What are you waiting for? (Denyose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: What are you waiting for? (Denyose)   Jeu 27 Oct - 18:30


« Tu pars déjà? » Je jette un oeil à l'horloge vintage qui orne le mur du Carling. Elle indique vingt trois heures à peine. Autant dire, à l'heure du Carling, ridiculement tôt pour rentrer à la maison. Mais Claire est une fille sérieuse, qui prépare sagement sa rentrée et entend bien lire chacun des ouvrages conseillés dans la bibliographie et relire ses cours de l'an dernier. D'ailleurs, si elle est venue ce soir, c'est uniquement pour me parler dossiers, préparation de mémoire et bourses Erasmus. Je ne crois pas lui avoir parlé d'autre chose que de la fac. Peut-être de la Fashion Week, une fois. Mais cela n'empêche qu'elle est très gentille et que c'est le genre de fille avec qui on veut bosser. Et bien quoi, moi aussi il m'arrive de travailler, même si je suis de ceux qui attendent la rentrée pour s'assurer de ne pas lire des bouquins ennuyeux pour rien. « Et bien oui, il se fait tard. » Si tu le dis. Je la laisse payer ses consommations, lui claque la bise de rigueur, assène un « A bientôt ! » assorti d'un sourire et la regarde s'éloigner. Gentille certes, mais franchement pas marrante.

N'ayant absolument pas envie de retourner à mon appartement désert, pour manger mes céréales en tête à tête avec mon ordinateur, je reste encore un peu et m'apprête à commander un verre. « J'vous offre à boire mademoiselle ? » demande alors une voix grasse et rauque venu de l'autre bout du comptoir. Je toise un instant le bonhomme, que je ne connais bien sûr ni d'Eve, ni d'Adam. Voilà pourquoi je n'aime pas spécialement être seule dans les bars. D'une part, ça donne un air d'alcoolique pathétique à la Lucy Thompson. D'autre part, les rustres pensent que c'est une invitation ouverte à vous draguer comme des porcs. Non, j'ai juste soif, casse-toi. Je le regarde d'un air blasé, puis apercevant une silhouette bien connue en train de préparer des cocktails, j'esquisse un sourire et rétorque « Non, c'est cadeau de la maison ! » Le barman se retourne, je souris de toutes mes dents et ajoute « Pas vrai Denys? » Je le regarde avec une mine d'adorable de jeune fille candide, estimant qu'il ne peut pas m'abandonner aux mains sales de ce type en manque. Je m'accoude au bar, la tête posée sur mon poing, un sourire taquin aux lèvres. Vu le fric que je donne à ce bar et les pourboires que je lui ai laissé ou procuré, il me doit bien ça !

De toute façon dépité par ma visible préférence pour le beau barman, l'inconnu s'éloigne et va s'échouer à une table de midinettes, qui lui ouvrent les bras -et sûrement les cuisses- dans un éclat de rire. Je prends une mine un brin dégoûtée, puis retourne à ce cher Denys « Un mojito comme tu sais si bien les faire, tu seras un ange. » Je n'ai pas le souvenir qu'il travaille le mercredi et entreprend donc de faire la conversation « Tu fais des heures sup? C'est beau, un barman si dévoué... » Je décroise et recroise les jambes, heureuse de trouver un visage connu et sympathique en cette soirée qui ne s'annonçait pas des plus gaies.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   Jeu 27 Oct - 20:32

Après les très très longues vacances que je m'étais offert à Palerme, en Sicile, j'étais étrangement content de reprendre mon service en tant que barman. Certes, même si j'adorais le Carling, son ambiance et les gens qui le fréquentaient (cela va sans dire), j'aurais préféré reprendre mon poste au Moonlight pour plus de tranquillité et de calme, mais mon père avait eu la bonne idée, pendant mon absence, de le mettre en travaux. Il voulait l'agrandir. Monsieur Peter Allan n'en faisait toujours qu'à sa tête.
Ce soir-là, donc, mission spéciale « cocktail » au bar le plus branché de tout Oxford, de sept à soixante-dix sept ans. Ça fait toujours plus ou moins de bien à l'égo.

La soirée était plutôt bien avancée mais il n'était certainement pas encore l'heure d'aller se coucher. L'adorable Rose était encore et toujours accoudée au bar, ce qui me rappelait à quel point les choses n'avait pas réellement changé, même après plus de deux mois d'absences. Il y avait quelques choses d'assez réconfortant là-dedans. Et les clients étaient de plus en plus nombreux, à mesure que la nuit avançait. Une chose était certaine, je n'étais pas prêt de pouvoir fumer ma clope.
Un gros lourdaud vint alors se pencher près de Rose pour lui offrir à boire et je souris d'avance, sachant parfaitement qu'il allait prendre un vent phénoménale. J'exécrais réellement tous ces types dégueulasses qui avaient le culot de venir draguée des nanas charmantes, parfaites, superbes alors qu'ils n'étaient même pas sortable pour un défilé de paysans. Au Moonlight, il était rare que je les laisse entrer mais ici, ce n'était pas tout à fait pareil. Tant qu'ils n'engendraient pas de bagarres et qu'ils rapportaient de l'argent, il n'y avait rien à dire. « Absolument, ma belle ! Et toute la soirée, en plus... » répondis-je en me servant une margarita, un couple attendant toujours sa consommation, à l'autre bout du bar. D'accord, j'avais encore un peu de mal à me remettre dans le bain. Je lançai un regard moqueur au type repartant la queue entre les jambes (mais pas pour très longtemps) et entrepris de servir un morito à ma fidèle cliente. « Des heures sup ? Que nenni ! C'est mon nouvel emploi du temps... » Je marquai une pause pour lui tendre son verre et boire une gorgée de ma propre boisson. Je n'en étais qu'à la troisième margarita, j'étais donc encore loin des quinze ou vingt de mon habitude. « Mais je suis dévoué, ça ne fait aucun doute ! Dévoué à toutes les belles jeunes femmes qui viennent se perdre à mon comptoir... » ajoutais-je avec un sourire malicieux. Je commençai enfin à préparer le cocktail pour le couple... Les pauvres commençaient légèrement à s'impatienter mais qu'y pouvais-je ? J'étais encore le seul barman à servir au bar alors que le début de soirée était plus que largement entamée. « Et toi, alors ? Je pars en juillet, tu es au comptoir du Carling et je reviens en octobre, tu n'as pas bougé d'un centimètre... Tu m'attendais, avoue... » ajoutai-je avec un clin d’œil avant d'aller servir leur consommation aux deux amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   Lun 14 Nov - 16:44

« Absolument, ma belle ! Et toute la soirée, en plus... » Je souris, sincérement contente de revoir mon barman attitré. Je n'ai certes pas passé énormément de temps au Carling pendant l'été -enfin comparativement aux nombres d'heures que j'y passe avec la bande pendant l'année scolaire- mais je peux dire que son remplaçant ne valait pas un clou. « Des heures sup ? Que nenni ! C'est mon nouvel emploi du temps... » Je prends un air angélique et réplique, entre miel et ironie « Haaan chouette, je vous verrais plus souvent alors, toi et tes mojitos. » Et bien quoi? Je ne perdais pas le nord moi, que voulez-vou. Le sacro-saint verrem'est alors tendu et je m'en empare tout sourire. J'ai beau plaisanter et minauder, ce gars là fait vraiment les meilleurs cocktails de la ville et je parle en connaissance de cause, c'est une certitude. Un couple, que je ne reconnais pas et qui ne semble pas être des habitués patiente gentiment à l'autre bout du comptoir, sans oser réclamer quoique ce soit. Braves gens, ils ont de la chance que l'endroit ne soit pas trop bondé, ils n'auraient jamais rien eu.

« Mais je suis dévoué, ça ne fait aucun doute ! Dévoué à toutes les belles jeunes femmes qui viennent se perdre à mon comptoir... » Je l'observe concocter la commande du couple et glisse, taquine « Ouais, tu veux les saoûler pour arriver à tes fins hein, jeune impudent ! » Je ris, attirant l'oeillade inquiète de la fille et de son copain assis plus loin, qui regarde alors les verres qui viennent de leur être servis avec suspicion, comme si le charmant barman était un vrai psychopathe. « Et toi, alors ? Je pars en juillet, tu es au comptoir du Carling et je reviens en octobre, tu n'as pas bougé d'un centimètre... Tu m'attendais, avoue... » Je sirote quelques gorgées avant de répondre le plus innocemment du monde « En fait, j'ai su que tu partais alors je ne voyais pas l'intérêt de venir, tu diras à la direction que ton remplacement était un fieffé incapable d'ailleurs. Et j'en ai donc profité pour prendre des vacances aussi et avoir le plaisir de te revoir en rentrant. » Je lui glisse un clin d'oeil malicieux et ajoute « Btw, tu n'as pas perdu la main, c'est tout à fait divin ! » et pour confirmer mes dires je vide quelques gorgées du dit breuvage. « Bon et du coup tu finis ton service à quelle heure dans tout ça? » Je sais qu'il n'aime pas trop faire les fermetures d'habitude, car cela implique souvent nettoyer le joyeux bordel que nous avons tendance à laisser derrière nous. Et pour avoir eu le malheur de recevoir quelques before et after dans mon appartement, je peux confirme que c'est une tâche ingrate. C'est l'inconvénient des gens riches, ils ne sont pas tellement du genre à prendre soin du mobilier qui les entoure ou de quoique ce soit d'ailleurs. S'en foutre, c'est chic après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   Sam 19 Nov - 10:28

Je souris aux propos de ma fidèle cliente. Je ne pensais pas que mes petites vacances improvisées en Grèce changeraient quoi que ce soit mais, ça faisait tout de même plaisir de savoir que mes cocktails manquaient lorsque je n'étais pas là. Quant à mon remplaçant au Carling, je ne savait absolument pas qui c'était mais, il était clair que si ça avait été un de mes ennemis (quand bien même je n'en ai pas beaucoup), je ne me serais pas gêné pour faire suivre le mot de Rose jusqu'à la direction. Je me servit rapidement une margarita avant de passer à la commande suivante. Du coin de l’œil, je vis le serveur de salle faire enfin son apparition, dans son uniforme made in Carling. « Eh ! Qu'est-ce que tu croyais ? J'ai ça dans le sang, ma belle ! Ça rend gaga toutes les nanas, je peux pas me permettre de perdre la main comme ça ! » m'exclamais-je en prenant une gorgée de ma propre boisson. Et il n'y avait pas plus vrai. La grande majorité des filles craquait invariablement lorsque je leur présentais un cocktail aux fruits, surtout lorsqu'il s'agissait de fraises, de framboises... Mais il me semblait bien que le poste de barman en général était un job idéal pour draguer. J'en savais quelque chose...

« Je t'en sers un autre ? » demandais-je à la belle brune tout en posant ce que je venais de préparer sur un plateau rond, à l'intention de serveur de salle. J'attrapai également quelques tumbler pour deux cuba libre et un bloody mary. « Et bien, je finis quand il n'y a plus personne ! A moins qu'un autre se pointe avant la fin, ce qui serait génial... mais miraculeux ! » Bacardi, cola, citron vert, glaçons, pailles. Et de un, et de deux. Le Bloody Mary était un peu plus complexe, avec plus d'ingrédient mais c'était à la mode, en ce moment. Je fis glissai les deux cuba libre sur le comptoir et m'attaquai au jus de tomate et à la vodka. « Et j'espère bien que tu vas resté avec moi jusqu'à la fin ! Sinon, je balance à tout Oxford que Rose Foster n'est pas à la hauteur d'une soirée de barman ! » lançai-je à l'intéressée, avec un clin d’œil. De toute façon, je doutais fort qu'elle parte avant la fin. C'était Rose Foster, après tout. Mais, comme à mon habitude, j'aimais bien taquiner et elle n'échappait pas à la règle.
Je finis le bloody mary et commençai à préparer un nouveau verre à Rose ainsi qu'une énième margarita pour moi-même - c'était mon péché mignon et tant qu'il y avait de quoi en faire, je ne m'arrêtai pas. Et alors que je dévissai ma bouteille de tequila, je me dis que ça pouvait être sympa de faire gouter à mon adepte une de mes nombreuses spécialités... « Dis moi, ma belle, ça te dis de découvrir le sex on the beach ? » lui demandai-je alors avec un petit sourire en coin. La plupart des filles comprenait quasiment toujours le jeu de mot de travers mais pas Rose, je le savais. Sans même attendre de réponse, je commençai à chercher les ingrédients nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   Sam 26 Nov - 18:07

Denys enchaîne les margaritas à vitesse grand V, démontrant par là à la fois sa remarquable descente mais aussi son incroyable dextérité. Tout le monde ne pouvait pas continuer à mélanger les alcools et les jus de fruits avec toute cette tequila circulant dans le sang. J'admire son travail du coin de l'oeil, tandis qu'il rétorque non sans humour « Eh ! Qu'est-ce que tu croyais ? J'ai ça dans le sang, ma belle ! Ça rend gaga toutes les nanas, je peux pas me permettre de perdre la main comme ça ! » Je souris, coulant les yeux vers une jeune femme venue en solo, avec un but clair. La minauderie dont elle fait preuve envers le serveur et la longuer de sa jupe -inversement proportionnelle à l'échancrure de son décolleté- ne laisse planer aucun doute sur ses intentions. Comme dirait les jeunes, "elle veut pécho". Je ne cache pas l'once de mépris dans mon regard et m'amuse des yeux de biche qu'elle fait à mon barman favori depuis un petit moment « Dis donc, même sans rien faire on dirait que se tenir derrière un comptoir augmente le sex appeal ! Je suis impatiente de voir ce que ça sera quand tu lui auras servi un de tes cocktails du feu de Dieu, elle risque de nous faire une syncope, la pauvre enfant. » Mon ton n'exprime aucune compassion, simplement une ironie mordante et mon éternel snobisme envers... et bien une bonne partie du reste du monde. Les idiotes, les désespérées, les envieuses, les filles vulgaires, les filles faciles. Tout ce que concentrait cette nana en plastique.

« Je t'en sers un autre ? » La voix de Denys me tire de mes pensées élitistes et je tends mon verre vide pour toute réponse. Depuis quand je dis non moi mon chou? Il s'affaire à préparer le reste de ces commandes, tandis que Bimbo Girl continue de le zieuter du coin de l'oeil en faisant tournoyer l'olive de son Cosmo. Des baffes qui se perdent. Néanmoins, le barman me distrait de ce tableau bien triste et continue sa conversation joviale « Et bien, je finis quand il n'y a plus personne ! A moins qu'un autre se pointe avant la fin, ce qui serait génial... mais miraculeux ! » Je n'en doute pas, personne ne doit se précipter pour faire des heures sup ici, surtout pas un jeudi soir. Enfin, avec les étudiants de notre trempe, chaque soir est propice à une invasion du Carling et à une soirée dans les règles de l'art mais du jeudi au samedi, le risque augmente. « Et j'espère bien que tu vas resté avec moi jusqu'à la fin ! Sinon, je balance à tout Oxford que Rose Foster n'est pas à la hauteur d'une soirée de barman ! » m'asptrophe alors mon ami. Je hausse un sourcil, l'air dubitatif et rétorque « Je n'aurais pas le coeur de t'abandonner mon chou, tu le sais bien. Et je prends cet affront comme un défi, que je reléverai. Faut pas croire que tu vas me battre à ce jeu là Allan-Sykes. » C'est peut-être risqué pour mon état d'ébriété à venir de le provoquer de la sorte, mais l'honneur est sauf au moins. Au pire, on s'écroulera comme des cadavres sur les banquettes du Carling et il rangera demain matin, tandis que je rentrerai tranquillement chez moi. L'idée me plaît assez et un sourire malicieux se dessine sur les lèvres, alors que le barman me fait une nouvelle folle proposition « Dis moi, ma belle, ça te dis de découvrir le sex on the beach ? »

« Proposé comme ça, comment refuser. S'il est aussi bon que tes mojitos, je vais devoir t'adopter et te garder dans un placard de ma cuisine Denys, un barman faiseur de cocktails et de magie à portée de main, c'est le pied ! » J'aurais la prétention de dire que je sais me débrouiller dans ce domaine -ironie du sort, je fais sans doute mieux les cocktails que les pates- mais je ne saurais rivaliser avec un professionnel du shaker. Et puis ça doit être épatant de ramener un barman en soirée. Pouvoir affirmer, vous inquiétez pas les gars, on a un barman, plutôt que de laisser tout le monde jouer à l'apprenti chimiste avec la vodka, voilà une ambition noble. Idée à noter, je suis sûre que Denys ne dirait pas non. En plus, il aurait le droit de quitter le bar et de s'amuser un peu, parce que mine de rien ça doit être un peu frustrant de regarder les gens s'éclater de son poste. « Il faudra vraiment qu'on fasse la fête en même temps un jour toi et moi, pas chacun d'un côté du comptoir. » Il dépose mon nouveau verre sur le zinc et nous trinquons amicalement, signant une promesse muette de nous retrouver pour festoyer comme il se doit. « Cheers ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   Mer 7 Déc - 20:28

« Je savais que ça te tenterait ! Rose Foster ne recule devant rien... J'aime ça ! » dis-je avec un clin d’œil avant de m'atteler à ma préparation. Un verre tulipe dans lequel je met de la vodka, de la liqueur de melon et de mûre, un peu de jus d'ananas et de la cranberry. Je décorai rapidement son verre d'un morceau d'ananas et d'une cerise confite. Pour ma part, je ne m'embête jamais avec la décoration de mes propres verres. Je ne suis pas client, je n'ai pas besoin de m'épater moi-même et puis, mon verre ne dure jamais très longtemps. Tout ce que je prensd à une durée de vie assez limitée. « Quand tu veux, ma belle ! Mais je dois t'avouer quelque chose : même lorsque je ne suis pas le barman, je finis toujours par servir quelques cocktails. » répondis-je en lui tendant sa boisson. Je ne précise pas que, de toute façon, je ne suis pas le meilleur compagnon de fête, étant donné que je me mets toujours dans un coin pour picoler. Au fond, ça me plairait vraiment beaucoup de voir Rose autrement que comme ma fidèle cliente.

Je m'emparai de mon propre verre et trinquai avec Rose. « Cheers ! » Je me lançai alors pour gouter mon Sex on the Beach en même temps que ma camarade, pas trop rapidement, parce que c'était assez conséquent. Il était plutôt bien réussi, ce cocktail ! Peut-être un tout petit peu trop de liqueur de melon. J'avais toujours plus ou moins du mal à les doser, les liqueurs. Mais sinon, pas mauvais du tout. Alors que je finissais mon verre, deux gas arrivèrent au comptoir et commandèrent deux whisky-coca et un Cosmopolitan. Je m'y attelai aussitôt sans m'éloigner de Rose pour travailler. C'était assez rare que j'ai de la compagnie, lorsque j'étais derrière le bar. A l'exception de Lucy, Carolyn ou encore, Melany, la plupart repartait s'amuser après m'avoir demander ce qu'ils désiraient. « Alors, qu'est-ce que tu en penses ? » lui demandais-je tout en faisant glisser les whisky sur le comptoir, vers les deux types déjà bien éméchés. Je me tournais d'ailleurs vers eux en récupérant la monnaie. « Je vous préviens, bande de pochtrons, si vous dégueulez dans mon bar, ça risque bien de chauffer pour vous ! » Ok, bon, ce n'était pas vraiment mon bar à proprement parler mais, tout comme. Les deux abrutis me lancèrent un regard qu'ils espéraient très probablement noir et effrayant avant de partir sans se retourner, oubliant le Cosmopolitan au passage. Je me retournai vers Rose en mettant l'argent dans la caisse. « Veuillez me pardonner ces propos déplacés, mademoiselle Foster... Je vous offre un Cosmo ? » Je lui tendis le verre oublié en riant. Certes, en général, les mélanges d'alcool ne font pas bon ménagé mais, Rose était bien loin d'être une midinette. « Bon d'accord, il n'est peut-être pas fait avec autant d'amour que lorsqu'il t'est destiné ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What are you waiting for? (Denyose)   

Revenir en haut Aller en bas
 
What are you waiting for? (Denyose)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Waiting for the bus __ Amanda
» All boundaries are conventions waiting to be transcended Δ Nora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: