GHT - How About It?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:41


Gemma Heather Thompson w/ Talulah Riley
the characterthe person
→ habite à Londres Oxford
→ âgé(e) de 20 ans
→ né(e) le 10 avril 1991 à Londres
→ est étudiante en photographie
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? BOYS BOYS BOYS (CJW)
→ est actuellement Under Construction
→ pseudo : CLEM2 AGAIN
→ âge :
17 ans
→ comment avez-vous connu le forum ? CLEM1 (who else?)
→ code : code okay by laur'.
→ crédits : Tumblr
→ de quelle couleur sont les petits pois ? ROUGE ROUGE ROUGE ROUGE




Dernière édition par Gemma H. Thompson le Lun 26 Déc - 18:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:41

it's my life, it's now or never

J’avais à peine un an quand mon père nous a quittés, ma mère et moi pour partir s’installer en France. Il l’a donc laissé seule, avec le bébé que j’étais alors et une somme d’argent raisonnable, pensant sans doute que cela remplacerait la présence d’un mari à la maison et que ça compenserait une présence paternelle inexistante. Ma mère ne lui a jamais pardonné. Jamais. Moi je me rends pas très bien compte, je n’ai jamais vécu avec un père donc finalement ça ne m’a pas manqué. Ma mère l’a très mal pris et elle n’a pas pu passer à autre chose. J’ai vu défiler une ribambelle de beaux-pères, certains très gentils d’autres non. Aucun n’est resté très longtemps. Je ne sais pas si elle a toujours été comme ça ou si c’est le départ de mon père qui l’a faite changer, mais ma mère est très lunatique. Elle passe de l’euphorie à la dépression, du rire aux larmes… C’est assez difficile à vivre et pour le coup, je ne m’y suis jamais habitué. A partir de mes 7 ans, mon père a refait surface et chaque été je venais passer deux semaines à Toulouse où il avait refait sa vie. Savoir que mon père et sa nouvelle famille pouvait m’influencer a mis ma mère hors d’elle. Moi je m’en fichais, mon père était avec moi deux semaines par an et ça me suffisait. J’avais un père deux semaines par an. Je n’ai jamais été jalouse de son autre fille. Ma mère à bien essayer de me faire comprendre qu’il l’aimait plus que moi, mais ça ne m’a jamais rien fait. Et heureusement. Si les tentatives de lavage de cerveau de ma mère avaient réussi à chaque fois, je serais une bien triste personne. Son sosie en fait. C’est peut-être pour ça qu’on se s’entend plus, c’est peut-être pour ça que la vie qu’on mène toutes les deux est devenue impossible, parce que je ne corresponds pas aux attentes de ma mère. Mais je ne changerai pas pour elle. J’ai 20 ans maintenant, le plus simple c’est peut-être de partir loin d’elle pour respirer un bon coup, pour ne plus me sentir oppressée par cette femme comme c’est le cas depuis 20 ans… Partir pourrait être une solution…


__________


En équilibre sur une chaise bancale, je dus me mettre sur la pointe des pieds pour attraper le sac de voyage qui passait plus de trois cents jours par an rangé sur la plus haute étagère du placard. Une fois que je l’eus attrapé, je l’ouvris en grand tout en le posant sur mon lit et entrepris de le remplir avec tout ce que je trouvais aux quatre coins de ma chambre et qui me semblait utile. Je m’agitais donc à droite et à gauche, sans vraiment réfléchir à ce que je faisais car, et je le savais très bien, si je me posais calmement et étudiais la situation avec un minimum de recul et d’intelligence, je n’aurais jamais réagi comme ça. J’avais pris cette décision sur un coup de tête mais je n’avais aucune envie de tout arrêter. Je continuais donc à entasser vêtements, bouquins et autres objets personnels dans le sac qui commençait à être plein. Le reste de l’appartement était silencieux, ma mère, encore sous le choc du « Je m’en vais » que j’avais balancé en passant le seuil de la porte en rentrant ce soir là, devait sûrement être restée dans la cuisine sans encore très bien comprendre. La tâche suivante de ma liste mentale de choses à faire était de fermer ma valise et c’est ce moment que ma mère choisit pour s’adosser contre la porte où, une cigarette dans une main et un verre de vin blanc dans l’autre elle me regarda en silence, tirant nerveusement sur sa clope ou portant le verre à ses lèvres pour trouver quelque chose à dire. Il m’était impossible de la regarder dans les yeux, je sentais son regard lourd de reproches dans mon dos et rien que cela me rendait folle. « Tu veux de l’aide ? » sa voix était hésitante. Elle posa son verre sur ma table de chevet et s’approcha de mon lit. « Non ça va. » Ma réponse était dure, mais j’avais peur de fondre en larme si je parlais plus. Une fois mon sac fermé, je le soulevai du lit et quitta la chambre doucement car le poids du sac m’empêchait de faire une sortie plus triomphale. Et après tout c’était mieux, je partais juste de chez moi – à l’improviste-, je n’avais pas besoin de faire une sortie remarquable et remarquée. « Gemma tu fais quoi là ? » Voilà bien le problème Maman, même moi je n’ai aucune idée de ce que je fais. « Tu t’en vas ? » Ah les questions rhétoriques de ma mère, cela me fit sourire intérieurement. « Tu comptes aller où ? » Ma réponse fut aussi froide que la première : « A Oxford. » Silence. J’ouvris la porte d’entrée et m’arrêtais solennellement pour dire au revoir à ma mère, mais elle me devança : « Parle moi Gemma, explique moi ce qui ne va pas. » Silence encore, ce n’est pas de la mauvaise volonté Maman, je ne sais juste pas quoi te dire. « Donc tu vas t’en aller. C’est si facile de faire ça Gemma. Faut croire que je suis bonne qu’à regarder les gens s’en aller, d’abord ton père, puis toi, merci, merci beaucoup Gemma. » Je m’attendais à cette répartie, c’était ma mère tout craché. « Tu as raison vas t’en. » Je me retournai, toujours mutique, ferma la porte derrière moi et descendis les escaliers. Il faisait noir dehors et froid, plus froid que ce que je pensais et je regrettais déjà d’avoir mis mes écharpes au fond du sac. Je marchais dans la rue sans un regard en arrière, retenant mes larmes, car il ne m’en faut pas beaucoup pour pleurer et même si j’assumais totalement mes actes ce soir, j’avais tout de même le cœur serré. La voix de ma mère me fit tout de même tourner la tête. Elle était sur le balcon, et à sa voix je sus qu’elle avait pleuré « Gemma je suis désolée ! Gemma ma puce reviens ! » Sans hésiter un seul instant je décidais de continuer mon chemin.


__________

Après avoir marché une dizaine de minutes sans destination précise, avec pour seul but de m’éloigner le plus possible de chez moi pour ne pas être tentée de faire demi tour et de rentrer, je décidai de m’asseoir sur un banc pour réfléchir deux minutes. J’étais parti, très bien, mais il fallait maintenant que je trouve quelque part où aller. Quand me mère m’avait posé la question j’avais répondu du tac au tac Oxford, c’était la seule réponse qui m’était venue à l’esprit à ce moment là. Je pris ça comme une preuve que j’avais bel et bien décidé de quitter Londres, car après tout j’aurais pu appeler n’importe quel copain de la fac et demander de rester chez lui quelques temps. Non, j’avais envie de partir plus loin et Oxford me paressait être une bonne solution. Je m’allumais à mon tour une cigarette, tic nerveux que j’avais pris de ma mère quand mon téléphone sonna. Je soupirais en voyant le nom qu’affichais l’écran et décrocha : « Allo Papa » J’imaginais assez bien la situation, ma mère paniquée avait dû appeler mon père à l’instant même où j’avais claqué la porte. Le dialogue était difficile entre mes parents, et ce depuis toujours. Enfin depuis ma naissance, quand mon père nous avais quitté ma mère et moi, pour aller vivre en France et refaire sa vie loin de nous. Si ça a été facile pour lui de passer autre chose, ce ne fut pas le cas pour ma mère qui n’a jamais, jamais pu lui pardonner. Plus aucun dialogue n’étais possible entre mes parents, sauf quand quelque chose n’allait pas avec moi. Je n’étais pourtant pas une fille à problème, loin de la, mais les relations avec ma mère n’ont pas toujours été simples et joyeuses et elle sautait sur la première occasion qui se présentait pour décrocher son téléphone, composer le numéro de mon père qui vivait depuis une vingtaine d’année maintenant à Toulouse avec sa nouvelle famille et se plaignait de moi sans oublier de préciser à chaque fois que s’il n’était pas parti, rien de cela ne serait arrivé. J’étais d’une part lassé de cet appel, malgré les quelques vacances que j’avais passé auprès de mon père et de sa famille nous n’avions jamais été très proche et vu qu’il n’avait jamais vraiment pris part à mon éducation, je trouvais cette conversation assez déplacée, mais d’un autre côté, j’étais touchée qu’il m’appelle, même si, et je le savais très bien, c’était ma mère qui lui avait demandé de me faire ouvrir les yeux. « Gemma, tu joues à quoi ? Ta mère vient de m’appeler, qu’est ce qui se passe ? » Il avait l’air énervé, pas de me parler à moi, mais l’appel plein de reproches de ma mère à plus de onze heures du soir n’avait évidemment pas dû lui plaire. « J’étais sûre qu’elle allait t’appeler ! Vous inquiétez pas pour moi, je sais ce que je fais. » « Ah oui ? Et tu fais quoi exactement ? » Je commençais à en avoir marre de toutes ces questions. « Papa je suis grande maintenant, je peux me prendre en main toute seule sans que vous soyez toujours derrière moi ! » Il n’avait jamais été derrière moi, et il le savait aussi bien que moi, il était très mal placé pour me donner une leçon quelconque ou m’obliger à rentrer chez moi. « Evidemment que tu peux et je ne te reproche pas ça, seulement ta mère m’a dit que ton départ n’était pas du tout prévu et qu’il était un peu brutal, voilà tout. » « Pourquoi tu m’appelles alors ? » « Parce que même si je n’ai pas été le meilleur père du monde je me soucie un minimum de ma fille et savoir qu’elle est partie de chez elle m’inquiète. Je voudrais savoir ce que tu comptes faire maintenant, pour être sûr que tu vas bien et que tout ira bien. Ta mère m’a dit que tu allais à Oxford, tu vas chez Lucy ? » Ah tiens, je n’avais pas pensé à ça, mais c’est vrai que ma demi-sœur habitait depuis plus d’un an à Oxford. Nous ne nous connaissions pas très bien, mais je garde un bon souvenir des vacances passées avec elle. Aux dernières nouvelles elle n’allait pas très bien et avais beaucoup, beaucoup changé, je l’avais vu une ou deux fois depuis son arrivée et même si nous nous étions très bien entendue, elle était très différente de la petite fille avec qui je passais mes vacances. « Euh… Oui, je sais pas, faut que je lui en parle. » « Si vous vous entendez bien ce serait une solution. Et puis tu pourrais garder un œil sur elle comme ça… » « J’ai pas prévu de baby-sitter ta fille Papa ! » « Certes… Je vais te laisser ma puce, mais tiens moi au courant et prends soin de toi. Tu vas te débrouiller, je le sais ! » Conversation inutile, comme c’était souvent le cas avec mon père. Mais Lucy était une solution comme une autre. A part elle j’avais quelques connaissances à Oxford, comme mes cousins, Dénys et Lorelei, mais si j’étais partie de chez moi ce n’étais pas pour aller habiter avec de la famille aussi proche car ma tante allait forcement être au courant et ma mère finirait par l’apprendre. Je n’essayais pas de me cacher d’elle, loin de là, mais je voulais juste faire une pause pendant un moment. Bon, je n’avais pas tellement le choix, je n’allais pas rester assise sur ce banc toute la nuit. «Hey, it's Lucy, leave a message… » Damn ! Après réflexion ce n’étais pas étonnant, vu l’heure qu’il était elle devait déjà être dans un sale état ! Je fis défiler tout mon répertoire afin de trouver quelqu’un d’autre à appeler. J’arrivais à la fin de l’alphabet quand un nom attira mon attention. J’appuyais sur la touche « appeler » et attendis une réponse. « Allo Rose, c’est Gemma... »

__________


truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Oh euh… Je suis flattée et je me dis que ma jupe est un chouilla trop courte aujourd’hui, ou que je suis trop maquillée, ou que mes talons sont trop hauts... Panique totale!

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je chante avec elle, mais dans ma tête seulement ! All by myself, don't wanna be, all by myself anymore.


→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? Ce n’est pas du tout le genre des Allan-Sykes… En fait si, peut être, je ne sais pas… Je n’ai pas envie d’y penser !

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Soirée arrosée au Carling of course ! ça c’est mon côté Thompson ! Mais sinon j'aime bien une soirée glandouille en pyjama devant la télé. C'est souvent un tête-à-tête avec mon Pot de Nutella donc j'évite de faire ça trop souvent Arrow

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je suis quelqu'un d'exemplaire moi Monsieur ! Comment ? Vous ne me croyez pas ? Allez donc poser cette question à Lucy J. Thompson, vous verrez que je suis une fille bien en comparaison! Oui, Thompson, avec "th" au début comme la gazelle, si vous la cherchez elle doit être au Carling à cette heure-ci. Oui il est 3 heures de l'après-midi et alors? Bonne chance mon père!

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Je le tue. J'ai toujours un revolver dans ma jarretière pour ce genre de choses.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Je chante All by myself une bouteille de tequila à la main (façon Bridget Jones) et je vais trouver la demoiselle en question (je vous réfère à ma réponse précédente)

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquerfort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Dans 10 ans... J'aimerais bien avoir un appart à moi déjà, j'aime beaucoup Rose, mais il faudra bien que j'arrête ce squattage de maison un jour

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) DARE, après un verre ou deux je suis prête à tout mes lapins!

they don't really care about us
De vous à nous, dîtes-nous. Votre personnage a-t-il déjà entendu parler des Trouble Makers ? Si oui, qu'en pense-t-il ? Désapprouve-t-il de leurs actions ou bien serait-il prêt à tout faire pour qu'ils le remarque ? Rêverait-il même d'en faire partie? Ou serait-il prêt à rejoindre le premier anti-fanclub de ces chers TM? À moins qu'il ne s'en foute complètement de leurs activités (raison à préciser)?

Forcement j'ai déjà entendu parler des Trouble Makers, même si je suis arrivée à Oxford il y a peu et que j'ai passé toute mon enfance à Londres, mes cousins, qui eux sont des vrais Oxfordiens m'en parlent régulièrement. Même quand je n'avais pas encore décidé de quitter Londres, ils me racontaient leurs derniers méfaits, moi, loin de tout ça, ça me faisait bien marrer ! Maintenant que je suis à Oxford ben... Ils ne s'en sont jamais pris à moi donc pour le moment ça me fait ni chaud ni froid ! Au fond, les rumeurs circulent vite, eux ne font que publier l'info officiellement. Disons que s'ils n'étaient pas là, nous devrions faire nos propres recherches pour savoir la vérité sur untel ou untel Arrow Sinon je ne suis pas du tout du genre à être intéressée par les derniers ragots qui court, chacun s'occupe de ses affaires et c'est tout !




Dernière édition par Gemma H. Thompson le Dim 25 Mar - 17:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:48

REEEEEEEEEEEEE DARLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING WHAT A FACE !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:50

SISTAH BESTAH FOREVEUR

(ton titre est trop stylé! )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:52

haaan Talulah (L) Trop bon choix !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:52

JE TE PARDONNE TES INFIDÉLITÉS CHARLOTTIENNES MAIS C'EST VRAIMENT PARCE QUE T'ES TROP CHANMA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 17:53

j'ai plus rien à te dire mais je poste quand même avec matthew pour le plaisir des yeux (HUGH FTW )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 18:04

HELLO YOUUUU
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 18:06

TALULAH + TAMSIN FTW
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 18:18

J'adore tes initiales. Re-Bienvenue. heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 18:35

Merciiiiiii

Mel, tes avatars de Talulah sont juste magnifiques

EDIT: CLEM TU GEEEEEEERES
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 18:54

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 19:01

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 19:08

BIENVENUE AMOUR




keurkeurkeurkeurkeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 19:09

Ohhhhh merci merci merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 19:17

Gemma H. Thompson a écrit:
Merciiiiiii

Mel, tes avatars de Talulah sont juste magnifiques
Merciiii (L) et en plus, y'en 15 nouveaux qui arrivent le 1erJanvier XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 19:38

Lucas W. Cooper a écrit:
BIENVENUE AMOUR




keurkeurkeurkeurkeur.

cherchpalamerde xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 20:04

Kael Helgeland a écrit:

Merciiii (L) et en plus, y'en 15 nouveaux qui arrivent le 1erJanvier XD

OMG

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Lun 26 Déc - 20:35

reeebienvenuuuuuuuuuue belle créature oya
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Mar 27 Déc - 0:52

Salut coloooooc

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Mar 27 Déc - 9:31

OMG, t'as fais ça sans MOI ?
Traitresse !
RE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   Mar 27 Déc - 14:09

YEAHHHH MERCI


MAIS OU ETAIS TU INDRAAAAAA? Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: GHT - How About It?   

Revenir en haut Aller en bas
 
GHT - How About It?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: