DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 9:48


Dénys ALLAN-SYKES w/ nico tortorella
the characterthe person
→ habite à oxford.
→ âgé(e) de 22 ans, presque 23.
→ né(e) le 12 décembre 1988 à Oxford.
→ est étudiant en philosophie et barman.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? GIRLS, only.
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : doryphore.
→ âge : 20.
→ comment avez-vous connu le forum ? dans mes rêves les plus fous.
→ code : DA VINCI.
→ crédits : tumblr.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? rouges.


Dernière édition par Dénys Allan-Sykes le Mer 26 Oct - 16:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 9:48

it's my life, it's now or never
Repas en famille (souvenir).
Oxford, mai 2008.
Ma sœur et moi savions pertinemment et depuis bien longtemps que ces dîners étaient à proscrire. Mais nos chers parents, divorcés depuis maintenant huit ans, ne voulaient pas lâcher l'affaire. Ils pensaient peut-être se racheter aux yeux de leurs enfants en leur faisant croire que, oui, d'accord ils étaient divorcé et maman avait fait cocu papa avec un collègue de bureau (et non pas de son bureau mais du bureau de papa même), mais bon, ils s'entendaient encore très bien et pouvaient aller au restaurant et avoir un repas de famille comme n'importe qui d'autre. J'avais toujours envie de leur répliquer que, pour plus des trois quarts des familles du monde, le restaurant n'était qu'un concept et que les "vraies" familles normales ne dînaient jamais dans un cinq étoiles (ou quoi...).
Bref, ce soir là, si nous avions pariés d'avance, ma jumelle et moi, nous serions devenu multi-milliardaire – ce qui ne servait strictement à rien.
On était entrés dans le restaurant, en retard, comme d'habitude puis, une fois débarrassée de nos manteaux, on s'était tranquillement dirigés vers la table où papa et maman nous attendaient déjà, dans un silence presque terrifiant. J'avais discrètement chuchoté à Lore « Ça va donné... » et elle avait acquiescé avant de s’asseoir. J'avais suivi son exemple sans rien dire, me plaçant à sa gauche. Toujours le même schéma, les mêmes conversations, le même menu, les mêmes têtes autour. Je ne le vivais pas mal, cela me convenait et je m'y sentais même à l'aise, dans mon élément mais je savais qu'il en était bien autrement pour ma sœur qui haïssait cordialement toutes ses mondanités.

Le début du repas avait plutôt bien commencé : banalités sur banalités. Comment ça va ? Qu'est-ce que vous avez fait, hier ? Et ton petit ami, ma chérie ? Et toi, Dénys, quand est-ce que tu nous présentes l'heureuse élue ? Et blablabla. On avait joué le jeu, répondu aux questions sans trop mentir, se jetant des regards plein de sous-entendus et d'amusements que nos parents n'avaient pas compris ou même tout simplement aperçu. Et puis était venu le sujet que j'avais espérer ne pas voir arriver. Les études. A cet époque, j'avais tout juste 20 ans et j'étais en première année de littérature moderne. Ce que je n'avais pas encore avouer à mes parents, c'était que j'avais complètement foiré et pour cause, on ne pouvait pas dire que j'avais été du genre vraiment assidu et studieux. Le sujet était donc délicat et la question fatidique avait glacé l'ambiance. Ou plutôt, sa réponse. « Alors, et la FAC, mes chéris, comme ça se passe ? » Déjà, j'avais, comme sa jumelle, horreur d'entendre ma mère nous appeler "mes chéris". Il n'en fallu pas plus pour me délier immédiatement la langue. « J'ai foiré mon année, je change de filière... » répondis-je d'un ton presque tranchant mais totalement assuré. Je sentis aussitôt son père se figer lentement sur ma gauche et la fourchette tinta sur le bord de l'assiette. Quand il pris la parole, son ton était presque haineux. « Et pour quelle raison, cette fois ? Tu n'as pas assez bossé ou bien, une fois encore, ça ne te plaisait pas ? »
Je n'aimais pas les conflits et d'ailleurs, je les fuyais comme la peste mais, je comprenais parfaitement la colère de mon père. Il fallait avouer que j'avais déjà "tenté" une fac d'histoire avant de laisser tomber parce que justement, ça ne me plaisait pas... Mais qu'est-ce que ça pouvait bien foutre, après tout ? On était riche. Riche. Peut-être même plus riche que tous les clients présents ce jour là réunis. Ce n'était quand même pas un drame, si ? Je décidai donc de ne pas répondre pour ne pas aggraver la situation ou entraîner une dispute. Je sentais que mon père n'allait pas s'arrêter là mais, cette fois apparemment, ma sœur n'était pas de cet avis. « Oh mais, c'est que Dénys doit être un bon petit mouton... Faire comme le fils des Harter et trouver sa voie alors même que ça ne lui sert à rien puisque son père est riche pour encore douze générations... Mais Dénys, et la réputation des Allan dans tout ça ? Et celle des Sykes ? Tu y penses !? L'argent ne fait pas tout, il faut du prestige... Et blablabla, et blablabla. Merde ! » Elle s'est alors brutalement levée de table, surprenant tout le monde et avait doucement laissé tomber sa serviette dans son assiette pleine. Elle a ajouté quelque chose du genre "vous ne savez même pas que c'est un musicien hors paire" ou bien peut-être "vous ignorez même son don pour organiser des fêtes"... Et puis, elle est partie sans se retourner.

truth or (almost) dare

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Non, je suis suffisamment riche comme ça. Et la popularité ne me tente pas.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Je m'en vais essayer de la réconforter avec mes airs de serial lover. Elles succombent toutes...

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? WOW, à chaud, comme elle est canon, ma cousine, je fais rien du tout, je me laisse faire. A froid, je panique parce qu'elle est gavé collante...

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Une soirée au Carling, of course, une bonne petite margarita et quelques nanas... C'est quoi, cette question ?

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? J'suis pas croyant.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Première option, histoire de bien mettre mes parents dans la merde. Peut-être même que je filerais quelques secrets supplémentaire au vieux Patrick...

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Tu m'as vu ? J'ai pas besoin de faire grand chose, elle viendra vers moi toute seule, crois-moi...

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquerfort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Franchement, j'en sais rien. J'serais peut-être encore en train de faire semblant de suivre des études. Histoire ou littérature étrangère. Dans l'idéal, photographe me tente bien. Mais je serais encore, barman, à tout les coups...

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) DARE !

they don't really care about us
Pour tout avouer, au départ, je m'en foutais pas mal de TroubleMakers. J'entendais parler de leurs méfaits mais je n'y prêtais que très peu attention. Vraiment, ça ne m'intéressait pas plus que ça et je ne m'en serais jamais réellement intéressé s'ils ses enfoirés n'avaient pas bousillé ma superbe porsche. J'ai vraiment cru que j'allais chialer quand je l'ai vu recouverte de la tête aux roues de tags et autres graffitis. J'en croyais pas mes yeux, bordel. Mon bijou, mon bébé. L'un des rares cadeaux que je m'étais fais. On ne pouvait même plus distinguer la carrosserie d'origine. Après ça, j'ai tout de suite prêté plus attention à ce qu'on disait à leur sujet. Ces enfoirés, si je leur tombe dessus, il est fort probable qu'ils finissent dans le même état que ma voiture de luxe...


Dernière édition par Dénys Allan-Sykes le Sam 16 Juin - 17:37, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 10:44

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 11:01

Reeeeeeeeeeeeee
J'parlerais de toi si tu parles de moi heart WHAT A FACE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 13:28

Oh mon indigne meilleur ami ! en espérant que l'on conserve notre lien et qu'on veille à l'exploiter d'autant plus ! Re tongue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 13:36

Oh Dényssssssssssss
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 15:46

MERCI MES CHOUPINOTS !
Mel, ça veut dire qu'il faut que j'écrive une anecdote supplémentaire ?? MAIS J'AI PAS D’IDÉE !
Chris, INDIGNE ? Oui, il nous faut un RP, d'urgence !
Caro, t'as encore prévu de le faire souffrir !? MÉCHANTE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 15:55

Dényyyyys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 16:44

Mais tu vas aimer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 18:35

On se mpotte si tu veux ? *mode Melany ON*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Mer 26 Oct - 22:56

Citation :
Chris, INDIGNE ? Oui, il nous faut un RP, d'urgence !
Il serait temps qu'on s'y mette; oui ! et parfaitement, il t'arrive d'être indigne tongue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Jeu 27 Oct - 2:12

Youhouuuuuuuuuu Dényyyyyyyyyys
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Jeu 27 Oct - 10:58

Mon barmaaaan préféré

Je déplace notre sujet sous peu, histoire qu'on rigole un peu hein
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Jeu 27 Oct - 13:19

Lemon, you'r so beautiful.
Christine, je suis heureux de vous revoir...
ROSE, OUI ! Et je répondrais ! xD

J'ai terminé ma fiche ! (a)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   Jeu 27 Oct - 13:22

ALLEZ HOP ! REREREREVALIDE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
DAS • il est 10h46. Moi, j'ai 47. C'est comment le futur ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Tactique gobelins contre nains
» Mur en crayon IKEA
» Le Poney Fringant
» TRES EMPOTAN/TANDE RANMASE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: