our togetherness makes us stronger ♦ w/ rosandrestan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: our togetherness makes us stronger ♦ w/ rosandrestan   Dim 30 Oct - 15:22

Etudier en groupe n'a jamais été mon truc. Travailler dans mon coin est ce que j'ai toujours fait. Ceci n'empêche pas qu'il m'arrive de me retrouver avec quelques uns de mes amis à la bibliothèque. On ne suit pas le même parcours d'études et je n'étudie pas vraiment en leur compagnie mais j'aime ces petits rendez-vous en groupes, ça donne un air de séries à la Community, en beaucoup mieux vu qu'on est à Oxford tout de même. Et puis, on finit toujours ces regroupements par une sortie assez fun.

Cette après-midi, je rejoins Tristan et Andrea à la bibliothèque. Il n'empêche que c'est étonnant. Je suis réellement contente qu'il soit avec Andrea et pas avec quelqu'un d'autre. Genre, ça ne change rien au fait que je sois amoureuse de Tristan mais vraiment, c'est pas de la merde toutes ces histoires de, quand t'aimes vraiment quelqu'un, le plus important pour toi c'est de voir cette personne heureuse, même si ça n'est pas avec toi et Andrea rend vraiment Tristan heureux malgré tout ce que la vie leur fait traverser. Genre, le mec il a débarqué à Ox, les gens ils l'ont direct trouvé louche. 'fin moi le premier jour si, parce que Tristan avait l'air mais vraiment en colère contre lui. Mais après, quand j'ai eu l'occasion de le voir, de le fréquenter, j'ai rapidement changé d'avis, me faisant ma propre idée du personnage. Les arguments de l'hypothèse de Laureline - hypothèse soutenant qu'Andrea était un psychopathe - avaient beau tenir la route, je ne pouvais me résoudre à détester ce garçon ou à lui en vouloir. Quelque chose dans son attitude qui laissait transparaître une spontanéité qu'il semblait vouloir retenir m'en empêchait. Je sentais qu'il voulait être lui-même mais n'osait pas vraiment. Et les quelques moments où je l'ai vu se lâcher, je n'ai rien vu de méchant en lui. Un incompris de la vie. Mais Tristan, lui, l'a bien compris. Et leur relation, bien que mal vue par la société, a eu un effet positif sur l'un comme l'autre. Andrea est passé du gars duquel on se méfie au garçon adorable qu'il est réellement. Et Tristan est passé du mec dévasté par le départ de Calliope à l'amoureux plus vivant que jamais. Il est passé à quelque chose de mieux, de réciproque et peut être même de plus vrai que ce qu'il n'avait avec la jeune Von Brezen que j'ai toujours eu en horreur et de qui je me suis toujours tenue éloignée. J'ai envié son titre, c'est vrai. Mais plus que ça, je n'ai jamais aimé la personne qu'elle était. Ses airs supérieurs. Et surtout cette insolence qui montre qu'elle ne savait pas la chance qu'elle avait à l'époque. Quand on se montre ingrat envers la vie, elle nous le rend, violent. Et c'est ce qui lui est arrivé. Elle a joué du coeur de Tristan, tout Oxford l'a vu. Elle a fait sa pimbêche avec Eastwood là, lui faisant croire qu'elle était réellement intéressée rien que pour rendre jaloux celui qu'on pensait tous lui était destiné. Calliope Von Brezen à la recherche de stabilité et discrétion ? Personne n'y a cru un instant. Et cette conquête était la preuve même qu'elle voulait qu'on la regarde encore et toujours, qu'on parle d'elle en bien ou en mal. Elle aurait pu avoir Tristan, elle aurait pu continuer à avoir tout ce qu'elle voulait. Et là elle a tout planté, du jour au lendemain, sans prévenir quiconque. Avait-elle préparé cette sortie théâtrale ? Sûrement. Elle devait penser que la vie à Oxford allait s'arrêter sans elle. Well too bad for her, elle a mal calculé son coup.

Douche prise, vêtements mis et cheveux séchés et arrangés, je me presse à présent à me maquiller. A présent Oxford n'a plus de reine mais un groupe de leaders et j'ai la chance d'en faire partie. Biensûr, les Trouble Makers restent à la tête de tous mais leur anonymat nous empêche d'attribuer des visages à ce groupe. Quoique, l'apparition de ceux qu'on appelle faux TMs risque quelque peu de remettre en question le pouvoir de ce groupe. Leur force était justement dans le fait qu'il soit impossible de s'en prendre à eux. Mais maintenant... Booon crayon vert ou noir ? Les deux iraient bien. Ummm... Je ferme mes yeux et prends l'un des deux au hasard. Vert it is ! C'est sûr que, toute personne ayant subi une action des faux TMs est team vrais TMs, tout comme leur entourage proche. Parce que bon, voilà quoi. T'as les blagues drôles et t'as les coups bas qui ressemblent plus à des crimes qu'autre chose. Demain soir cela fera une semaine jour pour jour que je me suis fait agressée par ces connards. J'ai encore une légère trace des bleus que m'ont laissé leurs mains de brutes serrées sur mes bras. Je frissonne. Inutile d'y repenser ou mon mascara tout juste appliqué va couler. Ils disent que c'est waterproof mais ce sont des conneries. Bon bon boooon, mon sac et je suis prête. J'y fourre des choses peu utiles et d'autres indispensables et me voici prête. Je prends mes clés, embrasse ma mère avant de partir et hop, I'm gone. Je devrais arrêter de penser à toutes ces choses bien négatives et plutôt me concentrer sur l'heureux évènement qui arrive : HALLOWEEN. Ce week-end avec Rose on va essayer de trouver l'idée du parfait costume pour chacune. Voir même un costume pour duo, ça serait cool ça. J'aime Halloween. J'ai même fait un design spécial Halloween pour TTR comme l'année dernière. Voilà quoi. J'adore cette fête.

J'arrive plus tôt que prévu et m'installe à une table dans le seul endroit où on ne risque pas de se faire virer de la bibliothèque pour discussions murmurées. Il n'y a pas grand monde et c'est à notre avantage. Je pose mon sac sur la table et attends un peu. Queeee faiiiire en attendaaaaaant ? Il est exclu que je sorte un livre pour le lire. Quand t'es stupide, tu lis pas comme loisir. A moins que ce soit des magazines. Mais j'en ai pas sur moi. Je sors alors mon téléphone et décide plutôt de jeter un coup d'oeil à mon forum en attendant que mes amis soient là. Personne sur la box, bouh. Je relève ma tête pour voir si par chance les gars sont là et yay voilà Andrea qui se pointe. Je range mon téléphone et l'accueille avec un sourire aux lèvres en tapant faiblement des mains. « Haiiii ! Tu me sauves de ma solitude my friend ! » lui dis-je à voix basse. Il dépose un bisou sur ma joue et s'assoit à côté de moi. Il sort déjà ses cahiers et bouquins. Lui et Tristan feront la partie études et moi la partie discussion, CA ME VAAA. « Tu vas bien ? » Son téléphone ne me laisse pas le temps de répondre et la mine qu'il affiche bientôt n'indique rien qui vaille. Les faux TMs auraient-ils encore frappé ? Dans un murmure je demande « Qu'est-ce qui se paaaasse ? » mais il ne semble pas m'entendre. Est-ce si grave que ça ? Je m'attends au pire et lorsque je regarde l'écran du portable qu'il me tend, je réalise que c'est bien pire que ce à quoi je m'attendais. Il lâche une injure en Français et je suis avec un « Oh my god, that bitch. » La fin de ma phrase ne ressemble pas aux mots qui sortent habituellement de ma bouche mais sur le moment, c'est ce qui est sorti. Je lui rends son téléphone et joint mes mains, coudes posés sur la table. « Bon. On va pas s'attarder sur la gravité de la chose et on va plutôt passer à l'attaque. On fait quoi ? » Il prend une inspiration. « On la brûle ? On la kidnappe et on la fait livrer à Vienne ? » La brûler comme une vielle sorcière irait tellement bien avec l'esprit d'Halloween, j'avoue. « Bien que la perspective de la brûler vive soit très poétique en cette période de Halloween, il nous faudrait quelque chose de moins extrême et de bien élaboré. Il est clair qu'elle revient pour récupérer tout ce qu'elle a perdu. Notre mission sera de lui rendre la tâche impossible. Et pour ce, on a besoin d'aide. » Je sors mon téléphone, balance un statut sur facebook puis envoie un sms à Rose auquel elle ne tarde pas de répondre. « Rose nous rejoint. Plus on est nombreux, mieux le plan sera. Qu'en dis-tu ? Pas que je te laisse vraiment le choix. » Je lui adresse un sourire. « T'inquiète. Des choses qu'elle ne pourra jamais regagner, c'est sûrement la confiance de Tristan. Ni même celle de Laureline, je pense. » J'espère avoir raison.

uc.


Dernière édition par Lemon J. Mitchell le Dim 30 Oct - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: our togetherness makes us stronger ♦ w/ rosandrestan   Dim 30 Oct - 16:20

J’arrive à la bibliothèque un peu en avance. Je dois rejoindre ici Lemon et Tristan, mais ce dernier n’est pas encore là, encore en cours sans aucun doute. Lemon est installée dans une salle de travail de groupe où il nous sera possible de discuter doucement le cas échéant. « Haiiii ! Tu me sauves de ma solitude my friend ! » Je dépose un bisou sur sa joue en m’installant à ses côtés et sors quelques cahiers et quelques bouquins pour tenter de faire preuve d’un minimum de sérieux qui clairement, s’impose en ce moment. Le travail ne se fait pas tellement rare, le temps en revanche, si. Je n’ai qu’une hâte, que les vacances de Noël arrivent vite. « Tu vas bien ? » Je soupire un peu, fatigué d’avance pour l’effort du cerveau que va me demander l’exercice. Avant même qu’elle n’ait pu répondre, mon portable vibre à l’annonce des notifications facebook. C’est Tris. Je fronce un peu le nez, et affiche sa publication.
Mon cœur a un loupé à la lecture de l’annonce qu’il vient de me faire. J’écarquille les sourcils, ça ne doit pas être possible. Je dois être en train de rêver, ou… Je ne sais pas. « Qu'est-ce qui se paaaasse ? » Lemon remarque sans doute mon trouble, alors je lui tends simplement mon téléphone, sans prendre le temps de répondre pour l’instant. Ma langue maternelle m’autorise un petit relâchement, et je siffle un « putain » tout à fait significatif. « Oh my god, that bitch. » Elle me rend mon téléphone, et j’en profite pour répondre à Tris. Incapable de trouver la phrase de circonstance, je me contente donc de lui demander de répéter, de manière tout à fait inutile. Le terme de bitch ne s’est dans mon cœur jamais aussi bien associé à quelqu’un qu’à Calliope Von Brezen, que son frère m’en excuse d’ailleurs. Elle n’a possiblement pas fait ça, elle n’a pas été assez stupide pour revenir le hanter après cette presque année qui vient de s’écouler sans elle. Je suis traversé pas des vagues de sentiments littéralement différents, du profond dégout à la vive angoisse, en passant par un agacement qui va au-delà de l’imaginable. Je ne l’ai vue qu’une fois, pourtant tous les souvenirs que j’ai et qui sont rattachés à elle, sont de mauvais souvenirs. Le dernier en date est sans doute le pire, mais je me souviens également de Noël et du soir fatidique où Tristan à débarqué chez moi, sa plume à la main, dans un état complètement démentiel. Et maintenant, elle ose revenir ? Qu’est-ce qu’elle veut au juste ? Le replonger dans l’état dans lequel il était ? Le faire souffrir ? Ou pire, le récupérer ? Il est hors de question qu’elle ne l’envisage, je ne la laisserai pas faire ça. Son souffle n’a pas intérêt à croiser celui de Tris trop longtemps, et qu’elle n’essaye même pas de répandre son venin. Je déteste les filles à Papa qui se croient tout permis, à manier ainsi les sentiments des gens. A penser qu’on peut fuir et revenir sans que rien n’ait changé. Je ne la laisserai pas faire ça, briser ce qu’on a construit et bâti tous les deux et qui trouve peu à peu sa stabilité. Je la déteste à un point qu’il m’est difficile d’envisager. Même si la haine que je vouais autrefois, ou pensais en tout cas vouer à mon cousin n’était pas si forte que celle que j’éprouve à l’évocation de l’idée qu’elle ait remis un pied ici. Je sais à quel point son retour peut nous abimer, je sais à quel point elle peut semer le doute. Mais aujourd’hui je ne doute pas, et je ne vais pas laisser passer la chose sans rien faire, hors de question. « Bon. On va pas s'attarder sur la gravité de la chose et on va plutôt passer à l'attaque. On fait quoi ? » Ne pas s’attarder sur la gravité de la chose, ne pas s’attarder sur la gravité de la chose, ne pas s’attarder sur la gravité de la chose. Je pose mon téléphone et inspire un bon coup. « On la brûle ? On la kidnappe et on la fait livrer à Vienne ? » Je tente de sourire mais n’y parviens pas franchement.

« Bien que la perspective de la brûler vive soit très poétique en cette période de Halloween, il nous faudrait quelque chose de moins extrême et de bien élaboré. Il est clair qu'elle revient pour récupérer tout ce qu'elle a perdu. Notre mission sera de lui rendre la tâche impossible. Et pour ce, on a besoin d'aide. » Tout ce qu’elle a perdu. Evidemment, je le sais bien, l’entendre ne facilite pas l’appréhension pour autant. C’est Tristan qu’elle veut récupérer, c’est lui, tout ce qu’elle a perdu. « Rose nous rejoint. Plus on est nombreux, mieux le plan sera. Qu'en dis-tu ? Pas que je te laisse vraiment le choix. » Je n’arrive pas à réagir assez efficacement, mais je hoche la tête d’approbation, ce qui doit sans doute lui indiquer une nouvelle fois que le combat qui est en train d’avoir lieu dans ma tête est très prenant. « T'inquiète. Des choses qu'elle ne pourra jamais regagner, c'est sûrement la confiance de Tristan. Ni même celle de Laureline, je pense. » La confiance de Laureline n’est pas franchement quelque chose dont je peux me targuer pour le moment, mais je garde cette réserve pour moi. « Je sais. Enfin j’espère. Mais je ne veux pas qu’il aille mal. » Je me mords un peu la lèvre et plante mes yeux dans les yeux un moment. Je tousse. « Rose, hm ? Super. Les forces de guerre ne seront pas de trop. » Je souris, un peu plus naturel cette fois.

UC
Revenir en haut Aller en bas
 
our togetherness makes us stronger ♦ w/ rosandrestan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» what doesn't kill you makes you stronger
» What does not kill me makes me stronger - Hippo
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» « It’s not the wings that makes the angel. »
» what didn't kill us made us stronger.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: