joie se rembruni tout à coup. Mais leur histoire était loin d'être nette à la base et qui dit pas nette dit que cela mérite d'être commenté. Et puisque la personne concernée était ma colocataire, je trouvais juste d'être mise au courant. Jason était un type plutôt sympa et même si Rose criait sur tous les toits d'Oxford et des environs (j'exagère, elle n'aimait pas du tout en parler et restait discrète sur le sujet) que ce n'était qu'un plan cul, j'avais envie de voir autre chose dans cette relation. Tout ce qui manquait à Rose c'était un amoureux et pourquoi pas Jason hein, pourquoi pas ? « C'était très bien. C'est toujours bien. C'est un peu le but. » Elle n'était vraiment pas facile. « Certes... Vous êtes mignons tous les deux tu sais. Et vous pourriez être encore plus mignons si... » Je m'arrêtai net. J'avais dépassé les bornes des limites et dire que j'avais peur de la réaction de Rose était un euphémisme. Son regard devint très dur et elle me répliqua d'un ton très sec « On est pas mignons. Toi et Chandler vous êtes mignons, à leur façon Andrea et Tristan sont mignons. Mais pas Jason et moi. Je suis désolée de ne pas être à la hauteur de tes rêves de princesse, mais n'y voit pas plus qu'il n'y a. » La conversation dégénérais à une vitesse folle et je connaissais suffisamment Rose pour savoir que calmer le jeu était une bonne idée -voir la meilleure idée du monde- et que je dirais ce que je pensais à un autre moment, à une autre personne. « T'énerves pas Rose, c'est bête » On croirait presque que c'est important pour toi du coup, mais ça j'ai préféré le taire. « Chandler et moi c'est rien pour le moment, c'est pas mignon c'est juste inexistant. Et puis c'est difficile de comparer une relation à celle d'Andrea et Tristan. » Mes rêves de princesse, je rêve. Dernière tentative et soit je me faisais tuer soit j'étais à la rue ce soir. « Et toi Rose ? Tu as envie de voir plus que ce qu'il y a ? » Oui, j'avais peur. « Non. Ce n'est jamais une bonne idée. Je sais ce qu'il y a et quoi attendre de tout cela. Mais je sais aussi que ce n'est pas ce qui est attendu de moi, qu'on voudrait me voir émoustillée comme une adolescente ou torturée par la complexité de mes sentiments. Mais je n'ai rien de plus à offrir. C'est tout ce qu'il y a. Et c'est pareil avec Jason, il n'y a tout simplement pas à chercher plus. » Inutile de préciser que son petit discours ne m’avait nullement convaincu. Je me contentais donc de sourire en hochant la tête et en feignant de comprendre très bien tout ce qu’elle me disait. « N’importe quoi Rose, bien sûr que tu as autre chose à offrir ! T’as juste pas envie de te l’avouer pour l’instant, c’est tout. J’arrête de t’embêter avec ça, promis ! » Dis-je en me servant à mon tour un bol de céréales, cette discussions me donnait faim. « Mais je te laisse l’honneur de changer de sujet ! » lui lançai-je avec un clin d’œil.

UC


Dernière édition par Gemma H. Thompson le Dim 25 Mar - 17:26, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Home Sweet Home - Rose   Jeu 19 Jan - 17:47

A peine rentrée de New-York, à une heure absolument indue que je serais bien incapable de nommer, je me suis écroulée dans mon lit comme un gros animal paresseux. J'ai abandonné ma valise au beau milieu de ma chambre, j'en ai sorti un shorty, un T-shirt et ma brosse à dents puis je l'ai laissée à l'abandon pour dormir comme une masse. Un vol interminable, le jet-lag et un nombre d'heures de sommeil assez restreint sur place, j'étais bonne pour une bonne nuit réparatrice de quatorze à seize heures. J'ai donc naturellement émergé en fin d'après-midi et, encore engluée dans le sommeil, je me suis superbement pris les pieds dans ma valise. « Jesus fucking Christ ! » je continue à jurer avec l'élégance qu'on me connaît et sort finalement de mon antre, reposée, mais affamée. Le cri de Gemma accueillant de Gemma ne me surprend même pas « Alors American Girl, tu te remets du voyage ? » Je hoche la tête avec un sourire confus et endormi, encore en train d'émerger et bien incapable de dire quoique ce soit. Je note que l'appartement est parfaitement rangé et propre. Très propre. Tandis que je me dirige vers la cuisine et nous prépare une tasse de thé, je ne peux m'empêcher d'être surprise par la netteté du plan de travail. J'interpelle ma colocataire, étonnée. « Je rêve où t'as passé la serpillière? » Non pas que je sois surprise que Gemma fasse le ménage, mais je ne savais même pas que j'avais une serpillière. Je croyais que c'était la fille qui passait le dimanche matin qui apportait son propre matériel. Je sors un paquet de céréales, m'installe sur un des hauts tabourets près du comptoir et invite Gem à s'installer face à moi. Je dois dire que je me suis étrangement bien habituée à sa présence et que j'apprécie la compagnie. Moi qui depuis mes 18 ans fuit toute idée de vie en communauté, je suis agréablement surprise de l'apprécier autant. Il faut dire que cette fille est franchement plus sympa que ma famille. Et je sens qu'une question lui brûle les lèvres, aussi j'attends sagement qu'elle envoie la première salve en servant le thé.

« C'était pour être sûre que te n'échange pas ma chambre ici avec un jeune américain tombé sous ton British charme ! » Je ris légèrement, possiblement un peu jaune mais cela passera vu que je ne suis absolument pas réveillée. De jeune américain, je ne suis déjà que trop entourée... Mais Gemma ne me laisse pas le temps de divaguer et après une supplique plus drôle que tragique « Ne me fais pas languir d'avantage Rosie ! » elle débite une série de questions sans aucun rapport logique entre elles « Raconte-moi tout et n'importe quoi ! Il ne fait pas trop froid là-bas en janvier ? Vous avez dévalisé toutes les boutiques de NY et ses environs avec Lemon ? Tu m'as ramené un cadeau ? Chandler va bien ? Vos chambres d'hôtel étaient bien ? Pas trop de fastfood j'espère ? » J'avale de grandes gorgées de thé, histoire de ne pas avoir la voix qui part en vrille en plein milieu d'une phrase, puis lui réponds patiemment « Il fait assez froid, mais au moins il ne fait pas humide comme ici. Et bien sûr, on a dépensé plus d'argent qu'on ne l'aurait fait en un mois ici, mais ça valait carrément le coup, puisque oui, j'ai des petits cadeaux pour toi. Et Chandler était ravi de voir sa famille et ses amis new-yorkais, mais il était content de rentrer quand même. » Je fais un sourire en coin à ma colocataire, dans le brouillard matinal certes mais pas idiote. « Les chambres étaient trop classes, super confortables et tout ! Et on a mangé n'importe quoi n'importe comment, mais bon ça me change pas spécialement ça. » L'hygiène alimentaire n'est absolument pas mon point fort. « Et toi tu as donc été recruté par le MI-5 en mon absence ou tu essaie juste de noyer le poisson? » Il semblerait que mon nouveau rôle d'amie soit de jouer les oreilles attentives et les entremetteuses...Un rôle sur mesure n'est-il pas?

« Quel poisson ? » J'éclate de rire face à la piètre menteuse que fait ma coloc. Une petite leçon de vie s'impose et il se trouve que je suis maîtresse en la matière. « Ils étaient gentils les amis de Chandler ? » demande-t-elle alors. « Très gentils. Et aucune ex à l'horizon, pas de folle nostalgie de sa vie passée, la voie est plus que libre mon amie et Lemon et moi t'invitons à l'emprunter. Oh et on va revoir les règles de base du mensonge réussi hein. » Je lui sers un sourire taquin, m'amusant terriblement de ses joues roses et de sa fascination pour mon comptoir. Comment se fait-il qu'une personne telle que moi soit dotée d'amies aussi adorables et innocentes? Mystère à creuser. « Si la voie est libre ce serait idiot de ne rien tenter en effet. Merci de votre contribution Miss Foster, vos conseils vont être d'une très grande utilité pour le reste de l'opération. » J'esquisse un sourire doux, attendant qu'elle cède à l'excitation et aux élans de joie. Il ne devrait plus y en avoir pour longtemps, je l'imaginais mal se contenir tout le temps de cette discussion. « Merci Merci Merci Merci Merci Merci !! » s'écrie-t-elle alors, à deux doigts de me sauter dans les bras. Je ris gentiment, la voir si heureuse me met du beaume au coeur à vrai dire. « Rose, et toi ? C'était bien avec Jason ? » Ugh, par contre ça, elle n'était vraiment pas obligée. Qu'est-ce qu'ils ont tous avec ma vie sexuelle? Je soupire un peu et rétorque « C'était très bien. C'est toujours bien. C'est un peu le but. » Je suis plus froide que je ne l'aura voulu mais ma vie privée tend à la rester. D'autant qu'elle n'est pas franchement glorieuse, alors j'aimerai que tout le monde n'en profite pas. Je finis mon thé et avala mes Kellogs en silence, ayant possiblement plombé l'ambiance avec ma bonne humeur légendaire. « Certes... Vous êtes mignons tous les deux tu sais. Et vous pourriez être encore plus mignons si... » Je lève les yeux au ciel, n'ayant pas la moindre envie d'avoir cette conversation. Pas la moindre. Je sais que Gemma sera adorable et compréhensive, qu'elle veut le meilleur pour moi, pour nous. Mais je crois que je préfère encore l'amicale condescendance de Faure. Les émotions de filles et les happy end, c'est pas exactement ma tasse de thé. Mais je ne vais pas la laisser en plan, la pauvre chérie. « On est pas mignons. Toi et Chandler vous êtes mignons, à leur façon Andrea et Tristan sont mignons. Mais pas Jason et moi. Je suis désolée de ne pas être à la hauteur de tes rêves de princesse, mais n'y voit pas plus qu'il n'y a. » Je regrette presque aussitôt la sécheresse de mes paroles, mais je suis jet-laguée et absolument pas d'humeur à entrer dans les profondeurs de mes sentiments. Pas que je le sois souvent d'ailleurs.

« T'énerves pas Rose, c'est bête » Très bête. Mais si vous pouviez tous arrêter de vous mêler de ma vie et de vous occuper plutôt de la vôtre, ça m'arrangerait. Promis, le jour où j'aurais besoin de m'épancher et de vider mon sac d'émotions enfoui au fond de mon coeur, je le ferais savoir. Mais en attendant, si tout le monde pouvait me foutre la paix, surtout au réveil. Mais évidemment, je ne dis rien de tout cela à Gemma, qui se montre simplement gentille, adorable et attentionnée. « Chandler et moi c'est rien pour le moment, c'est pas mignon c'est juste inexistant. Et puis c'est difficile de comparer une relation à celle d'Andrea et Tristan. » Tu m'étonnes... Je tente de sourire, ne parviens qu'à grimacer maladroitement. J'adore ma coloc, parfois je me dis que je ne mérite pas d'avoir ce genre d'amies, mais là tout de suite, maintenant, sa présence m'agace et j'ai envie de retourner me coucher en regardant mes DVD de Doctor Who. Mais non, non je hoche la tête, approuve distraitement en resservant du thé et priant pour qu'on passe à autre chose. Ce qu'on ne fait pas. « Et toi Rose ? Tu as envie de voir plus que ce qu'il y a ? » Je soupire une énième fois, lève les yeux vers elle. Et je ne sais que lui répondre. « Non. Ce n'est jamais une bonne idée. Je sais ce qu'il y a et quoi attendre de tout cela. Mais je sais aussi que ce n'est pas ce qui est attendu de moi, qu'on voudrait me voir émoustillée comme une adolescente ou torturée par la complexité de mes sentiments. Mais je n'ai rien de plus à offrir. » Je désigne ma personne, hirsute, en pyjama et de mauvaise humeur. « C'est tout ce qu'il y a. Et c'est pareil avec Jason, il n'y a tout simplement pas à chercher plus. » J'ai pleinement conscience que mon speech est un peu trop long pour être honnête et que je donne l'impression de vouloir me convaincre plus qu'autre chose. Mais c'est ainsi et il semblerait que ce soit parfois dur à assimiler. Ma vie n'est pas une sitcom américaine ou une pièce de Shakespeare et je ne connais pas les affres de la passion, ce qui dérange visiblement plus mes amis que moi. « N’importe quoi Rose, bien sûr que tu as autre chose à offrir ! T’as juste pas envie de te l’avouer pour l’instant, c’est tout. J’arrête de t’embêter avec ça, promis ! » Je lui lance un regard en coin, pesant le pour et le contre de ces paroles. Ai-je vraiment plus à montrer que ma franche et arrogante personnalité et ma grande ouverte d'esprit? Aucune idée, mais il était trop tôt, enfin je n'avais pas assez dormi, pour en juger. « Mais je te laisse l’honneur de changer de sujet ! » Je souris, finis mes céréales puis me lève « Là je vais juste aller m'endormir devant Community, enroulée dans une couette sur le canapé à boire du thé. Tu es plus que bienvenue tant qu'on ne parle que de... et bien de rien. » Je remets de l'eau à bouillir et m'en remets à mon plan initial.
Revenir en haut Aller en bas
 
Home Sweet Home - Rose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: