I tried to be like Grace Kelly, but all her looks were too sad ♪ w/ TWF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: I tried to be like Grace Kelly, but all her looks were too sad ♪ w/ TWF   Mer 3 Aoû - 15:08

Tristan & January
« I TRIED TO BE LIKE GRACE KELLY. »

« Andrea Sylvain Leroy-Duchesne, ouvre cette porte tout de suite. Ne pas faire attendre sa meilleure amie devant la porte est la moindre des choses à faire quand on ne répond pas au téléphooone ! » Encore trois petits coups et la porte s'ouvre. Surprise, c'est Tristan Faure ! Pas surprise mais je m'attendais tout de même à ce que ce soit Andrea qui m'ouvre la porte. « Quel vilain garnement cet Andrea. Il est pas là non plus. Mais ça capte pas vraiment au supermarché du coin. T'en veux ? » Je le jauge du regard lui et son sandwich. « T'as l'air de manquer de sommeil Tristan Faure. Et ton sandwich est dégoûtant bien que j'apprécie le geste, un vrai gentleman. Tu ne devrais manger ça, donne-moi ça. » Je sors rapidement un gant en plastique que je mets rapidement et lui prend la chose pas du tout fraîche de la main et la met dans un petit sac biodégradable que j'ai toujours sur moi. « Tu devrais éventuellement m'inviter à entrer, je viens de te sauver la vie. Tout Oxford devrait m'en être reconnaissant à vie. »

Il m'invite à entrer et je ne me fais pas prier. Je connais déjà les lieux mais je ne peux m'empêcher de regarder dans les alentours. « Et tu vas nettoyer l'appartement aussi, si c'est une offre gratuite et limitée j'aimerai autant en profiter ! Fais comme chez toi. » « Non, moi je sauve les vies. Et ça va, vous n'en êtes pas au point où vivre ici menace votre santé. Mais encore deux jours à ce rythme-là » je lève ma main tenant le sac où repose le sandwich « et là on aura du soucis à se faire. » Il débarrasse la table rapidement et je pense que c'est une sage décision. « Si possible, faudrait jeter ça aussi. Quoique l'enterrer serait moins dangereux. » La tête qu'il fait me décroche un rire et me fait légèrement peur. Je m'inquiète un peu pour sa santé le pauvre garçon. Il devrait essayer un régime alimentaire plus sain. « Moins dangereux, mais plus polluant, et j'ai toujours voté écolo tu sais. » Je souris et dis d'une voix faussement impressionnée « Voyez-vous çaaaa. ». J'enlève mon gant et le remet dans mon sac à main. « Le sac est biodégradable de toutes façons. Et ouiiii, tu n'es pas le seul à te soucier de l'environnement. » « De séjour à Oxford donc, tu essayes d'espionner ou tu voulais qu'Andrea te file l'adresse de son coiffeur ? » Je m'installe sur le sofa. « Oh pour rien au monde il ne me donnerait l'adresse. Disons que je m'ennuie d'Andrea un peu trop ces derniers jours. Tu devrais culpabiliser des navettes que tu me fais faire. Rappelle-moi pourquoi vous ne venez pas plus souvent à Cambridge ? Et toute insulte envers ma jolie ville ne tient pas. » Je croise les bras et le regarde, toute ouïe.

Je m'attends à ce qu'il me taquine tout de même mais il n'en fait rien. Et suite du délire sur les cheveux d'Andrea à part, il me confie plutôt une raison pour le moins sérieuse que je ne peux pas lui faire oublier à force d'insister. « Il est plutôt secret sur tout ce qui touche à ses cheveux, mais si tu veux profiter de son absence, tu peux faire comme moi et fouiller sa douche et partir à la recherche de sa mousse coiffante qu'il dissimule, j'en suis certain. Pour ce qui est des navettes je suis bien désolé, je dois moi même en faire un certain nombre entre ici, et l'appartement de ma sœur avec qui je dois manifestement arranger les choses avant d'entreprendre de passer quelque vacances à Cambridge. » La même soeur jumelle qui a insulté son cousin et lui a balancé une boisson en pleine figure. La même soeur jumelle qui préfère avoir son frère à ses côtés que de le savoir heureux. La même soeur jumelle qui en fin de compte accepte que son frère ait une relation avec Andrea mais qui supprime ce dernier de Facebook comme un symbole pour dire «je te supprime de ma vie ». Je la trouve très sympathique comme soeur, oui. Je me demande... si j'avais eu une soeur jumelle, aurais-je le courage, la force d'agir en fonction de ce qu'elle penserait de moi, de mes décisions, mes amis, mon amant ? En même temps, c'est difficile de juger sans être dans la position elle-même. Je veux dire, les jumeaux ont toujours été une énigme pour la science. Les liens entre eux sont complexes et des fois tout simplement incroyables. Peut être est-ce là l'une de ces choses qui caractérisent les jumeaux ? Que quoi qu'il arrive, à la fin, leur lien est indestructible. Connaissons-nous jusqu'à ce jour des jumeaux qui s'entendent depuis toujours qui se sont séparé un jour définitivement ? Même ceux qui se vouent une haine (qui n'est en fin de compte qu'une jalousie enfouie ou une rancune inavouée) restent toujours liés, dépendant l'un de l'autre. « J'en conclue donc que ce n'est toujours pas gagné avec ta soeur. » Il baisse ses yeux, il doit sûrement lutter contre ses émotions. « Elle le déteste. Je crois qu'elle en vient même à regretter sa naissance. J'ai pourtant tellement besoin qu'elle l'aime. » Je me mords la lèvre, je ne peux que me sentir désolée et profondément triste pour lui. Et lui dire mes pensées sur sa soeur ne l'aiderait sûrement pas dans son état. Je pense sincèrement qu'il a raison. Laureline a fait que les choses soient assez claires que ce soit dans ce qu'elle a dit ou dans ce qu'elle a fait. Elle ne veut pas de la présence d'Andrea. Je n'irai pas au point d'affirmer qu'elle regrette jusqu'à son existence, je ne connais pas cette fille, je ne lui ai jamais parlé pour pouvoir un tant soit peu en juger. Mais il est clair qu'elle le déteste. Mais de ce que je sais, Andrea n'a jamais eu le moindre problème avec elle, c'est cette nouvelle situation qui a fait qu'elle ne porte pas mon meilleur ami pourtant adorable dans son coeur. « Je pense que ta soeur ne voit pas Andrea la personne mais qu'il signifie plutôt pour elle ta perte. Il faudra lui donner le temps d'arrêter de le voir ainsi. Tu devrais lui montrer qu'elle se trompe sur ce point. » Plus facile à dire qu'à faire, ça c'est sûr. Mais c'est mieux que rien. « Je ne vois pas comment lui montrer, Andrea ne peut pas être plus doux et attentif qu'il ne l'est déjà. C'est un gentil garçon en dépit de toutes considérations familiales qui ne peut qu'avoir une bonne influence sur moi. Dieu sait à quel point je peux tomber bien bas quand je m'y met. » « Quelles anciennes habitudes aviez-vous, toi et Laureline ? Comme aller quelque part de précis toutes les semaines ou faire une fondue à la maison une fois par mois ou qu'en sais-je ? Il faut ré-instaurer les petites choses ainsi et lui montrer qu'elle ne t'a pas perdu. Qu'au contraire de ce qu'elle semble le croire, Andrea ne veut pas vous éloigner. Elle arrêtera déjà de lui en vouloir pour ça. » «  On regardait nos séries, en s'avalant trois tonnes de meringues et macarons, on se disait tout, même les trucs cons, les trucs que les gens prennent mal quand on leur dit, nos amours, nos envies, nos rêves...On était tout le temps collés, chose beaucoup moins évidente depuis que Léandre et Andrea s'avèrent être nos deux petits amis respectifs. » Un sourire triste se dessine sur mes lèvres. Maintenant je comprends. « C'est beau ce que vous aviez. Et ça doit être sûrement cela qui lui manque. Je n'arrive pas à croire que je vais dire ça mais, il faut la comprendre. Elle n'a pas seulement l'impression de perdre son frère mais aussi son meilleur ami. Passer d'une relation aussi fusionnelle au néant ce n'est facile pour personne. » « Je comprends évidemment, ça a également été dur pour moi. Je sais aussi qu'avec Léandre c'était compliqué et qu'elle aurait pu avoir besoin de moi, mais elle ne supportait pas que je ne lui dise rien et je ne pouvais pas lui parler d'Andrea, avant qu'il ne t'en parle et que j'en parle à Blair, personne ne savait pour nous deux. Personne ne devait savoir. » Je repense à la réticence de mon meilleur ami quand il s'apprêtait à m'en parler puis au soulagement face à ma réaction. A croire que tout le monde ne réagit forcément pas de la même façon. D'où l'intérêt de l'aspect secret de la relation. « Je m'en doute. Mais ce qui est fait est fait à présent. Dooooonc, sois positif et au lieu de te continuer à espérer dans ton coin, prends un peu plus d'initiatives, tout en lui laissant du temps. Ça finira par venir. » Bruit de clés, la porte s'ouvre, c'est Andrea. Il est allé faire les courses à en croire les sacs qu'il porte. Je vois des légumes déborder, dieu merci. La conversation s'arrête là et j'espère avoir aidé Tristan si peu que ce soit. Celui-ci ne tarde pas à ranger les achats tandis que je retrouve mon meilleur ami.

the end.


Dernière édition par January Grace Goodwin le Jeu 4 Aoû - 16:31, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I tried to be like Grace Kelly, but all her looks were too sad ♪ w/ TWF   Mer 3 Aoû - 16:13

January & Tristan
« BUT ALL HER LOOKS WERE TOO SAD. »

Croisière sur le Nil ? Non. Voyage à Venise, sûrement pas. Je tourne machinalement les pages du catalogue dans l'espoir de trouver une destination vendant un peu de rêve, alors qu'il tombe des cordes à l'extérieur. Je sirote mon vittel menthe et mord dans un sandwich acheté préalablement à l'extérieur mais profondément dégueulasse et bourré de mayonnaise. Tout ce que je déteste. Andrea n'est pas là, dieu seul sait ce qu'il fait, les courses j'espère. Rien n'est très bio dans les pots nutella presque vides qui restent encore dans le placard, mais cela devrait faire un dessert potentiel. Alors que je songe à me lever péniblement pour partir en quête, une voix anglicisée s'écrie en tambourinant contre la porte après mon cousin. « Andrea Sylvain Leroy-Duchesne, ouvre cette porte tout de suite. Ne pas faire attendre sa meilleure amie devant la porte est la moindre des choses à faire quand on ne répond pas au téléphooone ! » Eh bien, c'est pour ça que j'ai pas de message, pas besoin de s'alarmer. Je me lève le sandwich toujours à la main pour ouvrir la porte et me retrouver face à January. « Quel vilain garnement cet Andrea. Il est pas là non plus. Mais ça capte pas vraiment au supermarché du coin. » Je lui tend mon sandwich indigeste et dégoulinant en souriant amusé. « T'en veux ? » Évidemment que non, moi non plus et c'est compréhensible, la suite est peut être nettement plus inquiétante, mais je ne m'en offusque pas haussant juste légèrement les sourcils lorsque dans un rituel tout à fait précis et nécessitant un matériel impressionnant, elle me débarrasse de mon sandwich en déclarant. « T'as l'air de manquer de sommeil Tristan Faure. Et ton sandwich est dégoûtant bien que j'apprécie le geste, un vrai gentleman. Tu ne devrais manger ça, donne-moi ça. Tu devrais éventuellement m'inviter à entrer, je viens de te sauver la vie. Tout Oxford devrait m'en être reconnaissant à vie. » Je me contente de sourire avant de l'inviter à entrer d'un geste Théâtral. « Et tu vas nettoyer l'appartement aussi, si c'est une offre gratuite et limitée j'aimerai autant en profiter ! Fais comme chez toi. »

L'appartement n'est pas foncièrement sale, ayant moi même quelques crises de maniaqueries chroniques, mais mes troubles probablement bipolaires me rendent également aussi tout à fait bordélique, ce qui équilibre. Je débarrasse la table du salon, il ne faudrait pas qu'elle pose le doigt sur une miette mayonnaisée et ce même si elle a de très jolis gants en plastique. « Non moi je sauve les vies. Et ça va, vous n'en êtes pas au point où vivre ici menace votre santé. Mais encore deux jours à ce rythme-là et là on aura du soucis à se faire. Si possible, faudrait jeter ça aussi. Quoique l'enterrer serait moins dangereux. » Elle me désigne le petit sac en plastique contenant mon repas du midi, et je ne vois rien de mieux à faire qu'une sorte de face digne du smiley le plus moche que forumactif ait porté. « Moins dangereux, mais plus polluant, et j'ai toujours voté écolo tu sais. » « Voyez-vous çaaaa. Le sac est biodégradable de toutes façons. Et ouiiii, tu n'es pas le seul à te soucier de l'environnement. » Je ris un peu, prend le petit sac et le jette dans la poubelle de la cuisine afin qu'il disparaisse définitivement de son champ de vision, l'inverse tendant certainement à l'empêcher de mener à bien une conversation normale. « De séjour à Oxford donc, tu essayes d'espionner ou tu voulais qu'Andrea te file l'adresse de son coiffeur ? » Je souris un peu avant de l'inviter à s'asseoir sur le sofa, dont évidemment elle ne préfère pas savoir ce qui s'est passé sur. « Oh pour rien au monde il ne me donnerait l'adresse. Disons que je m'ennuie d'Andrea un peu trop ces derniers jours. Tu devrais culpabiliser des navettes que tu me fais faire. Rappelle-moi pourquoi vous ne venez pas plus souvent à Cambridge ? Et toute insulte envers ma jolie ville ne tient pas. »

Of course. Sans aucune insulte vers la verte Cambrige, je suis bien malheureusement forcé d'admettre qu'une partie de mes problèmes à Oxford n'est pas réglée. Si les choses avec Laureline se sont finalement un tant soit peut arrangées, user d'une fuite héroïque vers Cambridge avec mon amant serait sûrement très mal perçue par ma jumelle a qui je dois de rattraper tout le temps inutilement perdu dans cette dispute. « Il est plutôt secret sur tout ce qui touche à ses cheveux, mais si tu veux profiter de son absence, tu peux faire comme moi et fouiller sa douche et partir à la recherche de sa mousse coiffante qu'il dissimule, j'en suis certain. Pour ce qui est des navettes je suis bien désolé, je dois moi même en faire un certain nombre entre ici, et l'appartement de ma sœur avec qui je dois manifestement arranger les choses avant d'entreprendre de passer quelque vacances à Cambridge. » Sa conclusion est logique, il fallait s'y attendre. « J'en conclue donc que ce n'est toujours pas gagné avec ta sœur. » Je baisse les yeux. Non ça ne l'est pas et j'ai bien peur que ce ne soit pas près de s'arranger de sitôt entre elle et Andrea. Je pourrais dire que je peux simplement m'estimer heureux de pouvoir les garder près de moi tous les deux, je mentirais en disant que j'ai une seule fois imaginé passer ma vie avec une personne qu'elle serait incapable d'aimer et d'accepter. Laureline est tout pour moi et mon équilibre entier dépend probablement d'elle. Dans ma vie rien ne me rassure davantage que de savoir qu'elle sera toujours celle qui pourrait virer mille cousins de sa vie mais qui ne pourrait pas renier la partie d'elle que je suis, et ce quoi que je fasse, quoi que je sois. Ce n'est pas quelque chose contre lequel je peux lutter, je ne sais pas non plus si je pourrais poursuivre ma relation avec Andrea, s'il s'avère qu'elle ne l'acceptera jamais. L'espoir me brûle et c'est tout ce qu'il me reste, ça et les sandwich infâme de la boulangerie du coin. « Elle le déteste. Je crois qu'elle en vient même à regretter sa naissance. J'ai pourtant tellement besoin qu'elle l'aime. »

« Je pense que ta sœur ne voit pas Andrea la personne mais qu'il signifie plutôt pour elle ta perte. Il faudra lui donner le temps d'arrêter de le voir ainsi. Tu devrais lui montrer qu'elle se trompe sur ce point. » Une part de cela l'anime sans doute, mais je ne veux pas croire qu'il ne s'agisse que de cela, tout porte à croire qu'elle aurai honnêtement préféré que je sorte avec Carolyn ou même avec n'importe qui d'autre. Laureline est rancunière et je sais qu'elle ne pardonne pas à Andrea d'avoir menti sur leurs visites pendant mon absence. Il était dans le même état que moi, tout ce qui comptait c'était l'autodestruction et je comprends sa réaction mieux qu'elle ne peut le faire. Le résultat est pourtant là, je ne la vois même pas lui donner une chance, à moins qu'il ne réussisse à la sauver tel superman d'un pervers psychopathe n'enlevant que les jeunes vierges, et les destinant à une mort terrible, et autant dire que les chances qu'un tel événement se produise ici à Oxford, sont infiniment minces. « Je ne vois pas comment lui montrer, Andrea ne peut pas être plus doux et attentif qu'il ne l'est déjà. C'est un gentil garçon en dépit de toutes considérations familiales qui ne peut qu'avoir une bonne influence sur moi. Dieu sait à quel point je peux tomber bien bas quand je m'y met. » « Quelles anciennes habitudes aviez-vous, toi et Laureline ? Comme aller quelque part de précis toutes les semaines ou faire une fondue à la maison une fois par mois ou qu'en sais-je ? Il faut ré-instaurer les petites choses ainsi et lui montrer qu'elle ne t'a pas perdu. Qu'au contraire de ce qu'elle semble le croire, Andrea ne veut pas vous éloigner. Elle arrêtera déjà de lui en vouloir pour ça. » Elle marque un point indéniable, je suppose que c'est tout à fait logique. « On regardait nos séries, en s'avalant trois tonnes de meringues et macarons, on se disait tout, même les trucs cons, les trucs que les gens prennent mal quand on leur dit, nos amours, nos envies, nos rêves...On était tout le temps collés, chose beaucoup moins évidente depuis que Léandre et Andrea s'avèrent être nos deux petits amis respectifs. » Je suis nostalgique de l'époque, mais je ne peux pas nier, que ce que je vis avec Andrea me fait beaucoup de bien. Ce qui s'est passé avec Cally a été relativement pénible, et bien que mon histoire avec A. soit compliquée, elle est aussi profondément apaisante. « C'est beau ce que vous aviez. Et ça doit être sûrement cela qui lui manque. Je n'arrive pas à croire que je vais dire ça mais, il faut la comprendre. Elle n'a pas seulement l'impression de perdre son frère mais aussi son meilleur ami. Passer d'une relation aussi fusionnelle au néant ce n'est facile pour personne. » Elle a raison en tout point, les choses étaient cependant difficile à conserver alors que je pouvais décemment pas lui parler de mon aventure. « Je comprends évidemment, ça a également été dur pour moi. Je sais aussi qu'avec Léandre c'était compliqué et qu'elle aurait pu avoir besoin de moi, mais elle ne supportait pas que je ne lui dise rien et je ne pouvais pas lui parler d'Andrea, avant qu'il ne t'en parle et que j'en parle à Blair, personne ne savait pour nous deux. Personne ne devait savoir. » « Je m'en doute. Mais ce qui est fait est fait à présent. Dooooonc, sois positif et au lieu de te continuer à espérer dans ton coin, prends un peu plus d'initiatives, tout en lui laissant du temps. Ça finira par venir. » Mais alors que la conversation devient nettement plus sérieuse, un bruit de clé se fait entendre contre la serrure, le maître de maison est enfin de retour, les bras chargés de courses et apparemment ravi de voir que sa meilleure amie est restée pour l'attendre. Je me lève pour le débarrasser de ses sacs et l'embrasse rapidement avant de me diriger vers la cuisine pour administrer un peu plus sérieusement le lieu et leur laisser un semblant d'intimité.


THE END.
Revenir en haut Aller en bas
 
I tried to be like Grace Kelly, but all her looks were too sad ♪ w/ TWF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Duchesse | Les Aristochats | Grace Kelly | Libre
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Kelly Kelly Vs Eve Vs Natalya
» Maryse Vs Kelly Vs Ashley Vs Trish Vs Taylor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: